La ville est en Septembre 2020

Partagez
 

 Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valet de l'Alliance
Niels Egilson

Niels EgilsonValet de l'AllianceMessages : 62
Date d'inscription : 03/05/2020


Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) Empty
MessageSujet: Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper)   Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) EmptyMer 5 Aoû - 4:16


JOUR 1: UN BRUNCH AU PERLEMER
PV PIPER PARK

a
.... a.... ATCHOO!!!!!!
Les paupières serrées, Niels sursaute et se redresse sur place en portant ses mains à son visage, qu'il frotte vigoureusement.
Il ouvre finalement les yeux, et le voit.

- Fiiinn... Tu t'es encore endormi dans mon visage?? j'ai tes poils partout, jusque dans le nez, sur la langue, sur...

Le petit museau de Niels se lève vers lui, les yeux entrouverts, l'air de sourire de son énervement et même, il pourrait le jurer, fier de son coup. Oh mais c'est qu'il faisais le malin, ce petit blagueur...

- ... Mouais. je peux pas t'en vouloir... J'aurais fait pareil.

Il se recouche près de son ami, et l'entoure de ses bras. Les yeux à demi clos, il voit Findel se recaler en boule dans ses bras et sa respiration s'apaiser, ses yeux se fermer.

Tout redeviens paisible... enfin... pour quelques secondes.
En ramassant sa force, il soulève Findel d'un mouvement et décrit un arc de cercle en catapultant Findel hors du lit.
Dans un HIIIIRRKKKKKKKKK strident, les poils hérissés par la surprise, celui-ci bats un instant les pattes dans l'air avant d’atterrir sur ses pattes, figé en position.
Dans le même mouvement, Niels se laisse rouler hors du lit et se retrouve debout, mains sur les hanches, un sourire fendu jusqu'aux oreilles alors que ses yeux se réduisent à deux fentes au regard accusateur.

- AH-HA! Tu y repensera à deux reprises avant de t'essayer, la prochaine fois! Ahahahahah...

Les oreilles de Findel se plaquent contre son cou, l'air pénitent, alors que son corps se recourbe sur lui-même.

- Allez, là, c'est bon, mon ami. Oeil pour oeil, tu connais la chanson.

Findel émets un couinement de gorge qui ressemble de loin à un «ouais-ouais». Niels rigole un peu, puis s'accroupit près de lui pour le caresser et lui frotter derrière les oreilles, puis dans le cou. Il se détends, ses oreilles se redressent, et il retrouve joyeusement son comportement décontracté habituel.

- Et puis, c'est pas plus mal de m'être réveillé à cette heure, lance-t-il en jetant un œil à l'horloge au mur. 7:36 ...j'aurai le temps de... plus me préparer, je suppose.

Ces 4 derniers jours, il a pris le temps de se pencher sur ''l'organisation'' de ses journées, de ces ''10 jours''. Ses objectifs principaux: qu'elle apprenne à le connaître et inversement, mais aussi, si possible, qu'elle... apprenne à connaître des facettes qu'elle ne voit certainement pas très souvent en elle-même.
Ça semble évidemment bizarre, dit comme ça, mais c'est un aspect qu'il a depuis longtemps remarqué chez elle. Ses responsabilités, son devoir, son travail, tout ou presque dans sa vie orbite autour de ces éléments. Elle se permets si peu, a l'air si sérieuse... il a envie que, si possible durant ces 10 jours, elle puisse relâcher la pression un peu, s'amuser, se faire du bien, ÊTRE bien. Heureuse, tout simplement.

Il a ainsi organisé des journées qui entourent des choses qui font parti de sa vie quotidienne, des choses ou des lieux qu'il apprécie, ou encore des choses qu'il aimerait voir / faire dont il n'a pas encore eu l'occasion de concrétiser... et à travers tout cela, l'objectif de mieux la connaître.

Les réservations sont faites, ce qui coûte quelque chose en avance est payé... ne reste plus maintenant... que le reste.

Il ouvre les rideaux qui voilent sa porte-fenêtre de balcon, et ouvre celle-ci. Il prends une grande inspiration en levant les bras pour s'étirer au maximum. du coin de l’œil, il voit Findel qui fait de même, accompagné d'un grand bâillement.

Il reviens, fais rouler ses articulations pour les dénouer, et fait son lit. Puis direction salle de bain, où il poursuit sa routine matinale habituelle.
Aujourd'hui, pour le plan de la journée, il se vêts d'un ensemble décontracté. Il a prévu un déjeûner style brunch, pour 11h, dans un restaurant qu'il connaît; situé sur la côte de l'île, en surplomb d'une plage. Aujourd'hui, un vendredi matin, l'endroit devrait être plutôt tranquille. Les restaurants et plages, en semaine, sont habituellement plus achalandés vers le soir. Et la fin de semaine, impossible d'être en paix. Oui. Un vendredi, c'est parfait.

Il a prévenu d'avance en appelant, hier, sur le téléphone personnel de Piper. Il va la chercher pour 10:40. Leur destination se trouve dans un coin aisé de Quederla, où la nourriture est de qualité, les plages entretenues, les visiteurs bien élevés et propres, bref, un endroit plus que paisible à fréquenter.

