Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le Deal du moment : -79%
DCL : Drone Championship League – Jeu PS4
Voir le deal
6.99 €

Partagez
 

 Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 EmptyVen 12 Juin - 21:14


Laelyss &
❝Donne-moi les rênes et je t’offrirais une joie sans limite❞
[youtube]h5HX9YFIAt4?version=1&hl=fr_FR[/flash]
O
ui, j’ai osé l’appeler « chaton » alors que nous sommes bien loin d’un contexte de faux marier. Mais disons que cela m’a échappé sans le vouloir. Et que maintenant que c’est dit, je suis bien loin de le regretter. Quoi qu’il en soit il y a une multitude de façon de finir ce qu’on a commencé. Tout dépendra de ce qu’il choisit en fin de compte. Je me redresse et l’observe, sans arrêter mes mouvements de hanches. Pas question de lui faciliter la tache de mon côté. En respirant lentement, j’apprécie beaucoup trop le voir aussi démuni de moyen. De le sentir tenter de m’arrêter et qu’au final n’avoir aucun moyen d’y arriver concrètement. Je me passe la langue sur les lèvres trop désireuse de l’embrasser ; mais j’attends quelque chose d’autre avant ça. Trois petits mots et je lui offre ce qu’il veut. C’est si horrible que ça pour un homme de se faire dominer par une femme ? J’en ai la preuve sous les yeux que oui.

▬ Non... recommence, je.. bordel, fais-moi jouir !...

J’approche mes lèvres des siennes et l’embrasse langoureusement. Intérieurement, je saute de joie. Je ne peux pas rêver mieux que de l’entendre me supplier encore et encore. J’ai entendu le faible murmure des trois petits mots que je voulais tant. C’est presque comme un appel au secours, mais en beaucoup plus torride. Comment continuer de refuser ? Bien évidemment même sans ça, je pourrais le faire languir encore un peu, mais moi-même, je commence à être impatience et j’ai la même envie que lui qui me démange de plus en plus. Il y a un moment ou il faut venir à bout de certains jeux.

Alors, ma langue par chercher la sienne pour s’amuser à l’enrouler, la chatouiller et la dominer celle-ci aussi. En même temps, sans perdre une seule seconde de plus, d’une main, elle glisse derrière sa nuque et par s’accrocher à l’autre extrémité de son épaule. Et j’en viens à accélérer progressivement mes déhanchements. Mon corps se colle contre le sien, je me sens à nouveau bouillir de l’intérieur, bien plus que la première fois. À la limite d’un volcan en éruption. Surement parce que cette fois-ci, je promets de ne pas m’arrêter avant de l’avoir achevé – ou moi-même.

Je quitte ses lèvres et pose mon front contre le sien, les yeux fermés, en gémissant faiblement. L’autre main quitte ses cheveux et se balade un peu partout sur son corps pour le caresser du bout des doigts au fur et à mesure que j’augmente le rythme. La lenteur n’existe plus. Plus maintenant. Je me dandine de haut en bas de la façon la plus sauvage qui met possible de le faire. Oh… bon dieu. C’est ce qui m’échappe entre deux soupires. Et je me mords les lèvres en rejetant la tête en arrière d’un coup. Je sens que ça monte à toute vitesse en moi, je tente de maitriser ma respiration, d’absorber les sensations désordonnées et chaotiques qui se déchainent à mon entrejambe, mais c’est bien vin. Je le sens bien, je n’en ai plus pour longtemps, d’une minute à l’autre, je vais exploser…

Autant se déchainer totalement, parce que je n’en peux plus. Je veux pouvoir être entièrement submergé par l’orgasme. Je veux l’entendre crier mon nom à en perdre haleine. La pression de mes mains se resserre sur son corps, quitte à y planter les ongles littéralement. Ça augmente encore, et même si je le voulais, je suis déjà à mon maximum en se qui concerne mon rythme. Plus, cela m’en serait impossible. Je bouge sans cesse et toutes mes pensées et ma raison s’engourdissent. Je ne suis que sensation perdues dans ce vide de plaisir. En haut… En bas… Encore et encore… Oh oui… Ce n'est qu'une question de seconde avant que mon corps se convulse autour de lui et je jouis en hurlant son nom deux fois d’affiler. J’explose en mille morceaux à m’en faire disjoncter le cerveau.

C’était… C’était trop délicieux. J’ai du mal à m’en remettre totalement. A moitié pantelante et haletante, je dépose ma tête sur son épaule le temps de retrouver tous mes esprits, une respiration normal et un cœur qui cesse de s’abattre contre mes tempes à toute vitesse. Je ne bouge pas, je suis loin d’en avoir la force pour le moment. Malgré tout, avec une faible voix, j’arrive, un peu péniblement, à articuler les deux premiers mots qui me traversent discrètement la tête.

▬ Ça va… ?


Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Jeu 10 Oct - 23:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 EmptyMer 24 Juin - 3:43

Café épouse café: Mariage très arrosé
Aussi insupportable que cela puisse être, j'ai bien trop envie d'elle pour me maudire plus encore de cette soumission face à la chair, celle dont je m'étais privé trop longtemps. Celle qui danse langoureusement sur mes genoux et m'oblige à la réclamer de vive voix avant de pouvoir me rassasier. Aussi l'accueil de sa langue me remets doucement sur les rails, vers cette destination où elle seule peut me conduire, dictant la cadence avec les haussements impulsés de ses hanches. Ma respiration toujours haletante ne va pas en s'arrangeant, contenu entre ses lèvres jusqu'à ce qu'elle décide de s'en détacher pour adopter son nouveau rythme, sans s'éloigner pour autant. C'est donc à coups de soupirs et de petits gémissements délicieux qu'elle ponctue la sienne, et pour lesquels je me force à baisser le volume de mes propres réactions.

D'une main positionnée à côté de ma tête sur le canapé, je m'y agrippe avec force pour m'immobiliser et encaisser les mouvements de balancier de son corps, désormais plus frénétiques que tout à l'heure. Le nom de la jeune femme traverse mes lèvres à plusieurs reprises, distinctement ou non selon l'intensité des caresses qu'elle opère sur mon torse, comme pour l'encourager dans ses vas-et-viens endiablés. Priant tout particulièrement pour qu'ils ne s'arrêtent jamais. Bon dieu, elle est tellement humide au dessus de mon bassin que je peux entendre chaque frottement effectué entre ses cuisses. Ses mouvements quant à eux n'en sont que plus fluides et intenses, enivrants, au point de ne plus parvenir à soutenir leur vision. Je bascule la tête en arrière en fermant les yeux, désespérément à la recherche du souffle qui me manque à mesure que j'approche de la fin. Le bal des odeurs, des sons et des sensations assaillie mes sens; et même si je ne la regarde plus, son image et tout le bien qu'elle me fait demeurent gravés dans mon esprit.

Elle crie mon nom au moment où je ressens les spasmes violents de son orgasme se déchainer autour de moi, précipitant le mien dans la seconde qui suit. Poing crispé sur le dossier du canapé et l'autre main retenant sa hanche, il s'accompagne d'un râle que mes poumons ont encore l'énergie d'expulser hors de ma gorge avant que des secousses exaltantes ne contractent tous les muscles de mon corps. Une immense vague de plaisir, qui part du bas de mon ventre et me ravage de l'intérieur comme un brasier, tandis que mes forces m'abandonnent peu après, une fois le phénomène passé. Ne laissant en moi aucune autre sensation que celle d'un profond désir enfin assouvi. Je reste d'ailleurs figé ainsi, la tête calée sur le dossier, tout juste attentif aux premiers mots que Laelyss m'adresse avec une voix éteinte.

