Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
-48%
Le deal à ne pas rater :
[Offre Prime] Sonnette vidéo connectée Ring Video Doorbell Wired + ...
49 € 94 €
Voir le deal

Partagez
 

 Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]   Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 EmptyDim 20 Nov - 19:20

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu


F. Haizea





Je vois Haizea se lever doucement, je voyais très bien qu'elle avait du mal, je m'approche donc et essaye de lui faciliter la tâche, le but étant de la remmener encore vivante chez elle pas à moitié morte.

*- Oui, toujours... Mais ça va... te faire un détour... *

Je souris doucement et la regarde, elle semblait gênée de me faire faire se détour...Mais on sait très bien tout les 2 que sans mon détour, elle n'arrivera jamais à bon port et peut être même pas au bout du couloir qu'on allait franchir pour sortir du bâtiment.

Ne t'en fais pas, ça me gêne pas et je peux pas te laisser toute seule non plus.

Je vois qu'elle accepte finalement, dans le fond ce n'était pas un choix car elle ne l'avait pas et nous commençons donc à descendre de l'établissement, je fais attention avec elle des escaliers pour ne pas allez trop vite et que ça finisse très mal pour la demoiselle et moi même puis nous sortons dehors, au moment d'arriver dehors, je vois le ciel gris, le froid est présent, rien quand expirant je vois une légère brume se produire devant moi, je reste silencieux et regarde Haie elle semble avoir légèrement froid. Je reste silencieux et reprend le chemin regardant le garde qui nous laisse passer sans vraiment de soucis.

Je regarde Haizea du coin de l'oeil qui à chaque coup de vent, semble s'écrouler sur ses jambes mais non elle tient toujours debout. Je ne dis rien et me prépare à la rattraper à tout moment. Je ne sais pas comment elle fait pour tenir debout avec cette fièvre et cette respiration clairement saccadé, même moi qui était sourd je pouvais voir que sa respiration n'allait pas. Alors qu'on avance elle me demande:


*- Dis... tu arrives bien à parler maintenant... C'est impressionnant... j'en avais presque oublié que... tu étais sourd... *

Je suis surpris et prend ça comme un compliment, oui ne plus paraître sourd c'est très agréable:

Ca fait un moment que je sais parler, mais j'étais habituer à écrire et c'est pas facile de parler sans entendre, parfois je parles vraiment trop fort, parfois on n'entend que quelques mots car je parle bas, je n'ai pas cette notion de volume.

Je continue à avancer avec elle, le vent soufflait de plus en plus fort, j'avais même des frissons par moment et fermais légèrement les yeux car le froid dans les yeux gênait un peu, je fixe ensuite Haizea et la regarde:

Tu veux monter sur mon dos ? Ca sera plus simple, je vois que tu luttes pour rester debout.

Je me place devant elle et me baisse doucement mettant les mains en arrière pour la laisser se positionner tranquillement:

Y a pas trop de monde dans les rues normalement

Je disais ça car je sais que ça peut être gênant comme situation, mais j'allais pas la laisser sous ce froid marcher, surtout qu'elle semblait proche de s'écrouler, je préfère qu'elle s'endorme sur mon dos que tomber sur le trottoir et que je manque de peu de la rattraper.


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]   Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 EmptyDim 20 Nov - 19:44

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu
Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Illust14
Feat.... Nemeroff Dreiden

Ca fait un moment que je sais parler, mais j'étais habituer à écrire et c'est pas facile de parler sans entendre, parfois je parles vraiment trop fort, parfois on n'entend que quelques mots car je parle bas, je n'ai pas cette notion de volume.

C'est vrai que par moment, il parlait fort puis à d'autres le volume se faisait soudain tout bas. Mais c'est quand même presque incroyable à mes yeux. Il arrive à parler, à nous répondre alors qu'en réalité, il ne nous entend pas. Et après, les gens ode le traiter d'handicaper? Ils ne seraient pas capable de faire la moitié de ce que Nemeroff peut faire. Enfin, cela reste un avis personnel mais je suis contente pour lui. Pouvoir communiquer avec les autres, c'est aussi ça qui lui permettra de se faire plus d'amis et, peut-être un jour, d trouver quelqu'un pour remplacer Yona.

Les bourrasque parfois violentes me font tituber et je manque de glisser, peu assurées sur mes jambes. Heureusement qu'il est avec moi, toute seule je n'aurais pas réussi à rentrer à la maison. Mais c'est drôle, j'ai l'impression qu'il est beaucoup plus fort qu'avant. Une poussée de croissance soudaine? De l'entrainement? De mon côté, même si je m'entraîne régulièrement et que je m'améliore, je ne prend pas un gramme de muscle malgré tout.

