Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le deal à ne pas rater :
Sortie Nike : les nouvelles baskets Air Max Plus
169.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Empty
MessageSujet: Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]   Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] EmptyJeu 7 Jan - 16:29

Clélia RothschildSalle de concert  ▬ dialogue en 660033
Soirée de retrouvailles


La lettre envoyée à Livio signalant qu’il avait été invité à la soirée de retrouvailles des étudiants de la faculté de droit avait presque terminé sa route dans le foyer de la maison avant que Livio ne change d’idée. Il n’avait pas tellement de bons souvenirs de ses études, en particulier vers la fin. Mais surtout, il ne manquait pas les anciens étudiants de sa cohorte et ne tenait pas tellement à les revoir. Pour la plupart, il ne leur avait jamais adressé la parole. Dans le temps, Livio n’aimait pas ces gens riches et snob qui le regardaient de haut. Aujourd’hui c’était différent, puisqu’il faisait peut-être plus d’argent que certains d’entre eux, et qu’il avait changé énormément. 

Au début, aller à cette réunion d’anciens étudiants ne lui donnait pas très envie. Il avait du boulot et il n’aimait pas l’idée d’aller perdre son temps là-bas, à discuter avec des gens dont-il se foutait. Mais il se rendit compte que ce soir-là, il n’avait rien de prévu, et que d’encore passé encore une soirée à la maison avec une bouteille de vin ne risquait pas d’être beaucoup plus productif. Alors, pourquoi pas? Il y aurait de la bouffe, supposait-il, et de l’alcool gratuit. En toute logique, comme pouvait-il dire non à ça?

Et puis tant pis s’il ne parlait à personne, se dit-il en enfilant une cravate. Livio n’avait rien de très chic, seulement une chemise, une veste et des pantalons, puis une paire de basket noire. Il ne s’était jamais décidé à acheter une paire de souliers en cuir ou quelque chose de plus approprié. De toute façon, les clients ne voyait jamais ses pieds puisqu’il était toujours assit derrière son bureau. Peigné et habillé, il verrouilla la porte de sa maison et se rendit à la salle de concert, qui avait été louée pour l’occasion.

En entrant dans le bâtiment, il déposa son manteau au vestiaire et marcha pour arriver dans la salle. Il était un peu en retard et il y avait déjà pas mal de monde. À vue de nez, il reconnut quelques personnes qui n’avait pas changé. Air suffisant, tailleur à la dernière mode et montre en or, il n’en fut pas plus pour que Livio se dirige direct vers le buffet.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Empty
MessageSujet: Re: Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]   Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] EmptySam 9 Jan - 11:43

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Large

Lorsque Clélia reçu.
La lettre d'invitation à la soirée des anciens étudiants, la jeune femme demeurait perplexe car... Elle n'est pas encore une "ancienne", puisqu'elle va recevoir son diplôme dans deux semaines... Et puis en général, on invite bien les étudiants diplômé de la session précédente. Qu'est-ce que c'était de ce bazar ? Après avoir réfléchit, la blonde se dit que c'était une occasion pour revoir des amies qu'elle avait plus ou moins perdu de vie suite à leurs entrée dans leurs vies active, donc, elle se décida à y aller et si jamais elle ne retrouve personne de passionnant, rien ne l’empêchera de rebrousser chemin.

Pour la soirée...
La jeune femme voulait s'habillée à la fois dans des tons détendu et élégant tout de même. Elle optait pour une robe en satin bleu foncé, qui lui arrivait jusqu'au genou, et qui dénudait ses épaules. Avec un petit nœud ruban dans son dos, au niveau de la taille et de la même couleur que celui qui attachait ses cheveux en chignon. Quand je vous disait qu'elle était exigeante, surtout avec son apparence, rien n'est laissé au hasard, même si les connaisseuses vous diront que cette robe elle, date de l'année passé et qu'elle n'est plus si "tendance", qu'importe, elle est encore jolie, agréable à porter, sans trop d'artifice et ça changeait des uniformes qu'elle portait en semaine ou des tailleurs pour le travail, les cours.

Soudain...
Vint le moment le plus fatidique dans la préparation d'une femme, les chaussures ! Ne pensez pas que sur le coup, Clélia faisait exception, mais dans sa maison, il y avait deux armoires "été-hiver", remplit de chaussures ! Ainsi que des cartons dans le grenier... La jeune femme optait pour des petits talons bleu marine... C'est marrant, elle n'avait pas le souvenir de les avoirs beaucoup portés... Pourquoi ? En tout cas, ces miraculeuses chaussures donnaient 2 cm de plus à la jeune femme, bon ça changeait pas énormément son point de vue à elle, mais grâce à ça, sa démarche serait d'autant plus féminine dans un "clac-clac" typique en plus.  

Du maquillage ?
Pas tant que ça, Clélia mit juste un léger rouge à lèvre qui redonnait un peu de couleur à son visage et une dose de son parfum préféré "La petite robe noir"...Ceux qui penserait que ce serait "Lady Million" de Paco ou "Chanel"... Perdu ! Chanel, c'est sa mère, donc, hors de question quel porte le même parfum même si il sent bon et qu'elle possède la gamme dans sa salle de bain, c'est pas ça le problème, mais c'est le mal aise du "Tu sens comme ta mère"... C'est même pas la peine... Pour le Lady Million... Clélia avait toujours trouvé que même si oui, c'est un de ses parfums favoris et qu'elle l'avait déjà porté, c'était très... Comment dire... Foireux... "Bonjour, je suis une Rothschild, je peux créer de l'or à volonté et je porte du Lady Million", si cliché et mauvais goût. Voilà pourquoi elle avait opté pour la "Petite robe noir", un nom simple et un parfum doux, féminin. Je vous assures que le parfum d'une femme peut en dire long sur elle ! Ça non plus ce n'est pas un hasard. Y'en a qui en porte des tout discrets, qu'on ne sent qu'à peine que si on est assez proche de la personne, et d'autres femme, même si elle n'est pas encore arrivé, on la sent approcher tant le parfum se veut agressif et omniprésent. Voilà, c'est tout pour la leçon !

