Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le Deal du moment :
Sortie Nike : les nouvelles baskets Air Max Plus
Voir le deal
169.99 €

Partagez
 

 [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 EmptyVen 12 Aoû - 20:01


“  [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial  „

« Feat : plein de coupains »
Il y a un instant, quelques secondes de flottement assez gênant, je baisse les yeux alors qu'il se décide de parler, s'étant décidé à me parler et ce qu'on ait une conversation la dessus. Après tout, je pense qu'on en a besoin d'avoir, peut-être ce n'est pas le moment pour ça mais bon j'avais besoin de lui demander quitte à ce qu'il ne réponde pas, j'avais juste besoin de m'exprimer.

- Ecoute, je ne sais pas pourquoi je me suis déclaré là maintenant. Peut-être que j'en avais marre de rester dans le mensonge depuis toutes ces années et que, si jamais je meurs aujourd'hui, je tenais à ce que tu sois quand même au courant. De toute façon qu'est-ce que ça peut bien te faire maintenant ? Tu es avec Ewan.

La dernière phrase était comme un coup fatale porté directement au niveau du cœur et je m'en retrouvais vexé et blessé. Comme si j'avais envie de pleurer je me sentais sur les nerfs. Je détournais le regard, troublé par ses propos. Mais en même temps, je ne savais pas quoi lui dire. Qu'est-ce qu'on peut répondre à un pic comme ça ? Puis il m'a l'air d'être suffisamment lui aussi sur les nerfs et je peux le comprendre. Je finis d'étaler la crème sur sa main, la tenant délicatement. Puis il vient à poser la question que je cherchais à éviter, celle que je pensais réussir à esquiver, mais non.

- Tu.. Tu es bien amoureuse d'Ewan, non ?

Je lâche son bras ayant finis de mettre la crème et j'attrape les bandages, les gardant dans ma main quelques secondes. Je cherche quoi répondre, pourquoi cette question me bloque t-elle autant. Avant tout ça j'aurai répondu oui sans hésiter, mais là maintenant, je me sens... Je ne sais pas pourquoi je n'arrive pas à répondre et cette non réponse me fait peur à moi même. Pourquoi ? Je veux dire je ne suis pas censée avoir ce genre de doute non ? Ni ce genre de battement quand quelqu'un me fait une déclaration... Je suis censée dire non, m'excuser... Mais pourquoi... Je secoue la tête comme pour me remettre les idées en place et je finis par dire à voix un peu plus basse :

- Je crois...

Je baisse les yeux timidement, cherchant quoi répondre à cela, quoi lui dire... puis je finis par lui dire le bandage toujours dans les mains que je bouge nerveusement :

- Il a été là quand j'avais besoin de lui, il m'a aidé à rebondir et même si on s'est fritté plusieurs fois car il a une façon de penser différente de la mienne et un caractère bien trempé, on est quand même resté ensemble puis on a finis par sortir ensemble... Mais je sais pas pourquoi... J'aurai du répondre oui à ta question, un oui sans hésiter, mais je sais pas... Depuis que, je laissais un instant cherchant mes mots, tu m'a tout avoué, c'est le bazard dans ma tête et je sais pas, je devrais pas ressentir ce genre de chose et je me sens hyper mal... J'ai l'impression de faire quelque chose de mal juste par le fait de douter...

La culpabilité, le doute, oui c'est ça que je ressens et je ne sais pas quoi dire d'autre, je pense même que j'en ai trop dis, je veux pas qu'il se sentent responsable de tout cela, c'est à moi de comprendre ce qui se passe dans ma tête, j'inspire un bon coup et je commence à bander son bras délicatement en partant de son épaule. J'ai mal au coeur et j'ai envie de pleurer toute les larmes de mon corps, sûrement à cause de toute l'émotion accumulé, mais j'ai peur.

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 EmptySam 13 Aoû - 16:23

Prise d'otages
Ne sachant pas où sont réunies les personnes prises en otages, des bruits pareils ne sont certainement pas de bonne augure. Et à croire que ces deux costauds avaient perdu l'usage de la parole, puisque aucun ne daigna me fournir la moindre explication sur ce que leurs collègues pouvaient bien fabriquer aux étages supérieurs. Mais avant de songer à réitérer ma demande et avec poêle à l'appuie, je vis du coin de l’œil le second type entamer une attaque dans ma direction, sauf qu'une force veilla à me la faire esquiver sans me laisser le temps de m'en charger. Levant les yeux sur la femme qui s'était sentie pousser des ailes pour s'en mêler, j'enrageais intérieurement d'avoir autant de monde autour de moi qui, en dépit des bonnes attentions, ne me facilitaient pas réellement la tâche. Néanmoins, on ne me laissa pas l'occasion de ravaler le moindre remerciement, vu que la vague de chaleur propulsée vint secouer la blondinette. Dire que je les avais laissées dans les escaliers de façon à justement éviter de s'en prendre plein la gueule ! La silhouette du reptile enroulée autour de ses jambes justifiait sa fuite ratée, ne lui laissant d'autre choix que d'encaisser de front l'air brûlant. La peau rougie et les vêtements abimés, c'est à peine si la gamine pouvait se préoccuper de ses brûlures avec la bestiole toujours à ses pieds. Me remettant déjà sur les miens pour essayer d'intervenir, mes mouvements se voient interrompus par l'arrivée d'un deuxième animal, bien plus rapide. Ce pelage noir n'est autre que celui de Sharp, plus obnubilé toutefois par le prédateur à écailles que par le reste des occupants de l'étage, moi y compris.

« Retourne au rez-de-chaussée ! »

Momentanément sortie des esprits des bestiaux qui se la disputaient, j'ordonnais donc à la jeune fille blonde de foutre le camp avant de finir en récompense au gagnant, car il valait mieux ne pas rester dans les parages au vu de leur comportement. Qu'elle aille plutôt profiter de la fontaine pour soulager ses blessures et trouver le moyen de filer un coup de main à son collègue, perdu dans ses miroirs. Un bonheur n'arrivant jamais seul, je me couvre subitement le bas du visage en sentant de manière plus prononcée les relents chauds des cadavres alentours, teintés de chair brulée. Comme si l'air n'était pas assez suffoquant comme ça avec l'autre sauna ambulant. Celui-ci en profite d'ailleurs pour renouveler son exploit, bien décidé à me prendre pour cible, et je ne trouve que ma fidèle poêle derrière laquelle m'abriter, ne serait-ce que pour éviter qu'il me file un sale coup de soleil sur la tronche. Mes avant-bras en pâtissent au passage, de quoi m'encourager à agir au plus vite.

