Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le Deal du moment : -46%
OPPO Reno 4 Z – 5G 128 Go – 8 Go de RAM
Voir le deal
203 €

Partagez
 

 C'est Noël, alors pourquoi ne pas se monter aimable pour une fois ? Pv. Athéna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 465
Date d'inscription : 05/09/2015


C'est Noël, alors pourquoi ne pas se monter aimable pour une fois ? Pv. Athéna  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: C'est Noël, alors pourquoi ne pas se monter aimable pour une fois ? Pv. Athéna    C'est Noël, alors pourquoi ne pas se monter aimable pour une fois ? Pv. Athéna  - Page 2 EmptyLun 28 Déc - 21:16

Pendant que le jeune homme continuait ses avances, la demoiselle s'attaqua au reste des boutons de la chemise blanche de l'inspecteur. Un par un ils tombaient au passage des mains habiles de la femme qui finit par lui enlever entièrement le vêtement. Elle passait ses mains sur le torse maintenant nu de l'allemand tout en continuant de déposer des baisers donc son cou. Petit à petit elle l'entraînait vers le seul lit de cette chambre, venant l'allonger, mais ce comportement si docile est pour le moins étrange quand on connaît  le fameux monstre.

Avant que la demoiselle n'entame d'autres procédures, l'homme qui était auparavant allonger retourna la demoiselle pour venir l'allonger et se mettre au dessus d'elle, à califourchon. Dissimulant ses intentions par des baisers dans le cou, le blondinet attrapa ses menottes pour venir doucement menottée la demoiselle au lit dans un léger ricanement. Il fallait bien sortir du lot avec des idées vu et revu sur le terrain.

Sûrement pensait-elle que ce monsieur si froid au premier abords avait des fantasmes un peu bizarre. Cependant, la vérité était tout autre, et cela se vit très rapidement. E continuant ses baisers, l'inspecteur montait doucement et sensuelle ment sa main vers la bouche de la demoiselle, comme pour dissimuler la suite. Puis, en une fraction de seconde, tout changeât en lui. Rapidement, la main si sensuelle venait d'être brusquement plaquer sur la joue de la demoiselle tandis que ses genoux venaient immobiliser ses bras.

Dans un ricanement sinistre, l'allemand releva la tête pour que la femme admire avec inquiétude un sourire qui ne présage ai rien de bon. Comme pour l'inviter  ne pas parler, gémir, hurler, il lui adressa d'une voix câline :

- Chuuuut... Tu ne voudrait pas précipité l'inévitable quand même ? Comprend tu la situation ? Il y a tant de chose qui pourrait te tuer ici... Ce coussin t'étouffant à la mort ou encore ma main venant serrer ton cou si fragile jusqu'à entendre le bruit distinct de ta nuque se briser...

C'est comme si l'homme du bar n'avait jamais exister, que cet homme était bourré ou totalement fou. Tout en prononçant ces paroles, il caressait du bout des doigts les coussins  ses côtés puis vint faire de même sur le cou de la jeune femme. Un sourire lugubre, une main venant se poser sur son cou si fragile... Si la jeune femme n'avait pas peur, c'est qu'elle  vraiment parée à toutes les atrocités de ce monde.

Puis calmement, Aston passa sa main anciennement positionner sur le cou de la jeune femme dans ses cheveux pour se recoiffer comme  son habitude. Son sourire avait disparu, il passa ensuite sa main dans sa poche arrière pour en sortir une carte de visite qu'il déposa dans le décolleté de la demoiselle en plus de l'argent qu'il lui devait pour les verres et ses services.

- Comprend-tu maintenant contre quoi je me bat en voulant interdire ces pratiques ? Si déjà j'arrive à  plus amplement sécurisé ces actes dans une telle ville ça sera déjà bien... Enfin bref, ne t'en fait pas, je ne suis pas un dangereux psychopathe adepte de la strangulation.

Il Se releva doucement pour finalement enlever sa main de la bouche de la demoiselle. Calmement, Aston ramassa sa chemise qui  à terre pour la remettre sur ses épaules et enfin il prit sa veste sur le bras avant de se retourner vers la jeune femme.

- Alors ? Cette sensation... Tu l'a ressentit ? La peur ?

Un silence s'installa entre les deux personnes avant de finalement ouvrir la porte en laçant un dernier regard  la femme aux yeux si spéciaux.

- Je voudrais que tu me raconte ton histoire un jour, passe me voir. Tu peut garder les menottes, ça te sera sûrement utile. Joyeux Noël.

Dans claquement de porte, le psychologue descendit rapidement les escaliers pour s'approcher du barman. Il déposa sur le comptoir la clé des menottes avant de se dirigé vers la sortie, histoire que quand il entendra les cris de la demoiselle il puisse la libéré. Poussant la porte du bar, l'inspecteur repris sa route sous la neige et le froid mordant qui couvrait peu à peu la ville.