Clélia prête pour la soirée.
Se rendit dans le quartier Naeviar, à la salle de concert indiqué par l'invitation. A son bras, un sac de soirée avec une bombe au poivre, ses papiers et un peu d'argent liquide... La bombe ? Pourquoi ? Parce qu'elle est seule pardi ! Et qu'au dernière nouvelle, faire une mauvaise rencontre et savoir simplement créer de l'or, ce n'est pas une défense suffisante, c'est risible... Bon par contre, si elle avait un sabre, là, ça changerais la donne pour se défendre, mais pour aller à une soirée, c'est pas recommandé.

Au loin, dans ce début de soirée.
On pouvait entendre la musique ! Il n'était même pas 21h qu'on avait l'impression que la fête battait déjà son plein. Arrivée à la salle, Clélia confiait son sac au vestiaire pour avoir les mains libres et en poussant les portes battantes pour entrer dans la salle... Qu'elle ambiance déjà ! Les "anciens", avait un sérieux besoin de se défouler en tout cas, et certains se déchaînait déjà sur la piste de danse... Clélia hésitait si c'était une forme d'art ou tout juste bon à rire.

La jeune femme...
Contournait la piste de danse, bien qu'elle ai reconnu quelques visages, elle les saluait de loin... Pas la peine de gâcher leurs danses, elle irait les voir après. En réalité, Clélia se souvenait POURQUOI elle n'avait plus porté ces chaussure " Quoi ? Du 39 ?? Vous n'en n'avez plus la taille au dessus ?", se souvenait-elle, tout en s'approchant du buffet... C'était son erreur, elle avait acheté des chaussures mignonne mais pas à sa taille ! Et elle avait gardé bon espoir que peut-être au fil du temps, ça irait quand même à ses pieds... Et bha à part des ampoules monstrueuses et une démarche de pingouin, c'est tout ce qu'avait acheté la jeune femme, des problèmes ! Du coup, elle avait rangé ces fameuses chaussures aussi belle qu'une digitale, mais tout aussi empoisonné.

Soudain...
En jetant un coup d’œil à ceux qui avait pour partenaire du soir, ce fameux buffet. Un sourire illuminait la jeune femme lorsqu'elle reconnu Livio ! Ce chat sauvage ! Incroyable, qu'il soit venu ! Avant de l'abordé Clélia l'observait et même si il était habillé d'une chemise, cravate et pantalon noir... Un rien le rendait très élégant aussi, c'est comme ça chez certaine personne, ils n'ont pas besoin d'artifices supplémentaires pour être "classe". Doucement, elle s'approcha de lui pour le saluer... Lui, il danse pas aux dernières nouvelles, donc... C'est safe !

_ Monsieur Madera, vous nous faites l'honneur de votre présence.

L'abordait-elle, avant de reprendre sur un ton plus détendu et enthousiaste.

_ Je suis contente de te revoir Livio ! Enfin... Monsieur le notaire, devrais-je dire ?

Voilà !
Enfin quelqu'un de cohérent dans ce bazar. Lui, c'était bien un "ancien", puisqu'il avait eu son diplôme plus tôt.

Comment vas t-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Empty
MessageSujet: Re: Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]   Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] EmptyDim 10 Jan - 18:00

Clélia RothschildSalle de concert  ▬ dialogue en 660033
Soirée de retrouvailles


Un martini en main, tranquille dans son coin avec le buffet comme toute compagnie, Livio ne pouvait pas demander mieux. Il savait qu’en restant seul il allait peut-être passer pour un snob, mais tant pis. Ces gens ne le reconnaîtraient probablement pas de toute manière, tant il avait changé. Entre le jeune homme irrévérencieux  d’hier et le notaire froidement poli qu’il était aujourd’hui, il y avait un monde. Mais il y avait des choses qui resteraient les mêmes, comme cette petite joie de manger et boire gratuitement. Ce n’est pas parce qu’il avait de l’argent qu’il devait absolument le dépenser après tout.

Livio retira l’olive empalé sur un petit cure-dent en plastique et bu une gorgée de son martini. Dans le fond du verre il aperçut une forme floue aux cheveux blonds venir vers lui et, rapide comme l’éclair, Livio s’arrêta de boire pour regarder qui tentait le déranger.

Clélia Rothschild.

Il la reconnu d’abord grâce à la mèche rebelle qu’elle avait sur la tête, qui même après toutes ses années étaient encore là. C’était presque miraculeux à vrai dire. Elle n’avait pas non plus perdu son sens de la mode, mais ça, ça n’avait rien de surprenant. Robe bleuté, talons-hauts de la même couleur et les cheveux remonté en chignon, bref, elle était chic, ça n’avait pas changé.

-Monsieur Madera, vous nous faites l'honneur de votre présence.

Quoi? Elle le vouvoyait maintenant? En comprenant qu’elle blaguait, il sourit en coin. Ça faisait vraiment très longtemps qu’il ne l’avait pas vu.

-Je suis contente de te revoir Livio ! Enfin... Monsieur le notaire, devrais-je dire ?

Ouais…Monsieur le notaire. Il n’avait pas fait tous ses stages pour rien. S’il avait perdu de vue tous ceux qu’il connaissait, ça avait valu la peine au moins. Livio n’avait pas beaucoup de bons souvenirs de l’université, surtout vers la fin. Il avait été tellement obsédé par la réussite de ses stages qu’il avait perdu la vie sociale qu’il avait avant. Aujourd’hui c’était différent, il avait tout le temps qu’il voulait, mais il s’était persuadé que d’avoir des amis, une copine, ne valait pas la peine. N’empêche, il ressentait un genre de manque qu’il ne pouvait expliquer.