Sachant qu'il mangerait bien dans quelques heures à peine, il se retiens de grignoter quoi que ce soit, mais s'enfile plutôt un grand verre d'eau frais.

Voyant qu'il lui reste encore pas mal de temps, il passe un appel au bureau pour informer son assistant sur quelques directives pour la journée. Ses plans d'aujourd'hui ne lui prendront probablement pas la journée entière, il viendra surement plus tard aujourd'hui faire un tour pour gérer quelques affaires ou aller rencontrer un client.

Tout le nécessaire terminé, il prends un boîtier sur une table dans son salon, et l'ouvre pour en sortir une paire de lunettes à la monture délicate, qu'il déplie et pose sur son nez. Il s'empare ensuite d'un volume sur une étagère et s'assied confortablement sur un canapé, croise les jambes, pose un coussin sur ses cuisses et se plonge dans une lecture légère, du genre qui n'accapare pas trop son attention pour ne pas manquer l'heure du départ. Finn ne se fait pas prier et monte sur le divan pour se poser confortablement à ses côté. D'une main distraite, il le caresse doucement. Dans le silence apaisant, seuls les sons de leur respiration, le frottement des pages et le tic tic d'une horloge se font entendre.

Au bout d'un moment, Findel se relève et descends du divan, ce qui le fait relever les yeux pour la cinquième fois depuis quelques minutes. Oui... Il serait temps qu'il parte.

Il repose le livre à sa place, et range les lunettes délicatement dans la poche de sa chemise, À portée de main. Il sait qu'il en aura besoin...

Puis il range dans ses poches de pantalon, comme à son habitude, son portefeuille, ses clés et sa montre à gousset.
Il vérifie qu'il ne lui manque rien, ferme les fenêtres qui doivent être fermées, et caresse une dernière fois Finn avec affection avant de partir.

- Allez, souhaite-moi bonne chance! Ne t'ennuie pas trop, et ne dérange pas trop le chat de la voisine, tu sais qu'elle cache une arme à feu juste pour toi dans son cabanon.

Il rigole un instant, puis ferme et verrouille la porte derrière lui.

La route ce matin-là est plutôt calme, car l'heure de pointe matinal est déjà passé depuis un certain temps. Il arrive néanmoins chez Piper un bon 10 minutes plus tôt que prévu. Afin de ne pas être impoli de se présenter trop tôt, il fredonne pensivement quelque mélodie islandaise ou coréennes en secouant du pied au rythme des notes.

Il laisse son regard voguer au gré de son environnement. Un papillon virevolte à travers les fleurs, un groupe d'oiseaux se pourchassent, un chat domestique traverse la rue en faisant tinter le grelot pendu à son collier, une dame secoue un tapis dans sa cour, un garçon passe le journal...

Au moment où ce dernier passe devant chez Piper, Niels l'interpelle:

- Heh, mon garçon! Passe-moi un de ces journaux que tu distribue, je m'en vais justement à cette porte, laisse-moi l'emmener.  

Il hoche la tête, trop heureux d'accélérer, même pour une porte, sa distribution. En prenant le rouleau, il vérifie l'heure sur sa montre puis approche de la porte, à laquelle il cogne quatre coups.

Quand Piper lui ouvre, il lui sourit largement, et ouvre grands les yeux.  

- Bonjour, Miss; Vous êtes radieuse! J'avais hâte de vous revoir aujourd'hui; Merci de m'accorder votre temps aujourd'hui, ça me va... droit au cœur. Finit-il en posant une main à plat sur ledit cœur, et en penchant légèrement le torse en signe de reconnaissance pour accompagner ses mots. ...Tenez, votre journal.

Puis, comprenant qu'elle est prête à quitter, il l'accompagne jusqu'au véhicule dont il ouvre la portière. Bien installée, il passe ensuite à son propre côté, et démarre la voiture pour repartir vers leur destination principale. En chemin, il passe un peu le temps en discutant légèrement, tel que «Avez-vous passé de belles journées depuis la dernière fois que nous nous sommes vus?», «J'espère que vous apprécierez cette journée», «Cet endroit est reconnu pour ses mets aux fruits de mer, mais peu connus pour ses brunchs, qui sont, je dois dire, un régal qui gagne à être essayé»... Quelques banalités polies, histoire de ne pas faire le chemin dans le silence complet. Il se retint cependant de trop en faire, se rappelant que trop bien de la dernière fois où il l'avait vue il y a quatre jours, elle lui avait spécifiquement fait comprendre qu'elle trouvait qu'il parlait trop...

Il se gare finalement près de l'endroit. En sortant, on peut immédiatement sentir l'odeur fraîche de la mer, dénuée de celle, bien connue, de la pollution et du smog de la ville. La brise, vivifiante et fraîche, a l'odeur du sel et, plus discrètement, emporte quelques fragrances annonciatrices du restaurant.