Ordres donnés en darkorange !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

C'est Noël, alors pourquoi ne pas se monter aimable pour une fois ? Pv. Athéna  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: C'est Noël, alors pourquoi ne pas se monter aimable pour une fois ? Pv. Athéna    C'est Noël, alors pourquoi ne pas se monter aimable pour une fois ? Pv. Athéna  - Page 2 EmptyMar 29 Déc - 18:01


C'est Noël, alors pourquoi ne pas se monter aimable pour une fois ?


C'est Noël, alors pourquoi ne pas se monter aimable pour une fois ? Pv. Athéna  - Page 2 1447802328-1337100450-65734-vert


Allongée sur lui, je suis étonnée de voir qu'il reprend la main aussi facilement lorsqu'il s'assoit à califourchon sur moi ; je me laisse faire, après tout je suis ici pour satisfaire le client. Après plusieurs baisers dans le cou, je commence à sentir quelque chose au niveau de mes poignets et lorsque je tire dessus je remarque des menottes... Alors là, c'est bien la première fois que je tombe sur ce genre de clients ; comme quoi les apparences sont parfois trompeuses. Mais j'accepte.

Je commence seulement à m'inquiéter lorsqu'il plaque sa main contre ma bouche, oubliant toutes les bonnes manières qui le caractérisaient et ce côté sensuel qui le rendait si mignon, l'inspecteur en vient à immobiliser mes bras de ses genoux. Là, je commence à avoir peur, surtout en attendant son ricanement sinistre ; je commence à me débattre dans tous les sens tout en essayant d'appeler à l'aide mais il est plus fort que moi... Maman, j'ai peur...

- Chuuuut... Tu ne voudrait pas précipité l'inévitable quand même ? Comprend tu la situation ? Il y a tant de chose qui pourrait te tuer ici... Ce coussin t'étouffant à la mort ou encore ma main venant serrer ton cou si fragile jusqu'à entendre le bruit distinct de ta nuque se briser...

Là encore, je me débats de plus belle en imaginant ma vie se terminer ici dans cette chambre de luxe... Bon je nais riche et meurs pauvre dans une chambre de luxe mais si je pouvais rester encore en vie encore un ou deux siècle ça m'arrangerais ! Lorsque je sens ses doigts se poser sur mon cou, je me secoue dans tous les sens pour au moins tenter de retirer sa main de ma bouche ; juste pour appeler à l'aide... Fermant finalement les yeux pour ne pas voir ce qui va se passer après, je ressens à mon grand étonnement quelque chose dans mon décolleté... Lorsque de je ré-ouvre les yeux, je vois une carte ainsi que de l'argent.

- Comprend-tu maintenant contre quoi je me bat en voulant interdire ces pratiques ? Si déjà j'arrive à  plus amplement sécurisé ces actes dans une telle ville ça sera déjà bien... Enfin bref, ne t'en fait pas, je ne suis pas un dangereux psychopathe adepte de la strangulation.


Je n'ose pas bouger... Ne sachant toujours pas si je suis tirée d'affaire ou si finalement il continue de jouer avec moi. Il se lève et replace sa chemise sur ses épaules mais je suis incapable de parler ; toujours sous le choc de ce qu'il vient de se passer. J'en ai presque les larmes aux yeux et j'attend toujours à ce que quelqu'un daigne m'aider.

- Alors ? Cette sensation... Tu l'a ressentit ? La peur ?


C'était donc de ça qu'il me parlait ? Je ne sais pas trop quoi répondre, étant prise de court et surtout je dois encore me remettre du choc que je viens d'endurer... Mon cœur galope dans ma poitrine et j'ai la sensation qu'il va en sortir à chaque battement. Je vois la porte s'ouvrir et je commence à m'exciter dans le lit pour retirer ces fameuses menottes ; il ne va quand même pas me laisser ici ?!

- Je voudrais que tu me raconte ton histoire un jour, passe me voir. Tu peut garder les menottes, ça te sera sûrement utile. Joyeux Noël.


- Non mais... Vous n'allez pas me laisser ici... Attendez... !!


Le claquement de porte m'indique qu'il n'en a carrément rien à cirer de moi et que je peux toujours aller voir ailleurs pour me faire libérer d'ici. Je continue de tirer sur les menottes mais ça ne sert à rien, je suis toujours attachée ; m'affalant du mieux que possible pour trouver une position à peu près confortable, j'attend qu'une de mes gentille collègue entre dans la chambre pour me libérer. En espérant bien sûr qu'il ait laissé les clés à quelqu'un, sinon je suis bonne pour dormir ici. Tu parles d'un joyeux Noël.
Revenir en haut Aller en bas
 
C'est Noël, alors pourquoi ne pas se monter aimable pour une fois ? Pv. Athéna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2015-