« Ça va... ?
-Mieux... »

Tellement mieux. Je déplie le bras qui se cramponnait au-dessus du canapé pour le passer dans son dos, moite de la vigueur de ses efforts dont elle récupère doucement en s'appuyant sur mon épaule. Pendant ces quelques minutes, j'ai l'impression d'être dans une bulle, coupée des nuisances extérieures, et où plus rien ne compte hormis la chaleur émanant de nos corps accolés et essoufflés, vibrant sous les battements précipités de nos deux cœurs qui se faisaient la course. Ce n'est qu'après un moment que je tire sur ma nuque pour relever la tête, bien qu'encore ailleurs, et écarte distraitement les mèches écarlates collées sur son front afin d'y déposer un baiser, pris d'une vieille habitude. À vrai dire je n'y prête pas réellement d'attention outre-mesure, puisqu'un autre détail vient me ramener sur terre, maintenant que la fougue est passée.

Je serais volontiers resté dans cette position, mais je sens le besoin de tenir la jeune femme par les hanches et de la relever un peu, de sorte à pouvoir me retirer lentement avant que la sensation n'en devienne désagréable, ôtant ainsi le préservatif au passage. Après m'être penché en avant pour le déposer sur le bord de la table basse, je ramène la rouquine sur moi en m'adossant au canapé, prenant soin de l'asseoir sur mon ventre cette fois-ci. Ce serait tout de même dommage d'avoir pris tant de précautions pour finalement déraper à la dernière minute. Je finis ensuite par briser ce silence reposant et ce sur un ton moqueur, pour faire allusion à ses méthodes précédentes tout en m'accoudant sur le sommet du dossier.

« Ça se paiera. »
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 EmptyVen 26 Juin - 3:59


Laelyss & Bigby
❝Donne-moi les rênes et je t’offrirais une joie sans limite❞
[youtube]h5HX9YFIAt4?version=1&hl=fr_FR[/flash]
C
omment cela pourrait ne pas aller après autant de plaisir. se sentir sur un petit nuage pendant un laps de temps et tellement agréable que pour ma part j’aimerais que cela ne s’arrête pas de sitôt. Je dois avouer que la tendresse de son baiser a de quoi beaucoup aider à me calmer. J’arrive enfin à reprendre une respiration normale et mon cœur daigne à ralentir ses battements incessants. Je ne tiens pas vraiment à frôler la crise cardiaque toute suite. Les yeux encore fermés et encore pencher sur son épaule, je laisse échapper un petit soupire. C’est que maintenant, je pourrais presque m’endormir à rester ainsi, et à vrai dire, ce serait un peu dommage quand même. Mais quand je le sens bouger, m’entrainant avec lui, je relève la tête pour savoir ce qui passe puis, grimace légèrement en le sentant sortir. Jamais une partie de plaisir ça, jamais. Sans bouger d’un pouce, je le laisse faire, manquerais plus qu’on s’écroule sur la table parce que j’aurais voulu donner un coup de main. Et une fois de nouveau « bien » - parce que c’est vite dit – installer, je m’autorise à craquer mes poignets maintenant qu’on ne risque pas s’écrouler.

▬ Ça se paiera.

Je hausse un sourcil en le regardant. Et un sourire se dessine sur mes lèvres. Je secoue négativement la tête de part et d’autre en remmenant mes cheveux en arrière. Je crois que c’est clair, il peut toujours rêver pour que le contraire arrive. Enfin, je lâche toute même un : « Ça s’est-ce qu’on verra. » Toute fière de moi en déposant un baiser sur sa joue, avant de finalement me résoudre à descendre du dessus de lui, pour me remettre sur mes deux jambes. Et je manque d’ailleurs de val sillé en arrière une fois sur celle-ci tellement elles sont mole. La prochaine fois, je fais l’étoile de mer ! J’ai besoin de me dégourdir les jambes, alors je prends le préservatif si joliment posé à côté du paquet de biscuit encore plein et lentement, je l’emmène à la poubelle. En me disant que d’une part, le chien et rester bien sagement dans son coin tant mieux d’ailleurs, je n’aurais pas vraiment apprécie de me faire « lécher » les fesses en plein milieu. Quoique ce serait peut-être quelque chose à essayer un jour… enfin pas avec un chien bien sûr ! Et que de l’autre, je suis complètement nu dans la cuisine, que les volets ne sont pas fermés, que j’ai un homme à poil dans le salon et que forte heureusement, il n’y a plus de passant « voyeur » à cette heure-ci. C’est que cela poserait un petit problème dans le cas contraire. Je fais couler l’eau pour me laver les mains en lui demandant :

▬ Vient prendre une douche avec moi. Ça détendra de tout ce sport. Et on va dire que tu l’as bien mérité.

Et aussi parce que je rêve d’une douche depuis que nous avons arrêté de nous sauter dessus. C’est que j’ai encore tellement chaud que je mettrai bien la tête dans le congèle. En fait, cela ne raisonne pas vraiment comme une question au final, mais plus comme une obligation. Et pour lui laisser encore moins le choix. Une fois les mains lavées, je prends son caleçon et sa cravate qui traine par terre dans une main en otage. Puis, je me positionne derrière lui, les deux mains posées sur le dossier du canapé, je me penche un peu pour atteindre ses lèvres et lui offrir le genre de baiser qu’on ne peut difficilement refuser aussi aisément. Même à l’envers. Et lui susurre par la suite à l’oreille :

▬ Je te savonnerais avec beaucoup de tendresse.

Et c’est bien vrai. Je ne reste pas plus longtemps près de lui et commence à marcher tranquillement en dehors de cette pièce. Prenant soin à récupérer chacune de ses affaires qui traine sur mon chemin. Donc à moins qu’il ait le courage de quitter cette maison avec seulement sa paire de chaussures pour cacher son poireau, il n’a pas vraiment d’autre choix que de me suivre. Sadique ? Non, je ne tiens simplement pas être seule sous ma douche pour une fois, pas plus compliquer que ça.

Je monte donc les escaliers et une fois en haut prends à gauche pour rentrer dans la salle de bains. Grande, bien ranger comme le reste et qui comporte une douche et une baignoire. Bah quoi, j’aime avoir la possibilité de pouvoir prendre des bains moussants de temps en temps. Mais là, on se contentera de la couche qui a suffisamment de place pour deux personnes. Je laisse toute nos affaires dans un coin et affiche sans gêne un sourire victorieux parce que finalement, il n’est pas parti avec ses chaussures. J’ouvre la porte vitrée et m’enfonce dans le fond de la douche. Je tends la bouteille de savon et me tourne pour allumer l’eau, la réglant à bonne température. Les femmes d’abords, peu bien attendre un peu avant d’être savonné, non ? Mais une question me brule les lèvres une fois que je passe sous le jet d’eau et c’est peut-être mieux d’être dos à lui, alors un peu hésitante, je finis par demander quand même :

▬ Simple question comme ça. Est-ce que… tu as… des regrets ?