D'abord, reprendre le contrôle de Sharp. Il m'avait l'air désorienté, compensant avec beaucoup d'agressivité heureusement dirigée vers l'alligator, comme pour se réapproprier un territoire. Mais les retrouvailles sont remises à plus tard, le temps que l'autre tas de muscles se décide tout à coup à me rejoindre. Le propriétaire du caïman, qui gardait jusque-là une distance raisonnable avec la torche humaine qui lui servait de compère, avait profité de l'attaque de ce dernier pour successivement se rapprocher, me retenir par le bras puis m'en coller une. Le moins qu'on puisse dire, c'est que j'avais sous-estimé la gonflette de ces bonhommes, quoi que les capacités de sa bestiole devaient aussi pas mal jouer dans le rapport de force. Parant la deuxième tournée avec le plat de la poêle, et en constatant la réaction de l'attaquant à son contact, je lui retourne aussitôt l'ustensile brûlant en plein visage. Même si, grâce à Kira, je connaissais déjà l'effet d'une poêle dans la gueule, je n'avais encore expérimenté avec une récupérée sur les plaques d'un four. On remercie le chauffeur d'ambiance plus loin et on enchaine les coups, jusqu'à ce qu'elle soit trop difforme pour être utilisable.

Désarmé, il n'y a plus qu'à en venir enfin aux mains, serrées autour de la gorge du type de l'Ordre. Sans doute peu enjoué par la situation, l'autre se mit à déclencher un nouveau déferlement de chaleur, m'obligeant à tirer violemment sur le cou de son pote afin de le placer devant moi en protection. Par chance, ce bouclier humain est suffisamment de taille à m'abriter tout entier; mais en le voyant ensuite s'écrouler à terre après la déflagration, je me rends compte que ma force de loup avait été salement dosée, à en juger l'état de sa nuque. Il va falloir que j'en reprenne l'habitude... mais en attendant, c'est toujours un connard de moins à cet étage. D'une main, je m'essuie le visage pour dégager les gouttes de sueur qui gênent ma vue, orientée vers Sharp et le reptile désormais sans maître. Je dois vite aller le raisonner avant qu'il ne me confonde avec le reste des ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 EmptySam 13 Aoû - 21:33

Prise d'otage
~ 13 heures 36 ~

Le quatrième étage maintenant silencieux, plus aucun bruit, ni même le feu, se propageait, mais la chaleur y était encore insoutenable et donc sûrement impossible d'y rester très longtemps, mais sûrement possible d'y tenir environ cinq minutes si on est bien hydraté. En tout car le troisième étage était beaucoup trop occupé à se reposer pour faire quoique ce soit, restant donc sur place, laissant le reste du centre commercial faire ce qu'ils ont à faire.

Au premier étage le combat entre celui qui semblait contrôler l'alligator et celui qui semblait maîtriser le loup s'affrontaient, exactement comme leur animaux alors qu'il avait hurlé à sa camarade de se rendre en bas pour aider l'autre Élémentis, ce qui sera sûrement d'une grande aide. En tout cas le combat du premier étage fut assez long, surtout sous cette chaleur immense et qui semblait augmenter au fur et à mesure que les secondes passent. Néanmoins cela ne semblait pas déranger le combat, et encore moins le Domae car il réussit l'exploit de venir à bout de l'autre homme, bien plus musclé que lui, dès qu'il semblait avoir bien reprit le contrôle de sa force d'homme-loup. Malheureusement il restait un adversaire de taille, celui maîtrisait la chaleur ambiante, il suait à grosse goûte, mais semblait être moins déranger que le domae de cette chaleur de plus en plus insupportable.

Alors que pendant ce temps le combat au rez-de-chaussée semblait tourner en rond, comme si le membre de l'ordre faisait tout pour garder son adversaire le plus longtemps en bas, comme si son plan était tout simplement de retenir le plus longtemps possible les ennemis en bas. En tout cas elle semblait parfaitement réussir, du moins avec le Valet Élémentis. Le combat dura plusieurs minutes sans qu'aucun des deux n'arrivent à prendre le dessus, mais cela se voyait qu'aucun des deux ne se battaient à fond. Le second Valet Élémentis venait de revenir au rez-de-chaussée, parmi tous les miroirs, chose qu'elle n'aurai sûrement jamais dû faire, à moins que c'était une bonne chose pour permettre aux Élémentis de triompher de la maîtresse des miroirs.

~ 13 heures 37 ~

Dès que la Valet Élémentis mit un pied dans le terrain de jeu de la membre de l'ordre, elle libéra le passage pour que l'autre valet puisse bien voir le spectacle en direct. Alors que l'Élémentis venait de rentrer dans le labyrinthe, la jeune femme de l'ordre sorti du miroir à côté d'elle comme une furie venant agripper celle-ci, planta des aiguilles dans ses épaules pour l'immobiliser et surtout la mettre au sol. La blonde était au sol, recouverte d'aiguille et la membre de l'ordre s'amusait à lui planter son talon aiguille dans le corps, changeant de temps en temps d'endroit comme la tête, les jambes, les bras, de quoi la faire bien souffrir et la blesser, mais elle prenait un malin plaisir de taper dans les brûlures voyante.

Le premier étage faisait tellement chaud, impossible de tenir très longtemps dans cette fournaise, mais une vraiment pas naturelle. On pourrait croire que les murs bougent tellement que la chaleur était insoutenable, et ce n'était pas réellement à vrai dire car en fait les murs semblaient commencer à fondre, le sol était tellement chaud qu'il semblait fondre légèrement également. Le pire c'était les vêtements, aucun vêtement, que ça soit porter ou non, se mit à fondre au point de complètement disparaître dans une sorte de petite flaque là où ils se trouvaient. Même les cadavres semblaient commencer à fondre également, en même temps ils n'avaient pu d'eau en eux, contrairement aux deux seuls personnes encore en vie à cet étage. Les deux hommes musculeux et surtout entièrement nue étaient prêt à se battre, même si cela n'allait pas durer plus de deux minutes car la chaleur continuait à monter encore un peu.