Au détour du coin du bâtiment, l'affiche au-dessus de la porte annonce le nom de l'endroit. «Le Perlemer».
Niels rends la main pour ouvrir la porte, et invîte Piper à entrer première.

L'endroit à une atmosphère légère, épurée, principalement constituée de bois, avec une petite touche moderne. Des plantes et fleurs, offrant une touche d'extérieur aux salles à manger. certaines zones, plus intimes ou dédiées aux groupes, étaient constitués d'une longue banquette circulaire autour de tables rondes. Du plafond, disposés à intervalles réguliers, de magnifiques luminaires suspendus éclairent les lieux. Un comptoir de cuisine dire ''ouverte'' permets à des clients installés au comptoir, de voir directement les cuisiniers à l'oeuvre. Dans un coin de la plus grande salle, un grand comptoir en angle ornementé simplement, sers manifestement de section bar lorsque les invîtés commandent des boissons.

À la réception, Ils voient arriver une réceptionniste chaleureuse et souriante, qui confirme notre réservation et nous guide jusqu'à la table pour deux, située sur la magnifique terrasse qui fait face à la mer. spacieuse et accueillante, le côté d'où viens le vent est refermé par un voile qui peut changer de côté dépendamment de la direction du vent, afin de ne pas importuner les visiteurs durant leur repas. Au-dessus de leur tête, un toit fait de cadres de bois a le même type de toile tendue entre ses poteaux, afin d'adoucir les rayons du soleil qui le traversent.

- Bel endroit... Puis à la serveuse; ...Merci.

Sur un signe de la main de la femme, ils prennent place l'un en face de l'autre, et elle dépose devant eux les menus et deux verres d'eau fraîche.

- Bonjour, Bienvenue au Perlemer, mon nom est Naita, c'est moi qui vous servirai ce matin!

Une fois qu'elle les eût quittés, il tends la main pour se saisir de ses lunettes, qu'il pose sur son nez. Puis, prenant le menu entre ses mains, il se mets à le feuilleter attentivement. À un moment, il lève les yeux vers Piper, qui le regarde. Intrigué, il la questionne;

- Tout va bien? Avez-vous besoin d'autre chose? Je peux rappeler la serveuse si besoin...

Il reviens éventuellement à son propre livret, et parcours les lignes et les propositions de repas, en commentant légèrement sur certains d'entre eux.

S'arrêtant sur son choix, il confirme avec Piper si elle est elle aussi prête.
Il fait donc un signe à la serveuse, qui ne tarde pas. Il laisse Piper commander d'abord, Puis prends son tour.

- Bonjour, j'aimerais commander un déjeûner anglais traditionnel, s'il vous plaît. Rôties, et... un café s'il vous plaît. Avec crème.
Il remets le menu à leur hôtesse, qui les remercie et quitte.

Pendant qu'ils commencent leur attente, il change de position sur sa chaise pour une plus confortable, et prends deux gorgées de son verre d'eau. Puis, simplement de bonne humeur et l'esprit serein, il entreprends de faire un peu de conversation. Une bonne occasion pour en savoir un peu sur elle...

- Alors... quel est votre met préféré, Piper? Dites-moi...

...

- Avez-vous un restaurant favori en ville?


Il s'excuse à la fin d'une des réponses de Piper pour aller se nettoyer les mains rapidement pendant que leur repas sont préparés, puis reviens à la table, prêt à poursuivre leur rendez-vous.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A



Niels = #006699
Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) T7cd
Piper Park

Piper ParkMessages : 103
Date d'inscription : 14/04/2020


Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) Empty
MessageSujet: Re: Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper)   Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) EmptyMer 5 Aoû - 14:51

Jour 1Ça aurait mal me connaître que de croire que j'allais laisser Niels mener la barque sans rien dire. Vraiment mal me connaître...

La veille au soir, j'avais fini mon travail, sacrifiant mon moment avec les lionnes. Suite à quoi je m'étais baigné dans le basin le bain du jardin où elles m'avaient tenu compagnie. Là, j'avais cogité... Même en sachant que nous allions à la mer, je ne pouvais rien prévoir. Il faudrait que j'improvise.

6h00.

J'étais debout, à vérifier mon travail de la veille avant que ma mère ne m'apporte quelque chose à me mettre dans le ventre de force. Un bol de riz, du kimichi et un thé. Elle savait que j'avais un rendez-vous avec Niels et était très curieuse du fait que ce ne soit ni professionnel, ni pour l'alliance. Peut-être que cela nourrissait ses espoirs d'un jour avoir des petits-enfants et de les voir grandir? Sûrement.

Cependant, ce n'était pas de Niels que je voulais tenir mon ventre rond et rempli de bébés. En vérité je ne savais même pas de qui, je n'y pensais juste pas. L'homme, le temps, l'occasion ne s'étaient pas encore présentés et il était hors de question que je laisse ma mère jouer les match maker alors je lui avais raconté pour lui et Améthiste.

... Ça l'avait calmée dans bien des sens.

