Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Kira SerykMessages : 3141
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]   Dim 23 Nov - 22:47







Elle n'arrivait pas à y croire... Kira avait trouvé la photo du père de Haizea et elle s'attendait à n'importe quel habitant sauf à LUI. Gaea Leindel ; elle était en train d'élever la fille de Gaea Leindel, l'As Elementis... Ça n'allait pas arranger les rumeurs tiens... Tout un tas de questions se bousculèrent dans sa tête, pourquoi avait-il abandonné la mère alors qu'elle était enceinte ? Non, ça ne lui ressemblait pas pourquoi... Enfin, rien qu'avoir une aventure avec quelqu'un ne lui ressemblait pas...

La demoiselle aux cheveux roses que la petite s'endorme pour reprendre la photo, à tous les coups il allait nier alors il lui fallait une preuve... Il était à peu près 21 heures quand elle sortie de chez elle, l'As prévint sa meilleure amie qu'elle allait aller chez un ami qui était le père de la petite... Kira était habillée d'un jean, un sweet ainsi que d'une veste chaude ; comment est-ce qu'elle allait lui annoncer ça ? Et ça allait être quoi sa réaction...

La Rose aurait plutôt dû être heureuse au contraire que ce soit un de ses proches comme père, ça aurait été plus simple pour le retrouver, plus simple pour le lui annoncer... Mais pas Gaea ! Non, elle aurait même préféré apprendre que c'était la fille de son cousin plutôt que celle de l'As Elementis ; non il lui était passé quoi par la tête il y a 7 ans ? Déjà il n'a jamais été là pour elle, il ne l'a jamais élevé et cerise sur le gâteau, il lui a refiler son asthme... Quel père pourrit.

La demoiselle aux cheveux roses arriva dans le Quartier Elementis et se rendit dans le... Manoir de Gaea. Owh pas mal. Il pourrait largement élevée sa fille ic... Euh en fait non, même si il réclame la garde de sa fille, il pourra aller se faire voir pour l'avoir ! Pas foutue d'élever sa fille pendant 7 ans, il n'y arrivera pas les prochaines année... Déjà qu'il n'est pas foutue de s'élever tout seul alors une gamine... Je la plains...

Elle arriva devant la porte et sonna ; la Rose était quand même une peu stressée, elle ne savait pas trop comment lui dire, mais elle verra sur le moment. Elle attend. Deux minutes. Trois minutes. Cinq minutes. Elle re-sonne. Cinq minutes encore. Bon c'est quoi le problème ? Il est au courant que c'est la demoiselle aux cheveux roses qui veut lui annoncer une nouvelle ou il est partie ? Elle soupira... Jamais là on veut celui-là.

Bien, elle se mit en route, si elle devait faire tous les endroits de la ville pour le trouver, pas de problème mais c'était ce soir qu'elle voulait lui annoncer la nouvelle. Bon... Il ne devrait pas être chez un Elementis, sûrement dans un bar. Elle entra dans tous les bars de la ville pour vérifier si il n'était pas dedans, elle vérifia même les ruelles... Rien. Elle alla dans le casino de Vilmos au cas où mais toujours rien... La Rose alla même voir à l'hôpital si il y était mais nul part...

L'As passa devant un bar nommé "La Moustache" avec tout un tas de gens... Euh elle ne dira rien du tout. Non... Il ne devait pas être à l'intérieur, et pourtant son instinct lui disait qu'il était bel et bien à l'intérieur... Soupirant, la demoiselle aux cheveux roses entra à l'intérieur de ce bar, regrettant d'y avoir mit les pieds au moment où une femme vint la draguer... Mais elle n'était pas lesbienne bon dieu... La Rose regarda la salle, oh pas de Gae... Ah si...

Et elle allait dire quoi à sa fille ? Qu'elle avait trouvé papa dans un bar gay... Pourquoi Gaea. Pourquoi Gaea. Pourquoi la mère d'Haizea a choisit Gaea comme petit-ami... Il y avait des mecs cent fois mieux, des mecs capables d'élever leur fille et il fallait qu'elle choisisse Gaea... Breeeef. Elle respira un grand coup et alla rejoindre l'As Elementis, une fois à sa hauteur, elle lui tapota l'épaule pour qu'il se retourne vers elle.

- Félicitation Monsieur Leindel, tu es papa.

Oui ok, ce n'était peut-être pas la meilleure manière pour l'annoncer mais c'était la seule qui lui était venue en tête... En tout cas, le jeune homme ne pourra pas dire qu'elle n'a pas été clair. Le voilà papa et c'est tout.


Je vous grogne dessus en darkblue.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]   Mar 25 Nov - 13:58

Les Elementis, les Domae, tout ça n'a plus aucun sens.
Je soupire longuement, affalé sur mon lit aux draps féminins. Un château de fillette le surplombe et me rappelle que je ne suis que le quart d'un homme, mais je n'en ai plus rien à foutre : C'est cool d'être une princesse. Une montagne de peluches essaient désespérément de me noyer sous elles, apportant à mes bronches mille et une poussières me donnant envie de tousser. Les planches grincent au moindre mouvement et m'obligent à demeurer immobile, les yeux rivés sur le plafond. Je n'ai plus de sens, je ne peux plus servir à rien... Mon arbalète entre les bras, une phrase, ou plutôt une question ne cesse de surgir des tréfonds de mon esprit tel un fantôme qui me hanterait : Qu'est-ce qu'il me reste ? Je suis dans un putain de labyrinthe. Pas le genre de labyrinthe recouverts de lierre et de fleurs, ni même ce grand manoir dans lequel je me paume constamment, non, le genre qui n'a pas de fin, ni même de sorties : Je n'ai pas de chemin à emprunter car je n'ai plus l'envie d'en sortir. Ma vie m'ennuie depuis que je tiens les Elementis par la laisse pour ne pas qu'ils se jettent sur l'ennemi... est-ce qu'il faudrait reprendre les combats pour ne plus me sentir ainsi ? Dois-je attaquer mon amie pour récupérer ma vie d'Antan ? Si ce n'est pas toi, ce sera elle... je sais. Ils t'attaqueront à ton tour si tu oublies quel est ton camp... ça aussi, je le sais. Je sais tout de ma propre merde, qu'est-ce que vous croyez ?

Le truc, c'est que je n'étais pas heureux avant non plus... alors est-ce que ça vaut vraiment la peine d'assassiner l'une des seules personnes que j'apprécie dans cette ville de malades ? Tu n'étais pas fait pour tenir le rôle d'As... Je le sais, bordel ! Tout en la chiffonnant, je jette la lettre de ma soeur dans la corbeille, grognant des tristes vérités que sa plume m'a bavé. Salope, elle aussi. Même mon propre sang me crache à la figure, ils n'ont fait qu'ouvrir la marche ! Tous... tous... Pourquoi me disent-ils tous la même chose ? Qu'est-ce qui cloche chez moi ? Je comprends, et en même temps m'interroge sur cette phrase que je ne cesse d'entendre partout où je vais. Je suis un bon Elementis, je suis puissant, un berserk inégalé, j'ai serré les dents plus que quiconque et ai accepté sans pleurer de me souiller les doigts par le sang de gens pour lesquels je n'éprouvais aucune haine... N'était-ce pas ce que je devais faire ? Qu'est-ce que j'ai manqué ? Mais expliquez-moi... me laissez pas là. Je lève mes bras et attrape mon visage entre mes mains, refrénant un sanglot. Ma gorge me brûle, mon ventre se tord et je me sens minable. Je n'en peux plus. J'aimerais savoir ce qu'on veut de moi, une bonne fois pour toutes...

Assis sur le coin de mon lit, je regarde les feuilles remplaçant les tapis que j'aurais pu poser au sol. Ça, ces trucs-là, c'est ça ma vie. Si je n'avais plus toute ma raison, ça ferait longtemps que je me serais jeté dessus pour les manger. Si j'avais toute ma raison, héhé. Tout en vérifiant par la fenêtre si personne ne peut me voir, je bondis du lit pour sauter dans les papiers, les froissant, les déchirant et les balançant ici et là en poussant des grognements d'animal en rogne. Les visages que j'ai rencontrés ces derniers temps m'apparaissent à chaque fois que je détruis l'une de ces choses qui me pourrissent la vie, ma soeur, Kira, Gaara, Tenshi, Meiji, tous, tout le monde... Je regrette de ne pas être resté cloîtré chez moi - je ne les aurais pas rencontrés- de ne pas avoir envoyé le coup de pied du scorpion dans le foetus de ma jumelle quand nous partagions le bide de ma mère. Merde, j'avais encore le temps de m'en débarrasser ! J'aurais dû... j'aurais dû plein de choses. Elle ne m'en veut plus aujourd'hui de lui avoir décoché une flèche en plein dans l'épaule pour lui rappeler qu'il valait mieux fermer sa gueule à mon propos, par contre, pour l'assassinat de mes parents, v'là autre chose. Ils étaient nuls ; pourquoi elle m'en veut dans ce cas ? Je comprends pas. Nope, je ne comprends plus rien. Les femmes sont compliquées...

Elle veut que je quitte tout pour la rejoindre en Italie, pays des pâtes et des pizzas. Rien que ça, ça devrait m'intéresser, mais non seulement je ne parle pas un pet d'italien, mais aussi j'ai trop de choses à faire ici pour m'en aller. Hors de question d'abandonner mes Elementis pour de la bolo'... Je soupire, m'asseyant dans les morceaux de papiers tout en passant ma main sur mon front. Si tu n'oses pas me raconter ta vie, ce n'est pas plutôt parce que tu sais que tu la gâches ? Elle a toujours su lire à travers moi. Même de loin, même caché sous l'encre, elle parvient toujours à tout briser, et je la hais pour ça. C'est comme une conscience que j'aurais bâillonnée, jetée au fin fond de mon esprit pour ne plus jamais avoir à supporter sa voix. Elle est le coup de vent qui renverse mon château de cartes, la flèche dans mon talon et la boule dans ma gorge, me suivant partout comme un esprit malfaisant.  Tu veux vraiment rester ici alors que tu sais très bien que ça te rend malheureux ? Non, je ne le veux pas. Qui le voudrait ? Franchement... Je devrais arrêter de lire ses lettres. J'aurais peut-être moins envie de me pendre.

