Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
-41%
Le deal à ne pas rater :
Clairefontaine – Lot de 9 Cahiers 24×32 cm – 96 Pages Grands ...
14.82 € 24.96 €
Voir le deal

Partagez
 

 Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] Empty
MessageSujet: Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]   Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] EmptySam 2 Jan - 21:07

Pourparler ?

ft. Harley
"Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers."

Assise dans le fauteuil devant ta cheminée, tu lis un bouquin acheté quelques jours plus tôt et que tu dévores avec envie. En tout cas, jusqu'au moment où quelqu'un frappe à la porte de ton manoir à l'aide du heurtoir ; tu relèves la tête vers l'horloge du salon. Tu n'attends la visite de personne et ton Frère ne prendrait pas la peine de frapper avant d'entrer, c'est comme sa maison ici ; soupirant, tu te lèves donc pour aller ouvrir la porte. Tu ne peux retenir une mine dégoûtée en voyant la personne qui se trouve sur le palier... Un homme. Espérons qu'il ne va pas rester trop longtemps ici.

Il se présente. Larbin de Harley H. Jo, ton Joker il tend une lettre que tu prends du bout des doigts... Ce larbin l'a touchée avec ses doigts de pauvres et d'homme ; tu te dépêches d'ouvrir l'enveloppe pour découvrir qu'il s'agit d'un ordre de mission. Rendez-vous ce soir au port pour une mission d'espionnage, la lettre n'en dit pas plus et n'étend pas curieuse de nature tu lui rends la morceau de papier en gardant ton air dégoûté. Vu que tu n'as pas le choix.

- Dégagez, vous êtes en train de salir mon paillasson.


Et vu le prix que tu as mis dedans, tu aimerais éviter que des bottes couvertes de boues salissent cette petite merveille dégotée dans un somptueux magasin. Tu claques la porte du manoir et monte directement dans ta douche pour te préparer mais aussi pour nettoyer ces mains entrées en contact avec le larbin. Impossible de dire combien de temps tu es restée sous la douche, un assez long moment car la nuit est déjà tombée mais ton horloge t'apprend que tu as encore du temps devant toi pour te préparer... Ce n'est pas un rendez-vous galant mais il faut bien que tu sois belle en toutes circonstances.

Maquillée et bien habillée d'une jolie tenue confortable qui te laissera libre de tes mouvements. Tu ne prends pas ton arbalète qui est réservée pour les missions avec Undy mais penses à t'armer de tes aiguilles ; tu prends le temps d'invoquer deux grenouilles... Une que chaque épaule. Cette fois, ce sont Haribo et Manzana qui vont être de la partie. Tu fermes la porte de ton manoir et avances jusqu'au port où tu es censée rejoindre ta supérieure... Bon avec quelques minutes de retard mais le principal c'est que tu sois venue non ?

Arrivant sur les lieux, tu évites de croiser les gardes car leur existence te répugne et tu fais donc un long détour pour éviter les nombreuses questions sur ta présence à cette heure-ci au port. Une longue marche entre les allées, tu finis par retrouver Harley cachée derrière de grandes caisses en bois... Pitié que cette mission se déroule rapidement, ça pu le poisson par ici et tu vas être obligée de vider une nouvelle fois le ballon d'eau chaude pour faire disparaître cette odeur. Arrivée à la hauteur de ta supérieure, tu fais une rapide courbette et te place à ses côtés.

- Quel est donc le but de cette mission ?

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] Empty
MessageSujet: Re: Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]   Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] EmptyMar 5 Jan - 17:45

「 Que cette journée reste à jamais celle où vous avez failli capturer des Domaes. 」

Abby & Harley
- Tic-tac, tic-tac, tic-tac.
Harley s'ennuie.
Assise sur une caisse, les jambes galamment croisées entre elles, le buste droit, un petit air frais chatouillant ses épaules, deux doigts s'amusant à trifouiller ses mèches de cheveux, elle attend. Elle observe par un petit espace entre deux caisses ce qu'il se passe sur le port, mais surtout, elle attend. Sa collègue ne devrait plus tarder à arriver – en espérant que celle-ci ne traine pas trop en chemin – et un peu d'action allait enfin pouvoir commencer. La jeune femme aurait pu choisir n'importe qui d'autre pour faire cette mission, comme aussi le fait de ne pas y participer et refiler ça à un pauvre petit larbin. Mais ce ne serait pas aussi drôle et encore moins fait proprement. Quoi qu'il y ait peu de choses qu'elle sache faire proprement.

La belle blonde mâchant tranquillement un chewingt-gum, bien tapi dans l'ombre sur son trône improvisé, voyait des hommes monter et descendre d'un bateau, les bras chargés de caisses en tous genre. Ce n'était pas tant ce qu'il y avait à l'intérieur qui l'intéressait, mais les raisons d'un tel trafiquent. Qu'est-ce que ces hommes avaient à y gagner d'échanger autant de choses contre des informations d'un traître ? C'est là ce qu'elle cherchait à découvrir en pleine nuit. Une fois les raisons et les preuves en sa possession, elle pourrait enfin s'en donner à cœur joie pour faire payer le traître qui habite ses rangs. C'était la partie la plus plaisante de la mission, comme toujours.