Elle m'aida donc à vérifier mes papiers pendant que je me débarrassais de mon petit-déjeuner. Tulsa et Aoife rodaient autour des trois pandas roux de ma mère: Jin, Lin et Yoon. Ils dormaient. Qu'est-ce que je n'avais pas fait avec ces animaux petite. Nous jouions la nuit souvent. Tulsa, ayant grandi avec eux, n'avait jamais eu l'idée de les manger ou de leur faire du mal. Tout au contraire, elle adorait en prendre soin et les embêter parfois. Il était donc commun de voir une lionne se balader avec un ou deux pandas roux sur le dos.

... Quant à l'ours de papa...

Mes yeux fixèrent un coin reculé dans le jardin avant de soupirer.

Finissant mon bol de riz, je quittais ma mère dans le bureau caché de toute lumière encore et parcouru le long, très long couloir menant à ma chambre. J'aurais pu avoir une chambre à l'étage, mais l'étage était pour les invités : près de la sortie, de la cuisine et du salon principal, LOIN du cœur de la maison. Puis ma chambre me permettait de veiller sur le cœur de la maison. Sic e coin allait bien, alors je n'avais pas de soucis à me faire pour "l'aile nord". Là où ma mère résidait souvent et là où la famille s'installait quand elle venait.

Sortant de ma douche, j'entrais dans mon dressing. Améthyste et Valentina avaient bien été claires à ce sujet : si je voulais l'avoir, il fallait que je fasse des efforts... Pour... Paraitre... Plus... Pas comme moi tout en le restant un peu.

Il fallait donc quelque chose de simple à cause de la plage. Je ne me voyais pas mouiller un pantalon et attraper bêtement froid. Une robe donc. Mais pas une robe trop longue, car si je balayais le sable lors d'une balade, il y en aurait partout dans la voiture et autre. Hmmm J'étais donc sur des robes d'intérieur. Des robes que je ne portais que lorsque j'étais en famille, avec des amies ou à la maison...

Qu'avait-il dit la dernière fois ? Que ma robe était... ? Peu importe, il l'avait aimée et pas parce qu'elle était belle, mais parce qu'elle m'allait bien - je doute que Niels l'ait appréciée en la voyant seule : c'est un chiffon sans sens lorsqu'on la tient en main.

Pourquoi ne pas repartir sur un vrai dos nu ? Cela ne me dérangeait pas de dévoiler mon dos, mais il n'en était pas de même pour le devant. C'était assez compliqué de gérer les regards qui suivaient la courbe d'un V neck. Tandis que ce qui se passe dans le dos, se passe dans le dos....


Rouge ? Trop tape à l'œil. Dans une optique de séduction. Non.
Vert ? Il m'avait déjà vue en vert.
Noir ? S'il faisait soleil, le noir absorberait la chaleur.
Gris ? Trop ton sur ton.


... Alors ce fut une petite robe bleu-vert, en lin, fendue sur les côtés qui s'imposa. Le devant était merveilleusement recouvert et deux petites cordes étaient nouées au dos ne gâchant rien au grain de ma peau. J'ajoutais une paire de sandales blanches, sans oublier la pochette et les lunettes de soleil.

... Pas de veste ? Pas de veste. j'allais LE solliciter pour la veste. Ça lui ferait sans doute plaisir.
Pas de bijoux, je m'étais contentée que faire briller mes yeux en noircissant mes cils et en donnant un légère teinte à mes joues histoire que si j'en venais à rougir: ça puisse paraitre naturel.

Ma mère débarqua alors venant attacher mes cheveux dans une tresse lasse qu'elle rangeât sur mon épaule.

- Ça fait très "fille des bois". Tu sais, comme la fille qui vivait dans la bambouseraie... Kaguya.

- Hm. Sauf que je ne viens pas de la lune. Que je ne suis pas une princesse et que je n'ai plus de père.

A ces deux dernière remarques, le visage de ma mère de contrit. Évoquer sa noblesse passée et l'absence de mon père ... J'étais bête.

- Pardon Omma, me rattrapé-je en posant ma main sur la sienne.

Elle la serra avant d'attraper mon parfum et d'en vaporiser en l'air au-dessus de ma tête. Vite, vite, je fermais les yeux avant de sentir le tout retomber sur ma peau nue. Puis je me retournais.

- Qu'as tu de prévu Omma?

- Je dois repartir à Seoul, mon frère Jin est malade... J'en profiterais pour inspecter le Chuseok.

- Est-ce que tu veux que j'annule? Je peux venir avec toi...

- Non. Non, non. Yeong Ji sera là. Je ne veux pas que tu le croise...

- Bien, répondais-je déçue. Je peux dire à Ray de t'accompagner ou t'aider avec tes valises...

- Non. Non, j'ai tout organisé, déjà. Tiens, c'est arrivé pour toi.

Elle me donne une enveloppe puis m'embrasse le haut de la tête et recule silencieuse. Maman n'est plus la maman que je connaissais. Depuis la mort de papa, une barrière nous sépare. Elle s'est drapée dans une sorte de dignité, de froideur qui ne lui permet plus de montrer sa vraie personnalité. Mais je crois que moi aussi...

