Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé.
Un MP vous sera envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !
Félicitation à Nashoba Dreiden !
Son RP a été élu meilleur RP du mois !

Partagez | 
 

 A la poursuite du danger (with Vocruen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: A la poursuite du danger (with Vocruen)   Dim 17 Aoû - 21:37



 
Depuis que Jay était arrivé à Quederla, elle avait croisé pas mal de personnes qui étaient recherché. Des criminels de haut vol et des petites frappes. Mais aujourd'hui... Elle avait une cible, une vraie, une bonne. Il s'agissait d'un violeur, assassin dont elle avait entendu parler dans plusieurs villes. Il avait apparemment essayé d'intégrer les Elementis, sans succès. Évidemment, ceux ci n'allaient pas l’accepter en connaissance de cause. Apparemment, Shadow l'avait bien amoché lorsqu'il s'était proposé à eux, mais il avait échappé de peu à la mort. Peut-être avait-elle simplement voulu lui donner une leçon.

Tant mieux pour Jay, elle allait pouvoir s'occuper de cet énergumène.

Elle le trouva à l’orée de la forêt Silva et se cacha entre les branchages. Elle tira une flèche qui vint se planter à ses pieds. Elle ne voulait pas l'abattre à la vue de tous et ne pouvant parler, elle voulait le pousser à s'enfoncer dans la forêt. La récompense lui serait donnée si elle le tuait, autant faire cela bien.

L'homme sursauta et regarda autour de lui. La jeune femme fit exprès de se montrer légèrement et il recula de quelques pas avant de se mettre à courir pour entrer dans la forêt. La chasse pouvait commencer ! Elle se mit alors à courir entre les arbres, faisant bruisser les feuilles, tirants des flèches pour l'effrayer et le pousser à s'enfoncer encore plus dans la forêt, ce qu'il fit.

Elle eut un petit sourire alors qu'ils s'approchaient d'une grotte. C'était le moment, s'ils s'enfonçaient plus elle risquait de le perdre, elle devait agir maintenant. Elle banda alors son arc et tira. Elle avait vu un homme sortir de la grotte et calcula la trajectoire grâce à cela. La flèche rasa la joue de l'homme et vint se planter dans le dos de sa cible, celui ci s'étalant au sol dans un cri de douleur à cause de la puissance du tir.

Elle rangea alors son arc dans son dos avec son carquois et fonça voir sa cible, sa cape voletant pendant sa course. Elle s’agenouilla alors près de l'homme. Il gémit et elle sortit une aiguille à sa taille qu'elle lui planta dans le cou. Il tomba alors en léthargie et elle se redressa, satisfaite de sa prise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: A la poursuite du danger (with Vocruen)   Lun 18 Aoû - 10:54

C'est une bonne journée pour la chasse. L'automne n'est plus très loin, le gibier s'aventure dans des zones peu habituelles pour faire des réserves en prévision de l'hiver, l'occasion idéale de faire les miennes. Plus j'ai de stock, moins j'ai à me rendre en ville, ce qui me convient parfaitement. C'est aux aurores que nous sommes partis, Visrin et moi, cueillir quelques lapins à la fraîche. Les journées sont encore relativement chaudes et donc gênantes, mieux vaut profiter de la nuit, et de toute façon les meilleures heures de chasse sont l'aube et le crépuscule.

Cette fois, j'ai pris le rôle du rabatteur. On se vaut l'un l'autre, alors on change parfois, pour s'entraîner aux deux postes, ça ne fait pas de mal. J'attire les proies vers mon compagnon, et mes réflexes me permettent de facilement garder le gibier dans la bonne direction. Au moindre écart, je réagis et le force à reprendre la route vers leur mort. Quand enfin elle arrive, c'est sous la forme de mâchoires puissantes qui leur broie la nuque. Visrin s'occupe d'un des lapins, moi de l'autre. Je n'ai pas de crocs, mais mon organix fait l'affaire. Une seconde pour l'attraper et le déplier, puis un coup sec dans la gorge, juste la bonne dose de force pour le tuer net sans trop abîmer la fourrure. Ca se revend.

