Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le Deal du moment :
Sortie Nike : les nouvelles baskets Air Max Plus
Voir le deal
169.99 €

Partagez
 

 « On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

« On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: « On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley]   « On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley] - Page 2 EmptySam 23 Avr - 1:10

« On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! »

Ouais repassez plus tard, avec ça c'est sûr qu'il va faire demi-tour et aller se boire un bon café dans la salle de repos ! Mais apparemment, ce n'est pas vraiment ce que je devais dire vu que je me reçois un dossier en pleine poire... Accompagné d'un "aïe" tout aussi discret que convainquant, je tire une mine boudeuse en ne comprenant pas pourquoi on me réserve un tel traitement ; trop d'injustice dans ce monde. Mais on parlera de ce problème d'injustice plus tard, parce que là il y a un énorme macaque nous fixant prêt à nous dévisser la tête pour les jeter aux crocodiles... J'suis sûre qu'ils en ont.

- Qu’est-ce vous faites-là ?! Vous n’avez pas le droit d’être ici. Et encore moins de fouillé.

- Personne ne nous a rien dit. Et on ne fouille pas.

- Harley, tais-toi...

- C’est ça prend moi pour un con. Et sur un autre ton !

- On ne fouille pas, on ce document pour… menez au mieux ce que souhaite le gouvernement et pour cela normal qu’on en apprenne plus.

- Harley, la ferme...


Bien sûr, étant assez proche d'elle, j'dis ça en ouvrant à peine la bouche. Mais quand même, si elle pouvait se la fermer ça me rassurait ; je sais qu'on va se faire empaler donc si mon dernier souvenir pourrait être autre chose que cette situation ça m'arrangerait BEAUCOUP. Retenant ma respiration, j'y crois presque pendant une fraction de secondes que son mensonge a fonctionné mais le visage du soldat se renfermant je comprends qu'on l'a dans l'fion. Et voilà, on est morte.

- Sortez d’ici immédiatement. Votre comportement sera reporté à votre supérieur. Vous allez avoir de gros ennuis !

- Non.  

- Vous osés contester mes ordres ?

- Ouais. Et te tuer aussi.

- Ouais ! Attend... QUOI ?!

Elle a dit quoi là ? Elle va faire quoi là ? J'veux pas voir ça. Plaquant mes mains sur le visage et faisant dos au duo, je ne veux pas voir cet horreur et encore moins l'entendre ; du coup au lieu de l'écouter empaler le gars, je me mets à chantonner une petite berceuse histoire de faire passer la mort. Puis d'un coup le silence, en me retournant je vois un belle traînée de sang qui me force à faire dos au macabé... Elle aurait quand même pu faire ça proprement.

- Aller ne reste pas planter-là ! Aide-moi à foutre le cadavre dans le placard là-bas. On se bouge mourut, faut se réveiller, du nerf !  

- J'suis obligée ? Pas que je n'aime pas le sang... Mais je vais salir mes vêtements si je le déplace.


Les gros yeux... Okay j'ai eu les gros yeux. A contre cœur, je m'approche du corps sans vie que je regarde à peine et m'empare de ses jambes, plus loin je suis du sang et mieux je me porte ; mettant le cadavre dans un placard un peu plus loin de là on se trouve, je me sens barbouillée et je me laisse tombée contre le mur encore sous le choc de ce qu'il vient de se passer... Je veux rentrer chez moi, prendre une bonne douche et aller pioncer. Je ne veux pas continuer cette mission ! J'en ai marre et en plus je suis crevée !

- J'veux pas continuer. On va crever comme des connes en restant ici, alors désolée ma poule mais moi j'me casse ; bonne chance pour la suite.

Faut pas compter sur moi quand ça devient trop dangereux et c'est exactement ce qu'il se passe en ce moment même, me relevant avec un air déterminé, je sors de la pièce en silence en me disant que je vais sûrement me faire virer des Domae dès demain à la première heure mais je m'en cogne... J'serais toujours en vie. Quoi que, si jamais Harley meurt ici personne ne saura que j'ai déserté la mission, un simple petit coup de chance on va dire ? J'inventerai un bobard à la Reine en disant que l'As m'a protégée et que je suis partie rapido et puis voilà. Héroïne de la journée, toussa toussa je pourrais enfin avoir la paix.

