Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
-21%
Le deal à ne pas rater :
Calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Harry Potter en promo
49.99 € 62.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] Empty
MessageSujet: Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]   Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] EmptyMer 7 Mai - 23:36

«Puisse qu'il fallait partir, je l'ai fais avec le sourire, le menton haut, le visage fier et le coeur brisé.»

L'aiguille fit le tour du cadran, le train filant toujours plus loin de Quederla à mesure que les heures s'égrainaient, inlassablement. Itami n'avait eu qu'une envie durant tout le long du trajet, descendre à chaque fois que le train entrait dans une gare et rentrer. Rentrer chez elle.. chez eux. Retrouver son frère et ne plus le quitter. Ils ne devaient pas se séparer. Ils étaient.. inséparables.

Les yeux noirs de la jeune fille ne se détachent pas de leur reflet dans la vitre. Inséparables. Ce mot n'avait plus de sens désormais. Son frère en avait décidé ainsi. Lui et sans doute, quelqu'un qui lui avait mi cette idée en tête. Elle ne connaissait pas bien la princesse Seryk mais elle savait très bien ce qui liait leur deux familles et sa position dans la Famille dont faisait partie son frère. Ce dernier ne l'avouerai sans doute jamais mais, Itami était persuadé qu'il avait un certain respect pour cette femme aux cheveux roses, en tout cas, il lui prêtait une oreille plus attentive qu'aux conseils des autres membres de la famille, peut-être à cause de son grade.. Aucun doute pour Itami que si elle était dans ce train aujourd'hui ce n'était pas par le seul fait des réflexions de son frère. Après tout.. si il avait voulu la "protéger", l'éloigner du conflit, il l'aurait fait il y a bien longtemps, lorsqu'elle n'était encore qu'une enfant, elle faisait alors une cible bien plus facile qu'aujourd'hui !

Aussi la jeune fille, les yeux rivés sur le paysage qui s'obscurcissait, voyait cet éloignement forcé comme une punition. Et elle avait accepté cette punition. Car selon elle, elle la méritait. Elle n'avait pas été assez forte, des Elementis avaient réussi à la capturer, peu de temps.. mais assez pour blesser profondément l'orgueil de la jeune fille qui avait du se faire secourir. Depuis elle vivait cela comme une immense humiliation et une faute extrêmement grave, car elle avait faillis à l'un de ses principes; ne pas causer d'ennui à son frère. Voila aujourd'hui sa punition, elle lui semblait aussi terrible que l'humiliation qu'elle devait porter. Elle était trop faible pour se tenir aux côtés de son frère, elle était.. un fardeau à ses yeux.

Cette idée glaçait son coeur. Si elle n'était pas digne de marcher à son côté.. Alors elle perdait la place qui était sienne dans ce monde. C'est comme un fantôme errant, en âme en peine, qu'elle sortit du train au terminus. Ils étaient peu nombreux sur le quai et un homme tenait entre ses mains une feuille de papier avec écrit "Kuronuma" en lettre bâton. La jeune fille détailla rapidement l'homme, des cheveux grisonnant ébouriffés par le vent, légèrement vouté mais portant encore avec une élégance certaine un costume gris et une cravate. Quel accoutrement bien formel.. La jeune fille en kimono, sa lourde valise fermement tenue dans sa main gauche, s'approcha de l'homme, s'inclinant comme son frère le lui avait enseigné, surprenant quelque peu l'homme qui s'apprêtait à lui tendre la main.

- Je suis Kuronuma Itami, je vous remercie de m'accueillir chez vous.

L'homme afficha un léger sourire et opina du chef, imitant maladroitement son salut japonais avant d'agiter légèrement la main, s'excusant.

- Enchanté Mademoiselle Kuronuma, je me nomme Eric Folmann mais ce n'est pas chez moi que vous aller vivre, je travail pour Monsieur et Madame Cielecki qui sont très heureux de vous accueillir. Suivez-moi je vous prie, la voiture est juste à côté.

La jeune fille était surprise, cet homme était donc une sorte de.. majordome ? Son frère ne lui avait pourtant pas décrit sa famille d'accueil comme étant noble ou quelque chose comme ça. Enfin, cet homme avait son nom et il n'y avait pas trente-six jeune fille cherchant une famille d'accueil sur ce quai. Itami était sans doute trop suspicieuse, une déformation professionnelle. Le visage de cet homme lui inspirait cependant sympathie et elle avait vu ses mains, c'est ce qu'elle regardait en premier.. Celles-là avaient durement travaillées, elles étaient grossières et tremblaient très légèrement, pas des mains d'assassin.

- Vous êtes seule ?

La question surprit Itami qui comprit brusquement qu'en plus de la considérer trop faible pour rester à Quederla, son frère la croyait si démunie qu'il avait prévu d'envoyer quelqu'un avec elle ! La fierté de la jeune fille en prit un sacré coup derrière la tête. Itami redressa cependant le menton et déclara rapidement :

- Je suis seule à présent et rien ne saurait changer cela, je vous suis.

On a pas idée de piquer à vif l'orgueil d'une femme.. surtout quand cette dernière est une tueuse née et qu'elle a quinze ans. Les deux silhouettes s'éloignèrent de la gare et partir dans une voiture somme toute assez commune bien que confortable. Le voyage se fit dans le silence, Itami n'étant guère douée pour faire la conversation lorsqu'elle était d'humeur aussi maussade. Ils arrivèrent à la maison des Cielecki en plein milieu de la nuit, c'était une maison familiale entourée par de grands champs, la demeure était plongée dans l'obscurité. Personne ne les attendait ? Visiblement conscient de l'interrogation de la jeune fille, Folmann prit la parole.

- Monsieur et Madame Cielecki reviendront dans trois jours, je vais vous montrer votre chambre, entrez.

Itami obéit, elle était fatiguée par ce voyage interminable pourtant, dans cette chambre étrangère, dans ses draps à l'odeur de lessive, dans cette ambiance trop calme, elle ne trouverait pas le sommeil. Elle n'était, définitivement, pas chez elle. Pire encore.. elle ne le serait peut-être plus jamais.


Dernière édition par Itami Kuronuma le Dim 11 Mai - 17:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] Empty
MessageSujet: Re: Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]   Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] EmptyVen 9 Mai - 3:45


Il était rare que le jeune Shin Rudo s'aventure aussi loin de Quederla, il faut dire que les alentours de la ville requéraient assez peu sa présence et qu'il n'avait aucun intérêt réel à sortir de son cadre de vie habituel. Tout d'abord, cela l'éloignait de tout ce qui était relatif à son travail et pouvait être problématique s'il était trop loin alors que quelque chose se passait, ensuite le seul réel intérêt qu'il avait trouver à s'aventurer aussi loin était la découverte de nouveaux paysages. Autant dire que faire un nombre incalculable d'heures de transport pour simplement aller observer un endroit, il avait souvent mieux à faire.

Ce jour-ci, il ne s'était justement pas déplacé dans le but d'admirer les collines verdoyantes, l'horizon à perte de vue ou la mer d'un bleu azur qui fait chavirer les marins les plus aguerris devant sa pureté, non, c'était bien différent de tout cela. Aujourd'hui, il s'était déplacé pour le travail. Alors que le transport avançait à son rythme vers sa destination, le jeune garde du corps relisait les clauses du contrat tout en réfléchissant à l'organisation qu'il allait avoir tant que celui-ci durerait : il ne pouvait pas se permettre de passer trop de temps loin de Qederla mais ne pourrait pas non plus honorer ses engagements en s'absentant trop. C'était un dilemme auquel il avait déjà plusieurs solutions mais mieux valait ne pas précipiter les choses et plutôt attendre de rencontrer cette fille, Itami, avant de se décider sur la marche à suivre.