Tu veux monter sur mon dos ? Ca sera plus simple, je vois que tu luttes pour rester debout.
Y a pas trop de monde dans les rues normalement


Je voudrais refuser. Il n'est pas obligé de faire tout ça pour moi. Et puis, on va avoir du mal à discuter du coup puisqu'il ne pourra pas me voir signer si je suis dans son dos. Mais mes genoux tremblent tous seuls et rien que de venir me rapprocher, je trébuche légèrement, butant contre lui. Du coup, je finis par venir attraper son cou pour m'installer contre son dos avant qu'il ne se relève pour me porter. J'espère que je ne serais pas trop lourde.

*- Au moins, comme ça, tu auras moins froid... Entre ma fièvre et ta veste sur mon dos... *

Mon doigt viens tracer les lettres une par une en haut de son épaule. C'est long mais comme ça, on peut toujours discuter. Et je commence à être engourdie par le froid extérieur hors, il ne faut pas que je m'endorme ici. Alors, me concentrer là-dessus me permettra aussi de rester éveillée un minimum. Je me tiens à lui et déjà, nous repartons. Le mouvement de ces pas me berce un peu et je laisse tomber ma tête contre sa nuque, fatiguée.

*- Je suis pas trop lourde?... Ça va aller pour toi?... *

Je suis incapable de savoir s'il y a ou non des gens dans la rue. J'ai les yeux quasiment fermés alors que mon souffle siffle toujours, alternant avec les quinte de toux provoqués par le froid glacé qui envahit mes poumons à intervalles réguliers. Pourvu qu'il ne tombe pas malade à cause de moi, je m'en voudrais vraiment pour le coup.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]   Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 EmptyDim 20 Nov - 20:15

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu


F. Haizea





Je reste accroupi devant elle, attendant que la demoiselle vienne sur mon dos avant que je la soulage de sa douleur et sa fatigue. Je sens qu'elle vient taper contre mon dos et vois ses bras venir autour de mon cou. Je passe alors mes mains sous ses cuisses pour la maintenir et la soulève, me redressant de toute ma hauteur. Je suis enfin redressé et commence à avancer, Haiz me paraît vraiment léger par rapport aux poids et aux armes que mon maître me fait porté pour m'entraîner. J'avance sans problème et avance le long du trottoir, comme dit il n'y a vraiment pas beaucoup de monde dans les rues:

*- Au moins, comme ça, tu auras moins froid... Entre ma fièvre et ta veste sur mon dos... *

Je sens Haiz écrire ça sur mon dos avec ses doigts, je souris doucement, c'est un autre moyen de communication aussi c'est vrais. Je souris doucement, c'est vrais que la présence d'haiz me réchauffait un peu, surtout que même si c'était pas de façon extrême, mes muscles étaient un peu plus solliciter du coup je me réchauffais aussi de l'intérieur. Avançant, je croise des personnes qui nous regardent avec une expression du type " Ils sont trop meugnonnn". Je ne rougis pas mais ne relève pas plus que ça. Je sens les doigts d'Haiz me demander:

*- Je suis pas trop lourde?... Ça va aller pour toi?... *

Je souris légèrement, marchant devant moi en faisant attention à ne pas allez trop vite ou cogner Haiz.

Oui ne t'en fais pas tu es très légère, j'ai l'habitude de porter plus lourd maintenant, pas comme à l'époque à la gym

Je ris légèrement, même si c'était un peu plus honteux que drôle mais bon. Je marche longuement quand je sens des petites choses blanches froides tombé sur moi, je lève la tête vers le ciel et vois des flocons de neiges. Je suis un peu étonné mais continue d'avancer, il faisait si froid que ça ?

*Au fait, tu fais du sport ? La dernière fois je t'ai croisé entrant dans un dojo.*

Je continuais à avancer, je connaissais très bien le chemin pour me rendre au quartier Est, je l'empruntais souvent ces derniers mois. Je continue d'avancer en soupirant par moment, le froid n'était pas une chose que je détestais, mais à force d'être exposé ma peau se sentait agressé et était prête à se craquelé j'avais l'impression. Je me redresser par moment remettre correctement Haiz car elle glissait de mon dos. Mes mais sous ses cuisses la tenaient fermement pour la rassurer sur le fait qu'elle ne tomberait normalement pas.

* Tu habites toujours ta grande maison non ? Je me souviens à peu près du chemin si c'est le cas.*

Oui même si c'était pas souvent j'étais venu quelques fois j'ai haiz quand on était dans la même classe. Avec ma mémoire et mes yeux je me souvenais encore de tout les chemins, c'est ça qui est bien quand on a une mémoire incroyable, l'intelligence des plus grands et de très bon yeux pour analyser les chemin, par exemple, la veille façade du magasin de broquante de ce quartier ne m'était pas inconnue du tout je m'en souvenais parfaitement. Je tourne légèrement la tête et regarde Haiz:

* Tu tiens le coup Haiz ?*

Je m'inquiétais vachement pour elle bien que mon apparence laissait penser croire le contraire.



Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]   Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 EmptyDim 20 Nov - 20:46

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu
Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Illust14
Feat.... Nemeroff Dreiden

Oui ne t'en fais pas tu es très légère, j'ai l'habitude de porter plus lourd maintenant, pas comme à l'époque à la gym

Ah, c'est donc ça. Si il est habitué à porter des poids ou des choses de ce genre, je comprends mieux comment il a fait pour rendre autant de muscle. Oui, plus j'y pense, et moins je trouve de ressemblant ce entre le garçon de mes souvenirs et celui qui me porte en ce moment. Alors qu'il s'agit de la même personne. Est-ce que moi aussi, j'ai changé à ma façon, chaque fois que j'ai perdu quelqu'un? Peut-être, sans doute. Mais je suis seulement incapable de m'en rendre compte.

Au fait, tu fais du sport ? La dernière fois je t'ai croisé entrant dans un dojo.

*- Je m’entraîne un peu à la maison... Et je vais régulièrement au Dojo, oui... J'essaye d'apprendre le kung-fu...*

Cela doit vraiment faire ridicule. Moi, prendre des cours en arts martiaux, personne ne pourrait y croire. Mais je ne compte pas arrêter pour autant. Je sais bien que je n'aurais jamais le même niveau que les vrais élèves de Maître Iroh mais ce n'est pas non plus mon objectif. Je veux seulement, devenir assez forte pour me débrouiller seule et pouvoir protéger les gens qui me sont chers. Mais j'ai encore tant de chemin à parcourir et ce n'est pas ce soir que je pourrais m’entraîner.

Tu habites toujours ta grande maison non ? Je me souviens à peu près du chemin si c'est le cas.

*- Oui, toujours...*

Tu tiens le coup Haiz ?

*- Je n'abandonnerais pas... Jamais... *

Je ne crois pas que cela soit vraiment la réponse qu'il attendait mais c'est ce qui m'est venu, tout seul. Je n'ai pas réfléchi, je n'en ai plus la force. Je sais juste que je n'ai pas le droit d'abandonner, c’est ce que je me suis promis. Alors, je ne laisserais pas une grippe ou je ne sais quoi me mettre aussi facilement au tapis. Je sens comme une goutte étrange sur ma main et finis par lever les yeux vers le ciel bas et cotonneux, avant de voir que ce n'est pas de la pluie qu'il tombe du ciel.

*- Il neige... C'est si joli... *

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]   Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 EmptyDim 20 Nov - 21:15

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu


F. Haizea





Je vois, elle fait donc du Kung fu, je ne trouve pas ça ridicule, chacun son truc, personellement je maitrîse maintenant les armes ce qui peut faire très spécial sur le papier pourtant... Je m'entraîne depuis 2 semaines à simplement exploiter cette soif de sang que j'ai développé à force de pleurer, hurler ma tristesse et ma haine. Il n'y a pas que physiquement que j'ai changé, mentalement aussi, même si mes changements physiques sont flagrants, ils ne sont rien comparé à cette soif de sang et de recherche de puissance qui ce sont emparé de moi. Je me souviens encore de la question de mon maître " Pourquoi veux tu dégainer ton arme exactement ?". Les premières fois j'avais simplement répondu "pour me défendre et mes amis", elle en avait tenu compte mais ne semblait satisfaite, mais depuis cette journée ou tout à basculé, j'ai apporté une nouvelle réponse à cette question qui semble bien la satisfaire:  " Si je dégaine mon arme ... C'est pour tuer avant d'être tué ou que les autres soit tué".

D'une certaine façon la plus part des gens ne verrons aucune différence entre ses 2 réponses, pourtant le faussé séparent les 2 est tellement important qu'elle devienne chacune une route à suivre. Je reprend un peu mes esprits au lieu de penser à ça et lui demande alors si je pensais au bon chemin pour la remmener chez elle. Elle me confirme que oui elle n'a pas changé depuis, je continue alors sur le chemin que je suivais en marchant je lui demande si elle va bien, si elle tient encore le coup et elle me répond directement:

*- Je n'abandonnerais pas... Jamais... *

Je ris doucement, c'était une réponse pour se remotiver ça, ça se sentait fortement. Je regarde de nouveau devant moi esquivant des personnes qui ne faisait pas attention à ce qu'il y avait en face d'eux et marche toujours, la neige tombait de plus en plus, je suis sur que la plus part des gens étaient content et émerveillé, on s'approche de noël, ce sont des choses que les gens veulent, un noël avec de la neige c'est magnifique voyons. Pourtant moi c'est un haut de coeur que j'ai en voyant ça et je serre légèrement les dents:

*- Il neige... C'est si joli... *

Je reste assez silencieux un petit laps de temps, et viens sourire doucement :


Ouai, c'est cool on approche de noël en plus.