J'examine mon reflet dans le miroir et me répète que je peux au moins me consoler sur le fait que je tiens d'elle. Suite à quoi, je me lève et sors sur la passerelle en bois, m'asseoir sur les marches de l'aile nord une cigarette en bouche.

Je sais de qui est la lettre. J'en reçois fréquemment. Parfois j'y répond. Parfois non. Je déchire le haut de l'enveloppe avant de déplier la lettre et lire. Mes lionnes me rejoignent.
Raymond, arrive alors accompagné d'Andrea.

- Boss, disent-il en coeur.

- Andrea... Ray.

Je souffle ma fumée ailleurs en les fixant assise sur ma marche. Ce qui les force à s'accroupir.

- Prête pour votre tout premier "rendez-vous", se moque Ray avec un accent français.

- C'est pas un "rendez-vous", marmonné-je comme une ado. Enfin... Lui le croit. Moi je le trompe. C'est tout. (Je relève la tête.) Andrea, Niels a une frère et une soeur.

- Je me rapprocherais de la soeur.

- ... Non. Je suis déjà proche de la soeur alors rapproche toi du frère.

Elle tique. Je l'observe.

- Quoi?

- C'est juste... Que ... C'est un homme. Fière, orgueilleux, imbus d'eux-même. Pour peu qu'il fume et traite mal les femmes...

- Sympa, riposte Ray offusqué.

- A part toi Ray. Ta femme te contrôle de A à Z.

- Boss! se plaint Ray.

Je les regarde comme deux gosses qui se chamaillent.

- J'ai pas plus envie que toi de passer du temps avec Niels, Andrea. T'as une arme, s'il déconne: tu le tue et tu te barre. (Tout deux me regardent étonnés.) Je déconne. Remet le à sa place. Prend pas de pincettes avec lui: j'ai entendu dire que c'est tête de con dans son genre.

- J'aime pas ça.

- Ecoute Andrea je demande pas à tes toc et tes traumatismes de passer le week-end avec lui, Andrea. Si ce mec est aussi imbuvable qu'on le dit, tu n'auras aucun mal à lui retourner coup pour coup. Voit ça comme un exutoire sans arme ni violence.

Elle grimace. Andrea n'a plus peur des hommes. Mais pour autant, ça ne veut pas dire qu'elle les porte dans son coeur. A chaque fois qu'elle en voit un, son cerveau le castre automatiquement.

- Ray... Tiens. Range-moi ça dans la boite à lettre de Peter. Ma mère repart à Seoul aujourd'hui. Veilles à ce qu'elle s'en aille sans encombre. J'ai posé le travaille d'aujourd'hui sur la table basse de mon bureau avec une liste de ce que tu dois faire.

Ce n'est pas pour rien que je me suis mise sur la passerelle. De là, je peux voir qui passe devant chez moi, qui viens, qui part... Et là, je peux voir Niels, arrivant dans sa bagnole. Je le vois descendre de sa voiture, dans sa tenue décontractée, attrape-mouche. Il semblerait que je ne sois pas la seule à penser à attirer l'œil...

Il tape quatre fois à la porte. Je soupire lourdement et me redresse en rentrant à l'intérieur, écrasant ma cigarette dans un cendrier au passage.

- Je dois y aller. Refermez les fenêtres quand vous partirez... J'AAAARRIVE!

Personne de bien élevé ne crie comme ça. Je l'ai fait exprès.

J'attrape mes affaires et remonte le long couloir, traverse le salon, la cuisine et arrive dans le hall d'entrée pour ouvrir la porte, mes lunettes de soleil sur le nez.  J'ignore si c'est le soleil ou son sourire à 10 000 Watts qui m'ébloui.

- Bonjour, Miss; Vous êtes radieuse! J'avais hâte de vous revoir aujourd'hui; Merci de m'accorder votre temps aujourd'hui, ça me va... droit au cœur.

... He's already in too deep. Like... A thousand percent too deep in.

- ...Tenez, votre journal.

Je lui souris et attrape le journal.

- Merci Niels, dis-je avec une voix chantante et veloutée.

Je claque la porte et le dépasse en coinçant le journal sous mon bras. Je rejoins la voiture et monte dedans avant d'ouvrir mon journal et examiner les chiffres de la bourse.

Je n'ai pas l'habitude de faire ça dans le bruit et Niels me pose tout un tas de questions auxquelles je réponds avec le plus de détachement possible. "J'ai travaillé si c'est ce que vous voulez dire par "belles journées", "Je ne vois rien qui pourrait gâcher cette journée pour que je ne l'apprécie pas...", "Vous m'en direz tant...". Sortant mon stylo plume, je me mets à entourer des choses, annoter certaines et calculer certaines autres. Finalement, je referme le journal et le pose sur mes genoux nus en me reposant sur mon siège.

Silence... Ce n'est pas bon signe. Un type bavard comme lui n'apprécie un moment que si communication il y a.

- J-je... Vous vouliez le lire peut-être ? J'ai écrit dedans... Désolé...

A la fin des 10 jours, j'aurais pris l'habitude de dire des choses pour dire des choses. Qu'est-ce que je n'aurais pas fait pour lui...