Spoiler:
 


Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Ven 11 Oct - 0:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 EmptyVen 26 Juin - 19:15

Spoiler:
 

Café épouse café: Mariage très arrosé
Ma menace semble nullement l'impressionner, à en juger sa réponse et le petit baiser sur la joue qui s'en suit, faisant aussitôt perdre tout crédit à mes sombres présages. Cela n'avait rien de très sérieux, mais elle pourrait avoir des surprises. En attendant, je la regarde quitter le siège de mes jambes pour se remettre debout sur les siennes, non sans un léger déséquilibre, et apporter un brin de ménage à la table basse. En effet, il serait préférable de ne pas laisser trainer ça au milieu, que ce soit pour le chien ou son fils quand il rentrera. Je l'entends ensuite me suggérer, depuis la cuisine:

« Viens prendre une douche avec moi. Ça détendra de tout ce sport. Et on va dire que tu l’as bien mérité. »

Ah, si je l'ai mérité alors, c'est trop aimable. Cela dit l'offre est plus que la bienvenue, histoire de se rafraichir et se relaxer un peu. Quoi que pour ce qu'il en est du deuxième point, je me fais probablement des idées quant à la supposée tranquillité de cette douche, du moins à en croire ses intentions. Je la vois ainsi réapparaître derrière le canapé et se pencher sur moi pour m'offrir un baiser, que je savoure la tête en arrière jusqu'à ce qu'elle me murmure la suite à l'oreille.

« Je te savonnerai avec beaucoup de tendresse. »

C'est le genre d'invitations que l'on peinerait à refuser. Sitôt la promesse évoquée, la jeune femme s'éloigne lascivement, en se penchant par-ci par-là pour ramasser des affaires. Ou plus exactement, mes affaires. Je constate qu'elle a rapidement réuni tout ce que l'on avait disséminé plus tôt, pour embarquer ensuite le tout en direction des escaliers. Bon, puisqu'elle vient de prendre mes vêtements en otage, je suppose que je n'ai d'autre choix que de la suivre à l'étage. Cela reste toujours plus appréciable que de m'échapper dans la nuit tel un dangereux exhibitionniste. Je dois dire que les chefs d'accusation feraient assez tâche sur mon dossier si l'on venait à me coffrer dans cet état. Aussi je me décide à quitter le canapé à mon tour, faisant craquer mes épaules dans de grands mouvements de bras circulaires tandis que je marchais sur les traces de la maîtresse des lieux.

Rendu à l'étage au dessus, je me dirige vers l'unique pièce allumée, là où m'attendent pile de fringues et demoiselle nue, visiblement satisfaite de voir que je n'avais pas choisi l'option de la fuite malgré la disparition de mes affaires. La salle de bain est spacieuse et propre, autant que le reste de la maison, et c'est par la porte vitrée de la douche qu'elle se glisse la première afin d'allumer l'eau et en régler la température. C'est toutefois une bouteille de gel douche qui s'agite sous mon nez au moment de la rejoindre, ce qui doit certainement vouloir dire qu'elle aussi méritait bien de se faire savonner un peu, et ce n'est pas faux. Je prends donc le savon d'une main puis referme derrière moi de l'autre, pendant qu'elle profite de l'eau qui coule. La cabine est vaste elle aussi, de quoi s'y tenir à deux sans se marcher dessus, cependant le jet reste monopolisé par la rouquine. La dure loi des douches à plusieurs: priorité à madame.

« Simple question comme ça. Est-ce que… tu as… des regrets ? »

Je relève les yeux de la bouteille pour les poser sur elle, sans qu'elle ne puisse me voir de dos. D'abord étonné qu'elle s'en soucie, avant de m'assombrir légèrement. Que voilà une interrogation qui a le don de ramener immédiatement les pieds sur terre. Si j'ai des regrets sur ce qu'on vient de faire ? Disons que je n'ai même pas daigné me regarder dans le miroir en entrant dans la salle de bain. À vrai dire, je m'efforçais de ne pas y penser de suite, dans l'espoir de reléguer ces pensées au moi de demain, celui qui se sentira suffisamment lamentable pour se reprocher tous les actes de la veille à ma place. Lâche, je sais, mais ça je le suis depuis que j'ai refermé la porte de chez elle, en la plaquant contre cette dernière.

« Oui. La situation n'arrange peut-être pas vraiment ma crédibilité, mais j'aime ma femme, de tout mon être. C'est juste... »

Je m'interromps, surpris d'avoir à hésiter sur mes justifications à fournir. Dans un sens, est-ce que c'est auprès d'elle que je dois expliquer mon comportement ? Je me doute qu'elle n'attend pas ma bénédiction sur cette relation, et se sent encore moins coupable de prendre du bon temps, mais disons que je ne tiens pas à ce que l'on se méprenne sur mes sentiments pour Blanche. Évidemment que je l'aime. Quand bien même partager la cabine de douche de la femme avec laquelle je l'ai trompée soit, et de très loin, la pire des manières de le prouver. Peu importent les raisons m'ayant encouragé à sauter le pas, m'envoyer en l'air avec une autre parce que je ne peux plus avoir ce genre de rapport avec elle, c'est franchement merdique de ma part. Dans un soupir contrarié, je penche la tête en avant pour appuyer mon front sur l'arrière de son crâne, enfouissant mon visage dans la chevelure rousse.

« Je me sens seul. Je suppose que j'étais en manque de quelqu'un, d'un contact intime surtout, depuis trop longtemps. J'ai essayé d'y résister mais je dois dire que tu ne m'as pas rendu la tâche facile. »

Ma main vient se poser au niveau de sa taille. J'ai beau me convaincre qu'elle ait tout fait pour me séduire et m'encourager à rester, elle ne m'a pas forcé la main pour autant. Elle s'est montrée aventureuse certes, mais j'aurais dû être capable de rester de marbre, de ne pas céder à ces instincts primaires qui me chuchotaient de braver l'interdit. Par respect pour cette alliance à mon doigt, et par respect pour ma femme.

À force de ne vivre que pour elle, peut-être que j'avais besoin à un moment donné de m'occuper de moi. Bien sûr, je ne la tiens pas pour responsable, ce serait passer à une catégorie de salaud nettement supérieure de tenir ce type de réflexion, mais je me suis probablement leurré trop longtemps en pensant que je parviendrais à me mettre en parenthèses pour elle, y compris mes désirs. Je relève la tête et fait couler un peu de savon entre mes mains, avant de les passer doucement sur les épaules de la rouquine. Honnêtement, je n'ai pas envie de me torturer pour le moment. Tout ce qui se passe chez elle sera très amèrement regretté à mon départ, sans compter que je n'ai encore aucune idée de la façon dont je traiterai l'affaire vis-à-vis de Blanche. Si je dois le lui avouer ou s'il vaudrait mieux pour elle qu'elle n'en sache rien, tout est flou. Dans l'immédiat, au risque de me montrer égoïste -mais au vu du mal que j'ai déjà fait, je ne suis plus à un adjectif près-, je préfère profiter de la présence de Laelyss.