-Bonsoir Clélia, dit-il avec un sourire poli, modéré. Tu es toujours très élégante à ce que je vois.

Cette phrase horrible et vide aurait été prononcée même si Clélia aurait été habillée d’un sac en papier. Question de courtoisie et d’hypocrisie tellement peu naturelle chez Livio, qui pourtant avait toujours été sincère avec elle auparavant. Il ne savait même pas s’il était heureux de la revoir. Oui et non. C’était douloureux.

-Moi aussi je suis content de te voir, ça fait…quoi, six ou sept ans qu’on ne s’est pas vu? Ça me parait tellement loin. Euh… Mais toi, qu’est-ce que tu deviens? Oh, attends, je te sers un truc…

S’il se souvenait bien, elle voulait devenir juge. Il espérait pour elle, vraiment, que ça soit le cas. Même, Livio était très curieux de ce qu’elle faisait maintenant, si elle avait toujours autant de fric, si elle avait encore les mêmes amis qu’à l’université. Merde, peut-être était-elle mariée et mère de trois enfants? Quoique ça serait très surprenant, mais probablement très drôle. Il lui tendit un verre de martini.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Empty
MessageSujet: Re: Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]   Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] EmptyDim 10 Jan - 18:40

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Tumblr_inline_o0ekcbstPK1r6rgwa_500

-Bonsoir Clélia. Tu es toujours très élégante à ce que je vois.

RETOUR A LA RÉALITÉ.
Qui... Qui est cet homme en face de Clélia ? Lui qui la taquinait toujours sur justement, sa façon de s'habiller. Bon, c'est vrai qu'elle savait s'habiller et qu'au final, au travers de ces moqueries, Livio était sincère et la complimentait ( Avait-elle toujours espéré quelque part), mais là, cette phrase... C'était juste vide, et Clélia ne le sentie que trop bien, au point qu'elle en perdit le sourire. Ça aurait pu être un genre d'automate qui lui parlait, c'était la même chose.

Pourquoi ?
Où est le frisson de la retrouvaille ? Les souvenirs qui submerge, les anecdotes qui refont surfaces et les éclats de rire... Livio serait-il devenu une sorte d'étranger ? Hors de question pour Clélia ! Elle avait eu tant de mal à apprivoiser le jeune homme à l'époque, emplit de haine, de préjugé sur les enfants aisés.

-Moi aussi je suis content de te voir, ça fait…quoi, six ou sept ans qu’on ne s’est pas vu? Ça me parait tellement loin. Euh… Mais toi, qu’est-ce que tu deviens? Oh, attends, je te sers un truc…

Reprit le notaire.
En tendant par la suite un verre de Martini à la jeune femme qui hésitait entre frustration et colère. Elle avait envie de le secouer, de le réveiller, mais dans son regard... Livio semble déjà si loin, si perdu... Pourquoi ? Doucement, Clélia prit le verre et déclarait spontanément.

_ As tu vendu ton âme au diable ? Tu commences à m'inquiéter...

Amorçait-elle.
Elle regardait son verre et y retirait l'olive, elle ne les aimais pas du tout. Dans le verre, elle remarqua via le reflet que sa mèche rebelle aussi était de la partie, machinalement, elle tentait de l'aplatir de sa main libre... En vain, elle se redressa progressivement dans un "Fuck you, i'm stay here".

_ Ce que je deviens ? Je touche la fin de mes études de juge, la semaine prochaine j'ai ma remise de diplôme et ... Je vise le Gouvernement pour pouvoir aider les citoyens de la ville. Sinon...

Elle se racla la gorge.
Doit-elle vraiment parler de sa vie sentimental ? Ce putain d'échec au même titre que sa vie familiale ? La jeune femme choisit de faire bref.

_ Je suis seule... Mais par choix, hein.

Poooh !
Ce minable " Par choix". Princesse, ravale ta fierté, dit le que les prétendants digne de ce nom... Bha y'en a pas des masses dans ton entourage et puis, déjà qu'elle impressionne rien que par son nom, puis il y a son attitude confiante, ce charisme, son statut sociale qui impressionne et en refroidit déjà pas mal... Bref, qui oserait s'attaquer, charmer une femme de pouvoir et riche ? Pas n'importe quel téméraire ! Donc, pour ceux qui osent... C'est pas facile car en plus de ça, mademoiselle à son caractère relativement froid dès qu'on essaye de passer à quelque chose de plus... Sérieux... Plus sérieux qu'un soir.

La jeune femme.
Prit une petite gorgé de son Martini, comme si elle essayait de noyer le poisson. En ce moment, elle était bien plus inquiète pour son ami que par sa propre vie sentimental... Une tentative de réanimation allait être nécessaire.

_ Donc, je disais... Tu me sembles bien loin ce soir... Les affaires ne vont pas bien ? Tu as un problème de santé ?

Elle l'observa une nouvelle fois.
Et pourtant, d'extérieur, pour ceux qui ne le connaissait pas... Il avait l'air d'un homme tout à fait normal ! Pour Clélia aussi, il ne semblait pas dissimuler une prothèse quelconque... Mais ce teint blafard, ce regard éteint lui donnait des frissons... Il semblait réellement mort ce soir. En tout cas...

Il avait toute son attention.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Empty
MessageSujet: Re: Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]   Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] EmptyMar 12 Jan - 17:40

Clélia RothschildSalle de concert  ▬ dialogue en 660033
Soirée de retrouvailles


Livio ne savait pas ce qu’il avait fait ou ce qu’il avait dit, mais lorsqu’il tendit le verre de martini à Clélia, il remarqua qu’elle semblait en colère. Il avait beau chercher, il ne se souvenait pas avoir dit quelque chose d’offensant. Qu’est-ce qui lui prenait tout à coup?


-As tu vendu ton âme au diable ? Tu commences à m'inquiéter...

