Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le Deal du moment : -40%
-40% Polo Lacoste – imprimé crocodile ...
Voir le deal
72 €

Partagez
 

 Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] Empty
MessageSujet: Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby]   Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] EmptyMar 5 Jan - 16:42

...

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir
You damn frog!
ft. Abbygaëlle


À force d’expérience, Vilmos concluait que les politiciens étaient les plus faciles à embobiner. Ils faillaient leur promettre gloire et argent et ils gobaient absolument toutes les salades que le Valet leur présentait.
Car avoir des connections à la Mairie ou au gouvernement se révélaient toujours pratiques. En particulier quand on veut camoufler ses activités criminels pour éviter la prison. La dernière fois qu’il avait été derrière les barreaux, Vilmos se souvenait qu’il en avait presque perdu l’usage de ses jambes. Chaque fois qu’il repensait à son séjour là-bas, il avait l’impression d’avoir mal aux mollets. Il était hors de question qu’il y retourne, encore moins depuis qu’il y avait Kira, son neveu et sa nièce.

Pour ça il fallait que les élus en qui il avait confiance reste au pouvoir, et qu’il fallait remplacer les pommes pourries par des neuves auxquels Vilmos était assuré de leur fidélité. En fait, ce n’était pas très compliqué mais il lui fallait de l’aide, car il avait un politicien en particulier en tête, qui était trop zélé de justice au gout de Vilmos. Le Valet n’avait rien contre l’idée de simplement les éliminer de la manière forte, seulement il voulait éviter d’attirer l’attention de la police.  Il fallait que le politicien se fasse couler. Par chance, il connaissait quelqu’un qui avait le contrôle d’un journal influent et Vilmos n’était pas pour se priver de cet avantage.

Les grenouilles enchaînées était un titre plutôt bizarre pour un journal, selon Vilmos. Il se demandait s’il n’y avait pas dans tout cela un sens caché ou une métaphore qu’il ne comprenait pas, alors qu’il entra dans les bureaux du journal. À la réceptionniste, il demanda si madame Midford pouvait le recevoir et il patienta un moment. Lorsqu’elle revenue, elle lui dit que la patronne l’attendait dans son bureau et indiqua l’endroit du doigt. Les mains dans les poches de son manteau d’hiver noir en laine, il observa les journalistes taper sur leur machines, une tache ronde de café sur leur bureau.

En ouvrant la porte, Vilmos aperçu Abbygaëlle près de son bureau. Il ne la connaissait pas vraiment, mais n’importe qui qui a une grenouille comme familier doit forcément être bizarre. Comment arrivait-elle à se battre avec ce tout petit truc gluant? Peu importe, il avait besoin d’elle et le Valet afficha un sourire de circonstance, mielleux et dégoulinant de courtoisie.

-Félicitations pour le journal de ce matin, vraiment très intéressant. Enfin, plus intéressant que d’habitude, ton journal est toujours absolument fascinant à lire, bien sûr. Mon horoscope disait : «Votre optimisme se fait sentir agréablement dans votre entourage. N'hésitez pas à la répandre autour de vous.»

Et voilà pourquoi il était ici. L’horoscope est souvent plus un tas de conneries qu’autre chose, mais ce matin, les astres étaient vraiment alignés avec Vilmos.


-Donc je n’ai pas hésité et j’ai décidé de venir te voir. J’ai peut-être une idée d’article pour ton journal.

Coucou

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] Empty
MessageSujet: Re: Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby]   Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] EmptyMar 5 Jan - 18:56

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir

ft. Vilmos
"Le but du journalisme n'est ni de déplaire ni de complaire. C'est de remuer la plume dans la plaie"

Comme à ton habitude, tu es dans ton bureau à lire le journal du matin où tu prends le temps de lire la page des horoscopes... Un ramassé de conneries qui pourtant attirent la plupart des gens qui en demandent tous les jours ; il suffit simplement de leur dire que tout va pour le mieux dans leur couple, que l'argent tombera du ciel et qu'il faut se remettre des fêtes. Et voilà un bon articule pondu... Mais tu ne vas pas te plaindre, tant que les habitants achètent ton journal, tu es heureuse.

