Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le Deal du moment : -40%
-30% sur les Baskets Nike Court Royale
Voir le deal
33 €

Partagez
 

 Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] Empty
MessageSujet: Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]   Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] EmptyVen 19 Aoû - 17:30

Azula n'est pas du genre à traîner le matin, un café noir, la première clope sur le balcon, elle se lave à l'eau froide façon réveil de l’extrême et s'habille avec les fringues les plus au bord des boites de rangement. Et paf, réveillé prête à partir. Pour le petit déjeuné il y a toujours des viennoiserie a la caserne. On y va au pas de charge si on veux pas être dernier servit. Ce jour la elle se rappela d'un détail : c'était son tour de ramener des viennoiseries pour tout le monde, et vu son habitude de piocher sans gène dedans, au point ou l'on se demandait où elle fourrai tout ça, elle avait intérêt à ne pas oublier et à ne pas se la jouer rapiat. Il fallait qu'elle trouve une pâtisserie. Elle fumait sur la route, de mémoire il lui semblait en avoir déjà vu une, elle trouverai comme toujours, si elle arrivait en retard elle n'aurai qu'à en acheter plus pour fayoter un peu, elle se souvenait qu'on pouvait facilement corrompre son sergent avec un mille feuille...

Arf, elle commençait à avoir faim a force de penser à ça. Il lui sembla sentir une odeur de sucre dans l'air. Elle termina sa cigarette en vitesse et se dirigea à l'odeur. Le tabac n'avait pas ruiné son odorat, jamais pour ce qui est de la nourriture en tout cas. Elle suivit les odeurs de glaçage et de pâte à tarte chaude et tomba sur la pâtisserie, "Les Délices de Lae". L'endroit avait l'air de viser une clientèle ayant les moyens mais nul doute que tout ce qu'elle voyait lui faisait envie. En plus avait déjà fait un beau détour pour arriver là. Elle avait les yeux d'un avare entrant dans la caverne au merveille. Elle entra sans détacher les yeux de la vitrine, sons estomac plaintif poussa une grognement de bête sauvage, mais elle ne s'en rendit pas compte. Elle allait prendre des éclairs, ça elle était sur que ses collègues se les arracheraient, le fameux mille feuille, était-ce raisonnable de prendre cette tarte aux fraises qui lui faisait de l’œil ? Sûrement pas, mais elle n'était pas raisonnable de toute façon elle éliminerai avec l’entraînement.

Elle leva les yeux vers la vendeuse qui lui faisait face et sortit brutalement de ses rêveries sucrées. Tout a coups, elle avait des palpitations. Devant elle se trouvait une petite fille qu'elle avait vu des années auparavant, une petite fille aux cheveux roses. Elle avait bien grandi maintenant mais pas de doute possible : la femme qui se tenait devant elle était sa demis-sœur. Azula resta un instant bouche bée avec une expression stupide, puis détourna le regard vers la vitrine de peur que cette femme qui l'avait vue une fois à l'encadrement d'une porte puisse la reconnaître. Sans relever la tête et sans être capable de dissimuler son malaise, elle bafouilla:

«Bon... Bonjour je voudrai six éclairs chocolat six, six café, six au caramel et aussi  heu... un mille-feuille.»

Azula tenta de réfléchir, c'était stupide d'avoir peur de cette rencontre, en fait elle avait bien envie d'en savoir plus sur sa sœur, sur la vie qu'elle avait manquée, mais elle ne pouvait pas dire « Hé salut, je suis ta demis-sœur que ta mère a abandonnée à la naissance. Je suppose que t'as jamais entendu parler de moi ? » Bon déjà la vendeuse devait bien avoir un nom, c'était peut-être écrit sur un badge ou quelque-chose comme ça. Azula releva les yeux pour observer un peu mieux ce qu'était devenue la petite fille aux cheveux rose. Nul doute qu'elle avait remarqué son attitude suspecte

«Trouve un truc à dire idiote ! » Se sermonna-t-elle intérieurement.

«Je suis aux fraises... Heu ! Je vais prendre une tarte aux fraises ! »

Dans sa tête elle eut un applaudissement sarcastique pour elle même. Elle se réprimanda intérieurement « Bien joué, t'es vraiment au fraises pour le coup. Voilà qui va aider à lui poser des questions subtiles maintenant qu'elle pense que t'es barge ! »
Revenir en haut Aller en bas
Théodora Fleming

Théodora FlemingMessages : 2952
Date d'inscription : 15/08/2012


Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] Empty
MessageSujet: Re: Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]   Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] EmptyVen 19 Aoû - 21:25



Deux sœurs, un malaise et des fraises





U
ne journée comme une autre en somme. Kira ne prenait pas trois heures à se préparer et faisait rapidement un tour dans la salle de bain afin de prendre une douche bien froide histoire de se réveiller et une rapide touche de maquillage afin d'être un minimum présentable au boulot ; s'habillant comme à son habitude d'un jean et d'un t-shirt, la demoiselle aux cheveux roses mangea rapidement le petit dej' préparé par le cuisinier avant d'enfiler sa veste de sortir de la maison.

