Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021

Partagez
 

 [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Empty
MessageSujet: [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias]   [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] EmptyJeu 10 Mar - 17:40

Je suis rentrée !! A la maison d'Arias

   
Aloïs...
Fermait sa boutique de soin et de médicament, en poussant un long soupire. C'était une sacré journée et déjà les derniers rayons du soleil, teintait le ciel d'un vermillon chaleureux. La jeune femme, ne rentrait pas chez elle... Mais chez un ami chez qui elle a prit l'habitude d'aller plus que souvent, voir peut-être trop souvent d'un point de vue exterieur.

Aloïs...
Fit quelques emplettes d'ailleurs avant de retourner chez Arias. L'homme, qu'elle a promis de soigner depuis 3 ans déjà, et quel satisfaction de constater qu'il est en de très bonne voie. Pas guérie, mais en bien meilleur état que ce soir qui l'avait tant marqué. Depuis, la jeune femme avait clairement prit ses habitudes, comme une deuxième maison chez lui.

Elle passait le petit jardin.
Puis entrait dans la demeure traditionnel. Vide.

_ Je suis rentrée !

Déclarait-elle.
Cependant, pas de réponse. Arias s'entrainait peut-être dans sa salle, Lyana était peut-être chez une amie. En tout cas, il était un peu plus de dix huit heure et la voilà déjà occupé dans la cuisine, à préparer divers plat. Du ramen, du riz, un bouillon avec de la viande qui mijotait sur le feu... Aloïs était convaincue que c'est en mangeant bien de base, qu'on peut avoir une bonne santé... Pas qu'Arias cuisinait mal, mais... Elle aimait ça, prendre soin des autres qu'importe la façon.

Elle mit la table pour deux pour le moment.
Ignorant si la fille adoptive d'Arias serait là pour le repas, dans tout les cas, elle ferait une assiette de coté pour la jolie petite blondinette. Puis, tout en laissant cuire le repas, elle décidait de chercher Arias, qui peut-être ne l'aurait vraiment pas entendu, ce qui serait plutôt étrange car il est très bon gardien, surtout dans sa propre maison.

Instinctivement.
Aloïs prit le couloir qui menait à sa salle d'arme, elle l'ouvrit et... Non. Vraiment personne... Elle retirait ses chaussons et marchait sur les tapis d'entrainement. Son regard, fut captivé par les nombreux masques accroché au mur, ainsi que des sabres. Hésitante, elle prit délicatement un masque de chat noir, qu'elle positionnait sur son visage. Puis, amusée elle prit une petite dague parfaitement affuté et se elle se prit dans un jeu de rôle.

_ Tadam ! Je suis Aloïs-sama ! Maîtresse ninja depuis des temps immémoriaux ! Craignez ma toute puissance et ma maîtrise de jutsu implacable !

Se prenait-elle au jeu.
Imitant les postures de combat d'Arias, vu dans ses entrainements.

_ Je maîtrise la technique du bœuf bourguignon et du fraisier ! Nul le peut résister à ma technique secrète...

C'était très maladroit.
La voici qui vacillait en se tenant sur une jambe, dague au bout de la main. C'était relativement dangereux, surtout quand c'est Aloïs.

_ Yah !

Elle lançait la dague sur la cible.
Et ratait pleinement, car la dague se plantait lamentablement à 30 cm plus loin. La jeune femme, malgré son masque, sourit de sa maladresse, c'était vraiment pitoyable.

Arias aurait honte pour elle

   



Dernière édition par Aloïs Ikebana le Lun 23 Mai - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arias Rowe

Arias RoweMessages : 518
Date d'inscription : 07/06/2015


[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Empty
MessageSujet: Re: [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias]   [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] EmptySam 2 Avr - 0:52

Un jeune homme masqué marchait dans les ruelles de la ville qui commençaient à se teinter de l’obscurité de la nuit. Le ciel commençait doucement  descendre vers l’horizon, laissant place aux premières étoiles qu’il aimait contempler. C’est d’ailleurs ce qu’Arias fit, s’arrêtant en plein milieux de la rue, ses deux sacs de courses à la main, pour admirer le ciel légèrement rougeâtre décorer de quelques éclats de lumière. Décidément, c’est une chose qui n’a pas changer en trois ans parmi tout les bouleversements qu’il y eut dans sa vie.

En trois ans, il perdit totalement le sourire, seul sa fille et Aloïs pouvait voir de rares et faibles sourires sur son visage. En trois ans, il n’épargnait que très peu de personnes sur le champ de bataille, si bien que le Valet parût croître en puissance. Et pendant ces trois années, Aloïs vint très souvent rendre visite à Arias. Pendant un temps c’était pour le soigner, mais au fur et à mesure que le temps passait, elle venait plus fréquemment et sans raison apparentes. Cela ne dérangeait pas Arias, au contraire, quand elle  à ses côtés les voix dans sa tête cessaient et son double semblait ne plus exister. C’est peut-être pour cela qu’il lui demandait de passer le voir de temps en temps quand il sens que tout va mal.

Le temps passa si vite alors que le jeune Valet pensait au beau milieu des rues que finalement la nuit enveloppa la ville de son voile obscure. Arias secoua sa la tête et repris son chemin vers son foyer. Une fois arriver, le propriétaire partit dans la cuisine, mais  sa surprise les placards avaient étaient remplis et le dîner du soir cuisait à petit feu. La table était déjà dresser pour deux personnes et Arias compris très vite qu’Aloïs était passer par là, mais dans le doute, il la chercha dans la maison...

