Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
-44%
Le deal à ne pas rater :
XIAOMI Redmi 9C NFC 64 Go Gris
109.99 € 195.71 €
Voir le deal

Partagez
 

 Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] Empty
MessageSujet: Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene]   Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] EmptySam 1 Nov - 23:33

Partout où, sans cesse altérée
De la soif d’un monde ignoré,
J’ai suivi l’ombre de mes songes ;
Partout où, sans avoir vécu,
J’ai revu ce que j’avais vu,
La face humaine et ses mensonges...



Me venger... pardonner... pardon ou vengeance...

Faire preuve d'une clémence miséricordieuse digne d'une déesse ou bien répandre les flammes ardentes de ma haine sur celle qui les a attisées... ah ! Sornettes. Je n'étais qu'une femme, un être humain blessé dans sa chair et dans son orgueil, j'en portais les marques infâmes sur ma peau et pleurais de ma faiblesse d'Antan. Je l'avais laissée me faire du mal, j'avais parlé sans vraiment le faire, et ce jour-là, je m'en voulais. Qu'allait-il advenir de ma vie, après avoir délibérément menti à une tueuse ? Est-ce que celle de mes collègues valait mon sacrifice ? Tout ça pour garder mon travail... alors que je n'étais même pas sûre de rester en vie... Mon visage se reflétait dans le miroir de ma grande chambre alors que je me tenais assise sur mon lit à faire face à mon armoire, et je n'aimais pas ce reflet. C'était une faible femme qui me regardait, une femme qui souffrait et qui se consumait seule de par ses idées de revanche. Mes cheveux semblaient avoir perdu de leur éclat, et ma crainte de sortir à l'idée de la croiser me rendait malade à en vomir... je ne voulais pas rester ainsi. Il fallait que je me venge.

Ce matin-là, je me levai avec la ferme intention de récupérer ce qui m'avait été volé ; ma fierté en l’occurrence. En me malmenant de cette manière et en m'apportant les larmes, cette fille avait creusé sa propre tombe. On ne me faisait pas de telles choses, pas à moi... Mon orgueil pleurait devant les morceaux éparpillés qu'elle s'était amusée à broyer sous mes yeux, mon bourreau, cette fillette aux cheveux roses... ! Dans les sombres couleurs de mes prunelles se miroitait une âme qui ne m'appartenait plus, noircie par mon besoin de la voir souffrir comme j'avais souffert sous le tranchant de ses lames. Pendant un instant, je fus attristée en réalisant la bestialité dépourvue de toute noblesse de cet acte, mais je savais qu'il me fallait le faire : Comme elle m'avait forcée à l'accomplir, elle aussi allait parler... Chacune son tour, ce n'était que le revers de la médaille. Dans mes veines se déversaient un poison d'inimitié alors que je me rendais au commissariat pour emprunter quelques bons hommes nécessaires à mon plan. Nemesis... pour la première fois de toute ma vie, ce nom allait se calquer sur mon âme.  Je devenais la bouffonne de ma propre détresse, le sein de la haine pendant entre mes lèvres flétries. Est-ce que cela me pinçait le coeur ? Oui. Mais tel un moustique agaçant, je l'écrasais sous mon ongle et répandait ses liquides putrides sur la vitre :

- Nous allons chercher Bad Wolf. Ses crimes sont trop longs pour être énumérés, et j'ai besoin d'hommes courageux pour faire appliquer la justice. Grouillez-vous un peu.

Un faux sourire se dessina sur mon visage de marbre. J'étais fausse, faussée et amicale envers ces grossières créatures qui me révulsaient, tout cela afin de me jouer de leur stupide fierté d'homme, la renversant pour la faire mienne et les guider à la baguette... Je n'avais pas le temps de blêmir à leur vue, il me fallait me dépêcher si je ne voulais pas qu'elle me tue en réalisant son erreur. Cinq hommes s'approchèrent de moi, je me reculai par réflexe dans une expression d'effroi et, avec un bond orgueilleux leur indiquai de me suivre. Je m'éloignais d'un pas rapide, laissant se découvrir quelquefois de par ma robe fendue une jambe meurtrie sur laquelle se dessinait des plaies encore fraîches. Je ne portais pas mes bandages, ces choses étaient d'une laideur... tant que ça ne saignait pas, je n'en avais pas besoin. Il n'y avait que le gel que j'acceptai d'appliquer sur ma peau... surtout que le tissu qui devait m'enrouler la jambe me l'irritait plus qu'autre chose.

