Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le Deal du moment : -28%
Ring Fit Adventure pour Nintendo Switch à ...
Voir le deal
59.98 €

Partagez
 

 Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Empty
MessageSujet: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] EmptyMer 20 Mai - 4:06


Laelyss & Bigby
❝Il vaut mieux prendre ses désirs pour des réalités que de prendre son slip pour une tasse à café❞
[youtube]h5HX9YFIAt4?version=1&hl=fr_FR[/flash]
U
n café, c’est quoi un café ? Ce n’est rien de bien méchant et ça n’engage pas grand-chose si ce n’est de choisir avec ou sans sucre. Et je n’y mets même pas d’arrière penser dans ma demande. C’est vraiment proposé en toute amitié. Il aura même droit à des biscuits s’il est sage. Ou du moins s’il m’en reste après le passage du morfal il n’y a pas si longtemps, c’est qu’avec lui, il faut s’attendre à ne pas avoir beaucoup de reste dans le coin. Bien qu’il s’amuse avec mon chien et que celui-ci a l’air plus que ravie de sa présence, j’attends patiemment que la réponse tombe, qu’elle soit positive tant mieux, qu’elle soit négative tant pis, je le prendrais seul avant une longue douche bien chaude. Sagement assis, je caresse ses oreilles sans pour autant le lâcher en me demandant s’il me reste par chance, à moins que quelqu’un d’autre soit passé par-là, des Pim’s au citron. Espoir très restreint ceci a tendance à partir comme des petits pains. J’ai une petite faim d’un coup. Deux heures à seulement boire cela, commencent à creuser tout ça. Et j’entends enfin la sentence tomber:

▬ Pourquoi pas, ça ne me ferait pas de mal.

Je souris en hochant la tête. C’est toujours plus agréable que de se prendre un "non". Puis, je lâche le chient et d’un claquement de doigts en désignant l’intérieure, je l’ordonne de rentrer en le suivant de près. Maintenant qu’il a fait ses petits cinq de folies, il en redevient un gentil toutou aussi sage qu’une image – du moins presque. Ce qui est tant mieux d’ailleurs, parce que je ne tiens pas franchement à lui courir après en talon. Pas des plus agréables et me ramasser au sol n’est pas une chose que je souhaite à l’heure actuelle. Une fois le seuil de la porte franchi, et les lumières de la maison allumée, en laissant l’animal repartir à ses occupations, c’est-à-dire s’empresser d’aller dans le salon pour s’amuser avec son os, on peut entendre le couinement du jouet de là où nous somme, j’ouvre la penderie incrustée dans le mur pour y ranger ma veste. La laissant ouverte en me décalant sur le côté pour qu’il puisse y mettre la sienne. Autant qu’il se mette à son aise même si ce n’est qu’un café qui ne durera pas plus d’une dizaine de minutes tout au plus. Et puis j’ai pour habitude d’être une bonne hotte alors il ne fera pas exception à la règle. Je me débarrasse de mes talons, me retrouvant pied nue sur le sol froid ce qui est tout de même plus agréable, en les posant sur une marche de l’escalier juste à côté pour y penser en montant plus tard. Maintenant sans, je parais bien plus petite à côté de lui, du moins de quelque petits centimètres en dessous, mais cela se voit tout de même. Je passe ensuite à côté des escaliers pour aller dans la pièce suivante qui n’est autre la grande cuisine qui donne aussi sur le salon posté sous la véranda ainsi que le jardin derrière la baie vitrée. De l’extérieur, on ne dirait pas, mais une fois rentré le tout parait bien grand. Tout est bien ranger et rien ne déborde, même les affaires de Kenji son, pour une fois, non étaler partout dans la maison. Un vrai moment de bonheur. Je ne suis pas une manique, mais simple une mère de famille qui aime les choses bien à sa place. C’est si mal que ça ?

▬ Installe-toi, je t’en prie, dis-je en désignant le canapé noir du doigt, le temps que l’eau chauffe. Est-ce que tu veux du sucre, ou du lait dans ton café ?

On pourrait se mettre sur la table de la cuisine tout près de moi, oui, mais j’ai assez donné niveau chaise, quelque chose de moelleux pour mon postérieure n’est vraiment pas de refus. Restant dans la cuisine pendant que lui s’installe tranquillement, je remplie la bouilloire d’eau avant de la déposer sur le feu. Puis, m’appuyant sur la pointe des pieds pour atteindre un des placards du hauts – sans talon, ils sont un tantinet trop hauteur pour moi, n’ah – je l’ouvre partant à la recherche des deux tasses. Je prends les plus grandes et les déposes sur le plateau à disposition près de moi. Puis c’est autour du tiroir du bas pour les cuillères. Je me penche ensuite vers un autre placard juste à côté pour sortir le sucre le déposant avec ce que j’ai déjà de préparer et ensuite voir ce qui me reste en réserve de biscuit. Peut étonner de constater que ce que je désirais est en rupture totale de stock, je soupire en étant obligée de me rabattre sur un simple paquet de cookie au chocolat. Il me devra trois paquets de pim’s demain et je ne compte pas l’oublier ça. Je rajoute ça en plus sur le plateau, ce sera toujours ça de mangeable.

▬ Alors comme ça, tu as toi aussi un chien, depuis longtemps ?

Je demande par simple curiosité vue qu’il l’a vaguement évoqué toute l'heure. En profitant par la même occasion pour remplir la gamelle du mien avant qu’il ne tente de se jeter sur mes gâteaux. Donc attrapant son paquet de croquettes derrière l’évier, je retire à peine le film plastique que je sens un truc tout chaud et extrêmement doux qui me caressant la jambe. Bah tient, pas perdu de temps celui-là. Je remplie le tout en me demandant ce qu’il pourrait bien avoir, un grand patapouf ou bien quelque chose qui se rapprocheraient plus d’un mini caniche ? Ayant une petite fille cette réponse-là ne me surprendrais pas et surement ce qui a de mieux non ? Puis, entendant la bouilloire sifflet, je peux enfin remplir nos deux tasses. Suivit d’un petit nuage de lait pour ma part. Je porte ensuite le plateau sans mal jusqu’au salon pour le déposer sur la table basse en m’installant à mon tour sur le canapé, laissant un certain espace entre nous. Qu’on ne dise pas que je suis en train de lui faire du rentre-dedans cette fois-ci en me collant à lui ! Ce n’est pas encore le moment.

▬ C’est quel genre ? Gros nounours ou bien petit caniche pour éviter les dégâts avec ta fille ?


Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Jeu 10 Oct - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] EmptyMer 20 Mai - 12:53

Café épouse café: Mariage très arrosé
Le chien se rendit aussitôt à l'intérieur sur ordre de la miss, dont j'emboite le pas pour rentrer à mon tour et pendre ma veste en l'imitant. Je la suis ensuite à travers la maison, qui s'annonce plus spacieuse que je ne le pensais au départ, jusqu'au salon où elle me désigne un canapé. Lequel semble me tendre ses bras inexistants pour m'accueillir sur son siège.

« Installe-toi, je t’en prie, le temps que l’eau chauffe. Est-ce que tu veux du sucre, ou du lait dans ton café ?
-Un sucre, merci. »

Voilà qui devrait me changer des chaises. Loin de moi l'idée de faire le douillet, mais le confort d'un canapé en fin de soirée a quelque chose d’extrêmement attrayant. Il ne me faut d'ailleurs que peu de temps pour m'y asseoir et me reposer sur le dossier, la tête calée en arrière sur le bord, les yeux dirigés vers le plafond. Je ne fais plus qu'écouter les bruits que font les occupants de la maison, l'un attelé au machouillage intensif de son jouet en forme d'os, l'autre manipulant placards et tiroirs dans la cuisine afin de sortir tout le nécessaire à la préparation des cafés. Quelques muscles que je n'imaginais pourtant pas fatigués se détendent tranquillement sur le sofa, à croire que ne pas me dépenser m'éreinterait plus que de courir un marathon.

« Alors comme ça, tu as toi aussi un chien, depuis longtemps ? »

Longtemps serait un euphémisme, d'autant plus qu'il est parti pour durer encore plusieurs décennies. Voyons... ça doit faire 15 ans, à tout casser ? Le temps passe vite, même s'il n'affecte pas nos animaux de la même manière. Le sien se redresse d'ailleurs subitement pour la rejoindre dans l'autre pièce, attiré par l'appel des croquettes qui se mettent effectivement à pleuvoir dans sa gamelle en inox quelques secondes plus tard. Un sifflement aigu se met enfin à retentir et, comme un signal, je relève la tête en me plaçant correctement sur le canapé. Plateau en main, Laelyss réapparaît dans le salon pour venir déposer les boissons sur la petite table qui trône devant moi, accompagnées d'un paquet de biscuits pour combler les creux de minuit, judicieux. Je me penche donc pour prendre ma tasse tandis qu'elle poursuit sur le chien que je prétendais posséder, tout en s'installant à côté.

« C’est quel genre ? Gros nounours ou bien petit caniche pour éviter les dégâts avec ta fille ? »

Je souffle à la surface du liquide noir en essayant de ne pas me sentir gentiment insulté. Est-ce que j'ai un air à promener des caniches au bout d'une laisse pour le pipi du matin ? L'image me paraît difficile à visualiser. Enfin, je comprends ce qu'elle entend par rapport à Luna, entre la cohabitation et les bêtises de chacun, plus l'animal est gros et moins cela facilite les choses. Une chance que je possédais Sharp depuis suffisamment longtemps avant l'arrivée de la petite, pour qu'il s'y adapte sans problème, contrairement à nos débuts où il y avait encore des tentatives agressives de sa part pour s'approprier la place de dominant. Maintenant, eh bien il sert de monture à la fillette dans les moments de jeu, et elle a encore de la marge avant qu'il ne soit plus de taille à la porter sur son dos. Je pense qu'elle ne troquerait le loup pour aucune autre bête, surtout pas pour un caniche. Cherchant rapidement une race de chien qui conviendrait au profil, je réponds ensuite:

« Ah, je ne suis pas fan des petits chiens, j'aurais trop peur de leur marcher dessus sans faire attention. J'ai un malamute, et il a plus ou moins grandi avec ma fille, du coup tout se passe relativement bien. C'est son gros nounours à elle, on va dire. »

Un nounours qui pourrait vous égorger d'un coup de mâchoires certes, mais un vrai nounours avec Luna. Ayant fini par la considérer comme un louveteau à part entière, elle ne court aucun danger en sa présence, ce serait même là où elle serait le plus en sécurité. Je touille mon café en promenant un peu mon regard sur la pièce. Tout est très propre et bien rangé, malgré le chien et aussi son fils qui pourraient mettre le désordre. Dire que je serais incapable de me rappeler à quand remonte la dernière fois que j'ai apporté un brin de ménage à ma chambre d'hôtel. Elle n'est pas crade non plus, je ne tiens pas à vivre dans une porcherie, mais puisque je me suis passé des services d'entretien de l'hôtel pour alléger la facture, il faut reconnaître que les affaires trainent ici et là, sans intention quelconque de se ranger d'elles-même. Bref, pour la fée du logis, mieux vaut toquer à la porte d'à côté. Après une gorgée de mon café, je salue donc la ménagère accomplie.

« C'est joli chez toi en tout cas. À vivre avec un adolescent, vu ce que tu m'avais raconté, je pensais atterrir en plein champ de bataille. »
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] EmptyJeu 21 Mai - 0:57


Laelyss & Bigby
❝Il vaut mieux prendre ses désirs pour des réalités que de prendre son slip pour une tasse à café❞
[youtube]h5HX9YFIAt4?version=1&hl=fr_FR[/flash]
C'
est un peut-être un peu vache d’imaginer une petite bestiole avec lui, mais vue qu’il a une petite fille, c’est ce qui me semble le plus logique. Petit caniche blanc, rasé sur toute la totalité du corps tel un rat avec seulement quelque zone de poil comme des touffes de pompon. Pauvre bête quand même. Qui aimerait ce baladé avec ce genre d’animal dans la rue. Un clown peut-être. Et encore. J’ouvre le paquet de biscuits en attendant que mon café refroidisse un peu pour pouvoir le boire. J’en sors un et m’installe un peu plus au fond de mon canapé. Le bonheur de quelque chose de moelleux, enfin. Je croque dedans en l’écoutant répondre à ma question même si à côté de ça mon imagination en reste bien débordante sûr qu’il pourrait avoir hormis un caniche. Un Chiwawa, un Yorkshire...

▬  Ah, je ne suis pas fan des petits chiens, j'aurais trop peur de leur marcher dessus sans faire attention. J'ai un malamute, et il a plus ou moins grandi avec ma fille, du coup tout se passe relativement bien. C'est son gros nounours à elle, on va dire.