~ 13 heures 38 ~

L'homme de l'ordre se mit en position afin de pouvoir concentrer à l'intérieur de ses paumes de main, faisant des grands mouvements de bras, de la chaleur, semblant devenir une sorte de boule de chaleur tremblante et frémissante qui se sépara en deux, entourant ses mains qui commençaient à fondre littéralement à vue d'oeil. Se mettant à foncer sur son adversaire, comme si le sol bouillant ne le dérangeait pas alors que les plantes de ses pieds brûlaient également à chacun de ses pas. Impossible de trouver un endroit froid à cet endroit, chose que le Domae subissait également, peut-être même encore pire n'était pas habitué à cette fournaise et pire que ça, recouvert de poil en plus d'être à poil.

La jeune femme qui accompagnait le Domae était toujours là, également nue vu que ses vêtements étaient également fondu. Elle semblait être vraiment mal, à la limite de la mort, à court d'eau.

Spoiler:
 

Spoiler²:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 EmptyDim 14 Aoû - 9:15

Prise d'otages
Comme en parallèle, la scène à laquelle j'assistais en me rapprochant des deux animaux faisait écho à mes méthodes, alors que le loup maintenait sans relâche ses puissantes mâchoires autour du cou du caïman qui se débattait furieusement. Tous les efforts du monde ne se soldèrent au final que par un échec, et je sifflai le canidé au moment de relâcher la carcasse avant qu'il n'aille déjà réquisitionner sa récompense à croquer à l'étage en dessous. La posture menaçante, dans un surplus de confiance accumulée après l'avoir emporté dans son combat précédent, il me fallut grogner plus fort que lui pour qu'il comprenne qui était en tête de meute. Même si le lien s'est rompu pendant plusieurs semaines, il n'est jamais trop tard pour remettre les pendules à l'heure. Ce n'est pas non plus comme si on pouvait fêter cette réunion tant attendue, sauf si on a assez de litres d'eau à disposition pour arroser et surtout rafraîchir les parages. Bordel, ce que je ne donnerais pas pour un tonneau de flotte.

La chaleur est telle que je ne peux me résoudre à laisser Sharp à cet endroit, quitte à avoir du mal à l'invoquer plus tard, je préfère ne pas le laisser souffrir inutilement avec son pelage. À vrai dire, j'aurais aimé en faire de même si ça ne dépendait que de moi, car c'est à peine si j'arrive à distinguer le responsable de la fournaise à travers cet air chaud. Les plaies bien que légères causées par les aiguilles font quant à elle un mauvais ménage avec la sueur, jusqu'à ce que je comprenne que mes vêtements eux-même avaient l'air de me bruler plus que l'atmosphère ambiante. S'arrachant littéralement sous mes doigts, c'était comme si le tissu se fragilisait au point de se désagréger, de quoi m'obliger à retirer le tout avant que ça ne me colle de manière définitive. Si je reste plus longtemps dans son champ d'influence, je ne donne pas cher de ma peau -littéralement, puisqu'elle pourrait bien fondre comme le reste-. De même, garder les yeux ouverts s'avérait être un sacré défi dans ces conditions pour les moins étouffantes.

Pas plus épargné par ces températures élevées, quoi qu'avec nettement plus de contrôle sur la situation, les grands mouvements du four humain n'annonçaient rien de bon alors qu'il se mit à foncer dans ma direction. Mains en avant, je compris vite que la chaleur avait été particulièrement concentrée dans celles-ci, tant les coups esquivés étaient cuisants lorsqu'ils me rataient de quelques centimètres. N'en menant déjà pas large avec mes sens assommés, il ne manquait plus qu'une flaque au sol pour me faire perdre l'équilibre, et je ne tiens absolument pas à connaître son origine. Toujours est-il que ma récupération de justesse sur les paumes m'indiqua à quel point le sol s'était réchauffé sous l'action du terroriste, mais je n'ai pas le temps de m'en plaindre que ce dernier en profite aussitôt pour me tomber dessus. Empoignant ses avants-bras dans l'urgence, c'est mon dos tout entier qui se voit plaqué sur le sol, histoire de me faire imaginer le plus fidèlement possible l'expérience d'un morceau de viande saisi sur le grill. Cela dit, à choisir entre ça et les extrémités du gars, incandescentes au point de lui voir les os de la main, mon choix est assez vite fait.

Pour résumer simplement, tout me brûle. L'air, le sol, ses bras que je retiens avec beaucoup de difficulté à cause de la sueur dont chacun est recouvert. Chaque grognement de douleur que je pousse invite irrémédiablement un bol d'air bouillant à me calciner les poumons, pire que toutes les cigarettes que j'ai pu m'enfiler à ce jour. La moindre tentative de le dégager d'au-dessus de moi se soldant par une glissade, il ne me reste plus que l'image de Sharp à laquelle m'accrocher, en espérant qu'il se pointe comme je le requiers et ce sans avoir à attendre un nouveau délai de quelques semaines, chose qui aurait tendance à m'être fatal. Par une veine qui me faisait quand même vachement défaut jusque-là, des coups de griffes sur le sol, suivis de crocs partis se planter dans le flanc de mon assaillant enflammé, me laissent à penser que j'ai peut-être une infime chance de m'en tirer après tout. Violemment dégagé sur le côté, il essuya encore de nombreuses morsures avant de s'immobiliser pour de bon. Pas trop tôt, si vous voulez mon avis.

