Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
-41%
Le deal à ne pas rater :
-41% sur l’excellent casque nomade filaire Sony MDR-1AM2
129 € 220 €
Voir le deal

Partagez
 

 Il appartient désormais au passé ||Gaara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Il appartient désormais au passé ||Gaara Empty
MessageSujet: Il appartient désormais au passé ||Gaara   Il appartient désormais au passé ||Gaara EmptyVen 29 Avr - 19:37


   

   

   
Ce soir-là, les choses auraient dû se passer autrement.
Les choses auraient dû rester sous contrôle.
Les mots n’auraient pas dû dépasser la penser.
Tout comme le sang n’aurait pas dû couler.


Marchand rapidement, ou plus ou moins en tentant que ce soit le cas, je brave tant bien que mal le déluge de pluie que m’offre cette fin de soirée. Comme si elle n’était pas déjà des plus épouvantables de bases. De plus pour bien arranger le scénario, on ne peut pas dire que je sois dans le meilleur des états. Quoique ce n’est pas comme si j’étais à l’agonie, malgré, des blessures un peu partout, la moitié de mes habits déchirer et une cheville fouler, je tiens encore debout. De quoi ressembler à un mauvais combat de rue mais dans lequel j’en suis sorti vainqueur. Pour le moment en tout cas. Je m'appuie quelques secondes contre un mur, à l'abri de la flotte. Quoiqu'au final, cela ne sert pas à grand-chose. En moins de deux minutes, j'ai fini si tremper qu'on aurait cru que j'ai fait un plongeon dans la mer avant de me mettre en route. Sûrement, ce que j'aurais dû faire en fin de compte. Plonger dans l'eau et me laisser couler au fin fond en compagnie de la poiscaille. Elle m'a bien effleuré l'esprit cette idée, même grandement donné envie, puis, je l'ai finalement chassé avant d'en avoir des regrets. Je ne peux pas me permettre de fuir aussi facilement ce qui est arrivé il y a peu. Quand bien même je le souhaiterais.

Je soupire un coup en balayant du revers de la main toute l’eau mélangée aux larmes qui traine sûr mon visage. Mes blessures me font mal, mais pas que. J’ai un nœud à la poitrine qui n’est pas des plus agréables à supporter. J’ai fait pas mal de choses horribles dans ma vie, mais jamais je n’avais ressenti ça. Faut dire qu’habituellement, je ne m’en suis jamais pris à quelqu’un de proche de moi. Et là… Bon sang, je rêverais que cette journée n’est jamais eue lieu.

Je me force à reprendre le chemin, pas question de rester en plein milieu de la rue toute la nuit. Comme il n’est pas question que je retourne chez moi. À vrai dire, il n’y a qu’un endroit où j’imagine aller et où je pense que je me sentirais mieux. J’ai pensé à me rendre chez Roxane aussi, mais… Je ne suis pas sûr qu’elle puisse comprendre la situation. Ni même ne pas m’en vouloir dans un sens. Il y a quelque personne qui passe près de moi, mais qui ne prête pas vraiment attention à qui je suis et qu’est-ce qui m’arrive. Tant mieux d’ailleurs. Ils préfèrent s’occupaient de leur petite vie en se dépêchant sous leur parapluie de rentrer chez eux.

Je finis par tourner dans une rue, un petit coup d’œil à droite et à gauche, traversant la route à grande vitesse et empresse de rentrer dans l’hôtel. Moins je traîne dehors mieux je me porte. J’ai l’impression d’être coupable et que tous les regards vont me juger si je m’attarde de trop. Par chance, une fois au sec, personne n’est à l’accueil pour me demander ce que je fais là dans un tel état. Et je ne perds pas de temps en déballant les escaliers. J’ai les chaussures imbibées d’eau qui font un sale bruit à chaque fois que je pose mon pied sur le parquet lustré. Et il y a tellement d’eau qui dégouline de tout mon corps que je pourrais remplir une piscine à moi toute seule. On peut me suivre à la trace. Allez-y, c’est gratuit. Je me plante devant la porte de la chambre de Gaara, la main lever et prête à toquer en espérant qu’il soit là, mais au final, j’hésite. Est-ce que je devrais vraiment lui demander d'être dans les emmerdes avec moi ? Il a déjà son lot de problème à gérer, je pense, ce n’est pas la peine pour que je l’entraîne contre son gré dans les miens. Quoique dans tous les cas, il finira par l’apprendre que ce soit maintenant ou bien plus tard. Si je ne lui demande pas d’aide pour régler ça, au moins un endroit pour dormir ce soir. Et de quoi avoir chaud, je commence à trembler de froid.

Je prends donc la décision de toquer plusieurs fois. Croisant les doigts pour qu’il soit là.  J’attends sagement jusqu’à ce que la porte s’ouvre.
- Je peux entrer… s’il te plaît… Je… Je sais pas où aller…
   

   
© B I G B Y
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Il appartient désormais au passé ||Gaara Empty
MessageSujet: Re: Il appartient désormais au passé ||Gaara   Il appartient désormais au passé ||Gaara EmptySam 30 Avr - 15:54



Rangeant le dernier livre sur l'étagère, Gaara descend de l'escabeau qu'il range à l'endroit prévu et rassemble ses affaires avant de souhaiter une bonne soirée à Céline ; Encore une journée de travail épuisant puisque la plupart des personnes qui viennent à la Bibliothèque sont des étudiants qui veulent un complément pour leur cours ou bien le livre que leurs professeur leur a conseillé.

Il sort de la Bibliothèque au même moment où il commence à pleuvoir, afin de ne pas être trop trempé il se dépêche de rentrer dans l'hôtel et une fois à l'accueil il demande la clé de sa chambre pour monter les escaliers. Ce quotidien a beau être crevant, il ne peut s'empêcher de l'apprécier car ça lui permet de penser à autre chose que ses histoires de cœur, l'Ordre et le double-jeu qu'il est en train de jouer ; Simplement s'occuper de prêter des livres.

En entrant dans la chambre d'hôtel, l'Homme de Sable retire son manteau pour le pendre et le laisser sécher, retirant ses chaussures ensuite, il se dirige directement dans la salle de bain pour aller prendre une douche avant d'aller manger quelque chose. Une douche chaude après une averse froide et une journée crevante ne lui fait que le plus grand bien ; Il prend le temps de profiter de l'eau chaude avant de tout couper et commencer à se sécher.

