Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
-20%
Le deal à ne pas rater :
Xiaomi Poco X3 Pro (256 Go) à 240€
240 € 299 €
Voir le deal

Partagez
 

 Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] Empty
MessageSujet: Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy]   Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] EmptyMer 6 Jan - 5:46

「Ceux et celles pour qui l'amour consiste uniquement à s'envoyer en l'air ont intérêt à ouvrir leur parachute pour freiner la descente. 」

Undy & Harley
Les trous du cul s'entassent. Ils errent et vous tombes dessus, gueulard, essayant de faire fuir un peu tout le monde. Certains espèrent voler la marchandise des plus faibles, croyant pouvoir dominer la plupart des personnes présentes parce qu'il y a des femmes. Grossière erreur. Elle. Harley. Cette femme blonde aux formes assez pulpeuses n'est pas du genre à se laisser faire aussi facilement. Il ne faut jamais se fier aux apparences. Quand l'un d'eux, un homme, grand, chauve et totalement bourré fait sa tentative de lui prendre son argent, la réaction ainsi que la sentence ne se fait pas attendre très longtemps. Sa tête se fait exploser avec une magnifique violence contre le comptoir du bar après avoir reçu un bon coup de batte. Cet homme aura essayé, mais il l'aura fait en vain. Qu'il repose en paix serait un peu grotesque. Cela a de quoi calmer les autres énergumènes, mais pas l'ambiance survoltée qui règne. Tant mieux d'ailleurs. Depuis une bonne heure, depuis son arrivée à ce bar, l'ambiance est déjantée. Après tout, c'est toujours comme ça, avec une Harley dans le coin, les choses ne peuvent jamais rester bien calmes. L'alcool coule à flot pour tout le monde. Madame s'amuse à danser sur le comptoir et drague à tout-va sous les applaudissements de ses messieurs en ruts et les regards remplient de jalousies de certaines demoiselles restée dans le fond de la pièce. C'est une soirée de fine semaine on ne peut plus normale en soit. Après l'effort, le réconfort. La belle blonde se sert une longue gorgée de Whisky directement à la bouteille posée derrière le comptoir. Que voulez-vous, c'est une habituée qui a de bonnes relations avec le patron quand celle-ci ne passe pas sous le bureau bien sûr, alors quelques permissions sont assez autorisées, tant qu'elle ne détruit pas tout bien évidemment. Elle se laisse glisser pour poser ses fesses sur le plan en bois. Discutant avec l'un de ses nombreux coups cœur de la soirée. Le genre de coup cœur qu'elle oubliera dans quelques heures. Voir plus s'il ne se débrouille pas mal dans son domaine favori.
- Tu reprends un verre poupée ?
- Mmh… nopeee ! Mais j’vais prendre autre chose de plus… Intéressant. Enfin, si tu paies bien sûr.
- Et pourquoi je devrais ?
- Parce que sinon tu ne pourras pas t’envoyer en l’air avec moi sweety !
C'est clair. Net. Et direct. Au moins, il n'y a pas besoin de se faire de faux espoirs sur le reste de la nuit, celui-ci est déjà tout tracé depuis des lustres. Le jeune homme, beau blond qui ressemble à ces hommes sortis d'un conte de fées lui sourit avant d'accepter l'idée. Forcément qu'il dit oui ! Elle l'aurait sûrement tué pour avoir osé dire non. Les refus, ce n'est pas toujours bon à entendre avec elle. La belle blonde, descend du comptoir, attendant que son petit prince d'un jour paye la note de ses nombreuses et diverses consommations. La somme est chargée, peut-être même un peu trop. Mais elle promet de le récompenser comme il se doit. Parole d'Harley ! Parole dont il faut souvent ce méfié. Celle-ci commence à sortir tranquillement. La fraîcheur de la nuit l'inonde immédiatement, offrant des frissons à ses épaules dénudées. Les douze coups de minuit, se font entendre au loin. L'heure ou la nuit pour les couche-tard commence enfin. Son petit cavalier sort à son tour du bar et ni une ni deux, il ne perd pas de temps pour s'occuper ses lèvres. Baiser échanger qui sont bien loin d'être du genre à reste chaste. Est-ce vraiment le genre de choses qui doit se finir là, dans la rue, en face d'un bar d'ivrogne qui n'attende que de se rincer l'œil depuis des heures ? C'est peut-être une dévergondée qui n'a peur que de peu de choses, un peu d'intimités n'est tout de même pas de refus. Quitte à faire cela dans une boutique par effraction. Pas question de le ramener chez elle. C'est le genre à être un peu trop pot de colle le lendemain. Qui reviendra sans cesse frapper à la porte pour des nouvelles, quitte à camper devant, tout ce qu'elle n'aime pas. Ce n'est qu'un moment d'une nuit qu'elle espère passait. Harley se met donc en route pour chercher un endroit tranquille.

