Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021

Partagez
 

 [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Empty
MessageSujet: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] EmptyDim 10 Jan - 10:51

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Tumblr_inline_my2tonfljr1r9s1q8


Sur la scène.
Avec encore, une petite estrade, nous pouvions retrouver le major de la promotion de cette année, faire son discours devant l'assemblée constitué des jeunes diplômés, du corps enseignants, des invités et des nombreuses familles. Famille ? Pas pour Clélia... Ses parents "coincés" à Dublin, bien qu'ils aient étés largement prévenu à l'avance de la date de la remise des diplômes, n'ont pas fait le déplacement.

Est-ce que ça affectait la jeune femme ?
En réalité, elle s'en doutait qu'ils ne viendraient pas, ça avait été juste une forme de politesse de les avertire de cet événement quand même majeur dans la vie de leurs fille, enfin devenue juge. Donc, même si d'apparence elle ne laissait rien transparaître, intérieurement, oui, ça l'énervait un peu, la frustrait même beaucoup de voir dans le regard des autres parents, la fierté, la joie d'être présent pour leurs enfant...

Clélia...
Était au premier rang et écoutait la fin du discours. La salle des fêtes résonnait en ce milieu d'après midi du tonnerre d'applaudissement, et des sifflements. Enfin ! Les cours c'était finit ! Avec les études de médecine, celle de droit ne font-elle pas partie des plus longues ? Qui sait, mais y'a bien une fin à tout ça !

"Clélia Rose Rothschild"

La jeune diplomée se levait.
Elle grimaçait, mal à l'aise lorsqu'on évoquait son second prénom, pas habitué à ce qu'il soit prononcé de la bouche d'un inconnu... D'ailleurs, ses anciens camarades de classe la regardait étrangement lorsqu'elle passait devant eux, l'air de dire " C'était pour "Rose" le R ?? Tu savais ??". D'une posture droite et fière ensuite, elle gravit l'estrade et prenait d'une main confiante, le diplôme enroulé dans un ruban. Elle fit un de ses plus beau sourire factice pour la pose avec le doyen et l'image fut immortalisé dans un flash éblouissant.

"Félicitation mademoiselle"

Félicitait l'homme aux cheveux gris.
Celui-ci lâchait le diplôme et la nouvelle diplômé descendit de la scène aussi fièrement qu'elle était monté. Suite du programme ? Retirer la tenue de remise de diplome, et profiter un peu du buffet, se détendre ça sera bien mérité... Sauf que... Une fois la scène quitté, quelques journalistes locaux s'empressait de rejoindre la jeune juge.

_ Mademoiselle Rotschild ! Allez vous réellement utiliser votre diplôme ou vous rediriger vers la finance comme vos parents ?

_ Si j'ai fais des études de droit, c'est pour m'en servir.

Répondit-elle sèchement.
N'appréciant pas cette interview sauvage. Clélia avançait péniblement jusqu'au vestiaire femme.

_ Mademoiselle, est-ce que votre réputation de milliardaire a joué dans vos études, influencé vos professeurs, vos camarades...

Elle foudroyait le journaliste du regard, se retenant de changer son micro en or... Ca lui aurait fait trop plaisir... Un scandale !

_ Mademoiselle, vos parents ne semblent pas être présent, avez vous une explication ?
_ Je... Euh... Nous fêterons ça ce soir, en comité restreint. Maintenant laissez moi.

Exigeait-elle.
Claquant avec force la porte des vestiaires, de l'autre coté, au calme, la jeune femme soupirait longuement... De vraie vautours... Elle repensait au mensonge qu'elle avait déclaré pour qu'il se fasse les dents... C'était pitoyable ! Clélia s'approcha de son casier, et probablement à cause du stress de la journée, de la frustration de mentir aux sujet de l'absence de ses parents, et bizarrement la joie d'en finir avec ces études... Lorsqu'elle saisit ses clés pour ouvrir l'armoire verrouillé, celle-ci se changeait en or.

_ Et merde, c'est bien le moment... Calme toi...

Inspiration profonde...
Expiration longue. C'est rare quand elle jure, mais quand ça a besoin de sortir... La jeune femme se déshabillait et rangeait soigneusement sa toge et chapeau de diplômé au profit d'une petite robe noir de cocktail avec des ballerines assortie. Clélia avait l'air chic, comme à son habitude... Le temps qu'elle se prépare, mette un peu de parfum, une bonne dizaine de minute s'écoula mais déjà, on entendait dans la salle des fêtes que l'ambiance était passé de quelque chose de solennelle, à plus festif.


Bon...
C'était pas non plus l'ambiance d'Ibiza, on reste encore dans le sobre et scolaire. Clélia, après avoir refermé son casier, entrouvrit la porte du vestiaire... Les journalistes étaient partie ! C'est bon ! Elle sortie de son pseudo refuge et observait un instant les étudiants qui accordaient le plus souvent, leurs premières danses à leur père ou mère... C'est miiignooon... Remercier ceux qui nous ont donné l'opportunité d'avoir une place dans la société. La jeune femme se tournait vers le buffet déjà bien bondé...

Elle grimaçait...
Si elle avait su elle aurait prit rendez vous pour être certaine d'avoir une coupe de champagne. Pas question de se faufiler là dedans, si c'est pour se faire piétiner, bousculé...

La patience allait être une prochaine vertu.


Dernière édition par Clélia R. Rothschild le Dim 24 Jan - 11:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] EmptyJeu 14 Jan - 12:13




L
a remise de diplôme que de souvenir dit donc. Un moment de joie intense. L'instant où l'on sait que les études, c'est fini et qu'il faut maintenant entrer dans la vie active. Mettre à profit tout ce dont on a appris depuis toutes ces années. C'est aussi un moment de liberté puisqu'on peut enfin dire au revoir à tous ces professeurs qui en ont fait baver pendant des heures. La remise des diplômes et sûrement l'un des nombreux meilleurs moments de la vie. En tout ça cela l'avait été pour toi.

Habillé de ton plus beau costume noir, d'une cravate rouge et d'un sourire aux lèvres, tu regardes l'estrade avec enthousiasme. Qu'est-ce que ça fait de voir sa petite protéger devenir grande ? C'est plaisant. C'était agréable de devenir le maître le quelqu'un qui voulait toujours en apprendre plus. Pas forcément facile tous les jours, mais le résultat est sous tes yeux. Diplômé avec des félicitations, une grande, belle et longue carrière s'ouvrait à la jeune femme. Que demander de plus ? Tu aurais raté cet évènement pour rien au monde. Ce n'est pas tous les jours qu'on peut voir son enfant – même si elle n'était en rien la tienne – vêtue d'une toge, d'un petit chapeau et d'un bout de papier remis qui signifiait tant de choses. La petite stagiaire devenait grande. Elle avait bossé alors forcément elle le méritée amplement.