C'est alors que mon regard se pose sur mon arbalète, abandonnée sur mon lit et déjà chargée… ah, chère soeur, même les bêtes savent quand abandonner. Je me lève (et je te bouscuuuuule, tu n'te réveilles paaaas comme d'habituuuuu -#SBAFF# deuh...) puis retourne à ma place initiale, la reprenant dans mes bras. J'entends toujours la voix de ma mère me répéter que seuls les forts ont le luxe de pouvoir vivre dans cette ville, qu'un faible comme moi finira en carpette avec la peau lacérée au canif -un peu comme une banane, m'voyez ?- si je ne me bouge pas le cul... et bizarrement, ces phrases qui me faisaient pleurer d'effroi enfant, me font aujourd'hui exploser de rire. Ah ! Pauvre mère, vous y croyiez tant autrefois, et voyez ce que je suis devenu ! Un cafard anobli, terrifié à la vue d'une épée. Et vous savez quoi ? Je vous ai tout de même tuée. L'ironie, que voulez-vous, elle ne cesse de venir à la charge même quand on ne la désire pas. La drogue dans votre sang vous a donnée ma faiblesse, vous ne me faisiez plus peur ce soir-là ; vous étiez même, sans vous offenser, d'une médiocrité pitoyable. Votre meurtre est sûrement la seule chose bien que j'ai pu accomplir de toute ma vie, et à trente-deux ans, ce n'est pas rien. 32 ans... la vache, j'ai tenu longtemps ! Mais un peu trop longtemps à mon goût. Mon poing se desserre et lâche la corde qui me protégeait de la chute.

Ça ne sert à rien d'être fort – je suis un être si petit, un insecte insignifiant comparé à l'armure de plates qu'elle avait voulu me faire porter. Je ne suis pas comme Kira, qui pète la gueule à tous les passants tout en répandant derrière elle les bribes de sa féminité perdue. Je ne suis pas non plus comme Gaara qui, dans un élan de durite pétée, peut bien tout éclater autour de lui pour ensuite se plaindre des Elementis - ouais, le libre arbitre n'existe pas à Quederla, la seule chose que j'ai cru comprendre. Moi je n'aime pas exploser des trucs, frapper ou tuer des gens. Je n'aime pas non plus rejeter la faute sur les autres - à part quand la faute est trop grande, là, je me creuse un trou dans le sol et y disparais définitivement après avoir accusé le voisin ! C'est toujours de sa faute, à ce salaud. En fait si, j'aime bien tout refiler aux autres~. Mais bon... y en a marre. Hésitant, je regarde la flèche introduite dans l'arbalète tout en me plongeant dans mes pensées. Comme possédé, j'étouffe un petit rire avant de la lever jusqu'à ma tête, la main tremblante et le souffle court. Je souris finalement ; j'arrête tout. Qu'est-ce que j'en ai à faire, de l'avenir des Elementis si je ne les vois pas chuter ? Je ne deviendrai pas un esprit. J'irai au paradis, en enfer, peu m'importe du moment que je ne reste pas ici... ! Posant mon doigt sur la gâchette, je ferme les yeux sur la corde tendue, m'apprêtant à tirer ma dernière flèche, destinée cette fois-ci à moi-même. Je serre les dents, déglutis ; Noyé dans le silence, seul les battements de mon cœur résonnent au creux de mes esgourdes.

Tu vas voir, salope de mère, si ton fils est un couard... Laisse-moi corriger tes erreurs, laisse-moi me tuer. La seule chose que tu as pu me donner, c'est bien cette vie de merde.

Luna... Je me suis toujours protégé, plus que les autres, au détriment des autres. Ils m'ont haï et méprisé pour ça, mais je ne peux pas leur en vouloir, j'aurais fait pareil à leur place. Il est trop tard pour que je puisse m'enfuir... Ma vie est un ennui, mon cerveau grouille de tumeurs et cela va faire bien longtemps que mon coeur n'est plus qu'un tas de pierres difforme. Alors ne m'en veux pas si aujourd'hui, je pars sans toi... et avant toi.

- A... ah... ATCHAAAAAAAAAAARRRRH' !

Merde, ma flèche ! MERDE ! Ma vitre ! Un fracas épouvantable résonne tandis que je me protège de mon bras des éclats de vitre projetés. Pourquoi est-ce que j'ai éternué, pourquoi à CE moment ?! Je regarde mon arbalète vide puis ma fenêtre explosée, soupirant avant de passer ma manche sur mes yeux pour arrêter de chouiner comme une tapette. J'suis pô une tapette. D'ailleurs, je crois que je vais aller voir mes confrères. Mes jambes se dépêtrent des papiers traînant au sol et se recouvrent d'un pantalon de satin que j'enfile en grommelant, n'appréciant guère la sensation de ce tissu sur ma peau. J'attrape une chemise blanc cassé, la laissant à demi-ouverte, puis m'attache les cheveux avant de galoper dans les couloirs à la recherche de la porte d'entrée - et de sortie. Je ne la trouve pas. Pourquoi ce manoir est-il si grand ?! Tant pis. J'ouvre une fenêtre avant de sauter, m'accrochant au grand arbre surplombant mon gazon histoire d'éviter une seconde tentative de suicide. Mais maintenant, j'ai peur de redescendre. Bah. Tant pis, je ressaute et m'arrange pour ne pas cradosser ma tenue. Ca me f'rait chier de passer pour un SDF perdu.

Après quelques recherches dans la ville et un grand moment d'hésitation, j'entre dans le bar gay (et j'suis pas gay !) avec une certaine appréhension, et repère une bande de potes au fin de la salle. Comment est-ce que je les connais ? Ben, euh... disons que La Moustache est devenu mon bar favori. Pas parce que des mecs bizarres me draguent, ni parce que l'alcool est pas cher, hein, non non et re-non... C'est euh... non, je ne sais pas. Mais je m'y sens bien ! C'est tout ce qui compte. Je m'installe, salue le tout et après quelques heures à picoler avec eux, sombre dans l'inconscience. Il n'est que dix-huit heures... dix-huit heures, et me voilà avachi contre un de mes collègues à ronfler, le nez rougi par l'alcool. J'entends des ricanements, puis me voilà soulevé... mon cerveau se débranche, je prie pour mon cul. Tandis qu'un rire hilare général résonne dans la pièce, mes pensées se brouillent alors que je m'endors. A mon réveil, mes potes ne sont plus là, idem pour les autres clients mais une brûlure atroce me prend au téton comme à la fesse gauches. Qu'est-ce qu'ils ont fait ces cons ? Je déglutis, ouvre un peu ma chemise en tremblotant et manque de tourner de l'oeil en voyant un piercing en forme de coeur me traversant le bout de chair. Ah, les salauds ! ILS ONT OSÉ ! J'ai peur pour mon cul maintenant... Profitant qu'il n'y ait presque personne, je défais ma ceinture et me dépêche de vérifier, lorsque l'horreur se présente à mes yeux. Un autre coeur. Tatoué. Ils m'ont fait un tatouage en forme de coeur sur mon cul. L'As porte son coeur sur son cul. PUTAIIIN !

Tout en refrénant un sanglot, je grogne et saute sur ma chaise, me crispant encore à cause de la douleur... Voilà pourquoi ils ont insisté pour que je fasse un concours de "qui boit le plus vite et le plus de verres" ! Et voilà pourquoi ils ricanaient... Je soupire, m'avale quelques liqueurs pour oublier cette journée de merde lorsque quelqu'un vient à côté de moi, une femme en l'occurrence. Ça change un peu... Je la regarde et souris, perdant mon expression joviale en réalisant qu'il s'agit de mon amie Kiki :

- Félicitation Monsieur Leindel, tu es papa.

...

Ma vie est un enfer. Rapidement, je dégaine le couteau coincé dans ma ceinture, tire sur ma manche avant de me préparer à racler mon poignet sous la lame - yé veux crever, yé le veux ! Et si c'est un cauchemar, au moins, je m'en réveillerai !

- ... Entre ça, le piercing et le tatouage en forme de coeur sur l'cul, j'crois que si y a un dieu, il doit sérieusement me haïr... ! Tu veux bien me laisser ? J'ai un truc à refaire, enfin, à bien faire cette fois...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Kira SerykMessages : 3141
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]   Jeu 27 Nov - 17:53







- Félicitation Monsieur Leindel, tu es papa.

Bien sûr qu'elle s'attendait à un bug de la part de Gaea, qu'il ne comprenne pas ce qu'il se passe et pourquoi elle vient lui annoncer cette nouvelle dans ce bar... Mais bizarrement, il n'avait pas l'air de se demander ce qu'elle foutait là, ça aurait été l'inverse, la jeune femme se serait poser la question... Mais là n'est pas le sujet. Kira croise les bras, elle s'attend vraiment à tout comme réaction, même des pleurs de la part de l'As.

A tout sauf à ça... Euh pourquoi il sort un couteau et si il se retire la manche de son haut... Oh non, il ne penserait quand même pas à ce suicider ?! Alors elle vient dans ce bar, lui annonce qu'il a une fille de 7 ans et le seul truc qu'il trouve à faire c'est de se tailler les veines ? Mais non il n'oserait pas ! Trop con pour faire un suicide ; après ce n'est pas un reproche, au contraire, tant mieux qu'il le soit, comme ça il se ratera.

- ... Entre ça, le piercing et le tatouage en forme de coeur sur l'cul, j'crois que si y a un dieu, il doit sérieusement me haïr... ! Tu veux bien me laisser ? J'ai un truc à refaire, enfin, à bien faire cette fois...

Quel piercing ? Et quel tatouage sur le cul ? Et... Oh non non pas une bonne idée ! La jeune femme se jette sur Gaea pour lui prendre le couteau de force ; ah non ! Haizea a déjà perdu la mère, ce n'est pas pour perdre son père que la demoiselle aux cheveux roses vient à peine de retrouver ! Et puis bon, quand même, c'est un ami de la demoiselle aux cheveux roses, elle s'en voudrait si il se suicidait sous ses yeux... Et puis ça gâcherait la soirée de tout le monde ici !

La jeune femme s'empara du couteau de l'As Elementis avec force et le lança sur le mur où la lame vint se planter sans mal. Au moins une chose en moins ; et il n'a pas intérêt à sortir une autre armée sinon Kira l'assomme pour l'emmener ailleurs... Peut-être chez elle tient... L'As Domae eut un petit sourire en pensant qu'elle pourrait enlever l'As Elementis pour le faire rencontrer de force sa fille...

Bref, la jeune femme attrapa l'Elementis par le col et le secoua dans tous les sens pour le ramener à la réalité ! Non mais une tentative de suicide, il n'est pas bien dans sa tête celui-là ! La Rose se promit de faire un tour chez lui dans les prochains jours voire les prochaines heures pour retirer tous les objets susceptibles de le tuer... Ou alors le forcer à venir chez elle... Hum... Il fallait qu'elle réfléchisse là.

- Non mais t'es malade ! Tu ne vas pas te suicider pour des trucs aussi cons ! Pour le piercing, tu le retires quand tu rentres chez toi et ça cicatrisera tout seul... Pour le tatouage, essaye de voir si tu peux le retirer.