Habillé de son bas de pyjama, il prend une serviette pour passer un coup dans ses cheveux afin de les sécher un peu. Puis il entend quelqu'un frapper à la porte de sa chambre. Reculant de quelques pas pour observer l'horloge murale, il se demande qui peut bien venir le voir à cette heure-là ; Il enfile rapidement son haut de pyjama et se dirige vers la porte d'entrée au moment où il entend une voix qu'il est capable de reconnaître entre mille.

- Je peux entrer… s’il te plaît… Je… Je sais pas où aller…

Il tourne rapidement la clé dans la serrure et ouvre la porte pour tomber nez à nez avec Bloodyne, disant son nom avec étonnement Gaara ne s'attendait pas à la voir ici à cette heure-ci et par un temps pareil. C'est alors qu'il remarque l'état de ses vêtements et les nombreuses blessures partout sur son corps, elle s'est battue ? Mais avec qui ? Ne perdant pas de temps, il la laisse entrer dans sa chambre et la conduit directement dans la salle de bain où l'eau ne s'incrustera pas dans la moquette.

Sans dire un mot, Gaara l'aide à s'asseoir sur la petite chaise de la salle de bain et se dirige vers sa commode pour sortir un pyjama à lui, ça risque de devenir une habitude à force mais ce n'est pas comme si il avait le choix en ce moment-même. Retournant dans la salle de bain, il prend une serviette propre qu'il lui tend ainsi que le pyjama pour qu'elle commence à se sécher et ne pas attraper la crève ; Il ouvre la glace se trouvant au-dessus du lavabo pour récupérer quelques compresses et du produit désinfectant.

- Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Avec qui t'es-tu battue ?


Il avait prit un ton doux et protecteur pour qu'elle se sente en sécurité avec lui, même si cette personne l'avait suivit il était prêt à l'accueillir et se battre pour la protéger mais avant cela, il voudrait quelques détails avant de se jeter dans la mêlée.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Il appartient désormais au passé ||Gaara Empty
MessageSujet: Re: Il appartient désormais au passé ||Gaara   Il appartient désormais au passé ||Gaara EmptyMer 4 Mai - 0:08


   

   

   

À vrai dire, il y a peut-être d'autres endroits où je pourrais me rendre sans grand mal, mais une fois que je me mettrais à raconter ce qui s'est passé, je ne suis pas très sûr qu'ils voient la même chose que moi. Ni même très certain qu'ils aient envie d'être mêlés à ça, avec les problèmes que cela engendre derrière. Je ne sais pas si je peux me sentir en sécurité ici, ni même s'il y aura de graves conséquences par la suite, mais c'est sûrement le seul endroit où je ne passerais pas mon temps à regarder derrière moi, ou bien à me méfier des voisins. Quoi qu'il en soit, je sens un grand soulagement m'envahir, quand sa porte s'ouvre et que je constate qu'il est là. J'espère au moins ne pas l'avoir dérangé au mauvais moment, où le réveiller s'il dormait. Mais au fond qu'importe, il est là, les restes ne sont que de petits détails et je m'excuserais en temps voulu.

En attendant, après avoir vu sa mine surprise et inquiète, j’entre à l’intérieur et sans un mot je le laisse m’emmener dans la salle de bain. Je serais à deux doigts de m’évanouir d’épuisement, si je ne me forcer pas à rester un minimum lucide. J’ai envie de lâcher prise, ne serait-ce que cinq minutes et oublier, mais ce n’est pas possible. Pas maintenant en tout cas. Cependant, je reste dans un long silence de mort, assise sagement sur cette chaise et le regard perdu dans le vide. Il s’active autour de moi mais je n’y prête pas vraiment attention. Je réfléchis beaucoup trop, j’ai le cerveau embrouillé, comme prêt à exploser à n’importe quel moment. Je me repasse en boucle cette soirée, comme si cela était impossible à mettre en pause. Je revois tout, dans les moindres détails, revivant chaque scène en y étant une seconde fois. C’est à peine si je percute la serviette qu’il me donne pour que je me sèche. Je la regarde comme si j’attendais qu’elle me donne des réponses, alors qu’en réalité c’est lui qu’en attend.

Je lève enfin les yeux sur lui, quelque peu brillant, au bord des larmes pour honnête. Il en faut tout de même pas mal pour que je me retrouve dans cet état. Je ne suis pas une Warrior, mais j’encaisse plutôt pas trop mal les coups durs généralement. Et ce n’est pas comme si je passais mon temps à fondre en larmes pour un oui ou pour un non. Sauf que là, ce n’est pas le genre de choses que je m’attendais à vivre un jour. Du moins, pas de cette manière-là. C’est avec un peu de mal que je laisse quelques mots s’échappaient.
- Il.. Je… Il est mort…
Ils ont du mal à sortir, parce que, au fond, je ne réalise pas vraiment moi-même ce que j’ai bien pu faire. Pourtant, c’est bien réel, je n’ai pas rêvé. Le sang que j’ai sur les mains ne sort pas de mon imagination. C’est bien arrivé. Je souhaiterais me réveillerais et me dire que c’est un cauchemar, mais ce n’est pas possible. Même les machines à remonter le temps n’existent pas. Le « il » pouvait allait à tellement de personnes, que dit simplement comme ça, je l’imagine tenter de chercher de qui il s’agit. Ce qui est sûr, c’est que s’il s’agissait d’Ace, je n’aurais même pas eu la force de me rendre ici, ou en tout cas pas le même soir. À ce niveau-là, il n’y avait pas à s’en faire. Je me serre de la serviette pour essuyer mon visage et les petites larmes qui tentaient vainement de couler. Avant de baisser honteusement le regard, je finis par avoué:
- J’ai tué Charles… J’étais… obligé…
Je n’en suis pas fière. Même absolument pas. Si j’aurais pu l’éviter je l’aurais fait. Mais entre sa vie, celle d’Ace et la mienne qu’est-ce que j’aurais bien pu faire d’autre ? Le laisser les prendre sans rien faire ? Je pense que même si j’avais eu le choix, ça n’aurait pas été possible de simplement se séparer et couper les ponts. Je me sens tellement mal et même si je sais au fond que je ne suis pas fautif, dans le sens où je ne faisais que me défendre. Je ne peux m’empêcher de plaider ma propre cause, comme de peur qu’il me juge.  Avec une voix enrouée à me retenir de toute force de craquer et les mains crisper sur mes jambes.
- Je ne savais pas quoi faire… Il… Il ne m’a pas laissé le choix… Je ne pouvais pas le laisser me tuer, si ? Pas après ce qu’il voulait faire… Ace et moi ne sommes pas à vendre… C'était juste... pour de l'argent...
   