Laissant là les causes peu ragoûtantes de la mort, le loup vint ensuite m'aider une dernière fois à me relever de mes plaques de cuisson, puis il disparût de mon champ de vision une fois remis à peu près correctement sur pieds. Parce qu'il a beau avoir crevé, on n'en est pas encore à profiter d'un vent de fraîcheur à cet étage. Les escaliers menant au deuxième ne se trouvant pas très loin, j'envisage de m'y rendre sans m'attarder en plus de pas que nécessaire, lorsqu'un détail mouvant capte mon attention. Ce n'est autre que la femme à la gamine disparue, qui n'avait manifestement pas réussi à fuir l'étage à temps, sans pour autant avoir connu le sort des autres corps éparpillés. Non, elle était encore vivante, bien que mal en point, et je me devais d'aller la sortir de cette étuve. Allant la prendre dans mes bras, tout en veillant à ce qu'elle n'en glisse pas, je me traine ainsi jusqu'aux escaliers. Ma gorge est tellement sèche que je ne peux même pas tenter de lui tenir la conversation pour la garder consciente.
Revenir en haut Aller en bas
Arias Rowe

Arias RoweMessages : 518
Date d'inscription : 07/06/2015


[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 EmptyDim 14 Aoû - 18:08



Le retour aux origines...


Quand le jeune homme se releva pour constater des dégâts causer par ses aiguilles, il vit un spectacle qui ne l’amusait guère. Il avait certes détruit une bonne partie des miroirs, mais le Valet était dans un labyrinthe, de ce fait la demoiselle n’eut aucun mal à combler les pertes. L’idée que son adversaire avait le dessus sur lui l’énerva au plus haut point, surtout quand toutes ses attaques semblaient vaines. Et comme si tout cela ne suffisait pas, Arias entendait des bruits de pas en provenance de l’étage supérieur. Il ne savait pas qui était cette personne mais elle devait à tout prix éviter le labyrinthe, mais avant même qu’il ne puisse l’avertir, le valet sentit derrière son dos les miroirs se mouvoir. C’est avec un mauvais pressentiment qu’il se retourna. Les miroirs avaient laisser place à une longue avenue vers les escaliers, au bout se trouvait la blondinette qui courrait vers lui.

Cependant, les reflets dans les miroirs de son adversaire disparurent alors que celle-ci surgissait sur le flanc de la pauvre valet. Elle s’agrippa à sa cible, lui plantant plusieurs aiguilles dans ses épaule, ce qui l’immobilisa et lui permit de la mettre au sol. Arias n’avait rien vu venir, s’il avait garder des aiguilles peut-être aurait-il pût empêcher cela, mais finalement il se retrouvait impuissant face à la séance de torture de son amie. Ce qu’il voyait le révulsait au plus haut point, on pouvait voir la force de sa rage dans ses poings. Il en avait vu, même vécu, des séances de torture, mais là il ne pouvait supporter qu’on s’attaque aux dernières personnes qui  là pour lui.

La température commençait à monter, sûrement à cause des ondes de chaleurs qui provenaient de l’étage supérieur. En soit, cela aurait pût être dérangeant, mais Arias avait déjà abandonné son manteau et puis, il avait erré dans des lieux bien plus chaud que cela. Une nouvelle force l’envahie, la rage qui l’habitait s’évanouie dans un soupir et sa visage redevint celui de la machine à tuer sans sentiments qu’il était. Il s’avançât doucement dans l’allée d’honneur, marchant sur les miroirs pour empêcher toutes attaque pouvant gêner son avance. Son aura était bien plus menaçante, mais son adversaire était trop occupée à martyriser son nouveau jouet qu’elle ne le vit pas arriver. Puis quand elle leva le regard vers l’ancienne position du jeune homme elle ne vit rien, il avait disparut et cela semblait l’effrayer. Arias avait profité de son inattention pour se mouvoir derrière les miroirs. Avant qu’elle ne puisse réagir à la situation en s’abritant dans ses miroirs, le valet surgit derrière elle,  sectionnant ses tendons situés derrière les genoux pour l’empêcher de fuir.

C’était à son tour de jouer, et quand il est ainsi il ne fallait plus s’attendre à de la pitié. Il semblait encore hésiter entre lui couper les pieds et les mains ou la crucifier sur un de ces maudits miroirs. Et pourquoi pas les deux ? Le Valet avait fait bien pire après tout. Il s’approcha alors doucement de sa cible, le regard vide et là dagues aux mains, alors que celle-ci semblait se débattre en versant quelques larmes de douleur.

HRP:
 



(c) Agora




Je m'adresse à vous en #9966ff

[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Unknown



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 EmptyDim 14 Aoû - 18:56

Prise d'otage
~ 13 heures 39 ~

Le premier étage, après la mort de l'homme à la chaleur, commençait à se rafraîchir plutôt rapidement, même si les séquelles liés à cette hausse de température était toujours présente sur les corps, assoiffés d'eau. Au moins un puissant ennemi venait d'être tuer juste à temps, encore une chance car la jeune femme qui voulait récupérer son enfant était vraiment à la limite de la mort. L'homme prit le soin de récupérer la femme afin de continuer son accession dans les étages où ils pourront trouver de quoi boire, même si l'eau n'allait pas être très fraîche, et surtout de quoi s'habiller pour être plus présentable et surtout éviter d'être déranger pendant les combats. Au moins ils pouvaient se reposer un peu ou bien monter à l'étage rapidement pour essayer de trouver les otages et surtout les personnes pour qui ils sont venu, sachant qu'il n'y avait plus personne de vivant au second étage.

Le combat au rez-de-chaussée était vraiment à l'avantage de l'Élémentis, venant maltraiter comme il faut l'utilisatrice du miroir, sauvant sa partenaire par la même occasion. Elle semblait être dans une situation plutôt catastrophique, mais sans savoir réellement pourquoi, avant sûrement de subir le coup de grâce, elle disparut en faisant une roulade dans le miroir juste à côté d'elle, disparaissant complètement. Sauf que cela ne dura que très peu de temps, car elle apparu dans plusieurs miroirs. Les reflets de la jeune femme sortirent des miroirs, mais rien de compacts, c'est clairement des reflets, vacillant comme si on perturbait les reflets. En tout cas les reflets de la jeune femme foncèrent sur leur ennemi. Même s'ils n'étaient pas compact, les reflets pouvaient tout de même infliger des dégâts si jamais ils réussissent à toucher leur cible, de quoi l'occuper un bon petit moment vu que les reflets semblaient continuer d'apparaître en boucle grâce aux miroirs ; des miroirs de toutes tailles, des reflets de toutes tailles également.

Spoiler:
 

Spoiler²:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 EmptyDim 14 Aoû - 21:28






Prise d'otage au Centre Commercial


- Tu.. Tu es bien amoureuse d'Ewan, non ?

