Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le Deal du moment :
ASOS : -20% en plus sur les articles ...
Voir le deal

Partagez
 

  [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Empty
MessageSujet: [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖    [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ EmptyMer 29 Juin - 15:35

Je prends toujours soin de mes invités, promis !

Harley & Wilson

Dis-moi un peu, tu le connais ce soi-disant scientifique ?

» Nope.
Donc tu ne sais pas s’il est potentiellement plus fou que toi…

» Tout les scientifiques sont fous, c’est prouvé par la science elle-même ! J’sais que c’est un nain, je ne vois pas ce que j’ai à craindre de lui
Et comment tu peux être sûr que c’est lui 

» Parce qu’il a fait mumuse sur l’une de mes employés, maintenant c’est à mon tour de jouer. Tu vas voir on va bien s’amuser. Nous avons toute la nuit pour ça.

Une longue et douloureuse nuit attend ce pauvre petit scientifique. S’il savait, il y a bien longtemps qu’il aurait quitté cette ville. À moins qu’il ait des petits penchants suicidaires pour y restait quand même. Ma petite personne accrochée dans son dos, comme d’habitude, je me demande si ce petit être survivra à tout ce qu’elle lui prépare et… Quoi ? Vous n’avez jamais vu une batte de baseball avec une conscience ? Ma propriétaire est folle, je suis dans sa tête, c’est comme un gamin avec un ami imaginaire. Où voire un homme parlait à sa peluche. C’est tout aussi étrange qu’entièrement normal.

D’un air joyeux, elle chantonne à tue-tête, remplissant un seau d’eau froide dans son petit évier en coin, versant par la suite plusieurs glaçons, comme si celle-ci n’était pas à la température souhaitée. Il faut que ce soit parfait. Mademoiselle ne tentant pas à se salir les mains pour aller chercher soi-même son petit invité, elle a pris le soin d’envoyer des gardes du corps s’en charger. Donnant son lieu de travail et son adresse dans le cas où il ne s’y trouverait pas. Après la rencontre avec le roi, elle avait mener sa petite enquête de son côté parmi les traitres, et après plusieurs semaines de recherche, un nom est finalement tombé, elle sait même maudit de pas y avoir penser plutôt puisqu'il avait la mauvaise habitude d'utilisé - autres fois - des cobayes qu'elle connaissait. Bien sûr, la discrétion avait été demander, ce serait tout de même dommage d’avoir tout le gouvernement à leur trousse pour un seul homme. Elle avait demandé qu'il soit ramené en entier de préférence, un coup derrière la tête devrait être suffisant pour l’envoyé dans les bras de Morphée un petit moment. Ce n’est pas comme si elle manquait d’imagination pour le réveiller au final.  

Ses petits talons hauts martèlent le sol en direction de son tourne-disque, elle cherche dans ses vieux CD une petite chanson à mettre en fond, un petit plus à rajouter dans l’ambiance, comme si une petite touche de gaieté aller changer quoi que ce soit. C’est finalement une chanson de « Chordettes – Lollipop » qui l’emporte. Elle le place, le son léger et commence à se dandiner d’un côté comme de l’autre. Quand subitement, la porte s’ouvre à la volée, la faisant claqué contre le mur. Elle lâche un petit cri de surprise qui se cogne contre les parois et résonne avant de s’estomper. Main sur les hanches, elle plisse quelques secondes les yeux en fixant ces deux gardes s’avançaient. Ils sont imposants, sûrement qu’ils pourraient aux finales l’écraser en un rien de temps sans aucun problème. Mais pourtant, on peut lire une pointe d’appréhension dans leurs visages, sachant pertinemment qu’Harley n’est pas une personne qu’on peut cataloguer de prévisible, elle pourrait aisément en faire de la bouilli. Ce n’est pas ce qui manque dans la pièce. Cependant, son visage se radoucit à la vue d’un corps posé sur l'une des épaules. Elle affiche un grand sourire en montrant du bout de ses doigts manucurés la chaise où il doit être installé. Il le pose dessus comme si ce n’était qu’un vulgaire sac de pommes de terre, lui attachant les mains et les pieds avant de lui enlever le sac noir sur la tête.

Inconscient bien évidemment, mais au moins il n’aura pas eu l’occasion de savoir où l’on l’emmène. D’un simple de geste de main, elle ordonne à ses hommes de quitter la pièce. Voulant s’amuse en paix, ce n’est pas comme si elle avait beaucoup de choses à craindre de sa part dans un tel état. Une fois que le claquement de la porte se fait entendre, munie du seau d’eau soigneusement préparé, elle s’avance vers son incité et d’un geste rapide lance le contenu en plein dans son visage. Son sourire s’élargit tellement qu’il laisse entrevoir ses dents blanches. Le déposant au sol, elle se penche sur lui, les deux mains de chaque côté de ces joues et les pinces comme une grand-mère pincerait celle de son petit-fils.

» Alors, on a bien dormi mon mignon ? Il n’était pas trop brutal le réveille ? Tu es un petit peu en retard, mais, ce n’est pas bien grave, on prendra simplement un peu plus de temps pour s’amuser. Tu vas voir, tu vas adorer tout ce que j’ai préparé pour toi ! Ooooh, mais où sont mes bonnes manières ! Je suis Harley, bienvenue dans mon humble… Salle d’interrogatoire. C’est joli hein ?
Ses doigts lâchent ces petites joues toutes rougies, causées par le pincement. Elle sort un petit mouchoir de sa poche et s’en sert pour essuyer son visage de toute cette eau. Le réveil devait tellement être horrible et glacial. Personne n’aimerait vivre ça. D’une petite voix qui pourrait presque berner tout le monde si seulement quelqu’un s’y laisse prendre, elle demande:
» Bon alors, parle-moi de toi ! Je veux tout savoir. En particulier ce que tu as causé comme dégât dans la ville.


Dernière édition par Harley H. Quinn le Jeu 7 Juil - 20:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Empty
MessageSujet: Re: [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖    [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ EmptyJeu 30 Juin - 8:00


Talk to me, kitty cat

C'est à se demander ce qui le poussait encore à se rendre tous les jours au travail... Ses rares collègues à avoir possédé un élément ou un animal, avant que le phénomène ne les ait emporté les uns après les autres, le soupçonnaient durement d'être à l'origine des maux qui ne devaient toucher que les Élémentis et les Domae en activité. Comme s'il avait trahi ses pairs, alors qu'il se trouvait pourtant dans le même panier qu'eux, Wilson supportait de plus en plus mal les regards méprisants et la mise à l'écart, plus prononcée qu'auparavant. Et affronter le tout sans pouvoir en discuter avec Percy, ni trouver le courage d'aller voir Alaric après avoir subi ses foudres il y a quelques semaines de cela, ne l'aidait pas non plus à se sentir mieux. Aussi n'avait-il de plus constructif à faire de ses journées dans son laboratoire qu'à organiser ses notes et ses comptes-rendus, illuminer les murs en réfractant de la lumière extérieur avec le prisme qu'on lui avait offert, et observer les déplacements à vitesse réduite d'Isaac la tortue dans son terrarium. Ne trouvant ni le cœur ni la concentration nécessaire à avancer dans ses recherches, le voilà réduit à procrastiner jusqu'à ce qu'il soit l'heure de rentrer chez lui, si toutefois celle-ci ne lui passe pas sous le nez à force de se vider l'esprit dans ces activités superflues.

Ce soir fut justement l'une de ces occasions manquées de sortir de l'hôtel de ville tant qu'un brin de soleil illuminait encore les rues, et en constatant qu'il était déjà tard à l'horloge murale, le petit Higgsbury alla récupérer la lanterne posée près de son plan de travail afin d'éclairer un minimum le chemin du retour. Ce qu'il avait horreur de devoir marcher dehors en pleine nuit, même en empruntant les allées les plus éclairées du quartier ! Une fois sorti du bâtiment administratif, il prit une profonde inspiration, alluma son seul espoir de ne pas sombrer dans l'obscurité la plus totale en cas d'ampoule défaillante, puis se dirigea vers l'avenue. Loin de se soucier de ce que l'on penserait de ses précautions grotesques, l'intello à cornes était ailleurs au point de ne pas se rendre compte des grands gaillards qui le suivaient. L'un d'eux l'interpella donc par son nom, mais avant qu'il ne puisse répliquer quoi que ce soit, un coup brutal derrière la tête le frappa sans crier gare, l'envoyant directement dans les pommes. Il n'eût guère le temps d'entendre la vitre de sa lanterne se briser ou de sentir le goût de l'asphalte dans sa bouche en plongeant la tête la première sur le trottoir.

