Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
-43%
Le deal à ne pas rater :
Smartphone SAMSUNG Galaxy Note20 5G 256 Go Gris à 599€
599 € 1059 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] - Page 2 EmptyVen 22 Jan - 22:43

Jeune rival sauvage apparait ! Alaric ne se laissera pas faire

   
Dégustant...
Sa nouvelle coupe de champagne, visiblement, Alaric entrait dans son petit manège et à son tour, il reprit une coupe.

« Oui, je sais où tu habites. Et ce n’est franchement pas l’envie qui me manque. Mais puisque tu as décidé de jouer les bornées, fait donc je t’en prie. Je te porterais comme un vulgaire sac à patates jusqu’à chez-toi… Ne me tente pas avec de la provocation. »

Oh...
Clélia cru déceler dans sa voie une forme de colère. Son ex maître de stage n'aime pas qu'on le provoque un peu ? Qu'on le titille ? en tout cas c'est ce qu'elle conclus avec son conseil, visiblement... Il n'aimait pas jouer à ce genre de chose. Clélia haussait les épaules, du moment qu'elle rentre... Et puis, c'est vrai qu'Alaric est une armoire, mais de là à ce qu'il la porte de cette manière... Ne serait-ce pas désagréable pour lui un moment ou un autre ? Il est certains qu'il est affilé au gorille, mais jusqu'à quel point sa force pouvait-elle allée ? Clélia n'a jamais vu de démonstration et "bizarrement", elle n'avait pas envie de voir cette facette.

Soudain...
Un jeune homme se mit entre eux deux, et gâchait le plaisir de la jeune femme de lire les expressions dans l'unique œil d'Alaric. Oui, il lui gâchait la vue, soyons honnête. Clélia fronçait les sourcils, se demandant bien ce que lui voulait ce garçon qu'elle ne connaît ni d'Eve, ni d'Adam... Quoi que... Son regard lui rappel celui d'une fille de sa classe, diplômée elle aussi. Peut-être y avait-il un lien de parenté alors ? En tout cas, il abordait la jeune juge, non sans aucune crainte.

« Eh… Poupée, ça ne te dirait pas d’faire un petit tour. Juste toi et moi, sans le vieux à côté. J’suis sûr que ça va te plaire. »

Ouh...
A partir du surnom "poupée", il venait d'accumuler les points négatifs envers la juge, qui serrait la mâchoire. En plus, se permettre de critiquer Alaric, comme si il n'était pas là... Vieux, vieux... Il fait mature ! Et est bien plus fascinant que cet idiot, mais ça, pas besoin de vous le détailler... D'ailleurs, le borgne répliquait face à cet intrusion inopiné et carrément dérangeante.

« Cette jeune femme à un prénom. Il vaudrait mieux pour toi que tu commences par l’appeler ainsi et non autrement. »

Clélia.
Posait doucement son index sur les lèvres d'Alaric pour qu'il n'use pas d'avantage sa salive. Puis elle s'approcha du jeune, le regard froid et implacable. Elle se racla la gorge... Attention, tempête imminente.

_ La seule chose que tu auras de moi, c'est du dédain... L'homme près de moi, n'est pas vieux, mais est emplit d'une maturité et d'une expérience auprès de la gente féminine que tu n'accumuleras jamais, même en t'exercant un quart de siècle et pour peu, que les femmes que tu tentes de séduire ne soient pas difficiles et clémente envers la personne non chalante que tu es. Ensuite...

Elle bu une gorgé de sa coupe.

_ Pour toi, je suis Mademoiselle Rothschild, fille héritière de la famille du même nom, multi milliardaire et juge des affaires civiles de Quederla. Et qui tu es... En toute sincérité, je m'en moque... Vient Alaric...  


Si... Détestable.
Elle même détestait être comme ça, mais devant des cas pareils... Un recadrage est nécessaire et quoi de mieux que l'arrogance, la prétention, c'est très laid chez une femme. Faut être clair, ce garçon ne cherche qu'un coup du soir... Alors pourquoi se fatiguer à faire connaissance... Fort heureusement, Alaric, sait que Clélia n'est pas comme ça en temps normal.

La jeune juge.
Prit la main de son ex-maître de stage pour l'entrainer vers la terrasse, elle avait besoin d'air frais. Elle passait devant le jeune homme abasourdi par ce caractère de "merde" de "pauvre conne richarde", insultait-il doucement... Heureusement pour lui, elle n'entendit pas et quand bien même, ça ne l'aurait pas atteint et ça aurait confirmé tout ce qu'elle a pu décrire à son sujet.