Tu relèves la tête au moment où la secrétaire entre dans ton bureau en annonçant que quelqu'un souhaite te voir ; haussant un sourcil, tu demandes le nom de cette fameuse personne. Mais ayant des incompétents à ton service, celle-ci n'est pas capable de fournir un début d'identité... Une rapide description physique te donne cependant l'idée de la personne que tu vas recevoir d'ici peu de temps. Tu laisses ton employé partir pour voir revenir le Valet de ta Famille... Cachant ta peur et ton dégoût, tu restes assise tandis qu'il affiche un sourire mielleux. Il a quelque chose à te demander.

- Félicitations pour le journal de ce matin, vraiment très intéressant. Enfin, plus intéressant que d’habitude, ton journal est toujours absolument fascinant à lire, bien sûr. Mon horoscope disait : « Votre optimisme se fait sentir agréablement dans votre entourage. N'hésitez pas à la répandre autour de vous. »

- Tu pouvais aussi déposer ta remarque à ma secrétaire qui se serait fait un plaisir de me passer le mot plus tard.

Si tout le monde venait ainsi te déranger pour dire qu'ils ont apprécié la rubrique du matin, tu n'as pas terminé. Si ton bureau est la pièce la plus reculée de ton entreprise, ce n'est pas pour recevoir n'importe qui et surtout pour n'importe quoi... Ce n'est pas le bureau des plaintes ici.

- Donc je n’ai pas hésité et j’ai décidé de venir te voir. J’ai peut-être une idée d’article pour ton journal.


Là ça commence à devenir intéressant. De ce que tu sais de lui, il traîne dans des affaires louches qui lui rapportent beaucoup d'argent... Au fond, vous êtes pareil tous les deux, dommage que ce soit un homme ; il aurait pu être un très bon ami. Un geste de la main, tu l'incites à s'asseoir sur le fauteuil en face de toi ; c'est mieux pour parler affaire. Tu te lèves ensuite pour aller fermer la porte de ton bureau et en viens à sortir une bouteille de vin cachée dans un coin dont tu lui sers un verre... En faisant attention tout de même à ne pas le toucher.

- Te connaissant, c'est sûrement une grosse affaire. C'est pour quoi ? Ton casino ?

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] Empty
MessageSujet: Re: Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby]   Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] EmptyMer 6 Jan - 16:36

...

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir
You damn frog!
ft. Abbygaëlle


Entrant dans son bureau, Abby n’avait pas eu l’air heureuse de le voir, mais en lorsque Vilmos lui parla de l’idée d’article qu’il avait pour elle, l’attitude contrariée de la journaliste changea. Elle lui proposa de s’asseoir et il s’exécuta. Vilmos n’aimait pas beaucoup être de ce côté du bureau, plutôt habitué à être assis derrière celui et prendre les décisions. Ce changement de rôle ne lui plaisait pas mais il était d’abord chez Abbygaëlle. Et c’était elle qui choisirait si son idée était bonne ou pas finalement. Sauf qu’il ne partirait pas avant d’avoir été entendu.

La journaliste aux cheveux blancs se leva et évita qu’il y ait des oreilles indiscrètes en fermant la porte de son bureau. Vilmos sourit de plus belle en apercevant la bouteille de vin qu’Abby venait de trouver dans un coin. C’était super de savoir que quelqu’un aussi avait de l’alcool caché dans son bureau! Il se sentait moins seul.

- Te connaissant, c'est sûrement une grosse affaire. C'est pour quoi ? Ton casino ? dit-elle en lui servant un verre.

Apparemment, sa réputation le précédait. C’était un peu gênant de savoir que la personne qui vous parle connait ce que vous faites, mais que vous ne connaissez pas la moindre information sur cette personne. En tout cas, c’était un détail que Vilmos n’aimait pas, mais auquel il était impuissant. Il l’avait un peu cherché après tout. Mais il se promit s’essayer d’en savoir plus sur cette journaliste aux cheveux blancs.

-Oui et non. C’est une question de pouvoir et d’argent.

Deux petits mots qui créèrent des étoiles dans les yeux bleus du Valet. C’était deux choses dont-il ne pouvait se passer. Il en avait littéralement besoin pour vivre. Sans ça, il n’était pas grand-chose. Il but une gorgé du vin et continua.

