Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le Deal du moment : -41%
T-shirt Pokemon 25eme anniversaire Pikachu à ...
Voir le deal
9.99 €

Partagez
 

 Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Empty
MessageSujet: Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']   Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] EmptyJeu 18 Aoû - 19:14


Matinée comme une autre?
Bien différente d'une prise d'otage..



Depuis mon arrivée sur Quederla, tout se passait vite, très vite, trop vite.
Je dois avouer qu'être embarqué dans une prise d'otage en guise de cérémonie de réception avait été quelque chose d'assez mouvementé. Depuis lors, j'avais pu rencontrer mon supérieur et d'autres compères de travail, au sein du Gouvernement. Je fus assez rapidement envoyé en mission suite aux résultats relativement bon que j'avais pu produire lors de mon premier jour en ces terres.
Malheureusement pour moi et pour mon supérieur, les forces que j'avais du affronté étaient assez inattendues. Cette mission qui aurait du être assez simple -de la surveillance- s'est très vite transformée en mission de type S-tier. Les premières réactions, lors de mon retour à la caserne étaient plus du type : « Mais comment est-il toujours vivant ? » que : « Il vient réellement d'échouer lors de sa première affectation ? »...
Que dire... Affronter l'As Domae est théoriquement synonyme de mort au sein du Gouvernement.
Quant à moi, mon ego en avait pris un coup certains. L'homme que je suis, qui n'avait au grand jamais échoué lors d'une mission, venait tout juste de battre en retraite lors de sa première affectation au sein de son nouveau Gouvernement.
Mon Général semblait avoir saisit le genre de Soldat que je suis. Sa nouvelle affectation était quelque chose de bien différent de la première.

J'avais reçu l'ordre de rejoindre une de ses connaissances, une des fréquentations de Min Jae Pioh. Seul le minimum m'avait été confié. Je savais où et comment le trouver. Je pensais aussi savoir qui était cette personne, le responsable de la prise d'otage du centre commercial. Mais cela n'avait que peu d'importance à mes yeux. Les ordres sont les ordres. En aucun cas ils ne sont discutable. Si il en avait jugé ainsi, alors ça se passerait ainsi.
Je devais rencontrer cette connaissance, passer un contrat -ou que sais-je- avec. Et surtout, n'en toucher mot à qui que ce soit. La seule et unique personne avec qui j'ai l'autorisation d'en parler est le Général lui-même.
Ce n'était théoriquement pas une mission où je mettrai ma vie en jeu. Même si jusqu'à présent, tout ce que j'avais entrepris s'était terminé sur le fait d'entamer une partie de poker avec le destin. Qui sait ce que cet être me prépare, voudra de moi, me demandera en échange.

C'était un journée assez calme. La chaleur ne pouvait pas nous tromper, même lors de cette douce matinée : On était définitivement en été.
J'étais habillé de façon assez simple, en civile. Un pantalon en toile noir et une simple chemise blanche. Je ne possédais pas d'arme sur moi. Quant à mes cheveux, ils étaient simplement attaché en queue de cheval. Mon visage était découvert et profitait du moindre courant d'air passant.
Je devrai quitter la ville et me rendre au Nord, en direction de la forêt. Selon les dires de mon supérieur, je n'aurai pas réellement de difficultés à trouver le fameux Château vers lequel je me rends. Je mettrai juste un petit peu de temps.
Cependant, prendre du temps en cette matinée n'était pas désagréable.
Même si encore une fois, je courais partout, cette fois-ci, je le faisais de façon plus décomplexée. Mon Général était censé avoir prévenu le Ténébreux de ma visite. Mais il n'avait très certainement donné ni jour ni heure.
Je traversais la ville sans prendre le temps de trop scruter les passants. Je n'étais pas en service habituel et tout ce monde me dérangeait plus qu'autre chose. Je commençais à connaître les rues que j'arpentais. Quederla n'était pas si grand que ça, au final.

Une fois sorti de la cité, je prenais le temps de marcher tout en observant les horizons. C'était la première fois que je quittais la ville depuis mon arrivée, c'était la première fois que je rentrais dans la forêt Silva qui, pourtant, m'avait été fortement déconseillée par l'agent des renseignements que j'avais rencontré à la caserne. Mais, aujourd'hui, je n'avais pas le choix ni le luxe de ne pas y mettre les pieds.
Je suivais les directives de mon général, me contentant de me diriger dans la direction qu'il m'avait indiqué.
Après plusieurs minutes de marche, je pus finalement apercevoir -au loin- le lieu vers lequel je me rendais. Un château en pleine forêt. Quelle idée. Comment se faisait-il que personne ne soit jamais allé jusque là dans le but d'avoir à faire face au Ténébreux ? Faisait-il si peur que cela ? Malgré le fait d'avoir été briefé rapidement par Anae Ginko sur l'état de la ville, énormément d'éléments m'échappaient encore.
J'accélérais alors mon rythme, me rapprochant dangereusement du château. Je ne doutais pas, ne serais-ce qu'une seconde. C'était un ordre de mon supérieur direct. Et les ordres sont les ordres. Ils ne doivent pas être discuté. Je ne peux pas me permettre de discuter un ordre, surtout après un échec.

Me voilà finalement arrivé dans le domaine, face à l’impressionnant château.
On pourrait aisément y cacher une armée.
Un léger rictus s'empara de mes lèvres tandis que je m'étirais lentement. On ne sait jamais ce qui pourrait se passer.
Je m'avançais lentement en direction dans la grande porte d'entrée, ma queue de cheval voletant en rythme de mes pas.
Une fois face à celle-ci, je frappais trois fois, assez bruyamment. Attendant que quelqu'un vienne à ma rencontre. Je semblais déterminé et sur de moi.




Revenir en haut Aller en bas
Gwendolyn Ravenflaw

Gwendolyn RavenflawMessages : 765
Date d'inscription : 12/02/2016


Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Empty
MessageSujet: Re: Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']   Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] EmptyJeu 18 Aoû - 21:00

Un chien ne discute pas les ordres !

Feat. Stèphen Shinta

Le Ténébreux, depuis la prise d'otage de la ville qui semblait être un échec, avait passé la quasi totalité de son temps dans son laboratoire afin de préparer ses fameuses potions, qu'il avait depuis le temps bu bien sûr et cela fonctionnait parfaitement il faut dire. Il avait réussi à faire quelque chose d'extraordinaire, même si l'idée de base ne provient pas de lui, il se l'était approprié et surtout l'avait améliorer grâce à sa propre magie. Une potion avec les cheveux de la fameuse femme aux cheveux roses, une potion avec les cheveux de l'homme qui l'accompagnait, suivit des potions avec l'ADN qu'il avait réussi à obtenir, comme par exemple avec le fameux service que le jeune petit fondateur lui devait. C'est qu'un début certes, mais cela commençait plutôt bien et cela serait sûrement une surprise quand l'occasion s'y prêtera, mais pour l'instant il devait se préparer comme il se doit à ce grand jour qui le fait rêver, le jour où il disposera de la totalité de la ville comme il le souhaite, où il sera le roi de la ville bien au-dessus de tout le monde et tout le monde lui obéira.

Il avait déjà une petite collection de potion, qu'il garda précieusement dans une armoire avec en dessous le nom de l'animal ou de l'élément qui concernait la fameuse potion, de la sorte il savait ce qu'il avait déjà fait et ce qu'il lui restait à faire par la suite. On pourrait le prendre pour un scientifique fou qui utilise des forces qui le surpasse et c'est peut-être un peu vrai, mais il le fait quand même parce que c'est uniquement en repoussant à la fois les limites de la magie, mais aussi ses propres limites qu'il arrivera à battre tout le monde et surtout s'assurer une parfaite victoire. En tout cas il avait passé beaucoup de temps dans son laboratoire pour faire cela, et cela lui avait apprit beaucoup de temps car cela prend du temps d'extraire l'ADN des personnes et surtout trouver et extraire exactement ce qu'il veut pour ensuite en faire ce qu'il veut grâce à la magie alors il n'avait quasiment pas vu la lumière du jour depuis presque un mois. Il sortait de temps en temps bien sûr lorsqu'il devait passer les contrats, mais cela s'arrêtait à là. Vu qu'il avait terminé ce qu'il avait déjà en sa possession, il pouvait se permettre de repartir à la chasse.