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Il appartient désormais au passé ||Gaara Empty
MessageSujet: Re: Il appartient désormais au passé ||Gaara   Il appartient désormais au passé ||Gaara EmptyMer 4 Mai - 16:10



Ce n'est pas un vulgaire couteau de cuisine qui a pu provoquer autant de dégâts, il s'est passé quelque chose d'assez traumatisant pour que la jeune femme vienne demander de l'aide à Gaara. Pourquoi ne va-t-elle pas en demander à Charles ? A moins qu'il soit lui-même mêlé à cette histoire ? Le seul moyen d'en savoir plus est d'écouter Bloodyne avec attention, l'Homme de Sable ne la brusque pas ; Comme plongée dans une transe durant laquelle elle se remémore les souvenirs, Gaara continue de soigner ses plaies.

- Il.. Je… Il est mort…

Relevant les yeux vers son ex-petite-amie, l'Homme de Sable se demande de qui elle peut bien parler ; Il écarte Ace des victimes potentielles car elle ne serait sûrement pas ici. Il pense de suite à Silan mais il ne comprend pas le rapport avec les blessures ; Est-ce que les assassins du frère sont venus attaquer la sœur ? Puis dans le dernier de la liste, il ne reste plus que Charles.

- J’ai tué Charles… J’étais… obligé…

Donc c'est lui. Il ne sait si il doit être rassuré de savoir que c'est lui qui est désormais six pieds sous terre plutôt que son fils, sourire car il a enfin disparu de la population ou être choqué d'une telle annonce. Bien sûr, Gaara est avant tout étonné d'entendre ces mots ; Que s'était-il passé pour mériter un tel sort ? Est-ce lui qui avait causé tant de blessures à Bloodyne ? Tout est flou est il doit prendre son mal en patience pour connaître la suite de l'histoire dans les moindres détails.

- Que s'est-il passé ?

- Je ne savais pas quoi faire… Il… Il ne m’a pas laissé le choix… Je ne pouvais pas le laisser me tuer, si ? Pas après ce qu’il voulait faire… Ace et moi ne sommes pas à vendre… C'était juste... pour de l'argent...

C'était confus et détaché. Est-ce qu'il avait bien "à vendre" ? De quoi veut-elle parler ? S'imaginant tout un tas scénarios pire les uns que les autres, Gaara préfère ne pas s'avancer trop vite dans les théories. Il doute qu'elle se soit trompée dans le choix des mots mais alors que veut-elle dire par là ? Jetant les compresses à la poubelle, l'Elementis prend doucement la main de Bloodyne pour plonger ses yeux dans les siens.

- Raconte-moi ce qu'il s'est passé, qu'est-ce que tu entends pas "nous ne sommes pas à vendre" ? Ne crains rien, tu es en sécurité ici.

Même si il avait des complices, Gaara ne les craint pas. Il les attend de pied ferme et est prêt à se battre quoi qu'il arrive mais pour cela, il a besoin de connaître les détails de cette histoire. Que s'est-il réellement passé ce soir ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Il appartient désormais au passé ||Gaara Empty
MessageSujet: Re: Il appartient désormais au passé ||Gaara   Il appartient désormais au passé ||Gaara EmptyJeu 5 Mai - 12:56

Spoiler:
 


   

   

   
L'argent, l'argent, l'argent.
Un mot que les hommes adorent et qu'il vénérait comme si c'était un dieu qu'il tenait entre les mains. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour une somme on ne peut plus généreuse. Les pires choses qu'on ne pourrait imaginer. Et j'en ai eu la preuve ce soir. J'ai à peine percuté le nombre de fois qu'il a pressé les compresses de soin contre ma peau pour nettoyer mes blessures. Bien trop perdu pour ça. Je sais que de base je ne voulais pas plus que ça l'entraîner là-dedans. Quoiqu’au final ça ne touche pas que moi alors je n'aie pas vraiment le choix. J'ai peur des représailles, non pas d'assumer ma part de responsabilité, après tout, j'aurais dû être plus méfiante. Et pour une fois que je ne le suis pas, que je ne me prends pas la tête à ne pas vouloir être confiante, faut que j'aie une merde qui me tombe dessus. Vouloir se comporter comme tout le monde ce n'est absolument pas une bonne idée.

Ma main dans la sienne, me rassure un peu, mais… J’hésite longuement à lui répondre. Je ne pourrais l’éviter de toute manière. Je prends sur moi en fessant rapidement le tri des informations pour se contenter de l’essentiel. Puis, après cinq minutes de silence supplémentaires, j’inspire un grand coup pour me calmer et retrouver une voix plus ou moins normale, avant de commencer à raconter toute l’histoire.
- Je voulais rentrer plus tôt et profiter de la soirée avec lui, fin, je te passe des détails. La voisine s’est chargée de récupérer Ace et de le garder, juste pour cette nuit. Mais quand je suis rentrée, j’ai trouvé ça bizarre de voir ses affaires alors qu’il m’avait certifié ne pas être là à cette heure. Enfin, bref. Je ne m’étais jamais vraiment attardé sur son travail. Je savais ce qu’il faisait, des transactions dans la finance, de je ne sais quoi. Et je ne me suis jamais permis d’aller fouiller dans ses affaires. Mais il y avait ce carnet ouvert qui traînait sur la table avec le nom d’Ace et moi inscrit dessus…
À la limite jusque-là, il n’y avait pas vraiment de quoi s’alarmer. Ni même d’en venir à des méthodes aussi dramatiques. Mais il fallait bien un début à cette histoire. Je continue donc sur ma lancée.
- Sur le moment, j’ai simplement cru qu’il voulait nous aider. Puis… J’ai commencé à feuilleter par curiosité, dans la sacoche aussi et… Il y avait tout un dossier sur nous, des photos, des notes sur nos habitudes, ce qu’on aimait et détestait… Même… Dans des domaines plus intimes… Et j’ai fini par voir cette feuille avec des prix et d’autres noms …
Je ne saurais dire ce qui m’a écœuré le plus sur le moment. Voir nos deux noms et une somme à côté, ou tous les petits détails, même ceux qu’on partage au creux du lit, inscrit sur un bout de papier ?