C’est mignon, plus la peine de chercher un chien dans les petites bêtes. Je souris en cherchant mentalement à me souvenir à quoi ça ressemble déjà un Malamute. J’en ai déjà vu, mais il y a un bon moment de ça. Ce qui est sûr, c’est que sait très loin de ressembler à un caniche. L’idée de le voir avec, ce serait tout de même bien marrant. Mais vu sa carrure imposante, c’est vrai que je ne donne pas cher à ce pauvre petit toutou s’il en vient à l’oublier. En fait, ça ressemble plus à... À un loup, en bien différent. Ma fois pourquoi pas. Bien différent de mon Rottweiler en tout cas. Mais chacun ses goûts.

▬  C'est joli chez toi en tout cas. À vivre avec un adolescent, vu ce que tu m'avais raconté, je pensais atterrir en plein champ de bataille

Je me penche en avant pour prendre ma tasse de café et touille la cuillère à l’intérieur pour mélanger mon lait avant d'en prendre une petite gorgée. Je veux bien reconnaître que c’est un peu dur à croire que tout soit aussi propre avec l’autre énergumène. Et non, je ne cache pas tout le désordre derrière la porte fermé à clé. Honnêtement, j’y pense de temps en temps quand la flemme est au rendez-vous, mais ce serait encore pire à nettoyer plus tard.

▬ Merci. Crois-le ou non, mais il y a quelque jour encore ça ressemblé vraiment à un champ de bataille.

C’était même l’apocalypse la plus totale. Ça ne ressembler même plus à une maison quelconque. Et honnêtement même moi, j’avais du mal à croire que quelqu’un puisse vivre là-dedans. J’ai osé m’absenter deux jours pour quelque bricole urgente et à mon retour, je retrouve mon chez-moi qui n’est plus un chez-moi. À comparaison même la niche du chien était plus propre que ça. Des livres de cours entassé partout, des chaussures qui traine – et qui n’était même pas à lui soit dit en passant – autre vêtement fort sympathique tel que caleçon, des pizzas les unes sur les autres, quelque bouteille d’alcool dans le coin accompagner d’un ami du lycée à moitié dénudé – période de l’adolescence ou non, je n’ai malheureusement pas échappé à ça – et le grand bonheur de trouver une capote sur la table, qu’est-ce que c’est agréable. J’hésitais entre l’étriper ou bien... L’étriper ?

▬ Enfin, le pire est dans sa chambre, une fois à l’intérieur, j’ai l’impression de vivre la troisièmes guerre mondiale. Je ne sais pas comme il se débrouille pour faire ça. Y a des jours, je vis l’enfer d’une bonne.

C’est pire que le reste de la maison et c’est la croix et bannière pour qu’il la range. J’y retrouve même de la vaisselle qui n’a rien à faire là. Surement en train d’en profiter quand je ne suit pas à la maison. Ou bien des sandwiches qui ont été à moitié entamés qui pourrisse joyeusement dans un coin. Aux joies, bonheur d’avoir un garçon de cet âge-là. Quoi que désormais depuis quelque temps, j’y vais avec des ressources, je sors la carte du chantage ou bien du compris et ça marche plutôt bien pour le moment. Autant en profiter avant que je ne sois en rupture de stock d’idée. Là, ce sera bien plus embêtant.

▬ Enfin bon, ça finira par lui passer en temps voulu et j’ai hâte. Hm... je marmonne dans mon coin avant de finalement jeter à l’eau, je sais que ça ne me regarde surement pas et tu n’es pas obligé d’y répondre ne t’en fais pas. Mais par simple curiosité, pourquoi ne pas être allé au restaurant avec ta compagne ?


Spoiler:
 


Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Jeu 10 Oct - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] EmptyJeu 21 Mai - 14:16

Café épouse café: Mariage très arrosé
Elle accepte le compliment mais dévoile néanmoins l'envers du décor, en ajoutant que cette propreté n'était pas de mise il y a encore quelques jours de cela. Difficile à croire en effet, jusqu'à ce qu'elle poursuive sur les exploits de la catastrophe naturelle que semblait être son fils:

« Enfin, le pire est dans sa chambre, une fois à l’intérieur, j’ai l’impression de vivre la troisième guerre mondiale. Je ne sais pas comment il se débrouille pour faire ça. Y a des jours, je vis l’enfer d’une bonne. »

Les métaphores de guerre sont toujours très adaptées aux dégâts causés par des adolescents en crise. Je souris à ses déboires aggravés de jeune mère en sirotant mon café. Le ménage ne figure pas exactement sur la liste des priorités des garçons de cet âge, où on a tendance à laisser tout son petit bordel s'accumuler, s'empiler, jusqu'à ce que les parents craquent et s'en chargent eux-même. Très vieille astuce, particulièrement efficace sur ceux qui manquent de patience, ou bien qui ont le nez trop sensible pour tolérer une décharge en lieu d'une chambre à coucher.

« Enfin bon, ça finira par lui passer en temps voulu et j’ai hâte. Hm... je sais que ça ne me regarde surement pas et tu n’es pas obligé d’y répondre ne t’en fais pas. Mais par simple curiosité, pourquoi ne pas être allé au restaurant avec ta compagne ? »

Je sens les traits de mon visage se durcir légèrement. Pas vraiment d'énervement, en tout cas pas après elle pour avoir posé la question. C'est vrai que j'étais resté des plus évasifs la première fois qu'elle me l'avait demandé au bar du restaurant. Quoi de plus normal, j'étale rarement ma vie aux gens, encore moins à de parfaits inconnus. Ce qu'elle n'est plus désormais, aussi je repose la tasse à café sur ma jambe pour répondre.

« Elle est à l'hôpital. »

Est-ce que j'ai envie d'en dire plus ? En même temps, sans plus de précisions, cela pourrait simplement vouloir dire qu'elle y travaille cette nuit et donc, qu'elle est n'était pas disponible pour passer la St-Valentin avec son mari. À choisir, je préfèrerais cette version.

« En "rééducation", j'insistais sur les guillemets, parce que j'ai arrêté de croire au père noël, suite à une agression. »

Les grandes lignes suffisent, autant pour elle que pour moi. Je me demande bien ce que les toubibs espèrent obtenir comme résultats avec toutes ces séances, en dehors de ce qu'ils font de mieux, c'est-à-dire fatiguer Blanche et sucrer nos économies. Enfin, tant qu'elle manifestera la volonté d'y aller, je serai évidemment derrière elle, moralement et financièrement. Parce que physiquement, je suis déjà demandé au centre commercial. Mes yeux se perdent un instant dans le contenu de ma tasse, réfléchissant à ce que je voudrais dire de plus. J'ai horreur de me plaindre, mais il paraît que ça fait du bien de temps en temps de vider son sac, alors... autant s'y essayer.