Et ben, elle n’y allait pas avec le dos de la cuillère! Encore pire, il n’avait toujours pas la moindre idée pourquoi sa vieille amie était aussi irritée. Enfin…peut-être que si. Depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vu, Livio avait beaucoup changé, et il était possible qu’elle ne le reconnaisse plus. Ou qu’elle voyait la façade qu’il s’était construit autour de lui, le Livio d’antan fermement bloqué à l’intérieur.

Peu importe, le commentaire de Clélia ne lui fit aucun pli, mais il eut l’impression d’être retourné dans le temps quand elle voulut replacer sa mèche. Comme doté d’une vie propre, la mèche blonde ne tenu pas longtemps en place. Combien de fois il l’avait vu faire ce geste-là?

- Ce que je deviens ? Je touche la fin de mes études de juge, la semaine prochaine j'ai ma remise de diplôme et ... Je vise le Gouvernement pour pouvoir aider les citoyens de la ville. Sinon…

Livio hocha la tête, l’air impressionné. Ce n’est pas tout le monde qui peut être juge, et pour une bonne cause en plus. Il y a tellement de monde qui entre dans des professions seulement pour le salaire. Aider les citoyens de la ville, c’était noble de sa part. Avec tout l’argent qu’elle et sa famille possédait, Clélia aurait très bien pu avoir une vie oisive et alterner entre les journées au spa et celles au centre commercial jusqu’à sa mort. Mais Livio aurait été grandement surpris de cela.

-Je suis seule... Mais par choix, hein.

Han han. Et ben si elle demandait à tous les mecs qu’elle rencontre s’ils vendent leur âme au diable, je comprends pourquoi.

Livio résista à l’envie de dire sa réflexion à voix haute et se contenta d’hocher la tête d’un air compréhensif. Clélia bu une gorgée de son martini. Décidément, ces retrouvailles étaient loin d’être joyeuses. Peut-être n’aurait-il pas dû venir après tout. Il termina son martini et commanda autre chose avant que la future juge ne lui demande :

-Donc, je disais... Tu me sembles bien loin ce soir... Les affaires ne vont pas bien ? Tu as un problème de santé ?

Ce petit interrogatoire ne lui plaisait pas tellement. Pourtant il garda un visage de marbre, malgré une certaine aigreur dans sa voix. Clélia n’avait aucune raison d’être inquiète pour lui, il allait très bien.

-C’est bien gentil de te faire du soucis pour moi, mais je vais parfaitement bien Clélia. Ma carrière va bien, ma santé va bien, je vais bien.

Livio avait l’impression de vouloir se convaincre lui-même.

-Ma vie n’est pas parfaite non plus. Mais c’est le cas de tout le monde. Ça pourrait être pire après tout. Quand on s’est perdu de vu, je commençais mes stages et je n’avais vraiment pas le temps de faire autre chose que de me concentrer sur mes études. Ça à été difficile au début. Tu sais comment j’étais…

Le genre à ne pas se laisser dire quoi faire, le genre qui aimait être différent, le genre qui ne suivait pas les autres. Bref, tout ce qui ne convenait pas au décorum des gens du Gouvernement. Avant de devenir un homme sérieux, Livio ne s’était pas rendu compte à quel point il avait pu être insouciant. C’était tellement plus facile de suivre la masse.

-Enfin, c’est du passé tout ça, dit-il en haussant les épaules. Je suis plus mature qu’avant j’imagine. Et plus réfléchi. Tu te souviens de la fois où j’ai commandé une pizza en cours de sociologie?

Livio se souvenait qu’il avait payé la pizza, mais que le prof l’avait renvoyé du cours. Ou encore la fois où, juste avant les vacances de Noël, il avait donné en cadeau une bouteille de shampooing à un prof, avec une carte où il avait écrit «Pour vos cheveux gras, Joyeux Noël». Heureusement qu’il avait de très bonnes notes…

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Empty
MessageSujet: Re: Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]   Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] EmptyMar 12 Jan - 22:47

Drôle d'endroit...
Pour passer une sorte d'interrogatoire à un ami. Cependant pour Clélia et sa franchise, qu'importe le lieu... Quand elle a quelque chose à dire, ça ne peut pas attendre, et là encore peut-être se démarquait-elle des autres "riches" de la société, car elle n'a jamais fais preuve de superficialité ou d'hypocrisie dans sa manière d'être. C'est probablement pour ça que malgré le fait qu'elle soit plein aux as, ses amies (le peu qu'elle a nous sommes bien d'accord), ne le sont pas nécessairement. Elle n'avait donc, jamais du temps de sa scolarité rejoint le super club des fils/filles à papa et maman, vous savez, ce genre de groupe ou on passe sa journée à critiquer un tel ou une telle, peu importe la raison.

Non...
Clélia était plus dans le groupe des "studieux". Elle n'avait pas besoin de faire son intéressante, déjà que son nom attirait assez l'attention et c'est peut-être cette suffisance qui en énervaient certains d'ailleurs. Tant pis. L'étudiante n'avait pas besoin de ce genre de personnage dans son entourage.

-C’est bien gentil de te faire du soucis pour moi, mais je vais parfaitement bien Clélia. Ma carrière va bien, ma santé va bien, je vais bien.

Finit-il par répondre.
Cependant, là encore Clélia avait l'impression que c'était une phrase toute faites. Il était si hermétique...

-Ma vie n’est pas parfaite non plus. Mais c’est le cas de tout le monde. Ça pourrait être pire après tout. Quand on s’est perdu de vu, je commençais mes stages et je n’avais vraiment pas le temps de faire autre chose que de me concentrer sur mes études. Ça à été difficile au début. Tu sais comment j’étais…

Ajoutait-il.
Oh que oui, elle ne le savait que très bien... Borné, déterminé, il était aussi très studieux.