Mes vêtements ne cachaient rien - tous mes bleus et mes blessures étaient à la vue de tous, parce qu'ils étaient les témoins de ce qui m'était arrivée... je me devais de les porter comme un soldat porterait son armure balafrée, en mémoire des combats qu'il avait remportés. J'envoyai ma main dans le visage d'un des policiers qui croyait drôle d'appuyer sur l'un de mes hématomes avant de lui adresser un regard plein de mépris, avançant avec la fierté d'une amazone et l'élégance d'une gazelle. Il fallait bien que je m'accroche à l'herbe fine pour ne pas tomber, tout ce qui me restait d'honneur ne devait pas être rejeté... alors oui, je m'y accrochais désespérément. Comment les femmes pouvaient aimer ce genre de... trucs... plus je les regardais qui m'accompagnaient, plus je me posais la question. Et tandis qu'un homme frappa à la porte de la demoiselle, je pus enfin me relaxer alors qu'on la faisait sortir, entendant quelques bruits à l'intérieur comme si elle n'était pas seule. Tant pis pour elle, j'avais envie de dire.

Bizarrement, elle ne se défendit pas, sûrement à cause des gens présents dans l'enceinte de sa demeure. Je fis signe à mes hommes que le premier qui daignerait y toucher recevrait mon talon dans l'arrière train, et voyant que tout le monde acquiesçait par peur de voir leur intimité violée à coups de chaussure, me remis en route vers le commissariat. Je ne lui adressai aucun regard sur le chemin : Je la savais menottée de façon très serrée, et il valait mieux pour elle de capituler pour sa survie. Le moindre faux mouvement et mes chiens allaient en faire qu'une bouchée, exactement comme son maudit loup sauvage. Tout n'était rien de plus qu'une mise en scène pour renverser le rôle ingrat qu'elle m'avait offert : Je n'étais pas une femme soumise, je haïssais la soumission, parce que j'avais ma fierté... Et elle, la maudite, l'infâme, avait osé s'asseoir dessus ! Je passai la porte en bouillant de rage, serrant fermement les poings tout en m'enfonçant dans les couloirs, en direction des salles d'interrogatoire. En donnant des informations croustillantes, j'allais peut-être m'assurer que d'autres détritus de son genre allaient être radiés de nos terres. Que plus jamais des innocents aient à souffrir par leur faute...

- Asseyez-la sur la chaise, et assurez-vous qu'elle ne puisse pas bouger. Dites à l'un de mes collègues, si possible l'une, de venir m'aider à la... mettre à la question, disons. Quelqu'un de doué dans la matière.

Mon visage changea d'expression lorsque je dis ce que je prévoyais de faire. J'étais parfaitement consciente de ce que je faisais, de toutes façons, l'Autre ne la trouvait pas... il ne semblait pas capable d'aller très loin, d'ailleurs. Je m'étais réveillée plusieurs fois, errante au beau milieu des quartiers de Quederla. Peut-être s'était-il égaré en cherchant Bad Wolf... moi, moi je l'avais trouvée ! Et j'allais la faire parler... grâce à l'aide de quelqu'un, j'espérais. Etant habillée de blanc, je ne voulais pas me voir salie par le dégoûtant fluide se glissant dans ses veines à la manière d'un serpent... Puis, je n'étais absolument pas qualifiée pour ce genre d' "amusements". Je ne connaissais rien de cet univers. Patiente et assise à mon bureau, je faisais tourner l'une de mes mèches entre mes doigts sans lui adresser la moindre attention, attendant gentiment que ma collègue arrive pour me venir en aide dans ce délicat travail... Ils allaient sûrement choisir quelqu'un de compétent, je m'en doutais bien.

Je ne ressentais aucune honte... honte d'avoir été blessée par cette femme, oui, grands dieux oui, mais pas de l'avoir traînée jusqu'ici ; Qui ne veut pas demeurer victime n'a qu'à se changer en bourreau...

Revenir en haut Aller en bas
Théodora Fleming

Théodora FlemingMessages : 2952
Date d'inscription : 15/08/2012


Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] Empty
MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene]   Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] EmptyDim 2 Nov - 13:56





Œil pour œil, dent pour dent


Cela faisait plusieurs jours que la demoiselle aux cheveux roses avait eu les informations qu'elle désirait sur le Gouvernement. La jeune femme en voulait à Takeshi de l'avoir libérée mais pour le remercier d'un côté pour avoir stoppé sa folie meurtrière... La blague, lui, l'Assassin silencieux fait la morale à Bad Wolf ; l'envie de lui rappeler toute la liste des personnes qu'il avait tué l'avait démangé sur le moment mais elle s'était tut, préférant rentrer chez elle pour jeter ses vêtements et prendre une douche.