Je continue d'avancer tournant dans les quartiers résidentiels et je commence à capter qu'on est plus vraiment très loin de sa maison, encore quelques pas et ça devrait le faire.

Dit Haiz, qu'est ce que tu penses des gens qu'on appel meurtrier ?

Je lui posais la question sans vraiment y réfléchir, je savais juste que depuis 3 semaines j'en étais devenu un même si c'était de la défense et aussi par excès de rage. Bien que j'avais pas honte de ce que j'avais fais, je me demandais si j'aurais pas du les laisser me tuer, j'aurais pas à être seul et même si je l'assume, j'ai l'impression d'être tâché de tache rouge indélébile dans mon esprit.

Le soir ou Yona est morte devant moi, j'ai pas pu me contrôler et j'ai tué 3 personnes qui étaient responsable de ça... Je ne le regrette pas, mais j'ai du mal avec ...

Je regarde un peu dans le vide en lui annonçant ça.



Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]   Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 EmptyDim 20 Nov - 21:57

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu
Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Illust14
Feat.... Nemeroff Dreiden

Ouai, c'est cool on approche de noël en plus.  

Ses mots ne sonnent pas justes à mes oreilles. Est-ce que c'est à cause de la fièvre? Ou de cette ambiance cotonneuse qui m'entoure et m'engourdie lentement? Non, je ne crois. Sa voix, elle n'a pas le même ton que quand il souriait vraiment un peu plus tôt. Je peux le sentir, il y a quelque chose qu'il ne me dit pas. Oui, un Noël blanc, c'est le rêve de tous les enfants mais il est vrai que le blanc à maintenant une toute autre signification pour lui. Que je suis bête. Il ne peut pas aimer la neige sans penser à elle. Encore une fois, j'ai perdu une occasion de me taire.

Dit Haiz, qu'est ce que tu penses des gens qu'on appel meurtrier ?

Malgré mon état un peu comateux, je me redresse comme je peux, essayant de tendre assez le cou pour voir son visage. Mais je n'y arrive pas. Cette question, elle n'est pas anodine mais sur l'instant, je ne sais pas comment y répondre. Parce que j'ai la sensation de la comprendre sans en saisir toutes les nuances et cela me gêne un peu. Pour le coup, le brouillard de mon esprit semble se lever, réveillant toute mon attention alors qu'il va de nouveau parler.

Le soir ou Yona est morte devant moi, j'ai pas pu me contrôler et j'ai tué 3 personnes qui étaient responsable de ça... Je ne le regrette pas, mais j'ai du mal avec ...

C'est donc ça. Comme avec Elly. Sauf que moi, à part finir brûlée et électrocutée à l’hôpital, je n'avais rien fait. Seule Kira m'avait sauvée la vie. Je sens une larme perler à mon œil avant que je ne me mettes doucement à pleurer pour de bon. Je suis tellement désolée pour lui. C'est horrible ce qui lui est arrivé et je ne peux que partager sa douleur car je connais la même.

mes sanglots ont réveillés un peu la douleur dans mes poumons et mon souffle se saccadant à du alerter Nemeroff qui me pose par terre pour venir s'assurer que je vais bien. Moi, je pleure, la respiration sifflante avant de venir simplement le prendre dans mes bras. Comme Kira l'avait fait avec moi, quand je pleurais ma Elly disparue. Je me sens impuissante, et ce n'est pas ça qui pourra l'aider. Alors, je m'écarte un peu, pour articuler au mieux ma réponse à sa dernière question.

"- Un meurtrier ne se... poserait pas cette question... Il tue pour le plaisir... et cela ne lui fait rien... Ce n'est pas ton cas... Tu ne seras jamais comme eux... "

Parce que je l'ai vu, cette larme qui n'a pas voulu couler mais qui étais bien présente au coin de ton œil. Cette douleur que tu contenais dans tes paroles et que tu n'as pu maîtriser quand quelqu'un s'en ai prit au souvenir de ce que tu as défendu. Alors, non. Tu n'es pas et ne seras jamais un meurtrier parce que tu as vengé la mort de cette personne à qui tu tenais tant. Moi, je n'ai jamais été capable de venger qui que ce soit. Maman, Gaea, Elly... Même Jason, je n'ai rien pu faire pour eux. Dans ce sens, je suis aussi coupable de leur mort. Ce qui fait que je suis...

