Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Une matinée salée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une matinée salée   Ven 18 Juil - 23:02

Oh... minute là... on se calme... voilà que l'autre en rajoute une couche... ? Je n'aurais pas cru de la part d'une des Valets du roi Domae. Et je rêve ou elle a perdu un oeil dans l'histoire ? Enfin sa couleur plutôt.

- On s'en tape qu'elle ait des yeux en sapin de Noël, c'est trop bien ! Laisse-la moi laisse-la moi j'm'en occupe !
- Et puis quoi encore ?! T'as vu ce que t'as provoqué ?!
- Ouais justement, c'est génial !

C'est terriblement troublant et bizarre. Pour le coup je recule un peu. Je ne suis sûrement pas le meilleur observateur du monde, mais quand on est habitué au moindre petit changement chez soi-même, on les remarque mieux chez les autres. Et là, j'en frissonne. J'ai l'impression d'avoir une espèce d'apparition Pankenienne devant les yeux. Est-ce que c'est juste parce qu'il vient de faire son cirque ? Ou c'est autre chose ? Je n'en sais rien. Je ne peux rien dire.

En tout cas, quoi que ce soit, Naeryan a changé d'attitude de façon assez remarquable pour que je me montre d'autant plus prudent. Elle répond à l'autre abruti avec un air clairement aguicheur, doublé d'une pointe d'arrogance et d'un sourire sadique dont il est complètement fan.

- Veux y aaaaaaaalleeeeeeer-euuuuuh, elle est kro bieeeeeeeen-euuuuuuh, s'teu plaaaaaaaaaait !
- Boucl... tais-toi !

Il faut que je me barre d'ici. Je ne veux pas savoir le pourquoi du comment, si c'est juste Naeryan qui s'amuse ou s'il y a autre chose derrière. Ca me regarde pas, et...

- Tout ce que tu peux m'offrir ma belle ! Dommage que j'ai un gêneur dans le coin qui...

- DEGAGE DE LA !

Pour le coup, je crois que j'arrive limite à l'assommer tellement je mets de la rage dans la reprise du contrôle.

- Maaaais doucement, j'suis fragile moi !
- Rien à secouer !

J'essaye de garder plus ou moins le sourire de charmeur - que je trouve toujours débile - qu'il a pris, histoire de pas trop casser le changement. Mais quelque chose me dit que je me fatigue pour rien...

- Un gêneur avec qui j'ai rendez-vous pour une autre affaire. Pas de bol. Une autre fois peut-être.

Pfff qui j'essaye de convaincre, elle ou moi ?

- Personne, tu sais très bien que t'es foutu. Tu ferais mieux de me laisser continuer.
- Va crever en enfer pourriture.
- Oh que de mots d'amour, je suis touché.

Au moins, même s'il fait toujours son malin, je suis certain qu'il ne peut plus me reprendre le contrôle. Je l'ai trop vivement viré, je suis tranquille pour quelques heures. Enfin... L'heure n'est plus à la négociation mais à la fuite. Je recule encore du coup, lentement, mais sûrement. Pas question de lui tourner le dos pour le moment. Même si je cours vite, elle aussi, et je préfère l'avoir en visu tant que je ne suis pas certain de pouvoir fuir sans me faire trancher dans le dos.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une matinée salée   Sam 19 Juil - 11:52

Une matinée salée….

- Tout ce que tu peux m'offrir ma belle ! Dommage que j'ai un gêneur dans le coin qui...

"- Je vois..."

** - C'est un dérangé!!!
- Ouais, lui aussi...
- On ne mélange pas les torchons et les serviettes. Nous on maitrise, pas lui.
- Ça, c'est une évidence en tout cas
- Mais ça explique pas mal de choses.
- Maintenant, on a une raison de lui coller aux basques en tout cas. Et de le surveiller attentivement.**


- Un gêneur avec qui j'ai rendez-vous pour une autre affaire. Pas de bol. Une autre fois peut-être.


Belle tentative de se reprendre mais si cela aurait pu marcher avec quelqu'un d'autre, ce n'est nullement mon cas. Son sourire est à présent forcé, son attitude bien plus méfiante. Il est sur le point de s'enfuir, reculant sans me quitter du regard. Mais je ne le laisserais pas s'échapper de la sorte. Maintenant, j'ai une un sujet de conversation à creuser avec lui. Et pas n'importe lequel.