Voilà problèmes réglés, pas besoin de mettre fin à ses jours pour des trucs aussi banals... Un vrai dépressif celui-là. La Rose le lâcha enfin, prête à réagir si il tentait de refaire une connerie. Kira prit un tabouret et s'assit à côté de lui, commandant un verre de n'importe quel alcool... Elle allait devoir rester un petit moment ici, elle le sentait. Et de toute façon, l'As n'allait pas partit tant que l'autre n'acceptera pas de rencontrer sa fille.

- Ecoute, désolée de te l'avoir annoncé comme ça et surtout maintenant... Mais je devais vraiment te le dire et je ne voyais pas comment. Je recommence. Tu es papa d'une petite fille qui se nomme Haizea et qui a 7 ans ; et... Ce serait bien que tu la rencontres.


Je vous grogne dessus en darkblue.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]   Ven 28 Nov - 2:11
















Félicitations, tu es papa !
~ I'M YOUR FATHER ! [PV Kiki]~





Merde. Alors que le contact froid de la lame sur mon bras me fait tressaillir autant de dégoût que de peur, une autre main vient agripper mon poignet et l'immobilise. Je relève soudainement les yeux alors que je les sens se gorger de larmes, pinçant les lèvres pour ne pas me changer en fontaine pleureuse devant tout le monde : Il me reste encore un minimum de dignité pour ne pas la déverser publiquement sur ce comptoir... La poigne faible, je défais aisément mon emprise sur le manche de mon arme, exemptée de la souillure rouge qui aurait pu se déverser sur son tranchant, si seulement elle ne m'avait pas stoppé... Un profond soupir s'échappe d'entre mes lèvres, trahissant mon désespoir et ma lassitude cumulée... ils me lassent, tous. Je n'ai même pas le droit de me laisser crever alors ? Pourquoi ? De quel droit est-ce qu'elle m'en empêche ? Elle ne sait sûrement pas ce que c'est, de n'avoir strictement rien dans sa vie. D'ailleurs, elle ne sait rien de moi ! Je trouve ça risible... Si elle connaissait la moitié de mes actes, il y aurait bien longtemps que ma lame se serait retrouvée dans mon bras, plantée par ses soins ! Je n'ai ni l'envie, ni le droit de vivre, pourquoi personne ne parvient à comprendre mes sentiments ?

Le regard noir, je la fixe tandis que je me retrouve secoué dans tous les sens comme un bon vieux prunier. Qu'elle continue comme ça, et je me mets à dégueuler partout dans le bar, tiens. Je me surprends à la haïr pendant quelques secondes, puis me ressaisis, chassant la lueur mauvaise qui reluisait dans mes pupilles déjà embuées par un pleur transparent... Un peu plus et je cédais à l'envie de la pousser par terre. Je ne lui veux aucun mal, et soyez-en témoins, je serai le dernier à porter la main sur elle ; non pas parce que c'est une femme car rien à foutre de ce qu'elle a entre les jambes, mais parce que je sais que dans cette maudite ville, elle serait bien la seule personne à qui je pourrais accorder ma confiance sans trembler. Mais tout de même... pour qui elle se prend ? Je veux bien comprendre qu'elle me considère comme un ami - ou alors, elle a juste pas envie que je lui gicle mes veines dans la gueule -, mais là, c'est abuser de ma gentillesse ! Je ne vais pas me forcer à vivre pour elle, bordel !


«Non mais t'es malade ! Tu ne vas pas te suicider pour des trucs aussi cons ! Pour le piercing, tu le retires quand tu rentres chez toi et ça cicatrisera tout seul... Pour le tatouage, essaye de voir si tu peux le retirer.»

De nouveau, une petite voix me susurre à l'oreille de la renverser par terre pour la ravager à coups de poing en belle brute que je suis. Frappe-la mec, elle dit des conneries. Allez, montre que t'as des couilles... merde, elles sont là mes couilles, j'suis même né avec, tu vois ! Si je voulais les montrer, je n'aurais qu'à baisser mon pantalon, mais là n'est pas le moment, et encore moins le lieu !  De ce fait, je ne cède guère aux murmures de mes démons intérieurs, me contentant de presser mon pouce et mon index contre mes paupières histoire de faire cesser la rivière qui voudrait naître de ma misère. J'essuie ensuite mes doigts humides contre ma manche avant de forcer Kira à me lâcher, levant les mains pour lui faire comprendre que je ne possède pas d'autres armes sur moi. J'attendrai de rentrer à la maison. Ou peut-être demain, si je suis trop fatigué... Ou après-demain ? Ma vie est si ennuyeuse que je me sens lassé rien qu'à l'idée de devoir y mettre fin.

J'en perds ma motivation, moi ! 'Sont définitivement chiants les gens. Le seul moment où ils réagissent, c'est uniquement à la fin, quand on a enfin trouvé la solution après avoir passé des années à patauger dans la merde ! Même si elle m'a arrêté, je ne dirai pas qu'elle m'a sauvé la vie ; elle me force juste à la supporter un peu plus longtemps que mes nerfs acceptent de le faire. Mais j'y remédierai. Plus tard. Et à ce moment-là, elle ne sera pas là pour m'en empêcher en clamant dieu-sait-quelle-connerie ! Je les connais bien moi, les arguments des gens contre le suicide... La vie n'a rien de sacré, ou d'important au final. Je serais mieux... je ne sais pas, mort peut-être. J'ai bien le droit de me reposer un peu... pourquoi me forcer à endurer ma souffrance ? Putain. N'importe quel guerrier devrait avoir le droit de quitter le champ de bataille quand il sait qu'il ne peut plus se battre...

Cependant, bien que je me fonde dans l'écran noir de mon délire dépressif, une petite tentative ne se fait pas plus attendre. Sans aucune gêne, je défais les boutons de ma chemise - l'autre jambon s'en fout t'façon, elle me trouve moche apparemment, vu la gueule qu'elle tirait quand j'ai cru qu'elle voulait m'violer ! Quels goûts bizarres... Je me défais de mon haut pour lui montrer le joli petit coeur incrusté dans mon téton d'un air blasé, réalisant peu à peu que toute la zone autour est encore rougie et pétrifiée de douleur... J'espère qu'ils ont désinfecté leur machin, bordel... Mais bon. Il faut juste que Kira pige que dans le moment actuel, il ne m'est pas possible de retirer cette merde parce que, surprise mothafucka', ça fait mal ! Et je n'aime pas avoir mal. Une fois ça de fait, je me rhabille correctement sans prendre la peine de fermer mon haut - le tissu frotté contre le piercing, ça ne peut pas me faire du bien...

«... Je ne suis pas malade, j'ai juste enfin un semblant de lucidité ! J'ai sûrement plus de raisons connes de partir que de raisons intelligentes de rester... Tu m'as empêché une fois, ce matin non plus, je n'ai pas réussi - et j'ai pété une vitre avec ma flèche -, mais j'ai plein de temps libre... Je hausse un sourcil, réalisant l'aspect gore de mes propos : Non mais, sérieusement... Les confrères me bouffent, les Elementis sont jamais contents, les Domaes veulent ma mort, ma soeur trouve limite que je suis un minable et la seule et unique amie que j'ai dans toute cette ville de merde, c'est l'As Domae. Une nana avec qui je devrai sûrement me battre dans le futur ! Super, j'ai vraiment de quoi être content avec ma vie actuelle... y a jamais personne de content... J'suis un tas de merde sur deux jambes pour tout le monde.»

Je me mords la lèvre à la fin de cette phrase avant de me mettre à pleurer, sans un bruit pour ne pas déranger les autres clients. Les coudes sur le comptoir, je serre les poings tout en baissant la tête, gardant les dents serrées pour ne pas tourner de la tristesse à la colère : Je ne suis pas comme tous ces types abrutis par leur propre violence, qui brisent des nuques et crachent sur la chair par plaisir, sans jamais se demander qui se cachait derrière le cadavre... je suis pas comme ça. Et pourtant, parfois, j'aimerais bien être le sociopathe qu'on dit que je suis... mais merde, moi je suis un ours en guimauve, pas un grand soldat en armure ! J'ai rien à foutre ici... plus j'y pense, et plus je regrette d'avoir vu le jour. Pute de mère, tu aurais mieux fait de te prendre des gnons dans l'estomac que des phallus dans l'entrejambe. Ouais. J'suis un très grand poète, m'voyez...

Après avoir sangloté un petit moment, je remarque enfin que la demoiselle a eu une boisson, et moi... pas. Et j'ai pas envie de picoler. Pour une fois. Si je le fais, je serais HS ce soir, et je vais sans cesse repousser la chose au lendemain... l'alcool ne m'aidera pas à oublier ce que trente-ans de vie a infligé à mon pauvre être - et je ne connais aucun qui en aurait la force. Alors autant ne pas boire. Juste écouter l'autre cruche me parler :

«Ecoute, désolée de te l'avoir annoncé comme ça et surtout maintenant... Mais je devais vraiment te le dire et je ne voyais pas comment. Je recommence. Tu es papa d'une petite fille qui se nomme Haizea et qui a 7 ans ; et... Ce serait bien que tu la rencontres.»

Ayé, elle est décidément folle ! Folle à lier. Me rencontrer, moi ? Je sais qui c'est cette gamine, je connais ce nom car c'était MON idée, si j'avais le malheur d'avoir un gosse ! Je l'avais dit pour... blaguer, mais elle ne l'a apparemment pas entendu de cette oreille. Lucina a toujours été une femme avec une bonne mémoire, mais ça... ? Franchement ? Je ne sais pas si je dois être attristé ou heureux qu'elle ait eu cette pensée pour moi... Mais là n'est pas la question. Je ne suis pas un père, et je ne le serai jamais... du moins, pas un bon père :

«Kira... où est-ce que tu vois un père ? Il ressemble à ça, le père idéal à tes yeux ? Un mec qui chiale comme une lopette et qui tente de se crever comme un ballon trop gonflé ? Je... je sais qui est sa mère, après tout, c'était ma fiancée de l'époque. Et avant que tu me le demandes, non, je ne suis pas un salaud qui abandonne les femmes enceintes, je l'ai quittée avant de le savoir... j'imagine qu'elle doit être morte...»

Je me mordille la lèvre inférieure tout en jouant avec mes doigts, lui lançant des coups d'oeil intimidés... J'ose pas. J'ose. J'ose pas. Puis merde, j'ose :

«... J'ai envie d'un câlin.»







Revenir en haut Aller en bas

avatar

Kira SerykMessages : 3141
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]   Ven 28 Nov - 21:48







- Félicitation Monsieur Leindel, tu es papa.