L'instant d'après, une vague glaciale tire violemment l'inconscient de son sommeil forcé, lequel aspire un grand bol d'air sous la surprise en revenant à lui, comme s'il avait été immergé pendant tout ce temps. Bien mal lui en prit de vouloir secouer la tête en comprenant que son visage dégoulinait d'eau, puisqu'il se rendit compte à ce moment précis de cet horrible mal de crâne qui accompagnait son réveil dans des conditions quasi-polaires. Le second réflexe de porter ses mains au niveau de ses tempes fut également pris de court par les espèces de sangles qui semblaient sceller ses avant-bras sur les accoudoirs de son siège, semblable à celui qu'il utilisait lui-même dans son laboratoire pour retenir ses sujets d'étude. Il ne lui était jamais venu à l'esprit d'envisager prendre un jour la place du cobaye. Un flot d'incompréhension le submergea de toutes parts, encore quelque peu sonné de la délicatesse dont avaient fait preuve les deux gorilles en lui sautant dessus. C'est à peine s'il prend le temps de distinguer les alentours qui lui paraissent flous, préoccupé dans un premier temps par ce qui le restreignait dans ses mouvements.

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ 4ufj


« Q-Qu.. qu'est-ce qui se passe... ? Pourquoi je... »

Parcourant d'un œil inquiet l'installation sur laquelle on l'avait attaché aux extrémités, il lui fallut entendre le bruit de plastique jeté sur le sol pour diriger son attention sur l'unique autre personne présente avec lui. Une femme blonde, perchée sur de hauts talons et curieusement vêtue, se penche alors sur le petit scientifique trempé pour lui attraper les joues. Pincé comme un bambin bien potelé au cours d'une réunion de famille, il plissa les yeux sous l'inconfort tandis que l'inconnue manifestait une soi-disant inquiétude à son égard. L'enthousiasme flagrant de cette dernière n'était pas pour le rassurer sur ses intentions, sans doute à cause du contraste entre sa bonne humeur et la froideur dégagée par cet endroit ; à moins que ce ne soit le terme "interrogatoire" qui ne laisse réellement rien présager de bon. Lorsqu'elle le libéra enfin de son emprise faussement maternelle, la dénommée Harley, semblant vouloir perdurer cette tendance fort désagréable, vint essuyer sa figure ruisselante avec un mouchoir avant de l'inviter à parler. Cependant, pour d'étranges et obscures raisons, le chimiste n'était pas vraiment tenté de se montrer bavard... Grelottant à la fois du froid de ses vêtements imbibés d'eau glacée et de la crainte qu'une telle mise en scène commençait à lui inspirer, les maux de tête qui tambourinent entre ses oreilles ne facilitent pas non plus son appréhension de la situation. D'une voix légèrement chancelante, Wilson essaya malgré tout de se montrer ferme avec cette drôle de dame, ne serait-ce que pour retrouver l'usage de ses membres dont on l'avait privé.

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ N6i2

« Je ne suis pas sûr de... de comprendre ce que vous attendez de moi, ni ce que je fais ici. D-D'ailleurs, je vous prierai de me détacher. »
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Empty
MessageSujet: Re: [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖    [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ EmptyJeu 30 Juin - 11:27

Je prends toujours soin de mes invités, promis !

Harley & Wilson
Harley, percher sur ses talons, se réjouit intérieurement d’avoir un petit scientifique rien à elle dans un tel endroit. S’il pouvait lire dans ses pensées cet homme prendrait peur. Les idées se multiplient à une vitesse folle et elle doute quelque peu d’avoir assez de temps pour tout faire. C’est comme si elle se retrouvait un matin de Noël, les jouets posés sous le sapin ne sachant pas où donner de la tête tellement les choix sont vastes. Alors Harley, est-ce qu’on commence doucement ou est-ce qu’on l’achève directement ? Aussi droite qu’un piqué, les mains ayant retrouvé leur place sur ses hanches, elle regarde ce nain une lueur d’amusement dans le regard. C’est qu’elle le trouverait presque quelque peu mignon. Entièrement mouillés, les cheveux dans le visage et cet vainement tentative d’avoir un air menaçant à son égard. Un petit homme qui a encore beaucoup à apprendre dans ce domaine. Ce n’est pas la première chose qu’il doit savoir faire dans son petit laboratoire. Tête penchée sur le côté, un air faussement choqué, elle lui répond finalement :
» Ooooh ! Mais c’est qu’il ose donner des ordres en plus ?
Tape-le ! Tape-le ! Tape-le !

» Naaaan… On ne va pas le taper toute suite.
Tu n’es pas drôle

La blonde hausse les épaules et s’abaisse pour récupérer le sceau, s’en allant le remettre à sa place. Franchement, non, elle n’est pas drôle, moi aussi, j’ai envie de m’amuser, moi aussi, j’ai envie de lui faire mal. Je veux m’écraser contre sa boîte crânienne ! Pas au point de le tuer, mais… Mais suffisamment fort pour qu’il la sente passer. Elle passe devant le tourne-disque et augmente un peu le son, fredonnant du « Lollipop » à tue-tête. Ouvrant l’un de ses tiroirs elle en sort une sucette à la fraise, déballant rapidement le tout, celle-ci se part se perdre entre ses lèvres, alors qu’elle revient auprès de ce petit scientifique, murmurant un faible « Oh et puis finalement si ! », son poing droit se serre et s’en va se cogner avec violence dans son petit du nain.
Bon, ok. Certes j’aurais préféré être le premier à lui faire mal, mais, on va dire que ça me convient tout autant. En espérant qu’il ne va pas vomir ses tripes… Aah ça va salir le sol ! Et c'est qui, qui nettoie après, hein ?

» Bah… la femme de ménage. Qu’il est con
Je ne te permets pas jeune fille ! En plus on n’en a pas… Sauf si tu imagines l’un de tes hommes en petite tenue de soubrettes…

Et en plus, ça roule des yeux ? Insolente !
Sa main remonte le long du torse du jeune homme, de sa gorge et attrape sa mâchoire d’un geste vif. Le forçant à pencher sa tête en arrière, elle plante ses yeux bleus dans les siens, libérant sa bouche de sa sucette tout en prononçant une mise en garde qu’il ne devrait pas prendre à la légère.
» Tu sais… j’ai horreur qu’on ne fasse pas ce que je demande. Et moins tu coopères, plus la nuit va être longue et douloureuse pour toi, dit-elle tout en rapprochant un peu plus de son visage, Harley lui lèche la joue gauche toute entière, un sourire satisfait et rajoute : mais très agréable pour moi. Tu veux que je te dise ce qui est arrivé au dernier qui n’a pas écouté ?
Brutalement, à deux doigts de lui tordre le cou, elle tourne sa tête en direction de la gauche. Et de sa main valide, elle montre dans un coin de la pièce un cadavre qui est loin d’être des plus frais. Un grand rouquin, assis sur une chaise, dont la plupart des doigts semblent manqués à l'appel, tout comme une jambe apparemment. Enfin, celle-ci manquait déjà à son propriétaire au moment de l’interrogatoire, pour une fois à ce niveau-là, elle n’y été pour rien. Lâchant sa mâchoire, elle se dirige joyeusement en direction du mort. Passant derrière lui, les deux mains posées sur ses épaules, c’est toujours avec ce même sourire collé sur le visage qu’elle s’adresse à son invité.
» Dit bonjour à Jerry ! Un léger boum ce fait entendre. Ooh… Jerry a perdu la tête… C’est embêtant dit donc…
La pauvre tête de Jerry se décroche et roule au sol sur quelque petit mètre. C’est effectivement embêtant qu’il la perde, mais étant donné qu’il était mort depuis un moment déjà, ça n’allait pas changer grand-chose à sa vie, ou à qui que ce soit d’autre. Il avait eu ce qu’il méritait. Il ne fallait pas essayer de voler la patronne des lieux. Peut-être que cette petite démonstration était suffisante aux yeux du scientifique, qu’il valait mieux qu’il ne s’attarde pas. À moins de finir dans le même état. Ce n’est pas comme s’il avait un moyen quelconque pour fuir. Et encore moins, de quoi négocier sa vie. Que pouvait-il bien offrir d’intéressant à cette délurée ? Pas grand-chose, hélas.  