Il arrête sa voiture et voilà. Nous sommes devant cette infinité d'eau. La ligne d'horizon à le don de calme mon esprit. L'odeur iodée me rappelle les bons souvenirs d'Angleterre et d'Irlande... Le sentiment d'être libre... D'être complète face à quelque chose de plus grand que soi et quelque chose de bienveillant. J'avoue qu'une ballade à la mer est bien vue.

Je le suis jusqu'à un établissement appelé "Le Perlemer". Il m'ouvre la porte. Oh, il y tient à ses fruits de mer.

Un réceptionniste se présente à nous, en nous souriant ... En LUI souriant. J'ai bien regardé, j'ai même retiré mes lunettes de soleil : elle lui souriait. Et voilà.... Joli cœur le retour. Et vous voulez me faire croire qu'il n'en a pas conscience ?

Enfiiiiin...

Elle nous guide à la terrasse et emboîte le pas à Niels. L'endroit est adorable. Plaisant, paisible... Idyllique. Mais qu'espérait-il en m'emmenant ici au juste?!

Je m'éloigne pour examiner l'horizon avec plus d'attention et en pensant moins à ce brunch... Le vent léger qui passe rafraîchit la chaleur exercée pas le siège de l'auto sur mon dos...

- Bel endroit... Merci.

Je me retourne vers Niels un sourire en coin, le sourcil lever l'air de rire.

- Ne me dites pas que vous ne l'aviez pas prévu... Vous avez fait la réservation, dis-je en venant m'installer.

Une femme vient nous apporter les cartes et de l'eau. "Naita". Je me demande de quelle origine elle peut bien être. Je lui fais un signe de la tête pour la remercier et attrape la carte que j'examine avant de voir Niels mettre ses lunettes... Oh, je vous assure, je ne sais pas non plus pourquoi ça me surprend tant.

Peut-être parce que ça lui donne un certain style. Ou un coup de vieux... ? Ou peut-être que je ne l'imaginais pas porter de lunettes ? Il lève soudainement les yeux vers moi et me surprend en train de l'examiner.

NE BAISSE PAS LES YEUX PIPER. SINON IL VA CROIRE DES CHOSES.

- Tout va bien? Avez-vous besoin d'autre chose? Je peux rappeler la serveuse si besoin...

- Non, merci... Tout va bien, dis-je en baissant les yeux sur la carte.

Plus tard, je ferme le menu et fais un signe de tête pour lui dire que je suis prête. La serveuse arrive et mon compagnon à la décence de me laisser commander avant lui.

- Well... J'aimerais une théière de thé noir parfumé et de la crème tout d'abord. Un petit-déjeuner français avec du pain perdu à la place des chouquettes, un chowder et un petit déjeuner anglais et un jus d'orange. Merci Naita.

Je tourne la tête vers Niels satisfaite et croise les bras. Une fille qui mange c'est bien, une fille qui mange beaucoup c'est impressionnant. Une fille qui mange énormément: c'est inquiétant.

- Bonjour, j'aimerais commander un déjeûner anglais traditionnel, s'il vous plaît. Rôties, et... un café s'il vous plaît. Avec crème.

Peu importe, j'avais vraiment envie de manger. L'air marin m'ouvrait l'estomac comme jamais. Bien plus que si j'étais à la maison avec le riz et le kimchi.

Je le regarde s'installer sur sa chaise. Je le fixe, les yeux légèrement plissées, silencieuse, neutre quoi qu'un petit sourire traine sur mes lèvres.

- Alors... quel est votre met préféré, Piper? Dites-moi...

- La tarte pistache rose et le thé.

Ce qui est vrai. Tous les jours, à l'heure du thé, je prenais un part de tarte au la rose et aux pistaches avec mon thé. Dans un petit salon de thé très familiale où j'avais une place bien à moi et ou la patronne et moi nous connaissions bien.

- Avez-vous un restaurant favori en ville?

- Le Peggy's. J'y vais tous les jours... A l'heure du thé.

Il s'excuse et sort de table... Je le regarde partir et inspire un grand coup en effaçant mon sourire apparent. Une main soutient ma tête, l'autre s'amuse à appuyer sur la pointe de ma fourchette pour la faire sauter.

Alors il s'attendait à ce que se soit aussi calme et ennuyant qu'un simple date? C'était quoi la suite ? "Ils tombèrent amoureux, se marièrent et eurent beaucoup d'enfants"? Non! Soupirant encore, je pivotais sur la chaise, pliant mon genou sur cette dernière, appuyée sur le dossier faisant dos à l'entrée et face à la mer...

Que faire... Peut-être dois-je être plus patiente ? Plongée dans mes pensées, les serveurs apportent nos commandes...
© 2981 12289 0


Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) Pipeo12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valet de l'Alliance
Niels Egilson

Niels EgilsonValet de l'AllianceMessages : 62
Date d'inscription : 03/05/2020


Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) Empty
MessageSujet: Re: Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper)   Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) EmptyJeu 13 Aoû - 1:47


JOUR 1: UN BRUNCH AU PERLEMER
PV PIPER PARK

T
out.... ça?  