Bien sûr qu'elle s'attendait à un bug de la part de Gaea, qu'il ne comprenne pas ce qu'il se passe et pourquoi elle vient lui annoncer cette nouvelle dans ce bar... Mais bizarrement, il n'avait pas l'air de se demander ce qu'elle foutait là, ça aurait été l'inverse, la jeune femme se serait poser la question... Mais là n'est pas le sujet. Kira croise les bras, elle s'attend vraiment à tout comme réaction, même des pleurs de la part de l'As.

A tout sauf à ça... Euh pourquoi il sort un couteau et si il se retire la manche de son haut... Oh non, il ne penserait quand même pas à ce suicider ?! Alors elle vient dans ce bar, lui annonce qu'il a une fille de 7 ans et le seul truc qu'il trouve à faire c'est de se tailler les veines ? Mais non il n'oserait pas ! Trop con pour faire un suicide ; après ce n'est pas un reproche, au contraire, tant mieux qu'il le soit, comme ça il se ratera.

- ... Entre ça, le piercing et le tatouage en forme de coeur sur l'cul, j'crois que si y a un dieu, il doit sérieusement me haïr... ! Tu veux bien me laisser ? J'ai un truc à refaire, enfin, à bien faire cette fois...

Quel piercing ? Et quel tatouage sur le cul ? Et... Oh non non pas une bonne idée ! La jeune femme se jette sur Gaea pour lui prendre le couteau de force ; ah non ! Haizea a déjà perdu la mère, ce n'est pas pour perdre son père que la demoiselle aux cheveux roses vient à peine de retrouver ! Et puis bon, quand même, c'est un ami de la demoiselle aux cheveux roses, elle s'en voudrait si il se suicidait sous ses yeux... Et puis ça gâcherait la soirée de tout le monde ici !

La jeune femme s'empara du couteau de l'As Elementis avec force et le lança sur le mur où la lame vint se planter sans mal. Au moins une chose en moins ; et il n'a pas intérêt à sortir une autre armée sinon Kira l'assomme pour l'emmener ailleurs... Peut-être chez elle tient... L'As Domae eut un petit sourire en pensant qu'elle pourrait enlever l'As Elementis pour le faire rencontrer de force sa fille...

Bref, la jeune femme attrapa l'Elementis par le col et le secoua dans tous les sens pour le ramener à la réalité ! Non mais une tentative de suicide, il n'est pas bien dans sa tête celui-là ! La Rose se promit de faire un tour chez lui dans les prochains jours voire les prochaines heures pour retirer tous les objets susceptibles de le tuer... Ou alors le forcer à venir chez elle... Hum... Il fallait qu'elle réfléchisse là.

- Non mais t'es malade ! Tu ne vas pas te suicider pour des trucs aussi cons ! Pour le piercing, tu le retires quand tu rentres chez toi et ça cicatrisera tout seul... Pour le tatouage, essaye de voir si tu peux le retirer.

La Rose prit un tabouret et commanda un verre d'alcool, elle sentait qu'elle en aurait besoin et puis l'As sentait aussi que quelque chose n'allait pas dans la vie de Gaea... Pour qu'il décide de mettre fin à ses jours comme ça, il doit y avoir plus qu'un simplement tatouage mal placé, un piercing en forme de cœur et une fille découverte. Elle regarde l'As Elementis qui à l'air dans ses pensées et en même temps en rogne contre la Domae "Si jamais tu oses faire quoi que ce soit à mon tabouret, je te retire ton nouveau piercing de force"

Sans aucune gêne, il retire ses boutons de sa chemise qui laisse apercevoir le petit cœur accroché à son téton... La demoiselle aux cheveux roses reste choquée quelques instants ; un petit air de dégoût passa sur son visage... Non pas que Gaea était moche mais ça a dû faire mal putain et ça doit faire encore mal ; le pauvre. Vraiment sympa ses amis, des amis en or comme il n'existe plus apparemment... Il ne referme pas sa chemise, sûrement la douleur du tissu contre la peau qui l'empêche de remettre correctement son haut.

- ... Je ne suis pas malade, j'ai juste enfin un semblant de lucidité ! J'ai sûrement plus de raisons connes de partir que de raisons intelligentes de rester... Tu m'as empêché une fois, ce matin non plus, je n'ai pas réussi - et j'ai pété une vitre avec ma flèche -, mais j'ai plein de temps libre...  Non mais, sérieusement... Les confrères me bouffent, les Elementis sont jamais contents, les Domaes veulent ma mort, ma soeur trouve limite que je suis un minable et la seule et unique amie que j'ai dans toute cette ville de merde, c'est l'As Domae. Une nana avec qui je devrai sûrement me battre dans le futur ! Super, j'ai vraiment de quoi être content avec ma vie actuelle... y a jamais personne de content... J'suis un tas de merde sur deux jambes pour tout le monde.

Effectivement, vu sous cet angle c'est un peu une vie de merde mais de là à se tirer une flèche c'était peut-être fort... Et tant mieux qu'il avait raté d'ailleurs sinon Haizea n'aurait plus de père non plus et la demoiselle aux cheveux roses lui avait promit de lui ramener. Mais pas de quoi en faire tout un plat, la demoiselle aussi voyait ses membres partirent un à un, elle savait les Domae pas contents à cause de ce qu'il se passait en ce moment, les Elementis voulaient quand même sa peau et un de ses meilleurs amis est l'As Elementis... Si ça s'appliquait à l'un, ça s'appliquait à l'autre également.

Malheureusement, tout le monde avait des responsables et Gaea aussi. Il ne pouvait pas tout foutre en l'air parce qu'il est en période de crise ; les mauvais jours passeront... Si chaque personne devait se suicider à chaque fois quelque chose n'allait pas, ça n'allait pas se terminer. Non, la demoiselle aux cheveux roses ne devait pas céder à sa dépression, tout le monde avait des problèmes, elle la première, et tout le monde avait des responsabilités, lui le premier.

- Ecoute, désolée de te l'avoir annoncé comme ça et surtout maintenant... Mais je devais vraiment te le dire et je ne voyais pas comment. Je recommence. Tu es papa d'une petite fille qui se nomme Haizea et qui a 7 ans ; et... Ce serait bien que tu la rencontres.

La Rose ne veut pas non plus une rencontre père-fille, qu'il la prenne tous les week-end et une semaine chaque vacance, ce n'est pas ça qu'elle voulait ; pour le moment, Kira voulait simplement qu'il apprenne à connaître sa fille. Peut-être qu'ils s'apprécieront tous les deux et là, la jeune femme pourrait envisager la garde partagée -bah oui... Elle avait promit à sa mère de prendre soin de sa fille, ce n'est pas pour la laisser vivre chez le père même si il s'agit d'un ami- mais pour le moment, une simple rencontre.

- Kira... où est-ce que tu vois un père ? Il ressemble à ça, le père idéal à tes yeux ? Un mec qui chiale comme une lopette et qui tente de se crever comme un ballon trop gonflé ? Je... je sais qui est sa mère, après tout, c'était ma fiancée de l'époque. Et avant que tu me le demandes, non, je ne suis pas un salaud qui abandonne les femmes enceintes, je l'ai quittée avant de le savoir... j'imagine qu'elle doit être morte...

La demoiselle aux cheveux roses baissa les yeux, au moins elle avait sa réponse de pourquoi elle s'est retrouvée seule et enceinte... Mais dans ce cas, pourquoi n'est-elle pas aller le voir pour le lui dire ? Et puis, ce n'est pas parce qu'il pense être une lopette qu'il ne peut pas être père ; pas besoin d'être un dur à cuire pour être papa. Et puis les hommes qui pleurent c'est mignon d'un côté, ça à un côté touchant tout ça. L'As Elementis se mordille la lèvre inférieure et joue avec ses doigts... Qu'est-ce qu'il veut lui demander encore mais qu'il n'ose pas ?

- ... J'ai envie d'un câlin.

... La Rose haussa un sourcil, c'était juste ça qu'il voulait demander ? Pas besoin de jouer le gamin pour demander ça, Kira n'aime pas les câlins mais dans certaines situations, ça fait toujours du bien d'en recevoir ou d'en donner. Une sourire amusé aux lèvres, la jeune femme se leva pour prendre son ami dans ses bras, elle se surprit même à faire un vrai câlin et non à passer simplement les bras autour de lui histoire de dire qu'elle avait fait quelque chose. Non cette fois, elle resta plusieurs minutes contre lui, sentant qu'il en avait bien besoin de ce câlin...

Au bout de plusieurs minutes, la jeune femme se détacha de lui pour aller s'asseoir de nouveau à sa place ; espérons que ça lui remonte le moral déjà. La demoiselle aux cheveux roses prit le verre que le barman lui apporta et bu une gorgée... Maintenant passons aux choses difficiles à annoncer, Gaea était loin d'être con, ça elle l'avait toujours su mais c'était toujours dur d'annoncer la mort de quelqu'un, surtout de son ex-fiancée... Mais d'ailleurs, pourquoi l'avoir demandé en mariage pour se barrer ensuite ?... Il devait avoir ses raisons. Kira hocha la tête.

- Oui... Lucina est morte il y a quelques jours lors d'une mission et elle m'a fait promettre de prendre soin de sa fille... Mais il y a deux jours, j'ai été chez le médecin pour un bilan de santé notamment à cause de son asthme et... Il en est venu à la conclusion que c'était sûrement héréditaire et que ça devait venir de ton côté vu que Lucina n'était pas asthmatique. A la base, je voulais rencontrer son père pour qu'il me donne simplement des conseils pour calmer ses crises mais quand j'ai vu que c'était toi ; j'ai voulu te le dire...

Kira n'aurait jamais pensé que Gaea était le père de cette enfant et n'aurait pas fouillée dans les dossiers médicaux des personnes de la ville pour le retrouver si ce n'était pas pour une cause médicale... La gamine avait vécu 7 ans sans son père, et même pas sûre qu'elle le considérera comme tel mais maintenant la Rose avait besoin de savoir pour gérer les crises de la petite. La Rose fit un sourire gênée ; elle ne voulait quand même pas lui faire peur surtout avec tous les problèmes...

- Je ne suis pas venue te demander de la prendre avec toi, de toute façon j'ai promis à sa mère de m'en occuper. Mais je voudrais simplement que tu la rencontres, que tu passes du temps avec elle. Et pour répondre à ta question, oui je te vois père, n'importe qui peut le devenir et ce n'est pas parce que tu pleurs de temps en temps que tu n'as pas le droit de l'être. Ça veut juste dire que tu es sensible c'est tout, et pas besoin d'être Hulk pour élever un enfant... Et qui sait, peut-être que tu t'attacheras à elle.