Avançant tête baissée, les mains dans les poches et une mine boudeuse, j'me dis que je suis vraiment la pire merde que l'univers ait porté ; franchement qu'est-ce qu'il m'a prit de vouloir rentrer chez les Domae ? Pour avoir un animal badass ? Pff que dalle, j'ai eu un vieux raton-laveur qui n'est même pas ici pour me tenir compagnie et j'ai pas envie de l'invoquer sinon il va foutre la merde. Puis d'un coup, je relève la tête lorsque deux soldats passant près de moi et me remarquant à peine annonce que le chef a conçut un nouveau plan et que dès demain les soldats seront informés... Mmmh, il faut que je trouve le bureau du chef.

Stoppant les deux gars qui causaient, je leur demande avec une petite pointe d'innocence où se trouve le bureau du chef ; en prétextant que j'ai rendez-vous avec lui... Mais étant une fille avec des neurones en moins -c'est bien connu- je ne sais pas encore où le bureau du grand patron. Ils m'indiquent le chemin en me précisant que le chef est parti boire son café et se fumer une clope dans la cour ; oh bah pas de soucis qu'il prenne tout son temps ! Les remerciant, je me dirige rapidement vers le bureau qui se trouve être fermé. Mais heureusement, j'ai l'attirail sur moi. Héhé, m'emparant d'une pince, je fais tourner plusieurs fois dans la serrure jusqu'à entendre un petit "clic".

Un coup à gauche, un coup à droite. Personne. J'entre dans la pièce en refermant la porte derrière moi et commence à fouiller dans tous les tiroirs, j'y trouve des trucs bizarres, inintéressants mais finis surtout par trouver un truc intéressant. Je regarde le papier, je vois des unités A, B et toutes sortes de flèches allant dans les quatre coins de la ville ; je pense que ça doit être ça. Roulant le papier, je la place dans la combinaison que je ferme au moment où le chef entre dans son bureau... Et merde.

- Mais.. mais.. Que faites-vous ici ?! Gardes !

Après avoir lancé la tasse du chef en gueulant un "diversion", je grimpe sur le bureau pour tenter une roulade au sol, j'en viens presque à me péter le dos mais j'ai au moins passé l'épreuve du chef... Sauf que je ne passe pas les gardes ; musclés comme ils sont, ils arrivent à me rattraper et m'emmène dans une de leur prison improvisée, il ne doit pas y avoir beaucoup de prisonniers par ici mais au cas où. Me jetant à l'intérieur comme un vulgaire sac à patate, ils referment la porte avec les barreaux sur lesquels je tente de tirer pour sortir.

- Déclinez votre identité.

- Euh... Nala Iji..Waru.


Ouais c'est pas mal ça. Je tente un sourire pour le convaincre tandis que le chef gueule d'aller chercher les informations me concernant, une chance ils ne m'ont pas encore fouillée mais ça ne serait tarder.. Allez un plan, vite un plan !



Dernière édition par Roxane S. Sharpe le Lun 16 Mai - 19:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

« On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: « On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley]   « On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley] - Page 2 EmptyJeu 12 Mai - 15:27