Niels a écouté Piper énumérer ses choix pour le repas sans aucune gêne. Sous l'effet de la surprise, il a été sans mot pour une minute, puis avait balayé ce sentiment du revers de la main en engageant sur des questions ordinaires.

Il hoche la tête et sourit aux réponses de Piper, intéressé.

- Oh, le Peggy's? Il faudra que j'aille y faire un tour, si le thé est aussi bon qu'on le dit!

Quand il revient de la salle de bain après s'être lavé les mains, il la regarde . L'air ennuyée, perdue dans de profondes pensées... il se demande à quoi elle peut bien réfléchir... Il ne sait pas trop sous quel angle aborder cette femme, elle qui est si inaccessible. Si seulement il pouvait avoir une petite idée... mais avec elle, il se déplaçait en plein brouillard, sans aucune idée de quelle direction emprunter pour arriver à son but. Il devra juste.... essayer. Et espérer.

Les serveurs le devancent à la table. Ils sont trois,  Naita porte son plat et son café, tandis que deux hommes apportent les plats de Piper. Ils ont visiblement les yeux ronds comme des pièces de monnaie, mais ne disent rien, se contentant de faire leur travail. L'un des deux dépose une partie des plats sur leur table, et l'autre ses plats sur une seconde. Puis à eux deux, ils soulèvent la table supplémentaire pour venir l'ajouter à côté de la leur.

Vraiment, à première vue, on aurait pu croire à un festin pour quatre personnes affamées!
Les yeux de Niels s'éclairent d'un émerveillement amusé, pendant qu'il s'asseoit devant Piper.
Toute cette nourriture...

Il ferme les yeux un instant, et inhale plaisamment les fragrances qui se dégagent de leur table. .... Hmm, toute cette viande!

Il ne se laisse pas prier pour commencer quand il voit que Piper s'apprête à déguster aussi.

Hmmmm… comme la dernière fois où il est venu dans ce restaurant, la nourriture est vraiment surprenante.  Chaque élément du met s’harmonise merveilleusement avec les autres, éveillent ses papilles pour son premier repas de la journée. Et accompagné du café bien corsé…quoi de mieux. Vraiment. Niels regarde Piper entre ses cils, manger avec la grâce d'une reine.

- Vous aimerez le déjeuner anglais, il est vraiment délicieux.
De la main qui tenait la fourchette, il pointe de l'index en direction dudit plat.

Après plusieurs minutes, leur serveuse viens quérir leur satisfaction, de à quoi il réponds avec plaisir par l'affirmative.

Entre deux bouchées, il discute légèrement avec Piper à quelques reprises durant leur repas. Rien pour les ralentir, mais au moins ça permets de ne pas garder de silence trop long pendant qu'ils mangent. Autrement, la musique joviale mais douce du restaurant suffit à donner une bonne ambiance.

À quelques reprises, il a la joie de goûter à quelques bouchées de la multitude de plats qui sont devant Piper. Lorsqu'il termine son café, Naita reviens lui remplir, après quoi il la remercie gentiment.

Lorsque Piper finit de manger, Niels est heureux. Elle semble avoir apprécié. Mais avec elle, il ne devrait jamais trop se fier à son attitude. Elle est de celles qui peuvent envoyer valser quiconque avec un air d'ange.

Naita viens finalement, accompagnée à nouveau de ses deux comparses, ramasser les plats maintenant vides.
- Vous avez apprécié? S'enquit-elle, un grand sourire au visage.

- Oui, c'était délicieux, merci beaucoup.

- Désirez-vous autre chose?


Niels secoue légèrement la tête.
- Non merci, et vous, Piper? Demande-t-il en regardant la personne concernée.

Il revient à Naita qui hoche la tête.
- Une seule facture? Elle le regarde avec un air entendu.

- Oui, s'il vous-plaît.


Elle revient et glisse un petit livret noir sur la table à son côté. Il l'ouvre et jette un œil au chiffre, suite à quoi il prends son portefeuille et en sors quelques billets, qu'il insère dans la pochette.

Niels sourit à Piper.
- Aimeriez-vous vous dégourdir les jambes un peu sur la plage avec moi? Le temps est si bon que ce serait dommage de ne pas en profiter!

Il finit par se relever et se diriger avec Piper vers la sortie. Il remercie au passage les employés qu'il croise en leur souhaitant une bonne journée.

Sur la plage, le vent souffle un peu plus fort, et les mèches de Niels virevoltent en tous sens. Il éclate d'un rire léger. Dans les rayons éclatants du soleil, sa chemise blanche semble être encore plus blanche.
Il décide de se baisser pour retirer ses chaussures, qu'il garde en main.
Heureux, il s'assure que Piper est prête avant de se mettre en marche.
Il fait bon.
Il est bien.
L'odeur idée de la mer est délicieux.
Le sable chatouille en se glissant entre ses orteils nus.
Il ferme les yeux un instant pour profiter de cet instant .