Je vous grogne dessus en darkblue.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]   Dim 30 Nov - 2:59
















Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]
~Oh Kiki, câline-moi... C'est assez d'espérer ♫[PV Kiki]~





Un papa. Moi. Un père, un vrai de vrai, moi ! Je ne le réalise toujours pas, qu'une petite fille puisse partager mon sang malade dans ses veines, et peut-être détenir la beauté de sa mère en dépit de l’imbécillité du père... J'espère seulement qu'elle ne me haïra pas, qu'elle comprendra mes actes passés au lieu de me jeter la pierre sans réfléchir au pourquoi du comment... J'aimais sa mère, et c'est une vérité que personne ne peut nier ; la soupçonner morte est aussi difficile pour moi à appréhender qu'un coup de pied en plein dans les noisettes. Certes, moins romantique qu'un poignard dans le coeur, mais voici la raison pour laquelle je n'ai pas usé de cette comparaison : Je n'en mourrai pas. Elle sera morte, mais moi non, je vis bel et bien malgré ma douleur. Lucina... Je te présente mes excuses si du moins tu peux m'entendre, quelque part, mais je ne reviendrai pas vers toi... Pas aujourd'hui, car une autre femme risque de me tuer si j'ôte le souffle qui m'anime. Une femme très très violente.

Je souris tandis que je la regarde se lever après un petit moment d'hésitation. Que compte t-elle faire ? Est-ce qu'elle va s'en aller ? Non !... Inquiet, je me mords la lèvre en regrettant d'avoir demandé une telle chose alors que nous sommes censés nous haïr, fermant les yeux pour ne pas la voir partir. J'ai été idiot... abruti, Gaea, tu n'es qu'un abruti fini ! Les poings fermés contre mes genoux, je me maudis d'être né avec un QI inversé. Alors que je sens les larmes remonter lentement jusqu'à mes yeux, des bras m'entourent et m'attirent contre une surface chaude et... moelleuse. Je hoquette en haussant un sourcil, tournant la tête lorsque je réalise que cette fameuse chose calée contre moi s'avère être... l'As Domae. Je n'arrive pas à y croire ; moi qui croyais que je la répugnais ! Docile et fatigué par toutes ces larmes versées, je pose un bras dans son dos, serrant le tissu de son haut entre mes doigts, et ma tête (exprès) contre son torse, murmurant un petit :

«Merci...»

Étrangement, elle ne me repousse pas. Héhéhéhé. J'en profite ainsi pour passer un deuxième pitit bras histoire de l'enlacer et de lui faire face - face à ses Rogers, j'veux dire. Méga gros rogers, par ailleurs ! De quoi consoler l'âme brisée du miséreux que je suis, ravagé par une vie austère, malaimée. Ah, cette douce sensation contre mon visage, je me tuerai simplement pour pouvoir la vivre constamment ! Comment deux vulgaires poches de graisse peuvent-elles être aussi confortables ? Je la serre un peu plus fort contre moi, la joue bien calée contre mes coussins improvisés tout en gardant le visage caché par ma longue chevelure de jais... si je les garde long, c'est bien pouvoir faire mon ninja ! Merde, je crois que je bave. Tant pis, elle croira que ce sont des larmes, après tout j'en ai le visage inondé à force de jouer ma drama-queen. Fort heureusement pour moi, le câlin dure et perdure, je me demande même si elle ne s'est pas endormie... pourtant, elle a pas picolé la madame. Mais je ne vais pas me plaindre... nope, je ne le ferai plus.

Cependant, je ne comprends toujours pas... Elle a toujours grimacé quand il s'agissait de moi, même tout à l'heure, quand je me suis à demi-dénudé sous ses yeux, elle semblant pire que répugnée... Pourtant, je ne crois pas être trop moche ? Qu'est-ce qui lui plaît ? Je suis pas assez beau pour elle, peut-être ? Ou alors elle n'aime pas les hommes. HAAAAN. Je l'savais ! Quoique, non, je ne sais pas. Je lui demanderai, un de ces quatre. Arrêtant quelque peu de délirer contre sa poitrine, je finis par me calmer, me concentrant sur les battements de son coeur sans même faire attention au lieu sur lequel je repose ma tête : Allons bon, Gaga ! Tu ne peux pas la traiter comme ça, pas comme les autres. Sois sage, pour une fois... ouais, je vais rester sage. J'ai peur de ses gnons, moi ! Sûr et certain que si ils s'abattent sur mon nez, il traversera toute ma boîte crânienne pour en ressortir de l'autre côté ! Maman. J'ai peur, et je ne bouge plus.

Lorsqu'elle me lâche, ce n'est plus le Gaga au bord du gouffre qu'elle voit, mais un Gaga aussi joyeux qu'un petit lutin des bois, rigolant tout seul tout en la fixant. Elle est trop mimi pour être mon ennemie la dame ! Nan, je ne pourrai jamais lui faire le moindre mal, ce serait aussi dur que de blesser un papillon - et merde, ça me rappelle que j'en fais la collection. Alors un chat. Un chaton. Tout rose, tout mignon ! Gaaaahhh... J'essuie d'un revers de la manche la bave séchant sur le coin de ma lèvre - discrètement, évidemment, avant de lui adresser le plus beau de tous mes sourires, sincère pour une fois :

«Tu es très confortable pour les câlins et très mignonne ! Surtout eux.» Je désigne sa poitrine en ricanant, prenant une tronche de pervers :«Anti-dépresseurs 100% garantis.»

J'ai parfaitement conscience que je risque ma peau en parlant ainsi de ses deux atouts mammaires, mais c'est pourtant le résumé de ma pensée - elle sait bien que je ne la drague pas. Comme les autres, elle doit me penser gay, comme moi je la pense gouine. On est vraiment des As bizarres mais j'aime bien ça ! Au moins, on a l'originalité de notre côté - on ne risque pas de s'ennuyer tous les deux. Mais en revanche, je pense tout ce que je dis. Même si c'est une brute épaisse qui se comporte comme un mec des fins fonds des rues, 'n'empêche qu'elle a son côté tout mou (et je ne parle pas seulement de ses boobies !) qui la rend trognonne. Je pouffe comme un gamin, le coude contre le comptoir et le poing pressant contre ma joue, soutenant le reste de ma tête. J'espère qu'elle prendra le compliment... mais retournons à l'histoire de ma fille :

«Oui... Lucina est morte il y a quelques jours lors d'une mission et elle m'a fait promettre de prendre soin de sa fille... Mais il y a deux jours, j'ai été chez le médecin pour un bilan de santé notamment à cause de son asthme et... Il en est venu à la conclusion que c'était sûrement héréditaire et que ça devait venir de ton côté vu que Lucina n'était pas asthmatique. A la base, je voulais rencontrer son père pour qu'il me donne simplement des conseils pour calmer ses crises mais quand j'ai vu que c'était toi ; j'ai voulu te le dire... »

Morte. Ma Lucina est morte. Mon coeur ne se serre pas, mes larmes ne coulent pas en entendant cette triste vérité sortir de la bouche de mon amie. Pourquoi ? Je ne sais pas... Peut-être est-ce parce que j'ai déjà fait mon deuil il y a sept ans, lorsque, pris de peur face à la colère de ma famille, j'ai préféré l'abandonner plutôt que de risquer nos vies. Je la croisais même autrefois, mais je fermais les yeux et continuais mon chemin : De ma future femme, j'en avais fait une étrangère. Pourquoi ? Je ne le savais même plus. Je voulais devenir un autre homme tellement la honte me rongeait, de voir cette femme abattue parce que je n'étais pas suffisamment fort et ne détenais pas assez de pouvoir sur autrui pour les empêcher de lui faire du mal... Aujourd'hui, je suis l'As et je vieillis, je pourrais recommencer à l'aimer, mais voilà : Lucina est morte. Et elle ne reviendra pas, plus jamais. Jamais plus je n'aurai à rêver de ses bras ou à pleurer des promesses que j'ai ravagées, jamais plus je n'aurai l'espoir de la voir à ma porte pour me supplier de la récupérer... C'est bel et bien fini. Et mon coeur ne se brise pas. Ras-le-cul de se faire casser, il prend congé !

Cependant... la santé de ma fille m'inquiète. Non pas seulement parce que je sais à quel point il est dur de vivre avec, mais parce que moi, je ne prends presque plus rien comme médicament, par peur de finir empoisonné. Les confrères sont partout, mes ennemis nombreux, et moi un parfait trouillard. J'espère seulement que ma maladie ne sera pas l'unique chose que j'offrirai à cette enfant qui, j'en suis sûr, doit être réellement mal après la mort de sa mère... Je hoche la tête, serrant le poing en regrettant de lui avoir refilé une telle chose, puis tend l'oreille pour écouter la suite de ses propos :

«Je ne suis pas venue te demander de la prendre avec toi, de toute façon j'ai promis à sa mère de m'en occuper. Mais je voudrais simplement que tu la rencontres, que tu passes du temps avec elle. Et pour répondre à ta question, oui je te vois père, n'importe qui peut le devenir et ce n'est pas parce que tu pleurs de temps en temps que tu n'as pas le droit de l'être. Ça veut juste dire que tu es sensible c'est tout, et pas besoin d'être Hulk pour élever un enfant... Et qui sait, peut-être que tu t'attacheras à elle.»
La rencontrer ? Passer du temps avec elle ? Rien qu'en entendant cela, je suis pétrifié... Mais je la regarde et acquiesce, fermant doucement mes paupières... J'essaierai, dans ce cas. J'ai vu tant de quederliens tourner en horreurs humaines à cause de mauvais parents, moi le premier, et je ne veux pas que mon sang soit touché, souillé par cette folie ! Je lance un petit sourire à Kira, posant gentiment et sans arrière pensée ma main sur la sienne, pour l'attraper et la serrer entre les miennes :

«Je ferai en sorte alors d'être le meilleur père qu'une petite fille puisse avoir, si toi tu deviens la meilleure des mères adoptives ! Et... merci de t'occuper d'Haizea... Tu dois sûrement te demander pourquoi j'ai quitté sa mère, hein ? Disons simplement, en résumé, que je ne pouvais pas rester avec elle... Les gens étaient fâchés de nous savoir ensemble, et je n'étais pas très fort avec mon élément - pas assez pour pouvoir nous protéger tous les deux... C'est difficile de tisser des liens solides entre "ennemis" !» Je me ressaisis rapidement, prenant alors une expression sérieuse tout en serrant un peu plus ses mains :« Mais ne t'en fais pas, hein ! Toi... toi, c'est différent, et aujourd'hui aussi je le suis... Si le moindre Elementis ose ne serait-ce que t’égratigner, je... je... Je lui éclate sa grosse gueule de merde.»

