La ville est en Octobre 2020

Partagez
 

 After the Endgame [Ft. Niels]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
After the Endgame [Ft. Niels] T7cd
Piper Park

Piper ParkMessages : 116
Date d'inscription : 14/04/2020


After the Endgame [Ft. Niels] Empty
MessageSujet: After the Endgame [Ft. Niels]   After the Endgame [Ft. Niels] EmptySam 26 Sep - 22:41






S
amedi 10 heures. Devant chez Niels.

Qu'est-ce que je fous là hein?

Disons qu'après les dix jours passé avec lui, nous nous entendions plutôt bien au final. J'étais à l'aise avec sa personnalité et j'en avait quasiment oublié mon plan de lui en mettre plein la gueule. Nous aurions continué à nous voir s'il n'y avait pas eu l'attaque de Salazar causant un chaos indescriptible dans tout Quederla.

Tout le monde avait été touché par ça. Même moi.

Nous avions tué Salazar. Je l'avais vu mourrir déchiqueté par les loup de Kira et mes lionnes. J'avais décidé de sa mort. Et pourtant, chaque soir, ce cauchemar vivant jadis, revenait me hanter. Insomnies, sensibilité aux bruits métalliques et à la foule, hyper-vigilence et parfois, crises de nerf et d'angoisses.

Mais je gère.
Comme toujours.


Tout le monde avait été touché. D'autres plus que moi, alors pourquoi est-ce que je devais me plaindre? Certains avaient perdu leur maison, leurs familles, leur capacité physiques... Moi, je suis en vie avec tout ce que j'avais. Je n'ai pas le droit de m'en plaindre. Pour cette raison j'avais décidé de mobiliser le Fitz et d'autres endroits comme logement pour ceux qui en avaient besoin... Nourris, logés, blanchis.

Pendant ce temps je mobilisais mon argent et tout le reste pour réparer les maisons des gens et leur permettre de rentrer le plus vite possible chez eux.  Pour tous les enfants et jeunes gens qui avaient perdus leur parents, je m'étais entretenue avec des associés à moi afin qu'ils puissent les prendre en charge... En même temps, la verrerie du Fitz se faisait retaper... La peinture, les murs, les lustres, les vitres, la vaisselle et tout le reste.

Je faisais confiance à Ray et Andrea pour ça.  Ils étaient plus que content de reprendre le travail après cet enfer.

... La vérité c'est qu'en rentrant seule après la guerre... J'étais amorphe. Je ne sentais plus rien... J'étais comme lorsque le scandale de mon père avait éclaté. Je me suis assise sur les marches, devant la maison et j'ai fixé le sol pendant des heures. Et quand la ligne du soleil à éclairé mes pieds:  Ray est apparu en trombe avec Andrea.

Tout deux se sont figés en constatant la scène. Et tout ce que j'ai dit c'est:

- Où étais-tu?

Avec la voix la plus monocorde et indifférente que le monde ait pu entendre. J'ai par la suite raconté tout ce qu'il s'était passé. Ce qui a semblé les inquiéter. Mais me connaissant, ils ont tout de suite compris que ce qu'ils pouvaient faire pour m'aider serait de faire leur travail à la perfection.

Ensuite, j'ai appris que Niels était parti à l'hôpital. Alors je suis partie le voir. C'est moche ce qui lui est arrivé à la jambe. C'est pas grave, mais c'est vicelard comme blessure. C'est comme si ont te disait: "t'es pas mort mais t'as vécu la guerre et elle t'es passée dessus." Mais ça je l'ai pas dit à Niels, parce que c'est ce que je pensais. Ça voulait pas dire que c'était vrai. En fait, j'ai rien dit de très particulier. Je l'ai écouté. J'ai dit des banalité, comme quoi Salaz était mort et comment s'était passé nos démêlés avec les robots ect... Je lui ai posé des question sur lui, sa jambe et ce que les médecins avaient dit. Puis je suis repartie.

Et là, voilà.

Je suis devant chez lui. Habillée tout en noir , des lunettes de soleil sur le nez et une clope allumée coincé entre les lèvres.

Je me suis dit qu'il aurait sûrement besoin de soutient, ou d'aide dans son état. Comment prétendre être son ami si je n'agis pas comme une amie? Tenant mon sac par dessus mon épaule je fixe la maison. Pas mal. Très sophistiqué ... Pas mon style, mais qu'est-ce qu'on en a à faire? Hm?  Tant qu'on a un toit au dessus de sa tête et qu'on mange a sa faim: tout va bien non?

Qui plus est l'ami en question est sensé avoir Beauuuuucoup d'alcool à disposition.  Ça aide parfois. Le sien est peut-être plus fort que les autres et m'aidera à délier ce sac de noeud que j'ai en dedans...

Je m'avance jusqu'à sa porte et toc trois fois. J'attends. Rien. Je réitère mon appel, mais là encore rien à faire.

Je recule de deux pas, lève la tête vers l'étage et soupire. Sourd comme un pot. Pfff.