De ton siège, tu voyais les jeunes diplômés défilés un a un. Il y avait les petits discours pour les quelques majors de la promo et tous les autres ce contenté de prendre leur petit papier doré précieusement avant de détaler de la scène. Cela dura un bon moment avant qu'il ne libère tous les parents, amis qui été venue pour ce jour si spécial. Ils abordaient toute cette petite expression de fierté à leurs égards. Sûrement l'un des rares jours ou tous les parents sont d'accord entre eux sur leur ressentit. Silencieusement, tu suis le troupeau qui mène à la petite salle de réception. Boisson et musique à volonté avec modération forcément, il ne faut pas certainement pas s'attendre à voir des litres et des litres d'alcool. Ce n'est pas le genre de choses qu'on verra dans une école. Faisant partie des premiers à pouvoir se servir en boisson, quand ton tour arrive, tu récupères deux coupes de champagnes. Discutant ensuite un peu avec quelque parent qui demande lequel est ton enfant. Légèrement embarrassant dans le sens où, mise à part une relation « professeur élève » il n'y a rien. Pas de lien de parenté. Mais cela n'empêche en rien d'être content en fin de compte. Tu as aussi pu revoir un ancien professeur qui avait pris un sacré coup de vieux. Les années où tu étais le premier de sa classe remontent à loin, très loin.

Et puis, c'est finalement au bout d'un moment, quand ce petit déluge de troupeau et d'avalanche de questions se disperse, que tu la remarques enfin. Élégante comme toujours, maintenant qu'elle a quitté sa toge, peu étonnant là-dessus. D'un pas assuré et un petit sourire en coin, voilà que tu t'en rapproches rentrant dans son champ de vision. Une coupe de champagne poliment tendu vers elle :

« Mademoiselle la diplômé. Félicitation ! Il faut fêter ça correctement   »

Correctement, oui, sans aller dans l’excès tout de même.

« J’ai quelque chose pour toi. Après tout ce temps à devoir me supporter en tant que maître de stage et au vu de ta réussite, il fallait quelque chose qui soit à la hauteur de tout ça. J'espère que tu aimeras. »

De simples « bravo » n'étaient pas suffisant, selon toi, il fallait marquer le coup au moins une fois. Pour cela d'ailleurs que le prix fort avait été mis dans ce petit présent. Farfouillant d'une main à l'intérieur de la veste, tu en sors une petite boite en velours bleu que tu tends avec joie vers sa propriétaire. Espérant au fond que cela lui plaise.
Est-ce que ce sera le cas ?
Rien d'imaginer sa réaction, ça ne fait que t'offrir une boule au ventre.
La poisse.

Boooooon, voilà ton cadeau commençant par B... Broche
Spoiler:
 


Dernière édition par Alaric J.R Watson le Dim 17 Jan - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] EmptyJeu 14 Jan - 21:42

Un cadeau pour moi ?La remise de diplôme avec Alaric

   
Cinq minutes...
C'était le temps maximal qu'avait réussi à attendre Clélia pour ce fameux champagne... Elle se résigna, trop de monde, trop de bousculade ! N'importe quoi ! A croire que tout les alcooliques du coins s'étaient préparés longuement à l'avance pour avoir leurs coupes... Mince, c'est d'abords réservé aux étudiants qui ont si durement travaillé ! Pas pour les parents... Aussi absent soient-ils.... Clélia réprimait un grognement, avant de croiser les bras et de s'écarter de la masse en manque de champagne.

Plus loin...
On pouvait entendre les parents s'auto-félicité entre eux sur la brillante année de leurs enfants et surtout l'avenir florissant qui s'annonçait. Clélia soupirait... Dieu... Que la soirée promet d'être longue. Soudain... Un confrère blond familier fit irruption parmi tout ces visages inconnues. Alaric ! Il est venue ! Clélia, ne laissait rien transparaitre et répondit à son sourire par le siens. Le maître de stage a donc répondu présent à l'appel de la remise de diplôme, de sa stagiaire, aussi riche, chiante soit-elle avec son foutue caractère. Elle était réellement content de le voir et il avait fait un bel effort vestimentaire lui aussi. Il l'abordait, assez fièrement, avec une coupe de champagne ! ENFIN ! Le Graal accompagné d'un Messie !

« Mademoiselle la diplômé. Félicitation ! Il faut fêter ça correctement  »
_ Merci, monsieur Watson, c'est grâce à votre enseignement.

Répondit-elle en saisissant la coupe.
Tout aussi fière d'avoir été sa stagiaire. Elle appuyait bien sur le "Monsieur Watson", et pour cause, les fois où elle l'appelait par son nom de famille, devait se compter sur les doigts d'une main. En général, si elle l'appelait ainsi, soit c'était parce que le contexte était sérieux, soit un contexte d'engueulade sur un dossier, soit pour le taquiner un peu. Elle trinqua avec lui, puis il reprit :

« J’ai quelque chose pour toi. Après tout ce temps à devoir me supporter en tant que maître de stage et au vu de ta réussite, il fallait quelque chose qui soit à la hauteur de tout ça. J'espère que tu aimeras. »
_ Un cadeau ? Pour moi ? Euhm... Tu n'aurais pas dû, tu sais...

Ah bha au moins...
Ils s'accordaient pour dires, qu'ils se supportaient l'un l'autre ! Non, plus sérieusement, il y avait des bons souvenirs dans ce stage, tout comme des bonnes portes claqués sous la colère. C'était vivant, intense comme année, et cette séparation, retrouver un bureau calme fera sûrement étrange dans un premier temps.

Clélia...
Était relativement surprise de son geste. Un cadeau ? Vraiment ? Pourquoi se risquer à offrir quelque chose à l'une des filles au monde, qui peut déjà tout s'offrir ? La dernière fois qu'on lui a fait un cadeau, c'était pour ses anniversaires, son frère qui lui en offrait un... Ou une sortie tranquille entre frère et soeur... Après... En dehors du cercles familiale, peu s'était osé à lui offrir quoique ce soit, car "Elle peut avoir tout, et elle n'a besoin de rien cette fille là", c'est ce qu'on dit... Du coup, même ses prétendants se retrouvait à court d'idée en matière de cadeau pour la séduire... Car après la question du "Qu'est-ce que je lui offre ?", vient le " Ouais mais... Ca va lui plaire ? Elle ne l'a pas déjà ??". Déjà, taper dans un cadeau bas de gamme, d'occasion... Serait étrange, bien que jamais tenté ! Après, lui offrir dans le luxe, ce n'est pas à la porté de tous... Il reste quoi ? Ce qui vient du cœur, les cadeaux vraiment personnel... Mais cette fille est si intimidante aux premiers abords. Quel galère ! Du coup, on abandonne et on lui offre rien, affaire classé !

Cependant...
Ca restait très frustrant pour Clélia... Surtout quand on entend de la bouche d'autres femmes " Mon Jule m'a offert ça, et ça blalblabla, j'en rêvais !", ce à quoi, Clélia répliquait intérieurement, jalouse et très frustré " Bha si t'en rêvais tant, t'avais qu'à te le payer toi même ou travailler pour l'avoir et pas attendre que quelqu'un te l'offre, idiote !"... Ouh... C'est pas beau la jalousie !

Alaric...
Après avoir fouillé dans sa veste noir, sortie une boite en velours bleu qu'il tendit à la jeune diplômé. Première réaction, elle devint rouge ! Qu'est-ce qu'il fabrique ?! Là, parmi tout le monde avec cette boite qui tient dans la main, ça peut prêter à confusion ?!! L'estomac de Clélia se serre, c'est une blague ? Elle déglutie et ouvre doucement le coffret pour y trouver...