"- Ce gêneur-là, tu ne t'en débarrasseras pas suite à un quelconque rendez-vous. Parfois lutter signifie se briser alors que faire un compromis suffirait à régler une situation plus que complexe."

Blackbird est repartie, me laissant reprendre ma place. Oui, elle n'est pas douée pour les explications et préfère me laisser gérer ça. Je laisse mes paroles en suspens. Je suis persuadée qu'il est bien assez intelligent pour comprendre de quoi je lui parle. Maintenant, sera-t-il à même de l'accepter, c'est une autre question.

"- Tu pourras me fuir, fuir ta famille, ton sang, le monde entier même, mais il y a des choses que l'on ne peut qu'affronter. Comme le 'gêneur' par exemple.... "

Je n'ai même pas tenté de me rapprocher de lui mais je suis prête à le suivre malgré tout. Cependant, je préférerais qu'il ait compris mon message. Si l'idée de le supprimer m'avait traversé l'esprit, il n'en était plus rien. Il y avait chez lui un ressemblance, un point commun entre nous que je voulais creuser. Mais je ne pourrais pas le faire sans son consentement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une matinée salée   Sam 19 Juil - 12:16

Encore un pas, un autre, je vais bien finir par être assez loin pour filer. Je ne veux rien savoir et rien faire savoir aux autres. Je retourne dans mes ruines et je n'en sors plus avant dix ou vingt ans. Ptêt même plus en fait, histoire d'être sûr qu'on m'aura oublié, ou que ceux qui me connaissent un tant soit peu se seront tous entre-tués.

- Tu peux pas passer toute ta vie à fuir. Et puis j'te laisserai pas faire non mais oh, j'veux pas vivre en ermite moi.
- J'te demande pas ton avis.

Evidemment ma tentative désespérée pour étouffer le poisson dans l'eau n'a pas pris. C'eut été trop beau, que pour une fois j'ai du bol. Je hais ma vie des fois. Faire un compromis ? Avec Panken ? Et puis quoi encore ? C'est tout bonnement impossible. On ne peut rien obtenir de bon de cette andouille.

- Hey j'te rappelle que grâce à moi tu t'es pas fait buter par la tueuse à gage canon !
- J'aurais pu m'en sortir seul.
- C'est ça, et moi je me suis tapé le père Noël trois fois cette nuit pendant que tu dormais.
- ...

Bon ok j'avoue, c'est de la pure mauvaise foi. Mais il m'énerve trop à l'heure actuelle pour que je reconnaisse quoi que ce soit de vive voix.

- Et parfois aucun compromis n'est possible.

Je ne sais pas ce qu'elle y connait en folie, mais tant mieux si elle a plus de chance que moi, à supposer qu'elle ait aussi ce genre de soucis. Je n'en suis pas sûr et je ne veux pas que ça change. Moins j'en sais sur les autres, mieux je me porte, et moins je risque de finir en pâtée pour connaître quelque chose qui ne doit pas l'être. Naeryan a l'air nettement moins malsaine d'un coup, et son oeil bleu est revenu, mais peu importe le pourquoi du comment.

- Mais si ça se trouve c'est une super copine comme nous, ça serait génial ! Imagine si on fait des gamins, le monde qu'ils auraient dans la tête si ça se transmet !
- ...

Soupir, soupir. Je me sens moins énervé, le désespoir remplace petit à petit la colère. Le blasement aussi. C'est l'effet Pankenien. Voilà la Valet qui me fait la morale sur la fuite. Qu'est-ce qu'elle sait vraiment sur moi pour me juger ainsi ?

- Ben que t'es qu'un pauvre con paumé pas fichu de s'assumer doublé d'un gros lâche qui fuit sa propre famille depuis un an, ça me parait suffisant non ?
- Va. Te. Faire. Voir.
- N'empêche que j'ai raison.

Finalement il m'énerve à nouveau. L'autre en face aussi remarque. Faut que je me calme, sinon c'est un coup à péter un câble, même sans que l'autre abruti prenne le contrôle. D'ailleurs j'écarte ma main de mon couteau, mieux vaut éviter autant que possible la tentation.

