Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Thaddeus Joplin~ [co']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Thaddeus Joplin~ [co']   Ven 14 Mar - 17:13

Thaddeus JOPLIN

{Dans l'ombre du caducée}

PETITE PRÉSENTATION
NOM : Joplin
PRÉNOM(S) : Thaddeus
SURNOM : À vous de m'en trouver un! ^^
DATE DE NAISSANCE : 23 avril
ÂGE : 22 ans
SEXE : Masculin
FAMILLE : Habitants
CAPACITÉ : x
SITUATION : Célibataire
QUESTIONS

DE QUAND DATE VOTRE ENTRE DANS LA FAMILLE ?
x
QUELS SONT VOS LIENS AVEC ELLE ?
x
POSSÉDEZ-VOUS UNE ARME, SI OUI LAQUELLE ?
Bistouri
PHYSIQUE
Comment décrire Thaddeus sans décrire ses yeux? Leur éclat doré, comme deux petits soleils pailletés d'or, est la première chose qui se remarque chez lui.Ont les croiraient animés d'une vie propre, s'illuminés ou encore sombre selon ses émotions, mais jamais impassibles. Avec de la pratique, on peut presque il lire ses émotions comme dans un livre ouvert. Mais la s'arrête son expressivité.

Sur son visage aux traits nobles, il est très difficile de déceler le moindre changement d'humeur, comme s'il portait en permanence un masque de marbre qui, quelque fois, se craque d'un sourire en coin. Néanmoins, lui arracher une expression relève presque du fantastique, sinon un vague haussement de ses  sourcils blonds ou un froncement de nez.

Il est également de grande taille, de quoi pouvoir jouer au basket sans trop de problème si se n'était pas de ses épaules qu'il trouve trop larges. Thaddeus a horreur de sa taille et aurait rêvé d'être un peu plus petit, avoir les jambes plus courtes et moins d'épaules...Et les mains plus petites. Celles-ci sont grandes et musclées, comme les reste de son corps. Doué d'une impressionnante dextérité, Thaddeus accomplie tout les jours des gestes précis dans son travail, mais parfois il s'empêtre un peu dans ses grandes mains douces.

Thaddeus est très beau, mais franchement, il ne s'en rend pas du tout contre.  
CARACTÈRE
Thaddeus est quelqu'un de buté. Il n'aime pas essuyer un refus et encore moins une défaite. Néanmoins, c'est un jeune homme persévérant, qui ne laisserai jamais tombé quelqu'un ou quelque chose qui lui tiens à coeur. Guérir et soigner les gens est pour lui une source de bonheur qui lui ai vitale. Jamais il ne refuse de soigner un malade ou un blessé, que ce soit le pire des criminels ou un innocent. Pour lui, tous les êtres sont fondamentalement bon et tout n'est jamais complètement noir.
Thaddeus possède un sens critique du tonnerre et un oeil de lynx. Chaque détails est pour lui toujours important, mais le plus important est de rester neutre. Il ne s'attaque jamais à personne directement et si cela en venait à être le cas, il ne se gênerait pas pour jouer des ses muscles. Mais en général, il est calme et posé. Souvent pensif.
Sinon, il ne parle pas beaucoup, préférant observer et écouter, sauf lorsque le sujet l’intéresse vraiment . Il aime beaucoup la musique, surtout la musique classique, douce et riche en émotion. Thaddeus en écoutait beaucoup après la mort de sa famille, se perdant dans la mélodie et s’y accrochant pour ne pas sombrer dans le chagrin.
Le grand blond a l’air un peu fermé en apparence, mais il écoutera toujours celui qui vient lui parler, répondant ou pas.
PÈRE CASTOR RACONTE NOUS UNE HISTOIRE !
Je suis né dans une petite ville à l'extérieur de Quederla d'environ 5000 âmes. Les habitants n'étaient pas particulièrement riches, ni particulièrement pauvres non plus. Ma mère travaillait pour le libraire qui avait sa boutique juste à quelques pas de notre maison. Elle était située juste au dessus de la boutique de barbier de mon père ou il y travaillait chaque jour. Étant barbier, mon père possédait toutes sortes de lames des plus aiguisées et des ciseaux en n'en plus finir pour réaliser les désirs de ses clients: plus court par-ci, rasé de près par-là...

Je n'ai jamais connu quelqu'un d'aussi précis dans ses gestes, aussi sur de lui...jamais il ne tremblait. Un homme adroit qu'était mon père en effet. Lorsque je lui ai demander comment avait-il appris à contrôlé ses mouvements quand il passait sa lame près du cou de ses clients, il me raconta avoir été à la guerre. Étant un piètre soldat, on l'envoya aux côtés du médecin de camp pour soigner, amputer, opérer et recoudre les soldats blessés au combat. Et qu'ainsi, lorsque venait le temps de sauver la vie de quelqu'un, il ne fallait jamais trembler.