Une magnifique broche papillon.
Pfiouh, dix kilos de stress en moins pour Clélia, et un regard qui s'illuminent ! Alaric a visé dans le mille avec ce bel accessoire. Elle brille, elle est resplendissante ! Clélia arrive difficilement à contenir son émotion... Un beau papillon doré. Délicatement, la juge décroche l'accessoire de son écrin pour l'accrocher à sa robe, c'est parfait, ça s'accordera aussi avec ses tailleurs pour le travail ! Elle relève son visage vers Alaric, géné pour l'une des rares fois de sa vie.

_ Ouaw... Euhm... Merci beaucoup, elle est vraiment très belle. J'apprécie sincèrement.

Ses mots...
Etait encore trop fade par rapport à ce qu'elle ressentait. Simplement, bondire de joie et d'hystérie comme une gamine de douze ans, et frimer comme jamais... Ca ne se faisait pas pour Clélia, enfin... Ca ne se faisait plus surtout, à son âge, mais elle aussi maintenant allait avoir l'occasion de frimer avec sa broche " C'est mon maître de stage qui me l'a offerte, j'ai pas eu besoin de baver pour l'avoir, je l'ai eu parce que je suis bien"... Ouh ! la prétention, c'est pas beau non plus... Bon, allez ça va pour une fois !

Soudain...
Une musique gaie, entrainante se fait entendre... Une valse mis au goût du jour. Le sourire de Clélia s'élargit, et elle propose.

_ En guise de remerciement pour votre cadeau, m'accorderiez vous cette danse ?

Ses cours de danse...
Date de son enfance, mais à ce qui parait ça ne s'oublie pas, tout comme le vélo.

La soirée s'annonce très bien finalement !
   

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] EmptyDim 17 Jan - 18:42




B
eaucoup de questions été en train de se bousculer doucement à l’intérieur de ta petite tête. Est-ce que cela pouvait lui plaire ? Faut dire que c’est une jeune femme qui peut déjà s’offrir beaucoup de choses quasiment d’un claquement de doigts. Ce petit présent fait déjà peut-être partie de sa collection inestimable de bijoux ? Dans ce cas-là, tu aurais l’air bien con de lui offrir le double et surtout bien gêner. Elle mérité quelque chose d’unique après autant de temps passer à fournir un si bon travail. Chaque chose se devait d’avoir une récompense et à la hauteur de surcroît. Peut-être qu’elle allait y voir des intentions peu recommandées en te voyant lui faire un cadeau, alors qu’e réalité ceci ne partait que dans le sens d’être aimable. Tu n’attendais rien en retour venant d’elle. Si ce n’est que celle-là lui plaise. Surement un peu trop demandé. C’est assez dur de satisfaire les goûts d’une femme qu’on ne connaît pas et qui plus est, peut se permettre ce genre de folie sans soucis. C’est pourquoi tu guettes la moindre de ses réactions une fois que cette petite boite de velours passe entre ses fines mains. S’il y avait le moindre sentiment de dégoût à cet égard, tu ne savais pas trop comment réagir. Avec un simple sourire d’excuse serait surement le plus adapté ? En espérant qu’elle ne te renvoie pas ce cadeau en pleine figure. C’est si imprévisible la réaction d’une femme.

C’est quelques petites secondes d’écart entre le moment où le cadeau passent de tes mains au siennes, te paraît interminable. Pourtant, la réaction se présente enfin devant toi. À ta grande surprise, tu la vois rougir et rayon comme jamais pour la première fois de ta vie depuis que tu as fait sa connaissance. Tout se stresse pour rien en fin de compte. Son simple visage illuminé suffisait à comprendre que la broche lui plaisait. Comme quoi, pas encore aussi nul que ça pour trouver des cadeaux à ces demoiselles. Le papillon, qui s’avérerait être au final en très bon choix entre la tortue et le scorpion au moment u choix, lui allait comme un gant. Il s’accordait bien à la fois à sa robe qu’à beauté. De quoi envier quelque jalouse à cette soirée. Qu’est-ce qui te ravivais le plus dans tout ça ? Un peu de tout à la fois. Cette petite joie qu’elle venait de t’offrir en découvrant son présent, son sourire, le fait d’être présent à un jour aussi important. Un ensemble de toutes ces choses qui rendaient le début de ces festivités agréables à vivre. Elle n’avait pas vraiment de quoi avoir besoin de te remercier. Pour toi, cette action semblait presque normale.

Toi, petite borne, tu la regardes avec un petit sourire en coin. Avec un sentiment un peu étrange de devoir dés à présent la considérer comme une future collègue et non plus la petite stagiaire qui t’en a fait baver. C’est que tu as quand même bien souffert malgré que ce soit elle qui était à tes ordres. Ces pauvres petites portes trop souvent claqué au nez – à deux doigts d’exploser celui-ci au passage – où bien d’autre anecdote encore. C’est fou comme cela risque de te faire un grand vide, et calme plat mine de rien. Enfin, tu sors bien vite de ces petites réflexions en entendant sa demande. Une danse ? Eh bien pourquoi pas. C’est que l’idée t’effleurait déjà depuis un moment.

« Eh bien, j’aurais aimé être celui qui invite. Mais je ne dis pas non pour autant »

La coutume veut que ce soit l’homme qui invite. Et toi, tu fais partie de ceux qui aiment les respecter. Galanterie voyez-vous. Mais il faut dire qu’elle vient de te prendre de cours en prenant de l’avance sur la proposition. Mais ce n’est certainement pas pour ça que tu comptes refuser. Au contraire. Tu te permets de prendre son verre des mains pour le poser avec le tient sur une petite table à côté. Reprenant la boite en velours pour la remettre à l’intérieur de la veste, histoire de lui laisser les mains libres pour danser comme il se doit. Tu te places ensuite devant elle pour lui tendre la main galamment, comme le fond, c’est fameux prince charmant. Attendant qu’elle la prenne, tu l’emmènes sur la piste de danse entourer des autres diplômés qui font à leurs tours leurs entrées. Une main sur sa hanche, l’autre dans la sienne. Les corps collés l’un à l’autre (*rrrr*) et les yeux… Non pardon, l’œil plonger dans le sien, tu te laisses portés par la musique. C’est toi qui mènes la danse, lentement, elle n’a cas suivre tes pas en te fessant confiance. La musique est agréable, il est facile de se laisser entraîner par celle-ci. Même s’il y a du monde tout autour qui s’accumule sur la piste, il n’est pas bien difficile de les oublier. Tu finis par reprendre la parole au bout d’un moment à tourner en rond ainsi :

« Alors, ton sentiment sur le fait être enfin diplômé, c’est plaisant ? Plus besoin de réviser jusqu’à pas d’heure, de faire des examens en stress. Je suis sûre que ma présence sur ton dos va te manquer une fois plongé dans le travail. Tu verras, ce sera bien trop calme autour de tour de toi. Mais on sera surement mené à travailler ensemble. Enfin, je l’espère. Que je puisse t’embêter un peu !  Dis-tu en souriant. Quelles sont donc les premières choses sur ta liste ? »

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] EmptyMar 19 Jan - 13:48

La suite du programme après le diplome ? Avec Alaric

   
Alaric...
L'espace d'un instant semblait perturbé par la demande de la jeune diplômé. L'avait-elle prit de court ? L'homme à la chevelure d'or ne se démontait pas pour autant et répondit.