Tranquille avec de préférence, un peu de chaleur, ce n'est pas comme si Madame souhaiter faire cela dans la neige. Quoi qu'à ce qu'il parait ce n'est pas mauvais, selon, certain. Elle pourrait très bien se mettre en route de vers sa boutique, mais c'est loin. Et la patience ne fait pas partie d'un trait de son caractère, cela se saurait dans le cas contraire. C'est finalement après quelques minutes à chercher l'endroit parfait, que le choix venait finalement d'être tombé. Des pompes funèbres. Ce n'était pas la sienne alors elle n'avait pas de scrupule à aller faire cela chez la concurrence. « Cela me rapprochera un peu plus de mon canard » pensa-t-elle. Entre la morgue et les pompes funèbres, il n'avait qu'un pas. Certes, cela lui serait bien plus intéressant avec son aimé, mais celui-ci n'étant pas au rendez-vous, il faudra se contenter du blondinet. Harley n'avait qu'a imaginé que c'était son petit chou à la crème qui passait la nuit avec elle. Comme dans ses rêves les plus fous. Cette sensation d'être plus proche de lui avec un lieu qui appartenait à la mort, n'était-ce pas romantique ? Cela se pouvait, si seulement, c'était réciproque. La boutique était bien sombre vue de l'extérieur. À une heure pareille, c'était certain que l'endroit été désert. Le jeune homme crocheta la serrure en quelques secondes. Et, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire Harley et lui recommencer ces échanges langoureux. La porte venait à peine de se refermer qu'ils ne perdirent pas de temps pour commencer à mettre le bazar à l'intérieur, se cognant dans tout ce qu'il pouvait être accroché ou bien sûr leurs passages…
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] Empty
MessageSujet: Re: Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy]   Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] EmptyDim 17 Jan - 1:09


550 de large
Ta boutique était sur la route alors on est entrés.
- Une pécheresse dans la boutique.-


Guhéhé. Une belle nuit d'hiver, comme je les aime. Vous savez, ces nuits froides durant lesquelles les gens restent en famille, à côté du feu, à se raconter de belles histoires. Quels imbéciles.
Dehors il neigeait et peu de monde passait dans les rues. Oui je le sais. Depuis ma boutique, je vois pas mal de choses.

La journée avait été plutôt bonne. Je m'étais occupé d'une nouvelle cliente et l'avais rendue sublime. C'était une femme assez riche qui m'avait permis d'exercer mon art. Une magnifique robe bleue marine, des dentelles, doigts, cou et oreilles ornés de saphir. Cette femme était une perle rare et j'avoue être bien content qu'on me l'ai confiée. J'ai terminé sa préparation ce matin et l'enterrement eut lieu dans l'après-midi.
Il y avait du monde. Peu pleuraient. Surement étaient-ils venus pour s'attirer la sympathie du veuf et toucher un héritage. Guhéhé. Les êtres humains sont tellement étranges. Ils n'ont pas su voir la beauté de la défunte.

Heureusement, Mona, Alfred et Del' savent eux. Ce que c'est que l'art. Ils comprennent ce que c'est que la mort (Guhéhé. Forcément ce sont des squelettes) et me soutiennent dans les préparations de mes clients.

Dans l'après-midi, alors que je revenais du cimetière, j'ai trouvé une femme devant la boutique. Elle venait me trouver pour l'enterrement de son mari. Nous avons convenu d'une date pour laquelle je devais lui trouver un cercueil.

Des cercueils, ce n'est surement pas ce qui manque chez moi guehe. Pour qui me prenez-vous hein ?
Mais je vois bien à votre tête que vous ne savez pas que ce c'est que d'être croque-mort.
Je veux que mes clients, que mes oeuvres soient installées pour le mieux. C'est pour cela que je teste moi-même les cercueils avant de les vendre. Guhehe. Ne vous en faites pas, ils sont très confortables.
La nuit tombait. Il se faisait tard et je décidai de m'installer à l'intérieur pour enfin aller dormir.