「 Putain on avait discret... DISCRET !」

Roxane & Harley
Même en déplaçant le cadavre dans le placard, il y avait toujours la trace de sang au milieu de la pièce, mais ce n’était qu’un détail qu’il était possible de régler plus tard. Pour l’heure Harley regardait Roxane avec de gros yeux alors qu’elle ne souhaitait pas l’aider. Ne pas supporter le sang ou voire un cadavre ne jouer en sa faveur. Dans ce cas pourquoi entré dans une famille, c’est pourtant une chose qu’il faut s’habitue à voir tous les jours, en particulier dans cette ville. Non sans mal le cadavre finit par trouver assez rapidement sa place dans le petit placard du coin. La blonde ne prêter attention à sa partenaire qui se laisser tomber au sol, préférant trouver de quoi nettoyer avant de se faire taper sur les doigts. Si ce n’est pire. Alors qu’elle venait tout juste de trouver du papier qui ferait l’affaire est qu’elle s’approchait de la mare de sang, les mots de la rouquine résonnée à ses oreilles et elle la regarda avec un air d’incompréhension sur le visage. Était-elle sérieuse ? Genre, réellement sérieuse ? Puisqu’elle commençait à quitter la pièce, il faut croire que oui.
- Roxane ? Roxane où est-ce que tu vas… ?! Roxane revient ici ! 
Toutou au pied !
Rien à faire, elle avait beau hurler son nom de toutes ses forces et l’obliger à revenir ici, celle-ci semblait l’ignorait littéralement. Elle grogne entre les dents, pas question de la rattraper. Si elle meurt, tant pis. Cela ne fera qu’un boulet en moins, un bien fou pour tout le monde. C’est donc avec agacement qu’elle commence à nettoyer. Elle n’était pas encore en possession de tout ce qu’il fallait pour mener à bien cette mission, alors limiter les dégâts était, pour le moment, nécessaire. Harley en été a la moitié quand un soudain raclement de gorge se fit entendre dans son dos. En tournant la tête, elle vit trois hommes qui l'a surplombé largement en taille et corpulence. Bonjour les ennuis.  
- On peut savoir ce que vous faite ?
- Je nettoie, cela voit non ?
- Est qu’est-ce donc ?
- De la sauce tomate pardi !
Il s’approche un peu et se penche en avant pour voir de quel genre de sauce tomate il s’agit avant de plisser dangereusement les yeux. S’ensuivent alors toute une multitude de questions à son égard, telle que, qu’est-ce qui s’est réellement passé ici, pourquoi cette tâche est-elle là ? Et tout un tas de choses habituelles. La blonde nie en bloc, encore et encore, jusqu’à ce que le placard s’ouvre subitement de lui-même et que le cadavre s’étale sur le sol. Vraiment ? Bien sûr, personne n’avait pensé à mettre une calle pour qu’il tienne ! Et les regards se posèrent sur la jeune femme, le mot menteuse devait être inscrit en gros sur son front. Elle haussa simplement les épaules en soupirant d’agacement, puis, sans perdre une seconde profitant du fait d’être agenouillé au sol, elle donne un croche-patte au premier gardé. Et plante son épée dans le pied du second. Mauvais timing, malheureusement, ayant mal calculé son action, un violent coup derrière la tête de la part du troisième la fit perdre connaissance.

Ces hommes la traînent comme s’il s’agissait d’un vulgaire sac de pommes de terre jusqu’aux cellules, avant de la balancer sans la moindre grâce dans celle de Roxane.

La petite blonde reprit conscience une dizaine de minutes plus tard. Ouvrant péniblement les yeux en tentant vainement de s’habituer à la lumière de la pièce. Une main frottant l’arrière de son crâne, elle fait rapidement le tour des lieux avant s’attarder longuement sur sa – ou plutôt ancienne – partenaire de mission. Elle la dévisage de haut en bas sans exprimer la moindre affection à son égard. Même pas un petit signe de soulagement pour savoir qu’elle est encore en vie. Surement qu’elle aurait préférait la retrouver morte.
- Toi… t’es dans la merde.
Cela résonne autant comme une menace qu’un avertissement.
- À la seconde où l’on sort d’ici, tu vas avoir de gros ennuis. Profite bien du peu de temps qu’il te reste. Et tant que j’y pense, fou la paix à la San ! Normal qu’il vienne se plaindre de toi quand on voit à quel point on ne peut pas compter sur toi.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

« On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: « On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley]   « On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley] - Page 2 EmptyLun 16 Mai - 20:22

« On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! »

Est-ce que ça va marcher ? Je n'en suis pas sûre. Pourtant le gars gobe mon nom comme on gobe un bonbon en forme d'yeux et sort de la pièce pour aller prévenir ses collègues ; ils vont sûrement fouiller dans le dossier des employés et quand ils verront que je ne suis pas dedans, je vais passer un très sale quart d'heure. J'me demande quand même ce qui est le pire... Se faire engueuler par Harley ou se faire interroger par ces gars ? Mmmh... Vous avez 4 heures pour répondre à cette question.

Assise en boule dans un coin de la cellule je commence à chantonner une petite chanson pour faire passer le temps... Forcément tout le monde la connait, ça ressemble à "J'ai un joli petit lot de noix d'coco dibidibidbi..." et j'pense l'avoir mis dans la tête de toutes les personnes ayant entendu cette chanson. Je ne tarde pas à avoir de la compagnie... Compagnie que l'on jette comme un vulgaire sac à patate. AH MERDE C'EST HARLEY !!! Me levant pour sauter au-dessus de son corps, et m'agripper comme un singe aux barreaux, je reprends la parole tout en tirant dessus pour ouvrir la cellule.

- Non non non !! Les gars !! Faîtes pas cette connerie !! Me laissez pas avec elle par pitié, elle va me réduire en morceaux !! Eeeeeeh !! Et la conscience professionnelle, vous connaissez ?!