_ Enfin, c’est du passé tout ça.  Je suis plus mature qu’avant j’imagine. Et plus réfléchi. Tu te souviens de la fois où j’ai commandé une pizza en cours de sociologie?
_ Oui ! T'étais culotté quand même, je t'avais dis que c'était pas une bonne idée... Enfin, ça tombait sous le sens mais bon.

Ça ne l'a pas empêché de faire !
En y repensant, Clélia rit un peu avant de reprendre quelques gorgées de son verre de Martini. C'est qu'il était bientôt à moitié vide à ce rythme. Lorsque Livio évoquait ce souvenir, la jeune femme fut rassuré... Tout n'était pas éteint et il avait encore en mémoire quelque passage de leurs scolarité. Rassurée, Clélia se détendit... Après toute ces années, il avait raison, il avait grandit en quelques sortes, mûrit c'est indéniable après tout, ce n'est plus un étudiant mais un professionnel, il se doit d'avoir une bonne image et ça, la jeune femme ne le sait que trop bien. L'espace d'un instant, elle se demanda si lui aussi la trouvait différente... Autant lui poser la question.

_ Tu me rassures, j'espère que tu n'es pas comme ça avec tes clients. D'ailleurs est-ce que tu trouves que je-
_ LIIIIIVIOOOOOO !! CLELIAAAAA !!

Coupait une voie féminine et familière en extase.
Le regard de Clélia se reporta rapidement sur la femme qui venait de les interpeller et qui accourait à leurs rencontre. Une chevelure brune dense coiffé en chignon, un teint rosé avec un sourire de star, vêtue d'une belle robe de soirée rouge... C'était Elisabeth dans toute sa splendeur qui les rejoignait.

_ Ça alors ! J'aurais jamais cru vous revoir ici ! Surtout toi Livio, tu étais pratiquement injoignable et Clélia... Bha... Tu as été diplômé ?

Questionnait la jeune femme.
Elisabeth était leurs amis commun, une fille pétillante, expressive et sincère qui avait toujours eu un petit faible pour Livio et son coté marginal à l'époque. A voir, elle n'avait pas eu plus de nouvelle que Clélia sur ce dernier, mais la joie de le revoir se lisait sur son regard, brillant. Elle était devenue avocate de son coté, Clélia se demandait même si Elisabeth avait osée déclarer un peu ses sentiments à ce dernier... Mystère !

_ Non, justement je le suis prochainement. J'ai reçu une invitation par erreur je pense... Mais je suis venu, justement pour espérer revoir des visages que j'appréciais... J'en ai besoin.

Se justifiait-elle auprès de son amie.
Qui était plus absorbé par l'incroyable fait que le chat sauvage de Livio soit là. Avait-elle seulement entendu la réponse ? Clélia bu une nouvelle gorgé de sa coupe et cette ambiance lui rappelait indéniablement ces années d'études ou elle laissait exprès une place entre Livio et elle, pour Elisabeth en cours de législation... Ah les amours de jeunesse ! Au moins, sur les trois, y'en a une qui respire réellement la joie de vivre.

_ D'accord Clélia ! Courage pour ta dernière année alors. Si tu as besoin d'aide...

Notre héroïne soupirait.
Elisabeth trop excitée n'avait écoutée qu'à moitié. C'était souvent le gros point noir de cette fille, elle était fatigante car hyperactive, curieuse de tout et attentive à rien. D'ailleurs, d'un large sourire, la jeune avocate reprit.

_ J'ai ouvert mon propre cabinet en ville, mais à cause des conflits entre Elementis et Domae, j'ai déjà eu des dégâts ! Une fuite d'eau et des murs de cassé ! Tout était foutue ! Et porter plaintes contre eux... Vous savez ce que ça donne, pas grand chose...

Clélia grimaçais.
C'est sûre que pendant les affrontements, les combattants n'y allaient pas de mains morte, défendant leurs opinions et leurs famille respectives avec ferveur.

_ L'important, c'est que toi tu n'ai rien eu.

Déclarait Clélia.
Mordillant malgré elle sa lèvre inférieur, toujours un peu nerveuse lorsqu'on évoquait son clan passé. Pour la défense et la justice des citoyens, comme Elisabeth...

Clélia allait avoir de l'ouvrage.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Empty
MessageSujet: Re: Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]   Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] EmptyMer 20 Jan - 18:16

Clélia RothschildSalle de concert  ▬ dialogue en 660033
Soirée de retrouvailles


 _ Tu me rassures, j'espère que tu n'es pas comme ça avec tes clients. D'ailleurs est-ce que tu trouves que je-

_ LIIIIIVIOOOOOO !! CLELIAAAAA !!

Avant qu’il ne sache ce que Clélia voulait lui demander, une voix familière hurla dans leur direction. Mais quelle sorte de gens insensés ont ce genre de comportements disgracieux? Ah! Certaine personne ne savent pas se tenir, se dit Livio en secouant la tête. Livio était venu dans le but de ne pas attirer l’attention et voilà que tout le monde jetait un œil dans leur direction. Qui pouvait venir les déranger comme ça, au milieu d’une conversation?

Lorsque Livio eu fini de boire une gorgée de son nouveau White russian, il regarda la personne en question qui avait osé crier leur noms en public. Il ne la reconnu pas immédiatement, peut-être à cause de la robe, mais cette jeune femme lui disait quelque chose. Enfin, elle apparemment, le connaissait lui et Clélia. Alors, parfois, le silence est d’or. Il risquerait de la choquer en lui demandant «Vous êtes qui je vous prie?» Et puis elle avait l’air tellement contente de les revoir.

_ Ça alors ! J'aurais jamais cru vous revoir ici ! Surtout toi Livio, tu étais pratiquement injoignable et Clélia... Bha... Tu as été diplômé ?