Harley entendait soudainement des pas venir dans sa direction, sans crainte même si sa batte reposer sagement sur ses jambes, prête à être utilisé, elle fixa la provenance du bruit. Une silhouette se dessina peu à peu, pour finalement laisser place à sa collègue qu'elle attendait tant. À ne pas exagérer non plus, ce n'est pas comme si elle l'attendait depuis une heure, au moins son petit sous-fifres aura été rapide pour lui délivré le message. Cela valait mieux pour lui d'ailleurs. Harley souri quand celle-ci approcha un peu plus de la faible zone de lumière qui les séparées. Toujours aussi élégante peu importe la situation. A comparaison, la blonde faisait un peu tâche avec ses vêtements bleus et rouges et ses petites couettes, mais bon ce n'est pas comme si cela avait une grande importance pour elle. Au moins, Harley était un peu plus vêtue que ce qu'elle portait il y a encore deux mois. Il fait froid, faut bien ce couvrir un petit peu.
- Tu en as mis du temps chérie, enfin, tu es là, on va pouvoir commencer. Il se trouve que nous avons un petit traitre dans nos rangs, pour ne pas changer en fait. Sauf que nous manquons de preuves pour le coincer. Mais il se trouve que d'après-certaine information que j'ai trouvé, monsieur à un rendez-vous ce soir, avec ses pirates que tu peux pouvoir là-bas, dit-elle en montrant la direction par le petit trou où elle les espionne depuis son arrivée. On observe ce qui se passe est dès qu'une ouverture ce fait, on l'attrape. Je suppose que tu resteras en arrière veiller sur mon popotin pendant que j'irais me salir les mains ? Faudra vraiment que tu soignes cette phobie des mâles cocottes. Aller en piste.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] Empty
MessageSujet: Re: Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]   Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] EmptyMar 5 Jan - 21:20

Pourparler ?

ft. Harley
"Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers."

- Tu en as mis du temps chérie, enfin, tu es là, on va pouvoir commencer. Il se trouve que nous avons un petit traitre dans nos rangs, pour ne pas changer en fait. Sauf que nous manquons de preuves pour le coincer. Mais il se trouve que d'après-certaine information que j'ai trouvé, monsieur à un rendez-vous ce soir, avec ses pirates que tu peux pouvoir là-bas...

Tu écoutes avec attention les explications de ta supérieure... Un traître parmi les rangs, c'est donc la raison pour laquelle le Joker de la Famille t'a dérangée de ta journée pourtant si tranquille. Tu regardes en la direction qu'elle te montre et ne peux retenir l'air dégoûté naissant sur ton visage ; typiquement le genre d'hommes que tu ne peux supporter. Grands et musclés, ce sont ceux qui te mettent le plus mal à l'aise et qui te rappellent les traitements que ton père te faisait subir. Ne pouvait-elle pas trouver quelqu'un d'autre ?

Haribo avance sur ton épaule pour regarder aussi par le petit trou, plus curieuse que les autres, cette petite grenouille a tendance à vouloir foncer dans le tas quitte à se mettre en danger. Manzana, elle, est plus calme et attend la suite des explications ; toi aussi d'ailleurs tu les attends avec une légère boule au ventre. Un traître parmi les Domae... Que va-t-il lui arriver ? Et si ils viennent à apprendre ce qu'il se passe avec ton Frère, vont-ils te réserver le même sort ? Toi aussi tu trahis ta Famille.

- ... On observe ce qui se passe est dès qu'une ouverture ce fait, on l'attrape. Je suppose que tu resteras en arrière veiller sur mon popotin pendant que j'irais me salir les mains ? Faudra vraiment que tu soignes cette phobie des mâles cocottes. Aller en piste.

Allez soigner cette phobie ? Et pourquoi donc ? Tu t'en sors très bien comme ça et tu es très heureuse de la sorte. Restées dans votre coin, vous observez le moindre faits et gestes de ces gars, le traître, tu l'as croisé quelque fois au QG mais son nom t'es inconnu... Depuis quand retiens-tu les noms des autres ? Tu en viens à penser à ton Frère... Si il avait été là, il aurait pu te donner la force de les vaincre, mais là. Tu es seule et sans défense. Tu dois rester à l'arrière pour ne pas te mettre en danger et être un poids pour ta coéquipière.

Ils se séparent. Voyant l'ouverture parfaite, tu laisses Harley aller de son côté tandis que tu commences à sortir tes aiguilles ; une première est lancée et va loger dans la jambe d'un des hommes. Tu te caches de nouveau en attendant que le poison fasse effet ; il s'écrase au sol et l'alerte est désormais lancée. Tu déplaces Manzana qui apparaît sur l'un des hommes afin de retenir l'attention de ces messieurs mais aussi pour lui procurer la sensation de brûlure intense que tes grenouilles savent si bien faire.

