Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le Deal du moment :
1 JEU SWITCH ACHETÉ = 1 JEU OFFERT
Voir le deal
39.99 €

Partagez
 

 "Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

"Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric]   "Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric] - Page 2 EmptyLun 15 Fév - 15:24

On prends des notes Les derniers conseils d'Alaric

   
La jeune femme...
Poursuivait son petit déjeuné, par encore rassasié tandis qu'Alaric reprit.

« Monsieur Watson veut bien vous aidez très chère, mais, ça ne sera pas sans conséquence. Une faveur en échange. Quoi, je ne sais pas encore, j’y réfléchis »

_ Prenez garde, je suis dur en affaire, c'est de famille. Réfléchissez bien.

Prévenait-elle.
Sur le même ton que lui, entrant dans son jeu. Quoiqu'elle savait qu'il serait réellement capable de lui demander un jour ou l'autre une faveur... Ce n'est pas comme si elle était limité, donc, mademoiselle n'avait pas froids au yeux quant à sa futur demande. Alaric, allait donner le précieux sésame pour entrer au Gouvernement, il avait toute l'attention de son ex-stagiaire.

« Il faudra que tu adresses la lettre à monsieur Reynold Casher. C’est généralement lui qui s’occupe de ça. Pour la lettre évite de paraitre comment dire… « Lèche-cul », tu vois ? Il préfère les personnes directes, mais avec de la politesse. Il juge assez la manière de présenter la chose. Si tu veux l’avoir dans la poche, ne lui ment pas. Sois juste toi-même. »

Rapidement...
La jeune femme tendit le bras derrière elle pour attraper un stylos et griffonner sur le journal du jour, les indications, la marche à suivre d'Alaric. Elle marmonnait pour elle même.

_ Direct, polie, sincérité... Reynold Casher...

Gribouillait-elle rapidement.
C'était pas très organisé, et ses mots étaient mêlés à la page sportive du journal... Aucun rapport.

« Un conseil durant l’entretien, n’est pas peur d’affronter leur regard quoi que tu dises. Ils peuvent paraitre méchant, mais plus tu auras de l’assurant et tu ne te démonteras pas face à eux, plus, tu leur plaira »

A ce conseil...
Clélia releva son regard bleuté-vert vers Alaric, bloquant sur son visage, en pleine réflexion en faite... De l'assurance, ce n'est pas ce qu'il manque chez elle, tout comme l'audace. Il faudra donc, tout réellement avouer, même son ancienne affiliation au Elementis... Sans en rougir, sans en baisser le regard. La jeune femme s'imaginait la scène, tout en portant le stylo à ses lèvres, une manie qu'elle a toujours lorsqu'elle réfléchit. Puis, après un battement de cils, elle déclarait en pur improvisation.

_ Cher Monsieur Casher, je suis l'ancienne stagiaire de votre collègue Alaric R. Watson. Récemment diplômé "juge", je vous soumet ma candidature au post de "juge des affaires civil", ci joint, mon CV et ma lettre de motivation que je vais galérer à écrire...


Elle éclatait de rire.
Avant de finir sa tasse de café. Elle était bien partie, puis... Puis la phase final de son intro' se cassait la figure.

_ Je dois pas oublier de demander une date d'entretien.

Dit-elle, pour elle même, retrouvant son sérieux.

_ Tu avais mis quoi dans la tienne ? D'ailleurs... Ça veux dire que tu as été le stagiaire de quelqu'un, non ? Comment es-tu rentré au Gouvernement ? Pistonné ou pas ? Hmm ?

Le questionnait-elle, amusée.

_ Je t'imagine tellement pas en stagiaire... Apportant un petit café, prenant des notes ! Oh j'aurais payé cher pour voir ça.

Déclarait-elle.
Le visage rayonnant de bonne humeur. Elle s'amusait à jongler avec son stylos entre les doigts, s'imaginant Alaric, peut-être plus docile, plus chétif à l'époque où il était étudiant. La jeune femme croisait les jambes, bien décidé à écouter le parcours de ce dernier.