Depuis le temps, je commence à connaître Lyana et ses regards dans lequel on peut y lire toutes sortes d'émotions et cette fois j'arrive à reconnaître du doute. Pourquoi est-ce qu'il y a tant de doute à cette question qui devrait être simple à répondre pour elle ? Ce n'est quand même pas ma déclaration de tout à l'heure qui lui a fait dire le "je crois" que je viens d'entendre ? Raison de plus pour me sentir mal une fois de plus... Je m'attendais à plein de réactions, allant de la colère au mal aise de me foutre un râteau mais pas cette réaction là ; j'ai encore fait du bordel.

- Il a été là quand j'avais besoin de lui, il m'a aidé à rebondir et même si on s'est fritté plusieurs fois car il a une façon de penser différente de la mienne et un caractère bien trempé, on est quand même resté ensemble puis on a finis par sortir ensemble... Mais je sais pas pourquoi... J'aurai du répondre oui à ta question, un oui sans hésiter, mais je sais pas... Depuis que, tu m'a tout avoué, c'est le bazard dans ma tête et je sais pas, je devrais pas ressentir ce genre de chose et je me sens hyper mal... J'ai l'impression de faire quelque chose de mal juste par le fait de douter...

- Je suis désolé.. Je ne voulais pas te faire douter à ce point, je voulais simplement arrêter de vivre dans le mensonge, persuadé que de toute façon, j'allais me prendre râteau, dis-je en baissant les yeux. J'ai bien vu quand tu n'étais pas bien et j'ai voulu plusieurs fois venir, te remonter le moral mais je ne savais jamais quoi dire, quoi faire pour que ça aille mieux.. Puis lorsque j'ai vu qu'Ewan ao réussit là où j'ai échoué, je me suis dis que je n'étais sûrement pas fait pour être avec toi.

C'est ridicule hein.. Si je ne suis même pas capable de remonter le moral, qu'est-ce que je pourrais faire lorsqu'elle sera mal ? Bref, j'ai laissé passer ma chance et je le regretterai sûrement toute ma vie mai je ne peux pas la forcer à choisir entre son copain et moi, elle devrait forcément se tourner vers Ewan... Enfin je crois ? Puis au fur et à mesure que le temps avance, la chaleur de la pièce augmente atteignant presque les 30°, ça n'est pas ce qui va arranger ma brûlure qui commence déjà à me le relancer ; plus le tissu qui commence à coller à celle-là à cause de la transpiration.. Bon, puisque je n'ai pas réellement le choix.

Le rouge aux joues pour ce que je m'apprête à faire, j'essaye de retirer mon t-shirt pour rester torse nu histoire de me sentir mieux mais j'ai déjà la tête qui tourne ; à cause de mon bras, je galère au possible pour retirer le vêtement et j'arrive à obtenir l'aide de la dernière personne que je voulais : Lyana. Déjà qu'elle est en train de se remettre en cause sa relation par ma faute, j'aurais aimé lui imposer le moins de situation ambiguë possible.. Au final, je ne sais si j'ai eu un élan de folie ou moment de lucidité, mais je commence à me pencher vers elle, prêt à déposer mes lèvres contre les siennes après un long moment de silence.

A seulement quelques centimètres, une voix masculine retient mon attention. Je m'éloigne d'un seul coup, me demandant si de l'aide est venue pour nous ou si il s'agit d'une attaque de l'Ordre ; je me lève pour rejoindre le centre du magasin et préviens mes amis de ne pas sortir d'ici au cas où ce serait un piège. Je me concentre donc sur tout l'étage et utilise mon élément pour suivre ce nouvel arrivant qui vient de faire irruption dans le KFC ; pas de cri de la part des autres otages, et je reconnais la voix de la petite Luna qui est heureuse de retrouver son père. Donc c'est facile d'en conclure qu'il s'agit d'un allié à nous ; est-ce qu'il est seul ? Est-ce qu'il y a d'autres personnes ?

Tout le monde se retrouve, tout le monde est rassuré d'apprendre que le renfort est arrivé mais je perçois la voix inquiète du nouvel arrivant qui demande une certaine Laelyss. Jetant un coup d’œil à la rouquine toujours inconsciente, je me demande si elle ne serait pas la fameuse Laelyss qui manque à l'appel là-bas ; je continue d'écouter et la description ainsi que les informations suivantes me confirment qu'il s'agit de la jeune femme avec nous. Comme je me doute qu'il s'agit de son compagnon ou quelqu'un de proche, je stoppe d'écouter les conversations et fais l'effet inverse, comme tout à l'heure, je passe une annonce dans le magasin.

- La jeune femme que vous cherchez est avec nous, dans le magasin de vêtements se trouvant au fond du couloir à droite. Il n'y a aucun membre de l'Ordre à cet étage donc vous pouvez vous y aventurer sans crainte de vous faire attaquer.

Je ne sais pas si il va me croire ou non en ce qui concerne les informations que je lui fournis mais au pire si il veut venir armé ou utiliser un pouvoir contre nous, il pourra vite se rendre compte que nous ne sommes pas dans un meilleur état que les autres. Histoire d'être un minimum habillé lorsque les renforts arrivent, Nayati me donne un châle de grand-mère expliquant que la couleur va parfaitement avec mon teint... Je réagis à peine et l'enfile sur le dos au moment où un homme barbu entre dans la pièce, sûrement celui qui était à la recherche de Laelyss.

- Ça fait dix minutes qu'elle est inconsciente. Nous avons essayé de la soigner du mieux que nous pouvions mais elle ne s'est toujours pas réveillée... Il y a eu une explosion au quatrième étage et elle s'est retrouvée projetée contre le mur, je l'ai rapidement éloignée des flammes mais je ne sais pas si sa tête a cogné contre le mur et je crains qu'elle n'ait des côtes cassées..

En gros je ne sais rien et je ne sers pas à grand chose... Je ne suis sûrement pas en train de le rassurer quant à l'état de la jeune femme mais avec un peu de chance, il s'agit là d'un médecin qui saura quoi faire. Je suis quand même inquiet de l'état de santé de la demoiselle et cela peut facilement se lire sur mon visage ; elle ne doit pas mourir, pas après tout ce qu'elle vient de faire.. Je me sens déjà coupable de ce qui lui arrive, persuadé que c'est de ma faute si elle est dans cet état.