Tu t'apprêtes à lancer une autre aiguille pour couvrir ta supérieure mais le coassement de Haribo empêche l'arme de partir ; finalement lorsque tu comprends de quoi elle veut te prévenir, il est déjà trop tard. Un énorme coup derrière la tête te fait tomber au sol, dans le noir complet.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] Empty
MessageSujet: Re: Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]   Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] EmptyMer 6 Jan - 2:09

「 Que cette journée reste à jamais celle où vous avez failli capturer des Domaes. 」

Abby & Harley
Phobie des mâles, c'était peut-être un peu poussé comme terme, pourtant cela s'en rapproché grandement. Harley sait à quel point la vue d'homme et leur proximité la répugne. À force de faire des missions avec cette déesse au corps parfait, ce ne fut pas bien compliqué de comprendre en particulier qu'il fallait s'occuper d'eux. Et dire que pourtant, il y avait tellement à gagner à les aimer, c'était presque du gâchis, selon elle, mais d'un autre côté, cela lui offrait plus de choix dans le domaine, avec de la concurrence en moins. Mais trêve de bavardage, il fallait rester concentré pour le moment. Encore bien sagement assisse sur sa petite caisse, la blonde continuée à observer le déroulement de la situation de l'autre côté. Le traître, un grand brun aussi fin qu'un squelette et dont le nom faisait penser à un petit caniche, discuté paisiblement avec quelques pirates. Malheureusement trop loin pour bien comprendre leur conversation et bien trop peut éclairer pour lire sur leurs lèvres, il était difficile d'en cerner quoi que ce soit. Une petite séance d'interrogation allait être de mise en plus de la torture.

Quand ils se séparèrent enfin, Harley, muni de sa batte en métal descendit de son petit trône improviser pour se mettre en place. Elle passa derrière diverse caisse se rapprocher du traitre dont deux pirates qui l'accompagnée, un jeu d'enfant de se débarrasser des deux gêneurs puis d'emmener l'autre au loin. Un simple débutant pouvait faire cela. La jeune femme sortie de sa cachette, s'exposant enfin à tout le port ainsi que ses occupants. Son arme bien en main et à bonne distance avec la discrétion d'un éléphant à cause de son chewing-gum qu'elle mâchait comme une vache, mais aussi des mots qu'elle prononça « Maman à un gros crâne à exploser », elle frappa violemment l'arrière de la tête d'un grand rouquin qui s'écrasa au sol sous la douleur, tête la première en avant. Un sourire aux lèvres Harley fixa les deux autres restés bouche-bée pendant quelques secondes avant de se mettre à riposter. L'autre, un blond, se jeta sur elle à la seconde ou son épée fut sortie de son fourreau. Harley évita de justesse en plongeons sur le côté, roulant sur le sol puis retrouvant le sens de la gravité normal. Blasée d'avoir sali ses vêtements dans la neige par la même occasion.

Et alors qu'elle allait se venger et attraper le traitre, quelque chose se planta dans sa nuque brusquement, lui offrant une sensation de picotement. D'une main, elle frotta la zone est en retire une fléchette suspecte. Depuis quand les pirates utilisent ce genre de choses ? Ils sont fourbes certes, mais à ce point-là vraiment ? Une drôle de sensation commença alors à la parcourir lentement, ses jambes se sentaient lourdes, sa vision n'était plus très nette et sa main n'avait plus la force de tenir une arme correctement. Qu'est-ce que c'était ? Qu'est-ce qui se passait ? Elle regarda autour d'elle pour comprendre, mais à peine avait elle fait la moitié d'un demi-tour qu'un violent coup de poing au visage l'assomma.

Elle fut portée comme un sac à patates et transporter en compagnie d'Abby sur le bateau qui leva l'ancre et commença doucement à quitter le port…


Dernière édition par Harley H. Jo le Sam 9 Jan - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] Empty
MessageSujet: Re: Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]   Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] EmptyJeu 7 Jan - 13:36

Pourparler ?

ft. Harley
"Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers."

Évanouie, tu ne peux réagir lorsque le pirate te porte dans ses bras pour t'emmener dans son bateau, et c'est sûrement mieux comme ça... Savoir que ces sales pattes de mâles t'ont touchées te dégoûtera assez bien au réveil, ce n'est pas la peine en plus de le subir. C'est donc après un certain temps que tu ne peux déterminer que tes yeux finissent par s'ouvrir ; l'impression qu'un marteau cogne contre les parois de ton crâne est violente et aucun cachet d'aspirine ne pourrait calmer cette douleur.