"- Moi aussi, j'en suis une... A ma façon... Comme tout le monde dans cette ville... Mais pas par volonté... Simplement, par la force des choses... "

Au Centre commercial, cette fille qui maîtrisait le temps a disparu après mon coup et n'est jamais revenu. Si ça se trouve, c'est moi qui l'ai achevé, sans même le savoir. Kira a déjà tué, je l'ai même vu faire mais jamais je ne l'ai considéré comme un assassin. Et cela ne changera pas. Nous vivons dans un monde cruel, nous n'avons simplement pas d'autre choix que de nous y adapter. Et parfois le simple fait de survivre peut nous obliger au pire. A tuer...

"- Je t'interdis... de penser ça de toi... Tu es et restera toujours... quelqu'un de bien... Nemeroff Dreiden..."

J'ai pris son visage entre mes mains pour le forcer à me regarder. Je veux qu'il voit que moi, je n'ai pas peur de lui et que je lui fais confiance. Qu'importe son apparence, sa taille, son expression, Nemeroff restera toujours Nemeroff. Je voudrais sourire mais la toux est la plus forte et je reviens serrer le poing contre ma poitrine en feu. M'étant rapprochée de lui, ma tête vient de nouveau se caler contre la sienne et son front me parait soudain glacé, contrastant tellement avec la chaleur qui me mange le visage que cela m'arrache un grand frisson.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]   Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 EmptyDim 20 Nov - 22:29

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu


F. Haizea





Je lui pose la question sans prévoir la réaction que ça allait lui déclencher, je ne voulais pas cette réaction, je lui avais demander ça dans le fil de ma réflexion et car je voulais savoir son avis pour ça, mais quand je m'aperçois qu'elle pleur, notemment par les gouttes que je sens tomber doucement dans mon coup je m'arrêtes immédiatement et vient déposer Haizea, je confirme donc de visuel qu'elle pleur bien, je la vois se reculer légèrement et me dire:

"- Un meurtrier ne se... poserait pas cette question... Il tue pour le plaisir... et cela ne lui fait rien... Ce n'est pas ton cas... Tu ne seras jamais comme eux... "

Je la fixe en silence, ce n'était pas vraiment ça mais ça me fait plaisir qu'elle me rassure sur mon côté encore humain car avec le chemin que j'ai décidé d'emprunter je ne sais pas si elle restera encore longtemps, il ne faut pas grand chose pour qu'un homme vende son âme, son honneur et tout ce qui fait de lui qu'il est bon. Je reste assez silencieux pour le coup et la laisse dire:

"- Moi aussi, j'en suis une... A ma façon... Comme tout le monde dans cette ville... Mais pas par volonté... Simplement, par la force des choses... "

J'ouvre un peu les yeux, je ne pensais pas qu'Haizea contenait une douleur aussi grande elle aussi pour le coup, la voyant pleuré à cause de ma question un peu sortie de nulle part je me sens un peu mal à l'aise pour le coup et j'aimerais la voir sourire finalement. Mais maintenant qu'on en parle autant finir la discussion ça serait encore plus horrible de se défiler:

"- Je t'interdis... de penser ça de toi... Tu es et restera toujours... quelqu'un de bien... Nemeroff Dreiden..."

Je rougis légèrement, chose que je n'avais plus l'habitude... Je me sens étrange et la larme que j'avais retenue tout à l'heure finit par couleur finalement ... Une larme de soulagement, pas forcement de tristesse. Alors que je sens les mains d'Haiz sur mes joues elle vient mettre son front contre le mien ... La chaleur qu'elle dégage me réchauffe un peu la tête, je ferme légèrement les yeux un instant. La larme coulant des mes yeux... Je rouvre doucement les yeux et regarde Haiz venant essuyer ses larmes à elle:


Merci Haiz... Tu es vraiment chouette comme fille...

Même avec mon frère je n'en avais pas parlé ayant fais un blocage sur ça. Maintenant que nous en parlons je me dois de lui dire le bout de ma pensée ... Je ferme les yeux reprenant une respiration normal et la fixe dans les yeux, et lui annonce en toute sincérité:

Mais le fait est...Que les gens meurt autour de moi en me protégeant ou car je suis faible ...Et j'ai décidé d'assumer la tristesse, la colère sur mes épaules... Et s'il le faut, je retuerais pour protéger mes proches... C'est un acte horrible, mais j'ai encore eu la preuve que c'est le seul moyen de protéger les gens que j'aime...

Je pose mes mains sur les épaules de Haiz pour lui annoncer ça, j'étais ce qui étais de plus sérieux ... J'ai déjà commencer sur cette voix en apprenant l'arme pour tuer, rapidement, en un coup, le moins de risque pour un effet percutant. Prendre la vie des autres avant qu'ils ne prennent la vie des miens.