- Parce que tu me connais tellement que tu sais tout de moi, de ma vie et de ce que j'endure continuellement ? Qu'est-ce qui te dit que je ne l'affronte pas à chaque instant de ma minable existence ?

- Ah tu reconnais que t'as une vie de merde, c'bien, on va ptêt pouvoir faire quelque chose de toi !

Je l'ignore, ça ne sert à rien de répondre, à part m'énerver davantage. Je sers les poings, faut que je respire, zen. Elle ne m'a rien fait, pas encore en tout cas. Mais qu'on débarque pour me faire la morale sur un truc que je suis seul à connaître parfaitement... avec en prime les remarques de ce crétin... j'ai du mal à le supporter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une matinée salée   Sam 19 Juil - 14:14

Une matinée salée….

- Et parfois aucun compromis n'est possible.

Il avait donc parfaitement compris où je voulais en venir. De ce fait, je n'avais plus le moindre doute sur la nature de ce gêneur dont il avait cité l'existence. lui aussi faisait parti des rares personnes dans le même cas que moi: aux personnalités multiples peuplant un seul et même corps. Pourtant, si je vivais parfaitement bien cet état de fait, il était évident qu'il n'en allait pas de même pour lui.

"- Il y a toujours une solution à un problème. Mais je n'ai jamais dit que cette dernière était simple, encore moins évidente. "

- Parce que tu me connais tellement que tu sais tout de moi, de ma vie et de ce que j'endure continuellement ? Qu'est-ce qui te dit que je ne l'affronte pas à chaque instant de ma minable existence ?

** - Genre on est rien de plus que des poids quoi. Sympa l'image qu'il renvoie de nous ce sale gosse.  
- Avoue qu'au tout départ, l'entente n'était pas toujours au rendz-vous entre nous trois.
- Et alors, ce n'est qu'un détail. On a bien réussi, pourquoi il pourrait pas lui?
- Parce que chaque cas est unique?
- T'as vraiment décider de me faire chier jusqu'au bout toi?  
- Mais je suis là pour ça, tête de piaf. Tu croyais quoi?
- Qu'un jour peut-être tu servirais à quelque chose.**


Bon, autant sur le départ j'ai espéré un instant que leur discours puisse se révéler intéressant mais là, je coupe le volume en renvoyant mon attention se focaliser uniquement sur mon interlocuteur. Ce n'est plus de la méfiance qui se dégage de lui, il y a autre chose aussi. Comme une sorte de peur même si ce n'est pas le mot le plus approprié.

- Je n'ai jamais prétendu tout savoir et encore moins tout connaitre de vos personnes. Cependant, je sais des choses, oui. Dont certaines pourraient se révéler plus qu'utile vu la situation dans laquelle vous êtes.

Il a bien parlé d'affrontement, ce qui signifie que l'autre n'est pas sous sa coupe. Pas assez pour qu'il se sente en sécurité. Suffisamment pour le pousser éternellement vers la fuite. Serait-ce une des raisons, voir la raison, qui aurait pu le pousser à quitter les Domaes? Pourquoi, cela pourrait se comprendre. Enfin, je ne suis pas l'armée du Salut non plus alors je ne vais pas passer ma journée là, à attendre que monsieur le déserteur finisse par se décider.

- Mais je ne vous forcerais pas à me croire ni à accepter mon aide. Vous êtes en âge de savoir ce qui est le mieux pour vous. En espérant que vous soyez encore capable de faire la différence entre un allié potentiel et un réel ennemi.

Si mon invitation à prendre son avenir en main ne lui suffit pas, tant pis pour lui. J'ai d'autres choses à faire que de veiller à la survie d'un fuyard. Pourtant, je serais curieuse d'en découvrir plus sur ce gêneur, comme il l'appelle.

- Accepter est le plus compliqué mais c'est aussi le premier pas indispensable pour évoluer....
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une matinée salée   Sam 19 Juil - 15:12

Je crois que je ne suis vraiment pas d'humeur à supporter le speech sage de quelqu'un. Toujours une solution à un problème, super, qu'est-ce que ça m'avance. Pas simple ni évidente, sans blague. Merci capitaine, très utile. Rofl faut que je pense à un truc calme, zen. Elle ne fait vraiment rien de mal, ça part même sûrement d'un bon sentiment, enfin je crois. C'est pas en m'énervant sur elle que ça va changer grand chose à ma situation.