Tout d’un coup, Livio se souvenu. Aaaah….Elisabeth! Oh merde, Elisabeth.
Tandis que Clélia répondait à la question et qu’Elisabeth l’écoutait à demi, Livio s’était souvenu que cette dernière avait eu une sorte de béguin pour lui durant leurs années d’études. Jamais elle ne lui avait dit explicitement, mais Livio n’avait pas la tête dans son cul : il s’en était aperçu. Lui, n’avait pas de sentiment pour elle. Ça avait été son amie, tout simplement, comme Clélia d’ailleurs. Pourtant c’était une fille intelligente, jolie, tout ça tout ça. Mais elle n’avait pas beaucoup le sens de l’écoute, et avait tendance à tout ramener à elle. Un défaut qui, même durant leurs études, avait toujours agacé le grand notaire blond.

 _ D'accord Clélia ! Courage pour ta dernière année alors. Si tu as besoin d'aide...

Clairement, la jeune femme aux cheveux bruns ne semblait avoir rien écouté de ce que Clélia avait dit.

_ J'ai ouvert mon propre cabinet en ville, mais à cause des conflits entre Elementis et Domae, j'ai déjà eu des dégâts ! Une fuite d'eau et des murs de cassé ! Tout était foutue ! Et porter plaintes contre eux... Vous savez ce que ça donne, pas grand chose...

Effectivement, le système de justice et le gouvernement se révélait tellement impuissant devant ce genre de problème. Les Familles étaient pratiquement aussi vieilles que la ville elle-même. Livio avait longtemps été chez les Domae, mais depuis la mort de sa grand-mère, il y a quelques mois, il y avait renoncé. Justement à cause de ces conflits stupides. Mais Livio ne discriminait personne qui venait le voir dans son bureau, qu’il soit confrères, domae ou élémentis. Tout le monde avait le droit d’être conseillé juridiquement.

_ L'important, c'est que toi tu n'ai rien eu.

Livio approuva Clélia en hochant la tête. Il y avait eu plus de peur que de mal. Dans tous les cas, il proposa à Elisabeth de l’aider. De façon assez minime, mais c’était toujours mieux que rien.

-Si tu dois trouver un nouvel endroit pour ton cabinet, passe me voir à mon bureau, question que je regarde si l’offre d’achat est en règle. Il y a des vendeurs tellement peu scrupuleux, vaut mieux être prudent. 

Des gens prêt à tous pour vendre leur immeuble crasseux avait tendance à mettre d’excellent prix, mais les acheteurs trop naïfs se retrouvaient souvent les chaines aux pieds dès qu’ils signaient le contrat de vente. C’était beaucoup plus difficile de s’en débarrasser après.

La proposition de Livio mis des étincelles dans les yeux d’Elisabeth. Un peu plus et elle sautait à pieds joint.

-Oh c’est si gentil de ta part Livio! Sois sûre que je viendrai te voir alors… Ah! Je vois quelqu’un d’autre là-bas.  On doit faire un diner tous ensemble d’accord? À plus vous deux. Et essayer un peu de danser au moins!

Elisabeth fit un câlin d’au revoir à Clélia et se tourna vers Livio sur la pointe des pieds pour l’embrasser sur la joue, puis accouru au loin dans un bruit de talons frénétique. Machinalement, Livio se passa une main sur la joue d’un air vaguement dégouté. Contact physique...

-On peut dire qu’elle n’a pas changé au moins, dit-il, plus à lui-même qu’à Clélia. Mais je ne danserai pas, ça c’est sûr. 

À moins d’être très très bourré, il épargnerait à tout le monde de voir ce spectacle. Il partirait chez lui avait ça. D’ailleurs, quelle heure était-il maintenant? 

-Alors, madame la juge, prête à mettre les criminels en prison? Je suis sûr que la toge noire te siéra très bien. Et puis tu n’aurais jamais besoin d’accepter de pots-de-vin j’imagine. D’ailleurs, comment ça se fait que tu aies choisi ça plutôt qu’une vie de bourgeoise?

Il s’était souvent posé la question. Peut-être parce qu’il n’avait jamais eu autant d’argent qu’elle, et d’une certaine façon, ça le fascinait que Clélia préfère le marteau au portefeuille. 



PS: Pardonne moi du long retard xx
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Empty
MessageSujet: Re: Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]   Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] EmptyVen 22 Jan - 11:10

Ressembler à ma mère ? Non merci La Justice League, avec Livio

   
C'était triste...
Enfin, plutôt gênant entre Elisabeth et Livio... Là où elle n'avait d'yeux que pour lui, de véritable étoiles dans le regard... Livio était de son coté, impénétrable, de marbre. Bien sur il était content de la revoir, mais... Le niveau n'était pas le même et Clélia le décelait et grimaçais un peu malgré elle. C'est pas parce qu'elle n'a pas de relation amoureuse, qu'elle ne sait pas le voir quand quelque chose ne fonctionne pas. En tout cas, Livio demeurait galant et proposait son aide à la victime, qui en était enthousiaste à un point que c'est à se demander que si elle avait su, elle aurait détruit son bureau elle même pour pouvoir le revoir. Nan !

-Oh c’est si gentil de ta part Livio! Sois sûre que je viendrai te voir alors… Ah! Je vois quelqu’un d’autre là-bas.  On doit faire un diner tous ensemble d’accord? À plus vous deux. Et essayer un peu de danser au moins!

Aussi vite...
Qu'elle était arrivée, la tempête Elisabeth frappait déjà ailleurs. Clélia, était contente de l'avoir revu l'espace d'un instant... C'est court, mais intense ! Comme avant en fait... Clélia n'arrivait pas à passer une journée avec elle sans être épuisé ou avec un mal de crâne à la fin.

-On peut dire qu’elle n’a pas changé au moins, mais je ne danserai pas, ça c’est sûr.
_ Si je peux te dire une confidence... Mes chaussures me font atrocement souffrir, alors danser, serait m'achever.