Reprenant tes esprits peu à peu, tu observes ce qu'il se passe autour de toi. Harley est dans un coin de la pièce et tu comprends que vous avez été enfermées dans une cabane ou un lieu de ce style. Pourtant une cabane ne tangue pas et lorsque tu comprends enfin que vous êtes sur un bateau, tu commences à paniquer ; où ont-ils décidé de vous emmener ? A quoi allez vous leur service ? Êtes-vous les seules femmes à bord ? Et comment t'ont-ils amenés ici ? Tes mains ont été dépouillées de tes armes et tu commences à tourner la tête de tous les côtés pour retrouver tes petites grenouilles.

Catastrophe ! Haribo et Manzana ne sont pas avec toi et sont sûrement là-bas, sur le port ! Les pauvres petites doivent être perdues sans toi et l'inverse est également le cas. Savoir qu'elles se trouvent seules et abandonnées à leur triste sort te donne une boule au ventre, les pauvres petites... Pourvu qu'Undy les trouve et les recueille avec lui ! Mais tu en doutes fortement, qu'irait-il faire au port en pleine nuit ?

Avec difficulté, tu te remets sur pieds et marche jusqu'à ton Joker encore inconsciente... L'heure de dormir est terminée et il faut sortir rapidement d'ici pour rejoindre la terre ferme. Tu la tapotes légèrement avec tes deux doigts pour espérer la réveiller puis lorsqu'elle ouvre enfin les yeux, tu décides de faire part de tes inquiétudes à ta supérieure... Elle doit bien avoir une brillante idée, c'est pour ça qu'ils l'ont engagée non ?

- Harley ! Il faut rejoindre le rivage, Haribo et Manzana sont toutes seules et puis il est hors de question que de rester une minute de plus dans cet endroit qui sent le poisson.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] Empty
MessageSujet: Re: Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]   Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] EmptyJeu 14 Jan - 13:41

「 Que cette journée reste à jamais celle où vous avez failli capturer des Domaes. 」

Abby & Harley

Round round get around
I get around
Yeah
Get around round round I get around
I get around
Get around round round I get around
From town to town
Get around round round I get around
I'm a real cool head
Get around round round I get around
I'm makin' real good bread


Les petits canards chantent.
Les petits canards dansent.
Les petits canards sont roses.
Pourquoi rose ?
Parce que j’aime le rose !
Et puis pourquoi des canards ?
Je préfère des chiens !
Mais il n'y a que des canards et cette fille un peu folle qui chantonne avec eux à tue-tête. De quoi perdre celle-là ainsi que les oreilles par la même occasion. Ce prenant comme une grande chanteuse. C'est qu'elle s'y croit en plus. La foule est en délire ! Mais quelle foule ? Il n'y a que des canards. Des canards qui prennent bizarrement une voix familière. Des canards qui parlent comme Abby ?!


**

Elle bouge dans tous les sens, marmonne entre ses dents, puis, petit à petit, ses petits yeux s'ouvrent l'un après l'autre. C'est assez difficile au début de se souvenir de ce qu'il s'était passé. Ce ne sont que des bouts de puzzles éparpillés un partout et donc l'assemblage ne semble pas vouloir coopérer du premier coup. Trop demander forcément. Ses petits yeux bleus s'habitue doucement à la lumière faiblarde qui l'entoure. Puis les formes ce dessin enfin, d'abord celle d'une pièce qui ne lui est aucunement familière, puis deux dangereuses paires d'obus qui pourraient s'avérer être une arme de destruction massive. Surtout mal employé. Ceci pourrait être agréable au réveil, mais pour une fois, leurs vu semblent bien trop violents pour pouvoir être réellement appréciés comme il se doit. Au bout d'un temps qui semble interminable sa voix raisonne enfin, pour une simple plainte dans un premier temps.
- Argh… si tu pouvais commencer par ranger c’est truc-là. Je n’aimerais pas prendre un uppercut.
Harley aimé, « ces trucs-là », mais certainement pas quand sa tête tambourinée comme une fan-farde. Elle se redressa doucement et constat péniblement que ses mains étaient attachées, démunie de toutes armes par la même occasion et que l'odeur de poisson qui flotter dans l'air n'était pas agréable effectivement, à deux doigts de lui donner la nausée, à moins que ce ne soit à cause du bateau qui tangue ? Pourquoi tangue-t-il d'ailleurs ? La réponse été évidente, mais, celle-ci ne voulait pas y penser au contraire, elle préfère à la place poser une question qui la perturbe légèrement :
- C’est qui Haribo et Manzana ?
Est-ce parce qu'elle est blonde intérieurement et extérieurement que cette question paraît des plus stupides ou bien simplement à cause du coup pris à la tête ? Sûrement un peu des deux. La jeune femme secoua la tête, chassant ceci rapidement de son esprit et chercha plutôt un moyen de comprendre et de sortir de là. C'est pirate avait-il une raison de les garder en otages ? Mise à part les revendre à un marchand comme esclave ou les prendre comme boniche pour nettoyer le pont, il n'y avait pas de grandes utilités. Sauf peut-être servir de distraction durant les longues traversées en mer. L'envie de finir ainsi n'est pas vraiment au rendez-vous. La jeune femme souffrant encore un peu de la douleur reçu à la tête, se leva entièrement tant bien que mal et traversa le milieu de la pièce pour jeter un coup d'œil par le seul trou offert au plafond. Elle voyait quelques hommes faire des allées eet venu sur le pont, mais c'était impossible de savoir combien ils étaient en tout. Une dizaine, peut-être même une vingtaine. Voire plus si le bateau énorme.
- Il nous faut un plan. Je sais que je ne peux pas conter sur toi pour faire du charme alors, va falloir improviser autrement.
Harley fixée un moment ses mains attachées. De simples cordes auraient été bien trop facile pour se libérer, alors que des chaînes compliquées bien la tâche. Pendant un court instant, elle avait eu dans l'idée de mettre Abby nu pour les attirer et chercher de quoi se défendre. Avec ses formes généreuses, c'était dans la poche en un rien de temps ! Mais ceci pouvait tomber à l'eau avec son dégoût des hommes. La jeune femme regardée, une nouvelle fois autour d'elle, cherchant désespérément de quoi faire sauter la serrure des liens. Mais rien ne sembler suffisant pointue, solide et fin pour être utilisé. Sauf que quand ses deux yeux bleus se posèrent sur Abby, en particulier sa chevelure, un sourire dont il ne fallait pas se fier s'étira sur son visage. Si elle en avait la possibilité, celle-ci aurait pu fuir au loin, mais étant coincé, elle n'avait pas de chance. La belle blonde s'approcha rapidement de sa coéquipière, sans dire un mot et encore moins la moindre autorisation, elle lui hotta ses fines épingles, détruisant sans gêne sa jolie coiffure.
- Tu me remercieras quand on sera libre.
Si encore la liberté était à porter de main. La jeune femme s'apprêter à tenter de bidouiller la serrure quand la trappe au plafond s'ouvrit brusquement. Pris de cours, elle cacha rapidement le tout à l'intérieur de son pantalon. Une échelle et trois hommes entrèrent dans la pièce, dont l'un d'eux semblait ressembler à un capitaine. La voix de celui-ci résonna, surplombant le silence qui s'était incrusté jusqu'à présent.
- Eh bien, eh bien. Qu’avons-nous-là d’intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] Empty
MessageSujet: Re: Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]   Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] EmptyDim 17 Jan - 0:07