Comme elle s'y attendait, durant les prochains jours, la Rose ne put sortir de chez elle sans que les membres du Gouvernement ne la cherche. Alors elle laissait Jenny faire les courses ou bien demandait à son cousin des services ; pour le moment, Kira se faisait petit chez elle... Elle n'aimait pas ça en général mais pour sa survie, la Rose était bien obligée. Bad Wolf ne regrettait rien ; elle avait permit aux autres membres d'avoir des informations qui les avaient beaucoup aidé alors elle serait prête à recommencer autant de fois qu'il faut.

Tout le monde était dans le salon quand quelqu'un sonna, la demoiselle aux cheveux roses se leva pour ouvrir la porte et fut surprise de trouver la juge accompagnée cinq hommes plutôt baraqués. Seule, la Rose n'aurait pas hésité à sortir les armes pour tous les détruire, mais cette fois, la vie de Jenny, Haizea et Alma étaient aussi en jeu ; Kira imposa ses conditions, si elle les suivait, que personne ne fasse de mal aux personnes présentes ici.

Ils l'a menottèrent sans que la demoiselle aux cheveux roses n'ait à se débattre, elle avançait tête haute, sous le regard des Domae. Leur As se faisait arrêter mais elle s'en fichait, elle trouverait bien un moyen de sortir de ce pétrin... Comment ? Aucune idée mais elle trouverait. Astra était toujours là et elle pouvait l'invoquer quand bon lui semblait alors il pourrait être d'un grand secours ; certains voulurent intervenir pour sauter sur les cinq hommes et la juge mais d'un regard, l'As les en dissuada. Pas besoin que d'autres personnes la suivent en prison.

Kira avait un sourire aux lèvres, elle avait décidé de venger finalement... Et ne cachait pas les cicatrices et les bleus comme si il s'agissait de blessure de guerre. Pauvre femme, obligé de faire appel à cinq homme plus forts qu'elle pour arrêter Bad Wolf. Pitoyable. La juge ne lui adressait aucun regard et tant mieux, la Rose ne voulait pas qu'elle la voit sourire, cela l'aurait sûrement énervée... Encore.

Ils arrivèrent au commissariat où l'on retira toutes les armes de la jeune femme... Elle avait intérêt à les récupérer, c'était ses préférées ! On l'emmena dans une salle d'interrogatoire, Kira savait bien ce qu'il risquait de se passait mais elle ne parlerait pas, non la demoiselle aux cheveux roses serait assez forte pour ne rien dire. La jeune femme pensait à Zoro... Si jamais il apprenait qu'elle se trouvait là, il risquerait de tout détruire pour venir jusqu'ici... Shin voudrait sûrement intervenir et Jenny ne pourrait pas car il faut au moins quelqu'un pour surveiller et prendre soin des gosses.

- Asseyez-la sur la chaise, et assurez-vous qu'elle ne puisse pas bouger. Dites à l'un de mes collègues, si possible l'une, de venir m'aider à la... mettre à la question, disons. Quelqu'un de doué dans la matière.

La demoiselle aux cheveux roses lâcha un petit rire... Rancunière vraiment. Toujours sans se débattre, la jeune femme se laissa attacher à la chaise, de toute façon ça ne servait à rien de se débattre. Pas ici. Pas maintenant. Kira attendait patiemment que cette personne arrive. La juge ne lui adressait aucun regard... Oh bah alors on faisait la gueule ? La demoiselle aux cheveux roses prit la parole avec un sourire en coin.

- Jolies cicatrices.


Je m'exprime en sienna
Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] 48712_s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] Empty
MessageSujet: Œil pour œil, dent pour dent... - RP Évent Numéro 1   Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] EmptyDim 2 Nov - 16:16



Oeil pour œil, dent pour dent...


Nemesis Phidias et Kira Seryk


Une nouvelle journée venait de se montrer, journée qui s'annonçait calme pour la jeune procureur, une journée de travail ennuyante, pleine de paperasse, chose qui ennuierait tout le monde, mais pas cette folle de travail car oui elle avait pas choisi ce travail là par hasard, elle le savait très bien qu'il sera dur et rempli de papier à remplir, surtout dans cette ville où les affiches de criminels remplissaient la ville, des Domae supposés, des Élémentis soupçonnés, voire peut-être même de simple habitant que le gouvernement pense comme des nuisibles pour eux, mais bon, cela ne concernait pas la Blonde, même plutôt le contraire car ça lui faisait des futurs cibles potentielles pour ses nuits de débauches et de folies meurtrières alors au contraire cela lui faisait grand plaisir de s'occuper de toute la paperasse qu'elle devait traiter toute la journée. L'ancienne Élémentis s'était donc levée tôt afin de pouvoir se préparer car après tout, le physique est très importante pour elle. La Blonde commençait par une bonne douche, une très longue douche en prenant grand soin de ses cheveux afin d'être au top et réussir à faire ses mèches qu'elle aime tant.