Elle se hâta pour aller au travail bien qu'elle n'était pas en retard, la Rose entra dans la boutique en souhaitant la bonne journée à ses collègues et client qui venaient d'entrer. Kira alla poser ses affaires dans un coin et accueillit un premier client ; comme d'habitude, un cookie accompagné d'une religieuse et voilà le client repartie. Une jeune femme entra dans la pâtisserie et prit bien le temps d'observer toutes les viennoiseries après avoir reçu un "bonjour" de la part de la demoiselle aux cheveux roses.

La voyant regarder ce qu'il y avait en vitrine, Kira n'insista pas et lui laissa le temps de se décider ; elle nettoya rapidement le comptoir afin de laisser le temps à cliente de choisir ce qu'elle voulait. Au bout d'un certain moment, la jeune femme releva les yeux mais les détourna bien rapidement.. La Reine se demandait si il y avait un problème avec elle. Est-ce qu'elles s'étaient déjà rencontrées ? La Domae n'avait pas souvenir d'elle et ne comprenait pas un tel détournement de regard, est-ce qu'elle avait dit ou fait quelque chose par le passé ? Dans les cas, Kira avait l'impression de l'avoir déjà vu.

- Bon... Bonjour je voudrai six éclairs chocolat six, six café, six au caramel et aussi  heu... un mille-feuille.

Kira hocha la tête et prit la commande de la jeune femme en se demandant qu'elle était le problème.. Elle tenta de mettre un nom sur son visage mais la demoiselle n'avait aucun souvenir d'elle.. Mmh, peut-être avait-elle seulement passé une mauvais matinée ? Ou qu'elle avait apprit une mauvaise nouvelle, d'où son humeur matinale ? Dans tous les cas, ça ne regardait pas vraiment la demoiselle aux cheveux roses qui écouta la suite de la commande tout en se disant que son attitude était légèrement bizarre. Mais ce n'était pas Kira qui allait juger !

- Je suis aux fraises... Heu ! Je vais prendre une tarte aux fraises !

La demoiselle laissa échapper un sourire. Est-ce que c'était vraiment elle qui la mettait dans cet état ? Si oui pourquoi ? Prenant la tarte aux fraises avec une pince, elle la rangea dans une autre boîte avec les éclairs. Deux boîtes pour la demoiselle, Kira avait tenté de faire tenir les commandes dans une même boîte mais ce défi s'était révélé impossible alors finalement, elle avait ouvert une deuxième. Faisant rapidement les comptes, elle releva la tête vers la jeune femme en posant les boites devant.

- Cela vous fera 21 Derlas.

La jeune femme avait l'air tellement perturbé que ça intriguait la demoiselle aux cheveux roses, pourtant elle avait beau cherché dans sa mémoire, elle n'avait pas l'impression de l'avoir déjà vu ou peut-être que si ?... Sur un champ de bataille peut-être ? Pourtant Kira n'oubliait jamais ses ennemis ! Une collègue à Vilmos ? Elle s'efforçait de retenir leur nom et leur visage pour ne pas que cette situation arrive. Ce détail le perturbant légèrement, la Rose décida d'engager la conversation.

- Vous êtes chargée de chercher les viennoiseries pour vos collègues je présume ?

En fait, Kira ne voyait que cette explication pour expliquer une aussi grosse commande... Ça ou une famille nombreuse ! Ou alors un très gros estomac, mais il fallait être au bord de l'agonie alimentaire pour enfiler autant d'éclairs, un mille-feuille et une tarte aux fraises. Souriant, la demoiselle aux cheveux roses voulu en savoir un peu plus sur la cliente qu'elle avait l'impression d'avoir déjà vu sans pouvoir la replacer dans un contexte.

- Excusez-moi mais... J'ai l'impression de vous avoir déjà vu quelque part. Est-ce que nous nous nous sommes déjà rencontrées ?
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Je m'exprime en sienna
Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] 48712_s


Dernière édition par Kira Seryk le Lun 29 Jan - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] Empty
MessageSujet: Re: Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]   Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] EmptySam 20 Aoû - 11:59



Deux sœurs, un malaise et des fraises





S
on interlocutrice souriait, c'était déjà très professionnel de sa part de ne pas rire. Azula n'ayant pas trouvé de badge pour y lire un nom releva complètement la tête pour observer son visage. Elle ne l'avait pas reconnut et c'était normal. Elle ne l'avait vu qu'une fois il y a vingt ans, et cela avait été très anecdotique. Sa sœur avait l'air épanouies dans son travail, elle travaillé dans un petit paradis. Le terme de paradis était exagéré, mais il faut bien se rappeler qu'au moment ou formulait cette pensée, elle était très influencée par son estomac. Est-ce qu'elle serai devenue comme elle si elle avait été à sa place ? Est-ce que sa mère biologique était pâtissière ? Elle ne considérait pas son enfance comme malheureuse, mais avec une maman pâtissière semblait tout de même relever du rêve pour enfant... Mais la encore elle pensait avec l'estomac vide.