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Empty
MessageSujet: Re: [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖    [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ EmptySam 2 Juil - 16:14


Talk to me, kitty cat

Une chance que la claustrophobie ne fasse pas partie de la liste de ses peurs, même si personne ne se sentirait en sécurité à l'idée d'être ligoté sur un fauteuil, au centre d'une pièce grise et vide, en la compagnie d'une geôlière véritablement trop enjouée pour ce qui est en train de se passer. Où se trouvent-ils, d'ailleurs ? Cela ressemblait fort à une cave, pour ce qu'il en voyait, rien n'était sûr. Ce qu'il sait en revanche, c'est qu'il ne s'y sentait pas à l'aise le moins du monde, comme quelque chose dans l'air qui lui donnait la chair de poule, en dehors du froid ressenti à cause de sa chemise imbibée d'eau. La requête du chimiste n'eût pas l'air d'être entendue, elle fut même moquée ouvertement par la grande blonde aux couettes colorées. Un jour peut-être gagnera-t-il en crédibilité pour être pris au sérieux ; mais pour l'instant, ce jour n'est pas encore arrivé. En attendant ce moment trop utopique pour être vrai, la femme s'occupa de ranger le seau qui avait fait office de réveil glaçant, puis sortit de son champ de vision lorsqu'une musique entraînante s'éleva dans les airs. Comprenant que le son devait provenir d'un appareil placé non loin, Wilson ferma les yeux en sentant son crâne tambouriner de plus belle à cause de la mélodie, et aussi du chant qui n'était pas vraiment le plus juste, bien qu'il garda cette opinion pour lui-même.

Une pression subite au niveau de son ventre le tira alors de ses jugements musicaux, crachant le peu d'air contenu dans ses poumons sous le coup qu'il n'avait pas vu venir, quoi qu'il ne l'aurait pas forcément mieux encaisser s'il s'y était préparé à l'avance. Plié en deux et la respiration coupée, il lui semblait qu'il aurait pu rendre son dernier repas si toutefois il en avait pris un. Sans lui laisser non plus le temps de s'interroger sur cette histoire de femme de ménage dont Harley faisait mention, celle-ci l'attrapa fermement par la mâchoire et le fit relever la tête vers elle. Les dents serrées sous la douleur du choc, le petit brun essuya les menaces de la femme blonde avec une pointe de crainte dans le regard, son malaise renforcé lorsqu'elle se mit à lui lécher la joue, laissant une odeur de fraise imprimée sur son visage ainsi qu'une angoisse grandissante. Il fut ensuite forcé de regarder sur le côté de la pièce, là où se tenait une chaise et un occupant qui n'était plus parmi eux depuis longtemps. L'homme avait été laissé dans un état épouvantable, au point que le scientifique fut surpris de ne pas avoir remarqué quoi que ce soit avant. Désormais, c'était comme s'il ne pouvait plus ignorer cette odeur de sang dans l'air. La vision de ce corps aussi près de lui était déjà difficile à soutenir, jusqu'à ce qu'un léger mouvement attire son attention.

À la seconde où il vit la tête du malheureux tanguer dangereusement sur le côté, Wilson détourna la sienne à vive allure pour éviter de voir l'inévitable se produire, sans retenir un hoquet d'effroi. Le bruit que cela fit au moment de rencontrer le sol était tout bonnement surréaliste, impossible de le comparer à la chute de n'importe quel autre objet inanimé. L'entendre rouler était tout aussi ignoble, malheureusement, il ne pouvait se boucher les oreilles pour éviter d'alimenter la vision qu'il se faisait malgré lui de cette tête décrochée, dévalant le sol comme une boule de bowling sur une piste. Il n'osait même plus rouvrir les yeux, de peur de la voir positionnée juste devant lui, l'expression figée. Tentant de contrôler la nausée qui le prenait à cette image, il s'exprima faiblement :

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ 9vr9


« Ugh... vous.. vous êtes complètement f... »

Folle. Encore aurait-il fallu qu'il ait l'audace de le lui dire en face, au risque de devenir la seconde tête à rouler sur le sol de ce sinistre endroit. Des morts et des tueurs, le chimiste en avait déjà vu dans sa vie, mais bien peu qui affichaient un tel plaisir malsain en jouant avec leurs victimes comme s'il s'agissait de vulgaires poupées de chiffon. Il n'était pas spécialement de ceux qui payaient un grand respect aux morts, mais de là à les exposer fièrement, il y avait une limite que cette Harley ne se gênait visiblement pas pour franchir. De quoi s'inquiéter de ce qu'elle peut être amenée à faire sur des êtres bien vivants. Se refusant toujours à tourner la tête en direction de la femme et de son cadavre, le petit Higgsbury essaya plutôt de se calmer, inspirant par petites doses sous l'inconfort provoqué par le coup dans son estomac, avant de chercher matière à raisonner avec elle. Enfin, est-il seulement possible de raisonner avec ce genre de personnes ?

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Ci5s
« En q-quoi suis-je censé vous être utile...? J'ai assez peu d'importance pour le Gouvernement, al..alors si vous espériez m'échanger contre quelque chose de valeur... »
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Empty
MessageSujet: Re: [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖    [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ EmptySam 2 Juil - 20:35

Je prends toujours soin de mes invités, promis !

Harley & Wilson
Ma petite-maitresse reste là un moment à regarder la tête de Jerry qui finir sa roulade avec une petite mine. Elle n’avait pas le souvenir de l’avoir tranché aussi brutalement. Et pourtant ! Un spectacle qu’il valait mieux interdire au moins de dix-huit ans et en particulier aux âmes sensibles. Tandis que celle-ci n’avait fait que rire durant tout le long de l’opération. Quand on vous raconte qu’elle a un grain, ne prenait pas cela à la légère. Barrez-vous en courant si vous avez le malheureux de la croiser dans la rue. Quoique, si vous êtes devenue sa cible que où vous le vouliez ou non, vous êtes dans la merde, et même le saint esprit ne pourrait venir en aide ce jour-là, même avec une paire d’échasses de dix mètres de haut aux pieds, elle vous rattrapera sans trop peu de mal. Selon ses dires la vie n’est qu’un jeu, alors en profitera jusqu’au bout. Et ce pauvre petit scientifique attaché comme un faible saucisson n’était pas au bout de ses peines. Ni même de ses surprises d’ailleurs.

Dans un geste qui n’avait aucune douceur, la poussée de ses mains se débarrasse du corps de Jerry, le laissant traîné sans aucune importance dans ce petit coin de la pièce et récupérant par-là la chaise. Elle s’en va la placer devant le petit homme, puis d’un coup pied se balaye avec la même délicatesse que précédemment la tête rousse qui avait le malheureux d’être sur son chemin. Un simple « oust » se fait entendre, comme si elle chassait des petites mouches. La sucette ayant retrouvé le chemin de sa bouche, penché au-dessus du chimiste à son retour, les deux mains posées sur ses genoux dont les doigts manucurés se plantent légèrement, elle lui répondit finalement d’un air quasi aguicheur :
» Oh trésor… qui a dit que j’allais t’échangé contre quoi que ce soit de valeur ? C’est toi que je veux et rien d’autre.
Qui pourrait lui offrir quoi que ce soit de valeur de toute manière. Elle a déjà tout ce dont elle désire. Il suffirait même de claquer des doigts qu’on pourrait le lui apporter sur un plateau d’argent. Et c’est encore moins ceci qui manque. Étant en tête d’un cabaret rempli à souhait qui marche du feu de Dieu, ce ne sont pas des trous dans les caisses qui risquent d’être là en ce moment. Non, il n’avait rien en possession qui pouvait l’intéressait. Si ce n’est peut-être une nouvelle nuit d’amour avec son canard à la crème, mais là encore, il ne pourrait pas faire grand-chose, mise à part peut-être le drogué pour qu’il soit plus respectif. Cette idée reste dans un coin de son esprit. Au cas où elle aurait besoin de quelques produits chimiques pour en venir à ses fins. C’est toujours bien d’avoir un petit plan de secours. Ses doigts quittant sa peau et moi qui étais si bien installé dans son dos, je me retrouve placé entre les deux, calées contre le pied de la chaise avant qu’elle ne l’enjambe et y pose son royal postérieure. Les deux bras posés sur le dossier et la tête dessus.
» J’te présente Battou. Il va falloir être très gentil avec lui, parce qu’à la moindre remarque il s’écrase contre ce qui fait de toi un homme. Et crois-moi tu n’as pas envie de sentir ça !
Laisse lui donc une chance de s’exprimer le pauvre, tu vas lui faire peur avant l’heure !