Aujourd'hui il pouvait donc se permettre de faire un tour dans la forêt histoire de récupérer des plantes, après tout, cela peut toujours servir et surtout pour obtenir de quoi afin de gagner encore quelques pas vers sa destination finale. Il était donc dons la forêt, dans une tenue pas réellement agréable pour faire cela, plutôt une tenue qui scie plus à une journée dans son château, pour accueillir quelqu'un, mais il n'était pas à ça près vu qu'il pouvait faire un peu ce qu'il voulait et surtout il était toujours propre quoi qu'il arrive et arrivera toujours à être beau et propre quand il y aura une personne en usant des éléments. Alors qu'il se baladait dans la forêt histoire de trouver de quoi faire, essayant de trouver l'endroit parfait, il faut dire que la forêt est vraiment grande et donc il fallait s'y rendre aux zones réellement rentable pour ses potions, ses préparations et il ne devait absolument pas en manquer sinon il serait dans un beau draps, mais cela n'arrivera jamais car il était toujours très prévoyant. Alors pour le moment il se baladait simplement histoire de repérer également de futur possible lieu important pour lui et surtout de quoi piéger des personnes qui aimeraient défier le Ténébreux.

Alors qu'il marchait, un oiseau vient se poser sur l'épaule de l'homme, lui lâchant un petit morceau de papier avant de s'envoler. Il aurait bien sûr tuer cet oiseau en temps normal, mais c'était celui de son petit pigeon adoré qui lui transmettait un message. Message qui disait simplement qu'il avait envoyé une personne au château afin de lui donner un pouvoir, c'était que le petit pigeon faisait du très bon travail. Le papier disparu immédiatement après avoir été lu, il fallait donc rentrer au château afin d'accueillir l'homme qui devait venir, et qui était sûrement déjà là. Glissant dans son ombre, le Ténébreux refit le chemin vers son château comme si de rien était, surtout très rapidement, l'avantage de pouvoir user d'un élément tel que lui et surtout très demander pour être quasiment sûr de l'avoir en permanence, même si cela arrive de ne pas avoir l'ombre comme élément, mais il trouve toujours une méthode pour se déplacer rapidement, comme par exemple avec le miroir. En tout cas le Ténébreux fait toujours en sorte pour contrôler un peu les pouvoirs qu'il dispose, des calculs et de la manipulation plutôt complexe, mais dont il a l'art et la matière.

En arrivant au niveau de son château, il y avait un homme qui était devant la grande porte, semblant attendre que quelqu'un l'accueille, qu'on lui ouvre la porte sûrement, mais il doit déjà s'y habituer, ici le Ténébreux est le maître et il ne fait rien lui-même, s'il veut rentrer, il va devoir ouvrir la porte tout seul comme un grand. Rumpel aurait très bien pu rentrer et lui ouvrir la porte à vrai dire, mais cela voudrait dire qu'il fasse un effort, même s'il aurait pu utiliser un élément ou bien un animal, il n'allait quand même pas user de sa puissance alors que le petit pigeon qui venait d'arriver pouvait le faire de lui-même. Restant donc à l'extérieur, le Ténébreux sorti de son ombre, derrière l'homme qui ne s'attendait sûrement pas à voir un homme arrivé de manière aussi discrète derrière lui, surtout qu'il ne semblait vraiment pas être dangereux, enfin une personne que le Ténébreux ne craindra sûrement jamais, étant trop faible, ne pouvant lutter contre la véritable magie. Le maître du château se racla la gorge afin d'attirer l'attention de son nouvel ami.

On dirait que vous cherchez quelqu'un et je crois être cet homme. Rumpelstiltskin pour vous servir, mais vous devez mieux me connaître sous le nom du Ténébreux Ghéhéhéhéhé.



Toujours avec un rire insupportable, en même temps cela ne serait plus le Ténébreux s'il n'avait pas un rire horrible à entendre. Pendant qu'il se présentait il faisait une petite courbette, comme il se doit. Après tout le Ténébreux est un homme de respect, un homme qui respecte ses promesses alors il était toujours bien élevé, même si cela se sentait clairement qu'il en faisait trop et c'était justement ça qui faisait sa personnalité. C'est un homme qui en fait trop pour pousser à bout ses interlocuteurs et donc les pousser à la faute plus facilement. Rumpel savait que c'était son petit général de son cœur de charbon qui lui avait apporter un nouveau petit pigeon, mais pourquoi il était venu là ? Obtenir un pouvoir ? Essayer de sauver le général ? Ou bien tenter de faire un coup d'éclat en tuant l'homme le plus dangereux de la ville ? En tout cas il était bien amusé de voir tout cela et se demandait bien ce qu'il pourrait demander, ce que le Ténébreux pourrait bien apporter à un homme qui était prêt à vendre son âme au diable.

Entrons si cela ne vous dérange pas, ma demeure serait plus agréable pour discuter de votre honorable présence hihihi.



Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Cesh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Empty
MessageSujet: Re: Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']   Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] EmptyVen 19 Aoû - 12:44


Mondes et Merveilles
dissimulant les Ténèbres.



Cela faisait maintenant quelques minutes que j'avais frappé à la porte d'entrée. Cependant, rien ne se passait. Je n'entendais aucun mouvement à l'intérieur de la demeure, j'avais l'impression d'être totalement seul.
J'en profitais pour m'étirer de nouveau. Je prenais finalement le temps de réfléchir à ce que je faisais là et pour quelles raisons j'avais été envoyé en ces lieux. En définitive, le Général Min Jae Pioh m'avait que très brièvement briefé sur ce qui allait se passer en ces lieux. Mon supérieur avait lourdement sous-entendu qu'il avait besoin que je sois à-même de combattre d'égal à égal des utilisateurs de pouvoir. Même si mon entraînement me permettait de tenir tête à bon nombre d'entre eux, décrocher la victoire et encore mieux, avoir la possibilité de capturer quelqu'un d'important était quelque chose de nécessaire. L'idée d'avoir pu capturer la Rose, l'As Domae ainsi que la jeune fille frêle à ses côtés n'était pas déplaisante. Cela aurait été une victoire significative pour le Gouvernement. Un message lourd aurait été transmis dans tout Quederla : Les familles ne sont plus aussi puissante qu’auparavant. Le Gouvernement est capable de leur tenir tête en terme de puissance brute.
Malheureusement pour nous, pour l'homme qui me donnait des ordres et pour ma personne, cela n'était pas encore le cas. Même accompagné de Soldats d'expérience prêt à se sacrifier pour notre cause, on pouvait tout au mieux éviter d'accumuler les pertes dans nos rangs. C'était bien trop léger pour se faire réellement entendre sur le plan militaire.
Hélas pour moi, les conditions militaires en ces lieux sont bien différentes que celles que j'ai toujours connu. Je n'avais jamais affronté d'adversaire aussi fort et puissant que lors de ces deux dernières semaines. Je n'étais pas spécialement empli de doute. Je faisais confiance à ma technique et mon style qui me permettent de me battre d'égal à égal contre des adversaires dotés d'une force physique accrue, mais pour gagner une guerre, il ne suffit pas de juste avoir le même niveau qu'un opposant. Il faut les écraser, tous autant qu'ils sont. Il faut arpenter leurs cadavres jonchant le sol, guidé par une soif de sang terrifiante, dans le but de faire douter même les plus forts partisans de la cause ennemie.
Même si Quederla est bien loin de fournir des champs de batailles comme ceux auquel j'ai pu participer toute ma vie, tous les combats engagés en ces lieux sont de nature très stratégique. Si une des familles se voyait perdre une de ses cartes maîtresses, c'est toute la famille qui en subirait les retombées. Si le Gouvernement voyait le maire mourir ou un de ses généraux flancher, c'est l'armée toute entière qui en subirait les conséquences.

Je dois bien avouer que ce n'est pas mon terrain de prédilection.
Ce genre de schéma me forçait lentement à prendre du recul et revoir mes priorités d'actions. Je suis encore bien loin d'agir en libre-arbitre. Je ne comprends pas encore tous les tenants et aboutissements que représentent la lute de pouvoir en ces lieux. En temps normal, je ne devrais même pas me poser ce genre de questionnement, je ne devrais même pas y songer.
Qu'est-ce que je me surprends à envier ma vie à Moscou depuis mon arrivée en ces lieux. Ma routine quotidienne était plaisante. Les missions qui m'étaient confiées tout autant. Que ce soit de la surveillance, une escorte ou tout simplement réprimer une rébellion, c'était devenu quelque chose de normal, c'était ma vie. Et jamais rien n'en changeait les codes : Les faibles sont faible, les forts sont fort. Et j'étais fort. Et on m'utilisait pour massacrer les faibles. C'était ma vie, celle que l'on m'avait imposé, celle que j'avais accepté.
Aujourd'hui, en ces lieux, on a beau essayer de m'utiliser de la même façon, le constat reste le même : Je ne suis plus le Fort que j'étais. Je ne suis plus capable de remplir des missions de façon aussi parfaite. Je me retrouve même à échouer de simple défense de lieu, devant sonner la retraite devant des adversaires possédant une force colossale, mettant en péril la vie des Soldats m'accompagnant.
Cela devait changer. Et c'est aussi ce que pensait mon nouveau maître adoptif, mon nouveau Général, la personne qui me transmet mes ordres. Il souhaitait que je sois suffisamment fort pour être utile sur le champ de bataille, peu importe les circonstances et mon adversaire.
J'imagine que diriger un pion puissant est plus avantageux pour la personne qui le contrôle.