-Cela vous fera 21 Derlas

Elle chercha dans une bouse en cuir sa monnaie tout en se disant qu'elle s'en tirait bien, elle avait été copieusement ridicule jusqu'à présent. Maintenant c'était la femme au cheveux rose qui la scrutait, rien de surprenant. Azula posa la monnaie exacte sur le comptoir. Elle allait partir, en laissant de côté l' idée d'engager d'avantage la conversation, après tout maintenant qu'elle savait ou sa sœur travaillait elle pourrai se renseigner autrement. Ou peut être qu'elle ferai mieux de ne jamais revenir et de ne plus y penser du tout ? Non, impossible elle savait que ça la hanterai... La filles aux cheveux rose lui donna une ouverture.


-Vous êtes chargée de chercher les viennoiseries pour vos collègues je présume ?


-Oui, en effet, c'est probable que certains d'entre eux soient déjà venus se ravitailler chez vous d’ailleurs. D’ailleurs je repasserai sûrement à l'avenir.

Cela la déculpabilisait de sa grande commande même si elle était maintenant déterminée à garder la tarte aux fraises pour elle. Elle se saisit des boites, sourit et allait repartir dans rien trouver à ajouter.

-Excusez-moi mais... J'ai l'impression de vous avoir déjà vu quelque part. Est-ce que nous nous nous sommes déjà rencontrées ?


Azula se figea, elle se sentait démasquée, une petite voix dans sa tête lui disait de tout dire. Une autre voix plus importante était en train de fracasser la première pour la faire taire.

Elle reprit son sang froid en deux secondes.
-Hmm... c'est possible, vous travaillez ici depuis longtemps ?

Ça lui ferai déjà quelques informations. Mais elle ne pouvait pas s’arrêter en si bon chemin...

-J'ai sûrement connus votre mère, Anthéa Schaeffer.

Cette fois elle avait parlé avant de réfléchir, comme souvent. Elle eue l’impression qu'elle venait de faire un grand saut dans le vide... Non pas qu'elle n'ai jamais fait ce genre de stupidité d'ailleurs.

Elle se réprimanda intérieurement « Mais quelle gourdasse tu fais ma grande ! Si au moins t'avais pas donné de nom t'aurai pus dire que tu t'était trompée après ! Comment tu vas justifier de savoir qui est sa mère, hein ? En plus t'aura rien à lui dire sur le sujet, tout ce que tu sais c'est qu'elle t'a conçus sans te vouloir avec un malade mental puis t'a abandonnée comme un déchet ! »

A cette pensé, Azula s'était à nouveau raidit et serrait maintenant les dents, au bord de la colère.
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Dernière édition par Azula Hosne le Mar 23 Aoû - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Théodora Fleming

Théodora FlemingMessages : 2952
Date d'inscription : 15/08/2012


Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] Empty
MessageSujet: Re: Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]   Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] EmptySam 20 Aoû - 16:56



Deux sœurs, un malaise et des fraises





U
ne commande comme celle-ci, Kira les faisait lorsqu'elle voulait ramener des desserts pour ses enfants et son mari ; une autre famille nombreuse ? Ou alors des collègues très gourmands qui avaient demandé à la jeune femme de chercher des viennoiseries. Un peu trop curieuse ? Sûrement ! Mais discuter un peu dès le matin avant d'aller au travail ne faisait pas vraiment de mal.

- Oui, en effet, c'est probable que certains d'entre eux soient déjà venus se ravitailler chez vous d’ailleurs. D’ailleurs je repasserai sûrement à l'avenir.

Peut-être que si elle donnait la description de ses collègues, la demoiselle aux cheveux roses pourrait les replacer dans leur contexte mais n'ayant pas plus d'informations que ça Kira ne pourra que reconnaître la jeune femme à son prochain passage. La voyant se saisir des boîtes, Kira posa la question qui lui brûlait les lèvres depuis tout à l'heure ; mais au vu de la réaction de son interlocutrice, ce n'était peut-être pas la meilleure chose à faire.

- Hmm... c'est possible, vous travaillez ici depuis longtemps ?

- Depuis deux ou trois ans environ.


Sans réellement savoir pourquoi, la demoiselle était incapable de donner une date précise tout simplement parce qu'elle ne s'en rappelait plus. Mmh, il faudrait qu'elle demande à Laelyss même si au fond ce n'était pas le détail le plus important ; tant qu'elle travaillait ici, qu'importe depuis combien de temps.

- J'ai sûrement connus votre mère, Anthéa Schaeffer.

La demoiselle aux cheveux roses se figea en entendant le nom de sa mère.. Et en plus c'était son nom de jeune fille, avant qu'elle ne rencontre son père ! C'était peut-être une amie qui était passée à la maison lorsqu'elle était plus jeune mais la Rose n'arrivait pas à se souvenir de son visage ; le cerveau de Kira carburait pour comprendre le lien qui unissait sa mère et la femme en face d'elle. La demoiselle en était presque bouche-bée d'entendre de nouveau le prénom de sa mère, se rendant compte qu'au final, la blessure dû à la disparition de ses parents ne s'était toujours refermée.

- Vous.. Vous avez connu ma mère ?