Qui fait l'homme qu'il est aujourd'hui.




   

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

"Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric]   "Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric] - Page 2 EmptyMer 17 Fév - 17:57



Bla, bla et bla

Alaric x Clélia

E
n plus d’être un bon maître de stage, tu es de bon conseil. Serais-tu l’homme parfait ? Si seulement il existait, il aura une grande partie de toi. Avec deux yeux bleus en prime. Quoi qu’être borne fait partie de ton petit charme. Mais là, on s’égare légèrement. Ce n’est qu’un petit conseil comme un autre, mais qui peut s’avérait être des plus utiles, en particulier avec des personnes comme eux. Tu sûr que question assurance est honnête il n’y a rien à craindre à ce niveau-là avec elle. Enfin, de ce que tu sais d’elle bien sûr. Elle commença alors à rediriger à haute voir son début de lettre que tu écoutes attentivement, jusqu’à ce que le tout n’atteigne jamais la fin « Je sais que j’ai conseillé la franchise, mais peut-être pas à ce point-là. » , dis-tu en riant à ton tour. Dommage, son début été prometteur. Ce n’est pas facile de faire une lettre d’accord pour qu’il ait envie de lire son CV et sa lettre de motivation. Malheureusement, il fallait obligatoirement passer par-là avant de pouvoir faire quoi que ce soit d’autre. Et tu sais à quel point cela peut-être des plus casse pied.

Finissant ton croissant sa question suivante te surprendre quelque peu. Peu de gens connaisse la manière, voir même les raisons de ton entrée dans le gouvernement. Et, ce n’est pas le genre de chose que tu as réellement envie de la partager avec tout le monde. D’un autre côté, quelque information sans forcément rentrée dans les détails été tout autant possible, toujours mieux que de simplement hausser les épaules en guise de réponses. Avalant cette autre moitié de croissant ut lui réponds ensuite :

« Ne rigole pas, moi aussi, j’ai commencé en bas de l’échelle, soupires-tu en souriant. Je n’ai pas échappé à cette règle d’apporter des cafés. Et il n’y avait pas que ça. Porté les dossiers des autres, une vraie petite secrétaire, faires certaine tâche assez ingrate et qui n’avait pas toujours un rapport avec le travail de base. Certains sons assez vaches avec les petits nouveaux. Mais d’un autre côté, on peut se dire que c’est un métier qui demande tellement de tripes que c’était une manière de s’endurcir un peu plus. Enfin, ça s’est, ce que se répéter certaines personnes pour se rassurer. »

Parfois, tu en venais à te demander s’il ne faisait pas un traitement spécial est plus poussé sûr les tâches ingrates parce que tu venais des Domae. Très franchement, cela aurait réellement été le cas, tu n’en serais pas si étonné que ça au final. Faut avouer qu’au jour d’aujourd’hui, tu ne t’en plains plus, tu as réussi à aller loin, à avoir les diplômes voulus pour monter les échelons jusqu’au grade souhaiter. Que demander de plus ? Peut-être un mal pour un bien en fin de compte. Mais ce n’est pas pour autant que tu irais les remercier pour ce qu’ils ont fait. Il ne faut pas déconner non plus.

« J’ai eu une entrée assez particulière, mais on ne pas vraiment dire que j’ai été pistonné… Disons que j’étais surtout surveillé de près pour… diverse raison »

Ce n’est pas très précis comme réponse, mais pour toi cela convient amplement. Faut dire que tu ne tiens pas vraiment à lui raconter que c’est grâce à l’oncle de ta fiancée décédé que tu as pu mettre un pied à l’intérieur. Que les raisons sont-là à cause d’une promesse que tu comptes bien honorer jusqu’à ta mort. Même si un jour quelqu’un entrera dans ta vie, cela ne changera nullement sur ce point-là. Enfin, tu préfères laisser, c'est détailles-là de côté finissant ton café d’une traite avant de te lever et d’aller de le poser dans l’évier. Oui, tu es au courant, il y a un Majordome pour faire ce genre de choses, mais comparé à Clélia, tu n’es pas habitué à tout ça. Après t’être lavé les mains, tu retournes auprès d’elle te plaçant derrière son siège, les mains sur ses épaules.