En plus des papiers habituels relatifs à son travail de garde du corps, Shin avait fait ses propres recherches sur tout ce qui aurait pu lui faciliter sa mission : passé, famille, amis, ennemis, relations, tout était passé au crible fin et il avait récupéré tout ce qu'il pouvait. Tout cela n'était pas simple, il n'avait pas toujours l'envie de s'intéresser d'aussi près à la vie de certaines personnes mais souvent, la résolution des conflits et la mise en place d'une sécurité impliquait une parfaite connaissance du terrain et des participants.

Il ne s'était jamais rendu aussi loin et alors que les collines ondulaient sous son regard, le temps paraissait tout de même long, trop long, si bien qu'il s'endormit. Le travail était parfois épuisant, les nuits aussi et ce moment de calme où il n'avait rien à faire eut raison de sa fatigue. Ce n'est qu'une fois arrivé à destination qu'il daigna ouvrir les yeux, sortir de la voiture dans laquelle il était et fouler le sol de son pas. La nuit avait pris ses droits sur l'endroit et le peu d'éclairage dans la maison en face de lui n'aidait guère à se faire une idée de l'endroit où il se trouvait. Il découvrirait probablement ceci le lendemain matin, lorsque la lumière du jour éclairerait enfin les alentours de cette contrée qu'il ne connaissait que des quelques descriptions qu'il en avait lu.

Alors que son chauffeur lui indiqua l'endroit où Shin devait se rendre, ce dernier emboîta le pas vers la porte d'entrée avant d'utiliser le heurtoir, prévenant ainsi de sa présence jusqu'à ce que quelqu'un daigne lui ouvrir. La réactivité ne semblait pas être la qualité première de l'homme qui lui ouvrit la porte : les cheveux grisonnant, un accoutrement formel, ce devait être un employé de maison.

Après une discussion explicative entretenue avec l'homme pendant quelques minutes alors que le garde du corps se débarrassait de ses affaires, le laissant dans ses vêtements habituels mêlant chemise blanche ainsi veston noir et pantalon de la même couleur, le jeune homme comprit qu'il n'y avait pas ici autant de monde qu'il avait espéré rencontrer.. Était-ce encore un contrat où la communication n'avait fonctionné qu'à moitié ? Soupirant, il se rappela des soins pris par cet homme, Takeshi, à propos de cette mission et se dit que tout cela devait avoir une logique mais elle lui échappait un peu pour l'instant. Une chose était sûre : il resterait quelques jours ici, peu importe ce qui allait se passer mais si quelque chose d'autre se présentait, il s'arrangerait, la famille à qui appartenait la maison devant revenir sous peu.

Une fois la direction de la chambre d'Itami prise, indiquée par les soins du vieil homme, Shin se rappela tout ce dont il aurait probablement besoin dans les prochaines minutes, ne s'attendant pas spécialement à un bon accueil étant donné ce qu'il savait de cette demoiselle. Il fallait qu'il se rappelle de ne surtout pas la sous-estimer tout en gardant un œil alerte sur elle. Cela n'allait pas être une partie de plaisir au premier abord, mais peut-être qu'avec un peu de chance il n'aurait pas à la menotter pour la forcer à rester quelque part après-tout.

La porte de la chambre étant à demi-ouverte, sa main poussa celle-ci afin de le laisser rentrer dans la pièce et tomba face à Itami, c'était bel et bien la première fois qu'il la rencontrait mais ne fut pas surpris pour autant : il savait à quelle genre de personne s'attendre et elle correspondait, c'était un bon point.

« Bonjour Itami. Je suppose qu'on t'as prévenu de ma venue ? »

L'arme toujours à sa ceinture ainsi que son air n'en faisait pas quelqu'un de menaçant mais il espérait juste qu'elle ait été ne serait-ce que mise au courant de sa présence, sans quoi ce serait tout un flot d'explication qui devrait fuser afin d'éviter tout malentendu. Sans même attendre une réponse, le jeune homme s'appuya contre la porte qu'il avait refermé derrière lui et reprit son discours de plus belle.

« Pour résumer en quelques mots, je m'appelle Shin Rudo et je serais dans les parages pendant...quelques temps afin d'éviter tant que possible que les erreurs du passé ne se répètent. Je me doute que le voyage n'a pas été de tout repos mais si tu as des questions, autant les poser maintenant. »

Le ton était quelque peu donné : elle savait probablement qu'il n'était pas là pour rire mais il tenait à le rappeler autant que possible. Il avait souvent eu des personnes de l'âge d'Itami à protéger mais leur caractère semblait tout à fait différent de celui de la jeune fille qui était en face de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] Empty
MessageSujet: Re: Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]   Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] EmptyDim 11 Mai - 17:41


Les yeux sur le plafond, Itami broie du noir. La chambre est plongée dans l'obscurité, la fenêtre ouverte sur un vent frais, la porte entre-ouverte laissant un courant d'air se faufiler sur les draps d'un lit vide. Allongée sur des couvertures soigneusement pliées au sol, la jeune fille tentait tant bien que mal de recréer un espace familier dans cette demeure étrangère. Elle ne pouvait pas dormir sur un lit occidental, son futon lui manquait quand à la fenêtre et à la porte ouverte.. simple sécurité. Comment pouvait-on croire être en sécurité en gardant toutes les entrées grandes ouvertes ? D'une part parce que ces entrées étaient aussi des sorties et d'autre part.. parce que rien ne pourrait approcher de cette chambre en la surprenant dans son sommeil, puisqu'elle ne dormirait pas.

Elle ferma un moment les paupières, écoutant le bruissement du vent dans les branches, les craquements de la maison et le ronronnement d'un moteur qui s'approche, l'arrêt d'un véhicule, les portières qui claquent, le heurtoir contre le bois de la porte d'entrée. Itami rouvre brusquement les yeux, ses pieds nus glissent sur le parquet, un kunai se faufile entre ses doigts habiles alors qu'elle sort de sa chambre et se dirige vers l'escalier, se colle contre un mur dans l'ombre alors que deux voix masculines en contre bas entame les explications. La jeune fille fronce les sourcils et rejoins sa chambre. Voila donc l'homme qu'envoyait son frère pour la baby-sitter. Itami serre les poings, elle n'avait qu'une envie.. tuer cet homme et envoyer ses oreilles à son cher frère. Si il voulait la protéger, il n'avait qu'à le faire lui-même ! Au lieu de sa il se débarrassait d'elle et pour se donner bonne conscience envoyait un sous-fifre faire la basse besogne. Itami n'avait cessée de ressasser sa rancoeur depuis plus de vingt-quatre heures, elle était quelque peu.. irritée.

Des pas montent les marches. Itami écoute avec attention, le bruit que faisait l'homme en marchant pouvait lui indiquer de nombreuses choses, son poids, sa fatigue, son assurance.. Les doigts fins se referment sur le manche du kunai caché dans la manche ample de son kimono de nuit. Le vêtement blanc fermé à la taille par une ceinture de tissu rouge sang s'arrêtait à mi cuisses, ce n'était certes pas une tenue convenable pour se présenter devant quelqu'un mais.. Itami comme toujours voyait plutôt cela comme une excellente tenue de combat, laissant libre ses mouvements. La pièce était toujours plongée dans le nuit, seulement éclairée par l'éclat pâle de la lune, lorsque l'homme poussa la porte sans frapper ni s'annoncer. Il trouverait devant lui, le visage fixe et les yeux noirs de la jeune femme.

