La ville est en Novembre 2020
-33%
Le deal à ne pas rater :
Antivol en U pour vélo avec câble [Vente Flasch]
13.05 € 19.56 €
Voir le deal

Partagez
 

 Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ; 1bj8
Dahlia Betz Voïnov

Dahlia Betz VoïnovMessages : 39
Date d'inscription : 06/10/2020


Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ; Empty
MessageSujet: Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ;   Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ; EmptyJeu 12 Nov - 0:42



Brigin' back old memories
Look: www
Mood: Administratif
Day: Tuesday 10/11
Time: 11 AM

All this color from the wonders of my brain I keep my eye on the prize, keeping my eye on the sky
Est-ce que l'on pouvait dire que tu avais eu une semaine chargée ? Absolument, enfin, en termes de rencontres certainement. Tu ne te rappelais pas avoir fait autant de fêtes et autre depuis un bon moment déjà. Tu soupirais, tu devais te lever de ton lit alors que le soleil commençait à peine de se lever, fort heureusement, tu avais fait des gâteaux et pâtisseries en plus la veille, car tu n'aurais pas eu le temps de préparer grand-chose aujourd'hui .... Déjà, dans un premier temps il fallait que tu te débarbouilles le visage. Pour une fois après une nuit aussi folle, tu avais atterri bel et bien dans ton lit, avec tes affaires et ton chat. En général, tu ne rentrais pas, mais là ... Tu ne le connaissais que très peu, depuis quelques semaines environ. Pff, qu'importe, avec ce genre de choses tu n'avais pas la notion du temps. Tu avais eu un petit coup de cœur sur le coup, il avait eu le petit truc en plus que tu recherches en général, mais c'était différent, m'enfin, peu importe. Tu te lèves de ton lit, allant prendre une douche, te brosser les dents, dompter ta tignasse et aller t'habiller. Puis tu prends ton petit-déjeuner avant de descendre dans ton café, voir ce qu'il y avait à faire avant l'ouverture.

Il n'y avait pas tant de choses que ça aux premiers abords, ceci dit tu avais beaucoup à faire administrativement parlant. Tu t'installais un temps, attendant les premiers clients. Tu t'étais mise sur la table juste devant l'entrée, histoire de voir qui entrait dans le café et, surtout, pour être réactive. De toute façon, aujourd'hui tu savais que tu n'aurais pas eu grand monde. Les Mardi c'était toujours les mêmes têtes que tu voyais depuis le début, les gens qui travaillent à coté ou ceux qui ont le temps de se déplacer, mais dans tous les cas, les nouveaux clients se faisaient rares. Il était 10h, tu avais ouvert et tu voyais déjà quelques clients, avec qui tu étais devenue proche à force, franchir le seuil de la porte. Tu prenais directement de quoi les servir, les laissant le temps de s'installer où bon leur semblait, retournant, presque instantanément à ton travail concernant la gestion. Tu parlais un peu avec les clients qui étaient à coté, remarquant que quelques autres personnes entraient, pareille, des habitués, vous vous mettiez à discuter tous ensemble lorsque quelqu'un entre. Tu ne le voyais pas souvent, voir jamais dans le coin, mais son visage ... Il te rappelait vaguement quelqu'un, tu plisses des yeux, posant ton stylo pour l'accueillir.

— Bonjour, en quoi puis-je vous aider ? »
ft Luci Omnia


Dahlia dit des bêtises en #62918B
Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ; TUfMPGu

love ♥:
 


Dernière édition par Dahlia Betz Voïnov le Sam 14 Nov - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quederla-rpg.com/t3881-boite-aux-lettres-mlle-betz-vo
Membre de l'Alliance
Luci Omnia

Luci OmniaMembre de l'AllianceMessages : 4
Date d'inscription : 31/10/2020


Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ; Empty
MessageSujet: Re: Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ;   Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ; EmptyJeu 12 Nov - 4:12