... Ce monde, cette ville, on ne peut pas survivre sans se battre et je l'ai enfin compris et je ne veux plus voir le sang des autres tombés pour moi ou car je suis trop faible pour survivre

Je la fixe toujours dans les yeux en silence, quand je pense avoir finit de dire ce que je pensais, je ferme les yeux, mon coeur se serra pour la première fois en 3 semaines et je sentais qu'elle allait me traiter de fou et se barrer, c'est pour ça que je ferme les yeux, au moins je ne serais pas ce qu'elle allait me dire.



Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]   Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 EmptyDim 20 Nov - 23:23

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu
Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Illust14
Feat.... Nemeroff Dreiden

Merci Haiz... Tu es vraiment chouette comme fille... 

Non, je ne suis pas chouette. Seulement faible. Condamnée à assister à la disparition de ceux que j'aime et malgré tout, à vivre avec la douleur de leur perte en essayant vainement de trouver un sens à mon existence. Incapable comme aujourd'hui de simplement rentrée chez moi de par ma ma santé fragile. Je suis vulnérable, une cible privilégiée, une proie facile et pourtant... Si je suis encore là, c'est qu'il doit y avoir une raison. Alors, je la cherche, désespérément.

Mais le fait est...Que les gens meurt autour de moi en me protégeant ou car je suis faible ...Et j'ai décidé d'assumer la tristesse, la colère sur mes épaules... Et s'il le faut, je retuerais pour protéger mes proches... C'est un acte horrible, mais j'ai encore eu la preuve que c'est le seul moyen de protéger les gens que j'aime...

Son regard ne peut pas manquer le mien qui s'écarquille de stupeur en entendant ses mots. Cette plaie que j'ai pansée depuis des années, que je me bats à chaque instant pour la garder la plus fermé possible, il vient de la rouvrir en grand. Ses paroles ne sont rien de plus qu'un échos douloureux de ce que je me répète depuis près de 10 ans maintenant. Et même si n'ai pas expérimenté concrètement la dernière partie de son discours, je sais parfaitement que je tiendrais le même. J'étais prête à tuer pour protéger Ewan et Luna, je l'ai fait durant ces combats au château la nuit d'Halloween alors oui, nous sommes pareils.

La seule différence flagrante entre nous reste la suivante. Il n'a vraiment réalisé le tout que récemment alors que je vie avec cette vérité depuis ma plus tendre enfance...

... Ce monde, cette ville, on ne peut pas survivre sans se battre et je l'ai enfin compris et je ne veux plus voir le sang des autres tombés pour moi ou car je suis trop faible pour survivre

Mes larmes coulent en silence alors que mes poings se sont serrés dans la fine pellicule de neige qui commence à tenir au sol. Ma poitrine me fait atrocement souffrir mais ce n'est pas du qu'à mes poumons en feu. Il a compris ce que j'accepté depuis longtemps. Mais là où il m'a fallu 10 ans pour vraiment me décider et faire quelque chose, il a déjà commencé à avancer. Une fois de plus, il se montre tellement plus forts que moi. Je suis encore tellement loin derrière les autres.

Sur le coup, je voudrais le détester d'être capable de faire ce que je souhaiterais réaliser personnellement depuis tant de temps sans y arriver. Mais au lieu de ça, je ne peux rien faire d'autre que l'admirer. Et réaliser le fossé qui nous sépare. Cette détermination, cette volonté, cette force qui l'anime, je ne les aurais jamais et je l'envie pour ça. Définitivement, je suis une imbécile fini, c'est officiel.

*- Nemeroff... *

Comme il ne me regarde pas, je l'écris sur sa main, pour attirer son attention. Et dès que son regard revient croiser le mien, je le gifle. C'est à peine si ma main a claquée sur sa joue. Je n'ai plus de forces, je suis épuisée et je frissonne de plus en plus, mais je dois aller au bout de mon de ce que j'ai commencé. J'ai l'ai encore dit un peu plus tôt, je n'abandonnerais jamais...

"- Tu ne t'es pas battu et tu as survécu.... Tu as survécu donc tu n'es pas faible... Aujourd'hui, tu n'as rien vu venir mais demain... Tu évitera le coup... C'est ainsi que l'on grandi, par ici..."

Notre passé est douloureux. Mais nous ne pouvons pas le fuir, simplement le faire notre et tout en apprendre. Ici la vie est cruelle, même avec les enfants, mais une fois que la leçon est apprise, on ne l'oublie plus. Et les souvenirs les plus marquants sont toujours ceux qui laissent des traces. Aussi bien physique que psychologiques. Aussi bien légère et éphémère comme ma main sur sa joue, que dévorante et éternelle comme ses souvenirs tendres qui ne seront plus jamais que des images d'un passé révolu.