- Bonjour Itami. Je suppose qu'on t'as prévenu de ma venue ?

Il n'a pas l'air surpris de la voir debout devant lui, alors qu'elle devrait paisiblement dormir. Il n'a pas l'air embarrassé non plus, de venir la voir en pleine nuit. Il l'appelle par son prénom et la tutoie. Sa posture ne fait que confirmer ce qu'Itami devine à son attitude, il est plein de confiance en lui et.. il la prend de haut. Itami ne répond pas à sa question mais l'homme ne semble de toute manière, pas attendre de réponse, il referme la porte derrière lui et reprend son monologue sous le regard glacial et le visage impassible d'Itami.

- Pour résumer en quelques mots, je m'appelle Shin Rudo et je serais dans les parages pendant...quelques temps afin d'éviter tant que possible que les erreurs du passé ne se répètent. Je me doute que le voyage n'a pas été de tout repos mais si tu as des questions, autant les poser maintenant.

Trois senbon se plantent dans le mur à quelques millimètres de la joue du dénommé Shin. Le bras de la jeune fille se rabaisse alors que le mouvement à été rapide, instinctif, les senbon fusant à une vitesse trop élevée et l'attaque trop imprévisible sans doute, pour être contre-carré. Le garde du corps pouvait bien sortir sa lame à présent, cela était égal à Itami qui, n'avait semble t-il pas bougé ni de place ni de position. Les bras le long du corps, le dos droit, ses yeux noirs braqués sur le visage de l'homme avec autant de calme que de précision meurtrière. Ses lèvres fines s'ouvrent enfin, pas sur une réponse et encore moins sur une question mais, un conseil sous couvert de menace.

- Vous avez déjà fait trois erreurs, monsieur Rudo. Vous avez parlé du passé, montrant que vous aviez mi votre nez fouineur dans des histoires qui ne vous regardent pas et qu'en plus de cela, vous n'avez pas assez de subtilité pour vous taire sur des évènements dont vous ne devriez pas avoir connaissance et où votre diagnostique est mal venu. Ensuite, malgré vos petites recherches vous n'avez pas été capable d'anticiper le fait que vous n'aviez aucun droit d'employer ce ton familier avec moi. Enfin, et c'est là votre plus grande erreur..

La jeune fille s'approche de l'homme, son ton n'avait pas changé depuis le début de son monologue, toujours calme et glacé tout comme l'était son visage alors qu'elle levait à nouveau le bras mais lentement cette fois, sans agressivité. Sa main se tend, délicate, ses doigts se referment sur les senbon qu'elle arrache sans mal du mur tout en finissant sa phrase.

- .. vous avez accepté ce contrat.

Itami recule, les senbon disparaissent dans sa manche. Elle n'a pas besoin de lire des dossiers sur la vie de cet homme, elle le connait déjà. Elle a vu et entendu tout ce qu'il y avait à voir et à entendre. Sa démarche, sa posture lorsqu'il lui avait parlé, sa désinvolture, l'arme à sa hanche, sa carrure, sa façon de parler. Cela ne lui apprenait certes pas son passé, mais elle n'avait que faire de son passé contrairement à lui visiblement, elle savait cependant une chose, la seule qui pouvait l'intéresser, il n'était pas taillé pour ce contrat. La jeune fille tourne les talons et va s'accouder à l'encadrement de la fenêtre ouverte, la brise nocturne venant s'engouffrer dans ses cheveux noirs laissez libre sur ses épaules frêles.

- Vous passerez le bonjour à mon frère.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] Empty
MessageSujet: Re: Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]   Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] EmptyMar 13 Mai - 23:46



La nuit avait bel et bien repris ses droits sur tout ce qui les entouraient : il faisait sombre, la brise nocturne baignait la pièce d'un léger vent d'été qui ne manquait pas de rafraîchir les idées de quiconque se trouvait en sa présence. Apparemment, Itami n'avait pas eu besoin de cela pour rester éveillée en cette heure tardive mais cela, Shin s'y attendait étant donné ce qu'il savait de cette personne. Ce qui arriva après par contre, il avait beau être prévenu, il ne l'avait pas vu venir de toute manière.

A peine avait-il finis ses quelques paroles que trois fins tracés filèrent à travers le vent pour aller finir leur course à côté de la joue du jeune homme, quelques millimètres à peine séparaient ces objets non identifiés de sa peau. Étant donné la vitesse d'exécution de ce mouvement et son côté imprévisible, il doutais même d'avoir eu la réaction adéquate s'il s'y était attendu. Un léger coup d’œil sur la droite lui permit d'identifier ce qui avait failli lui écorcher le visage dans le meilleur des cas, l'entailler jusqu'à la moelle dans un autre bien moins joyeux : c'était des senbon, un genre d'aiguille qu'il avait généralement vu portées par des assassins pour leurs vertus rapides, discrètes et pratique. Couplés à un poison, ces quelques pointes inoffensives au premier abord devenaient une arme destinée à tuer.

Fort heureusement pour lui, elle avait intentionnellement visé à côté et il se retrouvait donc indemne, mais cela en disait long sur ses intentions et son ressentis vis à vis de la présence d'un garde du corps à ses côtés : c'était bien loin de son désir actuel, cela se ressentait par sa froideur, le regard qu'elle lui jetait et ne fut que confirmé par les paroles qu'elle prononça, immobile, alors que seules ses lèvres s'ouvraient. Malheureusement, ce ne fut pas pour poser une question au garde du corps comme il lui avait demandé, non, c'était un tout autre type de discours qui était prononcé.

- Vous avez déjà fait trois erreurs, monsieur Rudo. Vous avez parlé du passé, montrant que vous aviez mi votre nez fouineur dans des histoires qui ne vous regardent pas et qu'en plus de cela, vous n'avez pas assez de subtilité pour vous taire sur des événements dont vous ne devriez pas avoir connaissance et où votre diagnostique est mal venu. Ensuite, malgré vos petites recherches vous n'avez pas été capable d'anticiper le fait que vous n'aviez aucun droit d'employer ce ton familier avec moi. Enfin, et c'est là votre plus grande erreur..

En apparence, de simple conseils mais à la vue du ton, à l'entente de son ton et du sens de ses paroles, c'était plutôt un avertissement, frôlant les menaces, qui lui était directement adressé. Ne bougeant pas d'un iota tout en écoutant avec attention ce que lui disait Itami, il suivit du regard la jeune demoiselle alors qu'elle se levait, aussi calme que glacée afin de se déplacer jusqu'à lui et de récupérer d'un simple geste les senbon enfoncés dans le mur.

- Vous passerez le bonjour à mon frère.

Qu'espérait-elle alors qu'elle se dirigeait tranquillement vers la fenêtre pour s'accouder à celle-ci, tournant le dos à Shin alors que celui-ci, soupirant, se relevait. Passant sa main sur la joue qui avait échappé à une saignée nocturne, il soupira légèrement, se demandant comment il allait gérer cette apprentie assassine. Il avait beau avoir lu et entendu assez de choses d'elles pour se faire une idée, son humeur du moment et la découverte que ce serait lui, Shin, son garde du corps avait l'air d'avoir envenimé les choses plus qu'elles n'auraient dû l'être à la base. Il n'avait cependant guerre le choix, il n'allait pas lui aussi tourner les talons et laisser ce contrat tomber pour une simple altercation.