Sa toilette terminée, la jeune femme sortit de sa douche afin de pouvoir se séchée, une serviette sur ses cheveux, la jeune femme enfila ses sous-vêtements pour pouvoir mettre sur sa peau son haut blanc favoris. Avec juste son haut et son léger string, la jeune femme finissait de se sécher les cheveux afin de pouvoir les coiffer, faisant ses deux magnifiques mèches et une fois cela fait, la jeune femme enfila enfin son petit short ainsi que ses petits talons afin d'être fin prête, mais bien sûr elle n'oubliait absolument pas de se maquiller, légèrement, mais assez pour paraître un peu plus jeune et surtout paraître belle. La Blonde était fin prête, alors elle se devait de se rendre au Tribunal afin d'aller à son bureau qui s'y trouvait. N'oubliant absolument pas son manteau de travail et quelques dossiers qu'elle mit dans son attaché-caisse, la Blonde sortit de sa villa, pour se mettre en route pour exercer son métier qu'elle adore.

Une fois arrivé, après avoir été observé par un grand nombre de personne, que ça soit pour admirer, baver ou simplement parce qu'ils trouvaient cela honteux, la jeune femme devait se changer car après tout ce n'est pas une tenue pour exercer un métier de ce genre. Le Procureur, après avoir déposée ses dossiers sur son bureau et placée délicatement son long manteau sur sa chaise, commençait à se déshabiller, gardant juste ses sous-vêtements sur elle, mais au moment où elle attrapa sa tenue de travail noire, la porte du fameux bureau se mit à s'ouvrir laissant la Blonde a découvert devant la personne qui venait de rentrer, mais cela ne la gênait aucunement, c'était même le contraire, elle s'amusait de voir l'homme perturbé devant le corps de la petite blondinette qui justement ralentissait dans la mise en place de son manteau, laissant l'homme se faire torturer psychologiquement, donnant du plaisir au Procureur. Mais bon, l'amusement c'était bien, mais il fallait travailler, et donc à peine enfiler, elle demandait ce que l'homme voulait alors qu'elle venait à peine d'arrivée dans son bureau.

La raison était simple, un membre d'une des Familles s'était arrêter plus tôt dans la matinée et elle se trouvait en compagnie du juge Phidias dans une salle d'interrogatoire du commissariat et elle avait besoin d'aide pour torturer la jeune demoiselle.. Un grand sourire apparu sur le visage de la Blonde qui lâcha absolument tout afin de se rendre rapidement à cet endroit ; la torture, un passe temps favoris pour la demoiselle alors rien n'allait l'arrêter pour y aller, mais bien sûr elle s'amusa à faire une petite caresse du bout de ses doigts sur le visage de l'homme qui est venu la prévenir avec un petit clin d’œil charmeur. Heureusement que le tribunal et le commissariat sont proche, cela lui permit d'arriver très rapidement là-bas, mais avant de ce rendre dans la salle avec les deux femmes, la demoiselle avait aperçu un homme avec des dagues sur lui, sûrement prit à la criminelle afin de l'empêcher de s'en servir, mais le Procureur s'en empara en prétextant qu'elle en allait avoir besoin pour faire parler la femme de la salle d'interrogatoire et bien sûr elle dû utiliser ses charmes afin de les obtenir, en même temps rien de plus simple pour elle d'obtenir ce qu'elle veut des hommes.

Juste avant d'ouvrir la porte, la Blonde cachait les dagues sur elle, pour s'en servir plus tard durant le fameux interrogatoire. En ouvrant la porte, elle pouvait voir une femme qui semblait avoir fait la guerre, du moins à ses cicatrices, tandis qu'une autre femme était assise sur une chaise, bien attachée apparemment ce qui allait être encore plus simple de la faire souffrir. La Blonde, toujours souriante, se rapprochait dans un premier temps de la juge afin de la saluer, les politesses avant tout quand même, s'inclinant devant elle par respect pour ensuite se relever très vite et se mettre à côté de la captive, s'agenouillant à côté d'elle afin de lui déposer un petit bisou sur sa joue, toujours avec un grand sourire, pour ensuite rester à ses côtés, gardant une petite distance quand même pour éviter les coups imprévisibles.

- Alors comme ça c'est avec toi que je vais pouvoir m'amuser. Disait elle tout en lâchant un petit rire.