Personne dans les chambres, ni dans la salle de bain, il ne restait plus beaucoup de pièces à fouiller. Doucement, le jeune homme s’approcha de la pièce où émanait quelques bruit. A sa plus grande surprise, Aloïs avait revêtue une de ses création, un masque représentant un chat noir. Cependant, Arias eut un peu peur quand elle prit une petite dague affûté par ses soins et généralement celle-ci étaient aussi si tranchantes qu’un simple contact pouvait couper la personne.

- Tadam ! Je suis Aloïs-sama ! Maîtresse ninja depuis des temps immémoriaux ! Craignez ma toute puissance et ma maîtrise de jutsu implacable !

Intérieurement, le Valet s’amusa du spectacle, quant bien même il ne montrait rien aux autres. Il remarqua le fait qu’elle tentait d’imiter ses postures de combats, bien que les imitations étaient maladroites, cela le fit sourire. Il comprit alors que, pour qu’elle connaisse ces postures, elle dût l’observer pendant ses entraînements.

- Je maîtrise la technique du bœuf bourguignon et du fraisier ! Nul le peut résister à ma technique secrète...

Arias s’amusa du spectacle, la voyant tituber sur un pied, dague à la main. Arias sentit le stress monter, alors il rentra doucement et sans bruit dans la salle, de peur qu’elle se blesse. Dans un petit cri, la demoiselle lançât la dague sur une cible qu’il utilisait pour ses entraînements, mais la dague se planta bien plus loin. Les compétences de combat de la jeune femme n’étaient pas très développer, mais on est tous bon dans un domaine. Finalement, le jeune homme s’approcha de la demoiselle, l’applaudissant et lui offrant un sourire en récompense.

- C’était bien pour une débutante ! Tu veut peut-être que je t’apprenne deux trois techniques de défense ?

Arias alla chercher la dague laisser planter à quelques centimètres de la cible. Puis il revint vers la demoiselle, guidant sa main sur la dague avec la sienne, essayant de lui apprendre à tenir correctement une dague.

- Hum... L’auto-défense te correspondrait plus non ?

Il en connaissait un rayon dans ce domaine et c’était la moindre des choses que pouvait faire Arias pour se rendre utile auprès de la jeune femme.


Je m'adresse à vous en #9966ff

[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Unknown



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Empty
MessageSujet: Re: [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias]   [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] EmptySam 2 Avr - 10:14


Aloïs...
Se sentait perplexe quant à ce superbe tir, raté. Pendant qu'elle "s'amusait", le début de soirée s'est doucement installé sur la ville et des applaudissements familiers résonnait dans la pièce, surprenant la jeune femme.

- C’était bien pour une débutante ! Tu veut peut-être que je t’apprenne deux trois techniques de défense ?
_ Bien ? C'est vrai qu'au moins, je me suis pas foulé le poignet en le lançant... Incroyable.

Se moquait-elle d'elle même.
Car il n'était pas rare que dans des mauvaises situations, déjà, elle était incapable de réagir ou de se défendre, mais qu'en plus une maladresse légendaire la frappait. Aloïs chutait, se blessait elle même sous les regards dubitatif de ses agresseurs. Le propriétaire de la demeure, souriant, récupérait la dague planté dans le mur. C'est bien Aloïs, mais la prochaine fois, essaye de viser la cible, même si c'est ce que tu avais fais...

A nouveau près d'elle.
Arias, prit le temps en glissant la dague dans la main de sa pseudo disciple. Il lui montrait comment la tenir, et dans sa façon de tenir l'arme de lancé, Aloïs sentit l'expérience, la confiance rien que dans sa manière de tenir la dague. La jeune femme, l'avait tenu d'une manière plus douce, moins ferme.

- Hum... L’auto-défense te correspondrait plus non ?
_ L'auto destruction aussi, j'ai tendance à penser que ça me correspond.

Déclarait-elle amusée.
Même si Arias, lui, semblait plutôt sérieux dans sa proposition. En croisant son regard, Aloïs se raclait la gorge tout en essayant de mieux tenir la dague, comme il lui a montré précedemment.

_ Oui. Tu as raison, ça me serait bien utile. Surtout que je suis retour dans le clan... Mais, je sais pas...

Introduit-elle avant de reprendre.

_ Tout comme un Elementis de feu ne peut pas manipuler l'eau, peut-être que moi, qui manipule le sang, je ne suis pas capable de le faire couler, blesser autrui.

Supposait-elle.
C'était une théorie comme une autre, elle n'avait pas connu d'autre Elementis de sang à part son père, qui ne se bat pas non plus, ces références étaient donc limité. Il y avait beaucoup de rumeurs concernant les Elementis de sang, très prisé par les vieillards malade... Dans des temps anciens, les arrières grand mère d'Aloïs étaient mariée à de vieux riches souffrant, et en faisant boire leurs sang à leurs maris (Avec qui elle pouvait y avoir 30 ans d'écart ou plus, paye ton mariage forcé), ceux-ci espérait vivre une dizaine d'année supplémentaire grâce au talent de leur épouse. C'est de ces mariages arrangés que la famille Ikebana a toujours eu un confort et avenir prospère. Heureusement, cette mode s'est éteinte au fil du temps. Aloïs était ravis de ne pas avoir vécu ces époques.