Il avança alors, ne brisant pas son silence alors que seul le bruit de ses pas raisonnait dans la pièce vide, accompagnés par le bruit provenant de l'extérieur. Il n'avait pas peur de cette jeune fille en tant que tel, non, il avait mâté des gens biens plus coriaces. C'était plutôt l’imprévisibilité de ce qu'elle pourrait faire et la surprise que cela déclencherait qu'il redoutait. Fallait-il qu'il durcisse encore le ton, qu'il en arrive à la contraindre de ses mouvements, de ses déplacements, à contrôler ses jours et ses nuits afin qu'elle ne puisse plus tenter quoi que ce soit envers quiconque ? Cela paraissait une mauvaise idée.

« Ce que je vais t'annoncer risque de ne pas te faire plaisir mais je ne compte pas rentrer à Quederla dans l'immédiat, le bonjour à ton frère semble donc compromis à l'heure actuelle, tu pourras lui passer toi-même lorsque tu le verras. Quitte à avoir fait le déplacement, autant profiter des alentours. »

Shin soupira alors qu'il s'approchait pas à pas de la demoiselle, ayant attrapé son briquet pour le manipuler de sa main gauche. Il avait besoin de s'occuper les mains alors que l'approche qu'il devait avoir envers cette fille sous sa protection se dessinait petit à petit au sein de son esprit tel un plan parfaitement filé. Il fallait juste espérer qu'il n'y aurait pas trop d'imprévus.

« Un problème se pose à nous par contre, ne laissant que peu d'issues : tu veux que je parte, je ne compte pas m'en aller. Soit cela se passera dans disons... l'entente cordiale du moment que tu ne tentes pas de rejoindre Quederla, soit nous devrons régler cela par la manière fort et cela ne m'enchante guère et toi sûrement de même : il y aura du sang, du grabuge et je doute que cela enchante quiconque de notre entourage.. »

Il jouait avec son briquet, encore et toujours. L'envie d'allumer une cigarette pour se déstresser de cette situation pesante se faisait sentir mais ce n'était pas le moment, pas du tout. Il ne sortirait pas son sabre, ce n'était nullement justifié et il devait la protéger et non pas se battre avec mais si elle voulait qu'il lui prouve qu'il saurait la défendre, il saurait lui montrer de quoi il en retourne. Cependant, la probabilité qu'une attaque survienne au beau milieu de cette nuit qui lui prouverait les talents du jeune homme était bien peu probable, il devrait trouver un autre moyen de gagner sa confiance ou tout du moins un terrain d'entente.

« Une solution te conviendrait-elle ? »

Appuyé contre le mur à côté de la fenêtre, il attendait une quelconque réponse de la part de la demoiselle, restant tout de même sur ses gardes afin qu'elle ne se joue pas de lui une seconde fois.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] Empty
MessageSujet: Re: Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]   Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] EmptySam 17 Mai - 18:53

La nuit semblait si paisible ici, loin de l'agitation habituelle de Quederla, loin des luttes qui déchirent les Familles et des crimes qui accablent n'importe quel habitant. Ici, entourée par des collines verdoyantes et des petits bois sans doute parsemés de lacs enchanteurs, un paradis pour se reposer, avoir l'âme en paix. La brise d'été qui souffle sur les joues pâles d'Itami n'arrivera pourtant pas à adoucir son envie, irrépressible, de quitter cet endroit. Elle veut retournée à Quederla, dans ses rues sombres où le danger rôde, où elle est le monstre inattendu, où qu'importe ce qui arrivera.. elle sera l'ombre et la lumière à ses yeux. Aux yeux de celui qui l'envoyait ici, loin de la ville, loin de chez elle et loin de lui. Accoudée sur le rebord de la fenêtre, Itami ne faisait même plus attention à l'homme dans sa chambre, qui se rappela à son bon souvenir en reprenant la parole.

Itami écoute d'une oreille, distraite. Il ne veut pas partir. Qu'importe, il n'avait qu'à errer dans cette maison. Qu'elle passe elle-même le bonjour à son frère.. Il était stupide ou il essayait de remuer le couteau dans la plaie ? La jeune fille se crispe légèrement mais peu à peu, se reprend, saisit par une étrange pensée, ironique et.. terriblement tentante. Aller elle même lui passer le bonjour.. Itami affiche un demi sourire fugace pour la lune qui transparaissait derrière un nuage alors que l'homme poursuit son discours.

- Un problème se pose à nous par contre, ne laissant que peu d'issues : tu veux que je parte, je ne compte pas m'en aller. Soit cela se passera dans disons... l'entente cordiale du moment que tu ne tentes pas de rejoindre Quederla, soit nous devrons régler cela par la manière fort et cela ne m'enchante guère et toi sûrement de même : il y aura du sang, du grabuge et je doute que cela enchante quiconque de notre entourage.. Une solution te conviendrait-elle ?

La jeune fille se met à sourire plus franchement, son visage tourné vers le paysage nocturne, elle secoue doucement la tête avant de fermer les yeux, laissant les rayons lunaires baigner son visage pâle d'une lueur féérique sans doute peu appropriée à ce qu'était là jeune demoiselle.. Puisqu'elle était, n'en déplaise à ces messieurs et dames de bonne moeurs, et à cet homme qui, dans sa chambre, pensait l'avoir cernée, loin d'être une apprentie assassine. Itami sourit toujours alors qu'elle rouvre les paupières et tourne ses prunelles d'ébène sur le visage du jeune garde du corps. Son sourire est sincère, Itami n'est pas ni hautaine, ni hypocrite, si elle sourit, c'est qu'elle sincèrement amusée. Penchant la tête sur le côté, elle dévisage sans gène l'homme qui joue nerveusement avec son briquet.

- Vous avez l'air de penser pouvoir m'arrêter, de pouvoir me contraindre à rester ici, de pouvoir peut-être même m'attacher si cela devient nécessaire ? Vous avez vraiment l'air de croire.. que vous contrôlez la situation.

La tête penchée ainsi sur le côté, un sourire amusé aux lèvres, Itami à l'air jeune, enfin.. elle à l'air d'avoir son âge. Ses pieds nus reculent de quelques petits pas sur le plancher alors qu'elle se décale légèrement pour se placer devant l'homme et l'examiner avant de lâcher très naturellement :

- Je pourrais vous tuer, là, maintenant, quand bien même vous semblez vous attendre à ce que je puisse attaquer à nouveau. Détrompez-vous, je ne vous pense pas "mauvais", vous êtes sans doute un bon garde du corps mais, vous n'avez semble t-il pas très bien évaluée la situation.

La jeune fille hausse les épaules, il n'était peut-être pas mauvais lame en main, mais, tout bon guerrier qu'il soit, il n'avait visiblement pas compris qui était son adversaire.

- Ce que vous avez dis sur le sang, le grabuge.. une solution qui ne m'enchanterais guère.. Vous êtes vraiment à côté de la plaque.

Il avait vraiment lu quelque chose sur elle ? Son frère avait pourtant du lui donner les informations nécessaires pour qu'il ne la sous-estime pas non ? Alors pourquoi.. s'entêtait-il à faire comme si il se trouvait en face d'une adolescente tout à fait normale ? Pourquoi faisait-il aussi peu attention ? Itami redresse le menton, reprend une allure plus sérieuse, cesse doucement de sourire.