Nous en avons chassés encore une bonne dizaine avant de rentrer tandis que le soleil commençait à chauffer davantage l'atmosphère, passant de l'aube à la matinée. J'apprécie de retrouver la fraîcheur de ma grotte. Elle est spacieuse et très profonde, ce qui empêche un éventuel curieux de voir que c'est habité. On s'est mis pratiquement tout au fond, près d'une galerie qui mène à une autre sortie, plus petite, dissimulée sous des racines d'arbre. Le confort est rustique mais efficace : une chaise récupérée en ville, un matelas qui se fait vieux mais toujours efficace, et le coin "chasse". Celui-ci est constitué de plusieurs outils servant à dépecer et fumer la viande - la grotte est très aérée grâce à ce nombreux interstices - tanner le cuir et aiguiser les lames. J'y laisse les lapins et commence à les arranger tandis que Visrin se couche un peu plus loin. Je lui lance sans un mot les abats qu'il a bien mérité et qu'il ne se fait pas prier pour dévorer. Gourmand.

Je suis toujours très attentif aux réactions du léopard. Dès qu'il détecte quelque chose, j'ai l'impression qu'il m'envoie aussitôt l'information, comme ce qu'il fait à l'instant : des intrus. Du bruit parvient à ses oreilles sensibles, des sons de courses, et il ne s'agit pas de ceux que produisent les animaux. Il n'y a que les humains pour être aussi bruyant et faire fuir toute la faune à leur approche. Ca n'a pas l'air de venir directement dans ma grotte, mais ça passe près. Suffisamment pour que j'aille voir. Personne ne doit connaître cet endroit. Je n'existe pas, et ne compte pas changer cela.

J'abandonne mon travail, attrape mon organix déjà prêt à l'emploi et m'approche de la sortie avec Visrin qui veille à rester dans l'ombre, tous sens aux aguets. Les odeurs que lui apportent le vent confirment la chose : il y a bien des humains dans les environs. Ca ne me plait pas. Je sors pour voir passer un homme devant ma grotte, apparemment en train de fuir quelque chose. Ou quelqu'un. Un sifflement parvient à mes oreilles et je sens une flèche me frôler la joue avant d'aller se loger dans le dos du fuyard. La proie d'un chasseur de prime ? Ou une énième querelle entre les familles ? Ca m'étonnerait. Ils combattraient mieux que ça. A moins que la qualité se soit détériorée à ce point depuis mon départ.

J'attends de voir la suite, qui ne tarde pas. Le chasseur, ou plutôt la chasseuse qui le rejoint et l'achève plus ou moins. Sans doute une mercenaire qui doit ramener sa proie vivante. Cela ne me plait pas. Je suis considéré comme mort, alors personne ne risque de lancer un avis de recherche, ni de mettre ma tête à prix. Mais que quelqu'un connaisse ma tanière, même sans savoir qui je suis, n'est pas de mon goût. Et puis... je n'aime pas que des gens foulent mon territoire. Je sens un grondement sourd sortir de ma gorge tandis que je m'approche de cette femme d'une tête plus petite que moi, aux cheveux nettement moins longs et très clairs. Bien peu habillée aussi, mais je ne suis pas axé vêtements. Les miens sont on ne peut plus simple : une chemise blanche aux manches retroussées, un pantalon noir seyant, et ça s'arrête là. Par contre je montre clairement mon organix déployé. Ce n'est pas une arme très répandue et pourtant bien maniée elle est redoutable. Visrin reste dissimulé dans l'ombre de la grotte, totalement invisible comme il sait si bien le faire, tout en étant prêt à bondir. Il est capable d'avaler en une seconde des distances incroyables, alors je ne me fais pas de soucis. S'il veut m'aider, il pourra sans difficulté attraper sa proie.

Je m'avance un peu avant de m'arrêter à quelques pas des intrus et de les observer sans laisser transparaître la moindre émotion. Cette fille est une archère, et vu la distance de son dernier tir, elle sait se servir de son arc. Pas à sous-estimer donc, même si je suis sûrement plus rapide, tout comme Visrin.

- Déclinez votre identité.