« Et quelque part, une partie de moi se sent trop bien ici pour vouloir culpabiliser maintenant. »

Je masse longuement son dos avec la mousse en me rapprochant d'elle. J'ai joué avec le feu et je me suis brulé, alors quoi qu'il arrive, rien ne changera.
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 EmptyDim 28 Juin - 2:52


Laelyss & Bigby
❝Y a-t-il quelque chose que je puisse dire ou faire qui ait cet effet sur toi ?❞
[youtube]ZvxATiRJjIY?version=1&hl=fr_FR[/flash]
S
imple question oui. Mais, je me mords les lèvres une fois qu’elle s’est échappée. Avec le silence qui règne d’un coup, je me dis que peut-être que j’aurais dû attendre un peu avant de lancer ce genre de bombe. Mais je n’aurais pas supporté d’avoir ça qui me trotte en tête sans cesse. Il fallait que ça sorte, il fallait, il faut que je sache. D’ordre général, je ne demande pas, parce que soyons honnête, le tout me passe bien au-dessus de la tête. Mais là, disons que c’est une personne suffisamment appréciable, du peu que je sais de lui, pour que j’ose poser ce genre de chose. Au fond, je ne sais pas trop à quoi je m’attendais comme réponse. Disons qu’un « non » aurait bien plus surprenant que sa réponse actuelle. Au moins, il est normal, c’est un bon point. Je me doute bien qu’il aime sa femme, et heureusement d’ailleurs. Mais bon, même le plus grand amour n’empêche pas de faire des erreurs.

▬ Je me sens seul. Je suppose que j'étais en manque de quelqu'un, d'un contact intime surtout, depuis trop longtemps. J'ai essayé d'y résister mais je dois dire que tu ne m'as pas rendu la tâche facile.

Un faible « désolé » s’échapper de mes lèvres. C’est rare, très rare, mais il m’arrive d’avoir un peu de regret sur les actes que je fais. Je ne suis pas dépourvue d’inhumanité après tout. Et encore moins de cœur. Je ne suis pas un monstre qui saute sur tout ce qui bouge sans prendre en compte les conséquences… D’accord, il arrive que ce soit le cas, mais pas à chaque fois tout de même. Je prends un peu de gel pour me savonner l’avant du corps en même temps que je sens ses mains qui passent sur son mon dos. Je ne sais pas combien de temps il a tenu sans jamais avoir envie d’aller voir ailleurs si le tout et si compliqué pour un quelconque besoin « intime ». On doit en devenir dingue au bout d’un moment, le manque doit être horrible, je n’aurais pas supporté bien longtemps d’être à sa place personnellement. Pas seulement parce que cela fait partie des choses que j’apprécie grandement, mais c’est un peu, ou du moins, ça devrait être, la chose la plus présente dans un couple. Et le remède à tellement de conflits aussi.

▬ Et quelque part, une partie de moi se sent trop bien ici pour vouloir culpabiliser maintenant.

Je souris légèrement même si je sais qu’il ne peut pas me voir, puis lentement, il s’efface de nouveau. C’est bien gentil, mais pas sûr que ce soit un compliment qui soit fait pour tous les deux. Je sens le rapprochement de nos corps si proche et je finis par céder. Déposant l’arrière de ma tête contre lui, je lâche faiblement : « Je ne voulais pas te faire culpabiliser, ce n’était que de la mauvaise curiosité… » Il n’y pas vraiment de « bonne curiosité » mais je sais que j’aurais dû, soit attendre, soit me forcer à ne pas poser la question tout simplement. Enfin, ce qui est fait et fait maintenant. On ne peut pas revenir en arrière, autant sur ce qui a été dit que sur ce qui a été fait. Sans vraiment bouger, je rajoute :

▬ Bigby… Je préférais que tu ne me voies pas comme un pl… Comme une partie de jambes en l’air d’un soir. Je sais qu’il est encore bien trop tôt pour ça, parce qu’après tout, on ne se connait pas vraiment. Mais, peut-être un jour, si tu as envie ou besoin de parler, la porte tes ouvertes. N'y vois pas d’arrière-pensée. C’est vraiment sincère.

Je sais que je ne dirais, et que je n’ai jamais dit ça à tous les hommes qui ont franchi le seuil de ma porte. Il est possible qu’il fasse partie des « exceptions », le genre de personne qu’on rencontre pour lequel on veut changer les règles du jeu, une seule et unique fois. Qu’on ne vienne pas me dire que le tout est une ruse pour l’avoir un peu plus souvent sous la couette. Je sais que j’en serais capable, je ne le cache pas pour autant, mais c’est bien loin d’être le cas à ce moment précis. Il est écrit nul part que nous devons en venir là à chaque fois qu’on se croise. Après tout, je sais être une bonne amie sans penser qu’à ça. Pensez vraiment que c’est inscrit en gros sur mon front. Je finis par lâcher : « Allez, laisse-moi te savonner » en lui fessant enfin face avec un faible sourire. C’est qu’il a droit à sa douche lui aussi. Et puis revenons à quelque chose de plus joyeux, si on peut dire ça comme ça. Je me décale pour qu’il puisse aussi passer sous le jet d’eau. Non, je n’étais pas en train de le monopoliser, pour preuve, je suis encore pleine de savon. Puis, quand je le peux, c’est à mon tour de m’occuper de son dos. La main pleine de gel, je frotte doucement une épaule en tentant de détendre un peu l’atmosphère avec la première chose qui me passe par la tête, mais qui reste néanmoins vraie :

▬ Tu sais qu’après tout ce qu’on a déjà mangé, j’ai faim. J’ai une envie de…

Et quand je passe à l’épaule suivante, mes yeux bloquent sur son omoplate, ou du moins sur le tatouage qui est dessiné, au point que je n’arrive à continuer ni même à me souvenir des mots qui allaient s’échapper. Tellement explicite qu’il faudrait être aveugle pour ne pas comprendre ce que ça veut dire. Je n’y ai pas fait attention la première fois, parce que bon, faut l’avouer, j’avais bien d’autre chose en tête que de m’attarder sur ce détail-là. Mais, maintenant que je le vois d’aussi près et que nous sommes sages comme des images, ça change beaucoup de choses. À un tel point que s’il pouvait me voir, il verrait mes sourcils ce froncé doucement. Bon, j’ai couché avec « l’ennemi » et après ? Déjà qu’on ne peut plus vraiment appeler ça un ennemi quand on a quitté la famille adverse. Et puis, merde me dis-je, c’est un peu stupide comme réaction étant donné que mon amie d’enfance n’est autre qu’une Domae. Ça ne m’a pas empêché d’en faire tout un plat. Enfin, elle si, mais moi non. Donc, je ne le chasserais pas à coup pied aux fesses. Alors, histoire de rattraper ce silence que j’ai laissé, je me remets à frotter et tente de me souvenir, tant bien que mal, de ce que je voulais dire, comme si de rien n’était.

▬ Hum… de… de pancake avec du Nutella et tout ce qui va avec.

Tellement crédible, hein.



Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Ven 11 Oct - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 EmptyLun 29 Juin - 0:33

Café épouse café: Mariage très arrosé
Descendues jusqu'au bas de son dos, mes mains remontent ensuite lentement entre nous pour revenir sur ses épaules et continuer le massage, comme pour la dissuader de cette manière de prendre part à ma culpabilité. Il y a bien assez d'une personne dans cette cabine de douche à se sentir fautif. Pourtant la voilà qui s'excuse presque, à voix basse, pour avoir posé la question, ce à quoi je hausse des épaules en continuant de la savonner. Puis elle poursuit, avec une bienveillance qui me surprend sur le coup:

« Bigby… Je préférais que tu ne me voies pas comme un pl… Comme une partie de jambes en l’air d’un soir. Je sais qu’il est encore bien trop tôt pour ça, parce qu’après tout, on ne se connait pas vraiment. Mais, peut-être un jour, si tu as envie ou besoin de parler, la porte t'es ouverte. N'y vois pas d’arrière-pensée. C’est vraiment sincère. »

Je ne sais pas si me mettre en tête de la revoir après cette nuit soit la meilleure décision à prendre pour moi. Ne devrais-je pas plutôt m'efforcer de l'ignorer, l'oublier un peu pendant que je serai occupé à recoller les morceaux de mon mariage ? Ce serait la chose la plus logique à faire. Je m'étais arrêté de la masser pendant quelques secondes, peut-être pris au dépourvu par l'offre. Disons que je ne peux pas me vanter d'avoir foule d'individus avec lesquels discuter à cœur ouvert, ni d'en avoir franchement l'habitude d'ailleurs. Comme elle l'a si justement souligné, on ne se connait pas plus que cela après tout, alors pourquoi vouloir se montrer disponible de la sorte. Sa proposition suivante d'échanger nos places me tire un tant soit peu de mes songes, et je m'exécute donc en passant sous l'eau chaude à mon tour, yeux fermés tandis que je penche la tête sous le jet pour me mouiller le visage et les cheveux, tombant en dessous des épaules une fois disciplinés par l'eau. La rouquine se met ensuite à appliquer le savon, et je relâche ces dernières pour en profiter, alors qu'elle oriente la conversation sur un autre sujet.

« Tu sais qu’après tout ce qu’on a déjà mangé, j’ai faim.
J’ai une envie de…
»

J'attends la suite, mais celle-ci met beaucoup trop de temps à arriver pour le mettre sur le compte de l'hésitation quant au dernier dessert qu'elle voudrait s'accorder, après avoir activement brulé les calories du repas précédent. Puis à réfléchir deux secondes supplémentaires sur l'emplacement de ses mains, je devine aussitôt ce qui vient de la plonger dans cette espèce de silence abasourdi. C'est vrai qu'à bien y penser, elle n'a jamais vraiment eu l'occasion de l'apercevoir, ou au moins de le détailler de près. Les positions adoptées qui ne s'y prêtaient pas, surtout. Du coup, j'ai un doute sur la façon dont je devrais interpréter cette réaction à mon tatouage, mais puisqu'elle recommence finalement à me savonner, je suppose qu'elle n'envisage pas de m'attaquer par derrière pour l'instant.

« Hum… de… de pancake avec du Nutella et tout ce qui va avec.
-Tu ne l'avais pas encore remarqué, c'est ça ? »

Il faut dire que le rattrapage était un peu trop casse-gueule pour passer inaperçu. Je lui avais posé la question d'un ton calme, à la limite de l'amusement même car sans être gigantesque, il n'était pas évident à louper pour autant. Au pire des cas, j'ai fait ça avec une Élémentis, et disons que cela ne me préoccupe pas outre mesure. Je me vois mal mettre encore des échelons pour accentuer la gravité de l'acte premier que je me reproche déjà. Elle pourrait tout aussi bien être une habitante lambda, que la menace d'avoir un Élémentis ou un Domae sous son propre toit laisserait mal à l'aise, et à juste titre. Même avant la renaissance du Gouvernement et sa petite diabolisation des Familles, nous n'avons jamais vraiment fait l'unanimité auprès des Quederliens "normaux", sauf pour ceux qui trouvent le moyen de rentabiliser leurs affaires dans ces conflits ou qui prennent partie pour l'une et l'autre. Tout ce que je peux confirmer, c'est le fait qu'elle ne soit pas une Domae, autrement la chose lui serait passée au dessus de la tête.

« À moins que tu n'envisages de me faire la peau au moment où je m'y attendrai le moins, je pense qu'on pourrait laisser ce genre de détail de côté. »

Ce ne sera jamais qu’œil pour œil, dent pour dent, rien de plus. En ce qui me concerne, j'ai moyennement envie de me fritter avec elle, et je ne dis pas cela uniquement parce que nous sommes nus dans sa douche et couverts de savon; bien qu'on ait vu plus crédible comme contexte de bagarre que celui-là. Enfin, à moins qu'elle ne cache d'armes blanches dans des endroits sacrément insoupçonnés de son anatomie, en dépit de mes précédentes visites, ou qu'elle ne contrôle un élément capable de me liquider sur place, je devrais être en mesure de la maîtriser physiquement. Mais nous n'en sommes pas encore là, et j'apprécierais même que l'on n'y arrive jamais, aussi je me sors immédiatement ces divers calculs stratégiques du crâne. Histoire de mieux me détendre au passage de ses mains. Devant tout de même fournir une réponse à cette amicale charité qu'elle venait d'évoquer, je me décide au bout d'un moment à rétorquer:

« Écoute, j'apprécie ta proposition. Vraiment. Alors ne le prends pas mal si je te dis qu'il vaudrait mieux qu'on ne se revoit pas. »

Hum... je suis à peu près sûr que cela ne sonnait pas aussi amer dans ma tête. Non content de faire le con vis-à-vis de ma femme, j'arrive à être goujat avec Laelyss par-dessus le marché, alors qu'elle me propose son soutien en toute amitié. Beau travail, mon grand. Main sur la nuque, je me tourne légèrement vers la jeune femme dans mon dos afin de m'expliquer, sans savoir si ma réponse aurait pu la vexer ou non. Ne serait-ce au minimum que pour corriger ma vision à son sujet, loin de celle qu'elle m'avait attribué tout à l'heure.

« Je ne pense rien de mal sur toi, tu n'es pas une conquête ou un plan cul à jeter comme un vieux mouchoir, ce n'est pas mon genre. Mais ça ne me paraît pas très honnête de continuer à te fréquenter après ce qu'on a fait, j'aurais l'impression de remuer le couteau plus que de chercher à corriger le tir, si tu vois ce que je veux dire. »
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 EmptyMer 1 Juil - 1:54


Laelyss & Bigby
❝Y a-t-il quelque chose que je puisse dire ou faire qui ait cet effet sur toi ?❞
[youtube]h5HX9YFIAt4?version=1&hl=fr_FR[/flash]
P
ancake et Nutella, il y a mieux comme envie de dessert non ? Genre, de la glace, ou bien un fondant au chocolat. Mais non, fallait que ce soit ça. Et c’est sorti d’une manière tellement peu crédible que même moi, j’ai eu du mal à y croire. Disons que c’était juste le temps de se faire à l’idée. Pour le coup, je ne sais pas trop quoi répondre à sa question. Eh bien non, je n’avais pas remarqué. Comment lui dire ça ? J’étais bien trop concentrée sur le fait que tu me sautes dessus que sur les tatouages que puisse avoir sur le corps… Mouais… J’avais tellement envie que tu baises que… Ouais non oublier ça. Aucune des réponses qui me passent par la tête à ce moment précis n’est vraiment recevable. Alors je me contente juste d’un petit « non ». Pas besoin d’aller, chercher plus compliquer. Et puis, pour ce qui suit, comme si c’était mon genre d’aller assassiner les gens par-derrière… Mmh, en fait si ça l’est, je n’ai rien dit. Mais, ce n’est pas comme si j’avais vraiment très envie d’avoir une mare de sang dans ma douche. Surtout que c’est une plaie à nettoyer, pas que ce soit déjà arriver même si dit comme ça, on pourrait le croire. Mais d’ordre général le sang laisse toujours de salle trace. Alors, je suis plutôt pour, pour laisser ce détail de camp dans le placard et ne pas se sauter à la gorge. Qui plus est, je n’ai pas trop envis de demander qui prendrais le dessus sur l’autre.