_ Quel est l'opposé d'un Elementis, comme toi Arias ?

Demandait-elle, curieuse.
Elle ôtait son masque chat, pour le déposer sur une commode avec vitrine. A l'intérieur, des nunchakus en bon état. La jeune femme en saisit un, puis le fit tournoyer innocement avant de se le prendre en pleine tête. Aloïs grimaçait en se frottant son front.

_ Mais quel danger publique je suis !

Râlait-elle sur elle même.
Revenir en haut Aller en bas
Arias Rowe

Arias RoweMessages : 518
Date d'inscription : 07/06/2015


[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Empty
MessageSujet: Re: [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias]   [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] EmptyDim 10 Avr - 17:21

La jeune femme se félicita de ne pas s’être blesser, qualifiant tout cela d’incroyable, mais Arias sentait que tout ceci n’était que de l’autodérision. Pourquoi se sous-estimait-t-elle autant ? Pendant trois longues années elle fût la pour lui, presque chaque jours de la semaine et tout celé pour le soigner. Elle donnait de son sang, elle cuisinait souvent pour lui et elle supportait ses crises, alors elle ne devait pas se sous-estimé car elle immensément forte du point de vu du Valet.

Quand il lui proposa ses services, la demoiselle fit remarquer que l’auto-destruction lui correspondrait mieux. Décidément, elle devait avoir un sérieux complexe d’infériorité par rapport la force physique. La jeune femme lui fit part de son hésitation quant bien même cela lui serait très utile, ce qui ne manqua pas de rendre perplexe l’elementis. Puis elle utilisa une comparaison très intéressante à laquelle Arias avait déjà une réponse. Cependant, avant qu’il ne puisse lui répondre, elle enchaîna en lui posant une nouvelle question, qui ne manquât pas de rendre le jeune homme surpris. Quel est l’opposé d’un Elementis comme Arias ? C’était une chose assez rare puisque son élément l’était.

- Eh bien... Pour commencer, sache qu’il y a différents style de défense et pas tous ne font couler le sang. Je connaît quelques techniques qui permettent de neutraliser un adversaire en se servant de sa force.

Il reprit la dague qu’il lui avait confier pour la ranger dans un fourreau, puis il marcha un peu dans la pièce, pensant pendant de longues minutes ce qui pouvait être son opposé. Finalement il reprit la parole tout en se rapprochant de la jeune femme.

- Je dirais que je n’ai pas d’opposer, du moins mon pouvoir n’en a pas, je pense. Le temps est l’opposé de l’espace... Ah, peut-être la gravité et encore, je ne suis pas sûr.

La voyant jouer avec un nunchaku, le Valet se demanda si cela bien prudent après la démonstration qu’elle avait fournit et après ses dires. Finalement, elle se le prit en pleine tête, ce qui inquiéta son protecteur. Pendant qu’elle râlait en se traitant de danger publique, Arias posa sa main sur la tête de la jeune femme avant de demander d’un ton inquiet.

- Est-ce que ça va ? Tu veut que j’aille te chercher de quoi faire passer la douleur ?

Un petit silence s’installa entre les deux personnages, Arias ne savait pas trop quoi lui dire pour la réconforter. Il était indéniable qu’Alois avait un don pour se blesser quand elle voulait se battre. Finalement, le jeune homme chuchota ces paroles comme pour ne pas qu’elle ne les entendes.

- Tu est peut-être un danger publique, mais je suis heureux de t’avoir mes côtés...

Car au fond... Qui le véritable danger publique ? Une femme qui se blessait quand elle tentait de se battre ou un homme ayant de sévères troubles mentaux ? Qui plus est, Arias perdait parfois le contrôle de son corps et le spectacle que cela offrait était des plus... Sanglant. Exception notable, quand Aloïs est dans les parages, le Valet remarque que ses maux disparaisses et les voix se taisent.


Je m'adresse à vous en #9966ff

[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Unknown



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Empty
MessageSujet: Re: [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias]   [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] EmptyDim 24 Avr - 17:55

... Arias sait soigner lui aussi

   



Aloïs...
Se frottait le front. Heureusement pour elle, le nunchaku n'y était pas allée trop fort. Pourtant, elle pensait y arriver, la maîtrise était... Là... Ou du moins presque, puis, elle sentie le regard d'Arias sur sa personne et là... C'est le drame, dérapage complet. Le valet, bienveillant se rapprocha d'elle pour constater les dégâts.

- Est-ce que ça va ? Tu veut que j’aille te chercher de quoi faire passer la douleur ?

Rien que sa main fraiche.
Apaisait le front d'Aloïs... C'est rare quand on la soignait, et pour cause, elle n'était jamais mal, et comme elle était très souvent loin du danger, la jeune femme n'était jamais blessé. Bien sûre, elle se coupait quelques fois, mais après quelques secondes, c'était comme si de rien n'était puisque la plaie se refermait rapidement, comme si de rien n'était. Aloïs relevait son regard bleuté vers celui d'Arias, un regard sombre mais attentionné.

_ Non, ça va passer avant même que tu ne sois revenue. Merci.

Elle lui sourit faiblement.
Pour le rassurer. Le nunchaku lui avait donné une bonne leçon et le goût de le manipuler en tout cas. C'est alors, qu'ensuite, elle entendit à nouveau la voie d'Arias, d'une manière à peine audible.

