Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le Deal du moment :
Code promo Cdiscount : 7€ dès 50€ et ...
Voir le deal

Partagez
 

 L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman]   L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman] - Page 3 EmptyJeu 12 Mai - 13:05


Home sweet home
So trust me, trust me, Darling dear. I'm so sincere, there's no need to tear. Trust me, trust me,
Darling, do...
Just like I trust you.


• L'amour fait d'une maison •
• un chez-soi •


Personne ici, encore moins la mariée, ne voudrait ternir la beauté de cette robe avec plus de sang que nécessaire. C'est en blanc que l'on jure amour et fidélité à son époux, le blanc de la pureté, non le rouge causé par son indiscipline. Il faut qu'elle soit intacte, la mieux conservée possible, parce que tu tiens à ce que sa beauté soit préservée tandis que tu la videras. As-tu seulement pensé au nettoyage qu'il y aura à faire dans la pièce, une fois ton œuvre achevée ? Non, il va de soit que tu ne penses qu'à ce ventre qui attend ton intervention pour assumer pleinement ces fonctions laissées jusque-là en suspend. La pointe de ta lame n'est plus qu'à quelques précieux centimètres de la dentelle délicatement cousue de son corset, et même la chaleur de sa main quittant la tienne ne saurait te déconcentrer. En revanche, tu ne peux en dire autant du courant d'air glacé qui souffle soudainement en dépit du peu de fenêtres présentes. Mais sous ton regard perplexe vient de se former une structure de glace, belle et bien solide, avançant dangereusement dans ta direction. Tu n'as guère le temps d'analyser la menace sortie de nulle part que tu te retrouves déjà pris dans ses filets gelés, abasourdi par ce qu'il vient de se dérouler. Ton couteau, lâché sous la stupeur du moment, a glissé hors de ta portée sur le sol. La colombe quant à elles, aux ailes libérées, chancèle tant bien que mal vers la salle de bain pour s'y enfermer.

C'est elle, tu l'as vu faire, n'est-ce pas ? C'est elle qui t'a coincé dans cette espèce d'iceberg, au beau milieu de la pièce. Une Élémentis de glace et tu ne l'avais pas remarqué avant qu'elle ne s'en serve pour se rebeller. La garce avait osé faire des cachotteries à son cher et tendre ! Enragé par un tel acte de révolte, tes points frappent sur la barrière de glace qui te détient, martelant sans relâche la structure malgré le froid solide qui rougie le côté de tes mains. À force de la fragiliser avec tes coups, une partie du glacier cède enfin et te permet de t'extirper de là, avec une chair de poule qui te passe bien au-dessus de la tête. La démarche alourdie par la colère, tu t'en vas ramasser l'arme égarée dans un premier temps, avant de te poster devant la porte de la salle de bain. La poignée de celle-ci ne répondant pas, tu ranges le couteau à ta ceinture puis commences à battre la porte dans l'espoir de la faire bouger, accompagnant tes tentatives avec des menaces à l'encontre de celle qui s'y cachait.



❝ Tu as vraiment intérêt à me laisser rentrer, mon ange, sinon je vais
me fâcher. Est-ce que tu m'écoutes ? Je t'ordonne d'ouvrir cette porte ! OUVRE-MOI !! ❞

Les attaques, autant physiques que verbales, ne portent pas leurs fruits. Pourtant dépourvue de verrou, il ne peut s'agir encore que d'une manœuvre supplémentaire de la part de l'Élémentis cloîtrée. En t'agenouillant à hauteur de la serrure, tu constates en effet qu'une épaisseur de gel fait désormais office de renforcement de l'autre côté, ton œil bleu peinant à voir au travers de cette opacité. Le son de l'eau qui coule remonte également à tes oreilles, en plus des provocations éhontées que l'on profère à ton attention. Quelqu'un pour la retrouver ? Encore faut-il que qui que ce soit ait la vague idée de l'endroit où le petit oiseau est allé faire son nid. Quoi qu'il advienne, personne ne viendra te déposséder de ta Muse avant qu'elle n'ait eu le temps de servir. D'une main accrochée à la poignée, tu tentes de la forcer de haut en bas, bien que prise dans la glace, tout en appelant de nouveau la prisonnière volontaire :



❝ Pourquoi veux-tu m'abandonner... ? Ne me laisse pas tout seul,
Angel. J'en ai assez d'être seul. Si tu savais combien j'ai besoin
de toi dans ma vie... ❞