« Eh bien, j’aurais aimé être celui qui invite. Mais je ne dis pas non pour autant »
_ Ah ! Très bien ! Tu te rattrapera une autre fois, ne stress pas.

Rassurait-elle.
Il aurait préféré être celui qui invite ? Ah ! Mais c'était sans compter l'assurance de la jeune femme, qui n'attends pas, jamais, elle propose, demande ou se sert... Comme à son habitude, ça c'est sûre que Clélia n'est pas une femme passive à attendre que les choses viennent à elle. Alaric, saisit le verre de Clélia pour le déposer sur la table à coté, puis il reprit aussi la boite de velours pour la glisser à nouveau dans la poche de sa veste, comme ça, sa partenaire de danse aura les mains libres.

Soudain...
Dans la tête de Clélia, ça panique un peu et pour cause, elle pensait qu'il allait refuser ! Comme dit précédemment, elle avait apprit à danser, plus petite mais... Elle ignorait qu'Alaric allait accepter et de deux, elle ignorait son niveau ! Un peu de challenge  et de surprise. Il savait donc danser, comme quoi au bout d'un an, elle était bien loin de tout connaitre sur lui. Face à lui, il lui tendis la main et elle y déposa la sienne puis se fit entrainer sur la piste parmi les autres danseurs... Alaric semblait à l'aise, Clélia soufflait doucement, c'est juste une danse, pas un autre examen.

Il déposait.
Sa main sur sa hanche, et la pauvre jeune femme avait tellement l'habitude d'être touchée (ironie), que son corps se raidit malgré elle. Clélia eut un léger mouvement en avant, sauf qu'en avant c'est son armoire d'ancien maître de stage. Les joues pourpres, elle se racla la gorge en baissant la tête glissant d'une voie aussi maladroite que son sourire.

"Désolée, ça fais longtemps"


Longtemps que quoi ?
Qu'elle n'a pas danser, bande de pervers. Puis, la position initial, tout lui revenait peu à peu, Clélia était rassurée, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas. A nouveau confiante en elle, elle déposa sa main gauche sur l'épaule de ce dernier et sa main droite se joignait à la sienne. Alaric, menait la danse et sans trop de difficulté Clélia s'accordait à ses pas * Mince, il danse toute les semaines ou quoi ?*, se demandait-elle. Puis, son regard croisa l'oeil de son cavalier, qui semblait détendu et ravit... Alors, comme si c'était contagieux, le corps de la jeune femme se détendit à son tour pour de bon et ainsi, ils valsaient très bien parmi les autres. Après tout, ils ont travaillés un an ensemble, ce serait un comble si ça dysfonctionnait.

Simplement...
Même au bout d'un an, jamais Clélia n'avait été aussi proche physiquement d'Alaric. C'était bizarre... Bien sûre, elle l'avait invitée à la remise, mais elle n'avait pas pensé qu'il accepterait, tout comme le coup de la danse. C'est ça, elle avait en face d'elle un Alaric qu'elle ne connaissait que très peu. Perdu dans ses pensées à ce sujet, son cavalier la ramenait dans l'instant présent en reprenant la conversation.

«Alors, ton sentiment sur le fait être enfin diplômé, c’est plaisant ? Plus besoin de réviser jusqu’à pas d’heure, de faire des examens en stress. Je suis sûre que ma présence sur ton dos va te manquer une fois plongé dans le travail. Tu verras, ce sera bien trop calme autour de tour de toi. Mais on sera surement mené à travailler ensemble. Enfin, je l’espère. Que je puisse t’embêter un peu ! »

Il souriait et Clélia rit un peu.

«Quelles sont donc les premières choses sur ta liste ? »
_ Tu es sûre de vouloir le savoir ? Je vais dire à toute la ville à quel point tu étais invivable au quotidien... Que j'étais ton souffre douleur.

Blaguait-elle.
Clélia savait pertinemment que de son coté aussi, elle avait son caractère. On aurait dit un vieux couple qui parle du temps passé ensemble.

_ Non... C'est vrai qu'au début, j'avais un peu peur entre nous deux et puis... Aujourd'hui, je suis vraiment ravie que tu ai été mon maître de stage. On a été très exigeant l'un envers l'autre et aujourd'hui, ça a finit par payer.

Avouait-elle.
Clélia qui complimente ? C'est forcément sincère tant c'est pas courant et réservé à des personnes exclusive à son entourage, elle ajoutait.

_ Et... Et bien sûre que tu vas me manquer, toi et ton œil qui vois tout. Mais... Je ne pense pas te manquer si longtemps...

Elle finit sa phrase sur un ton mystérieux.
Quelques secondes de silence pour le suspens, Clélia lui souriait de manière malicieuse tout en profitant de la valse.

_ Plus sérieusement, j'aimerais entrer dans le Gouvernement. Je veux devenir juge des affaires civiles, Alaric.

Dévoilait-elle.
Il savait qu'elle voulait devenir juge, mais après, sa spécialisation, peu de gens étaient au courant.

_ Je veux rétablir la justice dans cette ville déchiré par la guerre entre Elementis et Domae, je veux servir les vrais victimes de ce conflit... Les citoyens.


Déclarait-elle avec confiance.
Comment allait-il prendre le faire, que sa "petite stagiaire", allait très probablement devenir une futur "collègue" ? Clélia ne s'était pas encore trop posé cette question, n'y voyant pas d'inconvénient pour sa part... Ils ne partageraient plus le même bureau de toute façon.

Entrer dans le Gouvernement...
La seule chose qui la tracassait réellement à l'idée d'obtenir un poste là bas... C'est de dévoiler qu'elle est une ancienne Elementis. Elle savait qu'Alaric... Elle le savait Domae, et ça ne la jamais dérangé, lui trouvant avec le temps quelques similitudes avec l'animal qu'il incarnait en quelques sortes. La jeune femme, ne s'attarda pas trop sur cette pensée et préférait se concentrer à nouveau sur son cavalier.

_ Alors ? M'aiderais-tu à entrer là bas ou bien...


Demandait-elle.
Avec son stage, elle savait déjà comment ça fonctionnait là bas et c'est pour ça qu'elle voulait y travailler... Il n'y a qu'en étant à la tête des affaires civiles qu'elle pourra régler certaines choses, entre autre financer la défense de la ville et la renforcer...

Elle voulait réellement aider les citoyens.
   