Finit-elle par articuler au bout d'un certain nombre de minutes qui lui avait paru une éternité. Mais en même temps, ce qu'elle venait de dire était d'une débilité profonde puisque la jeune femme venait à l'instant de lui dire qu'elle l'avait connu. Alors avant de paraître plus idiote qu'elle ne l'était déjà, Kira enchaîna.

- Je veux dire, vous étiez une amie à elle ?
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Je m'exprime en sienna
Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] 48712_s


Dernière édition par Kira Seryk le Lun 29 Jan - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] Empty
MessageSujet: Re: Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]   Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] EmptyDim 21 Aoû - 11:55



Deux sœurs, un malaise et des fraises





L'

inéluctable question arriva.


- Vous.. Vous avez connu ma mère ?

Pour maintenant elle n'avait pas vraiment le loisir de lui répondre « non ». Ce n'est pas comme si elle pouvait avoir dit un nom au pif. Pourtant « non » c'était la vérité : Azula ne connaissait pas la mère de cette fille. Sa propre mère. Azula ne répondit rien, tentant de contenir son émotion du moment. La vendeuse insista un peu plus.

- Je veux dire, vous étiez une amie à elle ?

Une fois de plus elle entendit les mots sortir de sa bouche avant même de les avoir pensés :
-Non, je n'étais pas son amie, en fait je ne l'ai pas connu parce qu’elle n'a pas voulu que je la connaisse ! Au final je ne sais rien de ce qu'elle est, elle ne sais pas ce que je suis devenue et elle doit s'en foutre magistralement !

Elle avait pratiquement hurlée, elle sortit rapidement sur le pallier, tenant les boites d'une mains car elle avait besoin d'une cigarette immédiatement. Elle la saisit avec les dents depuis le paquet, craqua une allumette sur sa botte, alluma sa drogue et tira une grande bouffée.

Azula sembla retrouver un peu son calme et se dit qu'elle avait sérieusement dépassé les limites... Pourtant elle était encore trop énervée pour formuler des excuses correctes et hésitait entre rester le temps de trouver ses mots ou simplement partir...

Vingt ans plus tôt elle avait déjà pris la fuite en voyant cette fille aux cheveux rose. Elle n'avait pas sut trouver les mots, mais par contre avait réussis a ne pas en dire trop. Depuis elle était partagée entre le regret d'avoir voulut savoir et le regret de ne rien savoir. Elle qui se la jouait dur devant ses collègues militaires, qui prétendait détester le mensonge ne pouvait pas fuir encore et regretter plus tard. Cette fille en face d'elle, elle avait vécue le vie qu'elle aurai du avoir, peut-être même que sa vie n'était pas si bien que ça. Peut être que sa mère avec été une mère horrible, après tout elle l'avait abandonnée, ce devait être une personne sans cœur. Azula ne regrettait pas son enfance. Bien que tardivement, elle avait au moins connu l'amour d'un père.

Durant ses réflexions, Azula avait fumé si nerveusement que sa cigarette avait déjà disparue. Elle articula lentement.

-Pardon je vais tenter de reprendre plus clairement. Anthéa Schaeffer est le nom de la femme qui m'a mise au monde.


Elle laissa à son interlocutrice le temps de recevoir l'information.

-J'ai fait mes recherches. Elle n'a pas d'homonyme.


Bon ça faisait beaucoup en une seule fois. Azula ne savait pas quoi attendre comme réaction, mais se préparait au pire. «Tu te comportes comme une cinglée dans son magasin tu prétends connaître sa mère et tu en parles mal, bref tu lui fou en l'air sa journée en trois minutes et tu crois qu'elle va faire quoi ? Sauter das les bras de sa sœur ? Déjà que la t'es énervée en étant à ta place mais imagine toi à la sienne. Si les rôles étaient inversés avec ton caractère tu serais en train de lui refaire la tronche façon Picasso. Estimes toi heureuse si elle se contente de te demander de partir.»
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Dernière édition par Azula Hosne le Mar 23 Aoû - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Théodora Fleming

Théodora FlemingMessages : 2952
Date d'inscription : 15/08/2012


Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] Empty
MessageSujet: Re: Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]   Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] EmptyDim 21 Aoû - 15:59



Deux sœurs, un malaise et des fraises





D
es amis de ses parents, elle n'en connaissait pas plus que ça puisque la demoiselle leur avait un peu tourné le dos au moment de leur mort ; réaction aussi débile qu'immature, mais elle avait eu besoin de faire le vide pendant son deuil et une fois passé, la Rose n'avait jamais essayé de les recontacter. Enfin, ces amis en questions savaient aussi où la trouver si ils tenaient réellement à garder contact avec Kira, il n'y avait pas qu'elle dans l'histoire avec ses torts.

- Non, je n'étais pas son amie, en fait je ne l'ai pas connu parce qu’elle n'a pas voulu que je la connaisse ! Au final je ne sais rien de ce qu'elle est, elle ne sais pas ce que je suis devenue et elle doit s'en foutre magistralement !

- Evidemment puisque ça fait 7 ans qu'elle est morte !