Elle ne bouge pas, toujours pas. Malgré la force que tu appliques sur le cylindre métallique, tu n'as gagné qu'un maigre centimètre de mouvement. C'est au moment d'appuyer dessus de tout ton poids qu'elle finit par se déloger complètement de la porte, et tu la jettes alors avec rage sur le sol en jurant. Il est hors de question qu'elle s'en sorte à si bon compte. Non... ce n'est pas une attitude digne d'une mariée aimante et docile que de tenter de congeler l'homme de sa vie, avant d'aller s'enfermer dans la salle de bain comme une enfant capricieuse ! Usé de ce rempart dressé entre vous, voilà que tu entreprends finalement de prendre le recul qu'il faut pour aller défoncer l'accès restreint avec ton épaule. Tel un possédé, tu t'élances de toute ton imposante carrure contre la porte, à maintes reprises, tandis qu'elle cède progressivement au fil des coups infligés. Bientôt, un grand fracas ponctue l'ultime bourrade nécessaire à faire s'écrouler la défense de glace, et tu titubes ensuite sur le sol glissant une fois à l'intérieur.

À ta grande surprise, la salle d'eau s'était transformée en véritable petite chambre froide, à la température excessivement basse et aux surfaces couvertes d'une couche translucide. Tu te relèves donc en grognant de cette chute, pour apercevoir, à travers le nuage gris de ton souffle chaud, la jeune femme blonde recroquevillée dans un coin : sans prendre la peine de te remettre debout, tes genoux se chargent de te trainer jusqu'à elle, une main jetée en avant afin de l'attraper par l'un des pans de sa robe et l'empêcher ainsi de s'échapper une fois de plus. Dès l'instant où elle se retrouve sous ton emprise, tu la tires violemment en arrière en la faisant tomber sur le sol gelé avec toi, puis l'immobilise d'un bras ferme autour de son buste pour la retenir. Son dos collé contre ton torse, elle ne peut voir arriver le couteau de boucher que tu récupères à l'aide de ta main libre, mais elle peut néanmoins en sortir le fil de la lame lorsque celle-ci se presse contre sa joue de porcelaine.



❝ Vous êtes toutes les mêmes ! Rien que des putes ingrates et
bonnes à rien. J'essaye et j'essaye encore, mais vous me trahissez,
les unes après les autres ! Tu veux me quitter, hein ?! Alors
tu peux aller les rejoi... ❞

Les foudres qui s'abattent sur la colombe privée d'envol tombent soudain dans le silence absolu, à l'exception de la porte de chez toi dont les bruits semblent indiquer que l'on en manipule la serrure. Très hostile à l'idée que l'on vienne te retirer Angel, tu fais aussitôt reculer son corps avec le tien pour aller t'asseoir contre le mur froid de la salle de bain, le couteau tendu en direction de la porte défoncée, avec ton autre main qui bâillonne les lèvres de la jeune femme.

Revenir en haut Aller en bas
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 465
Date d'inscription : 05/09/2015


L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman]   L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman] - Page 3 EmptyJeu 23 Juin - 15:21


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Intervention d'urgence


Son rythme cardiaque augmentait à chaque pas, cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas eut d’enquête aussi excitante après tout. Le jeune inspecteur lâcha un léger sourire de satisfaction qui le fit passer pour bien étrange aux yeux des agents présent avec lui. Malgré cela, il ne perdit pas le réel objectif de cette mission : sauver Angel tout en essayant de de garder le contrôle sur le psychopathe dénommé Eddie dont il avait la charge. C’est alors qu’arriver au hall de l’hôtel de ville, devant tout les agents qu’il avait pût réunir, Aston prit la parole pour organiser la procédure à suivre.

- Bien, vous êtes assez nombreux. Formez des groupes d’investigation de trois à cinq personnes et étendez les recherches aux quartiers résidentiels et commerciaux de la ville. Récoltez les témoignages qui pourrait nous être utile, je veux un rapport sur mon bureau le plus tôt possible de chaque groupe. Rendez-vous à en fin de journée en salle de conférence pour un débriefing, si un groupe trouve la disparue, prévenez les autres. Nous allons montrer  cette ville que nous ne somme pas de bon à rien. Rompez !