- En effet. Essaye de lui faire un gros câlin pour voir ?

L'ignorer c'est relativement facile. Ou du moins possible. Si seulement je pouvais l'éteindre, le bâillonner, quelque chose... Respire, respire, tout va bien. Elle sait des choses ? Utiles au vu de ma situation ? Bon réfléchis... l'est plus qu'évident qu'elle connait l'existence de l'autre abruti dans ma tête. Vos personnes elle a dit ? Elle croit que j'en ai d'autres ? Bon dieu, un seul ça me suffit amplement. Ou alors elle englobe juste Panken et moi. Enfin peu importe.

Donc elle sait. A partir de là, est-ce qu'elle a déjà eu affaire à des personnes dans mon cas ? Gaara ? Peut-être. Ou alors elle est dans le même. Ben tiens maintenant elle prétend qu'elle ne me forcera pas, alors que deux minutes plus tôt elle m'ordonnait quasiment de discuter avec elle.

- Parce que maintenant j'ai le choix ? C'marrant, me semblait que je l'avais pas ya cinq minutes.

Panken déteint sur moi, ça va pas. Souffle, souffle, un bon coup, voilà comme ça. Faire la différence entre un allié potentiel et un réel ennemi ? Je n'ai pas d'allié.

- Mais si, t'as moi !

C'bien ce que je dis. Pas d'allié donc. Et en tant que Domae, elle est bien plus proche de l'ennemi qu'autre chose, surtout en connaissant la présence de Panken dans ma tête. Je ne sais pas vraiment quelles conséquences ça peut avoir dans la famille, et je n'ai absolument pas envie que ça change. C'est bien pour ça que je me suis carapaté. Maintenant... je me vois mal lui demander de me ficher la paix et de ne rien dire à personne.

- T'as qu'à la faire taire définitivement alors et c'est réglé !
- Et puis quoi encore ?
- Rho on te propose une solution et t'es pas content ! Dans ce cas t'as qu'à lui parler et accepter les conseils qu'elle peut te filer.
- Pour subir je ne sais quelles questions sur toi ? Non merci.
- T'as juste peur qu'elle voit que je suis meilleur que toi, c'qui est pas dur, c'tout. T'es vraiment un abruti n'empêche, tu râles, tu râles, tu râles, et quand quelqu'un peut ptêt t'aider, tu fuis. A croire que t'aimes notre situation finalement.

C'est qu'il donne presque l'impression d'être sérieux...

- Genre pourquoi presque ? J'peux dire des trucs intelligents moi aussi non mais oh !

Miracle. Je suppose que j'ai trop été habitué à ma vie de solitaire pour avoir envie de parler à quelqu'un, surtout de ça. Et puis je ne suis pas du tout convaincu par cette soit disant aide. Je ne vois pas comment ça pourrait s'améliorer avec Panken - sauf s'il disparaît bien sûr - et surtout on a rien sans rien. Je n'ai pas envie d'avoir une dette, surtout envers une Domae.

- J'te manquerais trop si je disparaissais.
- Oooh non.

De toute façon je sais très bien que c'est impossible. Ca reviendrait à vouloir m'arracher un organe vital et à essayer de vivre sans. Alors je dois faire avec, aussi branlant et agaçant soit cet organe. Je ne vois pas ce que Naeryan pourrait changer à ça.

- Et en quoi tu pourrais m'aider ?

J'ai toujours envie de me barrer. Je n'aime pas du tout cette situation, ça change trop de mes habitudes et ça va dans une direction que je n'arrive pas à cerner. Mais Panken n'a pas tort, si pour une fois je peux avoir quelque chose pour m'aider... ça serait trop bête de passer à côté juste à cause de mes réflexes de fuyard. Alors... avant de prendre une décision réelle, j'aime autant en savoir plus. Savoir s'il y a vraiment quelque chose à faire ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une matinée salée   Sam 19 Juil - 17:23

Une matinée salée….

- Parce que maintenant j'ai le choix ? C'marrant, me semblait que je l'avais pas ya cinq minutes.