-J’avais des «relations commerciales» dans un arrondissement de la ville qui était sous la supervision d’un politicien en lequel j’avais confiance, mais celui-ci risque de perde les élections au profit d’un homme qui… N’a pas les mêmes intérêts que moi.

Vilmos se doutait que la journaliste commençait à voir clair dans ce qu’il voulait. Il lui demandait plus un service qu’il lui apportait un scoop, mais il devait éviter de faire un bain de sang en tuant son adversaire politique. La défaite n’était pas possible non plus.


-Je risque de perdre pas mal de fric si jamais ce type gagne. Je parle à la première personne, mais j’inclus toute la Famille là-dedans. Alors je veux que tu m’aide à ce que sa réputation soit détruite.

Coucou

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] Empty
MessageSujet: Re: Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby]   Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] EmptyJeu 7 Jan - 13:17

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir

ft. Vilmos
"Le but du journalisme n'est ni de déplaire ni de complaire. C'est de remuer la plume dans la plaie"

- Te connaissant, c'est sûrement une grosse affaire. C'est pour quoi ? Ton casino ?

Tu connais assez bien le Valet pour savoir qu'il traîne dans des affaires qui pourraient lui rapporter beaucoup d'argent, que ce soit pour lui ou votre Famille. Flairant la grosse affaire, tu t'es permise de l'inviter à prendre place face à toi pendant que tu lui sers un verre de vin, l'un des meilleurs bien sûr... Lorsque l'on reçoit une personne aussi importante que lui, il faut savoir le mettre dans sa poche pour obtenir ensuite ce que l'on désir, même si c'est un homme ; Amanda n'a pas manqué de te le rappeler tout au long de ton adolescence. Sourire commercial aux lèvres, tu écoutes attentivement les dires de ton Valet.

- Oui et non. C’est une question de pouvoir et d’argent.

Ces deux petits mots te donnent des étoiles pleins les yeux... Il s'agit de la base de ton enrichissement, le quotidien de tes journées et ton avenir ; tu ne pourrais jamais vivre sans ces deux concepts. Prenant une première gorgée, tu ne l'interromps pour rien au monde et continues d'écouter la suite des événements.

- J’avais des «relations commerciales» dans un arrondissement de la ville qui était sous la supervision d’un politicien en lequel j’avais confiance, mais celui-ci risque de perde les élections au profit d’un homme qui… N’a pas les mêmes intérêts que moi.

Quelques ragots par-ci, des photos compromettantes par-là et le tour est joué. Rien de bien compliqué en sommes, il te demande simplement de faire ton travail en embellissant un nom et en en dégradant un autre ; la vie politique intéresse beaucoup de personnes, ils veulent en savoir plus sur les personnes pour qui ils vont voter. Il est bien sûr du devoir du journaliste de dénoncer au grand public des faits impardonnables, il est de ton devoir d'agir dans cette histoire.

- Je risque de perdre pas mal de fric si jamais ce type gagne. Je parle à la première personne, mais j’inclus toute la Famille là-dedans. Alors je veux que tu m’aide à ce que sa réputation soit détruite.

Cela va de soit. Perdre de l'argent n'est pas possible dans une ville comme Quederla et si cet homme arrive au pouvoir, il placera beaucoup de personnes dans une situation délicate. Buvant une autre gorgée de vin, tu poses le verre devant toi tout en réfléchissant, bien sûr que tu vas accepter... Mais écrire un article simplement par charité ne te ressemble pas, toi aussi tu tiens à être gagnante dans cette histoire.

- Je comprend ton problème Vilmos et je sais exactement quoi faire pour t'aider, d'ici quelques jours le journal du matin ne parlera que ce politicien qui utilise l'argent des citoyens pour son intérêt personnel. Cependant...

Les affaires vont enfin commencer... Toi aussi tu sais être redoutable quand il y a de l'argent à clé, interdiction de perdre le nord.

- Si je réussis mon coup, tu gagneras beaucoup d'argent... Que ce soit pour toi ou pour la Famille bien sûr. Tu vois, je ne suis qu'un simple pion parmi tant d'autre, et j'espère obtenir un petit... 75% de ce que tu gagneras avec cette affaire.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] Empty
MessageSujet: Re: Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby]   Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] EmptyVen 8 Jan - 16:06

...