- Tu es peut-être un danger publique, mais je suis heureux de t’avoir mes côtés...

Le cœur d'Aloïs ratais un battement.
Avait-elle... Bien entendu ? Son visage en était écarlate. Elle posa sa main sur celle d'Arias, celle qui était reposé sur son front avant de lui demander, le regard brillant.

_ Tu le pense vraiment ?


Abordait-elle, en espérant avoir son attention.

_ Je veux dire... Je me suis souvent considéré comme un boulet, tu le sais bien et mon père adore me donner cette image... Je ne lui en veut pas, il voulait un garçon... Pas une fille, mais... Tu es vraiment très patient avec moi en tout cas.

Expliquait-elle, nerveuse.

_ Merci... Avec toi... J'ai quand même plus confiance en moi, la preuve, jamais de la vie je n'aurais touché un couteau ou un nunchaku. Tu me donnes beaucoup de force, je me surpasse et j'ai l'impression que je pourrais tout faire.

Doucement...
Elle lâchait sa main, pour la passer sur sa nuque, caché par ses cheveux argentés. Quelle sincérité ! Elle élargissait son sourire, satisfaite d'entendre qu'Arias était content d'elle, ça mettait un baume à son cœur. Puis, elle relevait son regard vers lui, son visage, si rarement découvert sauf ici. L'espace d'un instant, Aloïs comprit pourquoi Elise s'est éprit de ce dernier... Arias donne le pouvoir de voler et de se sentir bien.

La jeune femme.
Prit l'initiative de lui caresser doucement la joue, rompant les limites qu'elle s'évertuait à ne jamais franchir avec lui, par respect pour Elise. Aloïs déglutie, se mordilla les lèvres, franchement hésitante avant de souffler.

_ Je crois... Que je commence à comprendre pourquoi... Elle t'aime...


Laissait-elle échapper.
Porté par ses sentiments naissant, pourtant, une voie en elle hurlait d'arrêter immédiatement ce qui se passait. Cette proximité, ces attentions, l'ambiance... Elle ne se sentait plus vraiment maîtresse d'elle même et pourtant, il le fallait... Même si ça demande une force colossale. "Recule, recule maintenant ! Pense à Elise !!", s'ordonnait-elle, mais ses jambes refusait de faire le moindre mouvement.

Soudain...
Le minuteur qu'elle avait mit en place pour la cuisson de son repas retentit comme une sonnette lointaine, la rappelant à l'ordre. Aloïs ! La cuisine t’appelle !

Obeïra t-elle ?
   

Revenir en haut Aller en bas
Arias Rowe

Arias RoweMessages : 518
Date d'inscription : 07/06/2015


[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Empty
MessageSujet: Re: [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias]   [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] EmptyDim 1 Mai - 9:58

Avec cette musique j'ai eut de l'inspiration xD


Quelques minutes de silences passèrent avant que la jeune femme qui s’occupait si bien de lui ne relève son regard vers celui d’Arias. Il est vrai que depuis quelques temps le jeune homme avait repris son habitude de ne rien laisser paraître, surtout ses sentiments, mais on lisait de l’inquiétude dans son regard.  C’est un fait récent, avec Aloïs ou Lyana le Valet laissait paraître un peu plus ses sentiments. Une réponse dans la part de la jeune femme lui rappela qu’elle n’avait pas réellement besoin de soins puisque le temps qu’il revienne la douleur serait passer. Néanmoins elle le remercia, lui offrant un faible sourire qui ne laissait pas de marbre l’hôte de la maison.

Arias ne s’attendait pas  ce que sa phrase soit entendue par la demoiselle, il disait cela pour lui-même, mais indirectement pour elle. En fait il l’avait murmurer car il avait peur de sa réaction. En trois ans, Arias avait eut le temps de guérir un peu, mais au fur et à mesure il s’accommodait à la présence de la jeune femme. Il retrouva en elle un sentiment qu’il n’avait pas eut depuis bien longtemps. Quand il la vit, son visage virant au rouge, Arias comprit qu’elle l’avait entendu et cela le gêna un peu. Quand il voulu retirer sa main pour ne pas la gêner plus que cela, il sentit la douceur de la main d’Aloïs se poser sur la sienne. Puis, le regard brillant, la jeune femme posa une question à Arias.

- Tu le pense vraiment ?

Il voulu répondre, mais le Valet voyait bien qu’elle n’avait pas tout dit. C’est alors qu’elle repris, sûrement un peu nerveuse, ses paroles.

- Je veux dire... Je me suis souvent considéré comme un boulet, tu le sais bien et mon père adore me donner cette image... Je ne lui en veut pas, il voulait un garçon... Pas une fille, mais... Tu es vraiment très patient avec moi en tout cas.

Arias ne connaissait pas plus que ça son père, il avait juste entendu que c’était l’un des meilleurs médecins de la Famille. Cependant, peu importe son talent, on ne traite pas ainsi sa propre fille. Arias en avait le cœur serrer, lui qui n’avait pas eut de famille avait quand même vécu le fait d’être rabaisser par d’autres, mais en s’entrainant dur il dépassa sa propre faiblesse.

- Merci... Avec toi... J'ai quand même plus confiance en moi, la preuve, jamais de la vie je n'aurais touché un couteau ou un nunchaku. Tu me donnes beaucoup de force, je me surpasse et j'ai l'impression que je pourrais tout faire.