"- Beaucoup de choses peuvent changer en si peu de temps. Il y a 5 minutes, vous n'étiez qu'un simple déserteur. A présent, à mes yeux, la donne est différente. "

** -A tes yeux ouais, parce que nous on a pas notre mot à dire.
- Mais de quoi tu te plains. Tu ne rêves que d'une chose: revoir ce second lui que tu as entraperçu tout à l'heure.
- Cen’est pas faux mais quand même. On est une équipe, on a tous voix au chapitre. C'est le deal.
- Bien pour ça que j'ai précisé à mes yeux. Seulement le bleu et le vert m'appartenant. Les vôtres, faites-en ce que vous voulez.
- Belle répartie.
- Et tu te crois drôle?
- Ça va, arrête de geindre un peu.
- La prochaine fois, je nous crève les yeux, vous rigolerez moins.**


- Et en quoi tu pourrais m'aider ?

- En vous prouvant tout d'abord que je sais parfaitement de quoi je parle, afin de lever vos soupçons. Car il est évident que vous en avez encore...
Ensuite, en vous offrant la possibilité de ne plus être sans cesse dans l'affrontement, afin de pouvoir aussi vivre et ne plus vous limiter à une fuite éternelle.


** -Comme c'est beau. Pour un peu, tu me ferais pleurer.
- Il n'empêche que je suis perplexe. Depuis quand aide t-on des renégats?
- Qui a dit que cela se ferait sans contrepartie?
- Et que comptes-tu lui demander en échange? De revenir? Des tas de gens ont déjà dû s'en charger.
- Et de toute façon, ce sera toujours tout bénef pour nous. On saura tout de son cas donc il ne pourra rien à notre encontre.
- Vu sous cet angle, c'est vrai que l'on reste gagnantes sur tous les fronts. Ça me va alors.**


Je me déplace un peu, la circulation sur le port se faisant un peu plus dense à mesure que le temps avançait. Rien de méchant mais je préfère avoir de quoi me mouvoir à ma guise. Je me permets même un pas en arrière. Maintenant, il a toutes les cartes en main, c'est à lui de choisir de saisir sa chance ou bien de la laisser passer.

"- A présent, c'est à vous de voir. Cependant, je ne promets pas que ma proposition sera valable Ad Vitam Aeternam. Alors décidez-vous, mais vite. Je suis attendue ailleurs..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une matinée salée   Sam 19 Juil - 18:26

Ah je ne suis plus un déserteur maintenant ? Bonne ou mauvaise nouvelle, je ne sais pas trop... Et je suis quoi maintenant ? Un truc marrant ? Un cobaye ?

- Si c'est elle la scientifique, pas de soucis, je fais la souris quand elle veut !

C'est ça.

- Et je suis devenu quoi maintenant ?

Simple curiosité. Sûrement encore un déserteur, même si je trouve le terme peut proche de la réalité. Je suis parti dans l'intérêt de la famille, je ne l'ai pas vraiment trahie. Enfin de leur point de vue si bien sûr. Mais bon peu importe ce qu'ils croient ou pensent, tant que j'ai la paix. Naeryan veut me prouver qu'elle sait de quoi elle parle ? J'attends. Bien sûr que j'ai des soupçons, c'est bien grâce à ça que je survis dans ce monde de dingues. La possibilité de ne plus s'affronter ? J'ai du mal à imaginer ça. Faudrait que l'autre andouille arrête de me casser les pieds et de vouloir tuer tout le monde, ou se taper la moindre jolie fille qui passe.

- T'es mignon j'ai pas envie de passer ma vie à me faire chier dans des ruines comme toi moi.
- Dommage que ça soit moi qui commande.
- Pas toujours. Je pourrais te mener la vie bien plus dure j'suis sûr si j'voulais !
- C'est ça.

S'il le pouvait vraiment, il le ferait sans hésitation, je le sais très bien. Je le connais l'animal. Normal, c'est moi, dans un certain sens. Brrr quelle horreur, rien que d'y penser j'en frissonne. Vérité ou pas, c'est pas plaisant de se dire ça. Qu'est-ce qu'elle raconte d'autre ? Fuite éternelle ? Je ne fuis plus. Enfin seulement quand un Domae vient me casser les pieds. S'ils se passaient le mot et arrêter de me tomber dessus à longueur de journée, tout irait très bien.