La terrasse.
Est bien plus calme, et est décoré du ciel nocturne éclairé d'étoiles. La musique était devenu un bruit de fond et Clélia soupirait d'aise, le champagne lui ayant monté à la tête.

_ Quel boulet ce garçon... Excuse moi pour la scène précédente... C'est une des joies d'être "riche et célibataire", on attire tout... Même le pire et surtout ça en fait.

Ses mains derrière le dos.
Elle observait la vue sur la ville éclairé, l'air frais lui faisait du bien après toute cette foule.
   

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] - Page 2 EmptySam 23 Jan - 18:36




M
ême si cela ne se voit pas au premier abord, tu es tout de même à deux doigts de te transformer en un volcan en irruption. Ce jeune homme qui a fait irruption entre vous deux, ne t’inspire pas absolument pas confiance. Il est arrogant, manque de politesse et de galanterie… En lui-même, il est tout ce que tu détestes. Ce genre de personne ne devrait pas pouvoir être convié à ce genre de réception, selon toi. Ou bien si c’est le cas, ne pas trop abuser de l’alcool que tu peux légèrement sortir flotter autour de lui. Tu aurais voulu lui dire le fond de ta penser et l’envoyez balader comme il se doit. Mais la petite diplômée est bien plus rapide que toi que sur ce coup-là. N’instant pas pour t’en occuper toi-même tu l’as laisse faire. Ses mots sont… Cinglant dans un sens. Disons surtout que c’est le ton froid et dure qui est employé qui donne cette impression-là. Ce qui est sûr, c’est que tu n’aimerais pas être à sa place. Pourtant, tu apprécies celle qui se voit d’être défendue à cause de ton âge. Là, c’est vraiment touchant, surtout qu’elle n’en avait pas besoin. Ce n’est et ne sera certainement pas le dernier à te traiter de « vieux » mais pour une fois, on ne t’enfonce pas encore plus que tu ne l’aies déjà.

Le jeune intrus avait de quoi se sentir mal à l’aise après tout ça où bien la détester au plus point. Les deux sont accordés. Tu notes dans un petit recoin de ton esprit de ne jamais ô grand jamais l’appeler par un tel surnom – à moins que le contexte s’y prête, et encore – se faire incendier de la sorte ne te plairait pas. Surtout que tu serais du genre à renvoyé ses propos à son propre destinataire. Mieux vaut éviter et ne pas tenter de diable. Déjà que vos disputes de base restent assez violentes comme ça, ce n’est pas la peine de les aggraver encore plus. Sans un mot, tu l'as laissé t’emmener, ayant juste le temps de finir ton verre et de tendre celui-ci au petit gêneur qui vient de se prendre un râteau monumental. C’est en silence que tes pas la suivent jusqu’à qu’a l’extérieure. Le changement un peu brutal de température te revient de plein fouet au visage avant de pouvoir apprécier la nuit étoilée. C’est bien plus calme est cela en appréciable. La vue est splendide, elle se prête merveilleusement bien à la soirée, donnant un petit côté romantique à la chose même si le contexte est bien loin d’y être. Sauf que le retour à la réalité et de mise quand ses mots s’entendant. Ce à quoi tu ne perds pas de temps pour répondre :

« Ce n’est pas bien grave. Tant que ce n’est pas moi qui me prends autant de politesse au visage.  Tu hésites quelques secondes avant de rajouter : tu m’as l’air… Tendu… »

Soyons honnête, elle n’avait absolument rien de tendue, enfin à première vue, mais ce n’était qu’un simple prétexte pour pouvoir lui massé les épaules. Une petite envie comme ça. C’est qu’il t’avait tapé sur les nerfs et cela avait un petit coté relaxant pour toi aussi de la détendre. Gentiment, tu te places derrière elle et déposes délicatement tes mains sur ses épaules. Sans forcer, ni même réellement appuyé, tu les masses. Passant plusieurs fois entre ses épaules et sa nuque et inversement. Tu fixes la petite surface de sa peau claire avec un léger sourire, la sentant douce sous tes doigts. C’est agréable. Mais ne voulant pas donner une connotation un peu trop ambiguë à tout ça, tu murmures.