Je ne parle pas souvent. Il faut dire que je n'en ai pas besoin avec Visrin, notre lien suffit pour qu'on se comprenne instantanément, et je ne vois pas souvent des gens. De toute façon, quand ça arrive, je n'ai rien à leur dire. Ils sont trop inintéressants. Du coup ma voix doit sonner froide aux oreilles de cette fille mais ça m'est égal. Je veux savoir qui elle est et pouvoir ainsi juger de son degré de menace. Je ne suis pas un tueur psychopathe, même si lui prendre la vie serait le plus pratique pour moi. Il suffirait ensuite de faire disparaître le corps et personne ne viendrait m'embêter pour ça. Si c'est bien une chasseuse de prime, il n'a sûrement pas beaucoup d'humains l'appréciant et qui iraient chercher pourquoi elle a disparu soudainement. Mais je ne suis pas comme ça. Visrin non plus. Nous tuons pour nous nourrir, ou pour nous venger d'un affront, ou encore pour défendre notre territoire. Pas gratuitement. Et si pour le moment nos terres nous semblent en danger, ce n'est pas totalement certain. Alors il faut vérifier. Ce qui ne m'empêche pas pour autant de continuer à gronder légèrement, sourdement, sans même que j'y fasse vraiment attention. J'ai l'habitude de chasser les intrus animaux de cette façon, avec ce bruit caractéristique qui leur fait comprendre qu'ils ont intérêt à filer avant que je les massacre.

Dommage que les humains n'aient pas cette compréhension innée eux aussi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: A la poursuite du danger (with Vocruen)   Lun 18 Aoû - 19:05



 

Alors que la jeune femme s'affairait à examiner son adversaire, elle entendit une sorte de grondement sourd et se retourna alors, regardant l'homme dont elle avait frôlé la joue de sa flèche. Il portait une chemise blanche, simple, les manches retroussées et un pantalon noir. Ses cheveux étaient d'un rouge chatoyant et ses yeux d'un doré absolument magnifique. Son regard était froid, dur, il ne semblait apparemment pas ravi de voir la jeune femme ici.

Elle se redressa alors tandis qu'il s'avançait. Il faisait une tête de plus qu'elle et semblait très impressionnant même si elle n'en laissait rien paraître. Son regard était légèrement caché par le haut de sa capuche, ne dévoilant pas ses yeux bleu lagon. Elle n'avait pas voulu le déranger... Comment aurait-elle pu savoir qu'il était là ? Elle remarqua immédiatement sa lame en main, belle pièce, il devait savoir la manier et elle se tint prête à dégainer celle qu'elle cachait, s'il attaquait elle n'aurait pas le temps de dégainer son arc.

Il s'arrête à quelques pas d'eux et s'adresse alors à elle.

- Déclinez votre identité.

Oh... Il va falloir qu'elle attrape son carnet et il est certain qu'il ne risque pas de voir cela d'un bon œil, peut être va t-il penser qu'elle veut le menacer... Il est froid, très froid, tant dans son regard que dans sa voix. Et ce grondement qui se répète... On dirait un animal en colère, elle sentait bien qu'elle le dérangeait. Elle passa alors sa main sous sa gorge d'un geste net pour lui faire comprendre qu'elle ne pouvait parler et leva une main pour lui montrer qu'elle ne tenait pas à récupérer une arme.

Elle sortit alors son carnet auquel un stylo était accroché. Elle rabaissa alors sa main levée et attrapa le stylo de celle ci pour se mettre à écrire. Elle avait une écriture très belle, fluide, presque gracieuse.

« Je me nomme Jay Rayerson et cet homme est un violeur, un assassin que l'on m'a demandé de ramener »

Elle se demanda s'il en avait quelque chose à faire de ce qu'était cet homme ou s'il s'enfichait complètement. Enfin bon, il avait demander de décliner leur identité, il n'avait pas précisé à elle, ou à eux, autant lui expliquer pourquoi elle était là.