Je m'apprêtais à frapper de nouveau à la porte d'entrée du château, avant de songer à revenir plus tard, à un autre moment de la journée, ou même encore le lendemain. Quand bien même mon supérieur avait annoncé ma venue, la personne qu'il souhaitait que je rencontre était l'homme le plus en vogue du moment sur Quederla. Tout le monde avait son nom à la bouche depuis la prise d'otage du centre commercial.
Soudainement, un bruit de raclement de gorge se fit entendre juste derrière moi. De façon décomplexée et calmement, je me retournais dans cette direction. Ma vie n'était pas en danger : Cet être aurait déjà essayé de me l'ôter si cela était réellement sa décision.
Je me trouvais donc face à l'homme que j'étais venu voir.
Je le dévisageais sans me cacher, avant même qu'il prenne la parole. Le scrutant de la tête aux pieds. Alors c'était ça ? Le fameux ténébreux ? Des cheveux grisonnant, un visage marqué par le temps, une posture qui semblait plus abîmer son corps frêle qu'autre chose. La tenue qu'il portait était en totale contradiction avec son aspect physique. Il semblait un peu trop coquet quand cela touche aux rajouts. Quant à son corps lui-même, il ressemblait à quelqu'un l'ayant abandonné plus qu'autre chose, ne se souciant pas réellement de son apparence en dehors de son habillage. Malheureusement pour lui, même si le paquet était élégant, l'envie de le déballer pour y trouver un cadeau ou une merveille semblait avoir été littéralement négligée.
Nos yeux se croisèrent finalement. Je tenais tête à mon interlocuteur du jour, prêt à l'écouter.

Rumpelstilskin, alias le Ténébreux. C'était bel et bien l'homme qu'on m'avait envoyé rencontrer. Le soi-disant être qui était capable d'offrir des pouvoirs aux autres. Et la personne qui avait envoyé nombreux hommes au casse-pipe lors de la prise d'otage.
Tandis qu'il se présentait, clôturant par un rire légèrement dérangeant, un rictus nerveux pouvait se lire sur mes lèvres.
Non pas que la personne se trouvant face à mon me dérange réellement. Plus que le contact avec les humains en général reste encore quelque chose de nouveau et d'abstrait pour moi. Habituellement, je salue les hommes qui vont mourir à la pointe de l'épée. Et je faisais tout pour éviter de passer du temps avec les hauts gradés. Une fois que je recevais mes affiliations, je retournais là où je me sentais le mieux : à l'entraînement.
Pour répondre à sa courbette, instinctivement, je me mis en garde. L'habitude, direz-vous. Normalement, c'est dans le but de saluer un supérieur. L'homme se trouvant face à moi n'en était pas un. Cependant, je ne connaissais pas vraiment d'autres manières de saluer. Et je me verrais encore moins m'infliger ce genre de courbette.
Prenant la parole rapidement, une fois sa salutation terminée, dans un Quederlien assez approximatif, avec un léger accent Russe :


« Ici Stèphen Shinta, sous les ordres du Général Min Jae Pioh. »


Le ton était formel. Je n'accordais que peu d'importance à mon nom. Et strictement aucune à mon rang. De toute façon, depuis que je vivais en ces lieux, je ne possédais plus vraiment de rang. Et cela n'était définitivement pas plus mal.
Être sous les ordres de quelqu'un d'autre était bien plus simple à vivre que de donner des ordres. C'était ma façon de vivre, jusqu'à présent. Et elle me convenait.
Rumpelstilskin m'invitait à entrer dans son château. Cependant, il ne semblait pas agir pour autant. C'était sa façon de me faire comprendre que ce serait à moi d'ouvrir les portes. Ce n'était pas vraiment dérangeant de soulager un vieillard dans le besoin.
Un rictus amusé pouvait toujours se lire sur mes lèvres, alors que j'abandonnais ma garde, tournant calmement les pieds, offrant mon dos au Ténébreux.
L'instant qui s'en suivit, je posais mes mains sur la porte d'entrée, la poussant dans le but de l'ouvrir, ce qui fait d'une facilité surprenante, vu le calibre de la porte en elle-même.
Je pénétrais dans la demeure de mon hôte tout en maintenant la porte ouverte afin de le laisser entrer à son tour, avant de la refermer.
Mon rictus avait quitté mes lèvres, j'étais calme et disposé.
Je me mis donc en quête de suivre cet homme énigmatique, cible de toutes les suppositions et ragots Quederliens.
Celui-ci nous conduisit jusqu'au salon, non loin de l'entrée. Une fois arrivé dans cette pièce, je m'arrêtais, commençant à la scruter du regard. Analysant quelques temps les lieux. J'attendais que mon hôte s’asseye où il le désirait, s'il le désirait. M'invitant ensuite à m’asseoir où il le voudrait.
Ce salon était assez atypique. Pas dans le sens où il différait des autres salons, mais dans le sens où il était vraiment chargé. Il était rempli de brillanceries diverses et variées. Des trophées dorés exposés dans des vitrines, des tableaux emplis de dorures aux murs. C'était un peu beaucoup trop surchargé à mon goût. C'était à l'image du style vestimentaire de mon hôte. C'était l'emballage. L'emballage d'un cadeau qui ne serait certainement pas à la hauteur du temps et du papier utilisé pour le faire paraître attractif.
Cependant, je n'étais pas en ces lieux pour juger la déco. Il faisait bien ce qu'il souhaitait de son argent. Et pour se permettre de s'offrir un château entier en pleine forêt, cela n'était définitivement pas une question de finance.

Ne sachant pas vraiment comment aborder les sujets, je restais muet. Tant bien parce que mon Quederlien restait relativement approximatif, même si compréhensible, tant bien parce que je n'étais pas spécialement doué pour parler, tout court.
Ce serait à l'hôte de ces lieux de mener la danse.




Revenir en haut Aller en bas
Gwendolyn Ravenflaw

Gwendolyn RavenflawMessages : 765
Date d'inscription : 12/02/2016


Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Empty
MessageSujet: Re: Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']   Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] EmptyVen 19 Aoû - 14:29

Un chien ne discute pas les ordres !

Feat. Stèphen Shinta

Une salutation plutôt étrange, comme s'il était prêt à combattre. Bien sûr cela ne fit aucun effet au Ténébreux car il faut dire que s'il voulait vraiment se battre, il ne partirai pas d'ici vivant, en fait il serait déjà mort à peine qu'il ose lancer une attaque. Alors qu'il se présentait, le Ténébreux ne faisait que de rire, en fait il s'en fichait complètement de lui, surtout s'il était venu là que pour obtenir un pouvoir ou pour une toute autre histoire, cela restait une personne comme n'importe qui alors à quoi cela servait de retenir son nom ou bien son visage. C'est sûr qu'à force de rencontrer des personnes, les visages s'imprègnent dans la mémoire de cet homme, surtout qu'il a une excellente mémoire concernant les voix, les visages, les noms alors bien sûr il n'oublie personne, mais ce n'est pas pour autant qu'il s'intéresse aux autres alors il n'allait pas s'amuser à montrer de l'intérêt pour un homme qui ne le mérite pas, après tout cela ne reste qu'un microbe qui a besoin de la magie pour avoir un minimum d'intérêt, une minimum de chance de survivre dans une ville, dans un monde, qui le surpasse complètement.

Le petit toutou du général se décida enfin d'ouvrir la porte. Au moins il apprenait vite et c'était plutôt bon, surtout qu'il n'avait aucun respect envers sa personne, sûrement capable de faire la plus ingrate des tâches si on lui demande et il fallait bien sûr s'habituer directement à ce que le maître soit le Ténébreux et que ses ordres, ses directives, soient comme la volonté divine, impossible de venir contredire cela et qu'il doit obéir sans poser la moindre des questions. Enfin pour le moment il n'a aucune obligation pour le faire, mais il doit déjà s'adapter au fait qu'on fait les choses à la façon du mage et non à sa propre façon et pour ça il semblait déjà comprendre ce qui n'était pas plus mal. Il prit le pas afin de rentrer en premier, laissant son maître entrer par la suite. Les bras derrière son corps, le Ténébreux avança de manière très naturel, comme si de rien était afin de rentrer dans son domaine, passant à côté du portier improvisé. Même si le soldat semblait être un peu hostile, Rumpel n'était absolument pas impressionné, au contraire, il était tout à fait serein, se sentant bien plus supérieur à lui, à tout le monde il faut le dire en fait. En tout cas il ne restait donc plus qu'à savoir la raison de sa venue pour le maître de ces lieux.