« Je sais comment tu peux finir ta lettre, pas la peine que tu tortures l’esprit, dis-tu histoire de passé à autre chose. En attente de votre réponse qu’il soit favorable ou non, cordialement, ton nom. Fin. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de vous du coup… Trop choix dit donc. »

Tes doigts se glissent délicatement sous son haut pour atteindre plus facilement sa nuque, réfléchissant à moité a cette faveur qu'elle te doit. Il remontent doucement le long de son dos, l’effleurant avec tendresse sans vraiment y mettre réellement les mains. Ce n'est est ne sera certainement pas la dernier fois que tu permettras ce genre d’excès envers elle. Sa peau douce au toucher, tu la masse délicatement sans trop forcer une fois les mains sont placés au bon endroit, mais un peu quand même pour que cela détende ses muscles. Elle n'est pas tendu mais c'est toujours agréable de se détendre. Un jour il faudra que tu cesses ce genre de "dérapage" pour changer de sujet plus facilement, mais, il faut avouer que cela te plait aussi de savoir qu'elle apprécie ça. Dans le cas contraire, jamais tu ne te seras permis de le faire. Puis, tu lui murmure :

« Peut-être que je vais demander à ce que vous soyez à moi pendant quelques heures, mademoiselle Rothschild »

C'est dit avec un petit rire moqueur, sans vraiment prendre ceci au sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

"Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric]   "Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric] - Page 2 EmptyMer 24 Fév - 18:43

Rrrrrrrr Wipe out avec Alaric

   
Sans surprise...
La fin de la lettre de motivation de la jeune juge, n'était pas ce qu'envisageait ou conseillait Alaric. Sans blague ? Peut-être qu'au travers du récit de sa vie professionnel serait plus inspirante, pour la jeune blonde débutante sur le marché du travail. C'est avec une attention particulière qu'elle écoutait son expérience professionnel.

« Ne rigole pas, moi aussi, j’ai commencé en bas de l’échelle. Je n’ai pas échappé à cette règle d’apporter des cafés. Et il n’y avait pas que ça. Porté les dossiers des autres, une vraie petite secrétaire, faires certaine tâche assez ingrate et qui n’avait pas toujours un rapport avec le travail de base. Certains sons assez vaches avec les petits nouveaux. Mais d’un autre côté, on peut se dire que c’est un métier qui demande tellement de tripes que c’était une manière de s’endurcir un peu plus. Enfin, ça s’est, ce que se répéter certaines personnes pour se rassurer. »

Clélia...
Affichait une moue à moitié surprise... Fallait oser, pour envoyer ce colosse blond faire un petit café serré pour sa propre personne et faire le facteur ou le petit chien. La blonde, s'estimait heureuse, Alaric n'avait pas trop abusé de cette possibilité et elle n'avait pas non plus le souvenir d'avoir faire des choses ingrates ou qui ne relève pas de sa fonction. C'est pas pour autant qu'elle ne s'était pas endurcit, oh que si, il y en a eu des scènes "durs" dans les tribunaux, des vraies disputes pour des broutilles à cause de la pression, avec Alaric ou d'autres qui voulaient la pigeonné... C'est raté.

« J’ai eu une entrée assez particulière, mais on ne pas vraiment dire que j’ai été pistonné… Disons que j’étais surtout surveillé de près pour… diverse raison »

Reprit-il.
Plongé dans ses souvenirs visiblement. Cette part de mystère éveillait irrémédiablement la curiosité de Clélia, ça lui brûlait les lèvres et tout se résumait en un mots "pourquoi ?". Pourquoi cette surveillance ? Quels sont ces fameuses raisons... Clélia, était plongé en pleine réflexion, cherchant à son tour dans sa mémoire et cette année passé avec lui, si effectivement il avait laissé entendre des indices. De son coté, Alaric débarrassait son petit déjeuné et se plaça derrière elle, à son insu car lorsque Clélia est concentrée, plus rien n'existe autours.