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir
You damn frog!
ft. Abbygaëlle


Ça faisait plaisir de rencontrer quelqu’un qui aimait autant le fric que lui. C’était beaucoup plus facile de négocier  avec quelqu’un qui n’était pas vraiment à cheval sur les principes. Vilmos croisa les jambes, pratiquement certain que la journaliste accepterait de l’aider dans la destruction de la carrière d’un homme. Ce sont des choses qui arrivent quand on est un peu trop dans les pattes du Valet Domae.

- Je comprend ton problème Vilmos et je sais exactement quoi faire pour t'aider, d'ici quelques jours le journal du matin ne parlera que ce politicien qui utilise l'argent des citoyens pour son intérêt personnel. Cependant...

Vilmos contenu un soupir d’agacement. Bon ça y est, se dit-il, qu’est-ce qu’elle veut? Même pas un petit service gratuit pour le Valet de la famille? D’accord, il était prêt à lui donner quelque chose en échange… Après tout ce sera grâce à elle si finalement, le public change d’avis.

- Si je réussis mon coup, tu gagneras beaucoup d'argent... Que ce soit pour toi ou pour la Famille bien sûr. Tu vois, je ne suis qu'un simple pion parmi tant d'autre, et j'espère obtenir un petit... 75% de ce que tu gagneras avec cette affaire.

Vilmos regarda Abbygaël en haussant les sourcils, puis en comprenant qu’elle était parfaitement sérieuse, il se cala dans la chaise, choqué et légèrement insulté. Cette journaliste ne se prenait  pas pour un tas de merde décidément. Il était d’accord pour partager les revenus que lui procurerait son arrangement avec l’arrondissement, mais ce qu’elle demandait était vraiment trop.

-Soixante-quinze pourcent?...Y’avait un solde sur les lobotomies quand tu t’es fait refaire la poitrine ou quoi? Je ne sais pas si tu es au courant, mais le fric que je me fend le cul à gagner et d'abord pour la Famille. Tu veux que je fasse quoi qu'avec vingt-cinq pourcent? Désolé mais je refuse, c’est vraiment trop. 

Cela dit, il n’était pas contre l’idée de lui donner un certain pourcentage en retour. D’abord pour que ce soit équitable, mais aussi pour qu’Abbygaëlle reste discrète à propos de leur petit arrangement. Même au sein de la Famille, ça risquait peut-être de faire des flammèches. Il y a toujours des gens plus vertueux que d’autre.

-Je te donne quarante pourcent et je n’irais pas plus haut…

Coucou

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] Empty
MessageSujet: Re: Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby]   Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] EmptySam 9 Jan - 2:34

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir

ft. Vilmos
"Le but du journalisme n'est ni de déplaire ni de complaire. C'est de remuer la plume dans la plaie"

75%... C'est raisonnable non ? Si il n'avait pas été ton Valet, plus grand et plus fort que toi tu ne te serais pas gênée pour demander 85%. Après tout, il ne peut rien faire sans toi, sinon il ne serait pas là, assis dans ton bureau pour te demander de rédiger un article bidon sur un politicien qui n'a pas les mêmes idées que lui ; tu sais qu'il a besoin de toi alors tu profites simplement de la situation. C'est la dure loi des affaires, simplement.

Vilmos est d'abord surprit de ta proposition. Tu ne bouges pas d'un pouce afin de lui montrer que tu es très sérieuse, et lorsqu'il comprend enfin, son expression change. Choqué et légèrement insulté, il ne doit pas apprécier la manière dont tu traites cette affaire car tu en ressortiras plus gagnante que lui ; les chiffres parlent d'eux-même. Mais tu sais que si tu ne demandes pas un petit pourcentage, tu auras plus rendu service que fait affaire ; et il est hors de question que tu perdes un derlas.

- Soixante-quinze pourcent ?...Y’avait un solde sur les lobotomies quand tu t’es fait refaire la poitrine ou quoi ? Je ne sais pas si tu es au courant, mais le fric que je me fend le cul à gagner et d'abord pour la Famille. Tu veux que je fasse quoi qu'avec vingt-cinq pourcent ? Désolé mais je refuse, c’est vraiment trop.

- Alors va te trouver une autre journaliste.