Il y avait les noms d’autres femmes, leur âge et un prix, puis dans la case vendue une croix était inscrite. J’avais mis un peu de temps à faire le rapprochement, avant de percuter que son passetemps favoris fût de transformer une pauvre fille en simple esclave, offerte ensuite à des hommes riches qui n'avaient pas d'état d'âme. Ce n'était pas bien compliquer en fin de compte, il lui suffisait de s’en prendre à des personnes suffisamment faibles pour ne pas avoir la possibilité de riposter au moment où il fallait les embarquer sur le bateau pour quitter le pays et le tour été joué. Ce qui me tue, c’est que je me suis rendu compte de rien. Il me paraissait normal et sans aucun souci à l’horizon alors pourquoi est-ce que j’aurais essayé de chercher la petite bête ? Pour une fois que j’étais bien et qu’on ne venait pas m’emmerder, je n’avais pas de raison de mettre mon nez dans ses affaires. J’aurais dû au final. Je serre les poings et la mâchoire avant de rajouter :
- Je n’étais qu’une fille de plus à tester avant d’être envoyé Dieu sait où sur un bateau contre une somme d’argent plutôt conséquente à l’autre bout du monde. Du trafic d’êtres humains… Ça aurait été des armes, j’aurais pu encaisser, même de la drogue… Mais ça…
Qui peut supporter de vivre avec quelqu’un qui vend des êtres humains ? Personne, à moins d’être complètement barge aussi. Et aux dernières nouvelles ce n’est pas encore entièrement mon cas. Je ne dis pas que des armes ou de la drogue c’est loin d’être mieux, mais c’est bien plus simple à gérer et supporter que ça. Et les problèmes restent plus ou moins limités.
- Je voulais des explications alors je l’ai cherché dans la maison. Et comme si ça ne suffisait pas, il était en train de s’envoyer en l’air. À la limite, c’était plus supportable à voir que le reste. Les choses ont dérapé, j’ai vu son vrai visage pour la première fois et j’ai sauté à sa gorge à la seconde où il m’a giflé. Et je te laisse imaginer la suite. Ses coups, je les ai senties passé…
Ses coups-de-poing fessaient bien mal. Il n’y est certainement pas allé de mainmorte, puis tout ce qui pouvait être utilisé comme arme est passé entre nos mains. Quand j’y repense maintenant, je ne saurais dire qui aurait vraiment eu le dessus sur l’autre le jour où ils se sont battus. Peut-être qu’il se retenait de frapper fort ce jour-là. J’ai peut-être omis de dire qu’il était Domae . Pour ma part, je viens juste de l’apprendre aussi. Mais je pense que cela fait déjà pas mal d’information à digérer en une seule fois. Qu’il était en train de s’envoyer en l’air avec je ne sais qui était littéralement passé au-dessus de ma tête. C’était loin d’être ce qui m’importait le plus sur le moment.

J’ose à peine regarder Gaara en face. Et imaginer dans quelle position je le mets, n’est pas possible non plus. Quoique cela m’étonne qu’il saute de joie après tout ça. Je n’ai plus envie d’ouvrir la bouche, j’attends juste sagement. Des reproches ? Peut-être. Sûrement mérité pour avoir laissé n’importe qui entrait et s’approcher d’Ace.
   
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Il appartient désormais au passé ||Gaara Empty
MessageSujet: Re: Il appartient désormais au passé ||Gaara   Il appartient désormais au passé ||Gaara EmptyVen 6 Mai - 15:47



- Je voulais rentrer plus tôt et profiter de la soirée avec lui, fin, je te passe des détails. La voisine s’est chargée de récupérer Ace et de le garder, juste pour cette nuit. Mais quand je suis rentrée, j’ai trouvé ça bizarre de voir ses affaires alors qu’il m’avait certifié ne pas être là à cette heure. Enfin, bref. Je ne m’étais jamais vraiment attardé sur son travail. Je savais ce qu’il faisait, des transactions dans la finance, de je ne sais quoi. Et je ne me suis jamais permis d’aller fouiller dans ses affaires. Mais il y avait ce carnet ouvert qui traînait sur la table avec le nom d’Ace et moi inscrit dessus…

Gaara commence à avoir une petite idée de ce qu'il tramait mais il ne veut pas s'emporter d'un coup et la stopper dans son récit, faisant des transactions dans la finance il n'est pas étonnant qu'il ait des noms de personnes. Peut-être voulait-il mettre de l'argent au nom de Bloodyne, de l'argent importé illégalement mais pourquoi y avait-il celui d'Ace ? Même si il ne passe pas beaucoup de temps avec lui, il est suffisamment au courant pour savoir qu'ils n'ont pas encore ouvert de compte à son nom.

- Sur le moment, j’ai simplement cru qu’il voulait nous aider. Puis… J’ai commencé à feuilleter par curiosité, dans la sacoche aussi et… Il y avait tout un dossier sur nous, des photos, des notes sur nos habitudes, ce qu’on aimait et détestait… Même… Dans des domaines plus intimes… Et j’ai fini par voir cette feuille avec des prix et d’autres noms …


L'enfoiré. Si elle ne l'avait pas tué, Gaara se serait fait un plaisir de le faire lui-même en prenant le temps de bien le faire souffrir ! Il tente de rester calme pour ne pas la stopper et l'inquiéter mais il bouillonne intérieurement ; Il n'avait rien vu venir ! Trop aveuglé par la haine qu'il ressentait pour lui dû au fait qu'il tournait trop prêt de Bloodyne ; Si seulement il avait prit le temps de se renseigner sur lui et de le suivre un peu, peut-être aurait-il prévenir l'Elementis plus tôt et ainsi éviter une telle scène ? Au moins maintenant, il est bien mieux là où il est.