C'est lorsque...
Qu'elle sentie ses mains forte sur ses épaules, qu'elle fit un retour à la réalité. Constatant que le consultant était désormais derrière elle, et non plus à coté.

« Je sais comment tu peux finir ta lettre, pas la peine que tu tortures l’esprit. En attente de votre réponse qu’il soit favorable ou non, cordialement, ton nom. Fin. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de vous du coup… Trop choix dit donc. »


Conclut-il...
Clair net et précis, c'était une qualité qu'il partageait communément. Faut dire, Alaric semblait occupé à une nouvelle activité qui ne déplaisait pas à la jeune juge... Instant massage ! Un frisson parcourait de bas en haut le corps de la jeune femme qui en lâchait son stylo, lors du contact de ses mains sur sa peau. Sur le moment... Plus rien à cirer de sa lettre de motivation ! Elle fermait les yeux pour encore mieux profiter, même si intérieurement, Clélia avait comprit son petit stratagème * ... Tu fais ça exprès pour que je n'en demande pas d'avantage... Alaric... Je te hais...*, pensait-elle avec un sourire amusée aux lèvres. Il usait clairement de sa faiblesse pour oui, la détendre dans un premier temps après cette soirée mouvementé et ce petit brainstorming matinal, mais aussi pour détourner son attention et comment dire... Ça fonctionne clairement. Clélia est littéralement à sa merci, le pire, c'est qu'elle le sait, ça l'irrite autant qu'elle prend du plaisir à se faire masser, comme un chat qui déteste être dépendant de son humain, mais qui adore tellement ses caresses que s'en séparer, serait si dommage.

« Peut-être que je vais demander à ce que vous soyez à moi pendant quelques heures, mademoiselle Rothschild »


Murmure t-il.
Les joues de la jeune femme s'empourpre, un nouveau frisson s'empare d'elle ainsi qu'un léger gémissement de satisfaction.

_ Mmmh...  Toute la journée si il faut Monsieur Watson...

C'était sortie tout seul.
Le cœur de Clélia ratait un battement, qu'est-ce qu'elle venait de dire ?? Immédiatement, elle portait une main à ses lèvres, morte de honte quand à sa déclaration plutôt spontané. Est-ce qu'il aura entendu ? Il était suffisamment proche c'est vrai, mais peut-être trop occupé par... Autre chose pour s'en être rendu compte, espérait-elle du moins. A propos de ce petit écart.

Petit...
C'est pas toute les anciennes stagiaires qui ont une t-elle relation avec leurs tuteurs. Enfin ex-tuteur. Sentait-il sa peau qui se réchauffait à son contact ? Ses muscles qui se relâchaient suite à ses massages ? Savait-il que ses joues étaient rosies ? Si ce contact avait dérangé la jeune femme, elle l'aurait repoussé, hors... C'est peut-être ça le "problème", elle ne le repousse pas, voir pas du tout et suite à sa dernière déclaration, sa réponse avait été si instinctive qu'on aurait pu se poser des questions, de sérieuse question.

Soudain.
A l'étage, le son de l'aspirateur se fit entendre. Le majordome poursuivait son œuvre, sans même se soucier de ce qu'il se passe en bas, en avait-il la moindre idée, d'ailleurs, ce cher Nigel ? Qui sait... Peut-être est-ce un signal de sa part, pour sa patronne et lui dire " Je vais en avoir pour un moment", ou peut-être là, est-ce son imagination qui commence doucement mais sûrement à déraper au rythme des massages d'Alaric. Son corps se détends, mais son esprit aussi et le sérieux, la droiture qu'elle arbore habituellement, fait place à une décontraction et des idées... Nouvelles... Après tout... Plus stagiaire, et pas encore embauché au Gouvernement... Si elle veut témoigner du minimum d'attachement qu'elle éprouve pour lui, c'est le moment de lui montrer.