Le soldat ferma la porte une fois que tout le monde était rentré, chose un peu inutile, mais il voulait peut-être éviter les courants d'airs. En même temps les fenêtres sont rarement ouverte, sauf quand Lacey décide de les ouvrir, mais sinon elles restent toujours fermer donc les courants d'airs n'arrivent que rarement, voire jamais en fait. En tout cas les deux personnes avancèrent en direction du salon, un salon à l'image de l'homme qui habite cet endroit. Le soldat semblait vouloir analyser l'ensemble de la pièce, il faut dire qu'il y a beaucoup de chose à voir dans cet endroit, même si c'est beaucoup de chose inutile. Bien sûr tout cela vaut énormément d'argent, vu que c'est de l'or pur qui s'y trouve et pourtant cela n'a aucune valeur aux yeux du Ténébreux, en même temps il peut se faire autant d'or qu'il le souhaite quand il veut, sinon on peut demander à un de ses membres de renflouer les caisses dès qu'il le désire, il suffit simplement de demander à une personne de prendre l'or et hop il se fait plaisir et peut faire ce qu'il veut. En tout cas il a toujours plein d'argent à sa disposition, chose qu'il aura besoin d'ici peu d'ailleurs, alors il gardait tout cela avec lui.

Dans le salon, ils n'étaient que deux et pourtant une troisième personne apparu dans la pièce, comme sortant du sol. Cette troisième personne n'était en réalité que l'ombre du Ténébreux. L'ombre se matérialisa, prenant une forme humaine, du moins plutôt une silhouette entièrement noire qui se mit à s'envoler dans la pièce, voltigeant à côté du soldat pour ensuite venir plonger dans le sol comme si de rien était. Après tout si une personne vient chez le Ténébreux c'est pour une bonne raison, c'est pour passer un contrat donc forcément il faut ce morceau de papier afin de régler son problème, pauvre petite âme en perdition. Le Ténébreux n'avait plus aucune ombre, étant maintenant disparu dans l'immense château pour faire quelque chose impossible de savoir exactement pour l'autre homme alors que Rumpel savait parfaitement ce qu'elle faisait. L'hôte de ces lieux se mouvait dans l'immense pièce, prenant place sur une chaise disponible, en même temps elles étaient toute disponible en réalité vu qu'il n'y avait jamais personne, on pouvait se demander pourquoi il avait besoin d'autant de siège alors qu'il vivait toujours seul. Il invita bien sûr l'individu à prendre place à côté de lui histoire de pouvoir faire ce qu'il faut dès que l'ombre sera de retour.

Alors très cher, tu es venu ici pour quelle raison ? Besoin d'argent ? De puissance ? D'aider une personne ? Je peux absolument tout réaliser alors dis moi tout hihihi.



Les jambes croisées, l'homme était complètement sûr de lui et s'amusait beaucoup de savoir la raison de la venue de cet homme. Il attendit bien sûr qu'il s’assoit à son tour. Le maître avait ordonné de s'asseoir alors il devait le faire sinon il n'obtiendra rien. S'il vient de la part du général pigeon, il devait apprendre tout de suite qui était le maître car c'était évident que lui ne prenait pas part aux idéaux du Ténébreux ou bien de l'Ordre alors il fallait le dompter très vite sinon il pourrait poser beaucoup de problème, de toute façon il savait parfaitement comment mettre la laisse à n'importe quel animal. Dès qu'il fut assit, l'ombre fit de nouveau son apparition avec un morceau de parchemin à moitié rempli ainsi qu'une plume et d'un encrier que l'ombre déposa sur la table juste à côté des deux hommes. Rumpel prit en premier le morceau de parchemin alors que l'ombre reprenait sa place originelle, afin de pouvoir glisser ce morceau de papier à son nouvel ami, plutôt sa nouvelle victime il faudrait dire, mais pour le coup cela restera un ami qui demande de l'aide et dont le Ténébreux va honorer son devoir ; il indiqua un endroit du parchemin où il devait inscrire ce qu'il désirait.

Tu n'as qu'à inscrire ici ce que tu désires et je te dirai mon prix pour l'obtenir, rien de bien compliqué héhéhé.



Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Cesh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Empty
MessageSujet: Re: Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']   Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] EmptyVen 19 Aoû - 16:41







T
andis que je continuais de scruter à la fois la pièce et les déplacements de mon interlocuteur, un invité mystère décida de s'inviter. Un condensé d'ombre, très certainement contrôlé par le Ténébreux, se mouvait dans le salon. Elle ne resta pas en notre compagnie très longtemps.
Je ne donnais aucun signe de réaction à tout ceci.
Depuis que j'avais mis les pieds à Quederla, j'avais pu apprendre une chose : La logique de ce monde n'existe plus. La logique n'a de limite que l'imagination.
Rumpelstilskin pouvait donc contrôler l'ombre. Cela expliquait le fait qu'il soit apparu juste derrière moi, quelques minutes plus tôt, à l'entrée du château. Ce pouvoir semblait tout de même assez efficace. Les assassins les plus renommés de Russie seraient prêt à créer des génocides dans l'unique but de pouvoir se déplacer d'ombre en ombre, ou à l'idée de pouvoir diriger leur propre ombre.
Le niveau de maîtrise de mon opposant était particulièrement puissant. Je n'avais encore jamais croisé personne pouvant se servir d'un élément de la sorte. Comme si c'était sa seconde nature. Il semblait diriger aussi facilement qu'il respire.



S
uite à cette invitation, je ne me fis pas prier et je m'empêchais de rejoindre la chaise aux côtés de celle qu'il utilisait. Une table nous séparait.
Le temps de m'installer convenablement et mon vis-à-vis reprenait la parole. Il souhaitait savoir de moi quelles étaient mes intentions, mes motivations, le fruit de mes désirs.
Cependant, il aurait pu se douter d'une chose :
Si je suis actuellement en ces lieux, auprès de lui, ce n'était pas de mon plein gré, ni de ma propre volonté. Je ne possédais pas suffisamment de recul sur la vie de la cité. Même si j'étais arrivé le jour-même de la révélation de l'Ordre au reste des habitants, les objectifs de mon interlocuteur restaient assez vague. Quels qu'ils soient, je n'en avais que faire. Si j'étais en ces lieux, c'est parce que l'on me l'avait ordonné.
En tant que Soldat, je ne désirais rien d'autre que d'obéir aux ordres qui me sont transmis. En tant qu'être humain, je dois avouer que depuis mon arrivée en ces lieux, je souhaitais redevenir le fier Soldat invaincu sur le champ de bataille que j'étais jusqu'à peu.
Le rire de cet homme semblait ponctuer ses phrases. Il ne pouvait pas s'empêcher de ricaner après chaque sentence. Cela ne me dérange pas tant que ça. Au contraire, vu mes difficultés apparentes en Quederlien, ça me permettait de savoir instinctivement lorsque ce serait à mon tour de parler.


« La raison de ma venue en votre demeure est relativement simple, en soit.
Mon Général, Min Jae Pioh, suite à l'échec de ma dernière affectation, face à l'As Domae, m'a ordonné de devenir suffisamment fort, afin de pouvoir tenir réellement tête aux élites des familles. Suite à cet ordre, en privé, il m'a redirigé vers votre personne.
Je n'ai ni besoin d'argent, ni besoin d'aider une personne en particulier. Si je suis face à vous en ce jour, c'est parce que l'on m'a ordonné de devenir plus puissant. »



M
es paroles étaient prononcées d'un ton calme, très formel. Mon expérience d'élocution en cette langue était assez limitée. Je parlais donc lentement dans le but d'être le plus compréhensible possible. Mon accent Russe se jouait de ma langue et de mes paroles. Mais je ne pouvais pas m'en défaire si facilement.
L'ombre fit son retour à nos côtés. Elle tenait un parchemin et le nécessaire pour écrire. Le Ténébreux l'avait donc contrôlé tout ce temps afin de ramener le nécessaire dans le but de passer un contrat. Un parchemin, une plume et de l'encre. C'était assez vintage comme présentation, le contraste avec l'état de la pièce dans laquelle nous nous trouvions était assez amusant, en définitive.
La fusion de Rumpel avec son ombre, tandis qu'il saisissait le parchemin était assez plaisant au regard. Ce monde était bien loin de tout ce que j'avais vécu jusqu'à présent.
Le papier me fit transmis assez rapidement. Je le lisais en diagonale.
Selon les dires de mon hôte, je n'avais plus qu'à écrire ce que je désirais. Et en fonction de mon désir, un prix serait à payer. Comme il le sous-entendait. Ce n'était pas bien compliqué et cela semblait même étrangement honnête. Dans le monde, dans la vie, toutes choses ont un prix.
Je reposais la feuille sur la table, prêt de la plume et de l'encrier.