- Voila ce que je vous propose, monsieur Rudo, pour que cette cohabition forcée ne tourne pas au massacre. Tout d'abord, vous allez cesser de croire que je suis une enfant et par la même occasion, cesser de me tutoyer. Je suis certaine que ce n'est pas une familiarité à laquelle vous vous adonneriez en face d'une femme plus âgée. Ensuite, vous allez être aussi transparent que possible, je n'ai nul besoin d'un baby-sitter et je vous prierais de ne pas vous abaisser à cela.

Itami était fine stratège, intelligente et fier. Elle ne supportait pas qu'on puisse la traiter en gamine, surtout venant d'un homme en qui elle n'avait aucun confiance ni estime. Il avait jusqu'ici fait preuve d'une désinvolture qui n'allait pas de pair avec son métier et de bien peu de subtilité qui allait drastiquement réduire son espérance de vie si il n'y prenait pas garde. Et ce dernier point n'était pas imputable à la jeune femme, un garde du corps qui ne sait pas se tenir à sa place ne trouverait vite plus de travail ou pire, tomberait sur un client à l'humeur délicate qui lui trancherait la gorge pour impolitesse. Itami n'avait pas de respect pour cet homme qui la prenait de haut, elle était cependant encore assez maîtresse d'elle-même pour ne pas engager un combat inutile.

- Maintenant, j'aimerai dormir, si vous voulez bien quitter ma chambre.. Demain j'irai courir, si vous pensez pouvoir suivre la cadence vous êtes le bienvenu, sinon vous n'aurez qu'à attendre mon retour en buvant une tasse de thé avec l'aimable monsieur Folmann.

Oui, Itami titillait la fierté du garde du corps mais, après tout, ce n'était qu'un contrat comme un autre pour le jeune homme, si il devait échouer, cela n'aurait pas de grandes conséquences. Si, par malheur, Itami échappait à son attention, si, elle revenait à Quederla, que se passerait-il pour lui ? Il perdrait juste un peu d'argent ? Devait-il vraiment s'infliger un contrat si chaotique pour quelques billets ? Allait-il vraiment tenir le coup ? À moins qu'il pressente que, si son contrat échouait, celui avec qui il avait traité, ne serait pas.. très content. Que cela soit le frère ou la soeur, il est bien mal venu de contrarier un Kuronuma ~ 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] Empty
MessageSujet: Re: Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]   Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] EmptyLun 19 Mai - 22:48



La nuit avait beau recouvrir la province visible par la fenêtre de son voile sombre, la fatigue n'avait pas encore atteint le mental ou le physique du jeune homme, le trajet effectué plus tôt ayant eu raison de son sommeil. Pour une fois, il n'était pas désagréable de se sentir dans une telle forme à une heure tardive étant donné la situation et la personne à qui il devait faire face : c'était vraiment loin d'être de tout repos aussi bien pour le corps que pour l'esprit, à croire que cette demoiselle allait se tenir à ce rôle exécrable tout du long de leur discussion malgré son jeune âge.

Shin avait beau avoir feuilleté en long et en large toutes les informations à sa disposition à propos de cette demoiselle Kuronuma, la réalité était différente de quelques points, principalement ceux qu'il avait décidé d'ignorer ce qui ne faisait pas bon compte. La situation aurait pourtant pu être résumée en quelques mots simples s'ils avaient été prononcés en bon temps et en heure : Itami comptait beaucoup sur sa fierté et son intelligence, en faisant une insupportable de compétition puisque ses capacités dépassaient celles d'une majeure partie des gens qui auraient suivi ce qu'il savait de son parcours.

« - Voila ce que je vous propose, monsieur Rudo, pour que cette cohabitation forcée ne tourne pas au massacre. Tout d'abord, vous allez cesser de croire que je suis une enfant et par la même occasion, cesser de me tutoyer. Je suis certaine que ce n'est pas une familiarité à laquelle vous vous adonneriez en face d'une femme plus âgée. Ensuite, vous allez être aussi transparent que possible, je n'ai nul besoin d'un baby-sitter et je vous prierais de ne pas vous abaisser à cela. »

S'il avait pu grogner, feuler ou s'outrer de se faire parler ainsi par quelqu'un, il ne se serait pas gêné mais trop de paramètres rentraient dans sa réflexion à ce moment là : il s'était planté, magistralement planté quand à l'attitude à adopter avec cette demoiselle. Habituellement, ce genre de problème ne se posait pas : lorsqu'on requérait une protection sur quelqu'un, celle-ci se laissait faire, acceptait de se plier à quelques règles n’interférant que peu avec leurs vies afin d'avoir quelqu'un à leurs côtés si le malheur leur tombait dessus. Des gens récalcitrants à ce point, il était rare d'en croiser et encore moins d'en accompagner. Les jeunes demoiselles de 15 ans qu'il croisait habituellement étaient un archétype bien lointain de ce qu'il observait sous son regard à cet instant.

Ce coup-ci cependant, le jeu en valait la chandelle pour un tas de raisons : financières, pratiques, et beaucoup d'autres. En cas de réussite, il se remercierait d'avoir pris sur soi, sur ses nerfs et son temps afin de profiter d'un futur plus radieux. Pour arriver au futur, il fallait pourtant faire avec le présent qui lui faisait face.

Soupirant alors qu'il se décalait de quelques centimètres, les bras croisés au niveau du torse, Shin sortit de son écoute passive pour glisser quelques paroles alors qu'un soupir à peine dissimulé s'échappait d'entre ses lèvres, signifiant que sa réflexion et son jeu n'avaient bel et bien pas aboutis à l'endroit désiré et qu'il devrait effectivement faire quelques concessions s'il désirait ne pas avoir à se prendre la tête, où la perdre c'était selon.

«  Maintenant, j'aimerai dormir, si vous voulez bien quitter ma chambre.. Demain j'irai courir, si vous pensez pouvoir suivre la cadence vous êtes le bienvenu, sinon vous n'aurez qu'à attendre mon retour en buvant une tasse de thé avec l'aimable monsieur Folmann. »

« Très bien. Dans ce cas, autant mettre au clair les quelques menues choses sur lesquels je serais intransigeant : vous... semblez savoir user de vos talents pour attaquer, bien. Je suis cependant là temporairement pour prévenir ou endiguer toute nouvelle tentative d'attaque. Ce ne sera donc pas du baby-sitting comme cela était si bien dis mais ce qu'on pourrait appeler de la prévention. Si je ne conviens guère, pas de problème un remplaçant est déjà prévu lorsque j'aurais à faire. Dernière chose : Quederla n'est pas encore une option valable. »

Refermant finalement son briquet avant de le glisser dans sa poche, le jeune homme tourna les talons et se dirigea vers la porte, suivant Itami du regard alors que celle-ci se trouvait encore dans son champ de vision. Il ne servait à rien de déblatérer plus longtemps et à la vue des événements nocturnes, peut-être que seul demain serait une opportunité valable pour endiguer une telle situation.

Après quelques pas seulement, Shin se tourna cependant de trois quarts vers la demoiselle et reprit quelques paroles.

« Je vous retrouverais donc demain matin aux aurores pour cette course.   Si vous avez encore le courage par la suite, votre présence lors de mes exercices serait une expérience enrichissante. Après le thé de monsieur Folmann bien sûr.»

Si elle voulait le toucher dans sa fierté, elle avait réussi mais le jeune garde du corps ne perdait pas pied à terre pour autant. Même si son changement de discours avait pris place après réflexion, il ne comptait pas non plus être laxiste : il était là pour s'occuper de la garde de cette demoiselle, qu'elle le veuille où non, et les conditions qu'il requérait étaient plutôt faiblardes comparé à la sécurité qu'il aurait dû préalablement mettre en place mais.. c'était peine perdue pour ce cas-ci de tenter une restriction, il l'avait vu, senti et elle le lui avait fait comprendre.