Chaque fois qu'il me racontait ses vieilles aventures de soldats, ma mère lui ordonnait de se taire en lui administrant un coup de livre sur l'arrière train, s'écriant que ce genre d'histoire n'était pas faites pour un enfant de mon âge, alors que, vraiment, j'étais fasciné. Mon père alors pouffait de rire en voyant ma mère se mettre en colère contre lui et l'emprisonnait dans ses bras pour la noyer sous une vague de bisous. Bien que ma mère protestait vivement, pour la forme, elle ne restait jamais fâchée bien longtemps contre lui. Mes parents s'aimaient beaucoup.

.....

J'eu un petit frère et une petite sœur, des jumeaux. Ainsi, la vie était paisible. Plus je vieillissait, plus je me passionnait pour les histoires plus ou moins morbide de mon père sur ses opérations mais aussi tout ce qui avait attrait à la chirurgie. Je souhaitais ardemment poursuivre cette voie, mais pas avant d'avoir les moyens de payer pour suivre les cours de médecine. Ceux-ci étaient administrés par l'abbaye de la ville et une fois terminés, on recevait le titre de soigneur. Mais pas sans entrer dans les ordres monastiques, autrement la candidature était rejeté.  

Je pu payer mon entré des les ordres grâce aux profits que j'avais accumulé en travaillant pour mon père à sa boutique de barbier. J'étais devenu pratiquement aussi habile que lui pour manier les lames affûtées sans problèmes. Mais j'avais envie de tout connaître et la seule façon pour moi d'en apprendre plus était d'entrer définitivement dans l'abbaye et de poursuivre les cours de soigneur. Et j'y entrais finalement à mes 18 ans. On me remis soutane, chape et barrette que j'allais devoir mettre pour le reste de mes jours. Je fis vœu de pauvreté, d'abstinence et important encore, d'obéissance. Je devais obéir à l'abbé et à tous les ecclésiastiques supérieur à mon rang.

Sans le savoir, les techniques de guérison que les moines nous enseignant étaient loin d'être des faits scientifiques. Elles relevaient beaucoup plus en effet de ce qui étaient approuvé par l'Église, qui refusaient tout bonnement de pratiquer une opération ou d'expérimenté différents médicaments sur un malade. Le raisonnement scientifique n'avait pas ça place ici.

On nous appris comment et à qui prier pour guérir de tel ou tel maladie, comment pratiquer une saignée efficace, comment lire le zodiaque pour déterminer les maladies et  comment savoir quel onguent utiliser en cas de besoin. Jamais on ne nous appris à recoudre des plaies ou à ligaturer un membre.

Je ne pouvais pas me permettre de contredire les moines. J'avais fait vœu d'obéissance et j'avais trop d'orgueil pour quitter les ordres, après avoir voulu y entrer toute ma vie. Alors j'y restât. Bien sûr, j'avais le droit de voir ma famille. Je demandais à ma mère de m'apporter tout ce qu'elle pouvais trouver sur la médecine. La plupart des livres étaient également de l'avis des moines. Mais certains parlaient autrement de la médecine. Ils détaillaient avec précisions les moindres parties du corps humain. J'appris ses livres par cœur, mais en cachette.

La plupart de mes journées en tant que futur soigneur, je les passais soit avec les autres étudiants, avec le soigneur de l'abbaye mais la plupart de mes journées se passait en ville. En effet, à 21 ans, je passait enfin de la théorie à la pratique. Nous allions directement chez les gens malades et appliquions tout ce que nous avions appris durant nos cours. Évidemment rien ne se passait jamais comme prévu. J'avais l'impressions que la saigner ne servait à rien, sinon de tuer le malade à petit feu...Et prier n'apportait souvent rien du tout. Et la plupart des nos patients mourraient.

Un jour je fus seul à me rendre chez une famille dont la mère avait été coupé au bras par une bande de voyous qui lui avaient volé sa bourse. Elle avait le bras sévèrement entaillée. J'ai beau panser la plaie, le sang coulait sans cesse de l'ouverture. Normalement, selon l'enseignement des prêtres, je devais appliquer un certain onguent et laisser guérir la blessure. Je savais que cet onguent était inefficace sur ce genre de blessures, car auparavant un homme c'était présenté avec la même type de blessure au monastère...L'onguent ne fit pas effet et l'homme perdu son bras. En regardant cette famille, la honte m'envahie. Je savais comment les aider, mais pas sans brisé ma promesse de toujours suivre les enseignements des moines.