« Ce que je désire est assez simple. Je désire simplement la possibilité de pouvoir mener à bien les ordres que je tiens de mon Général.
Je dois aussi vous avouer, que je comprends assez mal le fonctionnent des pouvoirs des familles. Mais si c'était possible, je souhaiterai pouvoir ressusciter l'âme des armes que j'ai fais tomber sur le champ de bataille. Afin de leur accorder un dernier requiem triomphant. »
(c) Lae/Matena


Revenir en haut Aller en bas
Gwendolyn Ravenflaw

Gwendolyn RavenflawMessages : 765
Date d'inscription : 12/02/2016


Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Empty
MessageSujet: Re: Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']   Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] EmptyVen 19 Aoû - 21:29

Un chien ne discute pas les ordres !

Feat. Stèphen Shinta

Il ne semblait pas être impressionné de voir le Ténébreux s'amuser avec son ombre, faire ce qu'il désire quand il le veut. C'est vrai qu'au final cela reste quelque chose de commun à Quederla, mais cela se voyait qu'il ne l'était pas lui, de Quederla. En tout cas il semblait avoir un sang froid à tout épreuve et c'était pour son honneur. Vu comment il s'exprimait, cela se sentait clairement qu'il n'était pas du coin, surtout avec son accent et à sa façon de parler, de manière très lente, provenant d'un autre pays c'était sûr, mais il était là et il allait devoir faire un effort car sinon il allait se faire arnaquer, du moins encore plus que prévu, ou bien carrément partir de là avec un coup de pied au cul et sans rien à se mettre sous la dent. Néanmoins il expliqua la raison de sa venue dans le château de Ténébreux et il avait vu juste depuis le début, c'est un faible. C'était assez simple de le cerner, le meilleur de son pays, on l'a affecter dans une ville inconnue pour se rendre qu'au final il ne fallait pas mieux qu'un cafard car tout le monde dans la ville est bien plus fort que lui et donc il vient quémander la queue entre les jambes de la puissance pour surpasser les autres.

Le soldat semblait essayer de lire ce qui était inscrit sur le parchemin, chose qu'il devait sûrement être impossible pour lui. Bien sûr il pouvait comprendre le principal s'il se débrouille dans la langue de Quederla, mais impossible de lire certaines parties du parchemin étant écrite dans la langue ancienne de Quederla, chose que même si qui habite en ville en sont incapable. En tout cas ce n'était pas faute d'essayer de lire tout cela. Très vite il devait abandonner l'idée vu qu'il reposa le parchemin sur la table, sans même vouloir prendre la plume, laissant cela ainsi entre les deux hommes. Cela fit sourire le Ténébreux, plus que d'habitude, car il avait clairement compris qu'il ne savait pas ce qu'il voulait et donc que Rumpel pouvait faire ce qu'il voulait de lui, obtenir tout ce qu'il désire de cet homme et pour ça il n'avait qu'à lui demander. Il pourrait même lui donner des poissons rouges s'il le désirait et demander la tête du maire de la ville, qu'il sera obligé de respecter ce marché sinon cela allait être sa tête à lui qui allait décoré le salon de l'être le plus puissant qui existe en ville.

En tout cas tout ce qu'il voulait c'était pouvoir obéir et être enfin respecter pour réussir à faire les missions qu'on lui confie. De cette façon, le maître de l'Ordre savait qu'il pouvait demander n'importe quoi à cet homme qu'il acceptera vu qu'il ne pense qu'à obéir à son général et qu'il respectera sa part du marché vu que c'est comme si c'était l'ordre de son supérieur ; étant lui-même sous les ordres d'une personne encore plus influente que lui. Même s'il ne savait pas ce qu'il voulait, il avait déjà une bonne idée de ce qu'il désirait, pouvoir contrôler l'âme qui hante les armes de ses morts, quelque chose qui puisse manipuler les armes et le Ténébreux savait parfaitement quoi lui donner afin de combler ses désirs et qu'il soit amplement satisfait. Rumpel reprit donc le parchemin ainsi que la plume et se m'y à écrire dessus. Il confiait le pouvoir du métal à cet homme, et en échange il réclamait une chose très simple à obtenir, du moins quelque chose qui à l'air simple, en y précisant une durée également, que cela soit pour le temps qu'il allait garder le pouvoir que pour le temps qu'il a afin de respecter son engagement. Une fois cela inscrit, le Ténébreux apposa sa marque en bas du parchemin pour ensuite confier tout cela au futur contractant pour qu'il puisse le devenir réellement.

Rien de mieux que la maîtrise du métal pour retourner les armes contre leur propriétaire. Signe ici et tu obtiendras ce grand pouvoir. Par contre la magie a toujours un prix alors en échange de ce don que je t'offre je te demanderai de faire une petite chose pour moi. Hihihih. Il te suffira simplement de me ramener un objet comme une écharpe, une brosse à cheveux, un pull, ou autre, d'un Domae tout simplement. Rien de bien compliqué, même pour toi.



Le Ténébreux lui laissa du temps pour qu'il puisse signer ce fameux contrat qui lui permettra de contrôler les armes des défunts, comme des vivants par la même occasion. Qu'importe de la façon qu'il signe, même avec une simple croix suffirait amplement car c'est plus la main qui importe que ce qui est inscrit en réalité, enfin la personne qui signe en fait que la signature. Dès que la signature fut imposer, tout était conclu entre ces deux hommes ; le Ténébreux allait obtenir une nouvelle fois ce qu'il désire pour son plan final, et le soldat venait d'obtenir une chose qui lui permettrait enfin d'être utile à son général. Le contrat signé, tout le matériel, y compris le parchemin, disparu de la table dans une sorte de flaque noir, une ombre tout simplement pour retourner à leur place d'origine tandis que le Ténébreux lui aussi disparaissait dans son ombre pour ressortir, et donc apparaître à nouveau, à côté d'une immense armure faite de métal plutôt imposante, plus de deux mètres, disposant d'une épée qui pointe sur le sol. Le Ténébreux lui montra cette armure pour qu'il puisse s'entraîner et lui montrer qu'il avait remplit la part de son contrat, lui fournir un pouvoir capable de contrôler les armes.

Héhéhé. Essaye de contrôler cette armure. Tu verras, le pouvoir à quelque chose de.. grisant de plaisir.



Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Cesh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Empty
MessageSujet: Re: Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']   Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] EmptyDim 21 Aoû - 21:59







L
es ordres sont les ordres. Ils ne sont pas à négocier, ils ne sont pas à être remis en cause, ils ne sont pas à mettre de côté. C'est ce que je connaissais de la vie. Un ordre de son supérieur est le Saint Graal qu'un Soldat comme moi se doit de remplir. La nature de l'ordre n'a pas à être prise en compte. Je dois juste l'accomplir.
Même si, aujourd'hui, l'ordre en question est plutôt cruel. Je m'apprêtais à signer un contrat avec l'homme qui m'avait accueilli le jour-même de mon arrivée avec bon nombre de détenteurs de pouvoir assoiffés de sang. La prise d'otage du centre commercial avait été orchestré par cet homme. Du moins, c'est l'idée que je m'en faisais. Si c'était mon interlocuteur qui leur avait offert leurs pouvoirs, il était naturel de penser qu'il en était le responsable.
Le Gouvernement m'aurait certainement ordonné de prendre sa vie, s'il savait que je me trouvais actuellement en sa présence. Malheureusement pour l'institution, ils m'avaient placé sous les ordres d'un autre homme. Ils m'avaient affilié au Général Min Jae Pioh. Certainement, ils avaient du prendre en compte le fait que nous soyons tous deux des immigrés, songeant à l'idée que le contact passerait mieux entre nous, qu'avec un autre donneur d'ordre.
Et ils avaient eu tord. Peu importe de qui vient l'ordre, tant que je suis sous sa régence, je les accepte. Et l'ordre que j'avais reçu de mon supérieur, c'était celui de rencontrer le Ténébreux et d'obtenir la puissance nécessaire afin de mener mes futures missions à bien. Laisser s'échapper un membre du Conclave Domae avait été la goûte d'eau qui fit déborder le vase. Je me trouvais au bon endroit, au bon moment, j'avais été utilisé intelligemment. Mais les circonstances ont fait que la capture ou la mise à mort n'avaient pas été possible. Avec un peu plus de pouvoir, en se reposant sur ma science du combat ou même de mon instinct de Soldat sanguinaire, un grand chapitre aurait pu être tourné sur la ville de Quederla. Mettre l'As d'une des deux familles hors compétition aurait été un message fort. Le message aurait été simple : Le Gouvernement est capable de mettre à mal les familles, sur le terrain, sans armée imposante.