Et vu que tu es la seule de la ville, du moins la plus importante, ça va être compliqué de trouver quelqu'un d'autre. Tes employés ne peuvent écrire d'articles sans que tu ne sois au courant des écrits alors il se retrouve bloqué ; cependant, tu n'es pas énervée. Non au fond, tu sais qu'il a besoin de toi pour réussir cette affaire au risque de voir des centaines de derlas partir en fumée... Alors que si tu interviens, une partie de son affaire est sauvée à coup sûr. Tu souris car d'ici quelques secondes il décidera de changer d'avis.

- Je te donne quarante pourcent et je n’irais pas plus haut…

- 60% et en prime je fais en sorte de détruire complètement sa carrière politique.

Une proposition intéressante n'est-ce pas ? Celle de gâcher sa carrière pour ne plus le revoir sur le devant de la scène et ainsi empêcher tout autre soucis à l'avenir. Mais apparemment ça ne lui convient pas vu qu'il baisse les prix à 50% ; moitié-moitié. Ni perdant, ni gagnant et c'est sûrement le mieux pour votre situation.

- J'accepte 50. Mais en plus de ça, je tiens à te savoir présent le jour où j'aurais besoin d'un service.


Qui sait. Peut-être qu'un jour les Domae apprendront ce que tu complotes avec ton frère, peut-être qu'ils décideront de vous éliminer ce jour-là... Tu ne sais pas de quoi est fait l'avenir alors tu préfères prendre toutes les précautions nécessaires ; et avoir l'un des hommes les plus influents de la ville de ton côté est rassurant. Voilà donc une carte Joker dont tu feras l'usage au bon moment.

- Bien. Maintenant que les conditions sont posées, j'aurais besoin d'avoir quelques informations sur lui. Son nom, son adresse, ses habitudes... Tout ce qui peut te sembler utile.

Tu ne peux pas te permettre de raconter trop de mensonges, si les petites gens apprennent que tes articles ne sont que des tissus de mensonges, plus personne ne voudra l'acheter et tu feras faillite. Tu te dois donc de prendre les devants afin d'éviter tout soucis à l'avenir.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] Empty
MessageSujet: Re: Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby]   Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] EmptySam 9 Jan - 19:52

...

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir
You damn frog!
ft. Abbygaëlle


Quarante pourcent, s’était raisonnable non? Enfin c’est ce que Vilmos croyait.

 - 60% et en prime je fais en sorte de détruire complètement sa carrière politique.

Le Valet secoua la tête après avoir pris une gorgée de vin.


-Ça, c’est ce dont j’attends de toi de toute façon, alors non.

Et il était certain qu’il ne faisait pas la fine bouche. Abby demandait encore trop d’argent et Vilmos commençait à se demander pourquoi il était venu ici. Tué l’homme en question aurait été pas mal moins chiant et un vrai gain de temps! Il devait lui donner crédit sur le fait qu’elle était une négociatrice hors pair. Elle n’était pas idiote, elle devait savoir qu’elle était la seule option de Vilmos pour faire en sorte de ruiné les chances de cet homme de gagner les élections. Alors il proposa une dernière offre.


-D’accord… Cinquante pourcent, c’est vraiment le plus haut que je peux me permettre.

Comme ça c’est équilibré au moins. Il ne pouvait pas lui reprocher d’aimer l’argent mais c’était quand même lui le trésorier, oh.

- J'accepte 50. Mais en plus de ça, je tiens à te savoir présent le jour où j'aurais besoin d'un service

Satisfait, Vilmos hocha la tête et croisa ses mains derrières sa tête en laissant le verre de vin sur le bureau. À moins que ce service ne soit de lui donner encore plus d’argent, le Valet n’avait rien contre. Surtout qu’elle l’aidait grandement pour le coup.

- Bien. Maintenant que les conditions sont posées, j'aurais besoin d'avoir quelques informations sur lui. Son nom, son adresse, ses habitudes... Tout ce qui peut te sembler utile.

Vilmos déballa tout ce qu’il savait sur ce type. Il avait fait ses recherches après tout, il n’avait pas des espions pour rien. À plusieurs reprises il avait eu l’opportunité de le tuer, mais Vilmos voulait éviter qu’on le lie à la mort du politicien. Il dit aussi à Abby qu’il avait tenté de corrompre le type, mais il n’avait rien voulu savoir.