« Désolé pour la flèche mais il fallait que je l'arrête... »

Après tout elle aurait été mauvaise archère, la flèche aurait pu finir dans son œil alors elle avait de quoi s'excuser non ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: A la poursuite du danger (with Vocruen)   Mar 19 Aoû - 10:49

Elle s'est redressée et je suis prêt à réagir au quart de tour si elle fait mine d'attaquer. Elle n'a pas l'air vraiment menaçante, mais ça fait longtemps que je ne me fie plus aux apparences. En revanche j'ai confiance dans mes sens autant que ceux de Virsin, qui se mélangent souvent, et mon regard ne distingue aucun muscle bandé, aucune préparation à un éventuel affrontement. Elle ne semble pas vouloir se battre, ce qui est bon signe pour elle, mais ne me fait pas pourtant relâcher ma garde. On peut changer d'attitude tellement vite.

Elle bouge sa main, je suis prêt à bondir, mais ce n'est pas pour prendre une arme. Elle montre sa gorge. Aurait-elle un problème de communication ? Ou est-ce une ruse ? Je ne bouge pas et j'attends la suite. Techniquement j'ai tout mon temps, il n'y a absolument personne d'autre dans le coin, Visrin me le confirme, et je suis patient. Méfiant, certes, mais patient quand même. On passe bien des heures à guetter nos proies, on peut bien attendre une minute pour que cette fille daigne répondre, d'une façon ou d'une autre.

Elle lève une main, peut-être pour montrer qu'elle ne va pas attaquer. Je ne change pas d'attitude, je patiente. L'autre passe sous le peu de vêtements qu'elle a et je me tins prêt à réagir. Si elle sort une arme, ça sera forcément quelque chose au corps-à-corps et court, j'aurais l'avantage de la portée. Mais il n'en est rien, elle attrape un simple carnet avec un stylo. Elle ne peut donc véritablement pas parler, ou ne le veut pas pour une obscure raison qui ne m'intéresse pas.

Je la laisse écrire. Le grattement ne me plait pas trop, mais ça reste supportable. Puis je lis les mots tracés sur le papier, sans m'approcher pour autant. J'ai une excellente vue, pas aussi perçante qu'un oiseau de proie mais qui vaut bien plus que celle des humains classiques. Pas besoin de m'avancer pour décrypter les lettres. C'est donc bien une chasseuse de primes. Un violeur et un assassin hein... il n'y a que les humains pour perpétrer ce genre d'atrocités. Les animaux sont bien moins stupides et cruels.

Elle écrit à nouveau, cette fois à propos de la flèche qui m'est passée sous le nez. Quelque chose me dit que si elle avait voulu me toucher, elle l'aurait fait sans difficulté. J'aurais peut-être eu le bon réflexe de me protéger avec une de mes lames, mais ça n'aurait pas forcément suffi. Je ne comprends donc pas pourquoi elle s'excuse. Mais bon ça ne m'intéresse pas plus que le reste. Techniquement je ne suis pas concerné par cette fille : pour Quederla, je suis mort, alors personne ne risque d'avoir mis ma tête à prix. Mais je n'ai pas envie de prendre le risque qu'elle raconte, ou plutôt écrive à d'autres qu'elle m'a croisé ici. Je tiens à ma tranquillité et mon territoire.

Les conversations ne sont pas mon fort. Je préfère me faire comprendre de façon plus claire et directe. Ca ne laisse pas une chance à l'incompréhension. Alors, profitant qu'elle a les mains occupées avec son papier, je détends d'un coup les muscles de mes jambes et bondis juste devant elle en ramenant une de mes lames sur son cou. Je la maîtrise parfaitement et du coup la pose juste ce qu'il faut pour qu'elle sente son tranchant sans que ça n'entaille la peau. Pour le moment. Un seul faux mouvement de sa part et je lui tranche la gorge. L'avantage de l'organix, entre autres, est qu'il est long, alors il est facile de suivre une tentative de dégagement, que ce soit avec la même lame ou en le retournant pour frapper avec l'autre.

Je la regarde sans voir ses yeux, cachés sous une capuche. Si elle relève la tête pour croiser nos regards, elle verra sûrement que le mien est totalement inexpressif.

- Je ne tolère aucun intrus sur mes terres. Quelles garanties ai-je qu'en vous laissant partir personne ne saura rien de mon existence ici ?