« La soirée reste agréable malgré ce petit imprévu. Je suis content que tu m’es invité. J’aurais loupé ça pour rien au monde. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut se vanter de voir sa stagiaire diplômée. Enfin, tu me diras quand tu voudras rentrer, je te raccompagnerais, même si tu es sobre, dis-tu en riant faiblement, que tu le veuilles ou non. »


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] - Page 2 EmptySam 23 Jan - 20:26

La soirée touche à sa fin Avec Alaric

Prenant l'air frais...
La tête de Clélia et tout son corps baissant en température, le champagne monte si vite à la tête, surtout lorsqu'on en boit qu’occasionnellement. Le calme de la terrasse lui faisait un bien fou.

« Ce n’est pas bien grave. Tant que ce n’est pas moi qui me prends autant de politesse au visage »

Ah ça...
A moins qu'il devienne une saloperie en puissance, il n'y a pas de raison qu'il s'en prenne autant.

« Tu m’as l’air… Tendu… »
_ Ah ?

Elle se tournait vers lui.
Alaric, s'approchait de son coté pour entreprendre un massage comme il avait l'habitude de lui faire... C'était toujours dans des moments incongrus, que monsieur Watson proposait ses services de masseur... Et comme Clélia est relativement sensible dès qu'on la touche. Les mains expertes de ce dernier parcourait sa nuque et il savait où s'attarder et où effleurer, de son coté, la jeune juge ne se sentait pas tendu, mais si lui il le dit, c'est que c'est vrai et puis refuser un massage... Ça ne vas pas !

Alaric...
C'était toujours montré relativement attentif à elle, avant même qu'elle ne demande un café, il arrivait, les mains avec deux gobelets chauds. Il pré-sentait aussi quand elle commençait à s'énerver sur un dossier, et qu'elle allait tout flanquer au feu parce que c'est "n'importe quoi". Leurs anciens statut de maître de stage et de stagiaire, était parfois ambiguë aux yeux des autres mais tout deux savaient leurs limites, et tout étaient clair, net... Enfin ça... C'était avant.

« La soirée reste agréable malgré ce petit imprévu. Je suis content que tu m’es invité. J’aurais loupé ça pour rien au monde. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut se vanter de voir sa stagiaire diplômée. Enfin, tu me diras quand tu voudras rentrer, je te raccompagnerais, même si tu es sobre, que tu le veuilles ou non. »

Elle soupirait d'aise sous son massage.

_ Je ne regrette pas de t'avoir invitée non plus. Merci d'être venue, tu ne sais pas à quel point ça compte pour moi.

Déclarait-elle sincèrement.
Au moins, la présence d'Alaric, avait su retirer la tristesse et la frustration qu'elle ressentait à l'égard de ses parents absents.

_ Et j'aimerais rentrer... J'ai mon diplôme, j'ai dansée un peu, donc... Pas la peine de rester, surtout si ça vire à une sorte de beuverie. Je veux garder un bon souvenir de cette remise.

Exprimait-elle.
Avant de se libérer de l'emprise de ses doigts de fée, à son grand regret.

_ On se retrouve à l'entrée de la salle ? Je vais chercher mes affaires au vestiaire.


Elle lui sourit une nouvelle fois.
Avant de filer dans le vestiaire des femmes pour y récupérer son sac à main et sa toge de diplômé. Elle souffla l'espace d'un instant, trouvant... Que sa relation avec Alaric prenait soudain un nouveau départ, que ce dernier était sous un aspect quel n'avait que peu de fois vue sur toute leurs année de travail en commun.

Soudain...
La porte de son casier se referma brutalement, alors qu'elle avait à peine eu le temps de prendre son sac.

_ Mademoiselle Rothschild, sale garce... J'ai pas aimé la façon dont tu m'as parlé tout à l'heure...
_ Qu'est-ce que...

Deviner...
L'autre illuminé de Quederla avait pénétré dans le vestiaire pour prendre sa petite revanche sur la juge, qui l'avait vraiment bien jugé pour le coup. Sans douceur, il lui attrapa le poignet et par réflexe, Clélia le frappait avec son sac en main.

_ NE ME TOUCHE PAS ORDURE.
_ Tais toi, et laisse toi faire... On va féter ton diplome dignement, je me suis jamais tapé une milliardaire, c'est une occasion pour moi aussi. C'est marrant, j'ai bien cru que ton grand père n'allait jamais te lâcher... J'ai faillit lâcher le morceau.

La fermeture du sac.
Avait au moins réussi à griffer le visage de ce dernier. Sans doute parlait-il d'Alaric, le pauvre, il allait devoir attendre encore un peu car la demoiselle était dans de sale draps.