Déjà qu’il n’a pas de moyen de s’en fuir, si elle commence à le terroriser avant qu’il ne puisse répondre à toutes ses questions, rien ne risque de sortir de sa bouche et encore moins d’avancer. Et la soirée sera encore bien plus longue que prévue. Quoique, cela ne risque pas de changer ce qu'il a déjà d'inscrit sur le programme. C'est d’une voix douce, comme si elle était en présence de sa meilleure amie, échangeant les derniers ragots de la semaine, qu'elle lui demande donc :
» Alors, mon petit chat. Je voulais que tu me parle de toi et c’est toujours le cas. Tu es donc du gouvernement, ça je le sais ! Et je sais aussi ton nom, tu fais des expériences sur des gens qu’il le veuille ou non. D’ailleurs, tu t’es permis d’en faire sur des personnes que je connais et, j’apprécie moyennement ça. Mais passons pour le moment. Ce que je veux savoir c’est pour quel raison ces gars pourrit d’la loi aurait besoin d’une potion magique quelconque pour retirait les pouvoirs de personne pur et innocente comme moi. Vous voulez nous exterminés d’un seul coup, hein, c’est ça ?
Pur... *tousse*… Innocente… *tousse*…

Si cette blonde et pure et innocente, moi, je suis le roi de Quederla ! Je suis sûr que je serais un souverain digne de ce nom. Bien mieux que certains. Celle-ci ne sachant pas tenir en place plus de cinq secondes, se lève et s’en va chercher dans l’un des tiroirs présents une brosse à cheveux et deux élastiques de couleur. Non, elle ne compte pas se refaire une beauté, quoi que ce ne soit pas une idée qui pourrait lui déplaire. À la place, elle revient auprès du petit chimiste, tout en plaçant gentiment derrière lui.
» Aller parle ! Dis-moi tout ce que tu sais. Je vais te faire des couettes en attendant. J’ai toujours rêvé d’avoir une poupée version grandeur nature ! Et après ça, on mange du pudding maison !
T’as fait du pudding et tu me l’a même pas dit ?!

» Pudding préparé avec amour en plus. Spécialement pour notre petit invité. Tu vas adorer ! Et tu si n’aimes pas… Bah… Tu vas adorer quand même !
C’est qu’elle serait prête à lui arracher un membre si ce pudding soi-disant-fait-avec-amour, ne lui convient pas. Avec une délicatesse dont seul Éddie connaît quand elle tient absolument à obtenir quelque chose – et Dieu sait que c’est rare, très rare, qu’elle soit réellement douce – elle se met en quête de lui coiffer les cheveux. Les ramenant d’abord tous en arrière pour lui libérer entièrement le visage, puis les démêlants avec une si grande douceur, comme pourrait le faire une mère avec son enfant, que ce serait presque plus effrayant de la voir faire ça, que de le maltraiter. Elle fredonne légèrement tout en tendant une oreille attentive à ses paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Empty
MessageSujet: Re: [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖    [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ EmptyDim 3 Juil - 20:57


Talk to me, kitty cat

Des informations confidentielles, un criminel détenu par le Gouvernement à troquer contre le petit otage qu'il était, ou n'importe quelles autres revendications qu'une personne pareille pouvait avoir à soumettre, il serait dans tous les cas une bien piètre monnaie d'échange. Pas sûr qu'il s'agisse du constat le plus rassurant à se faire lorsque sa vie se trouve entre les mains d'une grande blonde moyennement saine d'esprit. S'il s'avérait lui être inutile, elle ne perdrait sans doute aucune seconde à le transformer en un second Jerry pour effrayer le prochain malheureux à finir enfermé dans cet endroit. Il lui semble entendre le corps en question dégringoler par terre, pour suivre les traces de sa tête devenue indépendante, puisqu'il fallut bien libérer la chaise que la geôlière vint placer devant le scientifique ; s'efforçant une fois de plus d'ignorer les roulements de la tête humaine qu'elle avait vraisemblablement dégagée au préalable. Au lieu de s'asseoir en face de lui, elle s'appuya sur ses genoux avec les mains, sentant sa manucure le piquer à travers son pantalon comme de petites griffes. Contrairement à ce qu'il pensait au départ, elle n'avait aucun projet de chantage en tête, sous-entendant que c'était bel et bien le chimiste qui l'intéressait. Une nouvelle qui, à en juger son expression, n'eût pas l'air de remplir le concerné de joie...

Elle se redressa finalement et tira un long objet depuis son dos, qu'elle alla placer contre la chaise avant d'y prendre place elle-même. Une batte de Baseball en bois, qui n'était visiblement pas de toute première jeunesse, avec les traits grossiers d'un visage dessinés sur le flanc qui lui faisait face. Ne l'ayant pas remarqué jusque-là, Wilson se tortilla légèrement sur son siège en appréhendant une utilisation future. Il n'était déjà pas très agréable de prendre des coups de poing, mais il n'osait imaginer l'effet de sentir une batte lui décrocher des beignes. Pour ne pas arranger non plus cette découverte, sa propriétaire entama les présentations avec le petit nom qu'elle avait attribué à son matériel de sport, tout en réclamant le respect à son égard s'il ne tenait pas à le voir effectuer un tir avec les mauvaises balles, pour ainsi dire. Joignant ses jambes en réflexe, le petit brun croisa le "regard" de la batte posée devant lui en déglutissant.

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ E8i8


« Bat... ? Oh, misère... »

Ce n'est probablement pas bon signe qu'une arme capable de causer de sérieux dommages soit ainsi traitée comme une sorte de poupée de substitution. Harley reprit ensuite sur tout ce qu'elle avait besoin d'apprendre de la part du chimiste, dont elle prétendait avoir connaissance de la nature de ses expériences, par rapport à ce que le Gouvernement avait à voir avec le récent phénomène de disparition de pouvoirs. Passant outre les adjectifs utilisés par cette femme et qui ne devaient certainement pas la qualifier, il fronçait les sourcils en constatant qu'une fois encore, on le suspectait d'être responsable de ce qui arrive. Avant même qu'il ne cherche à ouvrir la bouche pour répliquer quoi que ce soit, elle avait déjà décollé de sa chaise pour aller fouiller dans un meuble. Quand ce n'était pas sa voix haut perchée qui accentuait la migraine du petit Higgsbury, la chanson tournant en boucle dans la pièce se chargeait de combler le silence qui aurait pu le soulager un tantinet. Plutôt que de retrouver sa place, elle migra dans son dos pour annoncer qu'elle le coifferait tranquillement en attendant qu'il veuille bien éclairer sa chandelle, entre autres programmes insensés dont le scientifique avait du mal à saisir l'utilité. Aussi il se contenta d'ignorer les plans que la blonde se faisait, tâchant surtout de rectifier ses opinions :

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Hlcy
« Qu'est-ce qui vous laisse à penser que le Gouvernement se tient derrière ce qui nous arrive ? Pour votre information, même les agents qui faisaient autrefois partie d'une Famille se sont retrouvés dépossédés de leur pouvoir... cela ne ferait aucun sens de priver leurs propres employés de ce qui constitue un avantage dans leurs rangs. »

Ils n'étaient pas nombreux, mais disposaient forcément de dons particuliers qu'ils pouvaient mettre au service de l'institution vers laquelle ils s'étaient tournés. Personne n'irait réfuter l'intérêt de disposer d'un homme comme Alaric par exemple, avec sa force et son intellect décuplés grâce à son animal, pour faciliter interventions et enquêtes aux côtés de la police. Aussi se priver de ces éléments profitables ne correspondrait pas au Gouvernement, si toutefois on s'obstinait à le voir comme un coupable idéal, ce qui devenait systématique avec les Familles. Et dans la mesure où lui aussi était visé par ces soupçons, il aborda dans un second temps son propre travail.

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Qhr0

« En ce qui concerne mes expériences, elles ont nullement pour but de vous "exterminer" comme vous dites. Je ne faisais qu'étudier les... »

Se coupant net au beau milieu de sa phrase, Wilson plissa les yeux en sentant la femme derrière lui s'amuser avec ses cheveux. Bien qu'il ait fait de son mieux pour penser à autre chose jusque-là, il éprouvait de plus en plus de difficulté  à ignorer ses doigts qui naviguaient dans sa tignasse mouillée. Quelque chose dans ce geste le gênait, en dehors du fait qu'il n'appréciait pas de manière générale que l'on tripote ses cheveux en l'air, qui plus est par des mains de femme ; principalement à cause de souvenirs d'enfance. Toute la douceur que la blonde à couettes mettait dans son atelier coiffure, attention assez déstabilisante en soi par rapport à ce qu'elle avait pu faire auparavant, ne faisait que le désemparer davantage. C'est donc timidement qu'il le fait savoir :

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ 33yp

« Hum... pourriez-vous arrêter de me toucher les cheveux ? Je... cela me met mal à l'aise et m'empêche de me concentrer. »
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Empty
MessageSujet: Re: [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖    [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ EmptyLun 4 Juil - 20:52

Je prends toujours soin de mes invités, promis !