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] EmptyMar 19 Jan - 20:28




Q
uoi que de plus attrayant que de partager une danse avec l’une des plus belles jeunes femmes de la soirée. Il y a de quoi faire des jalouses ici entre vous deux. Après tout, tu fais partie d’un des hommes les plu charmant de la soirée. On dira que c’est normal. En tout cas, cela te plaît de faire une valse avec elle, bien que ta question est de quoi ramener rapidement sur terre. En même temps, il a de quoi se poser quelque question. Maintenant qu’elle avait un joli diplôme à son actif, qu’est-ce qu’elle souhaiter en faire ? L’utiliser certes, cela semble logique, mais où ? Va-t-elle attendre encore un peu ou bien se lancer à la recherche d’un travail dans la seconde qui suit ? Peut-être que d’autre étude supplémentaire l’intéresse ? C’est tout une trottiné de questions que tu es en droit de savoir l’ayant aidé à obtenir sa récompense aujourd’hui. Enfin, cela ne t’empêche pas de rire à ça remarquer. Faut dire que d’un côté, elle n’avait pas totalement tort. Il y a bien des jours où tu étais invivable autant pour elle que pour toi-même. Mais au moins cela animé un peu les jours de travail.

« Toi peur ? Genre de moi ? Je ne sais pas si je dois me sentir flatté. »

Peut-être pas tant que ça. Enfin, il est vrai que tu restes assez imposant de par ta carrure, mais ce n’est pas dit que ce soit seulement à cause de ceci que la jeune femme avait peur. Les choses auraient pu mal tourner pour une raison spécifique ou une autre. Fort heureusement ceci n’a jamais été le cas. Ses réticences sont compréhensibles. Il ne vaut pas être dans les parages quand tu es en colère. Mais cela rester assez dure à croire, elle paraît toujours si sûre d’elle qu’il est à se demander ce qui pourrait bien l’effrayer en réalité. Enfin. Tu la faisais tourner avec plaisir comme dans l’autre. Calquant tes pas parfaitement au rythme de la musique. Les doigts dans le nez, cette valse. Finalement, ce n’était peut-être pas une si mauvaise chose de d’avoir forcé à prendre des cors de danse étant enfant, puis d’assister à toute sorte de réception étant plus grand. Cela rend ce moment bien plus agréable à savourer. Alors que tu enchaînés une nouvelle ronde, ses soudains mots qui résonne à tes oreilles te surprenne légèrement. Était-elle sérieuse où bien ceci était dit sur un ton moqueur ? C’était un peu difficile à savoir pour le coup, son petit air malicieux ne t’aidant à pas dénicher le vrai du faux. Néanmoins, cela ne t’empêche pas de répondre avec un petit sourire en coin « Oh bien sûr que si vous allez me manquer mademoiselle Rothschild. Bien plus que vous ne le croyiez », murmures-tu. C’était dit plus pour toi que pour elle, mais cela rester tout bonnement vrai. Les liens créés en une simple année ne sont pas faciles à oublier aussi simplement. L’avait-elle entendu ? Fallait-il s’attendre à plus avec le ton sur lequel tu venais de répondre ? Non, bien sûr que non, mais cela faisait toujours un petit quelque chose.

Ton sourire continue de s’élargir. Laissant toutes ses petites pensées de côté. Le retour à la discussion actuelle après cette courte pause sentimentale, n’est pas pour déplaire à tout le monde. Et pis la réponse à tes premières questions tombe enfin. Voilà donc ce que la nouvelle diplômée visée depuis le début. Il est vrai que peu de monde ce souci réellement des malheurs de ses pauvres habitant qui sont en plein milieu de cette guerre. Ils sont là, sans avoir la force de défendre comme il se doit, obligé de subir les actes des familles qui réduisent petit à petit la ville à néant. La plupart se contente seulement de vouloir stopper les responsables de tout ce capharnaüm sans se préoccuper des conséquences sur les autres. En soit, c’était une bonne motivation et initiative pour vouloir entrer dans le gouvernement. Si seulement tous les autres pouvaient voir les choses ainsi au lieu de vouloir exterminer la vermine comme dirait certain depuis la racine. Les choses seraient tellement moins compliquées. Enfin, après ce moment de silence à y réfléchir sérieusement, tu le romps en répondant franchement :

« Eh bien, c’est vrai que je connais quelque relation au sein du gouvernement qui pourrait peut-être te faire entrer. Au fond, tu fais du bon boulot jusqu’à présent, même si tu n’étais qu’une stagiaire, tu es clean, je ne vois pas pourquoi il te refuserait une place. De plus, tu es tout fraichement diplômé avec mention. Non, vraiment, tu n’as que des qualités qui jouent en ta faveur pour obtenir une place. Je vais voir ce que je peux faire dans les jours qui viennent à ce sujet-là. »

Avoir des amies avec certaines importances dans le gouvernement, qui ne te regardaient pas avec méfiance au vu de ton appartenance de base, avait de quoi être pratique dans ce genre de situation. De ce que tu sais, elle n’avait pas d’antécédent douteux, ni même une appartenance quelconque avec l’une des familles, en tout cas si elle était Domae, tu l’aurais su. De e fait, il n’avait pas de quoi la refuser. Au contraire, il fallait la voir comme un atout, une carte en plus à pouvoir jouer. Son sort été désormais entre tes mains. À toi de bien la vendre comme il se doit. Au pire, il suffisait de ressortir quelque vieux dossier, dans lequel tu as permis à certain de s’en sortir indemne et qui t’en doit une en retour. En espérant que tu ne sois pas obligée de devoir utiliser ce genre de méthode. La musique de valse s’achève pour laisser place à quelque chose de plus endiabler, n’étant pas un friand de ces danses-là – à moins d’être totalement torché ce qui n’est pas le cas – tu te détaches de la jeune femme gentiment, l’invitant à retourner sur le bord ou vos coupes de champagne vous attendent sagement. Durant le trajet qui vous sépare de celui-ci, tu finis par lui poser une question qui t’intrigue légèrement :

« Dis-moi, excuse-moi si ma question est un peu trop personnelle, mais ça fait un moment que je me demande… Tu as un compagnon ? Non pas que je voudrais tenter ma chance, mais en un an qu’on se connaît et que j’ai pu te voir, aller et venir au bureau, je n’ai jamais vu quelqu’un t’attendre en fin de journée. Enfin, ça ne me regarde pas, mais j’avoue que ça m’intriguer quelque peu. »

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] EmptyMar 19 Jan - 21:22

La valse, le champagne...
La fin de quelque chose
Le début d'autre chose,
avec Alaric

   
Alaric...
Prit le temps de réfléchir. Après tout, selon Clélia il était le mieux placé pour savoir si elle pouvait intégrer le Gouvernement et ne pas être à la ramasse. Elle ne serait plus la stagiaire de Monsieur Watson, mais bel et bien une employé, une juge à part entière. Alaric savait comment elle fonctionnait et c'est étrange en y repensant, mais il était sa plus longue relation avec quelqu'un d'autre... Aussi fréquente ! Bon, on ne s'enflamme pas, c'était professionnel.

« Eh bien, c’est vrai que je connais quelque relation au sein du gouvernement qui pourrait peut-être te faire entrer. Au fond, tu fais du bon boulot jusqu’à présent, même si tu n’étais qu’une stagiaire, tu es clean, je ne vois pas pourquoi il te refuserait une place. De plus, tu es tout fraichement diplômé avec mention. Non, vraiment, tu n’as que des qualités qui jouent en ta faveur pour obtenir une place. Je vais voir ce que je peux faire dans les jours qui viennent à ce sujet-là. »
_ Formidable... En toute honnêteté, si je ne suis pas prise là bas... Je n'avais pas envie d'être muté ailleurs. Je me sens concernée par l'avenir de cette ville.