Avait-elle lancé sur le même ton que son interlocutrice qui venait de quitter la boutique pour fumer une cigarette. C'était la première fois que Kira l'avouait à voix haute, qu'elle acceptait enfin l'idée que ses parents étaient morts ; et puis d'ailleurs pourquoi sa mère devrait s'intéresser à elle ? Qui était-elle réellement ? Ses collègues s'étaient stoppés dans son travail et celle à ses côtés lui lançait un regard interrogateur, la Rose détourna le sien ayant l'impossibilité de fournir une réponse pour leur expliquer son comportement ; pourtant ses collègues connaissaient son caractère de feu.

La jeune femme ayant éveillée sa curiosité et puisqu'elle avait l'air de savoir des informations que Kira ignorait, cette dernière contourna le comptoir pour rejoindre la femme dehors qui était en train de fumer ; la cigarette était presque terminée alors que ça faisait à peine deux minutes qu'elle était dehors. Qu'importe le sujet, mais ça avait l'air d'être une chose qui la pré-occupait beaucoup ; refermant la porte dehors, la demoiselle resta aux côtés de la jeune femme sans pour autant reprendre la parole. Elle ne savait tout simplement pas quoi dire.

- Pardon je vais tenter de reprendre plus clairement. Anthéa Schaeffer est le nom de la femme qui m'a mise au monde.

Comme si on lui donnait plusieurs coups dans le ventre, la Rose en eut le souffle coupé en entendant cette phrase. C'était quoi ça ? Une mauvaise blague ? Une personne qui s'amusait à faire souffrir des personnes au hasard ? Quelqu'un qui voulait se rapprocher pour obtenir de l'argent ? La mâchoire de Kira se crispa en comprenant ce que cela signifiait, si la jeune femme à ses côtés disait la vérité alors ça voulait dire qu'elles étaient sœurs.. Ou demies-sœurs. Non. C'était impossible. Sa mère lui en aurait forcément parlé ! Ses parents ne lui auraient pas caché ça !

- J'ai fait mes recherches. Elle n'a pas d'homonyme.

Evidemment, ce serait trop beau pour être vrai. La demoiselle ne savait pas comment elle devait réagir, la nouvelle l'ayant retournée.. Est-ce qu'elle devait pleurer ? Sauter de joie ? Être en colère ? S'excuser pour avoir été abandonnée par sa mère ? Tout sorte d'émotion qui défilait en elle mais aucune n'était capable de prendre place ; puis au bout d'un certain moment, la demoiselle fronça les sourcils en regardant son interlocutrice.

- Quel âge avez-vous ?

Histoire de se donner une idée, un calcul rapide et la Rose pourrait se donner une idée de l'âge à laquelle elle aurait pu avoir son premier enfant ; mais même avec cette information, ça ne prouverait rien ! Commençant à faire les cent pas devant la boutique pour tenter de calmer ses nerfs, Kira ne pu retenir le coup de poing parti en direction du mur de la boutique ; pas la vitre puisqu'elle venait d'être changée et qu'une sœur débarquant de nul part suffisait pour la journée, pas la peine d'avoir une rouquine en colère en plus sur le dos.

Elle ressentait la vive douleur à son poing et en ce moment même, la demoiselle s'en fichait d'avoir des os cassés, du sang gouttant par terre ; tout ce qui l'important c'était cette histoire qui venait de lui tomber sur le coin de la gueule. Kira n'avait rien demandé à personne. Est-ce que c'était un mauvais rêve ? Est-ce qu'elle disait réellement la vérité ? La Rose tenta de se calmer du mieux que possible et le coup dans le mur lui avait permit d'expulser sa colère mais ce n'était pas assez. La seule émotion qu'elle ressentait maintenant était la méfiance.

- Et qu'est-ce qui me prouve que c'est vrai ? Qu'est-ce qui me prouve que vous n'êtes pas un charlatan voulant se faire de l'argent sur le dos des gens ? Ou qui prend simplement plaisir à observer la douleur des autres ? Mes parents ne m'ont jamais parlé d'une grande sœur et je refuse de croire qu'ils vous ont abandonné puisqu'ils voulaient fonder une famille !

En tout cas c'était ce que ses parents lui avaient toujours dit, Kira ne voyait pas pourquoi ils l'auraient abandonnés et même si ils étaient trop jeunes, ils se seraient débrouillés pour l'élever avec leurs petits moyens. Ses parents étaient des combattants, surtout sa mère pour qui la famille était importante ; elle refusait de croire toute ceci tant qu'elle n'avait pas des preuves ou des explications plus approfondies !
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Je m'exprime en sienna
Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] 48712_s


Dernière édition par Kira Seryk le Lun 29 Jan - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] Empty
MessageSujet: Re: Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]   Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] EmptyLun 22 Aoû - 15:01



Deux sœurs, un malaise et des fraises





S
a mère biologique était morte, la nouvelle ne la bouleversa pas réellement, mais elle s’entendait à une explosion de colère d'autant plus grande, surtout que leur mère n'avait pas atteint l'age d'une mort naturelle. Son interlocutrice l'avait suivit sur le palier et contenait une colère sourde... Elle scruta cette femme aux cheveux roses qui bouillait intérieurement.

- Quel âge avez-vous ?