Pourparler ?

ft. Harley
"Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers."

Comme Madame se permet d'avoir le sommeil lourd, tu es obligée de la secouer plusieurs fois pour qu'elle daigne enfin ouvrir les yeux. Mais même lorsqu'elle les ouvre, Harley n'a pas la réaction que tu espères ; clignant plusieurs fois pour s'habituer au peu de lumière présente dans cette pièce, tu annonces qu'il faut à tout prix retourner sur la plage pour retrouver Haribo et Manzana ! Obligée de reculer pour éviter de donner le tournis à ta supérieure avec "ces trucs-là" comme elle dit si bien, tu la regardes s'habituer lentement à la pièce.

Tu voudrais bien la secouer dans tous les sens pour lui rappeler que des vies sont en danger sur la plage, que tes pauvres petites grenouilles sont seules et sans défense pendant que Miss Jo prend le temps d'observer ce qu'il se trouve dans cette pièce. Rien ! Strictement rien. Ta supérieure fait sûrement la même constatation que toi au niveau des armes absentes et des mains liées, vous êtes prisonnières dans une cale de bateau qui sent le poisson à plein nez et qui donne envie de rendre le déjeuner. Comment ces hommes font-ils pour rester toute la journée là-dedans ?

- C’est qui Haribo et Manzana ?


- Ah ! Mais mes grenouilles bien évidemment ! Elles sont restées sur la plage et ont besoin de moi au plus vite !

Dit sur un ton des plus dédaigneux, tu n'apprécies pas que l'on perde autant de temps pour de la parlotte et surtout pour des choses tellement évidentes ! En tout cas, tu n'as aucun doute sur sa couleur de cheveux intérieurement et extérieurement ; une blonde qui enfonce le clou des clichés. Harley décide de se lever pour faire le tour de votre prison improvisée tandis que tu tentes de calmer ce mal de tête atroce et aussi cette peur qui commence à monter... Tu les entends marcher juste au-dessus de toi, ils sont une dizaine... Une vingtaine si tu n'as pas le chance. Comment vas-tu t'en sortir ?

- Il nous faut un plan. Je sais que je ne peux pas conter sur toi pour faire du charme alors, va falloir improviser autrement.

Tu ne préfères pas répondre à cette provocation. Comme si tu allais servir de bout de viande pour ces ingrats, tu mérites bien mieux que ça quand même ! Puis sans comprendre, ta supérieure se rapproche de toi et place une main dans tes cheveux sans même demander ton autorisation... Déjà qu'elle a été défaite par ces malotrus, ce n'était pas le moment de rajouter un désastre de plus à ce chef d'oeuvre souillé ! Tu remarques finalement les épingles dans les mains et comprends où veut en venir Harley... Bon bon, si ça peut vous permettre de sortir d'ici, tu veux bien faire un petit effort.