Délicatement, elle lâcha la main du jeune homme pour passer la sienne dans sur sa nuque et  son tour Arias enleva sa main du front de la jeune femme. Le Valet n’avait toujours pas dit un mot depuis qu’Aloïs avait prit la parole, mais c’est car il ne savait pas trop quoi répondre. Devait-il lui dire tout ce qu’il avait sur le cœur ? Ou bien devrait-il cacher certaines choses pour ne pas briser le lien qui les unissait ? Arias n’en savait rien, comme toujours...

Le regard de la jeune femme aux cheveux argentés se posa de nouveau sur son visage découvert, ce qui lui fit baisser le regard. Il faut dire qu’il n’a pas l’habitude d’être à visage découvert, il a vécu en grande partie avec un masque sur la tête. Puis doucement, la jeune femme lui caressa la joue, ne manquant pas d’attirer le regard d’Arias sur elle. Il en était surpris, pourquoi son cœur avait fait un bond ? Pourquoi était-il stresser ? Après une série de signe montrant l’hésitation qu’éprouvait la demoiselle, celle-ci finit par laisser échapper quelques paroles.

- Je crois... Que je commence à comprendre pourquoi... Elle t'aime...

Sur le coup, le regard d’Arias montra de l’étonnement à cette annonce à double sens. Il comprit qu’une personne l’aimait déjà, mais qu’elle aussi. Du moins c’est une déduction qui l’orienta dans sa prochaine décision. Un long silence s’installa entre eux, Arias n’ayant toujours rien dit par rapport à tout ce qu’elle venait de lui dire, c’est d’aailleurs pour cela qu’il baissa la tête de honte.

Soudain, comme pour annoncer la fin de cet entretien, le minuteur du plat qui mijotait en cuisine atteignit leurs oreilles. Voilà, c’est donc ainsi que tout cela doit finir ? Arias gardera pour lui tout ce qu’il a sur le cœur ? Non, il se le refusait, elle s’était confier à lui et il lui devait la vérité ! Alors qu’elle essaya de se lever pour aller voir comment se portait le plat, Arias lui attrapa la main, l’incitant à rester  ses côtés encore quelques instants. Le regard toujours orienter vers le sol, le jeune homme décida de tout lui dire.

- Pour moi... Tu n’est pas un boulet, au contraire, tu est la personne qui m’a toujours aider à avancer. Je me fiche de l’avis de ton père et tu devrait faire pareil, tu est une femme extraordinaire, forte comme aucune autre, sensible, douce... Et adorablement attentionnée.

Une courte pose se fit entendre, le temps que le jeune homme trouve une suite à ses paroles au fond de son cœur.

- Tu me donne tant, prenant sur ton temps libre pour t’occuper de moi... Si je te donne la force de te surpasser, toi tu me donne la force de rester l’homme que je suis. Quand tu est là, c’est comme si les voix dans ma têtes se dissipaient et que mes hallucination volait en éclats. D’ailleurs, je ne te le cacherais pas, il y a des jours où je n’avait pas besoin de soins, mais juste de ta présence à mes côtés. Je suis désolé de t’avoir mentit pour que tu vienne me voir... Je suis égoïste...

Arias releva ensuite la tête vers la demoiselle, le regard légèrement hésitant quant au prochaines paroles, mais il devait le faire. Au moins il n’aurait plus cela sur le cœur quand il le dira. Ses parents lui on toujours dit d’exprimer ses sentiments, alors autant le faire maintenant.

- Je tiens à toi autant qu’à Lyana, vous êtes ma seule famille... Mais surtout, je me fiche que d’autres personnes m’aime, car... Moi... J’en aime une autre et elle se trouve devant moi...

Pendant un instant, Arias s’arrêta dans ses paroles, rassemblant tout son courage pour lui avouer une chose qu’il n’avait plus entendu depuis si longtemps...

- Aloïs... Je t’aime.

Tout était dit, maintenant il pouvait arrêter de ce tracasser à se demander s’il devait lui dire ou pas. Il la libéra de son étreinte avant de baisser à nouveau le regard vers le sol. Pour la première fois de sa vie le jeune homme éprouva de la peur, la peur de la réponse de la jeune femme.


Je m'adresse à vous en #9966ff

[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Unknown



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Empty
MessageSujet: Re: [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias]   [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] EmptyMar 3 Mai - 22:19

Et le lion s'éprit de l'agneau... Arias se déclare !

   



Aloïs.
S’apprêtait à rejoindre la cuisine lorsqu'Arias la saisit par la main. La jeune femme craignait le pire, après ce qu'elle venait de lui dévoiler... Pourtant, docilement, elle ne fit aucun pas de plus et attentif à lui, comme à son habitude, voir plus à cet instant ci. Elle n'osait pas le regarder, intimidée comme les premières fois... Ayant peur d'avoir dit des "bêtises" on ne peut plus sincère.

- Pour moi... Tu n’est pas un boulet, au contraire, tu es la personne qui m’a toujours aider à avancer. Je me fiche de l’avis de ton père et tu devrait faire pareil, tu est une femme extraordinaire, forte comme aucune autre, sensible, douce... Et adorablement attentionnée.