Je ricane puis la lâche, essayant de calmer mon fou rire après avoir annoncé ça aussi fort au beau milieu du bar - bien qu'il n'y ait plus grand monde... D'ailleurs, ça me rappelle autre chose. Je me commande un café, et après une petite minute d'attente, le reçois en commençant à le siroter... Allez, ose demander gros, tu risques pas plus que quand tu as collé ton nez dans ses boobies :


«Par contre, une question qui me travaille, Kiki... Est-ce que, par le plus graaaand de tous les hasards de l'univers, tu serais... je ne sais pas, pas... attirée par les hommes ?  Après tout, tu es dans le bar gay... 'Fin moi aussi, mais euh, je marche euh... à voile et à vapeur, on va dire... donc pas gay... sinon j'aurais pas de fille, logique... puis bon, j'ai l'air de pas mal te dégoûter, enfin, parfois.»









Revenir en haut Aller en bas

avatar

Kira SerykMessages : 3141
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]   Dim 30 Nov - 22:24







Kira avait préféré ne rien dire quant à la remarque sur ses seins... Peut-être qu'elle aurait dû le frapper pour le remettre à sa place mais elle avait déjà mit du temps à le redonner le sourire alors le faire chialer devant tout le monde ; mais c'était la seule fois et la prochaine fois qu'il tente de recommencer, il s'en mange une sévère dans la tronche et sans remords. Qu'est-ce qu'elle ne ferait pas pour un ami déprimé quand même... Elle se laissait quand même toucher les seins juste pour faire sourire un ami... Qui est un ennemi de base quand même ; quel pouvoir extra-ordinaire pour mettre un ennemi à terre. Bref, revenons à nos moutons.

- Je ne suis pas venue te demander de la prendre avec toi, de toute façon j'ai promis à sa mère de m'en occuper. Mais je voudrais simplement que tu la rencontres, que tu passes du temps avec elle. Et pour répondre à ta question, oui je te vois père, n'importe qui peut le devenir et ce n'est pas parce que tu pleurs de temps en temps que tu n'as pas le droit de l'être. Ça veut juste dire que tu es sensible c'est tout, et pas besoin d'être Hulk pour élever un enfant... Et qui sait, peut-être que tu t'attacheras à elle.

Il a l'air effrayé par cette idée... Être parent était quand même une dure responsabilité, Kira le voyait quand elle remarquait tous les sacrifices que faisait Jenny pour Alma et la Rose n'était même pas sûre d'être prête de le faire pour Haizea mais tout le monde avait peur de toute façon... Il fallait juste se lancer et une fois fait, on baigne dans un immense bonheur. Le jeune homme ferma les paupières comme pour réfléchir à cette idée ; ce serait dommage de laisser sa fille à cause d'une peur... Elle avait besoin d'un père pourtant...

Il les ré-ouvre et lance un petit sourire à la Rose que cette dernière lui renvoie ; et puis, il pouvait voir le bon côté des choses, il ne l'avait pas eu à l'époque où il fallait changer les couches et tout ça... Là c'est encore pire et la Rose peut témoigner ! Mais Haizea est plutôt calme comme enfant et l'As pensait que ce serait bien qu'elle rencontre la partie manquante... L'As Elementis posa sa main sur celle de la jeune femme et la serra dans les siennes... C'était quelque chose d'énorme que lui demandait la Rose, elle le savait.

- Je ferai en sorte alors d'être le meilleur père qu'une petite fille puisse avoir, si toi tu deviens la meilleure des mères adoptives ! Et... merci de t'occuper d'Haizea... Tu dois sûrement te demander pourquoi j'ai quitté sa mère, hein ? Disons simplement, en résumé, que je ne pouvais pas rester avec elle... Les gens étaient fâchés de nous savoir ensemble, et je n'étais pas très fort avec mon élément - pas assez pour pouvoir nous protéger tous les deux... C'est difficile de tisser des liens solides entre "ennemis".

La Rose baissa les yeux... Qu'aurait-elle fait à sa place ? Sûrement la même chose, c'est compliqué d'élever un enfant alors que le père est un Elementis et la mère une Domae ; ils auraient été traqué par les deux Familles et Hiazea serait sûrement morte... Mais il avait eu raison, et qui sait, peut-être qu'aujourd'hui il aurait été prêt à se remettre avec Lucina et élever sa fille comme une vraie famille ? Il serra sa main tout en se ressaisissant.

- Mais ne t'en fais pas, hein ! Toi... toi, c'est différent, et aujourd'hui aussi je le suis... Si le moindre Elementis ose ne serait-ce que t’égratigner, je... je... Je lui éclate sa grosse gueule de merde.

Ils explosèrent de rire tous les deux... Déjà que le Gouvernement les voyaient en couple et que les pions pensaient que c'était ça, cette histoire n'allait pas arranger les choses non plus... Mais c'est vrai, Kira ne permettrait à personne de faire du mal à Gaea, déjà parce qu'il est père d'Haizea -ce qui risque de renforcer les soupçons- mais aussi parce que c'est un ami. Un ami comme il n'existe plus aujourd'hui alors oui, si jamais ils se retrouvaient à se battre l'un contre l'autre, Kira ne lui ferait pas de mal... Dans quoi s'était-elle encore embarquée celle-là... Elle avait le chic pour être ami avec les As ennemis tien.

- Par contre, une question qui me travaille, Kiki... Est-ce que, par le plus graaaand de tous les hasards de l'univers, tu serais... je ne sais pas, pas... attirée par les hommes ?  Après tout, tu es dans le bar gay... 'Fin moi aussi, mais euh, je marche euh... à voile et à vapeur, on va dire... donc pas gay... sinon j'aurais pas de fille, logique... puis bon, j'ai l'air de pas mal te dégoûter, enfin, parfois.

La jeune femme haussa un sourcil et se ricana quelques instants... Qu'il pouvait être bête celui-là des fois. Ils étaient en train de parler de sa fille et la question qui lui vient en tête c'est l'orientation sexuelle de la Rose... Kira secoua la tête, décidément, personne ne pouvait le rattraper, espérons que la paternité le rendra plus aimable.

- Si je suis dans ce bar c'est de ta faute, je voulais simplement te retrouver pour te dire les nouvelles à la base. Pas pour draguer qui que ce soit.

Et puis le but premier d'un bar c'est de boire non ? Quand elle allait dans ce genre d'endroits c'était pour boire un bon coup avec la famille ou des potes et repartir une fois bourrée, pas plus pas moins. Et que ce soit un bar gay ne la dérangeait pas, il y avait le mot "bar" dedans alors bar = boire. Pas besoin de chercher midi à quatorze heures.

- Et oui je suis attirée par les hommes, je suis même en couple avec un homme depuis 4 mois.

Et peut-être qu'il comprendra tout seul qu'il ne peut plus toucher aux boobs de la demoiselle aux cheveux roses... Quoi que.

- Et pour ce qui était du dégoût la première fois... Ce n'est pas toi qui me dégoûtait, non toi tu es plutôt mignon, c'est simplement le fait que tu puisses penser que je peux te violer, enfin c'est le geste en lui-même qui dégoûte. Et puis... Tu étais un Elementis...

Et tout le monde sait que Bad Wolf déteste les Elementis au même titre que Shadow déteste les Domae. Ils ont ruiné sa vie, ils lui ont prit ses parents... Rien que penser à cette histoire, des larmes lui montèrent aux yeux et la jeune femme serra les poings ; ça fait à peine un an qu'ils ont disparu et la Rose n'arrive toujours pas à se faire à l'idée... Noël approche bientôt et savoir qu'elle ne le fêtera plus avec eux lui brise le cœur ; la jeune femme retint ses larmes et prend boit un coup pour oublier tout ça. D'une voix tremblante, elle reprit la parole.

- Bref. On n'est pas ici pour discuter de moi. Tu veux venir quand chez moi ?


Je vous grogne dessus en darkblue.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]   Mar 2 Déc - 20:56
















Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]
~Oh Kiki, câline-moi... C'est assez d'espérer ♫[PV Kiki]~





Elle ne retire pas sa main de la mienne, restant ainsi à me fixer tandis que je lui promets d'endosser mon rôle de père avec ferveur... Est-ce que j'y crois ? Je ne sais pas. J'aimerais bien être sûr de moi-même, mais actuellement, la peur me pétrifie... Je ne sais pas ce qu'est censé être un bon père ! Sur qui dois-je me baser ? Mon père dit officiel ou mon géniteur ? Non, j'ai toujours haï la faiblesse de l'époux de ma mère, il était tellement faible qu'il ne pouvait défendre personne ici bas... Il n'était pas gentil - il était mou ! Nuance. Beaucoup de personnes dans le passé se sont confondues en le voyant ; quel merveilleux père, disaient-elles, si soucieux de sa famille... A vomir. Personne n'aime les mollassons, alors j'ai intérêt à me faire pousser une colonne vertébrale histoire de me tenir droit dans mes bottes. Même si j'avoue que je suis terrifié... je plonge mon regard dans ses yeux bleutés comme si je cherchais les réponses à mes questions ; je creuse dans l'étendue azur, me lasse et soupire face au vide qui s'installe sous mon crâne...

Je n'y arriverai jamais. Je suis trop naze pour tout, alors pourquoi est-ce que ça changerait subitement ? Je... je... Roh, et puis ta gueule, mec. Tu as une petite fille et tu vas t'en occuper comme le grand monsieur que tu es, et si tu n'arrives pas à l'éduquer correctement, là tu pourras te traiter de grosse merde profonde. Je la regarde baisser les yeux lorsque je lui raconte mes mésaventures passées avec Lucina, cet harcèlement incessant que j'ai dû subir pour la quitter, et surtout ces regards... Je crois que je peux comprendre ce que Gaara a subi par ma faute. Mais même sans moi, ç'aurait été pareil, mais venant des autres. Ce n'était pas des visages amicaux qui l'accueillaient quand il entrait dans le QG, alors bon... C'est pour ça que j'ai tout fait pour le chasser, il n'avait plus aucun avenir chez les Elementis : C'était mieux pour tout le monde. J'aurais pu quitter les Elementis, mais le plus étonnant, c'est que ça ne m'a traversé l'esprit... Je ne suis pas seulement entré dans la Famille uniquement pour me faire aimer de ma mère, j'y suis aussi entré pour moi-même. Je voulais me regarder dans une glace et pouvoir me dire que je valais quelque chose, puisque la nature m'avait "mal" fait. Qu'est-ce que ça a changé ? Oh. Rien, à part que je suis devenu un merveilleux sculpteur de roche et de terre ! Pas mal l'évolution.

- ...Mais ne t'en fais pas, hein ! Toi... toi, c'est différent, et aujourd'hui aussi je le suis... Si le moindre Elementis ose ne serait-ce que t’égratigner, je... je... Je lui éclate sa grosse gueule de merde.