« Sur ce, je vous laisse profiter de la nuit. »

Le jeune homme quitta alors la pièce, ferma la porte avant de se rendre dans celle d'à côté qui semblait avoir été préparé afin de l'accueillir. Profitant du calme retrouvé et de l'énergie qui l'animait, il ouvrit la fenêtre et s'assit sur son rebord, laissant son regard vagabonder sur l'horizon noir étendu alors que la seule lumière éclairant les environs étaient celles d'une cigarette qu'il avait porté à ses lèvres, le rouge des cendres laissant apparaître quelques bribes de son visage. Non, il n'était fatigué et cela tombait bien, il voulait être sur ses gardes et voir s'il se passerait quelque chose en cette nuit, que ce soit une fuite de la Kuronuma ou une intrusion extérieure..
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] Empty
MessageSujet: Re: Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]   Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] EmptyJeu 29 Mai - 15:19

Si loin de chez eux, si seuls qu’ils se sentent abandonnés, les gens changent. Itami était d’un naturel rieur et plein d’entrain, elle était curieuse et se passionnait facilement, elle était même, n’en déplaise aux apparences présentes, sociable. Mais la solitude, la perte de confiance, la perte de repère, peut très rapidement détruire ce qu’il y a de plus beau chez une personne. Seule dans le noir, Itami fait face à son pire cauchemar, et ce n’était certes pas ce jeune garde du corps, ni l’obscurité de la nuit, mais ce sentiment lancinant d’avoir été rejetée par la seule personne qui compte réellement, d’être au milieu de tous, complètement seule. Voila ce qui rendait Itami aussi froide et distante envers cet homme qui, rencontré dans un autre contexte, l’aurait sans doute perçu autrement que comme la peste qu’il devait observer. Itami est consciente de son comportement désagréable mais, et alors ? Cet homme ou plutôt ce qu’il représentait, était tout autant désagréable pour elle.

Qu’il abandonne, qu’il s’en aille. Qu’ils la laissent tous seule. Qu’importe après tout ! .. Oscillant entre la colère et la froideur, Itami montrait un visage impassible mais quoi qu’elle puisse montrer, quelque soit le mensonge qu’elle puisse se murmurer, son coeur en a prit un coup. Accoudée au montant de la fenêtre, elle écoute sans le regarder, le jeune homme qui semblait dire que si ce n’était pas lui ce serait quelqu’un d’autre.. Itami ne relève pas, si un autre venait, elle lui trancherait directement la gorge au lieu de parlementer… Les yeux noirs parcours la nuit, cherchent la direction de Quederla. Elle voudrait tellement être là-bas.. Elle n’aurait jamais du abdiquer lorsque son frère avait fini par la convaincre de prendre le train.. Mais c’était sa faute à elle, si elle n’avait pas été assez forte.. Fermant les yeux, la jeune fille calme ses sentiments alors que l’homme se dirige vers la porte avant de s’arrêter.

- Je vous retrouverais donc demain matin aux aurores pour cette course. Si vous avez encore le courage par la suite, votre présence lors de mes exercices serait une expérience enrichissante. Après le thé de monsieur Folmann bien sûr.

Itami se surprend à sourire aux derniers mots du garde du corps, il avait finalement un peu de répondant. La jeune fille le laisse partir, écoute ses pas dans le couloir, sait dès lors qu’il occupe la chambre jouxtant la sienne. Cela n’avait pas grande importance, contrairement à l’homme, Itami avait grand besoin de dormir. Bien que le trouble qui l’accablait l’empêchait de ressentir la moindre fatigue, elle sentait bien que seul le sommeil pourrait, peut-être, apaiser sa douleur. Elle se coucha donc sur les couvertures qu’elle avait étalées au sol comme futon de fortune et ferma les yeux, écoutant la mélodie du vent dans les branches proches de sa fenêtre. Elle essaya en vain, de se vider l’esprit, de ne penser à rien. Lorsqu’enfin Morphée l’enveloppa de ses bras, l’esprit malmené de la jeune fille pu trouver le repos. Quelques heures durant, elle plongea dans un sommeil sans rêve et juste avant que l’aube ne se lève, elle fit un unique songe. Il apaiserait son âme avant que ses paupières ne s’ouvrent sur cette étrange sentiment de paix, sans souvenir du dit rêve.

Se levant rapidement, la jeune fille s’avança vers la fenêtre et grimpa naturellement sur le rebord, laissant la brise matinale caresser ses joues et chasser les derniers filaments de ses pensées nocturnes. Ainsi, en regardant le soleil se lever, elle fit le point, l’esprit plus clair que la veille. Elle resta ainsi quelques minutes avant de re-rentrer dans la pièce et de se changer, un hakama rouge, un haut blanc constituaient sa tenue d’entrainement, une serviette sur le bras, elle sortit de sa chambre.. par la porte, et c’était assez étonnant pour le souligner. Habituellement, elle aurait sauté par la fenêtre, histoire de s’enfuir au nez et à la barbe de celui qui se pensait capable de la surveiller comme une marâtre et aussi, pour ne pas réveiller l’homme qui dans cette histoire n’avait rien fait de mal pour être réveillé aux aurores; M. Folmann. Cependant, elle passa par la porte et un bref instant s’arrêta devant celle du garde du corps avant de descendre les escaliers aussi silencieuse qu’un chat. Devant la porte de la chambre de Shin, elle avait laissé, soigneusement pliée, la serviette blanche.

Sortant de la maisonnée, Itami se demandait si l’homme allait comprendre ce geste. Elle esquissa un sourire en jetant un oeil derrière elle et tourna ses grands yeux noirs sur l’horizon. Pas de bâtiment, pas de route, pas de béton, Itami avait apprit à apprécier la ville, elle découvrait la campagne.. Elle l’avait hait la veille, hait son isolement. Un nouveau jour se levait et les rayons qui perçaient à l’horizon, rasaient les collines d’herbes hautes et se perdaient entre les troncs des petits bois, commençaient à dessiner un tableau sauvage que la jeune fille avait hâte de découvrir. Ses pieds nus foulèrent l’herbe encore humide de rosée, elle prit une grand inspiration de cet air pur et en moins de temps qu’il ne le faut pour l’écrire, elle détala. Comme un tigre qui bondit en avant, comme une gazelle qui fuit, comme un animal qui tire brusquement sur ses chaines et s’en libère pour retrouver sa nature originelle.

L’herbe fouettait ses chevilles nues alors qu’elle grimpait sans mal sur le dos d’une colline, là, elle s’arrêta un instant pour regarder les alentours et laisser le temps à ce Shin, de pointer le bout de son nez ou de décider de rester dans son ombre avant de dévaler la colline. Elle irait retrouver le couvert du bois, zigzaguer entre les arbres, au hasard, avant de s'arrêter brusquement à l'orée du bois, sur les berges d'un lac qui, éclairé par les rayons bas du soleil, semblait scintiller comme du cristal.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] Empty
MessageSujet: Re: Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]   Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] EmptyDim 1 Juin - 20:39



Assis sur le rebord de la fenêtre, le jeune garde du corps profitait de ce cadre qui s'offrait à lui, la fatigue ne venant toujours pas : alors que la nuit avait complètement recouvert l'horizon, laissant juste quelques formes se dessiner à l’œil des plus observateurs, la brise nocturne s'engouffrant par la fenêtre rendait cette contemplation agréable, surtout par une nuit d'été comme celle-ci. Tout était calme et aucun bruit nocturne inhabituel ne vint troubler cette nuit, pas jeune demoiselle surgissant par la fenêtre voisine pour s'enfuir dans l'obscurité, mais c'était tant mieux si cette idée ne lui venait pas à l'esprit.