Oser... Ou pas...
Alaric, avait été clairement chevaleresque depuis hier, et les petites portes d'entrée, provocation qu'il avait mis en œuvre ce matin pour Clélia, ne lui avait clairement pas échappé (Pour ne pas citer l'épisode du croissant). Essayait-il de lui montrer quelque chose ? De lui tendre la main ? En tout cas, ce massage ne la laissait clairement pas de marbre et elle posa doucement sa main gauche sur la sienne, avant de pencher la tête sur le coté et de répondre à son appel de tendresse par un doux baiser sur la main de ce dernier.

Après ce qu'il avait fait hier.
Ça avait, selon Clélia, encore un goût de radinerie, de trop peu... Mais oser aller plus loin, là, c'était la limite et la jeune femme le sentait en croisant son regard. Son cœur s'emballait, elle déglutie... Franchir la ligne de l'indescence ? Ou demeurer platonique, correct et chaste. Tenter le diable avec lui, l'espace d'un instant pour de la réalité ou peut-être n'est-ce que fiction mais Clélia n'y croyait pas, il n'était pas sans cesse entrain de masser tout ce qui se présentait à lui, ce qui la confortait dans son idée d'être un peu "à part" à ses yeux.

Le visage chaud...
Des milliers de question en tête la traversait, mais son regard de saphir se perdait sur les lèvres de ce dernier... Elle le sentait, plus les secondes passait, plus elle perdait le contrôle d'elle même. C'est une femme, célibataire depuis trop longtemps, ce qui ne joue pas en sa faveur lorsqu'un homme susceptible de lui plaire lui fait des avances, niveau hormonal c'est festival et sa déesse intérieur flamboie.

Clélia...
Se mordit les lèvres, nerveuse, prisonnière de son regard. Hésitante à mort sur ce qu'il se passe en ce moment même. Si c'était du flan, si Alaric déconnait... C'était le moment de le montrer ou de le signaler.

Elle risque rapidement de ne plus répondre d'elle autrement.

   

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

"Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric]   "Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric] - Page 2 EmptyVen 4 Mar - 21:34



O M G

Alaric x Clélia

S
oyons claire, sorti du contexte, l’avoir pour toi durant quelques heures est assez ambigu. Ne précisant pas la manière dont elle serait à toi, tout est possible est imaginable. Pourtant, ceci serait de manière amicale, autour d’un verre ou d’un dîner au restaurant si la possibilité s’y prête. Toujours dans ce contexte d’amitié pour que les choses ne débordent pas dans le côté romantique. Quoi qu’une simple soirée tranquille dans la maison est tout aussi bien. De quoi être loin du travail et des soucis du quotidien. On pourrait même dire que c’est une bonne manière pour apprendre à la connaitre d’avantage, mais au final, tu sais déjà bien plus de choses sur elle qu’elle n’en sait sur toi. Ce n’est pas très fair-play, mais c’est ainsi malheureusement. Sa petite remarque qui devait surement passé inaperçu a été entendue, mais tu ne la relève pas. Au contraire, elle te fait sourire d’avantage. Cette idée est partagée, ce qui n'est pas plus mal. Quoi qu’il ait possible que ce soit peut-être à cause de ton message qui influence un peu trop son jugement, ou ses envies tout bonnement. Mais ce n’est pas pour te déplaire. Au contraire, tu notes ceci dans un petit recoin de ton esprit. Peut-être pas aujourd’hui, avec les éventements de la veille, cela te semble un peu trop frais de faire une telle proposition. Mais d’ici quelques jours ou semaine qui sait, tu le ressortiras peut-être.