Nos regards se croisent tandis que nous éclatons de rire tous les deux comme de beaux crétins. Franchement ! Comment est-ce qu'on va faire à la prochaine bataille ?! Se regarder dans le blanc des yeux en ne sachant pas où viser entre 30 mètres à droite ou 100 mètres à gauche - histoire d'être sûrs de ne pas toucher l'autre ? Les autres vont tellement nous griller... Oh, je sens que je n'irai pas. Ouais, je boycotte la guerre, j'dirai que j'étais malade. Ou je l'embarquerai au bar en faisant semblant de vouloir me la faire à moi tout seul ! Bref, en résumé, on se débrouillera. Occupé à calmer mon fou rire, le front contre le comptoir tout en ayant pitié de nos pauvres gueules, je m'arrête soudainement lorsqu'une évidence me saute aux yeux. Je regarde Kira d'un oeil sérieux, avant de m'enfoncer dans les méandres de mon esprit, le manipulant tel un rubik-cube pour pouvoir en déceler des idées. Nous ne sommes sûrement pas les seuls de Quederla à être dans cette situation... Et si la guerre se taisait d'elle-même, de cette manière ? En nouant des liens ? La commissure de mes lèvres s'étend dans un petit sourire narquois  : Confrères et gouvernement peuvent aller se raviser... ce n'est pas comme ça qu'on aura la paix. Mais moi... moi, j'ai peut-être une petite idée sous mon crâne chevelu. Je la creuserai dans le futur, mais là, la fleeeemme ! J'veux savoir si la dame mange des pommes ou des bananes. Ça, ça m'intéresse. Quederla, après :

- Si je suis dans ce bar c'est de ta faute, je voulais simplement te retrouver pour te dire les nouvelles à la base. Pas pour draguer qui que ce soit. Et oui je suis attirée par les hommes, je suis même en couple avec un homme depuis 4 mois.

Elle semblait surprise de ma question, comme si j'étais le seul à avoir osé la lui poser... Bizarre pourtant, ça me paraît évident ! Néanmoins, une petite moue se lit sur mon visage... merde, je ne pensais pas qu'elle était une louve domestiquée, moi ! Quel ennui. Au moins, je suis sûr qu'elle n'est pas lesbienne, mais aussi pas du tout libre ! Remarque, elle n'a que vingt-deux ans, l'âge des amourettes, du grand amour qu'on ne veut jamais voir mourir... Comme Lucina. Je repose ma joue contre mon poing, la regardant en coin avec un petit sourire amusé... Je ne la vois pas dans une petite maison avec un mari et des chiards, ça, c'est clair. Remarque, moi qui suis un éternel célibataire, je ne devrais pas me permettre de juger les relations d'autrui... mais qu'est-ce que ça doit être blasant d'être constamment avec la même personne. Je ne le comprends pas ! Ou du moins, plus maintenant. Je suis amoureux d'une morte, enfin, j'étais amoureux de ce qui est aujourd'hui un cadavre sous terre. C'est pitoyable, quand on y réfléchit... la seule femme pour qui je me serais damné avec joie est la seule qui a crevé avant que je n'ai pu la revoir. Mon pauvre coeur ne se mariera qu'une seule fois, sans nul doute. Qu'on me crache au visage autant que la bonne morale indique de le faire - il n'y a personne plus fidèle que moi.

Hélas. Fidélité, amour et lien n'ont plus aucun sens aujourd'hui. Mes baisers infinis retomberont sur des lèvres froides, tachées de terre sèche, mes serments d'amour sombreront dans l'oreille sourde d'une morte et mon coeur battant s'éteindra, lorsqu'il verra celle qu'il avait choisie être ensevelie, cachée sous terre, comme pour le forcer à l'oublier. Je ne pense pas que j'aimerai une autre femme que Lucina, du moins, je ne pense pas que j'en serai capable. J'aurais l'impression de la trahir. Les échanges charnels et de vulgaires souffles chauds dans la nuque ne valent rien à mes yeux, ce n'est que purement animal, rien de sérieux. L'air un peu rêveur, je parcoure de mon regard les bouteilles d'alcool mal alignées en face de nous, dans un petit meuble suspendu... j'en demanderai bien une, mais la marâtre veille au grain. Ah, Lucina, je te promets que je deviendrai une bonne personne pour que notre fille soit fière de m'avoir comme père ! Merci pour ce dernier cadeau... Réalisant que mes pensées s'égarent de trop, je rabats mon regard sur Kira avant de me mettre à pouffer, embarrassé d'avoir plané pendant plusieurs minutes :

- Pardon, je réfléchissais... Personnellement, je ne compte pas me remettre en couple... Je suis libre comme l'air, batifolant comme un papillon et... seul comme un bernard l'hermite. Donc tu me dis que la p'tite louve a donc été domptée par un homme ? C'est marrant à imaginer.~ Moi je suis bien tout seul.

Je perds peu à peu mon sourire néanmoins. Un bernard l'hermite... Ouais, c'est un cool petit truc, mais ça me va bien. Je vais de draps en draps comme un nomade, je n'en tire rien de bien intéressant si ce n'est que j'oublie mon stress quelques instants... Ce n'est pas rien ! Je hausse un sourcil surpris en l'entendant me qualifier de mignon, tournant du choc à l'embarras tandis que je grattouille ma joue en rougissant légèrement... 'l'est pas bien elle, faut pas me complimenter sinon je tourne en tomate méga-mûre. Pire qu'une gonzesse, je sais bien ! Mais tout de même... Elle aurait pu s'abstenir. Je toussote lorsque je l'entends marmonner à propos de mon appartenance aux Elementis. Mon sang se fige dans mes veines en voyant des larmes scintiller dans ses pupilles comme si elle se retenait de pleurer, me faisant alors me sentir comme un con de lui faire subir toutes ces merdouilles... J'espère que ce n'est pas de ma faute. D'une voix tremblante, elle reprend :

- Bref. On n'est pas ici pour discuter de moi. Tu veux venir quand chez moi ?

Je la fixe longuement avec un petit air triste scotché au visage, avant de soulever ma chaise, la mettre juste à côté d'elle pour ensuite la prendre dans mes bras, faisant bien sûr attention à ne pas me faire mal avec mon piercing de mes deux. A mon tour de soutenir la demoiselle ! Je glisse une main dans sa chevelure rose que je caresse doucement, le menton posé sur son crâne :

- Quand tu veux, je suis assez libre en ce moment... et ne pleures pas, sinon je m'y remets aussi, et on va passer pour de gros bouseux à qui la vie ne fait pas de cadeau, même pas pour noël ! Coupain Gaga est là, rien qu'pour toi, et touuuut va rentrer dans l'ordre~.
J'embrasse vite fait son crâne tandis que je desserre la prison de bras que j'ai formée autour d'elle, sans mettre un terme au câlin - je veux juste éviter de l'étouffer. D'ailleurs... Qu'est-ce que je vais faire pour noël ? Je fixe le plafond, quand une idée galope dans mon petit cerveau folichon :

- Au fait, tu m'y fais penser... Tu voudrais passer Noël avec moi comme des amis en toute amitié, en emmenant la petite bien sûr ? Je ne le fête plus depuis que ma soeur a quitté Quederla pour vivre sa petite vie, vu qu'avant je ne le faisais qu'avec elle... Plus de parents, disons. MAIS c'est cool ainsi, pas besoin de yeux tristes d'épagneul. Alors, si ton copain n'est pas là - et s'il gueule, dis-lui que je suis ton pote gay- et que tu n'as rien d'autre, je pourrai... je sais pas, vous préparer de bons petits plats rien que pour vous deux ? Je n'en ai pas l'air, mais je suis un vrai cordon bleu, sans vouloir trop me vanter... enfin, on dit ça de moi.









Revenir en haut Aller en bas

avatar

Kira SerykMessages : 3141
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]   Mer 3 Déc - 16:10







- Bref. On n'est pas ici pour discuter de moi. Tu veux venir quand chez moi ?

Saleté de voix tremblante, la demoiselle aux cheveux roses allait très bien c'était simplement de mauvais souvenirs qui remontaient ; et puis rien à voir avec lui. Ce n'était pas lui qui avait assassiné les parents de la jeune femme. Mais quand même, ça n'empêchait pas le fait de détester les Elementis pour ça ; c'est comme si une partie d'elle lui avait été arrachée le jour où ses parents sont morts en même temps que l'As... Elle secoua la tête, non elle était venue pour parler d'Haizea qui était désormais sans mère ; pas pour dire qu'elle était orpheline.

Tout à coup, Gaea rapprocha sa chaise de la demoiselle aux cheveux roses pour la prendre ensuite dans ses bras... Elle soupira discrètement, c'est bon, pas besoin de la prendre en pitié non plus. Kira avait commencé à s'y faire à leur absence, pas besoin de réagir de la sorte... Le jeune homme passa une main dans ses cheveux pour les lui caresser tout en ayant le menton posé sur le crâne de la jeune femme ; une larme coula le long de sa joue... Non, elle ne voulait pas pleurer !

- Quand tu veux, je suis assez libre en ce moment... et ne pleures pas, sinon je m'y remets aussi, et on va passer pour de gros bouseux à qui la vie ne fait pas de cadeau, même pas pour noël ! Coupain Gaga est là, rien qu'pour toi, et touuuut va rentrer dans l'ordre~.

La jeune femme éclata de rire pendant que le jeune homme embrassa le haut de son crâne... Qu'il était bête celui-là quand il s'y mettait et pourtant il arrivait à lui remonter le moral. Elle essaya la larme qui coulait sur sa joue avec le revers de sa main ; si un jour on lui avait dit qu'elle se lirait d'amitié avec un Elementis, la Domae aurait sûrement renvoyé cette personne dans ses vingt-deux mètres. Non mais un Elementis et une Domae élevant tous les deux une fille... Et en plus les deux As... Elle était impatiente de voir ce que ça allait donner sur les champs de bataille.

- Au fait, tu m'y fais penser... Tu voudrais passer Noël avec moi comme des amis en toute amitié, en emmenant la petite bien sûr ? Je ne le fête plus depuis que ma soeur a quitté Quederla pour vivre sa petite vie, vu qu'avant je ne le faisais qu'avec elle... Plus de parents, disons. MAIS c'est cool ainsi, pas besoin de yeux tristes d'épagneul. Alors, si ton copain n'est pas là - et s'il gueule, dis-lui que je suis ton pote gay- et que tu n'as rien d'autre, je pourrai... je sais pas, vous préparer de bons petits plats rien que pour vous deux ? Je n'en ai pas l'air, mais je suis un vrai cordon bleu, sans vouloir trop me vanter... enfin, on dit ça de moi.