« On ne s'est pas retrouvé seuls tous les deux depuis un moment. Sa sœur est infirmière et l'héberge chez elle avec Luna, pendant que je vis à l'hôtel. Ce qui fait qu'avec le boulot, je les vois très peu. »

L'art de plomber l'ambiance, c'est ici et pas ailleurs. Le sujet était encore assez léger, avec les histoires de chiens et de mômes, avant que je n'ajoute mon linge sale sur la pile. Je soupire et me penche en avant pour piocher un cookie dans le paquet, battant l'air de l'autre main comme pour balayer la morosité que je venais de répandre.

« Désolé, je n'avais pas l'intention de sortir les violons. Des restes des bières du Gem sans doute. Mais bon, à défaut d'avoir pu inviter ma femme, c'était agréable d'avoir quelqu'un avec qui passer la soirée. »
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] EmptyJeu 21 Mai - 16:59


Laelyss & Bigby
❝Il vaut mieux prendre ses désirs pour des réalités que de prendre son slip pour une tasse à café❞
[youtube]h5HX9YFIAt4?version=1&hl=fr_FR[/flash]
E
n effet, ça ne me regarde absolument pas. Bien pour cela d’ailleurs que je précise qu’il n’est pas dans l’obligation de me donner une explication concrète si vraiment, c’est quelque chose de trop pénible pour lui. Je m’en contenterais. Mais j’avoue que connaitre les raisons ne serait pas de refus non plus, même si je n’irais pas insister tel un harcèlement pour le faire parler contre son grès. Disons qu’avec tout le temps que nous avons passé ensemble aujourd’hui, et même si j’avais déjà demandé une première fois auparavant, je me suis imaginé une multitude de solutions pour qu’il se soit retrouver tout seul dans le restaurant, tel qu’une dispute quelque heure plutôt où un empêchement quelconque. Ou dieu sait quoi encore. Tout le monde n’a pas le temps libre qu’il aimerait. Je tourne la cuillère dans mon café en entendant finalement sa réponse qui tombe. Et je hoche simplement la tête, sans vraiment chercher plus loin, en me disant que le rôle d’infirmière – ou bien docteur – et quelque chose de très demander peu import la période avec peu de chance d’avoir une soirée de libre sans urgence. Ou au pire des cas la voir, se faire, annuler sous ses yeux. Mais en voyant son expression changer doucement du coin de l’œil, je me dis que ça doit finalement être un peu plus complexe que ça.

▬ En "rééducation", suite à une agression.

Oh. Je reste quelque seconde à le regarder, c’est bien loin de ce que j’avais imaginé. Puis, je baisse la tête en me mordant la lèvre légèrement mal à l’aise. L’image que j’avais d’une femme très occupée par son travail, demandé constamment par tous les côtés sans cesse et bien loin de la réalité tout compte fait. Enfin, tant que ce n’est pas au point qu’elle soit clouée sur un lit sans la possibilité de faire quoi que ce soit si ce n’est d’ouvrir simplement les yeux, c’est déjà ça... Comment dire, un « je suis désolé », serait peut-être le bienvenu, mais à quoi bon, ce n’est pas là ce qu’il attend réellement.

▬ On ne s'est pas retrouvé seuls tous les deux depuis un moment. Sa sœur est infirmière et l'héberge chez elle avec Luna, pendant que je vis à l'hôtel. Ce qui fait qu'avec le boulot, je les vois très peu.
▬ Au moins elle a une infirmière à disposions, ce qui est déjà une bonne chose.

Il faut voir le bon côté des choses dans tout ça, même s’il y en a très peu certes. Mais, au moins elle n’est pas toute seule allongée dans une chambre d’hôpital avec de parfait inconnu qui passe leur temps à faire, je ne sais quoi sur elle. Au moins là, elle est avec quelqu’un qu’elle connaît pleinement et sa petite à côté. Même si ça ne doit pas être des plus faciles pour elle aussi. Pauvre enfant.

▬ Désolé, je n'avais pas l'intention de sortir les violons. Des restes des bières du Gem sans doute. Mais bon, à défaut d'avoir pu inviter ma femme, c'était agréable d'avoir quelqu'un avec qui passer la soirée.

C’est sûr que ceci est toujours mieux que de passé la soirée tout seul enfermer dans la chambre à broyer du noir. À n’arrange pas le cas et ça n’aide en rien à part se jeter sur la nourriture pour compenser. Je dépose ma main sur son bras dans un geste qui se veut simplement amical et compatissant en reprenant la parole.

▬ Ne t’excuse pas, ce n’est pas grave. J’aurais dû éviter la question et laisser la curiosité de côté. Elle est entre de bonne-main, elle finira par aller mieux avec le temps, du moins je l’espère pour toi.

Et je suis bien sincère même si j’ai tenté d’y mettre le grappin dessus il n’y a pas si longtemps. Je retire ma main pour boire un peu de mon café et prendre ensuite un autre biscuit. Au fond, on n’arrête pas le progrès de nos jours. Je ne sais pas ce qu’elle a et honnêtement, je ne tiens pas en savoir plus. Ce ne sont absolument pas mes affaires. Et puis de toute façon, cela se sent bien qu’il ne tient pas à rentrer dans les détails alors tant mieux. Mais, ça n’empêche qu’il y à toujours un moyen de s’en sortir d’une façon ou d’une autre.

▬ En tout cas, ravie d’avoir pu t’aider à passer à une bonne soirée sans penser aux soucis du quotidien pendant un laps de temps. Mais parlons d’autre chose, je m’en voudrais de te déprimer, dis-je en souriant légèrement, tu travailles dans quelque chose en particulier ou bien pour le moment, ces options chômage ?


Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Jeu 10 Oct - 23:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] EmptyMar 26 Mai - 18:01

Café épouse café: Mariage très arrosé
Et je le pense, d'ailleurs. Sans être du genre à sortir pour me divertir et rencontrer du monde, je dois dire que c'était une soirée plus sympathique que de rester en ma propre compagnie. Une main sur mon bras, elle prend le ton compatissant que j'aurais préféré éviter d'entendre, mais puisque je me suis laissé aller à en parler, c'est logiquement de ma faute.