Reprit le valet.
Ce flot de compliment coupait le souffle d'Aloïs. Oublier son père ? Pourtant... C'est grâce à lui si elle a su le soigner, le jeter, serait... Difficile ? Mal vu ? Culloté ? C'est vrai que depuis petite, elle souffre de son jugement à son égard, mais au moins, il lui a apprit à prendre soin des autres, avec ou sans élément. Arias, ajoutait ensuite à cœur ouvert.

- Tu me donne tant, prenant sur ton temps libre pour t’occuper de moi... Si je te donne la force de te surpasser, toi tu me donne la force de rester l’homme que je suis. Quand tu est là, c’est comme si les voix dans ma têtes se dissipaient et que mes hallucination volait en éclats. D’ailleurs, je ne te le cacherais pas, il y a des jours où je n’avait pas besoin de soins, mais juste de ta présence à mes côtés. Je suis désolé de t’avoir mentit pour que tu vienne me voir... Je suis égoïste...
_ Pas du tout...

Souffla t-elle doucement.
Dire que de son coté, c'est elle qui se trouvait bien "collante" à se taper l'incruste chez lui. Faut dire, elle avait horreur de son appartement qui sonnait si vide de vie... Ici, il y avait Lyana, qui lui racontait sa vie d'étudiante et Arias, bien sûre, qu'elle avait soigné pendant un temps et puis... Et puis... Elle aussi venait le voir, être avec lui par envie et parce que ailleurs rien ni personne ne l'appelait vraiment. L'apothicaire sentie alors, le regard de ce dernier sur sa personne.

- Je tiens à toi autant qu’à Lyana, vous êtes ma seule famille... Mais surtout, je me fiche que d’autres personnes m’aime, car... Moi... J’en aime une autre et elle se trouve devant moi...

Son cœur ratait un battement, ça sent mauvais, ça...

- Aloïs... Je t’aime.

Il libéra sa main.
Après avoir clairement énoncé ses sentiments à son égard. Aloïs fut submergée par la panique ! Que faire ? Comment faire ? Que dire ? Son corps tremblait sous cette accablante révélation... Qui n'en n'est pas une, tant que ça puisque Lyana et le voisinage, s'était bien douté de quelque chose en fin de compte, mais Aloïs a préféré faire l'autruche quant aux rumeurs et surtout par respect pour... Elise. Sa meilleure amie. La jeune femme déglutie en se tournant vers lui, doucement, hésitante.

_ Arias je... Tu... Tu ne devrais pas dire ça, il y a Elise, là, dehors qui ne pense qu'à toi depuis le début.

Dévoilait-elle en introduction.

_ Je le savais depuis le début ses sentiments pour toi... Je me devais, je me devais de l'aider, à te rapprocher d'elle ou inversement. Je ne devais pas t'aimer, juste te soigner et te pousser vers elle mais...

Elle réalisa d'une voie tremblante.

_ J'ai échouée... Arias... Ne pense pas que je ne t'aime pas, toi et Lyana, je vous donnerais tout car vous m'avez offert ce que j'ai toujours souhaité, une vie de famille ! Mais, ne serait-ce pas du vol ? Quel meilleure amie tombe amoureuse du même garçon que sa meilleure amie ? Plus les jours défilaient, moins j'arrivais à me détacher de vous, de toi... Je me sentais si pathétique, je culpabilisais mais en même temps...

Elle lui sourit tendrement, le regard brillant

_ Je n'ai jamais été aussi heureuse qu'avec toi.


Doucement...
Aloïs se plaça devant lui, cherchant son regard, car la réalité était là et il fallait l'affronter.

_ Un homme si fort et brillant comme toi, épris de la pire amie du monde... Je suis... Dans une situation des plus inconfortable... Je... De ta déclaration, j'en suis des plus comblées, mais nier les conséquences... Je ne peux pas...

Elle se mordillait les lèvres.
La vie est injuste, ça c'est sûre maintenant... Que pouvait-ils bien faire et comment allait-il réagir ? Lui demander si il était bien sûre de la fille dont il étai amoureux, s'était idiot... L'amour, ça ne se décide vraiment pas et Aloïs en avait la preuve. Simplement, lui dire "Je t'aime aussi", serait mettre un couteau dans sa loyauté pour Elise, même si en fin de compte... Toute ses attentions pour Arias, sa présence, ses soins, sa gentillesse et son écoute, traduisait bien aussi ses sentiments à son égard.

C'est un tendre bordel tout ça.


Revenir en haut Aller en bas
Arias Rowe

Arias RoweMessages : 518
Date d'inscription : 07/06/2015


[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Empty
MessageSujet: Re: [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias]   [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] EmptyLun 16 Mai - 20:58

Pendant un court instant aucune parole ne se fit entendre, Arias ne voyait plus les réactions de la jeune femme puisqu’il n’osait plus relever la tête de peur d’entendre ce qu’il redoutait le plus. Puis, finalement le silence fût rompu par la voix hésitante d’Aloïs qui s’adressait au jeune homme.

- Arias je... Tu... Tu ne devrais pas dire ça, il y a Elise, là, dehors qui ne pense qu'à toi depuis le début.

C’est vrai, il n’y avait pas que lui qui  impliquer là-dedans, Élise aussi l’aimait, du moins il venait de le comprendre. C’était une situation délicate qui faisait tourner la tête à Arias, devait-il se priver d’amour car il risquerais de blesser une de ses amie ? Il n’en savait trop rien, il voulait juste vivre comme il l’entendait, mais avec ses problèmes et ce sentiment intarissable que pouvait-il faire mis à part aimer ?