- Je n’étais qu’une fille de plus à tester avant d’être envoyé Dieu sait où sur un bateau contre une somme d’argent plutôt conséquente à l’autre bout du monde. Du trafic d’êtres humains… Ça aurait été des armes, j’aurais pu encaisser, même de la drogue… Mais ça…

Elle a bien supporté les nombreux meurtres à son compte, elle aurait sûrement été capable de vivre avec une personne qui trafique des armes ou de la drogue ; Accompagné de quelques remontrances et une demande de stopper maintenant, c'est plus acceptable que ce que Charles faisait. Qui sait combien de femmes ont succombé à son charme et sont désormais des esclaves pour des hommes peu fréquentables ; Perdues quelque part sur Terre attendant que quelqu'un viennent les aider.

- Je voulais des explications alors je l’ai cherché dans la maison. Et comme si ça ne suffisait pas, il était en train de s’envoyer en l’air. À la limite, c’était plus supportable à voir que le reste. Les choses ont dérapé, j’ai vu son vrai visage pour la première fois et j’ai sauté à sa gorge à la seconde où il m’a giflé. Et je te laisse imaginer la suite. Ses coups, je les ai senties passé…


Rageant toujours sur ce qu'elle est en train de raconte, il ne sait pas ce qui l'énerve le plus. Charles naturellement et il est bien heureux de savoir que Bloodyne a mit fin à ses jours même si elle n'est pas fière d'une telle action ; Fort heureusement, il n'a pas levé la main sur Ace et ce dernier est en sécurité avec la voisine. Dans le Quartier Ouest, on peut espérer que cette dernière possède un élément assez puissant pour défendre les occupants de la maison en cas d'attaque de complices.

Posant son index sous le menton de Bloodyne pour la forcer à relever la tête, Gaara tente un sourire pour la rassurer et surtout pour lui dire qu'elle n'a pas à ressentir de honte. Elle a peut-être été imprudente mais comment lui en vouloir ? Il avait l'air d'avoir toutes les qualités qu'une femme désire pour vivre le parfait Amour, et Bloodyne est parfaitement consciente qu'elle aurait pu y laisser sa vie.

- Je suis désolé de ce qui t'est arrivé et tu peux compter sur moi ; Reste ici pour cette nuit, tu pourras te reposer et tu seras en sécurité.

Elle peut lui faire suffisamment confiance pour savoir qu'il ne tenterait rien cette nuit, bien trop occupé à prendre soin d'elle pour aller mieux et tenter de lui faire oublier cette soirée. Il faudra trouver une explication à fournir à Ace qui va sûrement trouver ça bizarre que Charles ne vienne plus à la maison ; Un voyage d'affaire ou la rupture sera très simple à expliquer. A lui oui. Mais il doit bien avoir des collègues, des patrons et cette femme avec qui il couchait plus tôt dans la soirée, qu'est-elle devenue ?

- Bloodyne dis-moi. Où est passée cette femme qui était avec Charles cette nuit ? Et qu'as-tu fait de son corps ?

Si cette femme s'est enfuit durant la bataille, elle pourrait aller prévenir les policiers de ce qu'il s'est passé et si ils en viennent à découvrir le corps chez Bloodyne elle sera aussitôt accusée de meurtre. Il faut se débarrasser des preuves, des témoins ou du moins la faire passer pour une folle auprès des policiers ; Une mission qu'il est tout à faire capable de remplir pendant que Bloodyne se repose ici.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Il appartient désormais au passé ||Gaara Empty
MessageSujet: Re: Il appartient désormais au passé ||Gaara   Il appartient désormais au passé ||Gaara EmptyLun 9 Mai - 13:59


   

   

   
On pourrait presque me remettre la palme de la mauvaise mère qui laisse entrer n’importe qui dans sa maison sans prêter attention aux conséquences. Pourtant, ce n’est pas comme si je l’avais invité chez moi dès la première rencontre. On est d’abord devenue ami, puis ensuite les sentiments, on fait leur apparition. J’avais tout de même mis un bon moment pour finalement accepter de le laisser passer par ma porte. J’ai été plus prudente que je ne le pensais, mais pas suffisant pour autant. Est-ce qu’on peut vraiment me blâmer ? Qu’est-ce que j’aurais pu bien faire de plus, le suivre pendant des mois, l’interroger et toutes sortes de choses dans ce style-là avant d’accepter de passer un peu plus de temps avec lui ? C’est pire qu’être parano tout de même.