« Ne t’excuse pas, ce n’est pas grave. J’aurais dû éviter la question et laisser la curiosité de côté. Elle est entre de bonnes mains, elle finira par aller mieux avec le temps, du moins je l’espère pour toi. »

Rien n'est moins sûr, mais j'apprécie malgré tout son soutien. Je croque dans le cookie fraîchement subtilisé dans le paquet mis à disposition, arrosant ensuite le tout d'une bonne gorgée de café. Le diner est déjà bien digéré, alors un ou deux biscuits par-dessus, ça ne se refuse pas. Puis, parce qu'on n'allait tout de même pas pleurer sur mes emmerdes du quotidien pour le reste de la nuit, l'hôtesse enchaîne:

« En tout cas, ravie d’avoir pu t’aider à passer à une bonne soirée sans penser aux soucis du quotidien pendant un laps de temps. Mais parlons d’autre chose, je m’en voudrais de te déprimer. Tu travailles dans quelque chose en particulier ou bien pour le moment, c'est option chômage ? »

Le chômage, avec ce qu'il y a à payer de tous les côtés ? Mauvaise idée. Et puis trouver un boulot à Quederla n'est pas la tâche la plus difficile qui soit. La ville est grande, les commerces de toutes sortes ne manquent pas, et une place peut toujours se libérer subitement du jour au lendemain pour des raisons assez évidentes. La fainéantise serait le seul obstacle à la recherche d'un emploi par ici. J'éclaire donc sa lanterne, après avoir terminé ma bouchée.

« Je bosse au centre commercial, à la sécurité. Ce n'est pas très enrichissant mais ça paye le loyer. »

On rentabilise ses capacités de Domae comme on le peut, toujours est-il que je fais du bon boulot. Si bien que lorsque j'ai le malheur de poser un jour de congé exceptionnel pour accompagner la gamine chez le docteur, j'apprends à mon retour qu'un meurtre sanglant a eu lieu et que les responsables n'ont pas pu être interpellés à temps. Franchement, quelle équipe de bras cassés... si j'avais été là, ils ne m'auraient pas échappé aussi facilement. Fort heureusement, ce genre d'évènements reste assez rare, il y a bien assez de violence en ville et en dehors pour s'accorder une pause ne serait-ce que dans les lieux publics. À part pour attraper les voleurs à la tire, interrompre les conflits avant d'en venir aux mains, ou retrouver des objets et parfois même des enfants égarés dans le centre commercial, ce n'est pas le plus oppressant des jobs. Travailler dans un bureau m'étoufferait davantage, je pense.

J'aperçois finalement le chien de Laelyss qui vient nous rejoindre dans le salon, après avoir réservé à un sort à sa gamelle de croquettes. Pas de jaloux, tout le monde grignote, quoi que cela ne l'empêche pas de lorgner de loin la boîte de cookies dans laquelle nous nous servons allègrement. Enfin, il est assez bien éduqué pour ne pas venir nous grimper dessus et en prendre un morceau. Le mien ayant fini par couler au fond de ma tasse, j'envoie la cuillère fouiller le liquide tout en lui retournant la question.

« Et toi alors, qu'est-ce que tu fais dans la vie pour nourrir ta mauvaise troupe et régler les additions au restaurant ? »

Sans compter la belle maison avec étage et jardin.
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] EmptyMer 27 Mai - 0:21


Laelyss & Bigby
❝Il vaut mieux prendre ses désirs pour des réalités que de prendre son slip pour une tasse à café❞
[youtube]h5HX9YFIAt4?version=1&hl=fr_FR[/flash]
« O
ption chômage » s'est très joliment dit non. Mais bon pour certaines personnes, c’est facile à trouver rapidement quelque chose alors que d’autre galère à être accepté, malgré les demandes à multiple reprise ce n’est pas porte ouverte à tous. Et d’autre encore frise les critères d’entrée carrée au millimètre près. Si on entre pas dans la norme ce n’est même pas la peine d’espérer postuler. Le refus et catégorique.

▬ Je bosse au centre commercial, à la sécurité. Ce n'est pas très enrichissant mais ça paye le loyer.
▬ Tant que l'argent est a la clé c'est souvent le plus important.

Beaucoup ne bossent pas parce que leur poste de travail leur plaît, mais le salaire en fin de mois si. Chaque sa motivation après tout. Ce n’est pas si étonnant que ça au final qu’il fasse partie d’un tel travail. Au vu de sa carrure, j’aurai assez de mal à l’imager dans un boulot calme, à remplir des dossiers toute au long de la journée. Ou simplement à servir des cafés à d’autre. Je ne doute pas qu’il soit dénué de patience, après tout, il en a eu pas mal pour supporter les deux heures assises sans rien faire. Et aussi, moi pendant le dîner, mais je ne suis pas si embêtant que ça. Enfin, il me semble. Mais les apparences sont souvent trompeuses alors il ne faut pas seulement s’arrêter à ça. Il aurait très bien pu en être le directeur qui sait. Costar grave tous les jours ça doit vite être épuisant n’empêche. Néanmoins, je fronce un peu les sourcils en me frottant légèrement l’arrière de la nuque comme pour cacher les quelques secondes d’anxiétés qui ont traversé mon esprit. Comment dire, s’il bosse dans le centre commercial, alors Lou et moi avons eu de la chance pour ne pas l’avoir croisé après le petit « incident » – c’est quand même vite dite – que nous avons eu. C’est que quelque chose me dit qu’on ne s’en serait pas sorti aussi aisément avec lui dans les parages. On serait même monté en numéro sur la liste des suspects potentiels. Mais, par chance – comme quoi dieu existe des fois – ça n’a pas été le cas. Et aucune de nous deux n'a fait le tour des journaux depuis le temps. Forte heureusement d’ailleurs. Je balaie tout ça rapidement dans un coin en retrouvant un petit sourire aimable buvant plusieurs gorgées de mon café.

▬ Et toi alors, qu'est-ce que tu fais dans la vie pour nourrir ta mauvaise troupe et régler les additions au restaurant ?

Je pose ma tasse sur la petite table et prends un autre biscuit en le coupant le deux, un pour moi et l’autre, je le tends en direction de Twister – le chien – je ne peux pas résister à son air de petit chien battu dans le coin cela me fait fondre à chaque fois qu’il me fait le coup. Alors je craque assez facilement. Le bras tendu, j’attends qu’il attrape le cookie dans sa gueule avant de finalement lui répondre.

▬ Je tiens une petite boutique dans le quartier Smymaei. Ouverte depuis peu, mais elle tourne plutôt bien.

Je grattouille son oreille en souriant. Heureusement qu’il est un peu fou sur les bords et qu’il n’est pas un gros paresseux, parce qu’avec le nombre de fois où je lui offre des petits extras de ce genre, ça ferait déjà un bon moment qu’il ressemblerait plus à un gros patapouf. Mais forte heureusement, il y en a un autre qui est là pour veiller au grain. Sinon, oui, je suis plutôt fier de ma petite boutique qui tourne bien depuis notre retour. Je pensais galère pendant un bon moment, mais finalement faut croire que j’ai les bons articles en stock pour avancer au bon rythme. Faut dire aussi avec ce qu’il rester sur le bateau – et que j’ai récupéré avant de le revendre lui aussi – et que j’ai mis en exposition cela attiré pas mal de monde. Les articles qui viennent d’autre pays sont toujours plus intéressants de toute façon. Même si je me demande comment je ferai une fois que tout le stock sera épuisé. Va falloir que je trouve un marchant qui puisse me ramener de bonnes choses d’autre continent. Ça a tendance à attirer bien plus d’œils que d’autres objets. Je reprends ma tasse en buvant un peu avant de finalement reprendre la parole.