Enfin, je continue donc de frotter doucement ses épaules. Chassant tout ça de la tête. Il est Domae, ok, d’accord, on en parle plus.

▬ Écoute, j'apprécie ta proposition. Vraiment. Alors ne le prends pas mal si je te dis qu'il vaudrait mieux qu'on ne se revoit pas.

Je ne m’arrête pas pour autant en ce qui concerne le lavage de son dos après avoir entendu ça, mais je hausse un sourcil légèrement perplexe. Pas que j’en sois déçue ou bien vexer. Mais le tout raisonne assez étrangement à mes oreilles. Voyez ce que je veux dire ? Non ? Eh bien tant pis. Enfin, ce n’est pas comme si je le prenais mal, à dire vrai, c’est bien trop peu pour que j’en ressente quelque chose qui s’en approche. C’est que de toute façon, au fond, je ne m’attendais pas non plus à ce qu’il franchisse le seuil de ma porte dans les jours qui vienne. Mais au moins ça a le mérite d’être clair, même dans un mois ça ne sera pas le cas. Bon très bien, pas de quoi en dramatiser non plus. Quand il me fait face, je le regarde en attendant sagement une suite, ou bien un geste quelconque. Les bras ballant le long du corps, j’ai arrêté de le savonner.

▬ Je ne pense rien de mal sur toi, tu n'es pas une conquête ou un plan cul à jeter comme un vieux mouchoir, ce n'est pas mon genre. Mais ça ne me paraît pas très honnête de continuer à te fréquenter après ce qu'on a fait, j'aurais l'impression de remuer le couteau plus que de chercher à corriger le tir, si tu vois ce que je veux dire.

Les secondes passent et je reste ainsi à le regarder sans dire un seul mot. D’abord flatté qu’il ne tienne pas à me jeter comme un vieux mouchoir. En ce qui concerne le reste et bien, c’est son droit après tout. Je n’irais pas jusqu’à dire que maintenant que j’ai eu ce que je voulais, je n’en ai plus rien à faire. Parce que ce serait totalement faut. Mais disons que cela m’aurait un peu plus embêté si cette question était survenue bien avant tout ça. Oui, il m’arrive d’avoir parfois un ordre de priorité un peu bizarre. Enfin, je me gratte légèrement le bras en décidant de lui répondre tout de même :

▬ Tu sais, ce n’était qu’une simple proposition amicale, rien de plus. Alors tu as tous les droits d’accepter comme de refuser, ce n’est pas pour autant que je vais mal le prendre. Je peux comprendre ton point vu, même si ce je n’ai aucune année d’expérience en ce qui concerne le mariage, ça reste tout de même compréhensible.

Au final, le mariage, c’est comme simplement sortir avec un homme normal. On s’attend à ce que ce genre de dérapage n’arrive jamais. Je n’ai peut-être aucun avis sur la relation de deux être mariée, ça ne m’empêche pas de savoir comment fonctionne un couple. Certes, le tout n’a jamais vraiment duré des lustres avec moi, faut dire que j’ai la mauvaise habitude de m’en lasser très vite. Mais, c’est du pareil au même. Simplement qu’il a beaucoup plus de conséquences une fois l’anneau passé au doigt. Je dépose ma main sur son bras dans un geste purement gentil et rajoute par la suite :

▬ Ne te tracasse pour moi. Ce qui s’est passé ici ne sortira jamais de cette maison. Je n’aime pas aller le crier sur les toits alors tu pourras te préoccuper de ce qui est plus important pour toi.

Pas comme si tout Quederla avait besoin de savoir ce qui se passe dans cette maison. Ce qui s’y passe reste entre ses murs de pierre sans jamais s’en échapper. Je pense pouvoir m’avancer en disant que ce n’est pas ce qu’on souhaite autant lui que moi. Ou plutôt plus particulièrement lui. Et puis de toute façon – au pire des cas – à qui pourrais-je bien aller m’en venter ? Personne. Même si j’en parle vaguement à Kira ce n’est pas pourtant que je laisserai échapper son nom. Donc, ce détail-là est résolu. Je souris légèrement enlevant ma main de son bras la passant dans mes cheveux dont j’ai une flemme monumentale à laver. Que de question et soucis qui reviennent en tête depuis qu’on a commencé cette douche. J’y suis pour beaucoup, mais quand même. Sur un petit, ton moqueur, je laisse s’échapper :

▬ Au fait, juste comme ça. Ce n’est pas mon genre d’attaquer sans raison, alors que soit Domae, Elementis, ou dieu sait quoi encore, ça ne change pas grand-chose au final. Du moins, tant que tu ne cherches pas les ennuis. La douche en serait beaucoup plus agitée sinon. Aller pousse toi un peu, je veux de l’eau chaude. Et j’ai vraiment envie de pancake maintenant.

Je donne un petit coup de reins, pour faire comprendre que je veux sa place sous le jet d’eau. Mais finalement, je passe simplement devant sans même attendre. Je veux de l’eau chaude, c’est tout. Tant pis si on est collé serrer pour se rincer, l’aura qu’à se décaler ma fois.


Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Ven 11 Oct - 0:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 EmptyJeu 9 Juil - 13:55

Café épouse café: Mariage très arrosé
Aggraver mon cas en retournant la voir à l'occasion, même en tout bien tout honneur -si tant est que l'expression soit encore valide dans notre cas-, c'est exactement ce dont je n'ai pas besoin. Sans compter sur le fait que des visites fréquentes chez elle finiraient tôt ou tard par attirer l'attention de quelqu'un, et je ne peux pas m'y risquer. Assez peu de gens iraient se préoccuper de ma vie sentimentale, mais on n'est jamais trop prudent. Mes explications la laissent muette quelques secondes, jusqu'à ce qu'elle se décide à reprendre la parole.

« Tu sais, ce n’était qu’une simple proposition amicale, rien de plus. Alors tu as tous les droits d’accepter comme de refuser, ce n’est pas pour autant que je vais mal le prendre. Je peux comprendre ton point de vu, même si je n’ai aucune année d’expérience en ce qui concerne le mariage, ça reste tout de même compréhensible. »

Au moins mes motivations sont approuvées, elles ne sont donc pas totalement dénuées de sens. Je n'ai pas la prétention de penser qu'elle ne me survivrait pas en choisissant de ne plus la revoir, mais je ne voulais pas non plus qu'elle pense à un manque de respect de ma part. Et puis merde, on ne va pas dire que j'ai beaucoup d'expérience en matière de gestion des relations extraconjugales. Une main posée sur mon bras, elle m'assure ensuite que cette histoire ne sortira pas d'ici, pour ne pas me créer plus d'ennuis que nécessaire. Même si elle n'en a pas fait autant précédemment, je suis quelque part soulagé qu'elle me facilite la tâche à ce niveau-là. Après tout, qui sait sur quel autre type de femme j'aurais pu tomber, à me tanner pour que je divorce pour elle ou bien à faire du chantage afin d'obtenir tout ce qu'elle désire en échange de son silence. Il est clair que je ne m'en sors pas si mal que ça avec Laelyss. Raison de plus pour couper les ponts dès que je serai retourné à mon petit quotidien: s'agirait pas que je vienne à profiter de cette discrétion pour remettre les couverts, au prétexte qu'elle n'en touchera mot à personne quoi qu'il arrive. Ces détails finalement résolus, histoire de ne plus avoir à y revenir par la suite, la rouquine enchaine plutôt sur ceux qui concernaient mon tatouage:

« Au fait, juste comme ça. Ce n’est pas mon genre d’attaquer sans raison, alors que tu sois Domae, Elementis, ou dieu sait quoi encore, ça ne change pas grand-chose au final. Du moins, tant que tu ne cherches pas les ennuis. La douche en serait beaucoup plus agitée sinon. Allez pousse toi un peu, je veux de l’eau chaude. Et j’ai vraiment envie de pancake maintenant. »

Agitée, hein ? Sans perdre plus de temps, j'assiste à sa tentative de prendre ma place sous le jet d'eau, au moyen d'un petit coup de hanche qui me décale à peine, avant de se faufiler devant moi comme pour griller dans une file d'attente. Je ne déloge pas de mon emplacement privilégié pour autant, ce qui ne l'empêche en rien d'essayer de s'approprier l'eau qui coule, quitte à me marcher dessus au passage. Maintenant qu'elle en parle, c'est vrai que je ne serais pas contre un dessert supplémentaire, ses histoires de pancakes au Nutella ayant fini par m'ouvrir l'appétit également. Mais pour le moment, nous sommes plutôt occupés à nous disputer la douche, et je la pousse d'ailleurs gentiment sur le côté avec mon épaule pour l'en écarter. Je suis sûr que j'ai droit à encore un peu de temps sous la flotte, non ? Après tout je l'avais bien mérité, à ce qu'il paraît. Mais la rouquine n'abandonne pas et revient sans cesse à la charge, s'imposant du haut de sa fine carrure dans l'espoir de me faire sortir de sous le jet d'eau. Bon d'accord, on est un petit peu puéril sur les bords. Quoi que pour ma défense, c'est bien elle qui a lancé les hostilités, je ne fais jamais que défendre mes positions en attendant d'être parfaitement rincé.

À force de m'étaler exagérément dans l'habitacle pour l'empêcher de profiter de l'eau, et de la voir s'acharner pour reprendre ses droits au sein de sa propre douche, je finis par la prendre par les hanches et la faire reculer jusqu'à la paroi de la cabine. Voilà, personne ne bénéficiera plus de l'eau chaude comme ça. Fier de l'embêter tandis que je la maintiens en place comme un cadre sur son mur, le dos plaqué à la cloison translucide, je me mets à l'observer longuement avec un petit sourire en coin. Elle n'est pas désagréable à regarder ainsi, ruisselante, le tout enveloppé par la vapeur opaque qui se dégage de la température de l'eau. Non pas que je me sois retenu de jeter quelques coups d’œil depuis qu'on est rentré dans la douche, mais la retenir contre la cabine afin de pouvoir promener librement mon regard sur sa silhouette rajoute un petit plus. Si bien que je me penche sur elle pour capturer ses lèvres, d'abord le temps d'un premier baiser à la dérobée, suivi d'un second, avant de finalement le prolonger. Il est doux, presque sage même, tant que nous n'effleurons que la surface; puis il devient plus sensuel, à mesure que je me rapproche d'elle pour sentir son corps se blottir contre le mien, que nos langues renouent le contact et se taquinent malicieusement, et que le désir renaît petit à petit. Je ne compte pas vraiment les minutes qui défilent à s'embrasser avec gourmandise, si ce n'est que je n'ai jamais l'impression de me lasser du goût de ses lèvres. D'une main qui se décroche de la courbe de ses hanches pour venir se poser sur la joue de la rouquine, j'écarte à l'aveugle les mèches de cheveux mouillés qui tombent occasionnellement entre nos visages. Je me détache à peine pour lui glisser, sans m'en éloigner:

« Et peut-être que je suis du genre à chercher les ennuis ? »

En particulier lorsqu'ils sont aussi désirables. Je ne cache pas que l'envie commence déjà à se manifester physiquement. Cela dit, c'est bien quelque chose que je pourrais difficilement cacher de toute façon, compte-tenu des circonstances. Quittant la chaleur de la sienne, ma bouche part en quête de sa gorge, le long de laquelle je dépose une multitude de baisers tandis que je descend lentement vers sa poitrine humide. Une fois parvenu en son creux, je me mets à dériver sur le côté, parcourant le relief de ses formes généreuses, embrassant leur rondeur. Sa peau légèrement salée me donne d'ors-et-déjà envie de la lécher de toute part. Alors de la pointe de la langue, je dessine d'abord consciencieusement le tour de son téton, pour glisser lascivement dessus ensuite, de haut en bas, afin de le sentir durcir sous ma langue. Et lorsqu'il pointe enfin, je l'emprisonne entre mes lèvres pour le suçoter et le mordiller doucement, écoutant ses réactions par-dessus le bruit de l'eau qui coule. Quant à la main placée sur le côté du visage de la jeune femme, elle migre comme une caresse en direction de sa bouche, effleurant du bout des doigts ses lèvres entrouvertes avant d'en introduire deux entre ces dernières, pour venir jouer avec sa langue. Les sensations combinées de sa salive et de ses soupirs chauds accompagnent mon imagination de plus en plus débordante, pendant que je réserve à l'autre sein le même traitement qu'à son jumeau.
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 EmptyMer 22 Juil - 23:42


Laelyss & Bigby
❝ Il n'y a pas que les douches chaudes qui réchauffent le corps ❞
[youtube]h5HX9YFIAt4?version=1&hl=fr_FR[/flash]
J
e reste sur mes positions, je ne bougerais pas d’un pouce de là ou je me trouve. Après tout, c’est ma douche non ? Je sais bien que je vais me faire balayer de là en un rien de temps avec sa carrure, mais ça ne m’empêche pas de tenter tant que c’est possible. Donc je profite du peu d’eau chaude qui m’est donné d’avoir à ce moment précis. Mais rapidement, je sens son épaule qui me pousse sur le côté sans aucun mal. Je le regarde en haussant un sourcil, vraiment, c’est donc à ça qu’il veut jouer ? Je reviens à la charge plus déterminée que jamais, je tente de passer devant, de le tirer en arrière, ou même de le pousser sur le côté, mais rien à faire, c’est à peine s’il bouge d’un pouce. J’avoue de ne pas y aller avec toute la force dont je dispose, puisque c’est un moment assez marrant, mais quand même, j’admets qu’il est plutôt fort et si je devais le croiser dans d’autre circonstance, j’aurais beaucoup de mal à la mettre à terre. Mais, nous n’en sommes pas là en ce moment.