Sûrement pas. Puisqu'ils me tournent le dos en se foutant de ma gueule ; après tout ce qui nous avons vécu ensemble c'est comme ça que vous me traitez ? Dépitée, je me laisse tomber sur les genoux et cogne ma tête contre les barreaux en priant pour qu'un bout de ferraille entre dans mon cerveau et me tue... Ce qui sera sûrement BEAUCOUP moins douloureux que de rester dans la même cellule qu'Harley. Pourquoi ma vie c'est autant de la merde ? Pourquoi j'suis là ? Pourquoi j'suis encore vivante ?

- Toi… t’es dans la merde.

J'ai rien dit. Je suis morte. Me figeant en priant le seul dieu que je connais, je m'attendais à recevoir une paire de claques, des coups de poings dans la tronche, un coup de pied au cul mais certainement pas un peu de compassion... Finalement, je crois que chacune aurait préféré savoir l'autre morte. Elle, parce que je sens que dans son regard d'assassin elle ne pense qu'à me mettre sur le bûcher tandis que moi, je le voulais pour ma survie...

- À la seconde où l’on sort d’ici, tu vas avoir de gros ennuis. Profite bien du peu de temps qu’il te reste. Et tant que j’y pense, fou la paix à la San ! Normal qu’il vienne se plaindre de toi quand on voit à quel point on ne peut pas compter sur toi.

*CRACK*
Non ce n'est pas le bruit d'un escargot qui s'est écrasé sous ma chaussure ni le bruit d'un os qui s'est cassé... C'est simplement le bruit de mon petit cœur délicat qui s'est brisé en deux. La blonde a le don de trouver les mots justes pour réduire les personnes en miettes... J'refuse de pleurer et pourtant je sens déjà le sanglot monter le long de ma gorge en me demandant si San a réellement été voir le Conclave pour se plaindre de moi. Il veut plus de moi ? Et bah très bien, je ne lui donnerai plus de nouvelles, j'irais plus l'embêter en mission et j'irais plus chez lui ! Sauf pour squatter sa piscine.

- Ouais bah c'est pas tout le monde qui un animal qui lui permet de faire des trucs biens, t'as cru que je pouvais faire quoi avec mon raton laveur ? Voler leur poubelle ? Si t'es mieux que moi, tu n'as qu'à l'appeler ta hyène pour nous faire sortir d'ici.

Madame a un truc qui permet de mordre, qui lui donne des sens de ouf et elle ne l'utilise même pas ! Moi j'voudrais bien appeler Chips pour qu'il vienne nous aider, mais j'sais po l'invoquer... Lâchant un long soupire, j'préfère ne pas lui parler parce qu'elle m'énerve, elle est méchante et ne mérite pas mon attention. Puis d'un coup, j'entends quelqu'un se rapprocher de nous et je sens que c'est l'occasion ou jamais de sortir d'ici ; me reculant, je lève les yeux pour remarquer que j'ai de quoi m'accrocher, ce qui me laisse l'occasion de faire l'acrobate.

Un homme s'approche de nous et je recule pour le laisser ouvrir la porte, il vient pour me chercher afin de me poser des questions. Je ne sais si j'ai eu un élan de courage, une dose d'adrénaline ou si c'est la colère qui me pousse à faire ça mais dès que la porte eut été entièrement ouverte, je me suis accrochée juste au-dessus de la porte et me suis balancée pour lui donner un coup de pied dans le nez. Alors c'est qui la nulle ? J'évite un coup de poing qui me frôle de peu et fais un croche-patte pour le faire tomber dans la cellule, incitant à Harley à sortir de là.

Une fois dehors, je ferme la porte avec le trousseau que j'ai réussi à lui piquer deux secondes avant... Voilà à quoi me sert mon animal, à voler des clés. Je récupère mon arc et mon carquois et me barre d'ici avec les clés, héhé vu le nombre de clés qu'il y a dessus ils vont se retrouver dans la merde pendant des semaines ! On court dans toute la caserne pour sortir aussi vite qu'on est entrée et continuer un peu plus loin en se cachant dans les hautes herbes ; j'en profite pour reprendre mon souffle et retirer l'uniforme moche que je jette à mes pieds.

Voyant de la lumière se diriger vers nous, nous reprenons notre course avant d'arriver non loin du Quartier Est... Ville... Maison... Dodo. Posant les mains sur mes genoux, je tente de reprendre mon souffle afin que le volcan qui se trouve dans mes poumons cesse de cracher de la lave.... J'me demande si je ne devrais pas aller voir un médecin pour qu'il me donne un peu de ventoline, parce que j'suis pas franchement grosse... Je finis par récupérer la carte que je pose sur son torse, accompagnée des clés piqués au garde au cas où elle voudrait refaire un tour.