▬ C’est rien d’extraordinaire. Je vends un peu de tout, passant par des meubles de maison à des affaires un peu plus personnelle, mais rien d’extravagant bien sûr. J’en rachète certaine aussi et d’autre peuvent être réparé selon la pièce. Je ne suis pas la meilleure bricoleuse au monde, mais je défends plutôt bien, si ce n’est pas trop demander. C’est ma petite brocante. J’y ai beaucoup contribué avec l’aide du petit alors, j’y tiens assez. Tu pourras surement y passer un jour si tu as besoin de quelque chose, je te rassure les prix ne sont pas exorbitant.

Ils sont même plus que raisonnable, je dirais. Enfin, selon l’article et parfois selon la tête du client aussi. C’est un peu mesquin, mais c’est comme ça. Et puis bon, pas comme si j’allais me gêner pour faire des affaires et augmenter la donne si vraiment nécessaire. C’est même assez marrant à faire, surtout quand on sait qui gagne à la fin. Mais bon souvent le vendeur est obligé de céder surtout quand les articles sont à la limite d’une mine d’or. Quand il n’y a pas le choix, il n’y a pas le choix. Bien évidemment, j’évite de parler de l’arrière-boutique, qui propose d’autre option, mais généralement, c’est plus du bouche à oreille pour connaitre cette partie. Et mon petit doigt me dit qu’il ne fait pas partie des personnes aux courants.

Mais comme toute-bonne chose ont une fin, après avoir rejeté un rapide coup d’œil à là pendule suspendue au mur, je finis donc par demander.

▬ Tu as peut-être envie de rentrer chez toi ? Je ne te chasse pas hein. Au contraire. Mais je ne te force pas à rester si l’appel de ton lit et bien trop fort pour toi. Et puis si l’envie un jour de prendre un simple café te prend, tu sais ou me trouver.

Simple proposition amicale, promis. C’est agréable d’avoir un « ami » avec qui discuter un peu de tout et rien autour d’un petit café. Alors j’espère qu’au moins que cela pourra se reproduire un jour. Pas forcément un soir à cette heure aussi tardif. Mais un après-midi. Il pourra même emmener sa petite princesse si l’envie l’enchante. J’en serais ravie personnellement. Mais bon, nous n’y sommes pas, alors pas la peine de trop y penser pour le moment. Après avoir entendu sa réponse en accord avec ma demande. En déposant ma tasse, je lui emboîte le pas pour l’emmener à l’entrée, suivit de près par le chien. Je crois qu’il l’aime bien. Y tourne au tour de l’entré avec la queue qui s’agite dans les tous sens. Finalement peut-être qu’il s’imagine qu’il va se balader dehors. Désoler mon gros, mais non. Sauf si j’ai la fois après avoir tout rangé. J’ouvre le placard pour lui rendre sa veste.

▬ Au plaisir de se recroiser.

Plaisir à espérer qu’il soit partagé. J’ouvre donc la porte et le chien en profite pour courir tout le long de l’aller, puis revient en s’asseyant sagement sous le porche. Je roule des yeux avec une certaine flemme de lui crier dessus, bah, ma fois faut bien laisser passer quelque bêtise parfois. Avant qu’il ne s’en aille complétement de chez-moi, je dépose rapidement un bisou sur sa joue. Rien de bien méchant, ça me semble assez normal en fait après toute la soirée que nous avons passée ensemble. Un petit geste affectif, ça ne le tuera pas pour si peu. Je feins un sourire comme pour faire passer ça d’une meilleure façon. Ne pas m’en vouloir, je t'ai offert le dîner et un café. Oh et puis zut, me dis une petite voix. Pris d’une envie, même si je sais qu’elle est interdite au vu du nombre de refus, mais celle-ci et plus forte que moi. Si, si je le jure. Je me rapproche de son visage pour y coller mes lèvres contre les siennes. Simple baiser, mais qui ne dit pas seulement au revoir. Ma main droite passe délicatement dans ses cheveux, en glissant doucement elle effleure légèrement son visage, avant de final mettre fin à tout ça en reculant un peu, quelque peu mal à l’aise. Oui, bah oui ça m’arrive. Je balbutie quelque mot presque dénué de sens.

▬ Je... Désolé, je ne voulais vraiment pas... Enfin... C’est... Pardon.


Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Jeu 10 Oct - 23:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] EmptyMer 27 Mai - 4:00

Café épouse café: Mariage très arrosé
Mon bout de cookie sauvé de la noyade, je m'empresse de le manger avant qu'il ne s'émiette, tandis que la rouquine se laisse attendrir par la gourmandise de l'animal. Après quoi, elle m'apprend qu'elle a récemment ouvert une boutique, dont elle m'explique la nature plus en détails.

« C’est rien d’extraordinaire. Je vends un peu de tout, passant par des meubles de maison à des affaires un peu plus personnelles, mais rien d’extravagant bien sûr. J’en rachète certaines aussi et d’autres peuvent être réparées selon la pièce. Je ne suis pas la meilleure bricoleuse au monde, mais je me défends plutôt bien, si ce n’est pas trop demandé. C’est ma petite brocante. J’y ai beaucoup contribué avec l’aide du petit alors, j’y tiens assez. Tu pourras sûrement y passer un jour si tu as besoin de quelque chose, je te rassure les prix ne sont pas exorbitants.
-Je regarderai ça à l'occasion, c'est toujours intéressant. »

Peut-être pas pour acheter, néanmoins se pencher sur ce genre d'attirails permet parfois de tomber sur de bonnes surprises, et puis vu le cœur qu'elle semble avoir mis à l'ouvrage, je ne peux pas me permettre de passer à côté d'une petite visite. Étouffant un bâillement après avoir terminé mon café, je réfléchis à l'endroit où peut bien se tenir son échoppe, puisqu'il s'agit du quartier que je dois certainement fréquenter le plus sans pour autant la visualiser. Au pire, je finirai bien par la retrouver en l'arpentant de fond en comble.