Ne pas être mort, ce n’est pas être vivant.
Je me voyais comme un taulard en conditionnel. Chaque jour n’était qu’une option, chaque nuit rien de plus qu’une promesse. On pourrait penser qu’avec mon caractère j’étais épargné par la merde du quotidien, que les problèmes ne me touchaient et pourtant je n’étais rien de plus qu’un homme, avec ses tares, ses lubies et bien sûr ses embrouilles. Ses jours-ci ? Je devais de la thune à des gars. Beaucoup de thune. Un paquet de thunes. A des mauvais gars. A des terribles gars. Bref. Comme qui dirait j’étais dans une merde noire, et comme tout Homme qui se respecte quand il se retrouve dans une telle situation, il remet tout au lendemain. Il évite le problème jusqu’à ce qu’éventuellement le problème finisse par le rattraper, ou dans mon cas jusqu’à ce que le problème vienne me briser la nuit dans une petite ruelle sombre, après avoir découpé tous mes membres, et après avoir rempli, de sucs et de liquides divers et variés, chacun de mes orifices. Tout un programme en somme. Alors il fallait jouer profil bas. Cela commençait par fermer ma précieuse librairie quelques jours. Il fallait que je me terre dans un appartement loin du mien, loin de mes habitudes. Maaaaaais. J’étais pauvre. Extrêmement pauvre, c’était ça qui advenait des débiles profonds qui mettaient toutes leurs thunes dans des livres, et qui ne remboursaient jamais des psychopathes dangereux.

Et comment on trouve un appartement dans une ville où on n’a aucun ami ? C’est simple étape une, on boit jusqu’à oublier les évènements de la soirée, étape deux on trouve une meuf un peu facile, un peu naïve, sans grande prétention, ni atout physique, un véritable cinq sur dix au mieux, une pouffiasse pour qui on est pas besoin de décrocher lune si possible avec des daddy issues qu’on pourra transformer en véritable boomerang humain, manipuler facilement et si possible qui accepte l’anal.

J’y peux rien si je suis un gentleman en plus d’être un poète.

Bref. La soirée … Eh bien se passa, j’imagine, puisqu’à mon réveil, j’étais dans un lieu qui m’était totalement inconnu, des marques de griffures sur le corps et un goût de sang dans la bouche. Deux options, j’avais couché avec un tigre, deuxième option j’avais baisé avec un cadavre. Je levais alors timidement le draps pour vérifier le corps à côté de moi … Une mèche blonde … Un œil … Un autre … OH MON DIEU LA CONNE ELLE RESPIRAIT TOUJOURS !
Je vins retenir un cri de soulagement avant d’inspecter son visage. Une crème blanchâtre recouvrait ses pupilles, et ses lèvres, je m’approchai … Du sperme. Définitivement. Du sperme. Qu’est-ce que j’y pouvais moi finalement ? Je n’étais qu’un homme qui aimait que sa progéniture soit avortait sur du papier, ou que ses spermatozoïde féconde la pupille d’une jolie jeune fille ! Un homme simple, avec des plaisirs tout aussi simples !

J’enfilais en quatrième vitesse des vêtements à peine propre empestant juste à peine l’alcool pour que se soit supportable en prenant soin de les baigner dans du parfum bon marché qui se trouvait chez elle. Je descendais à toute vitesse les escaliers d’un quartier maudit où je ne voulais pas m’attarder avant de prendre un bon bol d’air frais suivi d’une gauloise brune pour me réveiller. Ah l’air frais, le tabac chaud, les gens derrière vitres teintées… Des gens derrière une vitre teintée ? merde, il m’avait repéré. Je commençais à courir le plus vite possible, traversant, allées, ruelles, sautant les grillages, tout cela sans jamais regarder derrière moi.
Après quelques minutes de courses effrénées (qui avec ma constitution et mes poumons usées par les moisissures me sembla durer deux demi siècles), j’arrivais finalement à un café. Je ne pris pas le temps regarder le nom, encore moins le menu, je me jetais sur une chaise l’air de rien avant de continuer ma vie, sans paraître suspect.