L
e contrat m'était retourné, tandis que mon vis à vis se lançait dans une longue tirade.
Je n'avais plus qu'à le signer et notre pacte infernal serait celé. Cet homme en attendait que très peu de ma personne. Et cela m'arrangeait. Mes ordres, je les tire de mon Général. Accomplir une mission pour Rumpel en échange d'une mission accomplie pour mon supérieur était quelque chose que je trouvais assez honnête. Après tout, c'est lui qui me permettrait de ne pas perdre la face, de nouveau, contre mes futurs adversaires. Et à en juger les réactions de l'armée, me savoir capable de tenir tête contre un membre du Conclave imputait que je me retrouverais très rapidement sur le front. Sur le champ de bataille, ma seconde maison.
La seule différence, c'est qu'à compté de ce jour, je devrais être impérativement victorieux. Je devrais prendre la vie de mes adversaires, ou perdre la mienne au combat.
Personne ne devrait savoir que je possède un pouvoir.
Personne ne doit savoir que je contrôle le Métal. L'agent des renseignements, Anae Ginko, que j'avais rencontré m'avait bien informé sur la situation. Si l'information de ma possession de pouvoir se répandait, je serais très certainement enfermé en prison... Je serais un pariât. Étant étranger, il n'existe aucun autre moyen pour moi, d'obtenir un pouvoir. Tout le monde aurait conscience que j'avais passé un pacte avec le diable.
La prison n'était pas si menaçante pour moi, maintenant que le contrôle du métal m'est accordé, en y réfléchissant. Je serais très certainement exécuté ou contrôlé par d'autres possesseurs de pouvoir... M'enfin, là n'est pas la question. J'obéis aux ordres.



U
ne fois la tirade de mon opposant terminée, n'ayant rien a négocier, acceptant toutes les closes de notre contrat, je m'empressais de saisir la plume et de signer d'un « Stfen » en bas de la page.
Je devrais donc lui récupérer quelque chose qui posséderait l'ADN d'un Domae. Soit. Je préférais cela, plutôt que de récupérer celui d'un Elementis, dans l'idée. Je serais plus à-même de me battre contre le possesseur d'un animal, que contre le détenteur d'un élément, dans ma condition actuelle. Cela risquerait de changer, lorsque je contrôlerai ce nouveau pouvoir, me permettant de combler mes faiblesses : Le combat contre un élément, le combat à distance.
Les possibilités qui s'offriraient à moi, contrôlant le métal, deviendraient presque infinie. Ce n'est pas pour autant que je négligerai mon entraînement physique, mon corps. Cela reste, quoi qu'il arrive, mon arme ultime. Ces mains qui ont ôté tellement de vies, jusqu'à présent. Avec un peu de recul, il était clair que je prenais du plaisir à l'idée de réussir mes missions parfaitement. Quand je vivais toujours en Russie, à Moscou, cela impliquait forcément le meurtre. Cela ne m'avait jamais dérangé, pas même une seule fois.



L
égèrement surpris à la disparition du parchemin, de la plume et de l'encrier. Mais il en faudrait tout de même plus pour me soutirer un haussement de sourcil.
L'instant qui s'en suivait, mon interlocuteur disparu à son tour. Me laissant seul que de brefs instants. Je restais assis tout en attendant son retour. La capacité de contrôler les ombres, de se mouvoir grâce à elles était quelque chose de redoutable.
Alors comme ça, je pourrais essayer de contrôler cette armure qui venait d'apparaître avec son retour ?
Je me relevais lentement, de ma chaise, faisant deux ou trois pas en arrière, inclinant la tête sur la droite, puis la gauche, étirant mon cou.
Mon rythme cardiaque s'accéléra rapidement. Je n'avais rien senti après avoir signé ce bout de papier, mais maintenant que j'étais debout, je ressentais comme un mal-être à l'intérieur de mon corps. Rien d'insurmontable. Ce n'était pas tant désagréable, cependant, on ne pouvait pas dire pour autant que c'était agréable. Je ressentais cela comme si quelque chose de bouché à l'intérieur de mon être venait finalement de s'ouvrir et de s'écouler au travers de mes veines.
Je secouais de nouveau le visage, comme pour chasser cette sensation.
Je faisais face à l'énorme armure de métal. Levant mon bras droit dans sa direction, me concentrant uniquement sur elle. Je n'ouvris pas la bouche, mais je pensais très fortement : « Bouge ! »
Comme si l'armure écoutait mon appel, elle commençait à se mouvoir. Difficilement, dans un premier temps, elle bougeait de façon désordonnée. Un léger sourire commença à prendre forme sur mon visage. Je me concentrais un peu plus. Je faisais le vide à l'intérieur de mon crâne. Je ne pensais plus qu'à faire avancer cette armure.
Elle semblait réagir à mes pensées. D'abord la jambe droite, puis la gauche. Le haut du corps de l'armure se mettant à pencher en arrière, le redressant d'une autre pensée.
Je m'efforçais de reproduire cette action, une fois, deux fois, plus rapidement, trois fois, quatre fois.
L'armure était juste en face de moi, maintenant.
Je laissais échapper un léger soupire de soulagement.
Je pouvais déplacer du métal par la pensée. Bien. C'était un bon début...
Maintenant, je voulais plus. Je ne savais pas jusqu'où je pourrais aller, je n'avais pas qu'à essayer, encore et encore, évoluer et perfectionner ma maîtrise.
Je fis un pas en arrière, me concentrant de nouveau sur l'armure. Je lui fis soulever le bras portant l'épée. Celle-ci rentra en contact avec le heaume métallique dans un léger bruit vite absorbé par la grandeur du salon dans lequel nous nous trouvions.
Ma concentration s'amplifiait petit à petit. Pour l'instant, rien ne se passait. Je continuais de me concentrer, je commençais à forcer. Mon rythme cardiaque s'accélérait légèrement.
La lame de l'épée commençait à s'épaissir, petit à petit, tandis que le côté opposé de l'endroit où l'épée reposait sur le heaume commençait à se réduire, à s'évaporer.
Je maintenais ma concentration, je continuais mon transfert. La lame grossissait à vue d’œil, le heaume diminuait.
Au moment où l'épée avait quasiment doublé de volume -et où le heaume s'était vu amputé de sa moitié- je flanchais légèrement. Faisant un pas ou deux en arrière, la tête me tournait quelques peu et un mal de crâne naissant semblait se réveiller.
J'avais relâché mon contrôle, ma pression sur l'élément. Le bras que je maintenais en l'air retomba rapidement sous le poids de l'épée qui s'écrasa au sol.
Ma main droite, qui était auparavant en l'air, en direction de l'armure, vint se poser sur mon front. Je secouais légèrement le visage.
Était-ce réel ? Ce qui venait de se produire ? C'était réellement moi qui avait fait tout cela ?


« Vous.. Vous vivez avec ce genre de possibilités depuis... Toujours ? »


J
e me ressaisissais lentement, me mordillant la lèvre inférieure quelques instants. Mon corps se retourna en direction du Ténébreux.
Le contrat était donc bien passé. Nombreuses idées commencèrent à fuser dans mon esprit. Comme trouver du métal d'excellente qualité, essayer de nouveau de le manipuler, de le transporter, de le changer.
Mais ce ne serait pas le lieu de tout ceci. Je ne tarderais certainement pas à me faire congédier par mon hôte.


« J'honorerai ma part du contrat, et je vous rapporterai l'objet de vos désirs. »
(c) Lae/Matena


Revenir en haut Aller en bas
Gwendolyn Ravenflaw

Gwendolyn RavenflawMessages : 765
Date d'inscription : 12/02/2016


Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Empty
MessageSujet: Re: Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']   Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] EmptyLun 22 Aoû - 17:17

Un chien ne discute pas les ordres !

Feat. Stèphen Shinta

Le soldat possédait maintenant son pouvoir, un pouvoir capable de maîtriser tout ce qui est fait de métal, comme par exemple des armes que tout le monde semble maîtriser dans la ville et donc cela lui donnerai un gros avantage, surtout contre ceux qui se battent en armure de métal. En tout cas pour le moment il devait s'entraîner, vérifier par lui-même que le Ténébreux avait accompli la part de son contrat afin qu'il soit dans l'obligation de remplir sa partie du contrat par la suite s'il désire continuer à s'amuser avec autant de puissance. Bien sûr il ne l'avait pas encore mit en garde sur le temps qu'il avait pour accomplir cela, mais surtout les obligations que le contrat lui incombe, après tout le Ténébreux était quelqu'un de très prudent qui assurait ses arrières et donc il fallait faire en sorte que tout le monde garde le silence, que ça soit par oral ou par écrit, personne ne doit savoir ce que le Ténébreux fait ou manigance, hormis ceux qui font parti de l'Ordre donc il devait avoir des sécurités pour les autres personnes.