Je doute pouvoir faire plus clair. Cette Rayerson n'a pas l'air stupide, mais cela ne suffit pas pour me convaincre qu'elle ne me menace pas, même indirectement. Je ne veux pas réellement la tuer, pas encore du moins, juste lui faire comprendre le risque qu'elle court si elle attire des gens sur mon territoire. Et ce qu'ils risquent eux aussi de subir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: A la poursuite du danger (with Vocruen)   Mar 19 Aoû - 23:59



 

L'homme ne semble pas plus ravi de sa présence avec ce qu'elle vient de lui dire. Elle n'a aucune intention d'être une menace pour lui. Serait-il recherché ? Elle ne pouvait le savoir, mais apparemment il l'avait assez énervé car, alors qu'elle tenait encore son carnet, il bondit devant la jeune femme et apposa sa lame contre son cou.

Elle déglutit doucement, elle n'avait pas spécialement peur, mais il l'avait prise par surprise. Elle sent doucement son regard sur elle et il se met à parler.

-Je ne tolère aucun intrus sur mes terres. Quelles garanties ai-je qu'en vous laissant partir personne ne saura rien de mon existence ici ?

Elle leva ses magnifiques yeux bleus vers lui et vit son regard, froid, dur... Pourtant elle lui trouva une profondeur qu'elle n'avait jamais rencontré ailleurs... Son regard était beau en fait.
Elle comprenait complètement le danger qu'elle courrait en étant là et pourtant elle resta un instant à le regarder sans bouger.

En fait, il la fascinait. Qui était-il ? Pourquoi était-il là ? Il avait l'air d'un animal cherchant à protéger son territoire. 'Ses terres'. Elles n'étaient pas vraiment à lui non ?

Elle attrapa alors son carnet et écrivit.

-Accessoirement... Cette forêt appartient à tout le monde. Mais, je n'ai aucune raison d'annoncer à qui que ce soit que vous êtes ici, je ne vous connais pas, je devais juste tuer et ramener cet homme.

Elle marqua un temps, elle sentait qu'en bougeant sa tête, elle s'était fait une entaille au niveau du cou. Une goutte perla de son cou mais elle ne bougea pas et reprit même à écrire.

-Mais si vous tenez à avoir une garantie, dites moi ce que vous désirez.

Elle, elle désirait rester à fixer ses yeux des heures encore. Oh il devait s'en foutre et ne même pas calculer que la jeune femme se noyait dans ses yeux, son expression
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: A la poursuite du danger (with Vocruen)   Mer 20 Aoû - 10:14

J'attends qu'elle se décide à me répondre. Ne pas parler est assez handicapant, elle a intérêt à faire très attention à ses mouvements dans cette position si elle ne souhaite pas s'entailler toute seule contre ma lame. Et je ne compte absolument pas l'aider. Ce n'est pas mon problème. Elle relève la tête, dévoilant du coup son regard d'un bleu profond qui fait plutôt penser à la mer qu'au ciel. Sans doute juge-t-elle du degré de ma propre menace silencieuse et pourtant si claire.

Puis elle reprend son écriture et me laisse lire. Cette forêt appartient à tout le monde... je ne crois pas, non, et ceux qui l'ont cru en venant me déranger ne sont plus là pour me contredire. Cependant je ne compte pas débattre de la question avec qui que ce soit. Je considère les environs comme mon territoire, peu m'importe que les autres soient du même avis : je préviens, ils n'en tiennent pas compte, tant pis pour eux, je sévis. Cette Rayerson prétend n'avoir aucune raison de parler de moi, ce qui est certainement vrai. Je sens à son odeur qu'elle ne ment pas. Et qu'elle n'a pas peur aussi, ce qui est somme toute assez rare en face de moi. Elle ne voulait que s'occuper du premier intrus.

Je sens qu'elle a autre chose à dire, alors j'attends. En bougeant un peu pour écrire elle s'est légèrement entaillée le cou. Rien de dangereux, il n'y a qu'une goutte rouge qui s'échappe de sa chair. Je ne bronche absolument pas et attends la suite qui arrive. Une garantie hum... je ne connais pas du tout cette fille, alors difficile de trouver quelque chose qui la forcerait à tenir sa parole. C'est une mercenaire, ce genre de personnes ne s'intéressent en général qu'à l'argent de leurs primes, ou à un but plus personnel, comme la vengeance ou la justice.