Ils étaient assez nombreux pour enquêter dans deux trois quartiers à la fois, la plupart des personnes qui composaient la quinzaine d’agents réquisitionner étaient soit des novices qui voulait faire leur preuve, soit quelques agents d’expériences qui avaient une confiance aveugle en l’inspecteur Hammerman. Tout naturellement les groupes se formèrent autour de ceux-ci et rapidement le hall se vida pour enquêter en ville. A l’abri des regards, l’inspecteur quant à lui se dirigeait vers la morgue, là où tout aller se passer. Bien sûr, il inventerais une fausse piste comme il l’avait fait pour Kira, car toute cette mascarade n’avait pour seul et unique but de gagner la confiance de Bad Wolf pour l’éloigner de l’action.

« À nous deux maintenant... Eddie. Celle-là tu va gentiment la laisser partir pour la simple et bonne raison que c’est mon qui m’occupe d’elle. »

Une fois arriver dans la morgue, Aston constatât qu’il n’y avait personne et pourtant, normalement il devrait le trouver en train de faire son boulot. Aston balaya la salle du regard, cherchant un indice sur un endroit hypothétique de cachette, mais rien. Alors tout naturellement l’inspecteur dirigeant son regard vers la porte qui menait à l’habitation de son ami.

- Et si nous lui rendions une petite visite ?

Au moment où le jeune homme voulu attraper la poignée, un bruit de porte qui venait de se faire enfoncer se fit entendre, avec quelques paroles qu’il ne pouvait comprendre  cause de la porte.

« Si je tente d’ouvrir la porte et qu’elle est fermer je perdrais un temps précieux... »

Rapidement, Aston sortit de quoi crocheter la serrure, chose qu’il savait faire depuis tout petit. Et oui, on arrête pas un enfant en soif d’enquête, alors imaginer qu’il ne reculait devant rien étant petit, même à faire dans l’illégale si jeune. Pendant son crochetage, tout bruit cessèrent immédiatement, comme il pouvait s’y attendre. Au bout de quelques seconde, la porte finit par s’ouvrir laissant le champ libre à l’inspecteur pour pénétrer la petite demeure.

- Eddie, je sais que tu est là et je sais aussi ce que tu cache.

Ces paroles  étrangement réconfortante, du genre qui se veut réconfortante mais qui ne disait rien qui vaille. Lentement, Aston avança dans les étroits couloirs de la demeure et plus il avançait, plus il faisait étrangement froid. C’est en tombant sur cette scène qu’il commença à doucement positionner sa main près de sa ceinture où se trouvait ses fléchettes. En effet, en face de lui il y avait une salle où porte était grande ouverte, mais le plus surprenant  la glace qui gelait le début du sol du couloir.

« Mais qu’es-ce qu’il se passe ici... ? »

- Eddie ? Toi et moi, nous somme amis, alors je te demande ce qu’il s’est passer ici. Et surtout...  

Avant de finir sa phrase, Aston se positionna juste sur le coter de la porte de ce qui semblait être anciennement la salle de bain. Puis il fit passer un bout de sa tête par delà son abri de fortune pour le regarder de son regard le plus froid.

- Ne lui fait aucun mal, pas à Angel.

Le ton employer était clairement froid et cela annonçait bien la couleur. S’il s’obstinait, le psychologue devra sévir.



(c) Agora




Ordres donnés en darkorange !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Aston S. Hammerman le Mer 29 Juin - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman]   L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman] - Page 3 EmptyMer 29 Juin - 18:25


Home sweet home
So trust me, trust me, Darling dear. I'm so sincere, there's no need to tear. Trust me, trust me,
Darling, do...
Just like I trust you.


• L'amour fait d'une maison •
• un chez-soi •


Peu de gens se permettent de descendre te chercher à la morgue, à moins que ce ne soit l'envie de tes potentiels visiteurs qui fasse principalement défaut en général ; mais il est évident qu'aucun d'entre eux n'irait jusqu'à jouer avec la serrure de la porte de ton domicile. De ce côté-là, tu bénéficiais d'ordinaire d'une tranquillité de rêve, pour le nombre réduit d'individus qui souhaitaient réellement une entrevue, hormis cette dévergondée d'Harley... et Aston. Se pourrait-il qu'il ait pris la décision de voir ce que tu fabriques en bas, depuis le temps que tu désertes ses consultations ? Pourtant, une visite de courtoisie s'amorçait rarement en crochetant la serrure, sans même se donner la peine de s'annoncer au préalable. Non, il ne peut pas être au courant pour ton ange... n'est-ce pas ? Il n'avait aucune raison, en l'espace de seulement trois jours, de s'inquiéter outre mesure de ce qu'elle était devenue.