Une voix me demanda alors si elle pouvait m’aider.

Je me tournais vers elle… Je la remettais. Je l’avais connu il y a de ça des années. Elle était une gamine à l’époque… On était … Ami ? Proche ? Des connaissances ? Vieilles amitiés ne connaissent la rouille, vieux proverbes tient pas la route. Je sentais les échantillons de parfums, mêlaient subtilement à l’alcool, ma gueule souillait par la crasse, et des cicatrices sur toute la gueule. Je ne pouvais pas décemment pas me présenter à elle, c’est pour ça que lorsqu’elle me demanda de longues secondes passèrent avant que je puisse répondre. Me reconnaîtrait-elle ? Je ne savais pas… Mais je n’étais pas en position de faire la fine bouche, il fallait que je me fasse oublier un instant. Du moins le temps que les furieux perdent ma trace. Ils devaient être entrain de me chercher dans ce quartier, et il me fallait du temps. Un peu de temps.

J’enlevais ma veste sur ma chaise, avant de lui afficher un sourire timide. Je ne pouvais pas lui montrer mes dents jaunâtres, alors je contentais d’un sourire discret.

« Luci … Tu me remets ? Peut-être pas. Cela fait … pfiou, trop longtemps maintenant pas vrai ? Plusieurs vies se sont écoulés, regarde toi tu serais méconnaissable. Et moi alors… Je suis venu pour.. »

Je repris mon souffle. Je haïssais mentir. Je ne supportais pas cela. Il fallait que je dise la vérité sans pour autant dire toute la vérité.

« Je suis venu pour visiter le quartier avec une connaissance. Et je t’ai vu donc je me suis dit qu’on pouvait rattraper le temps perdu ? »

Pfiou. Je m’en sortais bien. Et merde, à travers la vitre, je vis les deux guignols essoufflés armés jusqu’au dent me cherchant. Je baissa le regard derrière ma main.

« Mais je veux bien un verre de Café … Sans sucre, avec beaucoup de whisky, et très peu de café si possible. »

Promis sur ma tombe, je me rattraperais Dahlia
 

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ; 1bj8
Dahlia Betz Voïnov

Dahlia Betz VoïnovMessages : 39
Date d'inscription : 06/10/2020


Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ; Empty
MessageSujet: Re: Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ;   Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ; EmptySam 14 Nov - 20:24



Brigin' back old memories
Look: www
Mood: Soucieuse
Day: Tuesday 10/11
Time: 11 AM

All this color from the wonders of my brain I keep my eye on the prize, keeping my eye on the sky
Un client pas comme les autres, un client non habituel. Tu le regardais de haut en bas, ses vêtements qui ne semblaient pas propres au vu de l'odeur qui titillait tes narines, tu pouvais sentir un soupçon d'alcool aussi, mais ne dis rien. Un client est un client, tu ne voulais juste pas que les autres le juge du regard. Tournant la tête, tu fusilles tes clients du regard, eu qui étaient déjà en train de jaser sur ce pauvre homme qui te semblait pourtant très sympathique. A quoi cela servait de juger les personnes à leur apparence, au fond, il pourrait être beaucoup plus influent qu'eu, mais le cachait sous cette facette d'insouciance et de crasse. Tu soupires, le laissant poser sa veste sur la chaise qui se trouvait en face de la tienne. Il semblait te connaître, c'était une possibilité, mais toi ... Tu avais du mal à faire ressortir ces moments que vous auriez pu partager de ta mémoire. Luci dit-il ? Effectivement tu te souvenais d'un Luci, mais il n'avait pas cette allure. Dans un sens, tu avais fat sa rencontre au collège, il y a de belles années qui se sont écoulées depuis ... Tu déglutis, si c'était bien lui, qu'est-ce qui lui avait valu un tel changement radical. Tu souffles sur tes mèches de cheveux, regard accusateur sur le faciès alors qu'il continuait de te raconter maintes et maintes choses.