Seulement, figurez-vous qu'au beau milieu de la nuit, j'entendis des bruits étranges dans ma boutique.
Un bruit dans ma porte, puis des voix, des pas, des bruits de fracas puis .. Des bruits un peu plus étranges .. Guhehe. C'était un couple qui était entré je ne sais comment. Oui évidemment que c'était eux qui faisaient ces bruits ! Réfléchissez un instant ! Qui d'autre ? Mona ?

J'ouvris donc mon cercueil, sans bruit et tentai de les repérer par les bruits qu'ils faisaient. Quel culot n'est-ce pas ? Mais peu importe. Ils allaient le payer. Guhehe.
Il est vrai que c'était une situation assez cocasse mais je ne dis jamais non à un peu d'amusement. De jour, ou de nuit. Guhehe.
Hors de question que je laisse passer une telle occasion.
Je pris la pelle que j'avais ramené du cimetière dans la journée et m'approcha d'eux, discrètement, caché dans l'ombre de ma boutique. Guhehe.
J'arrivai à leur niveau alors qu'ils continuaient leurs ébats et s'enfonçaient un peu plus dans le péché .......


....
...
....


Guhehe. J'étais près d'eux et ils ne m'avaient même pas remarqué.


....
...
....


«- BIENVENUE DANS MA BOUTIQUE !!!!!!! »  



100x100

⨯ Undertaker C. Midford ⨯

100x100

Plus on est de fous ..

100x100

⨯ Harley H. Jo ⨯


© Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] Empty
MessageSujet: Re: Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy]   Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] EmptyJeu 21 Jan - 4:40

「Ceux et celles pour qui l'amour consiste uniquement à s'envoyer en l'air ont intérêt à ouvrir leur parachute pour freiner la descente. 」

Undy & Harley
Deux êtres sous l’effet de l’alcool. Dans une boutique où il n’y a pas d’âme qui vive, ni même le moindre chat, mettent sens dessus dessous celle-ci. Les bibelots, vêtements et autres objets se bousculent et finissent au sol. Seul le bruit de leurs ébats qui ne cesse de s’accroître se fait entendre. Entre les deux, c’est un peu comme un chat et un chien, chacun tente de reprendre le dessus sur l’autre, ce qui a pour résultat de détruire un peu plus cette précieuse boutique. Pauvre propriétaire qui allait avoir une drôle de surprise à son ouverture. Heureusement qu’à ce moment-là, la petite blonde ne sera plus dans les parages pour ce faire gronder comme une enfant. Pour l’heure, la jeune femme ne fait que profiter de ses échanges qui sont loin d’être de tout repos. Elle a des soupirs qui s’échappent et se cognent contre les murs de la pièce, se mélangeant a d’autre qui résonne encore et encore. Le jeune homme qui l’accompagne et qui l’emmène lentement, mais surement au septième ciel, n’est peut-être pas l’un des plus beau et croustillant choix de la soirée, il n’est pas moche non plus, mais à choisir, elle aurait certainement préféré un petit boutonneux à lunette. Mais, pour sa défense, il sait au moins placé correctement ses dix doigts et les utilisés bien comme il se doit. Imaginer où ils peuvent bien se trouver à cet instant précis… non, loupé ce n’est pas à cet endroit-là...

Harley s’approchait doucement d’un moment de plaisir intense. Vous savez cet instant où l’on perd le contrôle, ou le plaisir et si divin qu’il nous en fait perdre la tête. Le souffle est rapide, presque douloureux, le cœur bat à la chamade prête à exploser en mille morceaux. Tout ce qu’il peut bien nous entourer n’a plus aucune importance. Sauf une chose. LA chose. Il n’a peut-être pas le physique d’un mannequin ou bien même d’un dieu apollon. Mais il n’en pêche qu’il reste sacrément doué. Peut-être même un peu trop…