« Tu as peut-être envie de rentrer chez toi ? Je ne te chasse pas hein. Au contraire. Mais je ne te force pas à rester si l’appel de ton lit est bien trop fort pour toi. Et puis si l’envie un jour de prendre un simple café te prend, tu sais où me trouver. »

Tiens, je pensais avoir été plus discret que ça en baillant. Je n'en suis pas à m'écrouler de fatigue, mais l'heure affichée suggère effectivement qu'il serait temps de mettre les voiles, d'autant plus que je ne suis pas tout à fait à 5 minutes de l'hôtel. Je dépose donc ma tasse vide sur la table basse en approuvant à propos de l'horaire tardif, non sans la remercier pour le café et les biscuits. Le troisième larron à poils ne manque pas de bondir également en nous voyant décoller du canapé, impatient à l'idée d'une possible sortie nocturne. C'est d'ailleurs avec la même vivacité qu'au moment d'entrer qu'il me passe devant pour arriver devant la porte en premier, me laissant tout juste récupérer la veste tendue par Laelyss, avant de déguerpir sitôt l'ouverture assez grande pour le laisser se faufiler. Par chance, il n'est pas fuyard et revient bien assez tôt, une fois les pattes un peu dégourdies, de quoi nous laisser le temps de se dire au revoir. Enfin pour elle, cela se formule plutôt par un baiser sur la joue, une sorte d'écho à son rôle de fausse compagne. Je m'y attendais presque, aussi à titre d'exception, je l'avais laissé faire. Pour le café on va dire.

Et puis, sans crier gare, elle approche à nouveau son visage du mien pour m'embrasser, mais ne se contente pas de la joue. Alors que je m'apprête cette fois-ci  à réagir, c'est un geste étrangement familier qui apaise ma surprise et mes sens en alerte, pour me tenir immobile, docile. Ses doigts glissant doucement dans mes cheveux, j'ai la sensation fort agréable, l'espace d'un instant d'égarement, d'être touché par quelqu'un d'autre. Au point que j'en oublie de m'y opposer. Sauf que ce n'est pas elle... et donc que je ne dois pas faire ça. Détache-toi, bon sang !

Ce n'est pas moi qui y mets fin. En réalité, elle s'éloigne de son plein gré, comme si c'était elle qui venait de se rendre compte qu'elle dépassait les bornes, en marmonnant péniblement quelque excuse que j'écoute à peine.

« Je... Désolée, je ne voulais vraiment pas... Enfin... C’est... Pardon »

Ma main part d'elle-même sur le bras de la jeune femme, dans un élan certes brutal, pour l’agripper fermement. Les traits partagés entre la colère et la confusion, c'est inévitablement sur elle que je braque un regard des plus menaçants, comme s'il me fallait désigner un responsable pour endosser la faute à ma place. Ma voix grave sonne comme un grondement sévère:

« Ne fais pas ça. »

Quand bien même je la dévisage avec virulence, j'ignore à qui de nous deux cet avertissement est véritablement adressé. Car ce que je sais en revanche, c'est que je lui ai retourné ce baiser, en tout cas je n'ai rien fait pour l'interrompre. Un faux-pas qui pourrait -qui devrait- s'arrêter là, dans la seconde qui suit, où j'abandonnerai cette femme sur le pas de sa porte sans me retourner ni jamais y remettre les pieds. Mais je suis déjà dedans, et empêtré jusqu'au cou... pour la simple et bonne raison que j'ai eu le malheur d'apprécier ça, aussi court que cela puisse être. Les yeux pendus à ses lèvres vermeilles, entrouvertes par le malaise, je ressens finalement le besoin de les sentir à nouveau, ma main migrant de son bras vers l'arrière de sa tête pour la rapprocher et l'embrasser à mon tour. Elle ne s'y oppose évidemment pas, elle m'invite plutôt à la dérober, comme elle le fait depuis que l'on s'est attablé dans ce restaurant, quand je pensais encore qu'il ne s'agissait ni plus ni moins que d'un peu de flirt et que cela ne m'atteindrait pas.

Bien sûr qu'elle me fait de l'effet, je ne suis pas de bois. Maintenant, j'ai l'esprit embrumé par des débuts de sensations grisantes, et le conflit qui s'y opère sur l'erreur que je suis en train de commettre ne résonne pas assez fort pour m'en détourner. Je ne dois pas faire ça, mais bordel, je ne peux plus m'arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] EmptyMer 27 Mai - 10:44

Spoiler:
 


Laelyss & Bigby
❝Folles sont mes pensées envers toi, et brûlant mon désir...❞
[youtube]h5HX9YFIAt4?version=1&hl=fr_FR[/flash]
J'
en déglutis tellement je me sens mal. Oui, je suis mal, à l'aise, aussi surprenante que ça puisse être, je le suis vraiment. Comme quoi il y a bien des personnes qui peuvent me rendre ainsi aussi aisément. Je ne regrette pas totalement, mais disons que j’aurais préférais retenir un peu plus mes ardeurs pour avoir une partie de jeu plus intéressante où j’aurais su à quel moment la porte était ouverte de son côté. Mais cette envie-là été bien plus forte que moi et malheureusement, je n’ai pas su la retenir à temps. Est-ce que c’est si dramatique ça ? J’ose lever les yeux vers lui et en sentant son regard qui me transperce de part et d’autre, mais surement pas pour un quelconque plaisir, j’en conclus donc que oui. Je devrais être apeuré entre son regarde qui est à la limite de me foudroyer sur place et sa main qui m’empoigne bien trop fortement. Mais mon malaise m’en empêche concrètement. Je suis juste figer sur place avec l’incapacité de prononcer ou faire une action quelque peu logique.

▬ Ne fais pas ça.