Elle n'y croyait pas, rien d'étonnant au fond, pas parce que l'histoire était spécialement incroyable ou improbable, non en fait ce genre d'histoire est d'une triste banalité. En face d'elle, une réaction normale de déni, le refus d'y croire pour des raisons émotionnelles.

-J'ai 38 ans, si je vous ait reconnue c'est que j'ai tenté une approche y'a vingt ans je crois que vous, vous aviez huit ans à ce moment là. J'ai décidé de partir en vous voyant.

La vendeuse s'agitait et finit par frapper le mur pour libérer un peu de colère, elle se blessa. Azula avait fait fait cette bétise tant de fois, elle s'imaginait plutôt bien ce que le vendeuse au cheveux rose ressentait. Elle savait aussi qu'en tant que militaire, elle serai forcément responsable d'une altercation avec un civil. Si ça avait déjà mal commencé, ça ne pouvait plus qu'empirer d'avantage.

Comment calmer le jeu maintenant ?


- Et qu'est-ce qui me prouve que c'est vrai ? Qu'est-ce qui me prouve que vous n'êtes pas un charlatan voulant se faire de l'argent sur le dos des gens ? Ou qui prend simplement plaisir à observer la douleur des autres ? Mes parents ne m'ont jamais parlé d'une grande sœur et je refuse de croire qu'ils vous ont abandonné puisqu'ils voulaient fonder une famille !


C'est à ces derniers mots que la petite partie de conscience professionnelle qui voulait encore éviter les ennuis disparu.

-Pour commencer des preuves j'en ai des cartons à commencer par mon foutu certificat de naissance, ensuite pourquoi je m'amuserai à faire tout ce foin pour arnaquer une vendeuse de gâteau que j'ai déjà payé ! Vous allez arrêter de tout confondre, votre mère voulait fonder une famille y'a environ trente ans et avec votre père. Mais elle n'aimais pas mon père biologique, ce qui peu ce comprendre en fait, le fait que j'existe la faisait bien chier ! Seulement je suis née  même si j'ai rien demandé ! Vous voudriez croire que je n'existe pas, ça vous arrangerai tellement ! Et bien ça vous fait un foutu point commun avec votre mère !


Des larmes de colères coulaient sur ses joues, vu son envolé dans les décibels, elle n'avait plus vraiment de voix et après avoir sortis autant d'atrocité elle attendait sagement le moment où, selon sa logique, elle allait se prendre une droite bien méritée qu'elle ne tenterai pas d'esquiver. Qu'importe au fond, elle venait d’exorciser de tant de colère et de larmes contenues...

Elle se dit qu'elle aurai mieux fait de craquer vingt ans plus tôt, contre quelqu'un qui pouvait lui donner des explications, contre la véritable cible de toute cette colère. Elle avait raté l'occasion maintenant et sans doute, elle venait de perdre la chance d'avoir une sœur...

Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Dernière édition par Azula Hosne le Mar 23 Aoû - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Théodora Fleming

Théodora FlemingMessages : 2952
Date d'inscription : 15/08/2012


Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] Empty
MessageSujet: Re: Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]   Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] EmptyLun 22 Aoû - 17:02



Deux sœurs, un malaise et des fraises





E
n fait, avec ce qu'elle venait d'apprendre, la demoiselle aux cheveux roses n'était plus sûre de rien... 38 ans... Ça voulait dire que sa mère était tombée enceinte à 17 ans et que les deux sœurs avaient 11 ans d'écart. Tous ces calculs rapides l'avaient perdus comme la nouvelle qui lui était tombé sur le coin de la figure, est-ce qu'elle pouvait réellement lui faire confiance ? Qu'est-ce qui prouvait qu'elle ne mentait pas d'ailleurs ?

- Pour commencer des preuves j'en ai des cartons à commencer par mon foutu certificat de naissance, ensuite pourquoi je m'amuserai à faire tout ce foin pour arnaquer une vendeuse de gâteau que j'ai déjà payé ! Vous allez arrêter de tout confondre, votre mère voulait fonder une famille y'a environ trente ans et avec votre père. Mais elle n'aimais pas mon père biologique, ce qui peu ce comprendre en fait, le fait que j'existe la faisait bien chier ! Seulement je suis née même si j'ai rien demandé ! Vous voudriez croire que je n'existe pas, ça vous arrangerai tellement ! Et bien ça vous fait un foutu point commun avec votre mère !

Fronçant les sourcils, la demoiselle aux cheveux roses serra si fort les poings que ses ongles s'enfoncèrent à l'intérieur, se retenant de lui en coller une pour les mots qu'elle venait de dire. Au final, Kira ne savait même pas si elle était énervée contre cette inconnue ou contre sa mère qui l'avait empêchée d'avoir une sœur ; la Reine avait toujours voulu avoir une grande ou petite sœur et sa mère évitait ce sujet, elle était tout simplement déçue du comportement de la femme qu'elle admirait le plus au monde. A deux doigts d'aller sur la tombe de sa mère pour l'insulter de tous les noms, la demoiselle se demandait si elle devait réellement la croire ou si elle devait continuer de le nier.