Harley & Wilson
Une poupée.
Ce scientifique joue le rôle d'une poupée entre ses doigts. Version grandeur nature et qui avait malheureusement le malheur de sentir la douleur passée si les réponses n'étaient au goût de la coiffeuse. Mais en cet instant, elle prenait simplement soin comme s'il s'agissait de la prunelle de ses yeux, la chose la plus précieuse qui puissent existait en ce bas monde. Il est possible qu'au final même Eddie n'ait jamais eu droit à une pareille douceur entre ses matins. Faut dire que ses cheveux sont bien trop cours pour la laisser s'amuser à sa guise. Une chose qui était loin de présager quoi que ce soit de bon. Si j'en avais la possibilité, je fuirais cet endroit aussi vite et loin que possible. La voire ainsi est bien plus effrayant que tout le reste, et je sais de quoi je parle. Mais hélas une batte n'a pas de jambes, déjà que ça ne devrait même pas parler.

Toute son attention est portée sur ses longs, doux et étrangement soyeux, cheveux noirs, alors que ses oreilles l'écoutent. Elle boit littéralement ses paroles comme si elle était en train de lire son magazine féminin préféré. Tout en ayant une petit part de réflexion dans le recoin de son esprit. Personne n'est débile dans cette ville, dès qu'il se trame quelque chose, les soupçons planent sur eux, à deux doigts d'être une flèche clignotante. Et au final, il semblerait que la place de fautif soit quelque chose qui leurs plaisent Et cette fois-ci encore, elle était presque sûre, les coupables ne pouvaient être qu'eux. Ils étaient impliqués d'une manière ou d'une autre et avaient une trop grande part de responsabilité là-dedans. Bien sûr, ce n'était que des suppositions, elle n'en jouerait pas sa main à couper. Même après cette conversation en présence du Roi et de la Reine. Mais s'il fallait blâmer quelqu'un tout le monde savait vers où pointer les fourches et les torches enflammées. N'ayant jamais aimé les familles si une ouverture de prendre le contrôle se portait à quelque centimètre de leurs mains, ils n'allaient certainement pas hésiter à la prendre. Même si cette dite formule n'était pas créée à mal, il n'en pensait pas moins pour autant. Ah, les scientifiques, ils passent leurs journées enfermer dans un laboratoire à créer des armes de destruction et quand on leur demande des explications « je ne faisais qu'étudier » dit-il. Voilà la phrase typique à ressortir comme si c'était la seule chose qui avait suffisamment de valeur pour leur obtenir une protection valable, mais surtout plausible. Harley s'amuser en se préparant à lui faire une queue-de-cheval, quand la requête du nain la stoppa nette dans son élan d’enthousiasme. Fronçant les sourcils, elle se mit à lui tirer toute cette touffe entre les mains en arrière, au point d'avoir son visage en face du sien.
» Et comme ça tu préfère peut-être ?
Peut sûr, que ce soit plus agréable, mais c'est une option comme une autre. Si au final, il a des penchants pour la violence, la blonde était la femme parfaite pour lui. Replaçant sa tête convenablement, ses doigts qui le tripotent s'activent, pour finalement finir par lui faire un nœud papillon au-dessus du crâne. À noter que la douceur venait de disparaître aussi rapidement qu'elle avait eu l'audace d’apparaître. Et puis, sa voix, résonna en surplombant le fond de musique pour lui demander :
» Pourquoi tu n'aimes pas ça ? Tes cheveux c'est le paradis sur terre pour un coiffeur.
Cendrillon pouvait retourner s'habiller illico. Ce n'était pas la longueur de la princesse raiponce, mais pour un homme, c'était plutôt rare à croiser. Fière de son œuvre d'art en ayant retrouvé son sourire malsain, ses talons martèlent à nouveau le sol pour aller rangé son attirail de coiffure. Un petit passe-temps bien à son goût. Mais il y avait encore bien trop de questions qui lui trottaient en tête par rapport au événement produit en ville, les réponses n'allant pas tombé du ciel comme elle pouvait l'espéraient secrètement, elle passa à une autre forme interrogatoire. Et pour ce faire, elle revint auprès du petit Higgsbury son fameux pudding en main dans un bol, une cuillère dans l'autre. Soyons honnête, il n'en avait ni l'air, ni l'odeur, ni même quoique ce soit de prés ou bien de loin qui pouvaient lui ressemblait. Harley à toujours était une piètre cuisinière au grand dames d’Eddie. Elle avait au moins le privilège de savoir faire des pâtes, du riz et un morceau de viande. Le reste, il valait mieux que cela passe entre les mains expertes de son canard. À moins de souhaiter une indigestion. Ou bien de commander chinois comme la majorité de la semaine.

De la pâtée pour chiens, voilà ce qu'elle s’apprêtait à lui offrit. Prenant place, face à son invité, une première cuillère de faite, elle la dirige vers sa bouche comme s'il ne s'agissait que d'un pauvre petit bébé.

Une bouchée pour maman

» Alors, admettons que tu ne sois pas fautif dans cette histoire. La formule, c'est bien toi qui l'as créer, n'est-ce pas ? Et seuls tes supérieurs ont un accès à tes recherches. Dans ce cas comment ce fait-il que toute la population soit atteinte ? Le gouvernement ne tient pas à ses petits prodiges qui sont passées dans leurs rangs. Ils ne servent qu'à leur permettre une force égale à la nôtre. Ils les écraseront comme de vulgaires mouches à la première occasion. Les défendre n'en vaut pas la peine.
Il coopère avec l'ennemi et toi tu lui donnes à manger...

Tête penchée sur le côté, elle l'observe en train de manger contre son gré ce petit repas fait avec « amour ». Ce qui au final aurait plus tendance à ressembler à un empoisonnement qu'elle ne cacherait même pas.
» Alors, c'est bon hein ? Aller une nouvelle cuillère pour Tata Harley... Si tu ne manges pas, je vais te mettre la fessée !



Dernière édition par Harley H. Quinn le Mar 5 Juil - 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Empty
MessageSujet: Re: [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖    [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ EmptyMar 5 Juil - 12:31


Talk to me, kitty cat

Une drôle de requête, compte tenu des circonstances actuelles. Au milieu de cette atmosphère macabre, en la compagnie d'un corps en deux parties et d'une femme qui n'avait également plus toute sa tête, le chimiste peu confortablement installé ne trouvait désormais à redire que sur le traitement capillaire que l'on était en train de lui dispenser. En plus d'être insensée, sa demande allait sans doute interrompre l'unique action qui n'avait encore pour but de le menacer ou de le violenter ; même si pour sa part, il ne se sentait guère mieux de subir le passage de la brosse et des mains d'Harley. Celle-ci n'eût pas l'air d'apprécier la plainte exprimée par sa tête à coiffer parlante, puisqu'elle la tira douloureusement en arrière afin de lui proposer une méthode bien moins délicate pour poursuivre son œuvre. À quelle autre réaction aurait-il dû s'attendre ? L'inconfort ressenti par son cuir chevelu reprit de plus belle après cela, tandis que la geôlière en vantait la qualité exceptionnelle... Encore faudrait-il qu'un coiffeur ait eu l'occasion, au cours de ces dernières années, de seulement pointer une paire de ciseaux en direction de sa tignasse en pétard. S'il était un rêve dans le domaine de la coiffure, il avait depuis longtemps gardé pour lui cette inestimable possession, aussi égoïste qu'inquiet à l'idée qu'une coupe malheureuse ne le défausse d'un morceau d'oreille. On n'entendait jamais parler d'accident de ce genre dans les journaux uniquement parce que la populace ne saurait se passer de ses brushings bihebdomadaires. Moins on en sait, plus heureux on vit.

Pour ce qu'il en est de son indisposition à être manipulé de la sorte, il fallait probablement remonter à la période de l'enfance -où, étrangement, divers autres maux puisaient leurs origines-. Comme chaque attention que le petit Wilson réclamait, c'était dans les jupons de la gouvernante qu'il devait se réfugier en cas de besoin ou de chagrin, par exemple lorsque Percy l'avait une fois encore fait accuser de ses bêtises à sa place, ou qu'il s'était retrouvé enfermé dans le noir complet de la buanderie, avec les méchantes créatures qui y vivaient. Il passait alors de longues minutes couché sur ses genoux, se laissant tendrement caresser la tête jusqu'à ce que sa peine soit passée, dans un élan plus maternel qu'il n'en avait jamais reçu de ceux qui auraient dû l'en couvrir. Aussi un tel geste affectueux ne pouvait décemment coïncider avec le portrait de ce personnage qui ne lui voulait que du mal, malgré la douceur très soudaine dont il faisait preuve. Quelque part, au fond de lui, il ne voulait pas que cette femme vienne ainsi corrompre l'un des rares souvenirs d'enfant qu'il appréciait se remémorer.  