Expliquait-elle.
Réellement soulagée par le soutient d'Alaric dans son choix d'implantation. En plus du flot de compliment qu'il lui avait fait, ça aussi elle avait bien relevé. En tout cas, la valse s'achevait doucement et pour une reprise, Clélia était pas déçu ! Le prochain morceau sur la piste de danse était un peu plus rapide, heureusement, d'un commun accord le duo quittait la piste pour doucement rejoindre et récupérer leurs coupes de champagne respectives. Ils l'avaient bien mérité car ils avaient bien dansé ! Alaric reprit tout en marchant aux cotés de la jeune juge depuis une heure environs.

«Dis-moi, excuse-moi si ma question est un peu trop personnelle, mais ça fait un moment que je me demande… Tu as un compagnon ? Non pas que je voudrais tenter ma chance, mais en un an qu’on se connaît et que j’ai pu te voir, aller et venir au bureau, je n’ai jamais vu quelqu’un t’attendre en fin de journée. Enfin, ça ne me regarde pas, mais j’avoue que ça m’intriguer quelque peu. »

HEIN ?
La stupéfaction se lisait sur le visage de Clélia, qui ne s'était pas du tout attendu à ce genre de question. Avait-il réellement "surveillé" ses allées et venus ? La panique s'emparait doucement d'elle, sa vie amoureuse, c'était son gros point faible, sa bête noir et savoir si elle était en couple ou non, c'était souvent la question à 1 million de dollar comme on dit.

Sous le stress.
Sa mèche rebelle se redressait sur sa tête, la laque l'Oréal aura fait son maximum, mais ne sera pas venu à bout de cette dernière. Clélia, prise de court à son tour se raclait la gorge, le regard fuyant... Par où commencer ? Déjà... Elle prit sa coupe de champagne et bu une petite gorgée pour se rafraichir la gorge car d'un coup, elle avait la sensation que c'était un désert.

Puis...
Elle se mordit les lèvres, nerveuse avant de relever son visage vers Alaric pour enfin lui réponde sur un ton un peu mal à l'aise.

_ Ouaw... Quel observation. Hum... C'est vrai, je... J'ai pas d'homme qui m'attends chez moi, ou nul part ailleurs. Faut dire, je pense que les femmes de "pouvoir" en quelques sortes, ça intimide certains, donc ça élimine des possibles prétendants... A ça, tu peux rajouter mon nom de famille qui évoque un aspect financier très important... Donc, il faudrait de l'audace, non ?

Elle finit par sourire, avant d'ajouter.

_ Bref, tu as mis dans le mille Alaric... Je suis riche mais seule, alors oui, je dis souvent que c'est par choix, que je n'ai pas repéré de personnes intéressante pour moi ou que je préfère me concentrer sur mes études, mais maintenant qu'elle sont terminés, je n'ai plus d'excuse je suppose. Simplement, me jeter dans les bras d'un imbécile qui n'en veut qu'à mon argent ou qui a le QI d'une poule... Ça ne me tente pas, même si ça déplait à papa et maman qui m'ont montré plus d'une fois des "bons parties", je n'aime pas non plus qu'on me dise qui aimer, surtout dans un but d'enrichissement... Comme si on manquait de quoique ce soit.


Expliquait-elle.
Avant de boire à nouveau une gorgée de ce champagne, pas aussi somptueux qu'un champagne français, mais qui se boit facilement quand même. Les bulles, faisaient pétiller les yeux de la jeunes femme. Clélia reprit sur un ton plus drôle.

_ Et oui ! J'ai été mauvaises élève sur ce point, contrairement à toi... J'en ai vu des clientes te regarder, non pas comme on regarde... Un collègue ou un professionnel. J'ai aussi l’œil pour ça, je suis une femme !


Mais...
Qu'est-ce qu'elle venait de lui dire ?? Le visage de cette dernière s'empourprait, saleté de champagne ! Elle venait clairement de lui avouer qu'elle voyait ses fréquentations. Ça ressemblait un peu à de la jalousie, néanmoins, c'était marrant pour Clélia de les fusiller du regards lorsque certaines femmes déshabillait du regard un peu trop son maître de stage.

_ Excuse moi... Je n'aurais pas du dire ça. C'était déplacé.


S'excusait-elle.
En prenant encore une fois une gorgée, comme si ça allait lui faire oublier ce petit écart.

Finalement, il est très bon ce champagne !


   

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] EmptyJeu 21 Jan - 6:37




On ne cessera jamais de rabâcher que la curiosité est un vilain défaut ! Pour preuve, tu es en train de te mêler de quelque chose qui ne te regarde guère. Pourtant, on ne peut pas nier que ce soit faux. À moins que celui – ou celle, sait-on jamais – qui partage sa vie ne souhaite pas être vue sur son lieu de travail pour la laisser en paix. Mais c’est un peu débile selon toi. La petite Clélia avait pourtant tout pour plaire. Belle, jeune avec du caractère, ce genre de jeune femme qui vous en fait baver subtilement, discrètement, mais où l’on se souvient pendant un long moment de la faute commise. Celle avec qui on ne s’ennuie jamais et pour cause, la relation reste unique. Oui d’après toi, elle faisait partie de ses rares jeunes femmes qui une fois une réelle et sincère relation entamer cela en valait la peine de tout donner pour la rendre heureuse. Alors, forcément, c’était intriguant de savoir qui été le veinard qui avait réussi à capturer son cœur. Ta question restée pour le moins indiscret, cela rentrer dans un domaine priver que tu n’avais jamais franchi en un an. En même temps à ce moment-là, il y a d’autre préoccupation, mais tu serais surtout passé pour un petit pervers. Ce que fort heureusement, tu es bien loin d’être. Sauf que maintenant que tu venais tout juste de demander cela, tu avais un léger doute. Peut-être que ceci allait la rendre mal à l’aise ? Peut-être qu’elle allait se poser des questions sur tes intentions ? Peut-être que grâce à toi, elle allait maintenant se sentir surveillé par son ancien maître de stage ? Comme si tu avais passé tes journées à relater tous ses faits et gestes dans un journal ! Non, non ! Certainement pas. Ce n’était que de la petite curiosité qui s’installer de temps à autre quand ton regard se perdait dans le vide par la fenêtre à l’attendre. Il fallait bien s’occuper.