Je n’ai pas envie de me battre avec Gaara aujourd’hui, j’ai assez donné à ce niveau-là. Je sais que j’ai salement merdé et qu’on aurait pu être deux à y restait. Ça me ronge suffisamment comme ça rien que d’y penser. Mais j’ai besoin de lui actuellement et non de ces reproches. Je pourrais les encaisser demain à la limite mais-là… c’est la dernière chose que je souhaite supporter. Et contre toute attente, moi qui pensais que je le verrais imploser, je sens son doigt sous mon menton qui me redresse la tête et son expression qui n’a absolument rien de méchant mais plutôt réconfortant. Ses mots aussi me soulagent et j’esquisse un bref sourire.
- Merci, je ne sais pas ce que je ferais si tu n’étais pas là.
Je me débrouillerais autrement ça, c’est certain. Et je n’aurais pas forcément quelqu’un d’aussi compréhensif en face de moi. Je traînerais peut-être encore dans la rue, ou bien, je serais en train d’enterrer les cadavres dans le jardin. Ça fait de l’engrais pour les plantes et de la nourriture pour les vers. Je soupire un coup en me servant de la serviette pour me sécher les cheveux.
- Bloodyne dis-moi. Où est passée cette femme qui était avec Charles cette nuit ? Et qu'as-tu fait de son corps ?
Elle ? Elle croupit dans les limbes en compagnie en compagnie de Charles, tous les deux vont si bien ensemble de toute manière, ils seront heureux de se retrouver aussi bas. Mais plus sérieusement, je lui réponds:
- Son corps traîne dans le salon en compagnie de Charles. Cette garce voulait le défendre alors forcément… Elle ne m’a pas vraiment laissé le choix.
Qu’est-ce que j’aurais dû faire ? L’épargner parce qu’elle a simplement couché avec lui. Je ne pense pas que j’en aurai été capable, j’avais déjà envie de la tuée à la seconde où je l’ai vue dans MON lit, se frottant à MES draps et accessoirement contre lui aussi. Je n’ai pas vraiment cherché à comprendre si elle avait un lien quelconque dans toute cette histoire, ou si ce n’était qu’une simple prostituée qui passait par-là. Au fond, ce n’était que le cadet de mes soucis. Qui sait combien de fois elle s’était rendue chez moi pendant mon absence. Cette idée me dégoûte. Je secoue la tête pour arrêter d’y penser, ça ne fait pas longtemps, mais je dois tout de même tirer un trait dessus. Ça appartient, du moins ça doit, au passé. À la place, je me penche en avant pour enrouler mes bras autour de Gaara sans prévenir et plonger ma tête dans son cou. J’ai juste envie et besoin d’un peu de réconfort.
- Gaara… Je suis désolée. J’ai été stupide et il aurait pu faire n’importe quoi à Ace… Je voulais juste pour une fois, rien qu’une… Avoir quelque chose de bien sans avoir à surveiller mes arrières à chaque coin de rue. Mais je me suis trompé.
Je n’ai pas envie de finir comme ces mères célibataires qui n’ont aucune relation sentimentale et dont tout leur monde tourne qu’autour de leur enfant, quitte à lui bouffer la vie. Je ne dis pas que je cherche le grand amour qui durera éternellement, mais un peu de compagnies ne fait pas de mal à personne, si ? J’avais espérait que ça marche plutôt bien avec Charles, mais je me suis fait avoir en beauté. Enfin, je me mets à murmurer bêtement dans son cou histoire à détendre, du moins d’essayer, un peu l’atmosphère:
- Je vais devenir lesbienne, ce sera peut-être plus simple. Puis ce sera plus sympa pour toi de croisé une autre fille à la maison qu’un mec.
   
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Il appartient désormais au passé ||Gaara Empty
MessageSujet: Re: Il appartient désormais au passé ||Gaara   Il appartient désormais au passé ||Gaara EmptySam 14 Mai - 21:57



Il ne manquerait plus que ce remue-ménage ait alerté le voisinage et que ceux-ci aient déjà été voir la police pour signaler un tapage nocturne ou pire. Bloodyne sera bien obligée de rentrer chez elle de toute façon et les corps ne peuvent pas rester indéfiniment dans la maison, Ace ne doit pas voir tout le sang et la voisine doit ignorer ce qu'il s'est passé. N'étant pas en état de marcher, Gaara devra sûrement s'occuper de ce petit détail lui-même.

- Son corps traîne dans le salon en compagnie de Charles. Cette garce voulait le défendre alors forcément… Elle ne m’a pas vraiment laissé le choix.

Il se dit que c'est peut-être mieux de la savoir morte plutôt que vivante à courir dans les rues de Quederla à crier au meurtre, si tel avait été le cas Gaara n'aurait sans pas été assez rapide pour la rattraper afin de la mettre sous silence. Bloodyne a sûrement eu la meilleure réaction à avoir mais voilà que maintenant elle allait sûrement le regretter pour le restant de ses jours, pourtant elle a déjà ôté des vies ; Mais c'est sûrement la première fois que cette vie est aussi proche de la sienne.

Perdu dans ses pensées, il est étonné lorsqu'il sent Bloodyne contre lui après qu'elle ait enroulé ses bras autour de lui ; Par réflexe et pour lui montrer qu'il est toujours là, il l'entour de ses bras et la sert contre lui. Qui aurait su que, en un sens, Charles serait responsable de ces retrouvailles ? Mais il aurait préféré que cela se fasse en d'autres circonstances que celles-ci, que Bloodyne ne souffre pas à cause de lui.

- Gaara… Je suis désolée. J’ai été stupide et il aurait pu faire n’importe quoi à Ace… Je voulais juste pour une fois, rien qu’une… Avoir quelque chose de bien sans avoir à surveiller mes arrières à chaque coin de rue. Mais je me suis trompé.

- Ce n'est pas de ta faute, arrête de t'en vouloir.

Si on devait vérifier le moindre faits et gestes de son partenaire, la confiance se perdrait et on ne pourrait plus appeler ça un couple ; De ce qu'il comprend, c'est qu'il sait y faire avec les femmes et mise sur le physique pour les rassurer. Il ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir fouillé son compte en banque ou bien demander à un détective de le suivre pendant une semaine pour savoir si il ne traînait pas dans des affaires louches ; Ce n'est pas la première chose à laquelle on pense lorsqu'on rencontre quelqu'un.

- Je vais devenir lesbienne, ce sera peut-être plus simple. Puis ce sera plus sympa pour toi de croisé une autre fille à la maison qu’un mec.

Laissant échapper un petit rire nerveux il ne sait franchement pas si ce serait plus "sympa" pour lui de croiser une fille plutôt qu'un gars. Rien que de savoir que quelqu'un partage son lit et sa vie en vient à déprimer l'Homme de Sable qui pense qu'il ne pourra plus jamais retenter sa chance avec elle ; Restant contre elle, Gaara reprend la parole, murmurant comme si il ne voulait pas qu'elle entende sa réflexion.

- Ce qui voudrait dire que je n'aurais plus aucune chance avec toi...

Bien qu'elle ait déjà posé les bases la dernière fois, l'Elementis ne perd jamais espoir. Resté collé à elle pendant plusieurs minutes, la raison de sa présence lui revient de plein fouet en mémoire et il se souvient qu'il doit cacher les corps gisant dans la maison ; Faisant reculer doucement Bloodyne, il lui explique qu'il va s'occuper de nettoyer la maison au cas où la police ait été avertie. Il lui demande de se reposer et de faire comme chez elle, il n'en aura normalement pas pour longtemps, ce sera facile pour lui de se débarrasser des corps.

Il se lève pour s'emparer de son manteau qu'il enfile rapidement pour quitter la chambre. Très vite, il se retrouve trempé par le tempête qui fait rage à Quederla en ce moment même et se dirige d'un pas rapide vers le Quartier Ouest en passant par les petites ruelles pour croiser le moins de monde possible ; Pourtant ce n'est pas étonnant de voir un Elementis dans ce coin. Mais moins de témoin le voit et plus ce sera facile de couvrir le meurtre et sa complicité.