La petite blonde, s’apprêtait à hurler le nom du jeune homme qui devait ainsi clôturer ce premier round d’ébat fougueux. Parce que oui, à la vitesse où celui-ci venait de l’achever, elle ne compter pas rester sur une telle chose. La nuit et la boutique leur appartenaient, il y avait de quoi en profiter et en redemander pendant un bon et long moment. Malheureusement, à la seconde ou la première syllabe de son prénom effleura ses lèvres, c’est une voix qui n’appartenait absolument à son compagnon du soir qui se fit entendre. Surplombant tous ces petits gloussements qu’ils pouvaient s’échanger depuis un moment. Harley laissa alors échapper un cri de surprise à la place. Ni une ni deux son poing parti tout droit en avant. S’écrasant contre la silhouette postée derrière son « Roméo » du soir.
- TROUDUC ! hurla-t-elle.
Tant de délicatesse dans ses mots, il ne peut y avoir qu’Harley pour les prononcer. Son n’avait fait qu’un bon et il peinait à reprendre un petit rythme normal. Elle fusilla du regard l’ombre devant-elle. Avec la faible lueur de la boutique qui n’était éclairé que par les lanternes de dehors, c’était un peu difficile de voir de qui il s’agissait. Pourtant, sa voix laissée bien indiqué que c’était un homme à propre parlé. Le jeune homme qui avait était aussi effrayer qu’elle, ne perdis pas de temps pour arrêter toute action et se rhabiller en quatrième vitesse, reculant un peu plus loin de l’individu surpris. Courageux mais pas téméraire. Quoi que peu sûr qu’il le soit réellement. La petite blonde, bien qu’habiller de seulement son haut, chercha sa petite culotte perdue dans la bataille et demanda par la même occasion d’un ton brutal
- On ne t'a jamais appris à ne jamais faire peur aux femmes qui sont sur le point de jouir blanc-bec ?!
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] Empty
MessageSujet: Re: Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy]   Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] EmptyMar 2 Fév - 0:35


550 de large
Ta boutique était sur la route alors on est entrés.
- Une pécheresse dans la boutique.-


Puis alors que j'étais à leurs côtés et que je leur présentai le bonsoir, un violent coup, venant de nulle part traversa les enfers et m'atteint. Guhéhé. Une conduite digne d'une dame des plus raffinées, accompagnée du langage fleuri approprié.

«- TROUDUC ! »

Guhéhé. Qui utilisait encore ce mot aujourd'hui ? Je ne savais pas vraiment pourquoi mais je mis à rire .. Trouduc. C'est rigolo comme nom non ? Guhéhé. Ca a une sonorité marrante et c'est un premier contact assez particulier avouez-le.

«- On ne t'a jamais appris à ne jamais faire peur aux femmes qui sont sur le point de jouir blanc-bec ?! »  

Guhéhé. Un femme assez forte et assez sure d'elle visiblement. Elle se croyait en position de force alors qu'elle venait dans ma boutique, déranger ma tranquillité et celle de mes compagnons à une heure aussi tardive pour s'adonner à un plaisir que seuls les imbéciles prennent la peine de satisfaire de la sorte.

Je dois vous avouer que je la trouvais intéressante et la pauvre lumière qui nourrissait la pièce me permettait de distinguer ses traits fin. Sa silhouette .. Elle aurait été parfaite morte. Son visage et sa tenue étaient semblables à son âme. Décousus, sales et déchirés.
Imaginez, tout le travail que j'aurais à la rendre belle. Lui effacer toutes ces imperfections et la rendre naturelle et admirable. Elle ferait une magnifique oeuvre d'art et serait, assurément, une de mes pièces maitresses. Mais ... guhéhé. Comme vous le savez .. La faucheuse doit passer avant que je ne puisse effectuer mon art.

«- J'ai bien peur que vous ne vous soyez trompé d'endroit tous les deux. C'est dommage pour vous guhéhé. »

Les deux un minimum habillés c'était à mon tour de jouer guhéhé. Pelle en main je me mis à choisir ma première victime.
Et pointant un doigt à tour de rôle sur eux j'ai commencé ma petite chanson.
«-  Alors alors .. Qui de la folle nymphomane ou de notre grand séducteur succombera en premier ?
Amstramgrambourébourératatamamstragram ! La dévergondée ! Guhéhé.
Néanmoins.. Vu que tu je suis d'humeur généreuse ce soir, je te laisse une chance de voir ton petit copain mourir avant toi !
Raconte moi une blague et je lui règlerai son compte à lui avant le tien .. Si elle en vaut le coup bien sur.
 »




100x100

⨯ Undertaker C. Midford ⨯

100x100

Plus on est de fous ..