Je pose mon gros sac de voyage à terre et en sort un kit de crochetage que je trifouille avant de prendre deux crochets et poser un genoux à terre en baissant légèrement mes lunettes de soleil.

Les petits cliquetis creux et clinquant se font entendre avant que la porte ne s'ouvre. Je la regarde s'ouvrir et me relève en rangeant mon trousseau. Je rattrape mes affaires et entre en refermant la porte.

- Y'a quelqu'un? demandé-je en remontant mes lunettes sur mon nez en soufflant la fumée de ma cigarette.

Personne à l'étage, cependant, je sens quelqu'un dehors... Il doit être là.

Je traverse le salon et là, le voilà.  Son renard joue  à l'emmerder  alors qu'il ne répare je ne sais quoi par terre.  Il s'agace même que son animal puisse lui mettre des bâtons dans les roues, mais dans son état,  il n'est pas sensé faire quoi que se soit, surtout que ça se voit sur son visage qu'il peine à travailler. Il s'arrête soudainement, un peu à bout je crois.

Je relève le nez et laisse mon sac lourdement retomber sur le sol pour signaler ma présence, avant d'attraper ma clope entre mes doigts...

- J'savais pas que les éclopés en rémission étaient sensés réparer le sol de leurs patio.

... Je souffle ma fumé ailleurs avant de re-coincer ma clope au coin de ma bouche.

- Ecoute ta bestiole et ramènes tes fesses et mon sac à l'intérieur, tu veux? Le Conclave à besoin de ses membres en un seul morceau, pas en lambeaux...

Je tourne mes talons et rentre à l'intérieur, vers la cuisine pour aller faire du café (pour lui) et du thé (pour moi) ... Et si j'ai la foi: autre chose à manger pour le petit-déjeuner.
(c) L Y S / L A E / M A T E N A



After the Endgame [Ft. Niels] Pipeo12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valet de l'Alliance
Niels Egilson

Niels EgilsonValet de l'AllianceMessages : 64
Date d'inscription : 03/05/2020


After the Endgame [Ft. Niels] Empty
MessageSujet: Re: After the Endgame [Ft. Niels]   After the Endgame [Ft. Niels] EmptyDim 25 Oct - 22:42


AFTER THE ENDGAME
PV: PIPER PARK

H
ier, Niels avait enfin pu revenir chez lui, d'après son déjà trop long séjour à l'hôpital.
Raccompagné par son frère qui l'avait déposé chez lui, il lui avait un peu tenu compagnie le soir même, prendre un verre ensemble dans sa maison abîmée.
leur soirée n'avait pas été de toute joie, les deux ressassans l'état lamentable de la ville et les dégâts subis.
c'était tard qu'il avait été se coucher, mais s'est réveillé tôt le lendemain avec une résolution nouvelle.
La frustration de ne pas être en pleine capacité, ralenti et limité par son énorme bandage qui lui immobilise la jambe en position dépliée, et en plus avec la recommandation directe du médecin de ne. rien. faire.
C'est impossible. M'enfin. Il essaie. Un peu.
Il a fini par en avoir marre, et il s'est levé. Il a pris ses béquilles et a essayé de se débrouiller. Pas facile à cloche-pied, et de devoir se rappeler quand entretenir son bandage, ce qu'il arrive difficilement à faire seul, mais se débouille tout de même. C'est pas joli, pas bien fait ni professionnel le moins du monde, mais au moins c'était fait.
À certains moment, sa jambe l'élançait plus fortement et il devait s'arrêter, et reprendre des antidouleurs. Ça viens par vague.
Mais l'autre chose qui lui reste sur la conscience, autre que sa blessure, ce sont les évènements récents. La guerre de Salazar.
heureusement il s'en était ''pas trop mal'' sorti, comparé à tant d'autres qui avaient perdu la vie, ou des proches. Être témoin de violences, de mort... ce n'est jamais beau.
Ça hante les pensées, les rêves. Ça reste. Ça tache. Ça change.

les bâtiments abritant sa compagne à Quederla n'ont malheureusement pas survécu au plus dur de la bataille. L'entrepôt, y compris la réserve des alcools Egilson en stock en ville sont une perte totale. Le siège social (enfin le bureau) d'où il opère habituellement est aussi atteint, bien qu'un peu moins.
Dès qu'il serait remis sur pied, il lui faudra se relever les manches et s'y mettre. Ses employés réguliers, aussi, il avait compté deux décès, quatre blessés. Bien que son entreprise subissait les contrecoups des événements, il avait décidé d'aider financièrement ses employés touchés et les familles en deuil. Certains de ses employés épargnés, ont pris la décision de nettoyer les dégâts sur les lieux du travail, et ça le touchait sincèrement.
Le tout sera prêt à être reconstruit aussitôt qu'il pourra lui-même reprendre le travail.