Cela changeait un peu de ce qu'il faisait habituellement : ici, il ne devait pas faire seulement attention à des bruits ennemis mais aussi à l'intérieur de la maison, quelle idée de donner un contrat de protection à quelqu'un qui n'en voulait pas, Au final ce contrat semblait plutôt s'apparenter à du baby-sitting que de la protection, heureusement ce qu'il retirerait de ces quelques jours de travail ardu permettraient d'en présager d'autres beaucoup plus calmes et sereins, à l'abri des besoins, des vacances presque.

Une main glissée dans la poche, il sortit un petit instrument de métal, un briquet ainsi qu'une cigarette qu'il glissa entre ces lèvres. D'un coup de pouce sur le briquet qu'il tenait, il en fit jaillir la flamme : la lumière initialement destinée à allumer le tabac fut assez vive, en contradiction avec le sombre de la pièce et des alentours, éclairant ainsi le jeune homme, laissant une trace rouge et jaune de dessiner dans la nuit. L'avantage de ceci était qu'en plus de se sustenter de nicotine était de produire une lumière reconnaissable à l'horizon, leurrant souvent une personne mal intentionnée qui aurait tendance à prendre cela comme un avantage en cas d'attaque, supposant un relâchement et un dévoilement de position, Fort heureusement pour Shin il avait appris à tirer avantage de ceci pour tenter l'ennemi.

La nuit avait alors passé tranquillement et hors des bruits de la faune et la flore ambiante, le seul mouvement perceptible dans la maison venait de la chambre à côté, il était fort probable que ce soit Itami qui se lève. A l'entente de ceci, le garde du corps se leva, passant ses mains derrière sa nuque il s'étira quelques instants et décida d'ouvrir la porte après avoir pris soin de vérifier qu'il avait bien pris tout ce dont il avait besoin sur lui : un briquet, des cigarettes et un couteau histoire de se défendre si jamais tout en restant léger pour partir à la course, car c'était bien cela le programme de la matinée. Il n'aimait pas sortir sans son arme habituelle mais parfois il n'avait pas le choix que de la troquer pour quelque chose de plus petit : il avait beau se débrouiller de ses deux mains, il était difficile d'arrêter quelque objet tranchant de ses mains nues.

Ouvrant alors la porte, le jeune homme découvrit alors une serviette blanche soigneusement pliée. Se demandant pourquoi ceci se trouvait à un tel endroit, il réfléchit quelques secondes, s'en saisit et la glissa autour de son cou : c'était à peu près le seul parallèle qu'il avait pu établie, Itami avait du la déposer ici tel un défi envers le jeune homme, supposant que l'effort nécessiterait pour sa part une serviette afin de s'éponger ce qui en soit n'était pas faux mais représentait sûrement à ses yeux une petite provocation qu'une marque d'attention mais qu'importe.

Shin descendit les escaliers tranquillement et, une fois la porte de la maison ouverte, découvrit la campagne devant ses yeux, baignée de la lumière matinale. Il eut quelques secondes de réflexion avant d'observer au loin une fine silhouette vêtue de rouge et de blanc courir à toute vitesse à l'horizon, comprenant à la fois qu'il s'agissait d'Itami et que s'il voulait la rattraper, il ferait bien d'emboîter le pas dès maintenant avant de se faire distancer et de la perdre. Un pied devant l'autre, c'est sur une impulsion qu'il entama une course vers la colline. Fort heureusement pour lui, la demoiselle avait marqué un temps d'arrêt au sommet, lui permettant ainsi de presque la rattraper.

Quelques foulées à peine le séparaient de la demoiselle mais celle-ci  décida de repartir de plus belle, continuant à courir. Cela faisait quelques temps que le garde du corps n'avait pas pris la peine de courir ainsi sans aucune raison que sa forme physique, l'entraînement, ses courses étant habituellement motivées par d'autres but que ceci, les rendant souvent plus ardues mais moins longues. Ceci n'était cependant pas pour lui déplaire et même si la chaleur et l'effort se ressentaient, il pouvait observer la course d'Itami, lui faisant réaliser qu'elle était pour sûr rapide mais aussi agile, espérant qu'elle ne tenterait pas de s'enfuir ainsi sans quoi il aurait sûrement brûlé bon nombre d'efforts pour tenter de la rattraper. Il en était quelque peu impressionné.

Les arbres défilaient devant leurs yeux alors que la course de prolongeait tandis que le jeune homme en arrivait à se demander si un chemin étaient vraiment dessiné où s'ils vagabondaient au grès des zigzags d'Itami, ceci jusqu'à apercevoir un lac à l'orée du bois où elle s'arrêta, rejoint peu après par le jeune homme. Se passant un coup de serviette sur le visage, il replaça cette dernière autour de son cou avant de reprendre son souffle, laissant son regard vagabonder quelques instants sur l'étendue d'eau bleue avant de se tourner vers Itami, l'heure n'étant pas vraiment à la baignade. Glissant alors la main dans ses cheveux pour se recoiffer, il entama la conversation, se rappelant de leur discussion de la veille.

« Eh bien... Tout d'abord, bonjour, et bravo pour cette course, vous êtes loin d'être simple à suivre et la serviette que vous m'avez laissé est loin d'être inutile, je vous en remercie. »

Fermant les yeux un court instant, Shin inspira une grande bouffée d'air frais. L'air, l'ambiance, tout était bien différent de Quederla : aucune construction aux alentours, seule la nature et les oiseaux montraient le bout de leur nez, rendant l'endroit assez agréable, respirable et surtout calme. Qu'allaient-ils faire maintenant, repartir d'ici ? Observant Itami de haut en bas, le garde du corps repris la parole, ayant peut-être quelque chose d'intéressant à proposer à cette demoiselle visiblement plus friande d'exercice matinaux que de grasse matinée.

« Le paysage change de Quederla, n'est-ce pas ? Si le cœur vous en dit, pourquoi ne pas profiter un peu de la vue offerte par cet endroit pour la petite expérience dont je  vous parlais plus tôt ? Histoire de redorer un peu mon blason à vos yeux tout en se gardant en forme, une vraie personne étant toujours plus instructive, surtout lorsqu'on ne connaît pas spécialement cette dernière.»

Ces paroles prononcées, Shin s'étira, laissant légèrement craquer ses os, sautillant légèrement sur place pour se placer face à Itami. Oui, c'était bien là une sorte d'entraînement qu'il lui proposait, poussé par sa curiosité et son envie de montrer à cette jeune femme que si on l'avait envoyé ici, ce n'était pas pour cueillir des pâquerettes.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] Empty
MessageSujet: Re: Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]   Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] EmptySam 12 Juil - 20:37

La biche s'enfuit, bondit à droite, à gauche, se fraie un chemin aléatoire à travers les bois. Poursuivit par un féroce prédateur qui la talonne pour croquer l'arrogance de son museau fièrement levé. Peut-être que c'était l'impression donné par les deux jeunes gens qui courraient à en perdre haleine. Sauf que.. Itami n'avait rien d'une biche si ce n'est l'habileté à se mouvoir et l'homme qui la poursuivait, n'était pas un féroce prédateur bien qu'il ait sans doute bien une dent contre l'arrogance dont elle avait fait preuve la veille. Qu'importe Itami était de bien meilleure humeur aujourd'hui, ses doutes de la veille s'étaient semble t-il apaisés.