- Je le savais depuis le début ses sentiments pour toi... Je me devais, je me devais de l'aider, à te rapprocher d'elle ou inversement. Je ne devais pas t'aimer, juste te soigner et te pousser vers elle mais...

Mais les choses ne se déroulèrent pas ainsi, comme toutes chose qui concernait cet enfant maudit. Il suffisait de voir quand tout allait bien pour Arias pour se rendre compte que son bonheur partait aussi vite qu’il était apparu.

- J'ai échouée... Arias... Ne pense pas que je ne t'aime pas, toi et Lyana, je vous donnerais tout car vous m'avez offert ce que j'ai toujours souhaité, une vie de famille ! Mais, ne serait-ce pas du vol ? Quel meilleure amie tombe amoureuse du même garçon que sa meilleure amie ? Plus les jours défilaient, moins j'arrivais à me détacher de vous, de toi... Je me sentais si pathétique, je culpabilisais mais en même temps...

Le Valet écoutait très attentivement ce que la jeune femme lui disait, mais il ne pouvait la voir lui sourire avec un regard brillant, non, il ne pouvait la regarder dans les yeux après lui avoir avouer tout cela. La peur l’obligeait à regarder par terre, du moins, jusqu’à ce qu’elle termine sa phrase.

- Je n'ai jamais été aussi heureuse qu'avec toi.

A ces mots, le regard d’Arias afficha de la surprise cherchant timidement  revoir le visage de la jeune femme. Il n’eut pas  fournir plus d’effort que cela puisqu’Aloïs se plaçât devant lui, cherchant son regard tout comme il le faisait. Leurs regards finirent pas se retrouver, les deux étaient brillant, Arias ne savait pas trop pourquoi, mais ses yeux voulait verser des larmes. Des larmes de joie ou de tristesse, il ne le savait pas trop, tout ce qu’il savait c’est qu’il était prêt à tout pour la femme qui se tenait en face de lui.

- Un homme si fort et brillant comme toi, épris de la pire amie du monde... Je suis... Dans une situation des plus inconfortable... Je... De ta déclaration, j'en suis des plus comblées, mais nier les conséquences... Je ne peux pas...

Tout comme elle, Arias ne pût s’empêcher de se mordre la lèvre inférieur, mais avec une telle intensité qu’il en saigna. De la tristesse, de remords, rien que le mot fort le bouleversait au plus haut point. Non pas car il était modeste, mais bien car c’est sa force qui lui avait attirer tout ces malheurs. Il était si fort qu’on avait tuer sa famille pour l’élever tel un tueur. Il était si fort qu’on le craignait au point d’essayer de l’assassiner, même ses plus proches amis. Il était si fort qu’il imposait le respect, mais il était si fort... Que sa chute en fût des plus douloureuse. La perte de tout, aussi bien les sentiments que les personnes chère, tout lui était refuser. Sa faiblesse était sa propre force, mais maintenant face à Aloïs il ne pouvait le cacher plus longtemps. Il se devait de verser quelques larmes de tristesse. Un amour réciproque, mais bloquer par d’autre liens l’avait fait craquer. Alors tout simplement il reprit doucement la parole.

- Comment veut-tu voler quelque chose qui n’a pas de propriétaire ? Mon amour à depuis bien longtemps trouver sa propriétaire et j’ai décider que ce serait toi. C’est toi que j’aime et personne d’autre... Si malgré cela tu ne veut pas de mon amour, libre à toi de me le rendre, mais je voudrais juste...

Prenant son courage à deux mains, le jeune homme passa sa main sur la joue de la demoiselle qui lui faisait face, séchant ses dernières larmes.

- Je voudrais juste, t’offrir ceci avant que tu ne décide quoique ce soit...

Et c’est ainsi que l’homme, qui jusque là n’avait jamais vraiment pris les devant avec la gente féminine, se rapprocha doucement de la femme aux yeux bleus. Tendrement, Arias colla ses lèvres contre celles d’Aloïs, espérant ne pas la choquée et la faire fuir. Cela dura quelques secondes, mais pour lui cela passa comme des minutes interminable dont il ne voulait pas se détacher. Toutes choses cependant a une fin et c’était le cas aussi pour ce baiser. C’était peut-être le seul qu’ils allaient s’échanger, mais au moins il ne partirais pas avec des regrets.
Finalement, le Valet se détacha des lèvres de la jeune femme avant de baisser légèrement le regard, ne savant pas vraiment comment allait réagir celle qui venait de se voir recevoir un cadeau des plus inattendu.

- Je suis désolé... Je ne voulais pas le faire contre ta volonté, donc tu peut m’en vouloir autant que tu veut. Je suppose que... Que tu ne voudra plus revenir ici après ce que j’ai fait...

On sentait dans sa voix de la tristesse et tout cela car il savait que ce qu’il venait de faire ne se faisait pas vraiment. Du moins si la personne n’était pas consentante. Doucement, Arias cherchât un de ses masque du regard pour justement se cacher, mais étrangement il n’en trouva aucun qui lui plaisait. Comme si au final il n’en voulait pas, comme s’il voulait affronter les choses en tant qu’Arias et non en tant qu’Homme masqué.