- A mon avis elle parle plutôt du fait que t'es pas foutu de m'assumer.
- Je vois pas en quoi c'est une fuite.
- Tu fuis une partie de toooooi, mais tu ne pourras jamais lui échapper, alors il te faut l'accepter et la laisser s'exprimer, bouuuuuh !
- ...
- Ben quoi ? Dans l'idée j'suis sûr que c'est ça !
- C'est la forme qui plante alors.
- Ouais ben désolé mais j'ai épuisé mon quota de sérieux pour l'année là.

La Valet bouge un peu alors que des travailleurs du port passent. Ca commence à sérieusement se réveiller ici, il fait pas bon rester en plein milieu. Je m'écarte un peu des quais, histoire de laisser la place aux autres, et me rapproche plus du côté des conteneurs.

- Aaaah elle va partir, la laisse paaaaaas, j'veux revoir sa version psychopathe moiiiiii !
- Arrête de couiner et laisse-moi réfléchir !
- D'accourd. Mais dépêché-toé.

Facile à dire, c'est quand même pas une décision évidente à prendre. Surtout que je n'ai aucune garantie sur le silence de Naeryan, et à mon avis elle n'est pas du genre à se soucier d'en parler ou pas à quelqu'un. Je ne sais pas jusqu'à quel point elle sait de quoi il est question, ni de là jusqu'où elle peut respecter ou pas la chose et le secret qui l'entoure.

Au final, je reviens à mon point de départ. Je n'ai pas vraiment le choix, même si elle dit me le laisser. C'est trop risqué de la voir filer en connaissant plus ou moins l'existence de Panken, et je ne suis pas un tueur.

- Mythoooooooooo !

De toute façon... pour le moment je ne m'engage à rien. Juste à écouter ce qu'elle a à dire. Le reste... j'aviserai.

- J'ignore jusqu'où ça peut aller, mais, à défaut de prendre une décision réelle immédiate, j'accepte de t'écouter plus en détail sur ce que tu prétends savoir. Et en avoir la preuve, tant qu'à faire.

Je jette un coup d'oeil autour de nous. Ca devient vraiment fréquenté maintenant, et même s'il y a pas mal de bruit, c'est clairement plus le bon endroit pour discuter. Finalement... elle aura ce qu'elle a demandé plus tôt. J'en souris un peu, pas vraiment de joie sur le visage, plus un côté ironique qui n'est pas sans plaire à Panken.

- Choisis ton bar, je vais te le payer ton verre.

- Ouaaaaaaaaaaaais trop bien ! Tu vois quand tu veuuuux ! Avec le sourire qui va avec en plus ! Bon t'aurais mieux fait de prendre le mien, mais c'est déjà pas mal.
- Arrête de fanfaronner, je fais ça pour moi, pas pour toi.
- Ouais ça revient au même.

Je sens que je vais le regretter...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une matinée salée   Sam 19 Juil - 19:34

Une matinée salée….

- Et je suis devenu quoi maintenant ?

"- Pour faire simple, un paumé. Quelqu'un qui ne sait plus comment gérer sa propre identité...."

** -Eh, c'est censé être moi la rentre dedans du groupe. A lui causer comme ça, tu vas lui faire peur.
- En même temps, elle aura au moins le mérite d'être honnête.
- Mais c'est pas drôle, c'est mon rôle de sortir ce genre de vacheries aux gens.
- Énoncer une vérité n'est pas vraiment de ton ressort, Blackbird.
- Et paff, mange-toi ça dans les dents.
- Je ne vois absolument pas pourquoi tu dis ça. Je dis toujours la vérité.
- Aussi déformée que possible, oui.
- Simple différence d'interprétation, nuance.**


En face, c'est le silence pourtant, nos regards ne se sont pas quittés. La question est simple à présent: quel sera son choix? Le port s'éveille de plus en plus et à ce rythme, bientôt, nous ne pourrons pas rester davantage sur les quais. Trop dangereux, trop exposés aussi. Alors il va falloir qu'il se décide.