- Tu me remercieras quand on sera libre.


- Si on sort d'ici.


La trappe du plafond s'ouvre, laissant descendre une échelle et trois hommes dont le capitaine, tu évites de les regarder pour ne pas être encore plus dégoûtée que tu ne l'es déjà... Diable, pourquoi as-tu accepté cette mission ? Parce qu'elle venait de ta supérieure ? Lui répondre que tu étais occupée aurait sûrement été une meilleure solution ! Réagissant à peine à ses quelques mots, tu jettes un regard à Harley en espérant qu'elle trouve une solution. Mais tu connais déjà sa réponse : Tu vas devoir occuper ces hommes. Si seulement tu pouvais récupérer tes aiguilles...

Fixant un des subordonnés, Licorne apparaît sur son épaule et émet un petit coassement pour attirer son attention ; tu laisses faire le reste... Elle a suffisamment de caractère et d'intelligence pour comprendre quoi faire. Même opération avec le second marin qui reçoit Loki sur son épaule droite ; peureux comme jamais, il sécrète aussitôt son poison qui fera effet dès qu'il le touchera. Ton but est de laisser assez de temps à Harley pour se défaire de ses liens et peut-être que l'aide de sa hyène ne sera pas de refus ; après tout, ce ne sont pas que deux simples grenouilles qui vont venir à bout d'hommes comme eux.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] Empty
MessageSujet: Re: Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]   Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] EmptyMer 20 Jan - 23:47

「 Que cette journée reste à jamais celle où vous avez failli capturer des Domaes. 」

Abby & Harley
Le capitaine été grand, imposant par sa carrure, mais aussi pas son style vestimentaire. Bien plus classe que ces propres larbins. Bizarrement cet imagine lui rappeler son propre poste au sein de son travail, à différence que les employés eux aussi étaient bien tenue et surtout ne sentait pas le poisson à des kilomètres à la ronde. En même temps, la comparaison entre la terre et la mer été bien large.

Quoi qu’il en soit il fallait agir et vite. Le capitaine avait peut-être pris le temps de placer quelques mots, il était forcément descendu pour une raison en particulier. Et ça, Harley ne souhaiter absolument pas savoir de quoi il s’agissait exactement. Quand les deux grenouilles d’Abby apparurent, la blonde ne perdit pas de temps profitant de la distraction offerte pour pouvoir réagir au simple mouvement du capitaine. Ni une ni deux, elle s’élança sur lui à toute vitesse, le bousculant avec toute sa force dans un coup d’épaule pour qu’il tombe à la renverse. Certainement pas la meilleure idée qui soit, mais au moins elle tentait quelque chose. La jeune femme tomba en avant avec lui, s’écrasant sur son corps. Il jura par tous les noms qui passé entre ses lèvres. Et crier à l’aide à tue-tête. Sans réellement réfléchir, un violent coup de tête percuta celui du capitaine. Moins il hurlait, moins cela alerter le reste de la troupe. Avoir une vingtaine de matelots aux trousses n’est pas ce qu’il y a de mieux. Surtout sans arme à porter de main. Sauf qu’espérer qu’il tombe dans les vapes avec un simple coup comme celui-ci est bien trop demander, ce à quoi il ne perdit pas de temps pour se débarrasser de son corps et la faire rouler sur le côté.

Harley, fini sa petite roulade contre le mur, face à celui-ci, elle en profita pour sortir la petite épingle caches dans son pantalon. Elle bidouilla rapidement la serrure, non sans mal et fini enfin par réussir à s’en défaire. Promis, elle pensera à investir dedans pour en cacher dans ses cheveux, histoires d’en avoir toujours à porter de main, cela s’avère, au final, bien utile. Enfin, ses mains libérées des chaînes, elle invoqua rapidement sa hyène et lui ordonna de s’attaquer aux deux autres matelots. Celle-ci se jeta rapidement sur l’un et lui griffa le torse, puis sur l’autre où sa jambe passa entre ses crocs. Elle partit ensuite se mettre devant Abby pour la protéger momentanément. Harley se redressa d’un bon et siffla un coup pour attirer l’attention du capitaine. Stupéfait mais surtout en colère de ne pas maîtriser la situation, il sortit son épée de son fourreau prit de l’élan et s’élança sur elle à toute vitesse. La jeune femme évita de justesse de perdre une oreille, mais répliqua directement en lui donnant un coup de pied entre les jambes. Fair-play ? Harley ? C’est mal la connaitre. Ce n’est même pas un mot qui peut se retrouver dans son vocabulaire. Elle profita de ce cours moment où l’homme été replié sur lui-même pour utiliser ses chaînes. Elle emprisonna une main à l’intérieur et s’empressa d’accrocher l’autre côté à un bout de métal planté dans les parois du bateau. Elle avait récupéré son arme au passage et le gifla un bon coup avec le manche. Juste pour le plaisir. Il était piégé et mis à part balancé ses bras et ses jambes dans tous les sens, il ne pouvait pas faire grand-chose.