- Comment avez-vous réussit à entrer ? Je croyais que les membres de l'Ordre bloquaient les entrées.

Revenir en haut Aller en bas
Arias Rowe

Arias RoweMessages : 518
Date d'inscription : 07/06/2015


[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 EmptyDim 14 Aoû - 22:26



Baroud d'honneur.


Son coup avait toucher sa cible, coupant net les tendons de son ennemie qui tomba au sol dans un cri de souffrance. Elle versait quelques larmes, amis semblait supporter la douleur tant bien que mal. Cependant, Arias ne comptait pas y aller avec des pincettes avec la jeune femme, il allait lui faire payer chèrement claques souffrances infliger à autrui. Il voulait faire durer le plaisir en quelque sorte, bien que son regard n’exprimait pas grand chose et encore moins du plaisir. Il enchaîna quelques coups de pied, dans le ventre d’abord, puis quand elle releva la tête, il s’empressa de la remettre face contre terre avec son pied. Préparant une de ses dagues pour le coup final, le valet frappa dans le vide, la lame de titane transperçant les dalles du centre commercial. La jeune femme avait, même avec les tendons couper, trouver le moyen de faire une roulade jusqu’à un miroir proche, esquivant de peu la mort. Arias se releva et scruta les environs avec son regard perçant, avant d’avertir son adversaire.

- Tu peut tout m’infliger, mais toucher à un membre de ma famille est la pire erreur que tu ai commise aujourd’hui. Tu n’en réchappera pas vivante.

Il n’y avait aucune haine, aucune arrogance, aucun sentiment dans sa voix. Juste un avertissement, une sorte de préavis de mort. Juste à la fin de sa phrase apparu dans les miroirs alentour de multiples reflets de la jeune femme. Ceux-ci semblait tous sortir des miroirs, créant une armée d’illusions semi-matériel capable de blesser. Faisant tourner ses dagues entre ses doigts, le Valet se prépara à protéger son amie au péril de sa vie. La température baissa, signe que son allié avait réussit à passer ses adversaires, alors Arias pouvait vendre chèrement sa vie pour protéger son amie, sa femme et sa fille serait en sécurité avec les renforts qui allaient venir. Stoppant le mouvement de rotation de ses dagues pour les tenir fermement, le jeune homme se lit en position de combat. Le plus perturbant dans tout ça, c’est qu’il ne semblait pas avoir peur, il ne semblait rien ressentir, une coquille vide de sentiment.

Les premiers clones se heurtèrent à une défense acharnée et impénétrable. Les coups de dagues volaient de toutes part accompagner de la disparition de nombreuses illusions. La première vague fût facilement repousser, mais il semblerait que les illusions n’ai pas de nombre limité, ni même de taille. La bataille continua, les plus grandes illusions était abattue avec des enchainements de coups bas puis hauts. Les plus petites étaient soit vulgairement écraser soit trancher habillement. Cependant, la fatigue commençait à se faire sentir, si bien que des coupures apparurent sur les bras du jeune homme. Les coups acrobatiques et les roulades se faisaient toutes autours de la blonde encore au sol, sûrement sonnée par la torture de sa tortionnaire. Si le Valet retrouvait l’usage de ses pouvoirs, l’issu du combat ne ferais certainement plus aucun doute et alors il pourrait enfin mettre à l’abris son ami avant de retrouver son allié et les otages.




(c) Agora




Je m'adresse à vous en #9966ff

[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Unknown



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 EmptyMar 16 Aoû - 8:40

Prise d'otages
Le deuxième étage n'est pas exactement une délivrance, mais il a toutefois le mérite d'être un peu moins chaud que son prédécesseur, ce qui devrait aller en s'améliorant maintenant que le type de l'Ordre n'est plus là pour alimenter la chaudière. En attendant ce moment béni où l'air sera enfin respirable, je nous guide aux portes du premier petit restaurant qui m'apparaît. À l'intérieur, j'installe la femme sur une banquette et tire une nappe en tissu pour la lui donner, de façon à pouvoir s'essuyer et se couvrir. Et parce qu'on est tous dans la même galère, je m'en empare d'une à mon tour pour me frotter le visage tout en prenant la direction du bar. C'est que je n'aurais jamais cru avoir autant de flotte à transpirer, même si quelque chose me dit que je ne suis pas censé en évacuer une telle quantité dans des conditions qui se veulent plus normales que celles impliquant un dégénéré maîtrisant la chaleur. Accoudé près de l'évier, le robinet d'eau enclenché à la plus forte intensité, je m'abreuve dans le bol formé par mes mains comme s'il s'agissait du nectar des dieux: l'eau plate, même pas très fraîche, n'aura jamais été aussi délicieuse à boire. Prenant ensuite une carafe en plastique, je remplis celle-ci à ras-bord afin d'aller rejoindre l'inconnue tout aussi déshydratée, gardant tout juste la nappe au niveau de mon bassin pour les convenances, quand bien même on n'en ait un peu rien à foutre à l'heure actuelle, ce qu'elle me confirme en me prenant presque désespérément le pichet des mains.

Le temps de récupérer deux minutes, je lui annonce ensuite mon programme de reconnaissance puis de quête de vêtements. Il y a bien assez de boutiques pour trouver notre bonheur, ce n'est pas comme si on cherchait une tenue de soirée dans ces circonstances. Après m'être frotté énergiquement les cheveux pour ne plus qu'ils me dégoulinent sur la tronche, j'enroule la nappe autour de mes hanches et prends la porte du restaurant. À vue de nez, il n'y avait pas -ou plus- âme qui vive, sauf si les membres de l'Ordre s'étaient embusqués dans les plantes vertes. Entrant dans le premier magasin que j'aperçois, je ne m'y attarde pas et attrape les t-shirt et pantalon semblant à ma taille qui passent à ma portée, suivis d'une robe qui, quoi qu'un peu grande, allait bien suffire à l'inconnue pour se couvrir. Une fois rhabillé, retour au restaurant où je la retrouve pour lui tendre sa nouvelle tenue, m'excluant du côté de l'évier pour me resservir une tournée d'eau le temps qu'elle se prépare. Il était assez évident, lorsque je revins près d'elle, qu'il lui fallait encore prendre du repos.