- J'ignore jusqu'où ça peut aller, mais, à défaut de prendre une décision réelle immédiate, j'accepte de t'écouter plus en détail sur ce que tu prétends savoir. Et en avoir la preuve, tant qu'à faire.

- Sage décision. Qu'il en soit ainsi dans ce cas.

Dans un sens, je suis plus que satisfaite de sa réponse. Il ne lâche pas toute sa méfiance mais fait malgré tout un pas en avant. Mieux que rien mais ce n'est pas encore grand-chose. Les préceptes de la famille, sans doute ancrés dans son éducation, plus cette crainte que son secret ne soit découvert. Il va y avoir fort à faire avec lui mais ce n'est pas un problème en soi. Cela ne fera que donner un peu plus de piment à toute cette histoire.

- Choisis ton bar, je vais te le payer ton verre.

"- Celui qui se trouve au bord de la jetée fera parfaitement l'affaire. Ce lieu ne devrait pas vous être inconnu. "

Disons que ce Bar faisait facilement office de plaque tournante dans les échanges de renseignements divers ou les signatures de contrats plus ou moins légaux. Chacun savait fermer les yeux sur les magouilles d'autrui, du moment que cela ne nuisait en rien au business des autres.

Je passe devant, me frayant un chemin sans le moindre souci au milieu de la foule des dockers qui ne cesse de se densifier. La Bar n'est pas loin, à peine quelques minutes à pied. Je ne prends pas la peine de me retourner, je suis persuadée qu'il me suit. J'ai réussi à éveiller assez sa curiosité pour qu'il veuille en savoir plus, alors il viendra à moi.

Je pousse la lourde porte de l'entrée. L'ambiance est lourde et chaude mais je n'y prête aucune attention. Je me dirige vers le fond de la salle, où se trouve comme des sortes d’alcôves, des lieux parfaits pour discuter en toute discrétion et mener ses affaires loin des oreilles indiscrètes. J'invite Ezreal à venir s'asseoir face à moi tandis que l'on vient prendre nos commandes. Une bière pour ma part. J'attends le départ de l'importun avant de revenir à mon interlocuteur principal.

"- Par quoi préférez-vous commencer? Les questions ou la démonstration? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une matinée salée   Sam 19 Juil - 21:25

Je suis un paumé, tiens il me l'avait pas encore faite l'autre.

- Lâche, con, coincé, cupide, abruti, sans couilles, mal fringué, et j'en passe, ça te suffisait pas ? J'peux ajouter le paumé si ça te fait plaisir.
- ...

Passons. Je ne me sens pas spécialement paumé, je sais ce que j'ai à faire. C'est pas forcément la meilleure solution du monde, mais c'est celle que je suis et jusqu'à présent, à quelques exceptions près, ça ne m'a pas trop mal réussi. Il semble que ma décision qui n'en est pas vraiment une, du moins pas définitive, suffise à Naeryan pour le moment. De toute façon, c'était ça ou rien. Je veux bien faire quelques concessions mais ya des limites.

Le bar de la jetée donc. Pas le coin le plus gratiné, mais s'il n'y a pas encore une tueuse à gage dans le coin ça devrait aller. Et puis de toute façon si un type vient nous enquiquiner, je crois que là je n'hésiterais pas à lui péter un bras ou deux pour avoir la paix. Je suis vraiment pas d'humeur...

- Huhu il est bien quand il est comme ça.

J'attends un instant avant de prendre la suite de la Valet des Domae. Il commence presque à y avoir foule ici mais je n'ai pas de mal à la garder en vue.

- Oh le beau p'tit cul, elle est encore mieux de dos !
- Mais ferme-la un peu. Beaucoup même si possible.
- Bah quoi ? J'te signale que si je regarde, toi aussi, fais pas l'innocent.
- Je la regarde dans son ensemble pour la suivre.
- Ouais ouais ! N'empêche que mate moi ce cul miam !

Je grommelle et l'ignore. Je crois que je suis devenu incapable d'apprécier physiquement une fille rien qu'à cause de ses remarques. Non je ne suis pas attiré par les mecs non plus, pas la peine d'y faire allusion ! Ceci précisé, je rentre à la suite de Naeryan dans le fameux bar où il fait une chaleur étouffante. Je n'y fais pas attention et continue derrière elle jusqu'à une des alcôves discrètes où ce sont les affaires les plus louches qui se concluent. Je n'en ai jamais fait ici d'ailleurs. Trop casse-gueule. C'est un coup à se faire couper la gorge en sortant.