La voix du psychologue ne laissa malheureusement aucun doute possible. Il sait, tu ignores comment, mais il sait. Quoi qu'il puisse se passer, il sait toujours tout, tu aurais dû t'y habituer depuis le temps : il est là, quelque part, dans un coin de ta tête. Main serrée autour du manche de ton couteau, comme tes doigts sur la bouche de la jeune femme blonde que tu gardes tout contre toi, tu attends le moment où sa silhouette apparaîtra dans l'encadrement de la porte défoncée. Ton souffle opaque se précipite tout en tendant l'oreille pour écouter les pas du nouveau venu, sachant pertinemment que tu auras grand mal à obtenir son approbation sur ce que tu entreprends. Ses explications demandées, voilà finalement qu'il pointe le bout de son nez à l'entrée de la salle de bain, reconvertie en chambre froide, pour te demander de ne rien infliger à ta petite protégée indisciplinée. Tu te cognes alors l'arrière du crâne contre le mur dans ton dos, la mâchoire serrée par la colère :



❝ C'est elle... elle ne fait aucun effort !! ❞

Après tout, tu n'es en rien responsable de l'état catastrophique dans lequel s'était retrouvé l'habitation. Tout se serait passé dans le meilleur des mondes si la colombe n'avait pas honteusement essayé de se dérober à la dernière minute, avec la plus grande fourberie possible, au point de mettre l'endroit sens dessus dessous. Tu estimes d'ailleurs ne pas avoir à fournir plus d'explications que cela, puisqu'il y avait suffisamment de gel autour de vous pour rejeter la faute sur sa seule utilisatrice. Cessant de pointer la lame vers la porte manquante, tu enlaces plutôt de ce second bras la dame de glace avec fermeté, comme pour t'assurer qu'il ne vienne à te la retirer des mains. Il te reste encore tant de choses à accomplir grâce à elle, tu ne peux tout simplement pas te résoudre à la laisser filer.



❝ Ne me l'enlève pas, Aston. Je peux encore en faire une épouse convenable, tu verras ! Nous t'inviterons à notre mariage et... ❞

Repliant les genoux, tu entreprends avec plus ou moins de facilité de te remettre debout, sans lâcher la poupée de chiffon qui te faisait office d'épouse, et surtout sans glisser une nouvelle fois sur cette petite patinoire improvisée. Une fois sur pieds, une première main quitte le bas de son visage afin de descendre sur sa gorge délicate, la seconde armée du couteau de boucher partie quant à elle au niveau de ce ventre qui n'attendait que ton bon vouloir pour façonner la vie, le revers de la lame glissant de manière répétée sur la surface en dentelle de sa robe de mariée, comme si tu en aiguisais le fil à l'aide du tissu décoloré. Lorsque tu te seras chargé de corriger ce mauvais comportement qu'elle venait d'adopter, tu pourras en venir ensuite à ce qui requiert toute ton habileté. Le menton posé sur la tête blonde, détenue au cou par le collier de tes doigts, tu t'attendris un instant :



❝ Nos enfants, nos enfants seront beaux et heureux. Combien en
veux-tu, ma colombe ? Oh, nous aurons tout le temps d'y réfléchir
le moment venu. ❞

Pourquoi se presser ! Quoi qu'il arrive, tu ne serais pas contre une famille nombreuse, en fonction de ce que le destin annoncera. Un enfant unique a si vite fait de se sentir seul et donc de s'ennuyer, qu'il te faudrait certainement anticiper cette éventualité au moment d'ouvrir la jeune mère. À cette pensée, tu ne peux t'empêcher de mordre ta lèvre inférieure qui commençait à trembloter, d'impatience ou bien à cause du froid qui règne ici, retenant ta respiration en sentant les battements de cœur pulser dans la gorge de ta promise. Plus tu la serres et plus ils cognent au creux de ta main, rapidement, passionnément. Sans même regarder ton interlocuteur, tu appelles à sa clémence pour te laisser enfin l'opportunité d'agir.