Je sens ses mains qui se posent sur mes hanches au bout d’un certain temps à tenter de reprendre ma place. Je n’oppose aucune résistance quant à son envie de coller contre la paroi tiède de la douche. Je l’observe plutôt en souriant, c’est vrai que comme ça, ces matches nuls, personne n’aura d’eau chaude et on restera avec des parties pleines de mousse pour un temps indéterminé. Enfin, c’est ce que je me suis dit jusqu’au moment où j’ai vu son visage se pencher vers moi. Finalement, il y a peut-être quelque chose de plus intéressant que se battre pour de l’eau. Premier baiser et j’ai les mains qui étaient resté jusqu’à présent ballant le long du corps qui monte doucement allant sur ses bras. Deux baisers et elles glissent tout le long remontant sur ses épaules pour finalement aller s’enrouler autour de son cou quand il ne lâche finalement plus mes lèvres. Les yeux fermés, je profite de cet échange en mis perdant le temps que ça dure, ayant déjà l’envie d’une chose qui est bien loin d’être aussi sage. Je respire lentement le temps d’écouter ses quelques mots murmurés en souriant. C’est qu’au fond, j’espère bien qu’il soit du genre à les trouver les ennuis, en particulier ceux-là du moins. Surtout quand celui-ci est plus que présent dans une certaine région plus basse que je sens contre moi.

Je finis par dénouer mes bras autour de son cou, le laissant libre de tout mouvement, et me mord la lèvre inférieure en le sentant descendre lentement sur moi. D’une lenteur qu’il glisse de ma gorge à ma poitrine, je me fais violence pour ne pas bouger d’un cil. Les yeux toujours clos, une main vient se poser sur le sommet de son crâne et ou mes doigts se faufiler entre ses cheveux. Je ne peux m’empêcher de les tenir fermement quand sa langue s’amuse avec le bout de mon téton. Cela a de quoi réveiller toutes les sensations qui étaient éteintes depuis que nous sommes montées à l’étage. J’en sens déjà l’intérieure de mon corps qui se réchauffe au fur et à mesure que ses dents s’amusent avec celui-ci. Coincé entre mes dents, un soupir de plaisir fini tout de même par trouver un moyen de m’échapper et se faire entendre. Bon sang, rien qu’avec ça, j’ai déjà envie qu’il me prenne toute suite, au diable les préliminaires ! Mais deux doigts finissent par se frayer un chemin dans ma bouche et je m’amuse à les suçoter, langue tournant autour comme si c’était un corner de glace à la vanille, je me retiens, néanmoins, d’y mettre les dents, mais je préférais nettement mieux que cela soit quelque chose de plus gros et plus appétissant. Mais soit, je m’en contente, pour le moment.

Mon premier sein ayant largement bien durcir grâce à ses soins, passant ensuite à l’autre, je mordille légèrement ses doigts quand il recommence l’opération. Torture. Agréable, certes, mais torture quand même. Je me sens prise au piège entre ses lèvres, sa langue et ses dents. Ma respiration, c’est accélérais et je commence à avoir du mal à rester aussi sagement en place. Dandinant légèrement des hanches, l’envie et là, mais nous n’y sommes pas encore à cet endroit, cela en serait presque perturbant, presque. Donc, de ma main valide, je retire ses doigts qui s’amusent toujours dans ma bouche, et de l’autre logé dans ses cheveux, elle tire dessus – non violemment – pour l’obliger à relever la tête et lâcher ce qu’il détient entre ses lèvres. Approchant par la suite mon visage du sien, je lui offre un baiser un tantinet sauvage qui a de quoi être, on ne peut plus, clair sur ce que je veux maintenant. Je le veux lui, de toutes les façons possibles. Et histoire de s’assurer que le message soit bien passé, sans quitter ses lèvres, je retire ma main de ses cheveux et la glisser lentement tout le long de son corps. Allant vers son sexe, le prenant entre mes doigts, je le caresse sans plus attendre une seconde de plus et c’est bien loin d’être d’une manière la plus douce qui soit, mais pas de manière brutale non plus, juste ce qu’il faut. Histoire de lui rendre ce qu’il vient de me faire.

Je me décroche de ses lèvres et le regarde avec un petit sourire taquin en coin, avant de finalement murmurer :

▬ Je croyais que tu devais me faire payer quelque chose ? Tu es un beau parleur chaton. Pour le moment, c’est plutôt l’inverse, tu ne crois pas...


Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Ven 11 Oct - 0:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 EmptyLun 10 Aoû - 18:21

Café épouse café: Mariage très arrosé
Il ne s'agit encore que de mes doigts, pourtant j'apprécie le ballet effectué par sa langue à mesure que mes caresses l'excitent, sentant son plaisir grandir par le biais de sa bouche, de sa main perdue dans mes cheveux, de ses hanches qui ne tiennent pas en place et dont j'aimerais m'emparer au plus vite. Je me retiens malgré tout de faire dans la précipitation, déterminé à m'occuper d'elle pour entretenir son désir jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus le contenir.

Tout à coup, je sens son emprise autour de mes cheveux se raffermir puis me tirer vers le haut, et je quitte son sein dans un soupir presque frustré avant qu'elle ne m'offre ses lèvres en échange. Le temps d'un baiser pour exprimer toutes ses attentes, plus fiévreuses les unes que les autres, sans avoir besoin de dire un seul mot. Elle me le fait d'ailleurs bien savoir au moment de déplacer progressivement sa main jusqu'à mon entrejambe et de me masturber avec intensité. Quelque peu pris de court par le rythme soutenu, je gémis faiblement contre ses lèvres en la laissant faire, le temps de m'y ajuster et d'en profiter. En clair, jusqu'à ce qu'il lui prenne l'envie de rompre le baiser pour me narguer ensuite.

« Je croyais que tu devais me faire payer quelque chose ? Tu es un beau parleur chaton. Pour le moment, c’est plutôt l’inverse, tu ne crois pas... »

Un grognement animal roule dans le fond de ma gorge, alors que je m'empare du bras qui s'activait sur mon bas-ventre pour interrompre ses mouvements. Empoignant le second dans la foulée, je fais ensuite tourner la jeune femme sur elle-même, face à la paroi vitrée contre laquelle je la plaque franchement, épinglant ses deux poignets joints au dessus de sa tête à l'aide d'une seule main. Collé à son dos, mon corps enveloppant le sien dans la chaleur de la douche, j'écarte une mèche de feu en la passant derrière son oreille, avant d'y souffler un avertissement.

« Je ne suis pas ton chaton. »

Ni un beau parleur, car j'ai bel et bien l'intention de remettre les pendules à l'heure. D'un bras glissé entre la cloison et ses hanches, je fais reculer son bassin contre le mien, de façon à ce qu'elle se cambre et m'en offre un meilleur accès. Toutefois, et ce malgré mon incontestable envie, je ne rentre pas de suite. Au contraire, je prends le temps de frotter lentement mon érection entre ses cuisses, la faire aller et venir doucement, appréciant cette sensation humide au contact de son intimité. Pour accompagner le rythme de mes reins, ma main vient glisser le long de son ventre, en quête de son clitoris que je caresse tantôt de la paume, tantôt du bout des doigts, augmentant la cadence au fur et à mesure. Et à hauteur de mes lèvres, c'est à coups de baisers particulièrement voraces que je malmène ses épaules et sa nuque, tatouant sa délicieuse peau sous mes morsures; allant même jusqu'à volontairement laisser quelques marques bleutées dans le creux de son cou à force de l'attaquer avec gourmandise. Il se pourrait que mon envie de lui faire mal se trahisse un peu plus à chaque fois que mes crocs viennent se planter dans sa chair. Sans chercher à la blesser, bien entendu. Juste assez pour l'entendre et la sentir se trémousser contre moi pour en redemander.

Je ne rentrerai pas avant qu'elle ne me réclame de vive voix.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Zone Spéciale-