Ses grands yeux noirs posés sur la surface plane du lac reflétant les rayons d'un soleil levant rose orangé, Itami n'eut pas à attendre bien longtemps que son "poursuivant" la rattrape. Il passe une serviette sur son visage, Itami esquisse un léger sourire en reconnaissant le "drapeau blanc" qu'elle avait laissé devant sa porte. Pas sûr que l'homme ait perçu ce geste ainsi mais, cela n'avait guère d'importance.

- Eh bien... Tout d'abord, bonjour, et bravo pour cette course, vous êtes loin d'être simple à suivre et la serviette que vous m'avez laissé est loin d'être inutile, je vous en remercie.

La jeune fille acquiesce en souriant, remerciant en silence le garde du corps, qui, s'il avait réussi à la suivre, n'était pas si mauvais que ça. La jeune Kuromuna se tourne à nouveau vers le lac en suivant le regard de Shin. C'était un lieu idéal pour une sieste.. si on pensait normalement et pas comme Itami qui se disait plutôt que l'endroit être parfait pour un petit entrainement matinal. Idée que partagea visiblement son compagnon de balade.

- Le paysage change de Quederla, n'est-ce pas ? Si le cœur vous en dit, pourquoi ne pas profiter un peu de la vue offerte par cet endroit pour la petite expérience dont je  vous parlais plus tôt ? Histoire de redorer un peu mon blason à vos yeux tout en se gardant en forme, une vraie personne étant toujours plus instructive, surtout lorsqu'on ne connaît pas spécialement cette dernière.

Oui, c'est sûr, le paysage était radicalement différent de la ville. Itami ayant toujours grandit au milieu des quartiers animés ou dans le calme du domaine familiale, ne trouvait aucune comparaison possible avec ce lieu. C'était un tout autre monde. Mais, Itami n'avait pas peur de l'inconnu.. quelqu'il soit. Un sourire naquit peu à peu sur les lèvres d'Itami qui se tournait vers le garde du corps.

- J'accepte le défis, monsieur Rudo.

Le ton n'avait rien de formel et le sourire de la jeune fille n'était en rien moqueur, elle était sincèrement enthousiaste à l'idée d'être son "partenaire" d'entrainement. La jeune fille rattache ses cheveux et fait quelques pas en arrière, se mettant en garde. Un pied en arrière, mains levées, genoux légèrement pliés, souple et alerte, une position de pugiliste, Itami n'avait pas l'intention de se servir d'arme.. enfin autre que son corps.

Ce serait un duel sans autre but que l'entrainement, Itami n'y était pas vraiment habituée avec d'autres partenaires que son frère mais, cela ne pouvait être que bénéfique. Comme l'avait dit le garde du corps, avoir un adversaire aux capacités quasi inconnues demandait une concentration accrue et une bonne capacité d'adaptation et d'analyse. Un jeu auquel Itami avait quelques atouts, cependant, elle ne doutait pas que pour avoir été choisi par son frère, cet homme ait lui-même des capacités étonnantes. Voilà une très bonne raison de sourire, pour Itami en tout cas.

Ses grands yeux noirs observèrent rapidement la position de Shin, la tension de ses muscles, une bonne observation pouvait mener à l'anticipation et en combat, ce dernier point était décisif. Du haut de ses quinze ans, Itami est un brin de femme encore moulée par l'adolescence, comme une enfant qui aurait grandit trop rapidement, rien du charme charnel de la gente féminine non.. mais un coup de pied dévastateur et un esprit affuté comme une lame. Elle abaisse légèrement la tête et le buste, salut son adversaire comme on le lui a enseigné et.. passe à l'attaque. Amorçant un coup de poing avant replier son bras pour asséner un coup de coude circulaire si non paré il viendrait frapper la clavicule de l'homme. Le prochain coup serait porté par le genoux droit de la jeune fille, visant le plexus solaire avant de passer en position de défense.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] Empty
MessageSujet: Re: Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]   Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] EmptyMer 16 Juil - 0:32






« - J'accepte le défis, monsieur Rudo.   »

Le jeune homme laissa un sourire se dessiner sur son visage alors que la jeune demoiselle en avait fait de même, un sourire qui voulait en dire long sur l’enthousiasme porté à cet entraînement aussi soudainement organisé. Cela ne présageait que de bonnes choses

L’ambiance changeait quelque peu, chacun préparant son corps, sa respiration, sa pose afin de se préparer à porter un coup, en amorcer un autre ou garder ce qui pourrait arriver, préparer son esprit à envisager un bon nombre de possibilité. Le physique ne faisait pas tout, ils le savaient tout deux que l’observation, l’anticipation et beaucoup de réflexion menaient plus souvent à un combat réussi qu’une force brute et simple.

Shin de percevoir un mouvement d’Itami mais avant toute position de combat, c’est un salut qui fut exécuté qu’il ne manqua pas de rendre, par mesure de politesse et c’est ensuite que le vrai entraînement commença, le début des festivités.

Le temps n’était pas à l’attaque non, bien loin de là pour le garde du corps : voyant la jeune fille démarrer, il se mit en position de garde. Ici, il n’était nul question de rapidité, d’attaque puisque son « adversaire » du moment avait décidé de prendre les devants, cas de figure lui permettant de se préparer à ce qui allait arriver et neutraliser son adversaire. Son travail de garde du corps avait énormément joué sur son style et sa manière de combattre, lui permettant d’apprendre à bouger non pas pour tuer où énormément blesser son adversaire, mais plutôt le rendre inoffensif, inopérant. Cela se prêtait parfaitement à l’entraînement venant même s’il aurait à retenir la force de ses coups pour éviter qu’elle tombe inconsciente sous un mauvais coup.

Le regard était le plus important dans cette situation : que faisait-elle, quel coup avait-elle prévu d’asséner, avec quoi et à quel moment ? Il se mit tout d’abord en garde, bien posé sur ses appuis, le pied gauche devant tandis que ses bras, poings et coudes en avant, le laissait se préparer à plusieurs éventualités assez probable. Il vit le poing de la jeune demoiselle arriver vers lui, se repliant pour laisser le coude tenter d’atteindre sa cible, rendant le coup difficile à dévier mais plus pratique à parer de son bras, protégeant sa clavicule. C’est un coup de genoux qui suivit, visant son plexus solaire et difficile à parer quand on ne dispose pas de ses deux bras dans l’immédiat : assénant un coup de coude vers le bas, il dévia le coup vers le bas avant de se décaler, profitant de cet angle de mouvement mort pour amorcer une contre-attaque tandis que la jeune demoiselle se replaçait en position de défense.

Shin profita de ce temps mort, ce décalage pour prendre sur ses appuis et, d’une impulsion d’une seule, fonça sur le côté de la jeune femme, visant l’articulation de son épaule droite du plat de la main gauche. Prévoyant un plan B au cas où son coup son coup serait dévié, c’est un coup de pied semi-circulaire qu’il allait asséner au niveau des chevilles d’Itami afin de lui faire perdre l’équilibre,  l’homme prévoyant tout de même une position un peu plus stable après l’assaut. Sa concentration n’en démordait pas, il ne voulait pas prendre cette demoiselle à la légère.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] Empty
MessageSujet: Re: Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]   Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Se tenir à sa place, leçon n°1. [Pv : Shin Rudo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2014-