- Tiens c'est cadeau. Bonne lecture. Moi j'vais me piauter.


Et noyer mon chagrin dans mes oreillers mais ça j'veux po lui dire. Sans même écouter ses reproches si elle m'en lance, ses remarques si elle en dit, je prends la direction de chez moi afin de me faire couler un bon bain chaud... J'vais avoir des courbatures demain...

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

« On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: « On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley]   « On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley] - Page 2 EmptyMer 18 Mai - 16:39

「 Putain on avait discret... DISCRET !」

Roxane & Harley
Des mots blessants ? Mais ça s’est habituel avec elle. Qui plus est, ils ne sont pas faux puisque c’est la reine elle-même qui a ordonné à la blonde de faire équipe avec celle-ci pour voir si ce que ce cher petit Monsuta a dit était si dramatique que ça. Et pour le moment, elle est loin de pouvoir lui donner tort. Au contraire, c’est bien un exploit que la routine soit encore en vie après tout ça. D’ailleurs, celle-ci se plaignit, mais Harley l’écouta à peine en balayant ses mots d’un revers de la main en signe de « ouais, ouais, c’est bien je m’en fous ». Préférant se lever pour s’étirer un peu et voir dans quel pétrin elles sont actuellement. Elle pourrait oui, invoquer son animal, mais ce serait tout aussi stupide que dangereux vu le lieu. Et elle y tient suffisamment pour ne pas le perdre aujourd’hui.

La blonde fessait le tour de sa cellule quand le bruit de la serrure s’ouvrant se fit entendre. Pendant une fraction, elle se demanda pour qui il venait. L’empoté ou la folle ? Harley pouvait supporter un interrogatoire pendant un temps en jouant avec leurs nerfs en espérant qu’ils ne se mettent pas à fouiller ses affaires. Mais quand était-il de Roxane ? Elle allait surement fondre en larmes à la seconde où il lèverait la main. Mais cette réflexion disparut aussitôt quand elle prit enfin la décision de se défendre et de faire une bonne action pour sauver sa peau. Hormis le fait de fuir comme une petite lâcheuse. Roxane montrait enfin qu’elle en avait dans le pantalon et qu’elle avait la possibilité de se rendre utile. Mais ce n’est pas pour autant que cela la faisait remonter dans l’estime d’Harley. Cela ne change en rien les représailles et ennuis qui allaient lui tomber sur le coin de la tête. Enfin, une fois dehors.

Sans plus attendre, sans un mot la blonde se mit à la suivre, la laissant passer devant. Si les deux devaient mourir autant que ce soit celle-ci en premier, permettant ainsi à Harley de s’enfuir entre-temps. Un as, été bien plus important qu’un pion, non ? Elle courait à toutes jambes, aussi vite que cela lui était permis, s’obligeant à attendre Roxane à chaque fois qu’elle la dépassait de trop. Elle venait de lui donnait une porte de sortir, nous dirons que c’est la moindre des choses.

Une fois suffisamment loin de la caserne et enfoncer dans les ruelles, elle s’appuya contre un mur pour reprendre son souffle. Se débarrassant enfin de cette tenue immonde qui ne lui allait absolument pas au teint. Récupérant le peu qu’elle avait caché sur elle avant de mettre les habits dans une poubelle à côté. Voilà une bonne chose de faite. Elle se réjouissait tout autant que Roxane que cette mission de malheur soit fini. La blonde la laissa donc partir en récupérant son petit cadeau, en gardant précieusement la clé qu'elle comptait remettre à sa reine au cas où ceci aurait une utilité quelconque. Laissant par la suite échapper un « Ne t'inquiète pas, on n'en a pas fini avec toi » à peine audible avant de prendre le chemin en direction du QG. Bien sûr, qu’elle rêvait de prendre une douche et de se faufiler sous la couette auprès de son lapin, mais plutôt elle en avait fini avec ça, moins elle aurait besoin de se lever aux aurores pour finir toute la paperasse. Et Dieu sait que la grasse matinée est importante les lendemains de mission.

Surtout quand elles sont aussi chiantes !

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

« On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: « On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley]   « On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
« On la joue discret, ok ? » - « OK DISCRET ! » [PV Harley]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-