❝ Juste celle-là, Aston, s'il-te-plaît. Je ne la raterai pas... ❞

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman]   L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman] - Page 3 EmptyLun 4 Juil - 0:18

Angel ft Eddie et Aston L'amour
fait d'une maison un chez soi

Restant cloîtrée dans un coin de la salle de bain, la dame de glace écoutait, effrayée les essaies physiques et verbaux du colosse. Elle entendait les craquements inquiétants de la glace qui se brisaient petit à petit, démontrant ainsi la force du geôlier.  La jeune femme releva alors la tête vers ce qui était autrefois une porte et, le regard complètement terrifié, elle observait les fissures de faire de plus en plus épaisses. Elle ne pouvait plus rien faire. Elle s'était entièrement abandonnée à la peur et la montée d'adrénaline qu'elle avait eu auparavant ne pût se répéter une seconde fois. Elle ne pouvait plus utiliser son pouvoir correctement. Ses forces l'avaient abandonné pour de bon et elle se retrouvait plus vulnérable que jamais.

La porte céda enfin. Les yeux de la dame de glace s'embuèrent une fois de plus et elle poussa un petit cri effrayé. Le monstre parvint à passer le dernier obstacle qu'avait dressé la blonde, à savoir, la patinoire improvisée dans la salle de bain. Après un fracas assourdissant sur le sol dût à la chute du défiguré, il relève la tête et croisa ainsi le regard apeuré de la jeune femme. De son long bras musclé, il saisit la robe, comme pour être sûr qu'elle ne s'enfuira pas une fois de plus. Tirant la jeune femme d'un coup sec, elle se retrouve alors à plat ventre sur le sol gelé de la salle de bain, le poids du colosse se faisant ressentir sur ton dos. Comme un réflexe, tu rougis face à ce contact, qui en temps normal aurait pût être agréable, cependant, n'oublions pas qu'elle avait la grande lame d'un couteau glissant sur ses joues rosies.

Insultant injustement la jeune blonde, cette dernière comprit qu'il comptait en finir une bonne fois pour toute. Fermant les yeux le plus fort qu'elle le pût, elle attendait le moment fatidique. Elle n'arrivait plus à lutter. Elle avait usé sa dernière carte et était désormais dépourvue de forces. Il n'eut même pas la décence de finir sa phrase et pour cause ! Une porte s'ouvrit. Angel l'avait entendu, mais elle pensait plus que son imagination lui jouait des tours. Pourtant ce n'était pas une hallucination, loin de là puisque le monstre releva brusquement la jeune femme, venant la placer contre son torse en étant assis, lui plaquant sa grosse main contre les délicates lèvres de la blonde et pointant le couteau vers l'entrée de la salle de bain.

Regardant cette entrée vers l'horrible scène, la dame de glace pria intérieurement que cela fût des renforts pour la sortir de ce cauchemar. Entendant tout d'abord une voix masculine que la jeune femme ne connaissait que trop bien, elle ne fit pas directement le lien, étant loin de se douter que son sauveur était le blondinet qu'elle voyait quotidiennement à cause de ses problèmes psychologiques. Lorsque ce dernière se dévoila enfin, la blonde ne réagit pas, ce fût seulement lorsqu'il s'apprêtait à reprendre la parole qu'elle poussa un hoquet de surprise. Lorsqu'il somma le colosse de ne lui faire aucun mal, les gouttes salées roulèrent le long des joues pâles de la jeune femme, pour venir s'écraser contre la main du geôlier.

Une fois de plus, Eddie la remplissait de reproches, elle qui était si faible, si gentille, si vulnérable. Il partagea ensuite ses rêves d'avenir avec Angel et elle commença à s'agiter quelque peu. Elle avait envie de vomir tant cette façon de faire qu'il avait était répugnante. La dame de glace n'était pourtant pas du genre à penser des choses aussi crus des gens, cependant, elle frôlait actuellement la mort et après cet horrible labeur psychologique, le défiguré avait presque réussit à la briser entièrement.

Les nausées se firent encore plus présentes lorsqu'il enleva sa main de la bouche de la jeune femme et que, posant son menton contre le crâne blond de la dame de glace, il passait dangereusement le couteau contre son ventre. Elle paniquait. De plus en plus. Elle n'avait plus de force pour rétorquer et dans un mouvement d'urgence, elle poussa violemment le bras d'Eddie pour partir sur le côté et, à genoux, les mains contre la baignoire, elle commença le travail venant de ses tripes, venant même plus loin. Du plus profond de son être.