Ne pas faire quoi ? L’embrasser ? Parce que ceci est vraiment si dramatique que ça ? C’est quoi un simple échange entre deux grandes personnes et me voilà en train de me faire engueuler. Engueuler pour quelles raisons d’ailleurs, parce que j’ai du mal à comprendre clairement. Si cela avait été si déplaisant alors il m’aurait repoussé bien avant en me voyant venir. Mais ça n’a pas était le cas. Et il ne m’a aucunement rejeté une fois lancé. Et on va dire que c’est seulement de ma faute ? À non ! Pas question ! En fait, si je le pouvais ma main irait bien s’écraser contre sa joue, pour y laisser une belle trace rouge. Par pur plaisir et parce que je n’apprécie pas totalement son soudain ton trop haut à mon égard. Mais malheureusement ou heureusement pour le coup, je ne sais pas trop ce qui est le plus exact, le simple contact de sa main qui monte doucement de mon bras à ma nuque suffit à me faire frissonner tout le corps entier et j’en oublier cette idée des plus stupides. Je suis juste comme un pantin, je me laisse faire quand il m’attire à lui de nouveau. Et quand ses lèvres se déposent contre les miennes, j’en retiens un léger soupir entre les dents. Les yeux fermes, je me laisse aller à ce moment qui est des plus agréables. C’est à la fois chaud, doux excitant et un tantinet terrifiant ce qui me donne bien plus envie de braver le chemin interdit. Ses lèvres son légèrement sucrer et dans un recoin de mon esprit, je m’imagine les sentir partout sur mon corps sans aucun exception. Cela a surtout pour résultat que je me colle bien plus à lui comme si c’était impossible de s’arrêter maintenant. L’une reste à sa place tant dit que l’autre ose s’aventurer délicatement le long de son cou, pour ensuite aller se perdre dans sa tignasse. Ce simple baiser en devient plus langoureux au fur et à mesure que les secondes passent. J’en viens même à partir à la conquête de sa langue. À mes risques et périls surement. Mais j’en ai tellement envie que je m’en moque à ce moment précis. J’en veux encore et bien plus.


Peut-être que sans le vouloir, ou peut-être que si un petit peu beaucoup, je ne saurais dire exactement, sans détacher mes lèvres des siennes une seule fois, je fais du forcing comme si je cherchais à avoir le dessus totale – avec le peu de force que je puisse avoir dans les bras contre un mastodonte comme lui, c’est assez dur, mais je ne désespère pas – pour pouvoir le faire reculer contre la porte, pour, premièrement, la refermer, et deuxièmement, j’avais juste une soudaine envie de le coincer contre quelque chose. Sans qu’il n’y ait des passants pour jeter des regards indiscrets vers chez-moi. Ma main encore posée sur son épaule, glisse lentement au-dessus de sa veste pour finalement passer en dessous et effleuré légèrement sa chemise, même si honnêtement là, je rêve bien plus de l’arracher qu’autre chose. Sauf qu’un petit bruit en fond commence à devenir petit à petit désagréable. L’ayant complètement zappé dans mon élan, le chient en vient à me ramener à la réalité en aboyant à tue-tête comme pas possible. Bordel Twister, boucle-là ! Lui qui est désormais enfermé dehors, il gratte à la porte pour avoir la possibilité de rentrer à nouveau. J’arrête de l’embrasser avec la sensation que je suis quelque peu essoufflé. Mais j’arrive tout de même à formuler une demande.

▬ Reste, s’il te plait...

Ça raisonne plus comme un appel, une supplication. Qu’une réelle demande quelconque.



Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Jeu 10 Oct - 23:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] EmptyMer 27 Mai - 18:00

Café épouse café: Mariage très arrosé
Le contact renoué avec ses lèvres, je peux également sentir le reste de son corps se serrer contre moi, dont elle se sert pour me pousser doucement jusqu'à la porte. Difficile d'opposer la moindre résistance, avec ces courbes généreuses pressées sur mon torse. Revoilà sa main qui caresse agréablement mes cheveux, accompagné d'une langue qui, quant à elle, tente de franchir la barrière de mes lèvres. Que je laisse tomber pour l'accueillir et me joindre à elle. Je me sens bien, trop bien pour ce que je suis en train de faire. Mais depuis combien de temps je ne m'étais pas senti comme ça ? Je préfère ne pas compter. Le moment présent est bien plus plaisant.

Les aboiements agités du chien, en provenance de derrière la porte, font alors l'effet d'une alarme qui nous rappelle à l'ordre. Je suppose qu'il s'est retrouvé enfermé de l'autre côté dans la foulée, se plaignant maintenant de ne plus être avec nous. Toujours est-il que la propriétaire finit par s'écarter la première, une fois de plus, ce qui me donne l'occasion d'observer son visage. Deux yeux émeraudes qui expriment en un regard tout ce que les paroles suivantes gardent en suspend.

« Reste, s’il te plait... »

Rester. Si je le fais, je me laisserai glisser sur cette mauvaise pente et j'ignore si je parviendrai à la remonter à temps. Mais cette lutte mentale n'est pas facile à départager avec les jappements incessants du chien qui résonnent dans mon dos. Sans dire un mot, je décroche le bras qui entourait la taille de la rouquine pour l'envoyer vers la poignée de la porte et l'enclencher, la faisant reculer le temps d'entrouvrir et de laisser la bruyante bestiole se précipiter à l'intérieur. Par chance, elle ne s'attarde pas trop dans nos pattes et repart tout aussi rapidement dans le salon. La porte finalement claquée et le concert d'aboiements mis en veilleuse, ma main retourne se poser sur la hanche de Laelyss, pour la faire pivoter avec moi et ainsi échanger nos places. Il se trouve que j'aime être en position de force, blâmez le côté animal.

« Je n'avais pas l'intention de partir. »

À partir de quel moment est-ce que je m'étais fait à cette idée ? Peut-être quand le baiser a commencé à se faire plus sensuel, peut-être bien avant cela, sans que je ne veuille le reconnaître. Qu'importe, je me penche déjà sur elle pour retrouver ses lèvres, tout en retirant la veste de mes épaules. Le vêtement jeté en boule dans un coin, j'étreins de nouveau la jeune femme, promenant mes mains sur elle tandis que je me délecte de ses embrassades. Pour autant, je parcoure sa silhouette avec une étonnante précaution, les doigts glissant lentement sur la surface en dentelle qui expose et dissimule sa peau à la fois, comme par peur de la briser aussi aisément qu'un verre en cristal. Mes mains se permettent à peine de se poser sur les zones les plus proéminentes de son anatomie, même si l'envie me démange de plus en plus. Quelque part, je m'impose d'attendre son feu vert avant de me montrer plus aventurier.

Ce qui ne m'empêche pas d'aller me satisfaire ailleurs. Je quitte ainsi la chaleur de sa bouche pour diriger la mienne au niveau de son cou, écartant ses mèches de feu afin de mieux le dévoiler. Humant un instant son parfum, je la recouvre ensuite de baisers, redoublant d'efforts pour me retenir d'y mettre les dents. Plus je la touche, plus je m’enivre, et moins je me sens capable de mesurer mes ardeurs. Les tiraillements familiers situés un peu plus bas ne peuvent que m'encourager à traduire à voix haute ce que mon corps réclame en silence, le tout dans le creux de son cou, comme pour éviter que qui que ce soit d'autre ne l'entende:

« J'ai envie de toi... »

Deux doigts placés sur le curseur de la fermeture éclair, qui autorise l'ouverture de la robe dans son dos, j'attends son bon vouloir pour l'en soulager.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Zone Spéciale-