Arrivé sur les lieux, il jette un rapide coup d’œil dans la maison pour constater avec soulagement qu'elle est vide ; Il entre dans l'habitation pour découvrir la scène de crime. Les corps de Charles et de la fille sont toujours présents dans la pièce mais il ne s'occupe pas d'eux pour l'instant ; Contournant les cadavres il se dirige dans la chambre pour effacer toutes traces de bagarres et de sang qu'il peut y avoir. Puis une fois terminé, il commence à faire de même dans le salon en déplaçant tout d'abord les objets qu'il remet à sa place et déplace le premier corps, celui de Charles jusqu'à l'entrée de la forêt qui ne se trouve non loin.

Revenant ensuite dans la maison, il efface la tracée de sang laissée et nettoie de nouveau le salon ; Pas au point de faire la poussière car ceci pour être suspect il fait en sorte de faire disparaître les preuves. Il s'occupe ensuite de ranger les dossiers de Charles dans les tiroirs ou d'autres endroits que la police ne penserait pas à fouiller, simplement pour les récupérer plus tard et en parler à son Roi ; Mais un bruit se fait entendre. Des pas se dirigent vers eux et ils entends des aboiements qui le préviennent que la police ne devrait pas tarder à arriver.

Laissant le reste des dossiers en vrac, il prend la demoiselle dans les bras pour éviter de laisser une trainée de sang ; Il utilise rapidement un chiffon pour effacer le plus possible et le jette dans la poubelle au moment où les pas sont juste devant la porte. Allant dans la chambre de Bloodyne qu'il ferme, il passe par la fenêtre pour s'enfuir en direction de la forêt afin de rejoindre l'autre corps laissé ; Heureusement pour lui, il ne pleut plus et il sera facile d'utiliser son élément.

S'enfonçant dans la forêt avec les deux cadavres, il vérifie que personne ne se trouve dans les alentours et utilise son sable pour faire disparaître les corps ; Aucune possibilité de les identifier et ici, personne ne pourra les trouver. Ne voulant pas s'attarder plus longtemps dans cette forêt, il prend la direction de l'hôtel en faisant attention à ne pas être vu par un quelconque témoin ; En entrant dans l'hôtel, il fait un signe de tête à la femme de l'accueil et monte direction dans sa chambre. Une heure a dû s'écouler entre son départ et son retard et il ne sait si Bloodyne sera éveillée à son retour.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Il appartient désormais au passé ||Gaara Empty
MessageSujet: Re: Il appartient désormais au passé ||Gaara   Il appartient désormais au passé ||Gaara EmptyLun 16 Mai - 18:37


   

   

   
Je pourrais rester ainsi pendant des heures tellement que la chaleur de ses bras me réconforte et m’apaise un peu. C’est tout ce que je demande dans ce monde de brutes. Bien sûr, j’esquisse moi-même un sourire à ce que j’ai dit. Je ne suis pas très sûr que je sois faite pour une relation quelconque avec une fille. Parce que de base, je n’ai jamais vraiment eu d’attirance pour celle-ci. Cela n’empêche pas de les trouver belles, mais ça s’arrête là. Pourtant, j’en ferais sûrement quelque chose d’ici quelques années si mes relations avec les hommes ne s’améliorent pas. Ce sera toujours ça pour ne pas finir entièrement seul. Quoiqu’un peu vache envers la jeune femme. Néanmoins, je n’ai pas vraiment besoin de me tracasser la tête là-dessus puisque pour le moment, j’en suis encore loin et c’est tant mieux. Je ne relève pas vraiment sa remarque, ne l’ayant pas entièrement comprise, bien trop occupée à me vider la tête le mieux que possible. Ça ne devait pas être si important, ou une simple réflexion sur mes futurs projets à changer de bord question relation. Forcément.

Cependant, je laisse échapper un léger soupir de mécontentement quand il me recule pour m’annoncer ce qu’il compte faire. J’affiche une mine peu convaincue de ce petit manège, mais c’est un peu la seule solution qui s’offre à nous. En particulier si, qui que ce soit dans le voisinage à alerter la police pour tapage nocturne. Me retrouver en prison où je ne sais où pour si peu non merci. De nous deux, un seul avec sa tête placardée au mur est amplement suffisant. Je finis par hocher la tête en le laissant partir. J’aurais aimé l’accompagner et l’aider, mais, boitant avec une cheville foulée, je ne serais qu’un boulet qui reste planter au plein milieu. Autant rester sagement là à attendre ; bien sûr, même si je sais qu’il le fera de base, je n’ai pas pu m’empêcher de le prévenir en faisant attention. Il y a bien assez problème pour le moment pour en rajouter davantage d’une manière ou d’une autre.

Ne sachant pas combien de temps cela prendre une fois qu’il a passé le seuil de la porte, je me déshabille pour mettre mes vêtements à sécher en les accrochant à la chaise. Profitant par la même occasion de prendre une douche. Brûlante certes, mais agréable. J’avais tellement froid avec tout ce tas d’émotion que je ne pouvais rêver mieux. J’avoue avoir profité qu'il ne soit pas dans les parages pour rester plus longtemps que prévu sous l’eau chaude, avant de prendre la sage décision de sortir pour ne pas tout finir. Lui en laisser suffisamment serait la bienvenue, en particulier pour son retour. Après m’être séché en enfilant rapidement ses vêtements toujours aussi grands, je me dis que cela devient une habitude de les utiliser à chaque fois que je me retrouve chez lui. Ce n’est peut-être pas forcément une bonne chose, mais ce n’est pas non plus en drame. Mieux valait ça qu’autre chose. À la limite peut-être devrais-je laisser un pyjama à moi ici si cela arrive trop souvent. Cette réflexion me fait sourire alors que je sors de la salle de bains en m’attachant les cheveux ; pourquoi ne pas ramener toute ma chambre tant que j’y suis ? Je fais un rapide tour de la pièce des yeux, en me demandant ce que je vais bien pouvoir faire en l’attendant. En sentant soudainement mon ventre gargouillé, je trouve assez vite la réponse. Ne voulant pas mettre le bazar, je me contente de ce que je trouve dans le frigo pour finalement faire un sandwich accompagné d’un paquet de chips. Si je le finis, il faudra que je lui en offre un. Je m’installe sur le bord du lit une fois prête muni d’un plateau pour limiter les miettes, et d’un livre pris au hasard pour passer le temps. J’ai pris le premier qui me passer sous la main sans vraiment y prêter attention, puis en voyant le titre, je ne peux m’empêcher de rire de bon cœur. C’est la dernière chose que j’aurais pu imaginer voir sur son étagère, mais pourquoi pas.