Bien qu'elle en ait terminé avec ses expérimentations sur le sommet de son crâne, le petit scientifique avait encore la sensation que ses cheveux lui tiraient. Pourtant, la dame aux couleurs vives était déjà partie ranger son matériel, avant de revenir avec un bol au contenu douteux. Allait-elle maintenant le peindre comme une toile sur un chevalet ? Ce n'est qu'en remarquant la cuillère qu'il comprit qu'elle n'allait pas s'adonner à un cours d'art plastique, mais plutôt à un atelier dégustation. Serait-ce le fameux pudding dont elle avait fait mention auparavant ? Il lui était difficile de distinguer le dessert ci-nommé dans cette mixture à la composition trop mystérieuse pour s'en faire une vague idée...

Assise en face de lui, elle commença donc à approcher une pleine cuillère, comme s'il était installé dans une chaise de bébé. Les lèvres d'abord fermées, l'intrusion de l'ustensile le força malheureusement à accueillir l'ignoble mélange, qui se révéla plus terrible une fois en bouche. Impossible de savoir ce qui lui encombrait le palais, ses papilles rendant successivement l'âme pour ne pas avoir à traiter les horribles saveurs accumulées. Comment diable voulait-elle que le petit Higgsbury réponde à ses interrogations en le gavant littéralement contre sa volonté ? Entre conserver cette purée infâme et l'avaler pour s'en débarrasser, au risque d'éveiller de sacrés haut-le-cœur, le choix devenait un dilemme cornélien. Mais à peine s'était-il résolu à ingurgiter le tout, non sans mal, qu'une nouvelle cuillerée obstruait déjà ses paroles à venir. Préférant cette fois la laisser couler directement dans sa gorge, Wilson essaya ensuite de se justifier avant que d'autres bouchées n'arrivent.

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Ao13

« L-La formule m'appartient... mais elle n'est pas res.. responsable de ce qui touche la ville, j'ignore donc... ugh... »

Une désagréable sensation émergea de son ventre, mis à mal en un rien de temps, si bien qu'en la sentant migrer vers sa poitrine, le chimiste tourna rapidement la tête sur le côté pour se pencher le plus possible au-dessus de l'accoudoir du fauteuil. Pris de convulsions, son estomac, préalablement sensibilisé par le spectacle de la tête décapitée, se mit aussitôt à rejeter la nourriture ingérée contre son gré, l'obligeant à la renvoyer sur le sol au prix d'éprouvantes évacuations. Étrangement, la matière régurgitée avait conservé les mêmes couleur et consistance que ce qui se trouvait dans le bol de la piètre cuisinière. Lorsqu'il eût rendu tripes et boyaux et qu'il ne restait plus que les sucs gastriques à expatrier hors de son organisme retourné, le petit brun replaça sa tête contre le fauteuil, le visage plus pâlot que d'habitude et les yeux larmoyants, afin de reprendre son souffle avec la bouche. Il n'était pas réellement sûr de trouver ce nouvel arrière-goût plus désagréable que ce qu'il avait eu à supporter en mâchant le pudding de "tata Harley". Les accusations d'Alaric avaient au moins pour elles de ne pas lui coller la nausée du siècle ! Mais malgré sa gorge endolorie, il voulut encore défendre sa position, ne serait-ce que pour fuir la malnutrition censée le faire avouer :

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Hfhe

« Croyez-moi... mes travaux n'ont rien à voir avec ce qui arrive..! Ce n'est p-pas prévu pour affliger autant de personnes ! »

Combien de fois devra-t-il prouver par a + b qu'il n'était pas le responsable que le monde entier voulait bien condamner sans procès ? Lui qui essayait à tous prix de se distancer de ses recherches, on n'avait pourtant de cesse de le reprendre à leur sujet, alors que contaminer une ville entière n'était raisonnablement pas dans ses moyens. C'est à croire que les gens ne cherchaient à voir plus loin, préférant laisser le rationnel de côté pour le conduire à la case bûcher ; sans doute pour se soulager d'avoir enfin des explications à ces maux, qu'elles soient légitimes ou non, et de pouvoir ensuite passer à autre chose. Sa dose de patience ayant été vidée au même titre que son estomac, le chimiste barbouillé envisagea même de s'excuser, si cela pouvait satisfaire la femme blonde. Il ne souhaitait plus être un jouet entre ses mains.

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Tszg
« Je suis... désolé d'avoir utilisé des amis à vous pour mes tests, sachez que ce n'est pas moi qui les choisis, on me permet seu... seulement d'en disposer ! Mais pour le reste... vous faites fausse route je vous assure, alors s'il-vous-plaît, laissez-moi partir. Je ne dirai rien à personne... »
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Empty
MessageSujet: Re: [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖    [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ EmptyMar 5 Juil - 19:51

Je prends toujours soin de mes invités, promis !

Harley & Wilson
Une fessée.
Que personne ne rigole, elle en serait littéralement capable. Après tout, celle-ci se trouve bien actuellement en train de lui donner à manger comme s'il ne s'agissait que d'un petit bébé posé sur un siège. Pourquoi ne pas lui changer les couches aussi ? Une idée qu'il ne vaudrait mieux pas lui soufflait. Car, elle serait bien évidemment capable de le faire. Simplement pour passer un petit coup d’ennui. Ou un plaisir à s'amuser. Moi ce qu'il me perturbe, c'est la voir le nourrir alors qu'il pactise concrètement avec l’ennemi. Il ne mériterait pas autant d'attention. Sa vie devrait être ôtée pour ce simple fait. Mais bon, c'est un avis qui n'a que très peu d'importance est qui, de toute façon, ne changera pas grand-chose.

Harley, était en possession d'une partie de la réponse, une chose qu'elle se garda bien de le dire. Et malgré la cuillère qui se frayait dangereusement un chemin entre ses lèvres, elle voulait l'entendre de sa bouche. Avoir la confirmation que tous ces soupçons qui planent au-dessus de leurs têtes ne sont certainement pas là en vain. Il ne fallait pas être un génie pour comprendre, tout le monde l'avait plus ou moins fait et celle-ci ne devait sûrement pas être la première à venir l'accuser. Cependant, elle sera la première à revenir avec un coupable. Quitte à y passait toute la nuit. Pour l'instant, un air de fierté traverse son visage. Pour la bonne raison qu'elle le voyait déguster son plat. Même si celui-là ne semblait guère être à son goût. S'il avait vu le mélange. Personne n'aurait eu les tripes de supporter cela. Et ce petit chimiste, qui tentait de défendre sa cause, ne pouvait tenir bien longtemps avant de rendre tout ce... « Cette chose » ingurgitée. Au moyen d'un bruit qui résonna dans la pièce et qui lui en fit perdre le sourire. Vexé. Elle sentait soudainement vexé. C'est que, voyez-vous, madame y avait mis tout son cœur – pour le peu qu'elle en possède – dans ce dessert. Le voir être gaspillé ainsi bêtement sur le sol, propre qui plus est, n'était pas ce qu'elle avait espéré. Lâchant un soupir exaspéré en se levant, le bol fut déposé là où elle l'avait pris, avant de revenir avec une petite serviette mouillée. Roulant des yeux à ces excuses, elle prit son visage entre deux doigts pour le maintenir et le débarbouiller de sa petite bêtise.
» Oh mais je me fiche de bien tes excuses Sweety. Cela ne change absolument pas ce que tu as fait. On ne revient pas en arrière sur ces actes, on les assume jusqu'au bout. Tu ne tes jamais demandé qui était la personne en face toi ? Si elle n'avait pas de la famille, des amies, des être chère pour qui elle pourrait compter, dans le cas où tes expérience tournerait mal ? C'est comme torturer quelqu'un. On se pose la question au moins une fois avant de le  faire souffrir. Lentement. Très lentement.
Chacun sa manière de faire une comparaison de la situation. La sienne était bien évidemment plus glauque que tout le reste. Mais c'était plus ou moins la même chose, il avait sûrement de la famille, des amis, quelqu'un qui l'appréciait et qui pouvait le regretter s'il venait à disparaître subitement. Non que ce soit ce qu'elle avait prévu, mais il ne fallait pas oublier cette hypothèse. Au cas où. Dans son cas, ce n'était pas réellement des amis auxquels elle comptait énormément, comme s'il s'agissait d'Eddie ou bien d'Ivy. Si ceux qui étaient devenue des cobayes mourraient, elle s'en remettrait au bout de quelques heures. Mais cela restait tout de même bien embêtant de l'apprendre. Ses yeux bleus se plongèrent subitement dans les prunelles noires de son invité. Restant ainsi quelques instants, comme si lire en lui était possible. Il avait de beaux yeux bien sombres, mais loin d'être suffisant pour lui sauver la peau.
» Aaah, je comprends mieux maintenant. Je le vois dans tes yeux. Le déni. C'est un point cruel, une plaie. S'il y a bien une chose que j'ai retenue de mes années de psy, c'est qu'il faut le combattre par le mal. C'est sûrement ma faute si nous en arrivons là, et j'en suis presque désolée, comme je ne voulais pas te tuer, je me suis dit qu'essayer de te détendre, ce serait plus simple pour toi, plus simple pour parler. Mais apparemment cela ne change rien. Donc nous allons procéder autrement. Mais avant ça une pause !
Enfin un peu d'action, je commençais à me faire chier moi !