"- Laisse les autres... s'occuper d'eux-mêmes... Car si tu t'oublies... personne ne pensera à toi... a ta place... A chacun... sa tristesse et sa colère...
On ne peut pas aider les autres... si on sait pas s'aider soi-même..."


J'en avais fait la triste et douloureuse expérience. Je parlais en connaissance de cause mais ma douleur, ma souffrance et ma tristesse, s'il pouvait la lire dans mon regard et la traduire à travers mon corps qui me trahit, je ne lui donnerais pas. Car c'est à moi de la porter, pleine et entière. Pas à lui de devoir la supporter à ma place. Tout comme, même dans mon état, il ne devrait pas avoir à me porter.

Alors, je tente de me relever mais mes appuis sont difficiles et mon souffle se saccade de nouveau, violemment. J'ai froid, la sueur froide colle mes cheveux humides à ma peau brûlante alors que ma tête tourne. Je suis debout mais le moindre souffle d'air me fera chuter, je le sens. Ma vue est trouble mais je souris comme je peux, jetant toues les forces qu'il me reste dans cette bataille perdue d'avance.

"- Je suis... toujours... debout..."

Mes jambes flageolent tellement que mes genoux lâchent sous mon poids. Oui, je n'ai pas atteint mon but, rentrer seule. Mais au moins, j'aurais essayé jusqu'au bout. Je n'ai pas abandonné...

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]   Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 EmptyDim 20 Nov - 23:49

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu


F. Haizea





Alors que mes yeux sont fermés, je sens que Haiz me prend la main et vient m'écrire quelques choses je rouvres les yeux doucement et vient me une gifle qui me fait mal ... Pas par l'impact mais sa symbolique. Je reste silencieux et regarde Haiz, je comprend le geste, ou je pense plutôt le comprendre, mais au vu de son regard qui est toujours remplis de larme. La ou je pensais tout comprendre, tout est remit en question à la vue de se regard qui montrait que le temps avaient laissé bien plus de trace dans l'esprit de la demoiselle que moi, mais alors que je vois Haiz comme une jeune femme remplit de douceur et innocence, elle semble m'envier quelque chose que je ne comprend pas:

"- Tu ne t'es pas battu et tu as survécu.... Tu as survécu donc tu n'es pas faible... Aujourd'hui, tu n'as rien vu venir mais demain... Tu évitera le coup... C'est ainsi que l'on grandi, par ici..."

Je pose ma main sur ma joue tout de même, j'essaye de comprendre pourquoi elle a l'air si triste alors tout ses choix sont les miens et non les siens ... A moins que justement, elle n'arrive pas à prendre ses choix. Mais n'est ce pas plus mal ? As ton besoin de 2 amis qui sombre dans ce que l'humain peut être de pire ? Des hommes prêt à supprimer la vie de toute un groupe juste pour la survie du sien ? Si je devais me battre ça serait pour mon frère, Haizea qui est mon amie proche, mes parents ... Mon maître qui m'a permit d'avancer au lieu d'en venir au suicide amoureux.

"- Laisse les autres... s'occuper d'eux-mêmes... Car si tu t'oublies... personne ne pensera à toi... a ta place... A chacun... sa tristesse et sa colère...
On ne peut pas aider les autres... si on sait pas s'aider soi-même..."


Je la fixe, elle semblait avoir expérimenté ce constat d'elle même ... Seule, je me demandais ce que Haiz avait vécu de si terrible pour penser ça. Cette pensée m'était venue après une suite d'évènement catastrophique mais pas avant, mais elle semblait endurer ça depuis plus longtemps que moi ... Bien plus longtemps. Je pouvais le lire dans ce regard de la tristesse et de la douleur. Alors que je la regarde, elle essaye de se relever et essaye de marcher seule, il était claire qu'elle voulait montrer sa propre volonté de vouloir avancer seule et se battre seule, j'essaye de l'en empêcher...

"- Je suis... toujours... debout..."

Alors que je vois qu'elle flanche je me mets rapidement devant elle pour la récupérer contre moi puis la serre dans mes bras doucement ...Pour la réconforter un peu, la réchauffer, la félicité de cette détermination... Puis je la reprend sur mon dos en me tournant :

... J'admire cette volonté que tu as Haiz, mais laisse moi porter ta douleur et ta fatigue pour aujourd'hui

Je la soulève et commence à marcher doucement pour la remmener chez elle au plus vite, son état n'avait vraiment pas l'air de s'améliorer pour le coup. Je me mord un peu la lèvre et lui dis:

Je ne pensais pas que tu avais souffert autant toi aussi ... Sûrement plus que moi ...