« Je préfère que vous restiez cachée ici, au moins vous aurez une bonne vue sur les escaliers: si quelqu'un d'autre que mes collègues monte à l'étage, dissimulez-vous ou jouez la morte. Je m'occupe d'aller chercher votre fille. »

Ça ne m'enchante pas de laisser les compagnons de fortune à leur sort au rez-de-chaussée, mais Luna et Laelyss demeurent ma priorité numéro 1 et je ne peux pas perdre plus de temps à tout redescendre pour aller voir comment ils se portent. Il leur sera toujours possible de rejoindre la femme dans le restaurant et de se mettre au jus sur ce que je suis parti faire, surtout avec le deuxième étage désormais nettoyé. Elle me fit donc une description physique de sa gamine, puis me laissa partir en direction de l'étage suivant, d'où je n'entendais vraiment pas un bruit. Accompagné de Sharp, il partit le premier dans les escaliers en éclaireur, toutefois rapidement intercepté par un bruit de cartons. Plusieurs marchandises avaient été placées ici et là, tandis que le loup se débarrassait d'un fil de pêche enroulé dans ses pattes. Dans la mesure où personne ne se pointa pour nous attaquer, j'en déduis qu'on pouvait poursuivre notre route sans s'en inquiéter davantage. Au-delà des corps qui jonchaient le sol, et que je détaillais du regard pour m'assurer de ne reconnaître personne, une concentration de plusieurs odeurs se décelait du côté du KFC, dont une qui retint particulièrement l'attention de Sharp, m'encourageant à presser le pas malgré la fatigue.

Du mouvement à l'intérieur du fast-food confirma la présence de plusieurs personnes réfugiées, aussi pour éviter d'inutiles mouvements de foule, j'ordonnai au loup de rester dehors avant de pousser les portes, quelque peu bloquées par des tables et des chaises, tout en me présentant le plus clairement possible comme n'étant pas une menace issue de l'Ordre. L'exclamation de Luna, qui sortit des comptoirs pour se précipiter vers moi, aida justement à la crédibilité de mon statut; même si j'étais surtout très soulagé de la trouver là, et non étendue quelque part à l'un des étages. Comme libéré d'un poids horriblement lourd, je pris la petite dans mes bras et la serrai au point de relancer mes brulures dues à la chaleur, mais c'était de loin le cadet de mes soucis à cet instant. La gardant toujours contre moi, je vérifiais le reste des personnes présentes à la recherche de celles qui manquaient à l'appel. Je retrouvais ainsi les enfants de Kira, de quoi en être soulagé pour elle également, sans vraiment reconnaître dans le lot l'adolescente de l'inconnue laissée à l'étage en dessous. Une autre personne manquait également à l'appel, et je libérais Luna de mon étreinte pour l'interroger à ce sujet:

« Laelyss n'est pas avec vous... ? »

La réponse négative eût le temps de me foutre un coup en pleine gueule avant qu'elle ne me rassure malgré tout sur la présence effective de la rouquine, encore dans les parages il y a quelques minutes de cela. Pour autant, il fallait que je me renseigne auprès des autres otages, assez dérangé par le fait qu'on ne l'ait plus revue depuis cette déflagration qui avait fait vibrer tout le centre. Sa description physique, la tenue qu'elle portait, j'aurais presque pu continuer sur ses romans préférés si ça pouvait servir à recueillir le moindre témoignage. Puis c'est finalement une voix résonnant de l'extérieur qui se charge de répondre à mes attentes:

« La jeune femme que vous cherchez est avec nous, dans le magasin de vêtements se trouvant au fond du couloir à droite. Il n'y a aucun membre de l'Ordre à cet étage donc vous pouvez vous y aventurer sans crainte de vous faire attaquer. »

Lorsque les jeunes me confirmèrent que celui qu'on venait d'entendre faisait bien partie de leur groupe, je m'empressai de laisser quelques dernières recommandations avant de m'y rendre, notamment sur le fait de ne pas sortir et entamer une évacuation tant que le rez-de-chaussée n'était pas vérifié. Sharp fut également tenu de rester posté à proximité du magasin, dans l'éventualité que des emmerdes nous viennent encore des étages du dessus, pendant que je rejoignais le lieu indiqué par la voix portée en écho, sans doute à l'aide d'un élément adapté. Après tout, je ne devais pas être le seul à avoir récupéré mon pouvoir au cours de la journée, une aubaine d'ailleurs. Arrivé au magasin en question, c'est au fond de celui-ci que je retrouvais effectivement un second attroupement, au nombre plus réduit qu'au fast-food, mais surtout Laelyss. Étendue sur une pile de vêtements et vraisemblablement inconsciente au vu de son manque de réaction, je m'empresse de la rejoindre alors que la même voix m'ayant prévenu plus tôt commençait à m'expliquer son état.

« Ça fait dix minutes qu'elle est inconsciente. Nous avons essayé de la soigner du mieux que nous pouvions mais elle ne s'est toujours pas réveillée... Il y a eu une explosion au quatrième étage et elle s'est retrouvée projetée contre le mur, je l'ai rapidement éloignée des flammes mais je ne sais pas si sa tête a cogné contre le mur et je crains qu'elle n'ait des côtes cassées.. »

Merde, c'est pas bon tout ça. Oubliant sur le coup de formuler le moindre remerciement pour les efforts fournis par le garçon, je me penche plutôt sur elle pour essayer de sentir son pouls et sa respiration. Bien sûr, il fallait qu'elle se trouve aux premières loges de cette fameuse explosion ! Bordel. Avec précaution, je soulève doucement sa tête pour vérifier la présence d'une quelconque plaie ouverte, n'y trouvant rien heureusement hormis une bosse qui confirme bien le traumatisme crânien. Sorti de ces vérifications, je ne peux pas prétendre avoir la moindre connaissance médicale pour espérer apporter quoi que ce soit de plus utile. Tout ce que je sais, c'est qu'il faut que je la sorte d'ici et que je l'amène directement à l'hôpital, une joie que je me ferais si seulement j'avais une idée de ce qui se tramait en bas avec ces miroirs. Et vu que c'est un passage obligé pour renouer le contact avec l'extérieur, on a d'abord intérêt à aller voir de quoi il en retourne avant de faire descendre l'ensemble des otages. Les interrogations du gamin quant à elles me sortirent momentanément de mes pensées.