J’ai dévoré le premier chapitre, tout comme une grosse partie de mon repas. C’était un peu puéril mais marrant. Quand j’entends la porte s’enclencher en le voyant rentré, je balance le livre derrière moi comme si on venait de me prendre en flagrant délit pour une bêtise commise. Pas très sérieux, encore moins quand on a le sourire jusqu’aux yeux et je manque cruellement de m’étouffer avec un morceau de sandwich dans la bouche. Grillé !
- Désolée… J’avais une faim de loup. J’espère que ça te ne gêne pas, j’ai juste piqué deux, trois trucs dans le frigo... Et un peu – beaucoup – d’eau chaude pour la douche.
En bref, j’ai fait comme chez moi comme ce qu’il m’avait si gentiment conseillé. Heureusement, je n’ai pas tout vidé en moins de deux, même si je n’en étais pas loin. Je me lève en laissant mon dernier morceau sur le plateau et part dans la salle de bains pour aller lui chercher une serviette, que je lui tends une fois face à lui.
- J’imagine que c’est bon en ce qui concerne les corps… Enfin, c’est la dernière chose auquel j’ai vraiment envie de penser là.
Plus jamais je n’ai envie d’y penser, mais en même temps, j’ai envie de savoir si les choses ont pu se dérouler comme prévu ou non. Quoique pas forcément là maintenant toute suite. Alors je retourne m’asseoir au bord du lit en reprenant mon repas là où je l’avais laissé. D’une main tendue en arrière, j’attrape le livre et l’agite devant moi. Il faut bien, je passe à autre chose, je ne peux pas me morfondre éternellement pour ce qu’il y a eu cette nuit. C’est donc avec un petit sourire moqueur que je lui demande :
- « Comment récupérer son ex »… Je dois me sentir flatter ou bien ?  
   
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Il appartient désormais au passé ||Gaara Empty
MessageSujet: Re: Il appartient désormais au passé ||Gaara   Il appartient désormais au passé ||Gaara EmptySam 21 Mai - 17:46



Une douche. Une bonne douche bien chaude est sûrement la chose qu'il a le plus besoin en ce moment même pour oublier cette horrible soirée. Le seul point positif est sûrement la mort de cette ordure mais il aurait préféré qu'il soit tué de ses propres mains ; La prochaine il ira au bout de ses idées en ce qui concerne le meurtre d'une personne qu'il n'apprécie pas. Il tourne la clé dans la serrure et retire chaussures et manteau puis remarque que Bloodyne est toujours réveillée, il ne comprend pas tout de suite le sourire qu'elle affiche mais il la connait suffisamment pour savoir qu'elle a utilisé toute l'eau chaude.

- Désolée… J’avais une faim de loup. J’espère que ça te ne gêne pas, j’ai juste piqué deux, trois trucs dans le frigo... Et un peu – beaucoup – d’eau chaude pour la douche.


- Ah. Non vas-y, fais comme chez toi. Je prendrais une douche froide ce n'est pas grave, j'y suis habitué maintenant.

Non ce n'est pas un reproche, simplement une petite pique lancée avec un sourire aux lèvres. Ce n'est pas la première fois qu'elle lui laisse une salle de bain sans eau chaude et il s'en est toujours sortit avec l'eau froide ; Et puis au final ce n'est pas plus mal, ça lui ferait oublier cette soirée. Il la regarde se lever pour aller dans la salle de bain et revenir avec une serviette qu'elle lui tend en lui demandant si tout s'est bien déroulé ; Lui dire que la police a débarqué chez elle au moment où il allait s'occuper du deuxième corps n'est pas ce qu'il y a mieux. Il hoche simplement la tête.

De plus, elle n'a sûrement pas envie de savoir comment s'est déroulée cette mascarade et c'est peut-être mieux ainsi ; Tout n'a pas été comme sur des roulettes comme le veut l'expression et l'inquiéter encore plus ne sert à rien. Sans bouger, il la regarde s'asseoir pour tendre la main en arrière avant de lui présenter un livre qu'elle agite devant elle ; Comme prit sur le fait, il n'ose bouger et tente de chercher quelques excuses potables.

- « Comment récupérer son ex »… Je dois me sentir flatter ou bien ?

- Euh... Ce n'est pas ce que tu crois. Il n'y avait rien à la Bibliothèque et j'étais curieux de voir ce qui était noté dans ce livre.

Ou alors c'est qu'il est désespéré au point de croire les conseils d'un livre, trois ans qu'il tente de reconquérir son cœur sans grand succès. C'est à se demander où le problème avec lui et il espérait que ce livre lui offre la réponse ; Il continue de bredouiller quelques excuses mais préfère se rendre en direction de la salle de bain où il s'enferme à l'intérieur avant que le rouge ne lui monte aux joues.

Tentant d'oublier du mieux que possible cette conversation, il retire ses vêtements et se glisse sous la douche ; Encore un peu d'eau chaude sur le début qui s'est rapidement transformée en eau glacée. Il n'en sort pas pour autant, retardant le moment il devra affronter le regard de Bloodyne et les questions sur ce livre ; Mais comme il ne peut pas camper à l'intérieur, il décide enfin d'en sortir et d'enfiler un pyjama. Il ouvre la porte tout en utilisant sa serviette pour se sécher les cheveux et vient s'assoir à côté de l'Elementis.

- Qu'est-ce que tu vas dire à Ace ? Il avait l'air d'apprécier Charles.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Il appartient désormais au passé ||Gaara Empty
MessageSujet: Re: Il appartient désormais au passé ||Gaara   Il appartient désormais au passé ||Gaara Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Il appartient désormais au passé ||Gaara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-