Si le déni était un problème, pas de problème. À chaque souci, une solution adéquate. Et la blonde semblait être possession de l'idée idéale pour y remédier. Si la douceur, pour ce qu'elle pouvait lui offrir, n'était pas pour lui plaire et ne le détendait pas suffisamment, ce n'est pas à Harley qui allait refuser de changer de méthode. Son visage débarrassé des dernières traces de vomi, c'est un retrouvant le rythme de la chanson qui tournait en boucle qu'elle partit chercher une petite boîte de fléchette. En revenant à son niveau, elle tourna un peu la chaise du scientifique tout en reculant pour avoir une distance équitable. Ce n'est pas drôle de tricher.

Dix points si tu vises les yeux !

» Et cinq point si j'arrive à toucher la jambe !
Cinq fléchettes en main, elle se mit en place. Voilà ce qu'elle voulait dire par une petite pause, jouer aux fléchettes humaines. De quoi laisser le temps à tout le monde pour respirait un peu. Ou bien qu'elle simplement. Elle se mit donc à viser une première fois.

ON TA DIT DE LE VISER LUI PAS MOI !


Une mine déçue pour un premier lancer raté. En même temps, je préfère que ce soit son orteil que moi ! Mais ce n'est pas pour autant que madame se décourage. Prête à recommencer. Un air de concentration sur le visage. On vise et, on tire. Et la voilà qu'elle saute de joie pour l'avoir planté dans son pied.

Ok deux points !


Ne s'arrêtant pas en si bon chemin, la troisième part de toutes ses forces et vient se planter dans sa cuisse.

Cinq points ! Aller fais-moi un petit dix.


Une flèche dans chaque main, elle les lance sans vraiment viser. L'une partant directement sur le sol, tandis que l'autre se plante sur sa petite main.

C'est pas un dix mais bon, trois points !

» Ouais j'ai fais dix points !
Un cadeau pour cette victoire ? Le droit de continuer l’interrogatoire semble correct. S'étirant un peu en faisant craquer ses muscles tout en revenant auprès de lui. C'est d'abord un regard satisfait qui se pose sur le nain de jardin. Laissant chaque petite fléchette à leur place, comme si c'était là qu'elle devait être depuis le début. Cependant, son pied et en particulier une partie de son talon, vient de poser entre ses jambes. Exerçant à cet endroit-là, une pression. Et pas des moindres. S'il comptait un jour avoir des enfants, il pouvait éventuellement s'asseoir dessus. Dans tous les sens du terme. Appuyant davantage, son visage se rapprocha quelque peu du tien. Et toujours avec cette sucette calait au coin de la bouche qu'elle n'avait pas enlevé, c'est le fond de sa pensée qui se fit entendre. Et certainement pas de la manière la plus douce qui soit :
» Tu es sûr, que tu ne veux toujours pas changer d'avis ? Pourquoi ? Tu penses vraiment qu'ils vont te protéger, qu'ils vont venir te sauver ? Tu penses avoir une réelle importance pour eux ? Tu n'es rien d'autre qu'un objet. Un vulgaire petit objet qu'ils peuvent manipuler à leur guise. Une merde sans importance. Ouvre les yeux bordel. Si tu n'avais pas autant de connaissance en chimie, il t'aurait brûlé vif. Pendu en plein milieu de la place publique pour le simple fait d'être un rescapé d'une famille.
En ce comptant parmi les personnes ayant perdu un pouvoir, ce ne fut pas bien difficile pour elle de comprendre qu'il avait tout autant été touché. Mais de là à pouvoir prétendre qu'elle savait qu'il était Domae ou Elementis, ce n'était pas possible. Elle se serait néanmoins souvenue d'une tête avec une coupe de cheveux aussi importante. Quoique, ce ne soit pas non plus comme si madame passait sa vie à vouloir tisser des liens en compagnie de ces membres. Il faut dire que cette dernière mission en présence de mademoiselle Sharpe, l'avait bien dégoutté pendant un petit moment. Son déni était peut-être grand, mais Harley était coriace. Elle été prête à lui faire entendre raison par tous les moyens possibles et inimaginables. Il fallait bien que quelqu'un se dévoue pour lui faire admettre que le gouvernement n'était pas aussi saint d'esprit qu'il le pensait. C'est toujours les mêmes à qui on refile le sale boulot. Forçant un peu plus avec son, elle rajouta :
» Ose me dire que tu ne t'ait jamais posé la question. Pourquoi eux et pas moi ? Pourquoi ils meurent pour avoir eu le malheur d'utiliser leur pouvoir et pourquoi moi, je suis encore en vie. Réfléchis petite marionnette. Réfléchis bien. Qu'est-ce que tu crois qu'il adviendra de toi une fois qu'ils seront en possession de ce qu'il désire plus que tout au monde. Tu crois vraiment qu'ils vont te laisser mener une petite vie tranquille... Pauvre fou, tu es le prochain sur la liste. De la charpie. Réduit en bouillit comme un moins que rien.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Empty
MessageSujet: Re: [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖    [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ EmptyMer 6 Juil - 8:33


Talk to me, kitty cat

Si tel était l'argument qui l'empêchait de relâcher le petit scientifique, alors elle pouvait dormir sur ses deux oreilles : pour éviter d'avoir à passer un nouveau séjour ici-bas, il serait prêt à emporter ce secret avec lui dans la tombe. Tombe qu'il préférerait d'ailleurs occuper le plus tardivement possible, si faire se peut. Personne ne sera mis au courant de l'existence de cette Harley, de sa salle d'interrogatoire ou même de Jerry ; voilà des détails qu'il tâcherait surtout d'extraire de sa mémoire, pour ne plus se sentir importuné par les mauvais souvenirs vécus en ces lieux. Il ne pourrait toutefois en dire autant du goût de son pudding, mais peut-être qu'en mutilant la surface de sa langue, il parviendrait un jour à oublier ces saveurs repoussantes, quitte à ne plus être en mesure de sentir le reste des aliments. En voyant la blonde débarrasser son dessert et revenir avec une serviette, Wilson eût une brève lueur d'espoir dans le regard, pensant l'avoir enfin convaincue de sa bonne foi, méritant de cette liberté à laquelle il aspirait et rien de plus. Mais au lieu de cela, elle bloqua son visage afin de lui frotter le contour de la bouche, tout en dénigrant les excuses faites un peu plus tôt. Contre toute attente, c'est de la part de sa geôlière, à l'éthique autrement plus douteuse que celle du petit Higgsbury, qu'il reçut des leçons de compassion et de considération, à l'égard de toutes ces personnes qu'il avait attaché dans son laboratoire et inoculé de mille et un sérums à tester sur l'être humain. S'il en avait eu le courage, il aurait certainement rebondi sur cette comparaison à la torture, puisqu'il s'agissait bien de ce qu'elle était en train de lui infliger, pour demander si elle avait seulement pris la peine de se renseigner sur qui il était, avant de le ligoter à cette chaise. Quoi que ce devait être justement à cause de ce qu'il était, s'il avait eu droit à cette place de mauvais choix...