Cependant, cet air qu’elle affichait à ce moment précis confirmer bien que tu touchés une petite corde sensible. Au fond, tu aurais dû garder ceci pour toi et laisser la curiosité te morfondre lentement. Elle pouvait très bien être une petite veuve effondrée depuis quelques années qui chercher refuge dans l’apprentissage pour oublier le passer ? Un fait que tu pouvais aisément bien connaitre par cœur. Mais dans son cas, qu’est-ce que tu en savais ? Il y avait une chance sur deux que ce soit bel est bien le cas. À ton tour, tu pris une gorgée de champagne enfin récupéré. Laissant ta voix en sourdine pour n’écouter que ses mots qui avaient du mal à sortir. Cela avait des avantages comme des inconvénients d’être très observateur. Pratique pour le boulot, mais pour des choses plus personnel, comme maintenant, il fallait souvent savoir mettre sa langue dans sa poche avant d’oser poser une question. Quoi qu’il en soit, tu restais assez surpris de toutes ces révélations. Tu aurais parié qu’il y avait bien quelqu’un dans sa vie, comme quoi tu ne peux pas avoir raison sur tous les points. C’était un peu triste, mais quelque fois le fait d’être célibataire n’était pas une mauvaise chose. Cela laisser soit plus de place pour s’engouffrer dans le travail, ou bien de faire des rencontres. Ou pour d’autre de sombrer dans une boucle infernale de déprime. Ce que tu ne lui souhaiter pas. Tu pris une nouvelle gorgée, en la regardant. Pour quelqu’un de seule, elle n’avait pas tant l’air de s’en plaindre pour autant. Et puis avec sa nouvelle carrière qui allait enfin se lancer, il y avait de quoi ne pas avoir le temps de penser à un petit copain. Quoi qu’il ne faut pas pour autant mettre tout ça de côté.

Tu allais lui dire de ne pas s’en faire, qu’elle avait encore le temps pour laisser faire le destin pour une éventuelle rencontre amoureuse. Mais sa remarque te stoppa nette dans ton élan de compassion. Alors comme ça, tu n’étais pas le seul à te poser des questions sur un les relations et conquêtes d’autrui ? Il y avait quelque chose dans sa voix. Quelque chose qui était bien loin de passer inaperçu.

« Mademoiselle Rothschild, seriez-vous, par le plu grand des hasards, jalouse de ses jeunes femmes qui me regardent ? »

Si c’était le cas, autant se sentir flatter ! Il n’y avait pas de quoi l’être pourtant. Certaine n’était là que pour demander de l’aide tant dit que d’autres… Eh bien les autres étaient celles qui revenaient souvent le week-end pour du « travail supplémentaire » dirons-nous. Mais ça elle n’avait pas besoin de le savoir. Chacun ses petits jardins secrets. Cela ne t’empêcher pas de la regarder avec un petit sourire en coin. Clélia Rothschild, jalouse. Qui lut cru ? C’est dire à y croire.

« Ne t’excuse pas. Il n’a rien de bien méchant là-dedans. Au contraire. Enfin, si elle me regarde ainsi, c’est que malgré mon âge, je dois avoir encore un peu de sex-appeal. Ce qui est plutôt plaisant !  Dis-tu en riant. Sérieusement, tu n’as pas à te sentir gêner pour si tu peux. Je pense qu’on en vient à un Stade ou l’ont peu se dire les choses franchement. Et puis bon, nous ne sommes qu’amis, non ? Ce genre de question ne devrait être un rien déplacé dans ce cas. »

Oui « ami », vous pouviez bien l’être, mais était-ce réellement le cas ? Il n’y avait-il pas une pointe de doute dans la phrase que venait tout juste d’énoncer ? Si un peu. Mais qui allait en faire la remarque après tout ? Si encore quelqu’un l’avait capté.

« Enfin. Je vais peut-être faire mon rabat-joie, mais ne t’acharne pas trop tôt sur la coupe de champagne. Je m’en voudrais de te laisser entre de mauvaises mains, qui ne te mérite pas. »

J'ai fait une nuit blanche pour tes beaux yeux. Si ce n'est pas mignon xD
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] EmptyVen 22 Jan - 10:04

Je suis invitée à des galas depuis petite Ne me chaperonne pas, Alaric !

   


Après avoir écouté.
Les déboires amoureux de Clélia. Alaric reprit la conversation, visiblement amusé par la remarque que s'était permise la jeune juge. Elle de son coté, regrettait ce petit écart de conduite, ah, la sincérité quand tu nous tiens... Difficile de garder sa langue dans sa poche dans certaine circonstance, Clélia ne le savait que trop bien. La cérémonie battait son plein, on pouvait dire que la remise était un franc succès... Cependant, pour notre héroïne en or, se dépatouiller de ce sujet sensible qu'est la vie amoureuse... C'est pas gagné et c'est loin d'être aussi festif que le reste. Elle aurait donné n'importe quoi pour qu'en cet instant, une météorite s'écrase, que quelqu'un face un mal aise, une diversion ! N'importe quoi ! Et on oublie ce passage gênant.

« Mademoiselle Rothschild, seriez-vous, par le plu grand des hasards, jalouse de ses jeunes femmes qui me regardent ? »

Clélia...
Se noyait à moitié dans sa coupe avant de répliquer vivement.

_ Jalouse ? Mais jalouse de quoi ? De qui ? J'ai AUCUNE raison d'être jalouse, j'ai absolument tout ce que je veux, quand je le veux... C'est moi qui rend les autres jalouses en temps normal. Ce que tu dis n'a pas de sens.

Ouuh...
Cette mauvaise foi qui fait partie de son caractère, de son charme certains diront. S'en était risible, pourtant, Clélia était tout ce qu'il y avait de plus sérieux. Peut-être que des personnes qui ne la connaisse pas aurait cru à cette déclaration et dire " Ah bha non, je me suis trompé"... Pourtant, même les personnes les plus friquées du monde sont en mal de quelque chose, ou de quelqu'un... Ou d'amour... On est jamais content, c'est ça la vérité.

Alaric reprit, souriant et confiant.

« Ne t’excuse pas. Il n’a rien de bien méchant là-dedans. Au contraire. Enfin, si elle me regarde ainsi, c’est que malgré mon âge, je dois avoir encore un peu de sex-appeal. Ce qui est plutôt plaisant !»

Oh le...
Il riait, mais Clélia était bouche bée devant sa confiance débordante. Bon... C'est vrai qu'il a les charmes d'un homme mature, qu'on peut vite se sentir en sécurité en sa compagnie, il est drôle, il a de la culture, il est surprenant de part ses multiples talents et... Clélia cessait de réciter dans sa tête ses qualités... Si jamais elle lui donne raison, il pourrait en parler pendant bien vingt ans. Alors, elle hocha doucement la tête, l'air de dire "Ouais... T'es pas encore à jeter".

« Sérieusement, tu n’as pas à te sentir gêner pour si tu peux. Je pense qu’on en vient à un Stade ou l’ont peu se dire les choses franchement. Et puis bon, nous ne sommes qu’amis, non ? Ce genre de question ne devrait être un rien déplacé dans ce cas. »
_ Oui... Oui enfin, je ne pensais pas que tu m'imaginais capable de discuter relation ou coucherie ici, maintenant... En fait, moi même je ne pensais pas avoir ce genre de discussion avec toi. J'imagine que de part nos statuts précédents, ça n'aurait pas été franchement éthique et professionnel... Mais maintenant... M'enfin, faudra pas se sentir obliger de faire un compte rendu chaque semaine.