La jeune femme se détacha de l'Elementis pour le regarder... Vraiment ? Passer Noël tous les trois ? Est-ce que ce serait une bonne idée ? Kira ne savait pas ce qu'avait prévu Shin et elle avait l'habitude de passer Noël avec Jenny et Alma mais... Haizea aurait sûrement besoin de passer Noël avec son père et l'As Domae était désormais sa mère adoptive alors... Et Noël, c'est une fête familiale alors ; rien pour Haizea, ils pourraient donner cet aspect à la petite.

- Bah... Euh... Pourquoi pas oui.

Mouais. Pas très convainquant. C'est juste qu'elle était étonnée de la proposition, maintenant qu'elle était assez grande, Kira pouvait faire ce qu'elle voulait durant cette fête donc si un ami l'inviter à passer Noël avec lui rien ne l'empêchait de le faire. Mais ne pas tout précipiter non plus.

- Pardon, tu m'as surprise avec ta question ; je pense que ça pourrait être une bonne chose oui mais rencontre là avant quand même... Que dirais-tu de demain ?


Je vous grogne dessus en darkblue.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]   Ven 5 Déc - 0:31
















Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]
~Oh Kiki, câline-moi... C'est assez d'espérer ♫[PV Kiki]~





Callée contre moi, la Domae se mure dans le silence. Je fais glisser ma main le long de sa chevelure rose, joue un instant avec ses mèches puis la pose ensuite dans son dos, que je caresse doucement. J'ignore ce qui doit se passer sous son crâne, et au fond, ne veux pas le savoir : Nous avons chacun nos démons, n'est-ce pas ? Si je m'amuse à m'approcher de ceux des autres, je risque fortement de ne plus pouvoir me battre avec les miens, Kira devra porter le glaive toute seule en dépit de mon soutien. C'est une grande fille - et pas n'importe laquelle ! L'As de nos ennemis, mais aussi l'une de mes plus grandes amies, alors j'ai confiance en sa force, autant mentale que physique. Les lèvres contre son crâne, je balaie la salle de mon regard, à droite, à gauche, croise des visages amusés que je supprime mentalement. Des ricanements se font entendre et quelques index se dressent pour nous désigner, mais je n'y accorde pas vraiment d'intérêt : Ils n'ont jamais vu des camarades s'enlacer ? Ah... oui, Elementis, Domae... Roooh... rien à foutre.

Je sursaute en l'entendant éclater de rire, me demandant si elle ne se fout pas de ma poire. Pensant cela, je m'écarte un peu avec un petit sourire en coin, recherchant ma réponse sur son visage quand une larme attire mon attention... Oh merde, je l'ai faite pleurer ? Me mordant la lèvre, je m'apprête à essuyer cette vilaine gouttelette et finalement me fige, la regardant le faire toute seule. Je l'accompagne dans son rire bien que je me sente un peu embarrassé, ignorant des raisons de sa tristesse... Comme quoi, même la brute épaisse des Domaes pouvait se mettre à pleurer, je n'étais pas le seul à céder à l'amertume de nos vies... J'ai intérêt à lui trouver un bon cadeau d'ailleurs, si du moins, elle accepte ma présence à ses côtés, pour un soir aussi spécial... Je la libère peu à peu de mon étreinte, soucieux à propos de notre amitié - durera t-elle ou allons-nous être obligés de nous envoyer des épées dans la tronche ? On verra bien...

«    Au fait, tu m'y fais penser... Tu voudrais passer Noël avec moi comme des amis en toute amitié, en emmenant la petite bien sûr ? Je ne le fête plus depuis que ma soeur a quitté Quederla pour vivre sa petite vie, vu qu'avant je ne le faisais qu'avec elle... Plus de parents, disons. MAIS c'est cool ainsi, pas besoin de yeux tristes d'épagneul. Alors, si ton copain n'est pas là - et s'il gueule, dis-lui que je suis ton pote gay- et que tu n'as rien d'autre, je pourrai... je sais pas, vous préparer de bons petits plats rien que pour vous deux ? Je n'en ai pas l'air, mais je suis un vrai cordon bleu, sans vouloir trop me vanter... enfin, on dit ça de moi.»

Kira, avec moi, à Noël ? Rien qu'à cette idée, je déglutis avec une certaine angoisse. Je ne sais pas ce que je vais faire... est-ce qu'il va falloir que je planque mes peaux de bête histoire qu'elle ne m'embroche pas comme un porcin, oh mon dieu, je n'imagine même pas tout le rangement que je vais devoir me taper... Je n'ai pas passé le balai depuis... depuis... depuis un peu trop longtemps, sûr et certain que j'avale des moutons de poussière en dormant. Si elle voit dans quel taudis j'habite, je vais être humilié... J'ai un peu peur. Elle s'écarte de moi et me fixe avec un air de stupeur collé au visage, semblant réfléchir à ma proposition... Je toussote et me commande un verre de vodka, histoire de profiter de sa réflexion interne pour esquiver ses foudres : Peut-être qu'elle n'y fera pas attention. Il n'empêche que j'ai menti. Personne ne m'a jamais rien dit à propos de ma cuisine ; car je n'invite jamais personne à venir la déguster... Mais mes chiens l'apprécient... Et moi aussi. Alors je suppose que c'est bon, puisque personne n'est jamais tombé malade par ma faute ! Pourquoi s'embêter ?

« Bah... Euh... Pourquoi pas oui. »

Ah ? Ah ? Je m'arrête brutalement, surpris et limite choqué, avant de me jeter dans ses bras, la serrant comme un énorme nounours rosâtre : Je ne vais plus être tout seul à Noël ! Elle a dit oui ! Même si c'était avec un enthousiasme douteux, elle m'a dit oui ! A moi ! J'aurais presque envie de pleurer tellement j'suis content... bon dieu, si je ne savais pas qu'elle referait mon visage dans le style bolognaise si jamais j'osais, il y aurait bien longtemps que j'aurais embrassé c'te gonzesse! Oh ! Qu'est-ce que je vais mettre ? Quelle décoration adopter ? Quel cadeau donner ? Quelle chambre leur attribuer ?! Ah, ma tête va exploser. Je vais faire à manger pour quelqu'un ! Soudainement doté d'une poigne impressionnante pour quelqu'un avec si peu de muscles, je frotte ma joue contre le crâne à Kiki comme un vieux décati gaga. Quand d'un seul coup, une idée me traverse l'esprit. Et si ?... Et si. Ooooh que si. Je coince mon amie à l'aide d'un de mes bras puis sors un rouge à lèvres de ma poche, ourlant ma bouche d'un rouge éclatant avant d'embrasser sa joue et d'y laisser une marque... incontournable !

...

J'éclate d'un rire sec en observant ma création, et finalement la lâche pour me tenir le bide : Ah, c'est sûr - de dos, on aurait pu passer pour un couple de tribades avec mes cheveux longs et ma maigre carrure, mais là, elle a carrément une marque de rouge à lèvres sur la joue ! 'N'empêche, qu'elle ne me demande pas d'où je sors ce maquillage. Si ce n'est de ma poche, du moins. J'ai une certaine passion pour les crèmes et peintures de ces dames, une passion que les moeurs déplorent mais que personnellement j'adore : Pourquoi se réserveraient-elles le droit d'être magnifiques, ces bougresses ? Moi aussi, je peux être une magnifique toile n'attendant plus qu'un peu de couches de couleurs pour resplendir ! Personne ne m'en empêchera, t'façon. En temps normal, je ne les ai sur moi que pour les appliquer sur des "amies", mais pour ce coup, il a bien fallu que je l'use autrement ! Avant qu'elle ne puisse me hurler dessus en public, je pose mon pouce sur sa joue pour ensuite le frotter, faisant progressivement disparaître la tache rougeâtre... mais ? Étrange. Rien ne se bute contre mon gant, sa peau est quasiment vierge de toutes couleurs... Un peu dérangé par cela, je finis mon nettoyage express avant de lui adresser une oreille à demi-attentive, plus préoccupé par ma récente découverte :

« Pardon, tu m'as surprise avec ta question ; je pense que ça pourrait être une bonne chose oui mais rencontre là avant quand même... Que dirais-tu de demain ? »

DEMAIN ?! Je n'ai que 24, non, 12 h pour me remettre bien, lire le guide du bon père de famille, trouver un cadeau pour ma fille et me faire pousser une paire de couilles ?! C'est de la folie ! Je me sens blêmir, le sang présent sous ma peau glissant le long de mon cou et descendant jusqu'au fin fond de mes orteils. Je ne suis pas sûr de pouvoir y arriver... Et si ma fille déteste ce que je suis ? Si jamais elle regrette de m'avoir comme père ? Et si... et si... et si elle devient comme tous ces autres, avec ces mêmes regards méprisants ?... La main tremblante, je sirote le verre fraîchement posé en essayant de me détendre un peu... Il faut que j'accepte. Même si je suis mort de peur, je n'ai plus le droit de m'enfuir : J'ai une mini-moi quelque part à Quederla, une mini-moi qui a besoin de son père, qui a perdu sa mère et qui n'a plus qu'une brutasse rosie et un couard dans sa petite vie...

« … D'accord pour demain. J'espère juste... Je prends une longue inspiration avant de vider mes poumons dans un soupir : juste... qu'elle m'aimera, cette gamine. Je ne suis sûrement pas le meilleur être humain sur terre, mais certainement pas le pire...»

En tout cas, la petite aura pour bonus de ne pas avoir de grands-parents chiants et gâteux, ce sera déjà ça de fait. Je ne parlerai pas de son existence à ma sœur, car ça m'obligerait à citer Lucina... elle ne comprendrait pas. Je grimace en arrêtant la picole, posant mon verre : Ca a un goût d'essence, je ne sais même pas pourquoi je perds mon temps à absorber cette merdasse. Je soupire. Chienne de vie, même ma boisson en perd son goût ! Mais en un seul geste, je fiche une claque à la déprime rôdant autour de mon crâne en agrippant le menton de ma demoiselle, le pinçant de manière à lui faire relever le visage. Je l'observe, le scrute un moment, sur le côté, de l'autre, haut en bas... pourquoi une jolie femme perd son temps dans les combats ? Je croise les doigts pour que jamais une seule lame entaille la moindre parcelle de chair recouvrant son doux minois :

« Je peux ?» D'une main timide, j'attrape mon khôl entre mes deux doigts et mon rouge à lèvres de l'autre : « Tu es belle, et j'ai toujours adoré maquiller les femmes... Si tu ne veux pas, je comprendrai, mais bon dieu, quel gâchis ce serait !  Il y a plein de couleurs qui iraient avec tes cheveux~. Non, franchement, j'insiste ; en échange, tu peux me demander ce que tu veux.  A ça près. Oh, et au passage, je ne suis pas un travesti - au cas où. Je suis juste... un petit peu féminin.»








Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Félicitation, tu es papa ! [PV Gaga]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les RPs 2014-