Je réfléchis en gardant mon regard sur le sien. Elle a une expression étrange que je ne comprends pas mais qui me fait penser à celle du gibier quand il voit son prédateur arriver et ne peut plus bouger. Ce n'est pas de la peur, non, plutôt une sorte de... fascination ? C'est sans doute normal, puisqu'elle joue elle-même le rôle de la proie en ce moment. Enfin peu importe. Je me concentre sur mes sens, ce que je perçois de cette femme, la tension des muscles, le souffle, l'odeur. Visrin est d'accord avec moi : elle ne semble vraiment pas jouer un quelconque jeu et être tout à fait sincère. Elle n'essaye même pas de m'échapper et n'a pas l'air inquiète, certaine de ne rien faire de mal je suppose.

Je hoche la tête et recule vivement d'un bon en retirant ma lame pour reprendre mes distances.

- Si quelqu'un vient directement ici, je saurais grâce à qui. Il n'y aura pas de seconde chance.

Inutile de préciser que je suis un excellent chasseur, surtout avec Visrin. J'ai déjà croisé des curieux ou des imbéciles perdus dans les environs de ma grotte, alors je sais que, si ça se reproduit, ce ne sera pas forcément de la faute de Rayerson. En revanche, une personne visant clairement ma tanière ne pourra qu'avoir été renseignée, et c'est la seule qui connaît cet endroit pour le moment. Donc je saurais qu'elle a parlé. Et si besoin de confirmation, je pourrais toujours m'occuper du curieux pour qu'il avoue, avant de partir en chasse.

Je fais tourner mon organix pour que la lame un peu tâchée soit vers le sol et je l'y frotte un peu dans l'herbe, enlevant le sang. Et maintenant j'attends qu'elle s'en aille. Il est bien sûr hors de question que je lui tourne le dos et rentre tranquillement dans ma grotte. A moins qu'elle ne cherche à jouer les curieuses, ce qui n'est pas des plus conseillés. Je lui donne sa chance, maintenant elle n'a plus qu'à prendre son cadavre en devenir et partir. Enfin si elle arrive à le porter. La ville est loin d'ici, et il doit être lourd. Enfin ce n'est pas mon soucis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: A la poursuite du danger (with Vocruen)   Ven 22 Aoû - 15:21



 

La jeune femme termine d'écrire et l'homme sembla la jauger, décider si oui ou non elle est assez dangereuse pour la laisser partir. Elle était tellement fascinée par son regard que le temps sembla passer au ralentit jusqu'à ce qu'il hoche la tété et recule alors en retirant sa lame.

- Si quelqu'un vient directement ici, je saurais grâce à qui. Il n'y aura pas de seconde chance.

Évidemment, elle n'était pas assez stupide pour révéler à quelqu'un où se trouvait cet homme. Il vivait donc ici ? Un ermite ? Il ne devait faire partit d'aucune famille du coup, tout comme elle. Elle se demandait ce qu'il pensait de cette guerre, peut-être vivait-il ici pour y échapper... Il n'y aurait pas eu temps de malfrats, elle même ne souhaiterait sûrement pas continuer à se retrouver en ville.

Il essuie alors son arme dans l'herbe pour enlever le sang que la jeune femme a déposé dessus sans faire exprès et semble alors attendre qu'elle s'éloigne. Elle sait pertinemment qu'elle doit l'importuner et se dirige alors vers le corps de sa cible. Elle le fixe malgré tout encore un instant, tellement de question lui trottent dans la tête. Elle sait très bien qu'elle l'ennuie, qu'il n'a qu'une envie, c'est qu'elle parte mais...

Elle attrape son carnet et se met à écrire.

" Avant de repartir... Puis-je savoir pourquoi vous tenez tant à ce que votre lieu de vie reste secret "

Au pire quoi, il lui répondait non, non ? En attendant, elle rangea son carnet dans sa poche et souleva au mieux sa victime pour la mettre sur son épaule. C'est qu'il était lourd ce salopard... Et elle ne l'avait même pas encore tué alors bon...