Sans rien dire, elle s’approcha ensuite d’Abby pour défaire ses chaînes à son tour. Mais elle ne s’attarda pas auprès de celle-ci, retournant rapidement vers le capitaine, voulant profité de ce petit moment de calme pour lui tirer des informations sur ce qu’elle cherchait depuis le début.
- Avant de mourir répond à cette question ; qu’est-ce que Dino Rodriguez avait à y gagner à vous échanger des informations avec un sale petit rat de pirate comme toi ?
- Tu peux toujours courir salle garce pour que je te le dise !
Harley lui sourit de toutes ses dents. Le genre de sourire qui, si on ne la connaissait pas, on ne pouvait pas savoir à quel point celui-ci santait les emmerdes à plein nez. La traiter de garce et refuser d’obtempérer n’était certainement pas une bonne idée. L’épée dans une main et celle du capitaine dans l’autre, d’un coup sec, elle trancha deux doigts. Sans la moindre douceur et pourtant, elle n’avait pas perdu son sourire à une seule seconde. Il avait mal bien qu’il faisait de son mieux pour ne pas hurler à la mort. Cela ne faisait que jubiler la petite Harley de l’intérieur.  
- Je rétiaire ma question. Qu’est-ce qu’il avait à y gagner ?


Je te laisse enchaîner sur ce que tu veux, si tu sais ce qu'il avait à vendre au pirate ou non ^^
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] Empty
MessageSujet: Re: Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]   Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] EmptyJeu 21 Jan - 13:26

Pourparler ?

ft. Harley
"Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers."

Licorne et Loki ont peut-être leur petit caractère bien à eux et sont capables de rendre K.O un homme mais encore faut-il que leur poison entre en contact direct avec le sang. Tandis que ta supérieure s'occupe du capitaine, tu tentes de chopper une autre de tes pinces pour pouvoir jouer à ton tour avec la serrure ; beaucoup plus compliqué que tu ne l'imaginais, tu te manges une droite monumentale de la part d'un des matelots qui a pu arriver jusqu'à toi... Te faisant perdre ainsi le seul moyen de te libérer de ces liens.

Heureusement, Harley eut la bonne idée d'invoquer sa hyène afin de vous porter secours dans toute cet désordre ; mordant et griffant jambes et torses, ces entailles permettent à tes petites grenouilles de de s'approcher des cicatrices pour injecter du poison à l'intérieur. Dans une premier temps, le poison ne fait même pas effet. Mais, dès que quelques minutes se sont écoulées, les matelots se retrouvent paralysés ; tombant à la renverse comme des mouches ils ont quelques heures devant eux pour trouver un antidote avant de voir leur vie se terminer dans cette cale.

Tu relèves la tête en remarquant qu'Harley est devant toi, prête à s'interposer et te protéger contre le capitaine. Trop aimable. Vivant dangereusement, elle se permet de siffler une fois pour attirer l'attention de cet homme adorable qui n'hésite pas à sortir l'épée de son fourreau ; n'ayant aucune confiance en ta supérieure, tu te permets de te décaler pour éviter de prendre un coup d'épée. Un coup mal placé et voilà le capitaine hors d'était de nuire. Sacré Harley. Cette dernière retire enfin les chaînes qui emprisonnaient tes poignets et retourne aussi poser des questions à votre homme ; bien sûr comme tu t'y attends il n'est pas très coopératif.

Tu te remets sur pied pour récupérer tes petites grenouilles que tu poses sur chaque côté de tes épaules tandis que la patience de ta Joker a décidé de lui couper deux doigts pour le faire parler encore plus. La torture ne te fait pas autant sourire que lorsque tu es avec Undy... Là tu n'éprouves aucun plaisir et aucun dégoût non plus. Tout ce grabuge a dû inquiéter les matelots sur le pont, tu es d'ailleurs étonnée de ne pas les voir débarquer pour voir ce qu'il se passe ; avançant vers le capitaine, tu fouilles dans ses poches en mettant son débout de côté. Tes aiguilles dans sa poche, tu les récupères pour les placer au niveau de tes mains puis tu tournes les talons.

Aucune question à poser à ce capitaine, les informations qu'il peut vous refiler ne t'intéressent pas... Mais sortir vivant et retrouver tes pauvres bébés sur la plage t'intéresse d'avantage. Arrivée sur le pont, tu es accueillie par une dizaine de matelots tous aussi aimables les uns que les autres ; le premier qui s'approche un peu trop peur de ton espace vitale se reçoit une aiguilles dans sa jambe. Nerf touché, il a d'abord mal puis se retrouve rapidement sans l'usage de sa jambe... Tu attends et le vois tomber tête la première sur le plancher ; un poison plutôt rapide et efficace qu'Undy a réussit à fabriquer. Toujours là pour te sauver la mise celui-là.