Je m'adresse à vous en #9966ff

[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Unknown



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Empty
MessageSujet: Re: [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias]   [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] EmptyMar 17 Mai - 16:10

Le Yin et le Yang réunit Kiss me

   
La réaction du valet.
Ne se fit pas attendre... A voir, Arias était tout aussi mal qu'elle en ce qui les concernait. Il saignait, réellement... Et il pleurait également... Le cœur de la jeune femme se serrait, il souffrait autant qu'elle. Il reprit doucement à son attention.

- Comment veut-tu voler quelque chose qui n’a pas de propriétaire ? Mon amour à depuis bien longtemps trouver sa propriétaire et j’ai décider que ce serait toi. C’est toi que j’aime et personne d’autre... Si malgré cela tu ne veut pas de mon amour, libre à toi de me le rendre, mais je voudrais juste...

Aloïs déglutit.
Le valet n'était pas décidé à recevoir ou entendre quoique ce soit concernant Elise, il était clairement hermétique et non réceptif à ce que la muette ressentait pour lui, par contre, ce qu'Aloïs pensait, ressentait... Il était là, ses sentiments à nu pour elle, et la jeune femme aux cheveux blanc ou d'argent, était désemparé quant à sa conduite à tenir. Arias, est clair... Il l'aime elle, et personne d'autre... Ça ne lui était jamais arrivé, qu'un homme lui promette une t-elle dévotion, elle ne l'avait lu que dans ses romans idéaliste... Car quel garçon s’intéressait à cette fille timide, maladroite, toujours en retrait ? Lui. Arias s'y est sérieusement intéressé et s'en est éprit... Le cœur d'Aloïs pensait enfin avoir trouvé un sens, elle qui ne vivait que pour elle même ou soigner les autres... Il y a vraiment dans cette ville, quelqu'un qui l'aime aussi et qu'elle aime tout aussi fort. Ce n'était pas une sorte de maladie contagieuse qu'Elise avait transmis, non, car Aloïs avait vu les parties les plus sombres et les secrets les plus intimes de ce dernier... Elle l'aimait, à sa façon, le connaissait comme personne d'autre et l'avait vu comme personne.

Sa main chaude.
Sur sa joue. Aloïs relevait son regard vers son confrère Elementis... Dans son regard si noir, son reflet était pourtant des plus net. Il séchait ses larmes et reprit, yeux dans les yeux.

- Je voudrais juste, t’offrir ceci avant que tu ne décide quoique ce soit...


Doucement...
Il approchait son visage du sien. Le cerveau d'Aloïs ayant abandonné toute raison, puisque plus personne ne l'écoutait de toute façon... C'est son cœur qui prit le relais, qui lui, était submergé d'émotions. Le visage de la jeune femme s'embrasa et timidement, elle se laissait aller appuyant ses lèvres contre les siennes, car si on ne peut plus faire marche arrière, il faut aller de l'avant, même si ça fais peur, que c'est inconnu. Ses lèvres à cause de son saignement précédent avait un goût de sang, pour une fois que c'était elle qui goûtait le sien. Elle posa naturellement sa main sur la sienne, et quel regret lorsqu'Arias reprit ses distances... Jamais l'apothicaire n'avait goûté à quelque chose d'aussi bon... Délicieux... L'égoïsme à un goût terriblement irrésistible.

- Je suis désolé... Je ne voulais pas le faire contre ta volonté, donc tu peut m’en vouloir autant que tu veut. Je suppose que... Que tu ne voudra plus revenir ici après ce que j’ai fait...
_ Ne dit pas ça s'il te plait...

Lui demandait-elle doucement.

_ Je ne regrette rien... J'ai déjà abandonné ma famille une fois... Il m'est interdit de recommencer.

Déclarait-elle à mi voix.
Parlait-elle de sa propre famille ou des Elementis qu'elle avait quitté ? Les deux probablement. Aloïs, s'approcha pour l'enlacer, sa tête contre lui, elle n'a jamais été aussi bien que là, après tout.

_ Il faut... Que je sois honnête avec moi même et avec Elise... Sinon, je ne pourrais plus me regarder en face.

Expliquait-elle, ses bras autours de lui.

_ Je reviendrais... Je suis toujours revenu Arias. Tu dois me faire confiance.

Elle demandait.
Une sortie de délai pour remettre de l'ordre dans son esprit et dans sa vie. Doucement, elle se détachait de lui, de peur, de ne plus arriver à se séparer de lui si jamais cet étreinte dur trop longtemps.

_ Je... Je vais rentrer chez moi, je pense qu'il vaut mieux après ça. Le repas est prêt pour toi et Lyanna, d'accord ? Embrasse là de ma part.

Elle déglutie une nouvelle fois.
Espérant qu'il comprenne et sache faire preuve d'un peu de patience, de toute manière, cette situation ne saurait durer éternellement, Aloïs en deviendrait folle. Elle replaçait une de ses mèches derrière son oreille avant de doucement reculer.

_ Ne commet pas d'imprudence, d'accord ?

Demandait-elle.
En insistant encore plus qu'à l'habitude. Puis, le valet Elementis raccompagnait la jeune femme à la porte... La situation était trop étrange, compliqué pour passer un repas des "plus normal". Aloïs, se devait de trouver Elise de connaître son avis.

   

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Empty
MessageSujet: Re: [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias]   [terminer] Bat les masques ! [Pv Arias] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[terminer] Bat les masques ! [Pv Arias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-