_ TU NE ME FERAS RIEN DU TOUT !!


Vociférait-elle.
Se jetant sur ce dernier pour lui mordre le poignet pour qu'il la lâche. Le jeune homme hurlait avant de balancer la jeune femme contre les casiers, tête la première. Sonnée, Clélia tombait au sol, sans parler du champagne qui ne l'aidait pas du tout. Sa vision troublée, elle n'entendait que les rires mesquin de son agresseur. Si elle n'était pas en robe, ni en talon... Si elle avait son fleuret sous la main... Et avec des "si" on pourra refaire le monde...  Mais pour l'heure...

Sale ambiance et un mauvais quart d'heure à venir

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] - Page 2 EmptyDim 24 Jan - 5:03




G
alant jusqu’au bout. Elle n’est pas torchée comme tu l’imaginais après ça petite provocation de tout à l’heure, mais tout de même. Cette soirée a été agréable et puis il n’est pas bon de parcourir les rues de Quederla seul avec quelques coupes de champagnes dans le nez. Tu te sentiras bien plus soulager une fois sur qu’elle aura franchi le seuil de sa porte. Et puis d’un autre côté ce n’est pas que pour ça, cela te permets aussi de pouvoir profiter de quelques instants supplémentaires en sa compagnie. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour rester un moment plus longtemps avec la personne qu’on apprécie, hein ? Tes doigts qui la masse font leurs petits effets, la détendant doucement. Ce n’est pas la première fois que tu lui offres un massage de ton plein grés, alors forcément tu sais où appuyé pour lui faire plaisir. De ta taille qui la dépasse, tu souris assez fière de savoir qu’elle est ravie de ta présence. La demoiselle n’aura pas eu sa famille ce qui est assez dommage pour un moment aussi important. Mais, elle aura eu son maitre de stage ce qui est tout de même pas mal. De quoi ne pas se sentir seul.

Quoiqu’il en soit, tu n’es pas contre d’écourter cette soirée maintenant. Certes est bien loin de se finir. La plupart des « adultes » vont partir et laisser place à la piste de danse au jeune diplômé. Cette ambiance qui s’achèvera surement vers les deux heures du matin arrive doucement. N’étant pas friand de ce genre de chose, ce n’est certainement pas toi qui diras non pour rentrer. Rester sur le côté à la regarder se déhancher avec d’autre type plus jeune t’intéresse guère. Lâchant donc ses épaules, comme demander, tu pars à l’entrée. Une fois à l’extérieur, tu en profites pour en griller une. Le paquet caché au fin fond de ta poche intérieure, tu le sors suivit d’un briquet. Celle-ci a la commissure des lèvres, c’est avec grand plaisir que tu l’allumes. Prenant une longue bouffée avant d’expirer la fumée. Ça aussi ça détend, mais pas de la même manière.

« Ah ! Watson. Puis-je en avoir une s’il vous plaît ? »

Ton regarde se tourne sur le côté, voyant là ton ancien professeur qui attend patiemment aussi. Hochant la tête, le paquet se retrouve immédiatement tendu vers lui. Toujours prêt à vouloir rentrer dans ses bonnes grâce. On ne perd pas les bonnes habitudes.

« Je vous ai vu en compagnie de mademoiselle Rothschild ce soir. C’est un caractère cette jeune femme.

- Oh, ça, je ne vous le fais pas dire. Vous l’avez eu en cours ?

- Oui. Je ne suis pas près de l’oublier. Elle travaille dure pour obtenir ce qu’elle souhaite.

- Toujours ! Vous n’avez pas idée.

- Vous semblez bien la connaitre Watson. Il y a quelque chose entre vous ? Demande-t-il d’un air un peu trop curieux

- Non. Mais je l’ai eu pendant une année comme stagiaire, alors pour la connaitre, je la connais. Croyez-le ou non, elle est peut-être bien plus douce que ça. Mais je ne me permettrais pas de dépasser la limite.

- Toujours aussi bien élever Watson ! N’hésitez s’il y a une ouverture. C’est le genre à ne pas laisser filer entre les doigts.

- Je… Euh… Merci, dis-tu un peu mal à l’aise. J’y penserais… Enfin, je crois.