Tu rêverais de te poser autour d'un café pour discuter avec lui, mais tu avais malheureusement à faire. Tu aurais toi aussi aimé parler du bon vieux temps, de ce temps perdu aussi là la vue de ce que tu appréciais à l'époque, mais serais-tu prête à en parler ? Tu soupirs, venant rassembler les papiers sur ta pochette, faisant un peu plus de place avant de te diriger vers le comptoir, lui préparant son café avec du whisky ... C'était un irish coffee qu'il voulait en fait, non ? Tu regardes ta machine, lui préparant tout ça. Il n'y avait pas beaucoup d'alcool dans ton établissement, mais tu te devais de pouvoir au moins servir un irish coffee, au moins ça ... Tu souris, préparant tout ça en lui posant une petite pâtisserie française pour éponger le, possible, reste d'alcool dans son sang. Tu soupires, amenant le petit plateau à la table en regardant Luci. Tu ne disais rien de particulier, te contentant simplement de t'asseoir en face de lui, posant ton coude sur la table, prenant appuie sur la pomme de ta main. Tu l'observes encore, comment en était-il arrivé à cet état ? Lui qui n'osait te regarder en face.

— Qu'est-ce qui t'es donc arrivé Luci ? »

Tu ne savais pas dans quelle situation il était désormais et tu ne te sentais absolument pas légitime à juger son apparence ou quoi que ce soit d'autre. Ce que les autres, eux, ne s'empêchaient pas de faire. Tu soupires, regardant les autres clients qui t'appelaient tour à tour pour régler l'addition. Ils travaillent et restait que très peu de temps ici en général, te laissant quelques derlas en pourboire avant de quitter les lieux. Tu les raccompagnais tour à tour vers la porte d'entrée. Mais le temps commençait à se gâter, à l'intérieur, on ne voyait presque rien avec ces nuages soudains et cet orage surprenant. Pendant que tu rangeais les quelques pancartes qui se trouvaient à l'extérieur, un homme assez étrange, te rappelant ceux que tu avais pu côtoyer dans la vieille ville, vient à te parler. Le fait que tu sois la petite protégée de Néméroff te servais beaucoup avec eux et cette situation n'y fit pas exception. Le regardant de haut en bas, lui qui te demandait si tu avais vu un homme aux cheveux clairs pas très bien habillé dans le coin. Evidemment, tu ne lui dis rien, excepté que tu lavais vu fuir dans une ruelle plus loin. Ils étaient partis, direction opposée à ton restaurant.

Soupirant un bon coup, tu ne savais pas dans quelle galère tu avais encore fourré ton nez, ceci étant dit, tu en connaissais un qui devait très bien le savoir, lui au moins. Fermant la porte du café, tu te tournes en direction de Luci, les bras croisés, sourcil arqué. Il voulait rattraper le temps perdu, allons-y alors.

— Dans quelle situation t'es-tu fourré ? Je t'ai défendu sans même avoir la certitude que l'on se connaisse vraiment. »

Tu soupires, t'asseyant en face de Luci, les jambes et les bras croisés alors que tu plantais ton regard dans le sien. Sérieuse, tu étais en droit de savoir ce qui pouvait possiblement te tomber sur le coin du pif.

— Accouche, maintenant. »
ft Luci Omnia


Dahlia dit des bêtises en #62918B
Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ; TUfMPGu

love ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quederla-rpg.com/t3881-boite-aux-lettres-mlle-betz-vo


Contenu sponsorisé

Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ; Empty
MessageSujet: Re: Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ;   Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ; Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Brigin' back old memories ☆ Luci Omnia ;
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: La Capitale ~ :: La Rue Piétonne :: Le Café "Dahlia's Bakery"-