Aujourd'hui, il a comme plans de réparer quelques bris dans sa maison.
Il est justement en train d'essayer, et bien sur... ''essayer'' de réparer quelques planches brisées sur le patio extérieur de la cour arrière de sa maison. La jambe bien calée, avec l'impression d'essayer de se contorsionner en traînant un poids mort qui le fais grincer des dents à chaque faux mouvement... Et puis Findel, le sacripian, qui ne cesse de se mettre entre lui et son travail, qui saute et resaute devant lui, lui tourne autour, et couine de son petit rire particulier. À force de le repousser et d'essayer de travailler en même temps, Il commençait à en avoir vraiment marre, et chaud qui plus est.
Un peu épuisé, déjà, il s'énerve contre son ami qui ne semble pas s'épuiser.

- Argh, Finn, s'il te plaît, arrête de me mettre des bâtons dans les roues, j'essaie de travailler, ici! Essayer... Là étaient bien les mots, mais il sait pertinemment qu'il n'arrivait pas à grand-chose depuis tout à l'heure; Ralenti et handicapé par sa jambe...
Justement, celle-ci commence à lui élancer, l'heure d'entretenir son bandage approche.

Il soupire et passe son bras dans son front pour essuyer la sueur qui a perlé sur sa peau.

- J'savais pas que les éclopés en rémission étaient sensés réparer le sol de leurs patio.

Il fige son geste une fraction de seconde seulement, surpris de ne pas l'avoir entendue ni sentie arriver. Vraiment, lui, quand il est trop concentré...
Il soupire, et abaisse son bras levé pour jeter un regard sur Piper.
Un sourire étire à ce moment ses lèvres....

- Ecoute ta bestiole et ramènes tes fesses et mon sac à l'intérieur, tu veux? Le Conclave a besoin de ses membres en un seul morceau, pas en lambeaux...

- Ah, mais qui voilà qui s'infiltre chez les gens comme ça? La taquine-t-il, en terminant sa phrase par un petit rire discret. ...Je suis content de te voir.

Il ne saurait se l'avouer, mais... il était content de la voir. Une petite chaleur, subtile mais bien présente, venait le réchauffer de l'intérieur, à présent.

Avant, ce n'était pas entièrement le cas. Enfin... Décrire le tout aujourd'hui serait plutôt compliqué et il attendait encore de voir comment vont se dérouler les choses pour vraiment pouvoir se prononcer, mais il est certain d'une chose, c'est qu'il ne veut pas abandonner, et qu'il commence vraiment à avoir l'impression que les choses bougent. Lentement, mais.... suffisamment, disons-le.
L'important, c'est d'y aller au jour le jour, et de se laisser porter par les événements... en y rajoutant son propre gain de sel. De, peu à peu, continuer de faire des efforts, de faire de son mieux.

- Mais en effet, tu as tout à fait raison... Je n'ai aucun argument à t'opposer.
Je... Je n'aime pas rester à ne rien faire, c'est tout.

Il soupire, découragé. Il fait un mouvement pour se relever, en se soutenant sur un pilier. Il tends un bras pour saisir ses béquilles, puis s'installe pour revenir en direction de la maison. Findel, fier de lui-même, trotte à son côté pour le précérer à l'intérieur, à la suite de Piper qui était déjà rentrée.

Il la retrouve dans la cuisine, où elle s'affaire, comme si elle était ici chez elle.
Niels sourit à cette pensée, et clopine jusqu'à l’îlot de cuisine.

- Hah... pas besoin de t'embêter avec ça, Piper... Je peux...
Mais il n'a pas le temps de terminer, que Findel reviens encore se mettre dans ses jambes, l'empêchant de la rejoindre, allant même jusqu'à lui mordre le coin de son vêtement et le tirer dans l'autre sens avec insistance; Niels perds un peu son équilibre, mais se maintien in extremis au dossier d'une chaise, puis s'énerve;

- ARRGH!! Non, mais... FINN!!! Sérieusement??
Il lève les yeux au ciel, sans le summum de son découragement.
-... Désolé Piper... je pense qu'il ne me laissera pas tranquille une seule seconde, je reviens dans quelques minutes...

Niels reprends ainsi ses béquilles, et repars en direction de sa salle de bain. Il y reste le temps de changer son bandage, et reparaît quelques minutes après, en re-clopinant de nouveau vers la cuisine.
Findel, tout fier de lui et content, l'accompagne à son rythme, et lance un petit jappement aigu pour saluer convenablement Piper.

L'air démonté, Niels s'asseoit finalement.

-...Pardon, pour tout ça. Et.... merci. C'est apprécié.

Puis, après un bref moment de réflexion;

- Mais... que me vaut l'honneur de ta visite chez moi?
Il penche un peu la tête de côté, ne pouvant s'empêcher d'ajouter ce qui suit;
-... Je te manquait, c'est ça? Wink

Puis il dissimule son sourire qui s'étire encore plus derrière la tasse de café qu'elle a eu la gentillesse de lui servir.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A



Niels = #006699
After the Endgame [Ft. Niels] Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
After the Endgame [Ft. Niels]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: La Capitale ~ :: Le Quartier Résidentiel :: Maison de Mr Egilson-