100x100

⨯ Harley H. Jo ⨯


© Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] Empty
MessageSujet: Re: Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy]   Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] EmptyVen 12 Fév - 5:22

「Ceux et celles pour qui l'amour consiste uniquement à s'envoyer en l'air ont intérêt à ouvrir leur parachute pour freiner la descente. 」

Undy & Harley
Ce qui est sûr, c’est qu’Harley n’a jamais appris à respecter les boutiques d’autrui. Mademoiselle se plaint, de ne pas pouvoir aller au bout de ses ébats peut catholique, mais celle-ci est très mal placée pour réellement ouvrir sa bouche au final. Elle n’est pas chez elle, mais se comporte comme si. Il faut être totalement fou pour rentrer dans un lieu fermer uniquement pour aboutir des pulsions sexuelles qui, au final, pouvaient très bien se faire n’importe où ailleurs. Mais voyez-vous ramener un pur inconnu chez soit n’est pas ses cordes. Enfin, disons plutôt que c’est selon la tête du client.

La petite dévergondée qu’elle est finie par mettre la main sur ce bat envoyée au loin qu’elle enfile rapidement suivit du reste. Un peu plus agréable de parler à quelqu’un qui n’est pas à moitié nu, non ? Les mots de ce qui pouvait sembler être le propriétaire des lieux, passe par une oreille et... pour une fois ne ressortent pas de l’autre. La pensé que cet homme est un fou parmi tant d’autres, revient pour la seconde fois dans sa tête. Il avait une façon de s’exprimer qui pouvait aisément le confirmer. Ce petit rire en fin de chaque phrase avait de quoi être aussi effrayant que… effrayant. Il n’y a pas vraiment d’autre mot qui passe par-là pour le qualifier autrement, ayant encore un peu de mal à se remettre de son euphorie passée. Il fut un temps où celui-ci aurait été un sujet d’étude des plus fascinant et une marionnette alléchante une fois bien retravailler comme il faut. Mais pour l’heure, la petite Harley s’en préoccupe guère de ce détail, cherchant à comprendre pourquoi il tenait tant à ce qu’on lui raconte une blague. Ce n’est pas tant le fait de savoir qu’il souhaite l’emmener dans l’au-delà qui la dérange, cela ne fera qu’une personne de plus sur la longue liste des êtres humains voulant la voir morte. Plus on est de fous, plus on rit.

Sans gêne malgré qu’il était armé d’une pelle, elle commença doucement à s’éloigner de lui, non pas par peur, mais par curiosité de mettre son nez partout dans ses affaires. Du bout de ses ongles fraichement manucurés, elle touché à tout. Rien n’était épargner. C’est comme une enfant dans un magasin de jouets, il faut mettre les doigts partout. Touché avec les yeux ? Ah non, désolée, elle ne connaît pas. De toute façon, ce n’est pas comme si quelqu’un l’attendait quelque part. Maintenant qu’il l’avait interrompu, il allait en payer les conséquences à la façon Harley. Il faut bien s’occuper avec autre chose. Ce n’est pas comme si ce chère gérant avait – en premier lieu – envie de les laisser partir. Elle soupire un coup et finis par répondre enfin puisque son compagnon demeurait muet comme une carpe. Mauviette.
- Mmh, les blague, ce n’est pas vraiment mon truc, tu vois. Et puis t’en raconter pour sauver sa peau… boarf, c’est qu’un coup du soir, je n’y suis pas attachée plus que ça. Tu peux le tuer si ça t’amuses.
- EH !
Pas si muet que ça finalement.
Il semblait vexé, pourtant, il aurait dû le voir venir à des kilomètres à la ronde. Mise à part ses miches et son canard – et encore –, Harley ne sauve la vie qu’à quelque privilégié. Il pouvait le tuer sous ses yeux qu’elle ne lèverait pas le petit pouce pour autant. Ce n’est qu’un plan parmi tant d’autres sans de réelle importance. Ça va, ça vient. Ça se change aussi vite qu’un rouleau papier cul. Pas bien compliqué de lui trouver un remplaçant. Le premier venu pouvait autant faire l’affaire. Les doigts de la petite blonde passent sur le comptoir qu’elle contourne, se prenant subitement au jeu durant une fraction de seconde à une inspectrice sanitaire, elle examine ses doigts et doit bien admettre que l’endroit ne laisse aucune place à la saleté. Voilà qui fait un concurrent de taille à sa propre boutique de pompe funèbre. Oui, excuser là pendant un temps, elle avait oublié qu’elle en possédé un également. Faut dire que son petit bébé est le cabaret, voyez-vous ? Elle s’approche ensuite du squelette implanter-là. Il avait quelque chose de marrant, peut-être qu’elle penserait à rajouter un dans ce style-là dans l’entrée de son appartement. Main sur les hanches, elle fit un petit tour sur elle-même pour faire de nouveau face au deux hommes présent en demandant gaiment :
- Pourquoi est-ce que ce serait à moi de raconter une blague, mmh ? En particulier pour sauver une vie qui, soyons honnête, m’intéresse simplement parce que la saucisse est à la hauteur de mes attentes. Qu’est-ce que j’y gagne moi là-dedans ? Rien. Alors je ne vois pas pourquoi je devrais te faire plaisir si ce n’est pas réciproque, mon lapin.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] Empty
MessageSujet: Re: Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy]   Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] EmptyDim 14 Fév - 1:51