À peine il les ferme, il les rouvrent presque aussitôt. La sensation d'un gargouillis frais venir lui lécher les jambes.
En roulant le bas de ses pantalons, il se permets de marcher un peu plus profondément dans l'eau.

Durant leur promenade, malgré qu’il continuent à échanger et converser, il sent Piper pensive, voire absente. À ce moment, il ne ressens pas la froideur distante de son attitude habituelle, mais il la sens néanmoins toujours déconnectée du contact humain normal.
Quelque part, là-dessous, il peut le sentir. Ce cœur tendre et doux. Dissimulé sous une cloche de verre.

Après un moment, ils finirent par rebrousser chemin et retourner vers la voiture. Sur le chemin du retour, Niels, pensif, fait le point sur le rendez-vous. Il était un peu embêté. Oui, il avait en effet voulu faire quelque chose de peu embêtant et léger comme premier rendez-vous. Mais la succession de banalités qu’ils avaient fait, malgré que les moments furent bons, lui avaient parus comme…. superficiels.

Avec un peu de chance… Demain serait un meilleur jour!
...La roue étaient en train de tourner, après tout.


(c) L Y S / L A E / M A T E N A



Niels = #006699
Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) T7cd
Piper Park

Piper ParkMessages : 103
Date d'inscription : 14/04/2020


Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) Empty
MessageSujet: Re: Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper)   Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) EmptyJeu 13 Aoû - 2:41

Jour 1
Pourvu qu'il ne débarque jamais au Peggy's à l'heure du thé... C'est tout ce que je demande... Sinon le thé allait avoir un autre goût.

Les plats arrivent finalement et une symphonie d'odeur se dégagent d'eux. L'odeur des fruits de mer, du céleri et du beurre salé... Rien de plus pour m'ouvrir l'appétit... Sans compter la viande.

Evidemment, je commence par le salé. Je ne me préoccupe pas de Niels et mange. Je prend mon temps, ne me sers pas de mes mains, mais uniquement de mes couverts. Aucun bruit de bouche. Aucun débordement. C'est l'avantage d'avoir été à CATS. Là bas: au moindre écart de comportement, on vous faisait bien comprendre que vous étiez "out".

- Vous aimerez le déjeuner anglais, il est vraiment délicieux.

- Hm hm...

Alors qu'il me parle je me contente de lui répondre simplement par des hochement de tête, des sons et quand je n'ai pas la bouche pleine: je lui répond normalement.

- Servez-vous si vous voulez. Je n'ai rien contre le fait de partager.

Alors évidemment, il m'a prit au mot. Il pique dans mes plats sans que je dise rien. J'ignore comment il peut apprécier les plats avec le goût du café... Enfin bon... Lorsque je finis enfin de manger: un sourire irradie sa face. Je garde mon air impassible, repose mes couverts et mâche tranquillement ma dernière bouchée avant de finir ma tasse de thé.

Naita revient alors .

- Vous avez apprécié?

Je me contente de lui sourire à la mesure de ma satisfaction.

- Désirez-vous autre chose?

Je fais non de la tête.

Puis vient le moment de payer. Niels est si... Motivé de m'avoir dans ses petits mouchoir, qu'il paye l'addition. Il mélange mes plat et les siens.  Je ne sais pas si c'est une bonne idée. Je devrais rester franche avec lui, non?

- Aimeriez-vous vous dégourdir les jambes un peu sur la plage avec moi? Le temps est si bon que ce serait dommage de ne pas en profiter!


 - Je vous emboite le pas, Niels.

Nous marchons sur la plage. Si je ne compte pas Niels: c'est une journée assez agréable. Ni trop chaude, ni trop froide. Cependant, rien de ce que j'avais prévu aujourd'hui n'a marché.

Il ne semble pas être sensible à mon apparence... Ce qui ... Me laisse croire que quelque part j'ai merdé. Et il n'a pas l'air de regretter de m'avoir trainée ici. J'ai l'impression qu'il à gagné...

Au final qu'est-ce qui pourrait bien le faire réagir si ce n'est un dos nu? Ou une odeur légère de jasmin... Peut-être n'ai-je pas les arguments, ce que Ame semble avoir. Dans ce cas là: je suis foutue.

Puis il ne semblait pas non plus être rebutée par mon grand appétit, mon silence et mon manque de conversation... Comment l'attacher à moi et lui donner envie de fuir en même temps...?

A quoi cela rime? Mais Piper, qu'est-ce que tu fais? Est-ce qu'au final je ne perd réellement pas mon temps? Est-ce qu'un "non" ne suffirait simplement pas?

Finalement, nous retournons à la voiture. J'ignore si Niels est pensif ou juste concentré, mais nous ne pipons mots jusqu'à ce que j'ai regagné ma maison.

- Merci Niels pour ce brunch... Ce fut... ( Je fais mine de chercher un adjectif.) "Copieux".

Après quoi je tourne mes talons et rentre chez moi.
© 2981 12289 0


Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) Pipeo12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) Empty
MessageSujet: Re: Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper)   Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Jour 1: Un brunch au Perlemer (PV Piper)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Rps 2020-