« Nous sommes passés par un accès condamné, derrière le centre, où il n'y avait que deux gardes. On a libéré les étages mais j'ai encore des collègues qui se battent au rez-de-chaussée, dont un qui cherche sa femme et sa fille, sauf que je n'ai pas leur description...  »

À part lui amener tout ce beau monde afin qu'il vérifie par lui-même la bonne santé de ses proches, je ne peux pas faire grand-chose pour celui que j'ai laissé dans son labyrinthe de miroirs. Et quand bien même l'intérieur soit enfin hors de danger, on ne peut pas encore en dire autant de l'extérieur de ces murs, surveillés de tous les côtés. Qui sait d'ailleurs si les gardes n'auront pas eu le nez de rentrer à leur tour pour vérifier la situation ? Mieux vaut ne pas trainer davantage et risquer de se retrouver bloqués à nouveau en hauteur. Passant mes bras sous le corps de Laelyss, je fais au mieux, avec l'aide du jeune homme, pour la porter dans mes bras en la secouant le moins possible, une goutte de sueur glissant sur ma tempe et n'étant pas à mettre sur le compte des attaques de chaleur. Je stresse, je stresse énormément de ce qu'il en est de l'état de Lys et dont je n'ai même pas une vague idée de la gravité. Ma seule certitude étant que je me maudirais comme jamais si on avait gâché nos derniers jours ensemble à se faire la gueule pour de vieilles histoires. Malgré tout, je tâchais de garder la tête froide, ne serait-ce que pour guider ces jeunes qui avaient passé les heures précédentes à se débrouiller par eux-même.

« On va commencer à se réunir. Est-ce qu'il y a d'autres groupes comme vous disséminés dans l'étage en dehors du KFC ? »
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 EmptyMar 16 Aoû - 11:41


“  [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial  „

« Feat : plein de coupains »
Voilà, on continue notre petite discussion et il commence par s'excuser. S'excuser de quoi ? De m'aimer ? De m'avoir mis le doute ? Si je doute maintenant, c'est que j'aurai douté un jour ou l'autre. Il vaut mieux maintenant, comme ça je serais tranquille après, si je dois rester avec lui je n'aurai pas a douter. Sinon ce doute peut m'être profitable pour être sur de mes sentiments. J'étais si pressé de sortir avec lui et maintenant, je sais plus ou j'en suis. C'est bizarre non ? Puis Nashoba m'explique qu'il aurait aimer venir, mais qu'il n'a pas réussi et si je comprends bien c'est ce qu'il l'a empêché de venir. Je pose une main sur sa joue après avoir finis le bandage de son bras :

- On n'a pas besoin d'être parfait pour être aimer par quelqu'un, ce n'est pas parce que quelqu'un réussi là où tu échoues que tu ne peux pas te rapprocher de quelqu'un et gagner son cœur.

Je lâche ma main, assez gênée par ce que je viens de lui dire. Et j'ai l'impression de sentir des gouttes de sueur, il fait chaud ici... C'est pas la gêne qui fait ça quand même ? Non, la chaleur est bien trop réelle. Puis je vois Nashoba se démener contre son T-shirt, j'hésite ne voulant pas le déranger, puis je finis par attraper le bas de son T-shirt, les joues rouges et je l'aide pour lui enlever. Ma main effleure parfois sa peau et je sens mon cœur s’accélérer. Voilà finis de lui enlever. J'ai fais attention à son bras blessé pour ne pas lui faire mal.

Puis il y a ce moment de silence, je ne sais pas quoi lui dire d'autre, je détourne le regard gênée puis je reporte mon regard vers lui, il se penche vers moi, qu'est-ce qu'il fait ? Rahhh, son visage se penche vers le mien et je n'ose plus bouger, presque plus respirer, il est à quelques centimètre du mien et je ne sais pas pourquoi je ferme les yeux et me rapproche aussi doucement. Puis une voix me fit rouvrir les yeux et Nashoba se relève d'un coup pour partir vers celle ci alors que je reste assise là. Sans rien. Les joues rouges. Je l'aurais laisser m'embrasser s'il avait été jusqu'au bout ? Reprend toi Lyana ! Je me tapote les joues et me relève pour les rattraper. Ils sont déjà en train de revenir quand je les rejoins, je ne dis rien et les suis juste. Ils retournent dans le magasin pour voir la jeune femme.

« Nous sommes passés par un accès condamné, derrière le centre, où il n'y avait que deux gardes. On a libéré les étages mais j'ai encore des collègues qui se battent au rez-de-chaussée, dont un qui cherche sa femme et sa fille, sauf que je n'ai pas leur description...  »

Je m'arrête quelques secondes et je murmure surtout pour moi même :

- Arias ?

C'est peut-être Arias ! Il se bat ? Il a peut-être besoin d'aide ? Je m’éclipse les laissant discuter et me dirige vers le KFC pour récupèrer mon couteau. Une jeune fille m'interpelle pour me demander où je vais et je lui répond que si on demande, dire que je suis partie aider mon père. Où si je ne reviens pas d'ici une demi-heure une heure. Je sais que Nashoba, Nayati et Onyx ne me laisserait pas faire si je le pouvais. Je me dirige vers l'escalier et le descend en courant. Arriver au premier étage une dame m'interpelle alors que je m’apprêtais à descendre. Elle à l'air méfiante, ne s'attendant pas à ce que quelqu'un descende les escalier et surtout pas quelqu'un d'armé :

- Je ne fais pas partie de l'ordre je vous rassure, je recherche mon père, il combat à l'étage du dessous.

Je lui explique que tout les otages sont en haut et que l'on a vaincu tout les membres de l'ordre à l'étage et qu'elle n'a pas de soucis à faire qu'elle peut monter, puis je me retourne dos à elle face aux escalier :

- Bon je vais vous laisser, je vais chercher mon père !

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial - Page 13 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 13 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-