550 de large
Ta boutique était sur la route alors on est entrés.
- Une pécheresse dans la boutique.-


Guhéhé. J'peux vous dire que j'ai attendu .. Pas de blague. Rien. Elle ouvrait la bouche et moi je croyais que c'était pour parler. Guhéhé mais non. Elle soupirait. Ni plus, ni moins. Je me disais qu'elle était en train de chercher une charade ou je ne sais quoi guhéhé. Mais ... non.. A un moment elle se décida à parler.

«- Mmh, les blague, ce n’est pas vraiment mon truc, tu vois. Et puis t’en raconter pour sauver sa peau… boarf, c’est qu’un coup du soir, je n’y suis pas attachée plus que ça. Tu peux le tuer si ça t’amuses.   »

«- EH !  »

Guhéhé. D'accord ce n'était pas une blague mais c'était plutôt drôle. Moins que drôle en fait, c'était intéressant. Elle avait réussi à piquer ma curiosité. Guhéhé. Elle se fichait donc totalement de la vie de son ami. Qui n'était pas son ami en fait. Mais lui n'était pas au courant. Guhéhé. Il devait se sentir seul, si seul. Entre une folle en bas et un fou à pelle.

«- Guhéhé. Intéressant. Je prends le cadeau avec plaisir. Alors .. Comment je tape ? Avec le plat de la pelle ? Ou avec la tranche ? Guhéhé .. A voir .. A moins que monsieur n'ait une blague à me raconter ?.. Je prendrai moins mon temps pour vous faire entrer dans une boiboite guhéhé.   »

Je n'avais pas envie de le tuer maintenant. Le garder pour plus tard éventuellement pour jouer avec mon poison et pour laisser un peu d'animation à Framboise, Mozzarella et à Churros. Enfin c'est bien normal !! Je pris fermement ma pelle en main. J'allais taper avec le plat sur l'épaule droite, donner un coup dans les côtes et l'assommer et le garder pour plus tard guhéhé.
Mais .. Mon invitée occupa toute mon attention. La fille commença à se balader dans ma boutique et à faire comme chez elle. Bah allez ! Pas de soucis c'est open bar ici. Elle se plaça derrière le comptoir et s'approcha du squelette. J'avais peur pendant un instant qu'elle ne s'en prenne à lui et alors là, croyez-moi bien que je lui aurai bien pelleté la face. Mais non. Elle regarda Alfred et rien de plus .. J'avais même eu l'espoir qu'elle lui parle peut-être. Il aurait bien aimé Alfred. Il ne juge pas sur les apparences Alfred et il est toujours à l'écoute. Mais bon. Peut-être qu'elle non plus ne comprend pas ça.

«- Pourquoi est-ce que ce serait à moi de raconter une blague, mmh ? En particulier pour sauver une vie qui, soyons honnête, m’intéresse simplement parce que la saucisse est à la hauteur de mes attentes. Qu’est-ce que j’y gagne moi là-dedans ? Rien. Alors je ne vois pas pourquoi je devrais te faire plaisir si ce n’est pas réciproque, mon lapin.    »

«- Mon lapin ? Guhéhé. C'est drôle ça.  »

Devant les aveux de la chaudière, l'homme commença à protester. Objection rejetée. Ce qui devait arriver arriva et il ... s'endormit-sans-trop-avoir-le-choix-à-coup-de-pelle-derrière-le-crâne.