- Vous êtes jeune, il faut en profiter ! Moi en revanche ma femme et ma fille fraichement diplômées m’attendent. Si elles me voient, souffle-t-il en riant, je me fais tirer les bretelles. Passé une bonne fin de soirée. Et merci pour la cigarette. »

Hochant simplement la tête avec un sourire, tu attends qu’il s’éloigne avant de soupirer un coup. Étrange, cette conversation. Ce n’est pas le genre qu’on s’attend à avoir avec un ancien professeur. Enfin au moins il ne se sera pas trop initié dans ta vie personnelle pour avoir plus de détail sur cette relation entre l’ancienne stagiaire et toi. Il aurait pu en être capable et mieux vaut ne pas en voir la preuve. Écouteras-tu son conseil pour autant, où c’est une chose qu’on peut laisser couler ? Aucune idée. Pour le moment, vous ne faite que vous taquinez, amicalement parlant. Ça se cherche, mais ça ne va pas plus loin. Et c’est surement mieux ainsi. Ne tentons pas le diable sur des choses douteuses. Finissant rapidement la cigarette, tu en viens à te demander pourquoi elle met autant de temps pour récupérer un simple sac main. A-t-elle croisé quelqu’un en chemin qui lui tient la jambe avec des félicitations où autre ? N’attendant pas une seconde de plus, après avoir écrasé la clope sur le bitume, tu rentres à nouveau. Un rapide tour des lieux du regard et tu ne la vois nulle part. Une discussion entre fille au vestiaire ? Ça ne serait pas trop étonnant. Marchand vers celui-ci, tu espères tout de même ne pas arriver à un moment dérangeant, ce serait bien embêtant autant pour elle que pour toi.

Frappante contre la porte du vestiaire, tu demandes simplement si tout va bien. Mais, pas de réponse. Tu l’appelles deux, trois fois peut-être qu’elle n’a simplement pas entendu la première fois. Mais toujours rien. L’oreille collée à la porte, la chose qui te parvient enfin ce ne sont des petits bruits assez suspects. Cherchant pas à comprendre plus longtemps, tu te permets d’ouvrir la porte. Il faut bien savoir ce qui retient mademoiselle aussi longtemps…

Et là...

Ton sang ne fait qu’un tour. En une fraction de seconde, ta bonne humeur s’évapore brusquement et laisse place à de la colère. Le cœur s’accélère et tu bouillonnes comme jamais de l’intérieur. Ce petit intrus de tout à l’heure est de retour. Se permettant de profiter de la jeune femme inconsciente. Les mains un peu trop baladeuses à des endroits qu’il ne devrait pas. Main et mâchoire se serrent subitement. Tu vois rouge. Le genre de rouge vif que prend un cadavre après l’avoir égorgé.    « ENFOIRER LACHE-LA ! » À peine, ses mots sifflent-ils de ta bouche que tu t’élances sur lui pour l’attraper par le col. Le plaquant sans aucune douceur contre le mur. Le poing droit s’élance, près à lui refaire le portrait comme jamais. Malheureusement, celui-ci s’écrase contre le mur, le fissurant légèrement. C’est qu’il a eu l’audace d’éviter le coup. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà qu’il te retourne la droite. Mais n’étant pas d’humeur à vouloir jouer à se rendre les coups, tu attrapes sa tête et la cognes plusieurs fois contre un casier. Jusqu’à ce qu’il ait n’est plus la force de rester debout par lui-même. Laissant son corps s’écrouler lâchement au sol, tu te précipites à la seconde même vers la jeune femme.

« Non, non, non ! Clélia… Clélia… Clélia ! S’il te plait répond moi... Merde… »

Ne pas paniquer. Tu cherches rapidement au niveau de sa gorge et constates avec soulagement que son pou est toujours-là. Le contraire t’aurait arraché le cœur. Puis, tu réajustes ses vêtements correctement, déposant ta veste sur corps avant de la prendre dans tes bras. Récupérant au passage ses effets personnels. Pas question de rester là une seconde de plus. Tout ce vacarme à du commencer à alerter les personnes restantes et il n’est pas question de devoir les supporters avec leurs envies de mettre le nez partout. Ou bien même qu’ils voient la demoiselle dans cet état. C’est donc une fois bien entre tes bras que tu te relèves et commences à partir. Tu réussis à sortir de là discrètement sans que personne ne prête attention à toi. Au contraire, les premières réactions sont rapidement portées au jeune homme dans les vapes dans le vestiaire. Ce qui laisse le temps de filer à l’Anglaise.

« Je te ramène à la maison. Ça va aller… murmures-tu »


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]   [Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminer] Jeune et diplômé ! [Pv Alaric]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-