Les autres attendent que quelque chose se passe. Un miracle peut-être ? Ils ont quand même un peu de jugeote sous ce crâne car aucun ne décide d'approcher, sûrement ont-ils comprit que ces aiguilles ne sont pas que de simples jouets. Bien, personne ne descendra dans la cale pour embêter sa supérieure qui doit prendre un malin plaisir à couper les doigts du capitaine ; tu aimes bien quand tout le monde t'écoutes au doigt et à l’œil.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] Empty
MessageSujet: Re: Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]   Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] EmptyJeu 21 Jan - 22:20

「 Que cette journée reste à jamais celle où vous avez failli capturer des Domaes. 」

Abby & Harley
Harley n’est pas le genre de femme à laisser des questions sans réponse. Elle les voulait et elle aller les avoir d’une manière ou d’une autre. Surtout que cela concerner le bien de la famille alors, elle ne pouvait pas le laisser s’en sortir impuni. C’est vrai qu’on ne dirait pas à première vue, madame est du style « je m’en foutisme » pourtant le bien des Domae reste quelque chose de primordiale pour elle. Et savoir qu’il y a un traitre parmi ses rangs ne lui plaît absolument pas. Si elle l’attrape se petit Dino, elle lui offrira la signification en personne du mot « enfer ». Si les réponses ne parviennent pas rapidement à ses oreilles, les deux aller le regretter amèrement. Ce petit règlement de comptes pouvait très bien se faire entre Harley et le capitaine, Abby n’avait pas besoin de rester dans les parages et puis les deux autres matelots étaient maintenant hors d’état de nuire pour un long, très long moment.

Une fois que celle-ci avait quitté la cave pour rejoindre le pont, elle reporta son attention sur lui. Il ne voulait pas répondre à sa question, très bien, il lui restait encore huit doigts et des bijoux de famille pour changer d’avis. Ce n’est pas comme si elle était attendue quelque part, elle avait tout son temps pour s’occuper de son cas. La petite blonde n’arrêter donc pas de poser encore et encore cette question, lui arrachant un doigt à chaque fois que la réponse ne lui convenait pas. Il était têtu comme une mule, quasiment autant qu’elle. Mais personne ne pouvait être aussi borné que la jeune femme quand elle tenait ou – non, c’est selon – à vouloir quelque chose. Néanmoins au bout d’une dizaine de minutes à batailler avec lui, elle finit par lui dire. « Tu sais, je ne suis pas très patiente, alors si tu ne veux pas fini avec une paire de couilles en moins, tu as intérêt de me répondre. Et vite. » C’était clair, net et précis. Pourtant, cela ne sembler, pas faire, activer les choses dans le sens qu’elle souhaiter, puisqu’à la seconde ou ses mots avait quitter sa bouche, le capitaine profita qu’elle soit penchée un peu trop près au-dessus de lui pour lui cracher au visage. Il y a des petites choses qu’il ne vaut mieux pas faire en sa présence, sous peine de mort. Là, en l’occurrence celui-ci venait de signer la sienne. Sourcil froncer, la jeune femme planta l’épée sans la moindre douceur dans sa gorge, traversant celle-ci d’un coup sec. Puis, elle ressortit de l'autre côté, en allant par la suite vers la droite pour lui arracher la tête. C’était du gâchis d’information qui venait de s’évaporer dans l’air. Mais au vu de peu de sa coopération, la perd n’était, au final, pas si grande que ça. Le sang avait giclé si fort sous la violence qu’une partie du haut de son corps se retrouvait tapie de sang. Dans un soupir agacé par son propre acte, elle récupéra la tête sans vie et dénué d’âme, puis décida de rejoindre le pont. Il était temps, de toute façon, il n’y avait plus grand-chose qui la retenait ici-bas. Il était temps de savoir si Abby maîtriser la situation malgré son dégoût des hommes, ou non.

Une fois sur le pont, la stupeur se lisait bien rapidement sur l’équipage. Munie de la tête du capitaine, il y avait de quoi faire un bon moyen de pression. Le message était clair, il n’y avait pas besoin de parler. Le premier qui tentait de faire quoi que ce soit se voyait finit dans le même état. Si ce n’est pire. Oui, il est possible de faire bien pire avec Harley. Celle-ci, s’installa confortable sur une caisse, les jambes croisées, la tête pendant d’un côté l’épée de l’autre. S’il y avait bien un moment ou il fallait profiter de la situation, c’était bien maintenant.
-  On va faire simple. On vous laisse la vie sauve si vous coopérez, sinon. Je vous laisse imaginer la souffrance que vous pourrez endurer. Premièrement, rendez-nous arme respective. Deuxièmement, livrer Dino.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] Empty
MessageSujet: Re: Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]   Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourparler ? Au diable les misérables têtes d'œuf qui ont inventé les pourparlers [PV Harley]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-