«- Laisse nous parler entre grandes personnes. Guhéhé. Et bien .. Si tu ne me racontes pas de blague .. Il meurt. Guhéhé. Et .. pas de saucisse pour ce soir. Je suppose que tu n'as pas envie de t'en passer .. Si ? Tu y gagnerais la vie .. Et si ça ne te suffit pas. Guhéhé .. Dis moi ce que tu voudrais en échange alors.  »



100x100

⨯ Undertaker C. Midford ⨯

100x100

Plus on est de fous ..

100x100

⨯ Harley H. Jo ⨯


© Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] Empty
MessageSujet: Re: Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy]   Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] EmptyMer 17 Fév - 19:17

「Ceux et celles pour qui l'amour consiste uniquement à s'envoyer en l'air ont intérêt à ouvrir leur parachute pour freiner la descente. 」

Undy & Harley
Voyez-vous, Harley ce n’est pas le genre de personne à offrir quelque chose si elle n’a rien en retour. À quoi bon être gentil si la récompense finale ne va que dans un seul sens ? C’est drôle, plaisant et tout ce que vous voulez pour lui, mais pas pour cette petite dévergondée ici présente. Le simple fait qu’elle fasse des cadeaux – hormis son petit canard en sucre bien sûr – est un exploit. Et ce petit homme est, pour le moment, très loin de déloger à cette règle. Du moins, tant qu’il n’aura pas quelque chose d’intéressant à lui offrir en retour.

La petite blonde observant les deux hommes patiemment, ne bronche pas plus que ça quand son petit plan du soir proteste à toutes ces allusions faites. C’est peut-être un bon coup, il n’en reste pas moins casse pied à se plaindre sans cesse. Pire qu’un gosse qui demande de l’affection. Le genre qu’on a envie d’enfermer à double tour dans une cave rempli de rat. Alors, quand la violence du coup de pelle l’assomme et l’envoie directe danser sur une île paradisiaque en compagnie d’homme poisson, elle hausse les sourcils, non pas surprise ou bien choqué, mais c’est une option qui aurait pu lui traverser l’esprit plus tôt. Avant qu’il ne commence à devenir doucement casse pied.

Maintenant qu’un gêneur été de moins dans le tableau, les grandes personnes pouvaient effectivement avoir enfin une conversation d’adulte. Harley prit e temps de prendre la boite d’allumette posée sur le comptoir puis s’en servit pour allumer la petite lampe posée là. C’était d’un coup nettement mieux. Faisant à nouveau les pas inversent, elle fit le tour du comptoir pour s’approcher de ce jeune propriétaire des lieux. Une fois à sa hauteur, ses yeux bleus planté dans les siens, elle les plissa quelque peu en voyant que ses traits ne lui été pas inconnu. C’est comme si l’espace d’une demi-seconde ce n’était plus un simple marchant de cercueils qu’elle voyait-là. Mais quelqu’un d’un peu trop familier à ses propres connaissances. Enfin, peut-être qu’elle se tromper à cause d’un certain degré d’alcool, de ses émotions à peine remise ou tout autre style de connerie similaire. Mais par précaution ceci resta graver dans un recoin de son esprit, si jamais dans quelques heures – ou jour – le souvenir voudrait bien refaire surface pour s’y pencher dessus sérieusement. Pour l’heure, tout ceci disparut aussi vite que son arrivée.
- Une saucisse est une saucisse. Une perdue… bah une autre de retrouver écoute.  
Ce n’est pas du tout comme si elle allait se contenter du premier venu… Ah si, c’est bien d’Harley qu’on parle. Excuse-moi. Elle rajouta ensuite d'un ton joueur en lui tournant autour :  
- Changeons les règles mon lapin. Raconte-moi une blague. Si elle est drôle, je t’offrirai une faveur. Je suis dans un bon jour, vois-tu, malgré que tu es envoyé mon coup dans les bras de Morphé. Mais une faveur qui a une certaine limite bien sûr, elle ne peut concerner que ta boutique et les habitants de la ville. Seul, les habitants et non une personne d’une famille. Si elle ne l’aie pas, j’embarque ton pote le squelette avec moi. Cela me fera, un joli, porte manteau pour mon appartement. Tu verras, il va s’y plaire.  
Aller aboule le squelette Very Happy
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] Empty
MessageSujet: Re: Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy]   Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ta boutique été sur la route, alors on est entrée [Pv Undy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-