Je ne pouvais pas laisser cette femme perdre son bras, mon but était de la sauver, et que cette famille passe d'aussi beaux moments que j'eu durant ma jeunesse. Je demanda alors au père de m'apporter du fil et un aiguille, ainsi que du vin chaud pour stériliser la plaie. Quelques instant plus tard, la plaie s'était enfin arrêtée de saigner. La jeune femme me remercia chaleureusement ainsi que son mari. Désormais, dès que j'en avait la chance, je délaissais les méthodes des moines pour pratique une véritable médecine. Tout cela dans le plus grand secret. Je devenais de plus en plus avide de connaître ce qu'il y avait au delà de ces livres inutiles que les moines nous donnait comme toute vérité. Ma mère continuai de m'apporter des livres de véritable médecine et je prenais toujours un immense plaisir à les lire.

....

Puis soudainement, presque d'un jour à l'autre, on nous interdit de sortir de l'abbaye. Les moines ainsi que l'abbé nous apprîmes qu'il y avait une maladie, une sorte de fièvre, qui se propageait de plus en plus rapidement dans la ville. À ce moment là, j'ai cru devenir fou de rage. On enfermait les soigneurs de la ville alors que des dizaines, peut-être des centaines de gens mourraient douloureusement! Pendant que nous attendions tout bonnement la fin de la maladie, tranquillement en sécurité dans l'abbaye, je suppliais l'abbé de me laisser seulement examiner un malade, dans mon fort intérieur, j'étais certain de pouvoir faire quelque chose pour empêcher ces morts. Mais j'essuyait un refus catégorique de l'abbé. Cet homme. Ils nous enferma pendant des semaines et des semaines et jamais je n'ai haïs un homme autant que lui!

Je n'avais jamais ressenti autant le besoin de tuer quand j'ai vu mon père, ma mère mon frère et ma sœur dans leur sac mortuaire, prêt à être jetés dans la fosse en compagnie des autres malheureux. Comme si mon âme se fendait en deux.

Décrire le sentiment qui m'as envahir le soir où j'ai pu trancher la gorge de cet homme est une chose qui m'est encore impossible de faire. J'ai adoré et j'en frissonne de honte. Je jetais ma soutane dans l'âtre du feu et quittait la ville pour fuir le plus loin possible.

Le plus loin que je pu aller fut Quederla, une ville immense où personne ne me connaissais. Je vendis tous ce que j'avais, puis je m'achetais une boutique de barbier. C'était très modeste, mais il y avait trois étages, le premier étant la boutique, le deuxième où j'habiterais et en ferais mon chez moi, et le sous-sol où j'installais petit à petit et grâce aux profits de la boutique une salle d'opération clandestine. Je n'avais beau pas avoir de diplôme, cela ne m'empêcherai pas de faire ce que j'aimais le plus. Bien que je sois officiellement barbier, personne ne maîtrisait mieux que moi la lame d'un bistouri! Je soignais donc ceux qui n'avait pas l'argent, pas le temps d'attendre à l'hôpital, pas le temps qu'on leur pose des questions sur leur accident...ce qui pouvait se révéler efficace et utile dans une ville où les crimes faisaient rage.



Et en vrai ?

{Quelque chose à dire ?}

PRÉNOM/SURNOM : Franfran
ÂGE :  19 ans
COMMENT ETES-VOUS ARRIVÉ ICI :  Duh!
UN COMMENTAIRE ? UNE IDÉE ? : Joli rebooth du fow o/
LE CODE DU RÈGLEMENT : Validé !


Dernière édition par Thaddeus Joplin le Jeu 20 Mar - 18:03, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Kira SerykMessages : 3129
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Thaddeus Joplin~ [co']   Ven 14 Mar - 17:38

Thaaaaaad :3

Contente de te retrouver parmi nous =3
Bonne chance pour la suite de ta fiche Wink


Je vous grogne dessus en darkblue.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Thaddeus Joplin~ [co']   Ven 14 Mar - 20:13

Bienvenue parmi nous ^^

Bonne chance pour la suite de ta fiche Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Thaddeus Joplin~ [co']   Ven 14 Mar - 21:42

Thaddou le retour *-*
Hâte de relire ta fifiche :3
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Thaddeus Joplin~ [co']   Jeu 20 Mar - 18:03

Fini~
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Thaddeus Joplin~ [co']   Jeu 20 Mar - 18:21

C'est ok pour moi, tu es validé Wink
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Thaddeus Joplin~ [co']   

Revenir en haut Aller en bas
 
Thaddeus Joplin~ [co']
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Anciennes présentations-