Je me trouve un peu bête de lui avoir dis ça pour le coup, tout mon raisonnement sur le fait qu'il faut mieux tuer les gens:

Mais pour ma part, je n'attends plus rien des autres, ni de dieu ou tout autre notion stupide qui prône la gentillesse et l'ordre.

Je continue d'avancer doucement regardant la neige qui tombait toujours ... Je ne pensais pas qu'Haiz pensait ça ou était aussi touché par la mort de ses proches, j'avais pu le voir dans son regard elle savait de quoi elle parlait et l'a expérimenté plus d'une fois....

Donc hésite pas à te reposer tout de même sur moi quand c'est trop dur ... C'est le chemin que j'ai choisis et je l'ai déjà entamé. Je préfère voir mes proches sourire que mort et moi encore en vie entrain de vivre une vie fade et sans future joyeux.

Je vois au loin la maison d'Haizea et soupire qu'on soit bientôt arrivé pour la mettre au chaud:

Je suis un peu devenu comme cette neige ... J'ai perdu ma couleur. Tu n'as jamais trouvé ça triste la neige ? Un blanc immaculé voué à disparaître quand il trouvera la moindre petite chaleur dans ce monde ?



Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]   Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 EmptyLun 21 Nov - 0:14

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu
Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Illust14
Feat.... Nemeroff Dreiden

... J'admire cette volonté que tu as Haiz, mais laisse moi porter ta douleur et ta fatigue pour aujourd'hui 

*- Juste pour... Aujourd'hui alors... *

Non, je n'abandonne pas. Mais il est des fois où résister signifie être détruit. Alors, j'accepte son aide, comme une main qui se tend lorsque l'on est désespérément seul. Je suis littéralement à bout de force, la douleur mêlée de la maladie à cette souffrance réveillée me rongeant doucement alors que le froid extérieur met encore davantage mon corps à mal. Mais bientôt, tout cela sera fini. Je vais rentrer, me soigner et laisser ses plaies se refermer de nouveau. Pour reprendre ma vie et continuer à avancer, comme je me le suis promis.

Je ne pensais pas que tu avais souffert autant toi aussi ... Sûrement plus que moi ...
Mais pour ma part, je n'attends plus rien des autres, ni de dieu ou tout autre notion stupide qui prône la gentillesse et l'ordre.


*- C'est là ta force... Personnellement, j'espérerais toujours... *

Parce que je suis née de l'amour de deux ennemis. Car je suis des deux camps et que mon frère l'est également. Parce que si il y a de la souffrance et de la douleur en veux-tu en voilà, les instants bonheur que l'on parvient à vivre n'en sont que meilleurs, et la chaleur de leur souvenir infiniment décuplée. Oui, je suis une douce rêveuse, une utopiste, une éternelle naïve mais ça, je ne le changerais. Alors, j'apprendrais à vivre avec et à en faire un moteur, si ce n'est une force.

Donc hésite pas à te reposer tout de même sur moi quand c'est trop dur ... C'est le chemin que j'ai choisis et je l'ai déjà entamé. Je préfère voir mes proches sourire que mort et moi encore en vie entrain de vivre une vie fade et sans future joyeux.

*- Tu verras que... tu pourras aussi... connaître les deux et ça... ça n'a pas de prix.. *

Voir ses proches qui sourient et lui avec eux. Avec un futur incertain certes, mais où une lumière éclaire envers et contre tout le bout de ce chemin rempli de ténèbres. J'ai les yeux fermés, le souffle lourd et la tête complètement appuyées sur Nemeroff. S'il ne me tenait pas, je tomberais à coup sûr, j'ai à peine eu la force de laisser mes bras pendre de chaque côté de son cou.Mais mon esprit est encore assez éveillé pour suivre la conversation bien que cette dernière me semble plus lointaine, plus floue aussi.

Je suis un peu devenu comme cette neige ... J'ai perdu ma couleur. Tu n'as jamais trouvé ça triste la neige ? Un blanc immaculé voué à disparaître quand il trouvera la moindre petite chaleur dans ce monde ?

*- Quand la neige disparaît... elle devient le printemps... C'est pour ça que... j'ai toujours aimé la neige... *

Mes doigts ont du mal à venir rédiger les derniers mots. Je sens que mon esprit est de plus en plus engourdi, me réclamant un repos que je lui refuse encore. Plus pour longtemps, je n'en ai pas la force mais au moins encore quelques instants.

*Toi aussi, tu connaîtras... ton printemps... Un jour...*

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]   Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les retrouvailles entre une amie et un inconnu [F. Haizea]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-