[Codage by Lae]

Revenir en haut Aller en bas
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 465
Date d'inscription : 05/09/2015


L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman]   L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman] - Page 3 EmptyLun 4 Juil - 16:02


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sang chaud et acier froid


C’était bien jolie de dire que c’est elle qui ne faisait aucun effort, mais cela n’expliquait pas toute cette glace. Aston savait très bien ce que voulait dire son patient par aucun effort, la demoiselle s’était débattue et cela était compréhensible. Lors de leur séance ensemble, Eddie se confiait souvent à ce propos, mais même après toutes ces séances, Aston ne pouvait cerner les raisons qui on mener à une telle vision de la reproduction humaine.

« Cette glace... Angel ?! Je crois bien qu’Eddie m’échappe, mais s’il arrive encore à m’écouter ça serait bien... Pour lui. »

Une supplique suivit l’explication quelque peu exhaustive, l’homme qui tenait encore fermement la jeune femme supplia l’inspecteur de laisser faire son œuvre, et alors qu’il lui racontait déjà ses projet d’avenir, le ton de sa voix changea... C’est comme s’il ne voyait plus qu’elle, comme si Aston n’était plus là, parlant d’enfant et s’adressant avec une galanterie inée à la femme qui avait tant violentée et torturée psychologiquement parlant.

« J’en connaît un qui n’a pas pris ses médicaments... »

- Juste celle-là, Aston, s’il-te-plaît.  Je ne la raterai pas...

Comprenant que trop bien ses paroles et voyant le couteau de boucher se diriger doucement vers le ventre de la potentielle victime, Aston ne pût s’empêcher de se laisser aller à la colère.

- EDDIE ! Ne m’oblige pas à utiliser la violence !

Au moment où l’inspecteur se munit de ses fléchettes, la jeune femme se dégageât de son emprise pour aller s’appuyer contre la baignoire, y vomissant un bon coup. C’était la diversion rêver ! Alors qu’une main se dirigeait déjà vers la pauvre demoiselle pour la piéger de nouveau dans une étreinte mortelle, Aston lança une fléchette en avertissement.
Sentant la situation dégénérer, l’allemand se précipita dans la salle en glissant sur le sol geler pour se positionner entre le bourreau et sa cible.

- Eddie... Calme toi, tu ne peut pas faire de cette femme ton épouse. Tu ne peut pas refaire les mêmes choses qu’aux autres. Cette femme, je te comprend, elle est différente... C’est pour cela que tu ne la touchera pas, car elle est sous ma protection !

Son regard était d’une part sérieux pour montrer à son adversaire qu’il  bien déterminer et d’une autre part, il dégageait comme de la compassion pour cet homme. Bien que cette dernière soit accentuée pour capter l’attention de l’homme qui lui faisait face.

- Toi et moi nous nous connaissons bien... Je sais ce que ce monde est brutal, tout comme je sais qu’on n’est pas toujours aider par la vie. Cependant ce n’est pas une raison d’être brutal ! Tu n’est pas comme lui, je le sais, tout comme Angel n’est pas cette personne qui mérite ta rancoeur. Je suis là pour te défendre, mais pour cela tu doit m’écouter, d’accord ?

On en apprenais toujours un peu plus des patients en consultants les dossiers des précèdent médecins en charge d’eux. Avant d’accepter le sociopathe en tant que patient, Aston s’était bien renseigner sur son cas, si bien que ces paroles n’avait que pour but de le confronter à son passé d’une manière détourner tout en lui apportant une solution. Le regard du psychologue quitta le regard de son patient pour venir se poser sur son arme.

- Pose ce couteau par terre et fait le glisser vers moi, doucement... S’il-te-plait...

La situation  pour le moins tendue. D’un côté il avait quitter son abris pour venir la sauver et de l’autre l’homme souffrant de troubles psychologiques était instable mentalement,  sûrement car son traitement n’avait pas été respecter. Qui sait s’il n’allait pas commencer par le blondinet avant d’en finir avec la jeune femme ?



(c) Agora




Ordres donnés en darkorange !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman]   L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman] - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'amour fait d'une maison un chez-soi [Angel Jenkys & Aston S. Hammerman]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2015-