Elle rassurait le chat sauvage.
Avec un petit sourire même si... Elle avait envie de retirer ses chaussures et de les mettre au feu pour ensuite plonger ses pieds dans un bac de glace. Livio reprit.

-Alors, madame la juge, prête à mettre les criminels en prison? Je suis sûr que la toge noire te siéra très bien. Et puis tu n’aurais jamais besoin d’accepter de pots-de-vin j’imagine. D’ailleurs, comment ça se fait que tu aies choisi ça plutôt qu’une vie de bourgeoise?
_ Hein ? Et ressembler à ma mère ? Non merci...

Elle devait au moins éclaircir ce point.

_ Tu sais... Même si la vie de personne riche est très souvent parodié, c'est vrai que pour certains, ou comme ma mère, son seule soucie c'est de savoir si là où mon père va en affaire, il y aura des centres de bien être, relaxation et des centres commerciaux de luxe... Je ne veux pas de ce genre de vie superficiel, oisive...


Expliquait-elle.

_ Je veux donner du concret au sens de ma vie, justement, j'ai la chance d'être bien placé pour peut-être pouvoir faire bouger des choses pour d'autres qui ne le peuvent pas... Je ne veux pas... Être spectatrice sur des choses intolérables sur lesquels je peux agir.

C'était un discours.
Plein d'ambition et de bonnes volonté, emprunt de sincérité, mais la tâche est encore bien complexe.

_ Ouais je sais, ça fais très idéaliste comme souhait, peut-être aussi un peu naïf... Mais je ne le suis pas, j'ai l'argent comme tu me le soulignes à chacune de nos rencontres, et bientôt, comme je serais juge, j'aurais le pouvoir de décision...

Reprit-elle.
Et c'est vrai qu'aux regards de Livio, elle avait souvent l'impression de n'être qu'un porte monnaie bien remplie et vivant. Elle savait qu'il aurait aimé avoir ce confort, mais il ignorait les désavantages d'être fortuné, car Clélia cache toute la solitude, la froideur d'âme des personnes aisés, l'hypocrisie de ce domaine. Elle de son coté, aurait aimé être "normal".

_ Peut-être qu'on sera amené à travailler ensemble à un moment donné.

Espérait-elle.
Elle ne voulait plus s'éloigner, au point de le perdre de vu comme avant. Le destin leurs à donné l'occasion de se retrouver, ça doit être pour une bonne raison. Clélia, fatiguée par la douleur de ses pieds, retirait ses chaussures devenue rouge, le carrelage froid de la salle apaisait un peu sa peine, elle soupirait avant de sourire à Livio doucement.

Pourquoi es-tu devenu aussi froid que ce sol, mon ami ?
   



hrp : Pas de problème ^^
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Empty
MessageSujet: Re: Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]   Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] EmptyLun 25 Jan - 18:08

Clélia RothschildSalle de concert  ▬ dialogue en 660033
Soirée de retrouvailles


_ Hein ? Et ressembler à ma mère ? Non merci...

Livio bu son verre en se disant que la répulsion de Clélia à propos de sa mère laissait à réflexion. L’argent n’achète pas les liens familiaux apparemment. 

_ Tu sais... Même si la vie de personne riche est très souvent parodié, c'est vrai que pour certains, ou comme ma mère, son seule soucie c'est de savoir si là où mon père va en affaire, il y aura des centres de bien être, relaxation et des centres commerciaux de luxe... Je ne veux pas de ce genre de vie superficiel, oisive...

Commençant à comprendre pourquoi la jeune femme ne souhaitait pas ressembler à sa mère, Livio l’écoutait attentivement, faisant quelques réflexions dans sa tête. C’était fou que des gens puissent vivre aux crochets de quelqu’un toute leur vie comme une sangsue. Ça manquait de dignité même, à son avis. Apparemment les riches pouvaient s’en passer, à quelques exceptions près. 

_ Je veux donner du concret au sens de ma vie, justement, j'ai la chance d'être bien placé pour peut-être pouvoir faire bouger des choses pour d'autres qui ne le peuvent pas... Je ne veux pas... Être spectatrice sur des choses intolérables sur lesquels je peux agir.

À force de travailler dans la justice, Livio était devenu plus cynique, et l’enthousiasme de la blonde le fit sourire. Clélia aurait peut-être plus d’occasion que lui d’améliorer la vie des gens – il n’était que notaire après tout – mais les lois avait leurs limites, il l’avait appris assez tôt. D’ailleurs, ce n’était pas pour rien qu’il paraissait parfois aussi émotif qu’une brique. C’était impossible de faire le bonheur de tout le monde, et celui du gouvernement passait d’abord. 

_ Ouais je sais, ça fais très idéaliste comme souhait, peut-être aussi un peu naïf... Mais je ne le suis pas, j'ai l'argent comme tu me le soulignes à chacune de nos rencontres, et bientôt, comme je serais juge, j'aurais le pouvoir de décision...

La richesse et le pouvoir. Elle avait les deux, et elle continuait toujours d’être quelqu’un de naturel, avec une mèche rebelle qui ne suivait pas le rang. Livio se dit qu’elle serait une excellente juge. Elle avait le caractère pour, ça c'était certain. Clélia allait peut-être réussir à faire bouger les choses, il l'espérait pour elle en tout cas. Elle avait certainement travailler fort pour réussir.


_ Peut-être qu'on sera amené à travailler ensemble à un moment donné.

Livio haussa les épaules et répondit d’un ton nonchalant.

-Oui peut-être bien. Si mes clients n’écoutent pas mes conseils…

Si un litige entre ses clients les amenait en Cour, Livio était toujours présent pour assister au procès, ou encore pour discuter du dossier avec le juge. Même si le jeune notaire faisait en sorte de régler les conflits à l’amiables entre ses clients, il arrivait quelques fois que ça dégénère. 