Oui...
La relation stagiaire-maître terminé, c'est sur que désormais, ils pouvaient aborder tout les sujets sans tabou, enfin presque. Bizarrement, ça irriterait Clélia de savoir avec qui Alaric aurait passé son weekend, même si ça ne serais pas une surprise... Ce serais juste de la frustration quelque part. Bha ! Maintenant son diplôme en poche, elle pouvait probablement accorder plus de temps à sa vie amoureuse quasi inexistante...

«Enfin. Je vais peut-être faire mon rabat-joie, mais ne t’acharne pas trop tôt sur la coupe de champagne. Je m’en voudrais de te laisser entre de mauvaises mains, qui ne te mérite pas. »

Clélia...
Etait en train de finir sa coupe sans s'en rendre compte. Elle déposa son verre sur une table à proximité, d'une manière un peu sèche.

_ En effet... Ne fais pas ton rabat joie. J'ai 28 ans, je fais des galas depuis que j'ai 17 ans... On m'a forcée à boire des trucs affreusement cher et dégoutant ! Alors pour une fois qu'un champagne bon marché me séduit... J'ai le droit ! Et... Et puis je fête mon diplôme comme je l'entends ! Monsieur Watson.

Recadrage plutôt clair, net et précis...
Et comme mademoiselle a bu son champagne un peu trop vite, l'alcool lui ai déjà un peu monté à la tête (Mais ce champagne se boit vraiment très bien !), Clélia, joua la provocation en quelques sortes en attrapant au vol, une nouvelle coupe pleine. Son regard plein de malice pour Alaric.

_ Voilà, j'allège le serveur.

Justifiait-elle, avant de sourire, son calme retrouvé.

_ Donc... Je fête mon diplôme, comme je l'exige, et comme nous ne sommes qu'amis, votre rôle sera de me raccompagner, qu'importe mon état. Puisque tu as décidé d'être sérieux... Moi pas. Tu sais où j'habite non ?

Expliquait-elle.
Levant son verre devant lui avant de prendre une nouvelle gorgée "divin". En fait, Clélia a l'impression de s'être tellement enfoncée avec la discussion de sa situation personnel, qu'elle même souhaite oublier cet affreux passage, avec ou sans l'accord d'Alaric... Et surtout sans son accord en fait. C'est pas comme si elle fêtait quelque chose tout les weekend, donc... Et puis chez elle, elle a beau avoir les meilleurs champagnes français, en boire toute seule, ça donne une sale image d'alcoolique dépressive qu'elle n'est pas, heureusement... Clélia... Elle tient juste mal l'alcool.

Mais oui que tu es beau Alaric !

   




Hrp : Et moi je me suis levée tôt pour te répondre ♥ c'est le cyyycle du rp !!


Dernière édition par Clélia R. Rothschild le Ven 22 Jan - 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] EmptyVen 22 Jan - 20:43




Q
u’est-ce que voulait dire cette phrase « entre de mauvaise main qui ne te mérite pas », parce que les tiens la mériter peut-être ? Certainement pas. Ou peut-être que si, ce sera toujours mieux qu’un pauvre type qui passe par-là pour son propre plaisir personnel profitant malgré elle, d’une Clélia inconsciente. Mais tout de même, en une fraction de secondes, tu ressembles à un petit chaperon qui surveille tous ses faits et gestes, au litre d’alcool près. Elle est pourtant grande, elle sait ce qu’elle fait et connaît les dangers envers ce type de consommation trop poussé. Néanmoins, ceci est plus fort que toi. Tu ne peux pas t’empêcher d’y mettre ton petit grain de sable. Ce n’est pas pensé à mal, tu souhaites simplement la protéger. C’est dans ta nature quand tu tiens à quelqu’un. C’est un fait qu’elle s’empresse sans perdre de temps de te rétorquer. Et elle a bien raison en un sens, elle n’est pas stupide et comme dite ce n’est et ne sera certainement pas sa première soirée avec champagne. Tu ne peux décidément pas surveiller tout ce qu’elle fait, ça ne fait pas et certainement pas à son âge. Ce n’est plus enfant.

Ton visage, bien qu’il ne laisse pas transparaitre grand-chose en gardant ton expression « sympathique » avec un sourire aux lèvres, est en réalité à deux doigts de la foudroyer du regard. Mais tu t’abstiens. Un peu de tenue, c’est ça soirée après tout. Et même quand mademoiselle se permet de reprendre un verre avec un air de défi, tu ne bronches pas. Au contraire, tu fais de même après avoir fini l’ancien d’une traite. Ce qui est sûr, c’est qu’avec toi, il faudra bien plus qu’un simple champagne pour commencer à sentir un quelconque effet. Tu bois la moitié de celui-ci en l’écoutant d’une oreille. C’est qu’elle joue sur une pente dangereuse. Si elle tient vraiment à ce que tu la ramènes chez elle, elle sera servie. Mais la méthode employée aura surement peu de chance de réellement lui plaire. Tu rebois une gorgée, puis tu lui réponds sans pour autant te délaisser de ce petit sourire :

« Oui, je sais où tu habites. Et ce n’est franchement pas l’envie qui me manque. Mais puisque tu as décidé de jouer les bornées, fait donc je t’en prie. Je te porterais comme un vulgaire sac à patates jusqu’à chez-toi… Ne me tente pas avec de la provocation. »

Ce serait comme joué à un jeu où tu es sûr de gagner. Mais ce jeu-là à des contrecoups et ce n’est pas dit que tu aimerais les voir explosées au grand jour. Pour apaiser un peu, toute cette tension qui venait tout fraichement de s’installer, tu avais dans l’idée de lui proposer une autre danse histoire de te faire pardonner, puisque la musique été revenue à la valse. Malheureusement pour toi, un jeune homme bien plus âgé que toi, mais qui rester dans la tranche d’âge de la jeune femme fit sa soudaine apparition. Il faisait environ ta taille à quelque centimètre de moins, plus fin aussi. Brun aux yeux. Dans un parfait costume bleu marine. Celui-ci ne te prêta aucunement attention. Ses premiers mots été directement adressé à nouveau diplômé.

« Eh… Poupée, ça ne te dirait pas d’faire un petit tour. Juste toi et moi, sans le vieux à côté. J’suis sûr que ça va te plaire. »

Il avait peut-être l’allure d’un gentleman intellectuelle, il n’en avait certainement pas l’expression. Qu’est-ce qui t’agacer le plus ? Le fait qu’il t’appelle le vieux où qu’il lui offre un surnom qui étrangement dans sa bouche sonner vulgairement ? Surement un peu des deux. Bien qu’il n’avait apparemment que dieu pour elle, cela ne t’empêcher pas de le voir avec un regard noir. Puisque tu n’avais pas d’importance pour lui, il n’y répliquer aucunement. Ce jeune homme avait-il réellement reçu son diplôme aujourd’hui ? Où il ne faisait que partie de ses personnes qui venaient féliciter les jeunes diplômés ? Tu n’en sais rien, la seule personne qui pouvait à la limite le connaitre ce n’était que Clélia. Pourtant, cela ne t’empêcher pas d’y répliquer un peu plus sèchement malgré que ne soit pas agressif non plus.

« Cette jeune femme à un prénom. Il vaudrait mieux pour toi que tu commences par l’appeler ainsi et non autrement. »

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-