En tout cas pour le moment c'était l'heure de tester son élément pour voir ce qu'il était capable, même s'il allait sûrement galérer dans en premier temps vu qu'il n'a jamais été un adepte de la magie et en plus c'était son tout premier contrat. Néanmoins le Ténébreux savait parfaitement qu'il pouvait facilement réussir à maîtriser une simple armure ne métal sans aucune âme et surtout il pouvait se concentrer autant de temps qu'il voudra vu qu'il n'est pas dans une situation critique ou autre donc il pouvait s'amuser autant qu'il le voudrait pour le coup. Ce n'était vraiment rien de compliqué du coup à faire, mais il allait devoir se concentrer un peu. Rumpel restait à côté de l'armure, il n'avait absolument pas peur qu'il se retourne contre le Ténébreux, toute façon le contrat était là, car il pouvait facilement contrer une armure où son nouvel ami n'avait aucune réelle maîtrise alors que le Ténébreux est bien plus puissant et même si lui n'a pas le métal, le reste de ses pouvoirs pourront facilement le contrer sans aucun problème.

Il tentait dans un premier temps où il ne se passait rien, mais très vite l'armure se mit à se mouvoir, sortir de son socle pour venir avancer en direction du soldat qui le contrôlait. Voilà, il savait maintenant que le Ténébreux avait remplit la part du marché et qu'il était désormais capable de rivaliser avec n'importe qui dans la ville, pouvoir rivaliser et gagner contre n'importe qui, s'il s'en donne les moyens bien sûr. En plus de vouloir faire marcher l'armure métallique, il voulait faire des tests, après tout il a entièrement le droit de le faire, il veut tester son nouveau pouvoir et il a parfaitement raison. Malheureusement le Ténébreux n'avait pas toute la journée, surtout qu'il l'avait interrompu durant sa recherche donc il avait également d'autre chose à faire, même si les contrats passeront toujours en priorité sur les autres occupations. Le Ténébreux laissait faire le soldat s'amuser comme il le voulait, se rendant de nouveau à son siège où il était de base, faisant signer le contrat. Il voulait savoir si le Ténébreux vivait avec ce genre de pouvoir depuis toujours, il n'y risquait rien d'y répondre après tout, donc il pouvait être honnête, et puis cela servait à quoi de mentir ?

Ma vie entière n'est fondée que pour obtenir ce genre de pouvoir. J'ai été façonné pour l'être, le pouvoir n'est que ma raison de vivre.



Même s'il n'avait pas eu tous ces pouvoirs là depuis sa naissance, c'est tout comme car il est né pour l'être, c'est juste qu'il y a eu quelques retards dans le programme à cause d'un individu, mais cela c'était une autre histoire et surtout du passé donc cela ne servait à rien d'en faire mention, et encore moins à un inconnu. Néanmoins il avait eu sa réponse, même si elle était très flou. En tout cas il semblait être content de son nouveau pouvoir, semblant pensif, sûrement réfléchissant déjà à comment il va pouvoir user de son nouveau pouvoir ou bien comment il va accomplir la part de son contrat, mais le fait de lui donner un délai risque d'accélérer un peu les choses et accentuer sa réflexion et surtout prendre une décision beaucoup plus rapidement. Bien assit sur son siège, Rumpel regardait son nouveau contractant, admettant qu'il va accomplir sa part du marché, tout était parfait, surtout qu'il semblait être quelqu'un qui obéit aux ordres, qu'importe la situation et ce qu'il risquait de bien pouvoir subir alors il était confiant, surtout pour cela qu'il ne pouvait retenir ses rires, toujours des petits rires perfides que lui seul à le secret.

Ne m'oublie pas si tu comptes garder ce pouvoir, tu n'as que deux mois pour me ramener l'objet de mon désir sinon tu perdras ton pouvoir héhéhé... D'ailleurs, ne compte même pas me trahir, ne serait-ce l'idée de te retourner contre moi. Tu ne tiens pas à ce que ta tête vienne décoré mon magnifique salon je présume ghihihihi.



Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Cesh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Empty
MessageSujet: Re: Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']   Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] EmptySam 27 Aoû - 16:02







J
e prenais le temps de reprendre ma respiration, je m'étirais lentement. Ma tête s'en allait de droite à gauche tout doucement. Un léger soupir s'échappa de mes lèvres avant de chasser cette armure et ce contrôle du métal de mes pensées. J'allais avoir tout le loisir de maîtriser cet art, de le peaufiner et de le travailler à ma sauce. De nouvelles perspectives allaient s'ouvrir face à moi. Je pourrais adapter ce pouvoir à ma façon de combattre, refaçonner moi-même mes armes, mon armure. Je pourrais neutraliser les armes de mes opposants, je pourrais les relever contre eux. Bien trop de possibilités allaient s'offrir à ma personne dans le futur. Cela ne se ferait évidemment pas du jour au lendemain, j'en avais bien conscience. Je devrais même certainement devoir repasser des contrats avec cette personne si singulière. Je devrais très certainement renouveler cette expérience, même si lors de mes futures visites, tout ceci se passera de façon nettement plus agréable et rapide. Rumpel était un homme qui fonctionnait sur le principe du « donnant-donnant ». Si il recevait une contre-partie qui l'arrangeait, il était prêt à offrir un pouvoir, même à une personne qui, sur le papier, devait être un ennemi. Même si je ne m’imaginais pas me retourner contre lui pour l'instant, quoi qu'il en soit. Je ne m'imaginais pas me retourner contre qui que ce soit, à l'heure actuelle. Si j'étais présent dans ce château, aujourd'hui, c'était sous ordres de mon général. Ce général qui avait sous-entendu que l'armée était complètement dépassée par les événements. Certes, le maire de Quederla avait fait venir une armée sur la ville dans le but d'essayer de rétablir le chaos qui y régnait. Certes nous étions nombreux. Mais ils étaient tous faible. Les combattants ayant du mérite au sein des bataillons étaient que peu nombreux. Et même si je me voyais très bien prendre part au combat aux côtés de certaines rencontre que j'avais pu faire. Si nous étions voué à affronter autre chose que des domae, même les meilleures capacités physiques se verraient entravées face à un groupe d'élémentis.
Mon général avait souhaité que je puisse me battre seul, contre ces fameux élémentis, et remporter des victoires. Peu importe les moyens et la manière. Si nous voulions que l'armée reste forte et continue de jouer un rôle dans le quotidien de Quederla, nous devions être capable de ne pas perdre du terrain, jours après jours. Ce qui s'était passé lors de mon premier jour en ces lieux, lors de la prise d'otage du centre commercial, était définitivement l'exemple d'une armée faible : Ce n'est même pas nous qui avons réglé cette situation à proprement parler. Si je n'avais pas fais moi-même parti des otages, il n'y aurait eu aucun haut-fait mené par l'armée. Autant dire que c'était dérisoire et pitoyable.
Je m'en étais rendu compte lors de mon affectation à l'hôtel de ville. Certes les gardes du bâtiment était une gêne, certes les Soldats qui étaient en ma compagnie était bien entraîné et suivaient mes ordres. Mais ce n'était pas suffisant pour affronter ces monstres à armes égales. Le choix n'existait pas. Pour pouvoir défier et contrecarrer leurs plans, il fallait devenir soit-même un monstre. Et d'une certaine façon, cela m'arrangeait. Je souhaitais, au fin-fond de mon être, redevenir l'homme que j'étais auparavant. Le fier Soldat se battant seul, remportant toutes les victoires possibles et imaginables. Tous les paramètres avaient été modifiés et le doute m'avait gagné. Mais maintenant que j'avais reçu l'ordre de devenir moi-même un monstre en passant un pacte avec le Diable, la balle était dans mon camp, et ce serait mon devoir de redevenir cet être, cette monstruosité.