L'homme doit se foutre éperdument du fait que la cible de l'archère soit lourde, elle aura du mal à la transporter, c'est certain mais de toute façon, elle comptait le faire seule dans tous les cas. Maintenant, elle attend juste la réponse de l'homme au  magnifique regard avant de partir.

Elle se serait bien noyée encore quelques instants dans ses yeux...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: A la poursuite du danger (with Vocruen)   Jeu 28 Aoû - 10:57

Rayerson a l'air d'avoir compris le message, tant mieux. Je ne la quitte pas du regard, et ne la lâcherai pas tant qu'elle sera dans mon champ de vision. Visrin prendra alors le relais, vérifiant qu'elle quitte bien notre territoire. Pour le moment, elle retourne à sa proie et l'observe, cherchant sans doute la meilleure prise pour la transporter. Cependant, au lieu de l'attraper, elle recommence à écrire et me montre ses mots. Je gronde légèrement, je n'aime pas les curieux, même si je dois bien reconnaître qu'elle se contente d'une seule question au lieu de me noyer sous plusieurs. Ce n'est pas si mal.

Je ne réponds pas, me contentant de la regarder s'occuper enfin de sa proie. Je pense qu'elle a compris que, dans tous les cas, il ne sert à rien d'insister. Tant mieux, elle n'est pas aussi stupide que la plupart des humains. Maintenant, je peux très bien rester silencieux et continuer à attendre qu'elle disparaisse. Mais si elle veut absolument une réponse à sa question, elle est peut-être capable de revenir pour la découvrir par elle-même. Au risque que je ne la laisse plus repartir cette fois. Je n'ai pas envie de tuer pour rien quelqu'un, c'est bien pour ça que je lui donne une chance. Alors si une petite réponse suffit à la convaincre de ne pas revenir pour l'apprendre par elle-même, ça ne coûte pas grand chose.

- Pour éviter d'être dérangé ou mêlé à des histoires familiales sans aucun intérêt.

Je pense que c'est on ne peut plus clair, et ça n'encourage pas spécialement à poser d'autres questions. La réponse est simple, précise, sans spécialement raconter ma vie, ce qui est très bien. Elle n'a plus qu'à partir maintenant. Cette fille me semble tout de même bizarre, elle n'a pas l'air de me lâcher facilement des yeux. Pourtant je ne suis pas aussi menaçant qu'avant, juste neutre et indifférent, rien de bien agréable à regarder en somme. Enfin peu importe, tant qu'elle s'en va, ça me convient. C'est juste curieux, d'habitude on évite de trop m'observer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: A la poursuite du danger (with Vocruen)   Jeu 16 Oct - 15:31



 

La jeune femme, sa cible sur l'épaule, continua de regarder cet homme apparemment si rude et en même temps si sophistiqué, allait-il lui répondre ? Apparemment oui, puisqu'il ouvrit la joue.

- Pour éviter d'être dérangé ou mêlé à des histoires familiales sans aucun intérêt.

"Je vois..."

Elle voyait surtout qu'elle allait avoir du mal à détacher son regard de ses yeux magnifiques, mais elle voyait bien qu'elle l'embêtait, qu'il n'allait pas tarder à en avoir marre. Elle finit alors par acquiescer d'un signe de tête, il fallait qu'elle parte. Qu'elle touche son argent et qu'elle le laisse.

"Alors je vais vous laisser, j'éviterais de repasser par ici à l'avenir dans la mesure du possible"

Apres tout si une de ses cibles venait par ici pendant une traque elle n'y pourrait pas grand chose non ? Mais vu que cela l'agaçait, elle ferait au mieux. Elle s'inclina alors doucement.

"Bonne journée"

Puis elle tourna les talons et, l'homme sur l'épaule, la cape et les cheveux au vent, elle s'éloigna alors pour retourner toucher sa prime, continuant de penser à ce regard vraiment envoûtant et à cette rencontre bien originale.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A la poursuite du danger (with Vocruen)   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la poursuite du danger (with Vocruen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les RPs 2014-