Je m'installe dos contre le mur, avec une vue sur le reste du bar, par habitude. Au cas où. Et bien sûr plus ou moins face à la Domae, que Panken reluque sans se gêner.

- Elle est encore mieux de près, rrrrr, manque plus que son côté psychopathe et je suis amoureux !
- Toi amoureux ? Tu sais ce que ça veut dire ?
- Ben ouais, c'est quand on adore s'envoyer en l'air avec une nana en particulier et qu'elle est le meilleur coup que t'as sous la main !
- ...
- J'ai pas bon ?

Aucun commentaire. Une serveuse vient prendre les commandes, mais rien ne me fait envie, alors... je prends la même chose que Naeryan, une bière, que je ne toucherai pas. Elle n'aura qu'à la boire après la sienne si elle a envie. Une fois la demoiselle partie, elle reprend où on en était. Par où je préfère commencer ? Ca c'est une question facile, ça change. Avant de poser des questions, je veux être sûr qu'elle a vraiment les compétences requises pour donner les réponses. Enfin si l'on peut dire ça comme ça.

- La démonstration.

- Ouaaais un spectacle, trop fort ! J'espère qu'elle doit être à poil pour ça !

Soupir, soupir, soupir...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une matinée salée   Sam 19 Juil - 21:50

Une matinée salée….

- La démonstration.

Évidemment. Je ne sais même plus pourquoi j'ai posé la question au final. Sans doute plus pour la forme qu'autre chose. Enfin, au moins maintenant, les choses sont claires. J'attends que notre commande soit arrivée et je remercie la serveuse, la politesse ne coute rien avant de mettre au point quelques derniers détails avec les deux autres dans ma tête.

**- Tu vas me laisser sortir, hein? A moi l'honneur!
- Il t'a surtout déjà vu, du coup se sera plus simple pour tout le monde.
- Et comme ça, au besoin, Enfelid pourra aussi se manifester plus tard. Mais autant ne pas griler toutes nos cartouches tout de suite.
- Je suis d'accord là-dessus. Ça me va.
- Forcément que ça te plait, tu vas pouvoir faire la mariole.
- Jalouse, va.
- Manquerait plus que ça, tiens. **


Je jette un coup d’œil au Bar qui n'est pas très peuplé à cette heure. Mais il y règne déjà un léger brouhaha parfait pour nous laisser tranquille dans notre coin. Je ferme les yeux un instant, une grande respiration et puis, je rouvre les paupières. Mon regard n'est plus vairon mais le voilà redevenu d'un jade pur et profond, presque hypnotique. Et déjà, tout mon être suit ce changement.

Mon corps a changé d'attitude, il est bien moins neutre à présent. Le sourire sur mon visage est joueur, mystérieux et sauvage. Plein de vie et très expressif. Je m'affale légèrement avant de m'étirer un grand coup, comme si je me réveillais. C'est un peu le cas pour Blackbird, qui prend tout son temps. Elle aime jouer la carte de la mise en scène, elle en serait presque fatigante des fois.


Une fois prête, je me penche et viens saisir ma bière, accoudée comme n'importe quelle fille de la rue à la table, mon regard vrillé sur le sien, jouant nonchalamment de ma tasse entre mes doigts fins et agiles. Oui, tu le sais parfaitement que c'est moi sans être moi pour autant. Maintenant, tu vas comprendre à quel point nous nous ressemblons.

- Alors Blondin, c'est qui le gêneur? Parce que ce n’est pas une façon de traiter ainsi une partie de toi-même. Tu mériterais des baffes pour ça mais bon, t'as de la chance, on m'a demandé de rester soft. Pour le moment....

Un éclat passe dans mon regard tandis que je viens boire une grande gorgée de ma boisson. Ah, ça rafraichit. Je me laisse retomber contre le dossier derrière moi, me balançant tranquillement sans le quitter des yeux.

"- Alors, dis-moi, t'es convaincu? T'as compris ou l'autre voulait en venir? Ou tu as besoin... de plus?"
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une matinée salée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une matinée salée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les RPs 2014-