F
ace à mon hôte, j'écoutais ses paroles. Un homme dont l'existence seule n'était liée qu'au pouvoir. Je ne lui jetterais pas la première pierre. Ma vie entière a été fondée sur le fait de réussir des missions et d'accomplir des ordres. Les ordres que j'ai reçu et que je reçois n'ont toujours été que ma raison de vivre. Cela nous faisait un point en commun, même si la nature même de notre existence était différente. L'être atypique qui se trouvait face à moi semblait correspondre à l'image que je m'étais faite du supérieur des hommes que j'avais affronté lors de la prise d'otage. C'était quelqu'un qui était prêt à sacrifier la vie de nombreuses personnes uniquement dans l'objectif d'atteindre son objectif. Rumpel était définitivement quelqu'un de dangereux. Mais cela ne me dérangeait pas réellement. Toute ma vie, j'avais pu côtoyer des personnes de son acabit, prêt à sacrifier les faibles dans le but de réussir leurs propres objectifs. Même si les faibles peut être apparenté à une ville entière. Quoi qu'il en soit, cela ne me regardait pas. Il pouvait bien faire ce qu'il souhaitait, tant que mes ordres ne nous mettait pas en opposition direct. Nous ne devons pas nous leurrer. Pour qu'un équilibre existe dans une ville aussi chaotique que Quederla, toutes sortes de partis doivent exister. Tant bien l'Ordre, que les Domae, les Elementis et le Gouvernement. Pour en arriver à une sorte de statu quo, il fallait que les 4 grands groupes de la ville soit suffisamment puissant pour qu'aucun d'entre eux n'ose agir de nouveau. Du moins, n'ose agir de façon exponentielle. Le prochain qui tenterait une action d'envergure se verrait forcément subir le contre-coup des trois autres. Ce n'était pas une mauvaise situation. Moi qui venait d'un Empire avec un sens quasi unilatéral, cela ne me déplaisait pas. Quederla était une ville de tous les possibles.
Je possédais donc deux mois pour remplir mes obligations. Cela me semblait honnête. Dans ce laps de temps, je serais à-même de mieux contrôler mon pouvoir. Et je dois avouer que les Domae ne sont pas les ennemis qui me font le plus peur. Certes, en affronter un revient à se battre contre deux entités. Mais je me tiendrais pour autant bien éloignés de créatures aqueuses, de prison d'eau, de tornades, d'éclairs ou toutes autres sortes d'éléments. Je devrais théoriquement pouvoir m'en sortir. Quant à la possibilités de la trahir, les ordres de mon Général étaient assez clairs :
Personne ne devrait jamais savoir ce qui venait de se passer dans ce château en dehors de nous trois. Je devrais faire extrêmement attention lors de mes utilisations de pouvoir. Du moins, dans un premier temps. Je ne sais comment mon supérieur voit le futur. Mais s'il a prit la décision de m'envoyer en ces lieux, c'est très certainement avec l'idée de ne pas se retourner de suite contre Rumpel. Mais de ce côté là, ce n'était pas à moi de me prononcer. Je ne fais que suivre les ordres.


« Je ne vous oublierais pas. Je vous ramènerais un objet appartenant à un Domae dans le temps impartie. J'en ferais une de mes priorités. Et comme vous le soulignez si bien, je ne tiens pas à voir ma tête décorer votre magnifique salon. Sauf si l'ordre m'en était donné. »


L
âchant un léger rictus amusé par ma dernière phrase.
Après tout, c'était encore les ordres qui dictaient ma vie, mais maintenant, j'étais plus ou moins capable de m'en amuser. Depuis mon arrivée sur Quederla, mes capacités de libre-arbitre se développaient de plus en plus. Peut-être même qu'un jour, je suivrais mes propres ordres. Mais le temps n'est pas encore arrivé.


« Je me permets de vous demander s'il y a d'autres choses que je dois savoir ? Ne vous en faites pas, je ne compte pas révéler votre présence en ces lieux, ni les modalités de vos contrats. »

(c) Lae/Matena


Revenir en haut Aller en bas
Gwendolyn Ravenflaw

Gwendolyn RavenflawMessages : 765
Date d'inscription : 12/02/2016


Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Empty
MessageSujet: Re: Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']   Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] EmptyDim 28 Aoû - 15:12

Un chien ne discute pas les ordres !

Feat. Stèphen Shinta

Tout était parfait. Le Ténébreux commençait à obtenir ce qu'il désirait doucement, même s'il savait que cela allait être long d'obtenir exactement tout ce qu'il a besoin pour accomplir son plan, peut-être cela lui prendra encore quelques années, peut-être qu'il se concentra uniquement sur ce qui est intéressant au lieu de tout vouloir, mais pour le moment ce ne sont plus que des tests qu'il opère en espérant que ça fonctionnera parfaitement. Néanmoins il savait parfaitement que la magie et le pouvoir ont un prix et surtout qu'il ne pourra pas en abuser alors doucement il allait accomplir son but. Rumpel espérait bien sûr qu'il ramène l'ADN d'un Domae utile, comme par exemple celui d'un animal toxique comme par exemple les mygales, ou bien dangereux comme les boas, mais même s'il ramène quelque chose comme les hamsters ou bien les raton-laveurs, cela serait déjà une petite avancé et puis après il pourra toujours être utile et plus précis car dès que le soldat aura goûter au véritable pouvoir, il ne pourra plus s'arrêter et reviendra comme le petit toutou qu'il est tout simplement, pour le plus grand plaisir du Ténébreux.

Au moins il était bien obéissant comme homme. Il était même prêt à se sacrifier, à mourir bêtement, si jamais son général lui en donne l'ordre. Il faut dire que c'est très rare des personnes aussi facilement dévouées à une cause, mais aussi les plus dangereux car il suffit de leur donner l'ordre de se rebeller et voilà avec une épine dans le pied. Néanmoins Rumpel n'est pas si idiot dans l'histoire car il avait bien cerner cette personne, en même temps il a un don pour analyser les personnes et surtout trouver leur point faible rapidement donc c'est une chose aisée d'adapter les contrats en fonction des personnes, même si certains termes ne changent jamais. Tant que le Ténébreux et le soldat seront en contrat, il serait impossible pour cet homme de se rebeller contre son généreux donateur sous peine de mourir avant même d'avoir poser atteinte à la personne de Rumpel alors il était serein et ne craignait rien ; puis une fois le contrat terminé, cette personne ne sera plus un problème et puis il ne sait rien sur l'Ordre ou de compromettant donc si jamais il parle, il se fera juste renvoyer et sûrement exécuté pour avoir oser comploter avec un homme aussi dangereux que le Ténébreux et cela permettra simplement de faire une belle publicité aux Ténébreux d'avoir réussi à infiltrer le gouvernement en plaçant des sortes de pions dedans.

Le soldat lâcha un petit rire, exactement comme le Ténébreux qui s'amusait grandement de voir à quel point tout se passe exactement comme il le désire et qu'en plus on lui facilite même la tâche par moment. C'était quelque chose de plutôt comique il faut dire car même si l'Ordre est la plus grande menace dans la ville, bien plus que les familles ou bien le gouvernement, tout allait dans leur sens. La prise d'otage de la ville c'était passé merveilleusement bien, après cela l'Ordre grandissait de plus en plus, de nouvelles têtes venaient quémander des pouvoirs, même ceux qui ne devraient pas en avoir comme le soldat et le Ténébreux ne faisait que gagner en puissance avec sa nouvelle découverte, donc tout était tout simplement parfait et tout se déroulait comme prévu, même si cela allait être long, mais Rumpel est quelqu'un de très patient, cela n'est pas dérangeant. En tout cas le soldat voulait savoir s'il y avait autre chose à dire au sujet des contrats ou bien des pouvoirs, tout en rassurant sur le fait qu'il ne trahira pas le Ténébreux. En entendant cela il lâcha un petit rire amusé de la situation. Le soldat ne savait sûrement pas, mais cela ne servait à rien de le dire car il était obligé de garder le silence sur tout cela sous peine de souffrir, voire de perdre la vie alors cela n'avait qu'un but d'amuser le mage noir tout simplement.

Il ne te reste qu'une chose à savoir très cher. Ne revient pas les mains vide la prochaine fois hihihihihi.



C'est bien beau de vouloir demander des choses au Ténébreux, mais quand on a rien à offrir de sa pauvre personne, on essaye de faire plaisir quand même à son hôte. Pour la première fois il laisse faire car ils ne sont pas forcément au courant de ce que Rumpel désire, même lui ne sait pas toujours ce qu'il désire à vrai dire, mais les fois suivante, ils peuvent apporter quelque chose ; après quitte à ce que cela soit refuser et qu'il demande autre chose, mais au moins ils auraient tenter de ramener quelque chose qui pourrait peut-être intéresser le magnifique Ténébreux. Lâchant un dernier petit rire, Rumpel n'avait plus rien à faire là, il avait d'autre chose à faire et puis le soldat n'avait plus besoin de rien d'autre, puis s'il a besoin d'autre chose il n'aura qu'à apprendre par lui-même. Le Ténébreux disparu dans son ombre pour repartir par la suite dans la forêt faire ses emplettes et continuer d'explorer l'immense forêt autour de son château car il faut dire qu'elle est très grande et continue d'avoir des nouvelles découvertes à l'intérieur. Néanmoins avant de réellement partir et quitter son château, il restait dans l'ombre, bien caché afin tout de même de vérifier que son invité parte bien du château sans rien toucher car si jamais il le fait, il ne partira jamais du château, personne ne vole le Ténébreux, personne !


Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Cesh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Empty
MessageSujet: Re: Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']   Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae'] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un chien ne discute pas les Ordres [PV: Bae']
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-