Clélia, elle, avait un conflit avec ses souliers qui la torturait. Ils étaient bien mignons mais pas très confortable à ce qu’il voyait. Ils avaient changé de couleur aussi.  Livio fronça le nez en observant les pieds meurtris de la jeune femme reposant sur le carrelage de la salle. 


-Je ne suis pas dans tes souliers, si j’ose dire, mais je paris que ça doit faire un mal de chien. J’ai bien fais de me mettre en baskets, dit-il en désignant ceux-ci. 

En vérité, il n’avait que cette paire-là qui était correcte. Il n’avait jamais pensé à en acheter d’autres chaussures, plus élégantes. Il avait une politique que tant que ce n’est pas brisé, on garde. Un tas de vieilleries trainaient dans son grenier.

-Je suis venu à vélo, dit-il en posant son verre pour la première fois de la soirée.  Si tu veux je te ramène chez toi? Ça t’éviteras de marcher pieds-nus dans la rue et d’attraper un truc, on ne sait jamais ce qui traîne. Et ça serait dommage que tu doives monter le podium en chaise roulante pour récupérer ton diplôme.

Ce fut soit le gin, soit la vodka qui parla pour lui, mais parfaitement à jeun Livio ne se serait pas permis ce genre de blague. Pourtant il ricana, un rire qui fit fondre un moment la couche de glace qui le recouvrait. C’était comme voir un renard jouer dans la neige après l’hibernation. Mais le masque n’est jamais bien loin et Livio retrouva son sérieux.

-Enfin, je ne fais que proposer. Qu'est-ce que tu allais me demander avant qu'Elisabeth charge sur nous?

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Empty
MessageSujet: Re: Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]   Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] EmptyMar 26 Jan - 17:50

La fin de soirée à bicycletteuh C'est Livio qui pédale !

   
Clélia...
Avec ses pieds nues sur le carrelage de la salle, passait à nouveau pour une riche en pleine crise existentielle aux yeux des autres, ou " Comment me faire remarquer ?". SI SEULEMENT ! Avec ce genre d'alibi, la douleur à ses orteils seraient feint, mais non, c'était bien réel et la rougeur à ces pieds contrastait très bien avec sa peau blanche naturel.

-Je ne suis pas dans tes souliers, si j’ose dire, mais je paris que ça doit faire un mal de chien. J’ai bien fais de me mettre en baskets.
_ Toujours aussi perspicace... Ne me tente pas de t'agresser pour te les voler.

Blaguait-elle.
En regardant sa paire de basket. Oui, c'est sûre, ça aurait été TELLEMENT plus confortable mais TELLEMENT dépareillé au reste de sa tenue que sur le coup, c'était tout à fait "non, hors de question", en plus vous savez à quel point Clélia est perfectionniste dans son apparence.... Une expression populaire, dit, qu'il faut souffrir pour être belle cependant, là... Ressentir concrètement la douleur à cause de l'effort d'avoir porter ces ballerines, c'était une erreur fatal. Clélia se jurait intérieurement de balancer la paire au feu ! Elles font trop mal et c'est tout ce qu'elles méritent ! Et puis comme ça, ça évitera à la blonde d'éviter à nouveau de les remettre en pensant avoir un "éclair" de génie car elles sembles neuve et qu'elles sont trop craquante... Non non, ces chaussures c'est le diable incarné, voilà tout ! Ça séduit et ça vous blesse, rien de plus ! Il faut rompre le cycle des chaussures satanique. En déposant son verre, Livio reprit.

-Je suis venu à vélo. Si tu veux je te ramène chez toi? Ça t’éviteras de marcher pieds-nus dans la rue et d’attraper un truc, on ne sait jamais ce qui traîne. Et ça serait dommage que tu doives monter le podium en chaise roulante pour récupérer ton diplôme.

Ah !
Alors là, ce n'était pas tombé dans l'oreille d'une sourde. Clélia avait des petites étoiles dans les yeux suite à son idée.

-Enfin, je ne fais que proposer. Qu'est-ce que tu allais me demander avant qu'Elisabeth charge sur nous ?
_ J'accepte volontiers !

Ouaw...
J'espère que vous avez sentie l'hésitation dans la voie de cette dernière et le temps de réflexion. Clélia, se raclait la gorge suite à cette précipitation.

_ J'apprécie ton coté avenant... Ca n'a pas changé, tu es toujours aussi prévoyant.

Complimentait-elle, plus calme, avant de réfléchir un instant.

_ Ce que j'allais te demander... Hmm... Je pense avoir eu ma réponse, mais par politesse, je vais te le dire quand même. Je me demandais si tu me trouvais changé après tout ce temps ?

Selon elle...
Non, mais peut-être que d'un point de vue externe, si. Livio était quelqu'un de très observateur, réaliste et critique... Il sera très bien placé pour lui donner la réponse, même si la question demeure vague. Parle t-elle de son physique ? De son mental ? Les deux ? Probablement les deux, elle parle, en général ce n'est pas en une soirée non plus qu'on peut définitivement avoir cerné quelqu'un, surtout après un moment d'absence.

Heureusement...
Livio l'avait conforté dans son idée d'une possible collaboration si jamais les choses ne se passent pas bien pour ses clients.

_ Si tu as terminé ici aussi, j'aimerais rentrer. Tu te souvient toujours où j'habite ?

Demandait-elle.
Avec ses pieds en feu, pas question de danser la salsa ! La jeune femme attendit la réponse de Livio, peut-être que finalement, il avait quelqu'un à voir et dans ce cas, elle l'attendrait dans un coin avec un verre sinon... Être raccompagné par lui, elle ne pouvait pas espérer mieux. En plus, ça lui rappelait l'époque où il était encore à la fac avec elle... Il n'était pas rare qu'il attrape Clélia sur la route pour l'emmener ou la raccompagner.

Elle ne connait que des chevaliers servant !
   

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Empty
MessageSujet: Re: Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]   Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Soirée de retrouvailles [Ft. Clélia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-