La jeune femme était complètement perdue et ses émotions faisaient comme des montagnes russes, passant de la colère pour la manière dont cette inconnue parlait de sa mère à la joie d'avoir encore un membre de sa famille en vie. Mais est-ce qu'elles pouvaient se considérer comme une famille ? Fallait s'attendre à quoi en même temps, à ce qu'elles se sautent dans les bras et qu'elles aillent faire les courses ensemble en parlant chacune de leur vie ? Et dès que Kira se faisait cette réflexion, elle repartait dans la colère avec un sentiment de trahison de la part de sa mère. Merci pour le cadeau maman mais en toucher deux mots aurait été si compliqué sur ça ?

- Est-ce que.. Est-ce que vous avez retrouvé votre père biologique ?

Est-ce qu'elle lui avait parlé ? Est-ce qu'elle avait d'autres frères ou d'autres sœurs de ce côté là ? Sa mère ne lui avait jamais parlé d'aventures avant la rencontre avec son père ou alors simplement quelques copains qui n'avaient pas duré mais pas... ce genre d'aventure. Est-ce qu'elle acceptait réellement cette idée d'avoir une sœur ? Non pas vraiment. Son esprit était tellement embrouillé qu'elle ne savait pas si elle devait la rejeter comme l'avait fait sa mère ou si elle devait lui laisser une petite chance ; bordel ! Pourquoi est-ce que ce genre de situation lui arrivait toujours à Elle ?!

- Comment vous appelez-vous ?
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Je m'exprime en sienna
Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] 48712_s


Dernière édition par Kira Seryk le Lun 29 Jan - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] Empty
MessageSujet: Re: Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]   Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] EmptyLun 22 Aoû - 19:08



Deux sœurs, un malaise et des fraises





A
Azula ferma les yeux, attendant un coups de poing ou d'autre chose qui ne vint pas. Elle rouvrit les yeux et constata que sa sœur était toujours dans tout ses états mais pas su le point de la cogner.

- Est-ce que.. Est-ce que vous avez retrouvé votre père biologique ?


« Elle est sérieuse là ? Qu'elle fasse ses nerf qu'on soit quitte et qu'on en finisse ! Au lieu de ça elle... Elle se soucie de moi, une inconnue qui suis venue lui beugler dans les bronches dès le matin ? »
Azula pensa que la compassion, ou au moins l’intérêt de l’inconnue frôlait la bêtise, mais sans se l'admettre elle n'en était quand même touchée. Elle repris avec calme mais encore de légers relents de sanglots.

-J'ai eue quelques traces de mon père biologique. Je sais que c'était une personne cruelle et dangereuse mais qu'il a aimé votre mère... Enfin la notre. Je ne sais pas ce qu'il a put lui faire et c'est sûrement pour ça qu'elle ne m'a pas gardée.

Azula y avait déjà pensé sous cette angle plusieurs fois. Sa mère biologique avait échappée à un fou et n'avait pas ps garder l'enfant d'un homme si malfaisant. Sa mère l'avait sans doute considérée comme l'enfant du diable et n'avait pas eue la force de l'aimer. Cela était plausible mais toujours pas pardonnable. Alzula ne vivait pas très bien l'idée d'être une engeance d'un violeur fou. Mais on ne doit pas blâmer la descendance pour les actions des ancêtres. Pour cela, elle devait faire en sorte de ne pas en vouloir à sa demie-sœur. Il était un peu tard pour penser à ça, elle avait encore agit impulsivement, foutu le bordel, puis réfléchit après.

Azula se demanda si elle même voulait vraiment considérer cette sœur comme sa famille. Avoir seulement un père ça lui avait toujours convenus, enfin plus précisément elle ne s'était pas demandé si il pourrait en être autrement. Si sa petite sœur ne voulait pas d'elle dans sa vie elle s'en remettrai, probablement. Mais si sa sœur lui laissait une chance la repousserait-elle alors ? Elles n'avaient pas grandis ensemble, mais elles avait un lien de famille, le nier serai comme si elle abandonnait à son tour quelqu'un. Jamais elle ne serai comme sa mère.


- Comment vous appelez-vous ?

Sa sœur semblait lui laisser une chance, ou au moins le bénéfice du doute. « Azu, elle essaye d'être sympas, excuses toi et fait pas tout foirer avec tes réactions d'ours sauvages. »


-Je m’appelle Azula, je ne sais même pas si ce nom vient de notre mère où de l'orphelinat. Je suis vraiment désolée pour tout ça, j'ai renoncé à l'idée d'avoir une autre famille que mon père adoptif depuis un bail mais quand je vous ai reconnue ben... Je me suis laisser emporter par des émotions de gamines. Vous devriez faire soigner votre main...

Azula ne savait pas si elle devait tenter de sourire, d'avoir l'air amicale ou si c'était mal venus, du coups, elle se ralluma une cigarette pour se redonner contenance.

-Et vous c'est comment votre prénom ? Vous voulez une clope ?


De sa main libre elle lui tendit son paquet de cigarette, quasiment vide.

Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Dernière édition par Azula Hosne le Mar 23 Aoû - 16:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Théodora Fleming

Théodora FlemingMessages : 2952
Date d'inscription : 15/08/2012


Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] Empty
MessageSujet: Re: Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]   Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] EmptyLun 22 Aoû - 20:37



Deux sœurs, un malaise et des fraises





- J'ai eue quelques traces de mon père biologique. Je sais que c'était une personne cruelle et dangereuse mais qu'il a aimé votre mère... Enfin la notre. Je ne sais pas ce qu'il a put lui faire et c'est sûrement pour ça qu'elle ne m'a pas gardée.

"La notre".. Alors là, Kira n'avait pas encore l'habitude d'entendre cette expression mais elle allait devoir s'y habituer si cette histoire était vraie. Une personne cruelle et dangereuse hein ? Kira ne savait pas ce qu'il s'était passé entre sa mère et le père de cette femme, mais ça avait l'air de s'être plutôt mal terminé ; pour ça qu'elle ne l'avait pas gardé ? Rah et puis merde ! C'était quoi ça ? Pourquoi sa mère avait gardé l'enfant si c'était pour au final l'abandonné à la naissance ? Kira ne pouvait même pas lui poser cette question puisqu'elle était maintenant décédée et surtout qu'elle n'était pas sous forme d'esprit. Oh tant mieux d'ailleurs.

La méfiance étant le trait de caractère le plus dominant chez la demoiselle aux cheveux roses, cette dernière demanda le nom de l'inconnue ; simplement pour aller faire un tour à l'hôpital tout à l'heure mais aussi pour mettre un nom sur cette jeune femme et pas simplement l'appeler "la soit-disant fille de ma mère" ou "ma demie-sœur" parce qu'elle n'acceptait toujours pas cette idée là. Pourtant le nier serait ressembler à sa mère sur ce point et la demoiselle avait une vie de famille plutôt compliqué..

- Je m’appelle Azula, je ne sais même pas si ce nom vient de notre mère où de l'orphelinat. Je suis vraiment désolée pour tout ça, j'ai renoncé à l'idée d'avoir une autre famille que mon père adoptif depuis un bail mais quand je vous ai reconnue ben... Je me suis laisser emporter par des émotions de gamines. Vous devriez faire soigner votre main...

Comme un autre coup de poing dans le ventre, la demoiselle se demandait si le destin était joueur avec elle ou si sa mère se foutait allègrement de sa gueule depuis sa tombe... Azula. Donc elle avait prit le temps de lui donner un prénom avant de l'abandonner ? Est-ce qu'elle n'avait eu aucun regret ? Pourquoi n'avait-elle ne pas avoir été la cherché une fois en couple avec le père de Kira ? Est-ce qu'il était au courant lui d'ailleurs ?

- Azula.. C'était le prénom de ma ... De notre grand-mère.

La demoiselle ne savait même pas pourquoi elle lui disait ça, peut-être que ça lui ferait plus de mal mais elle avait l'impression qu'elle devait la mettre au courant. De toute façon, elle n'avait pas l'air de porter leur mère dans son cœur et ça pouvait se comprendre, en ce moment même, la demoiselle détestait aussi sa mère.

- Et vous c'est comment votre prénom ? Vous voulez une clope ?

- Non merci, je ne fume pas...


Oh et puis merde !

- En fait je crois que j'en ai besoin d'une finalement.

Elle prit la cigarette du paquet qu'elle venait de tendre et laissa Azula allumer sa clope pour prendre une première bouffée, dire que cette connerie remontait à son adolescence et qu'elle n'avait jamais recommencé... En fait, à part de l'alcool pour faire passer la nouvelle, Kira ne voyait pas d'autre remède miracle et puisqu'elle ne pouvait pas se permettre d'être bourrée boulot, elle avait prit la première drogue tombée sous la main.

- Je m'appelle Kira.

Qu'est-ce qu'elle pouvait dire de plus au final ? Lui raconter qu'elle avait un mari et trois enfants ? Nan, trop tôt et puis la demoiselle voulait en avoir le cœur net avant de lui révéler trop de chose sur elle. Mais maintenant, elles se retrouvaient bien con devant la pâtisserie, la main en sang et la clope au bec ; ouais, elle ira faire soigner sa main plus tard... Elle n'était plus à ça près niveau blessure de toute façon.

- Est-ce que.. je suis votre seule sœur ?

Houlah.. Ce mot n'avait pas sa place dans la bouche de la demoiselle, elle n'avait clairement pas l'habitude de ça ! Mais en même temps, la question était légitime non ? Kira voulait quand même savoir si d'autres sœurs ou d'autres frères allaient lui tomber sur le coin de la gueule en expliquant avoir la même mère. Peut-être qu'elle en avait du côté de son père ? Mais si c'était ça, Kira n'avait aucun lien avec eux ? Ou alors fallait-il quand même les considérer comme un membre de sa famille ? La famille.. Le truc le plus compliqué et merdique qui soit.
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Je m'exprime en sienna
Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] 48712_s


Dernière édition par Kira Seryk le Lun 29 Jan - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] Empty
MessageSujet: Re: Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]   Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux sœurs, un malaise et des fraises. [PV Kira.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-