Avec un peu de recul et de sérieux, tu en viens à te poser la question ; concrètement, Clélia, qui est-elle pour toi ? Elle n’est plus une simple stagiaire, mais futurement, avec un peu de chance, une collègue de travail. C’est aussi une amie avec qui il est agréable de passer du temps. Et puis il y a cette, toute petite part de toi qui ose à peine s’affirmer, l’imaginant quelque peu au-dessus de ça. Ce n’est pas encore grand-chose, mais il faut avouer que certain signe son là. Tu te sens toujours plus détendu et souriant quand elle est dans les parages. Et cette envie de prendre soin d’elle et de la protéger et constamment là depuis quelque temps. Tu n’es pas réellement ce qu’on peut appeler une personne jalouse à moins que quelqu’une ne la fasse souffrir, certains hommes la regardent et il faut avouer qu’ils ont raison. Elle a tout pour plaire. Alors que ta tête y réfléchit, tant dit que tes mains n’ont pas cessé de masser sa peau, ce soudain baiser posé sur tes doigts te surprend. Tu en cesses de la masser durant quelques secondes en la regardant – quand bien même ce n’est que ses cheveux que tu fixes – longuement. Ce n’est qu’un simple geste parmi tant d’autres, mais pourtant, il est dur de savoir s’il ne reste qu’amical ou bien plus que ça. S’il s’avérait qu’il était dans la catégorie des « plus »… Elle te prend de court.

Tu retires tes mains de sa nuque alors qu’elle te fait face par la suite. Ses joues rougis et ses yeux pétillant te font de l’effet. Pour être honnête, une part de toi, déposerait bien son corps sur la table et… Laisserait faire la nature dirons-nous. Tant dit que celle qui est encore passablement plus raisonnable préférait prendre ses distances avant que les choses ne dégradent et que les choses soient regrettées par la suite. Parce qu’au fond, hormis le fait d’avoir son consentement sur quoi que ce soit, ce sont les regrets engendrés pour avoir sauté le pas que tu ne souhaites pas affronter. Mais-là… La tête commence à se remplir par du désir à force de la regarder se mordre la lèvre. Même en tentant d’écouter la voix de la raison qui s’estompe de seconde en seconde… Ce serait mal, très mal. C’est justement pour cela que c’est encore plus intéressant… Non, un peu de sérieux...

Et puis, merde.

Tu t’approches d’elle en l’attirant contre toi. Bloquant son corps entre le tien et la table. Les mains sur ses hanches, tu approches de son visage afin de pouvoir capturer ses lèvres avec les tiennes. Le baisé n’est pas offert comme un sauvage qui n’a pas eu sa gâterie depuis des lustres, mais tendrement. En cet instant, il n’y a plus grand-chose qui compte. Même le bruit de l’aspirateur à l’étage ne te parvient plus aux oreilles. Il n’y a que Clélia. Juste Clélia. Simplement, Clélia. Tu la désires, peut-être même depuis trop longtemps. C’est comme une drogue. Insatiable, tu ne peux et ne veux pas quitter ses lèvres. Tes mains qui la tiennent, la portent une demi-seconde pour la poser sur la table. Puis, l’une remonte pour aller se perdre dans ses cheveux, tant dits que l’autre s’aventure sous son dos-nu. Et le reste… Le reste, la dévore encore et encore…

« Mademoiselle Rothschild, j’ai malheureusement… Oh ! Excusé moi ! »

Alors que tu allé descendre sur sa nuque pour la couvrir de baiser. L’interruption surprise du majordome t’en empêche. Quelque peu essoufflé, c’est peut-être mieux que les choses s’arrêtent ainsi avant que cela ne dérive sur l’irréparable. Quoi que très franchement, ce n’est pas l’envie qui manque. Tu te décales à peine, pour respirer un peu, gardant tes mains sur elle, sans pour autant la fixée dans les yeux.

« Je… Je devrais peut-être rentrer… On a qu’à se voir plus tard… »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

"Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric]   "Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
"Il est le sauveur de mes nuits" [Pv Alaric]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-