Sentant tout à coup le regard de la dame peser sur lui, Wilson lui en retourna un teinté de confusion. Mis à part une immense fatigue, qu'il se coltinait probablement depuis que son élément l'avait quitté, il n'était pas sûr de ce que ses yeux pouvaient refléter de si intéressant pour capter ainsi l'attention. Elle le surprit alors en parlant de déni, comme seule justification de son entêtement à vouloir clamer son innocence. Fronçant les sourcils sous l'incompréhension face à ce diagnostic posé sur le tas, il s'inquiétait également de ne pas disposer des mêmes définitions que la psychologue improvisée, notamment en ce qui concerne la détente, sans parler de ce qu'elle entendait par le mal censé combattre celui qu'elle lui avait attribué. Une fois partie vaquer à cette fameuse pause, le chimiste laissa son regard tomber entre ses pieds, assez intrigué par ces sous-entendus. Le déni ? Qu'avait-il à nier, au milieu de ses raisonnements parfaitement concrets ? Il est pourtant le seul à avoir la logique de la science de son côté pour contrecarrer les arguments de cette chasse aux sorcières. Et la science ne se trompe jamais... n'est-ce pas ? Sa question demeura en suspend, alors qu'il relève subitement la tête au moment d'entendre une exclamation de la part d'Harley.

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Hsj4



« Cinq..? Qu'est-ce... OH BON SANG DE-- »

Le corps tourné vers la femme perchée sur ses talons hauts, il remarqua très tardivement l'espèce de fléchette dont elle s'était armée en lui faisant face à quelques mètres de distance. Comprenant qu'il n'y avait aucune autre cible que lui, il resta figé une seconde qui dura des lustres tandis que la fléchette alla se planter dans la batte de Baseball au visage dessiné, posée contre la chaise à côté de lui, la faisant du coup tomber au sol sous le choc. Et ce n'était que la première d'une série de piques à fendre bientôt les airs, au vu des munitions restantes qu'elle tenait entre ses mains. Agitant d'abord les bras entre les liens de cuir des accoudoirs pour tenter de s'en protéger, le petit brun prit finalement le parti de baisser la tête au maximum afin de ne pas exposer les recoins les plus critiques de son visage, au risque d'y perdre plus gros encore. Avait-elle réellement pour objectif de le planter de toutes parts, tel une poupée vaudou, au cours de cette soi disant pause ?

Une première pique fut ressentie au niveau de son pied, bien que le cuir de la chaussure était parvenu à réduire la puissance de l'impact au moment de retomber. Elle ne les lançait donc pas en ligne droite, mais de façon à ce qu'elles forment un arc et tombent en piquet ! Sa respiration s'accélérant à cause du stress, même le mal de sa gorge éprouvée par les vomissements ne l'empêcha de gémir de douleur lorsque celle-ci se déclara soudainement au niveau de sa cuisse. Il gardait ses paupières fermées avec une telle force qu'il ne parvenait à s'y opposer suffisamment pour espérer voir la fléchette enfoncée dans sa jambe. Et dieu sait qu'elle avait trouvé le moyen de s'y planter profondément, si ce n'est la pointe toute entière. Une seconde douleur piqua également le dos de sa main, paralysant cette dernière comme par peur de contracter le moindre muscle, au risque de faire bouger ce clou tombé du ciel.

Sous le cri victorieux de l'odieuse acupunctrice se tassait le souffle rapide du petit scientifique, nargué par le chant inlassablement répété par le tourne-disque et qui semblait tourner sa situation en ridicule. Une fois encore, elle avait joué avec lui sans le moindre égard, la moindre estime en dehors de celle que l'on accordait à un bimbelot usé. Les talons claquèrent sur le sol jusqu'à lui, probablement pour récupérer ses fléchettes et renouveler l'expérience, d'ici à ce qu'elle se soit lassée de le percer comme un morceau de gruyère. Néanmoins, il aurait assurément préféré cette alternative à ce qui suivit : le temps de sentir le nouvel endroit dans lequel la douleur venait de se focaliser, Wilson avisa avec horreur le pied de la blonde qui pressait entre ses jambes, lui arrachant un hoquet de détresse. Les fléchettes plantées dans son corps aussitôt oubliées, il serrait plutôt les dents en sentant la chaussure appuyer de plus belle, levant sur celle qui s'était rapproché de lui un regard paniqué. Lancée dans un interrogatoire visant à lui faire prendre conscience de la faible importance qu'il revêtait aux yeux de ses employeurs, elle n'hésita pas à le réduire à un moins que rien, jetable sans un soupçon de scrupule si ce n'est pour son utilité à exploiter. Les larmes aux yeux, le petit Higgsbury se mit alors à la supplier à faible voix :

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ W896



« Je.. J-Je vous en prie, arrêtez...! Vous me... »

Mal, elle lui faisait beaucoup de mal, et pas uniquement avec son talon écrasé contre le bas de son ventre. Il se sentait capable de fondre en larmes dès à présent, pleurer comme un enfant que l'on avait frappé dans les vestiaires avant de lui baisser son pantalon. Ou comme un enfant qui essayait encore de se convaincre de l'intérêt qu'il avait de vivre de cette façon, pris dans les filets du Gouvernement pour échapper à ceux qui l'avaient accueilli puis abandonné à une mort certaine, au moins celle de sa santé mentale ; et la peur, toujours la peur, celle de l'échec, d'être découvert, de ne plus avoir assez de pour à opposer aux contre lorsqu'il se demande si tout cela vaut réellement la peine de continuer. Traînant les pieds sur le sol face à la douleur oppressante, le petit scientifique ne laissait plus rien échapper d'autre que des couinements plaintifs, le corps enfoncé dans son fauteuil comme pour essayer encore de se soustraire au piétinement. La peur d'être arrivé jusque-là et de finalement disparaître sans la moindre trace, sans une miette d'attention, piégé dans le décor duquel on ne pouvait plus le distinguer... À ces pensées négatives viennent s'ajouter les paroles d'Harley, dures comme des caillasses jetées en plein visage. Assommé par ces flots impétueux qui cherchaient à le plonger vers le fond, il ne trouva en dernier recours que l'effort de crier plus fort que les vagues accusatrices.

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Uock


« L..La ferme ! Je ne veux plus vous entendre, allez au diable ! Fermez-la ! FERMEZ-LA !! »

En dépit de sa gorge à la fois enflammée et déshydratée, il lui semblait avoir hurlé à plein poumons, au point de pouvoir être entendu à la surface de ce huit-clos, ce qui devait être impossible malheureusement. Toujours est-il qu'un véritable silence radio, à l'exception du disque en lecture continue, venait de combler la pièce, annihilant le temps de parole accordé à l'excès à la propriétaire des lieux. Non, la peur n'y était pour rien. En vérité, il était en colère, profondément en colère de ce qu'il était, de ce qu'il s'est laissé devenir et surtout de ce que les autres l'ont laissé devenir. Façonné entre les mains calleuses des gens qui n'avaient jamais eu l'intention de lui donner une forme admirable, Wilson s'était effectivement laissé réduire en bouillie, une bouillie inutilisable, impossible à remodeler de manière agréable et solide, même dans la paume des meilleurs artistes. Il était voué à ne plus se tenir droit, à fondre dès qu'il gardait la pose un peu trop longtemps puis, ultimement, à redevenir cette bouillie informe et liquide. Or, qu'importe le venin que la geôlière avait tenté de mélanger avec, il n'avait eu besoin de cela pour se projeter dans sa conscience et comprendre ce qui clochait chez lui. Souffrant, le chimiste lâcha malgré tout un petit rire nerveux à ce constat, assez secoué d'en avoir accumulé autant avant d'être amené à extérioriser le tout, au même titre que les larmes qui roulaient à n'en plus finir sur ses joues, rougies par la douleur ressentie.

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ K1kl
« Vous croyez... vous croyez que je ne suis pas au courant ? Gardez votre psychologie de comptoir parce que, d-devinez-quoi ? Je n'ai jamais eu d'importance pour qui que ce soit ! Personne ! Depuis ma naissance, je ne vaux mieux qu'une babiole sur une étagère... mais pas celle que l'on montre, oh, non. Celle qui amasse la poussière jusqu'à ce qu'on lui trouve une dernière utilité, avant de la jeter. Et vous pensez m'avoir cerné en m..m'humiliant ainsi ? Ah... laissez-moi vous dire que vous êtes plus mauvaise psychologue que cuisinière !! Com.. comme je plains votre petit-ami, si toutefois vous en avez trouvé un d'aussi dégénéré que vous... »


Dernière édition par Wilson P. Higgsbury le Lun 11 Juil - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

 [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Empty
MessageSujet: Re: [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖    [Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖ Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Event] Talk to me kitty cat ❖ Wilson & Kira ❖
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-