-Il semblait blanc comme neige jusqu’à hier. Mais regarde ce qu’un de mes hommes a trouvé dans sa poche… Et c’est pas de la farine.

Vilmos fouilla dans son veston pour montrer un petit sac transparent qui contenait de la poudre blanche. Rien qu’en regardant le petit sachet de cocaïne, Vilmos eu une moue de dégout. Il ne savait pas qui faisait de la drogue dans la ville, mais ça le faisait grandement chier. Même si c’était très profitable et que d’habitude, Vilmos était pour de l’argent facile, le commerce de la drogue le répugnait. Ça pouvait être vieux jeu de sa part, mais il préférait le crime traditionnel. Si Ewan ou Haizea osait touché à sa un jour, il allait leur donner un bon coup de pied au cul et zigouillerait celui qui leur avait vendu, parole d’oncle.

-Comme s’il me fallait autre raison de plus pour le détester… Il faut que tu le prennes la main dans le sac, littéralement, ou que tu le fasse avouer, pour le faire descendre dans les sondages. Je ne sais pas comment tu t’y prendras, mais il n’y a que toi qui puisse réussir.

Coucou

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] Empty
MessageSujet: Re: Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby]   Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] EmptySam 9 Jan - 23:21

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir

ft. Vilmos
"Le but du journalisme n'est ni de déplaire ni de complaire. C'est de remuer la plume dans la plaie"

Tu écoutes attentivement ton Valet en prenant une nouvelle gorgée de vin, il en avait des occasions pour éliminer ce type mais ne les avait jamais saisit. Pourquoi ? Sûrement pour éviter d'être affilié à ce meurtre, et il avait même tenté de le corrompre ! Au moins, tu dois bien reconnaître qu'il a de la détermination, lorsqu'il veut quelque chose il est aussi têtu que toi. Etant désormais le dernier recours de cet homme, tu comprends la situation délicate dans laquelle il est.

- Il semblait blanc comme neige jusqu'à hier. Mais regarde ce qu’un de mes hommes a trouvé dans sa poche… Et c’est pas de la farine.

Prenant une nouvelle gorgée de vin, tu le regardes fouiller dans son veston pour en ressortir un sachet transparent laissant y voir une certaine poudre blanche. Contrairement à ton Valet qui fait une moue dégoûtée, tu regardes le sac sans aucune émotion ; ce n'est certainement pas le premier à le faire et encore moins le dernier. A l'époque, tu soupçonnais même ton père de recourir à ce genre de substances mais maintenant qu'il est six pieds sous terre tu ne peux lui poser la question.

- Comme s’il me fallait autre raison de plus pour le détester… Il faut que tu le prennes la main dans le sac, littéralement, ou que tu le fasse avouer, pour le faire descendre dans les sondages. Je ne sais pas comment tu t’y prendras, mais il n’y a que toi qui puisse réussir.

La prenait-il pour un policier ? Certes le boulot du journaliste est de mettre son nez un peu partout pour tomber sur des ragots intéressants mais de là à lui faire passer un interrogatoire ce n'était même pas envisageable. Tu veux bien tenter de lui poser des questions mais tout le monde connait la manière dont les journalistes sont traités... Vous êtes envoyés sur les roses et débrouillez-vous pour rédiger un autre article.

- Je vais voir ce que je peux faire et laisse moi le sachet.

Ce que tu vas en faire ne le regarde pas et si il en vient à penser que tu le gardes pour ton petit plaisir ne te fait ni chaud ni froid. Si tu sais où fouiller, tu peux retrouver le fournisseur et certains de tes employés ont déjà écrit des articles sur la drogue ; peut-être pourront-ils te renseigner sur les principaux dealers si jamais ce politicien décide de taire cette affaire. Ce qu'il fera forcément, il n'est pas assez bête pour avouer ses petits penchants illégaux.

Une fois ces échanges terminés et les informations notées sur un petit calepin, tu te lèves pour contourner ton bureau et ouvrir la porte, faisant comprendre ainsi à ton Valet qu'il est l'heure de sortir de la pièce. Du boulot t'attend et tu dois commencer à faire des recherches sur l'homme politique ainsi que trouver quelques larbins à mettre sur le coup pour t'aider, tu ne vas quand même pas chercher ces informations toute seule.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] Empty
MessageSujet: Re: Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby]   Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir [Ft. Abby]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-