Dernière édition par Larxene Engelthal le Mer 5 Nov - 2:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] Empty
MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene]   Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] EmptyLun 3 Nov - 13:50

Partout où, le long des chemins,
J’ai posé mon front dans mes mains,
Et sangloté comme une femme ;
Partout où j’ai, comme un mouton,
Qui laisse sa laine au buisson,
Senti se dénuder mon âme..
.

- Asseyez-la sur la chaise, et assurez-vous qu'elle ne puisse pas bouger. Dites à l'un de mes collègues, si possible l'une, de venir m'aider à la... mettre à la question, disons. Quelqu'un de doué dans la matière.

Mettre à la question... Quelle horrible chose, tout de même... mais pourtant si nécessaire. Elle ne parlerait pas grâce à quelques battements de cils - dieux, ce que j'aurais aimé qu'elle soit un homme, la torture serait devenue si aisée ! Mais plus je la regardais, si chétive et si innocente sur sa chaise, plus le remord me brisait le cœur. Comment pouvais-je me réduire à de telles choses ? Je m'en voulais de l'avoir traînée jusqu'ici, mais au fond, il fallait que je le fasse pour le bien de ma vengeance. Elle riait, mais je ne me préoccupais pas d'elle, me contentant de griffonner un résumé du début de cette journée sur un papier, histoire d'avoir toutes mes affaires à jour. Embauché cinq hommes... arrêté Bad Wolf, et interrogatoire sur le feu. Tant de choses en à peine une heure ! Je trempai une dernière fois ma plume dans l'encre noire puis levai les yeux vers Bad Wolf qui me regardait d'un oeil malicieux, me faisant à nouveau me sentir mal. J'espérai que la corde ne soit pas trop serrée... dans le doute, je me levai puis m'approchai timidement d'elle pour vérifier, essayant de lutter contre mon envie de la libérer pour ne pas devenir ce type de femmes :

- Jolies cicatrices.

Je me figeai dans mon mouvement et la regardai avec surprise, comme si je me recevais un seau d'eau en plein visage. "Jolies cicatrices" ? Ah ! Il fallait vraiment que cette petite apprenne à se taire, pour son bien-être... Je m'apprêtai à la gifler pour la ramener à sa place, mais une douleur lancinante me prit, paralysant mon bras pendant quelques bribes de secondes. Bon dieu... je n'étais pas encore guérie, alors... Avec violence, je me mordis la lèvre en lui jetant un regard plein de pitié et de mépris mêlés avant de retourner à ma place, attendant patiemment l'arrivée de ma collègue. Je ne voulais même plus la regarder... A chaque fois que je le faisais, je me confondais en remords. Tout simplement parce que je n'étais pas ainsi, pas de ce monde-là. Mes cicatrices me narguaient, comme voulant me rappeler ce qu'elle m'avait infligée sans aucune raison, mais je les ignorai pour ne pas me perdre. Étais-je suffisamment en colère pour me comporter en bête sanguinaire ? J'en doutais fortement... ma colère n'était pas une raison suffisante pour faire du mal - mais je n'en pouvais plus de ne jamais obtenir justice, pour moi.

Quand mon père eut abusé de son enfant, personne ne s'était soucié de m'apporter l'équité ; Il n'y avait plus de preuves, les gens n'avaient pas le temps avec cette guerre stupide et lui, lui était un excellent menteur... alors j'étais restée toute seule, à devoir me débrouiller avec ma souffrance pour la taire et la guérir. Je n'ai jamais vraiment connu cette joie qu'est l'Enfance, car on m'avait déjà considérée comme une femme bien avant ma puberté... Au fond, je restais persuadée que l'Autre naquit de ma frustration, de ce sentiment horrible d'être abandonnée à mon bourreau sans que personne ne cligne une paupière. Ça a été à moi de me venger pour que tout cela prenne fin, pour que je cesse d'avoir peur de fermer les yeux la nuit, et cette fois-ci, c'était exactement pareil. On m'avait de nouveau infligée du mal, et si je ne faisais rien... rien n'allait être fait pour moi. Je ne voulais plus vivre dans la crainte de sortir, je n'en pouvais plus de longer les murs pour obtenir une vie de paix, alors même si ça ne me plaisait pas réellement, il fallait que cette petite meurt. Comme lui... mes bourreaux ne devaient pas avoir le droit de vivre. La main sur mon front, je me mis à la fixer, plantant mon regard glacial dans ses prunelles bleutées. Ce n'était plus la même flamme qui consumait mes iris, j'étais décidée à en finir avec elle... mais dans un murmure, je soufflai :


- Pardon.


Je ne m'excusai pas auprès d'elle, mais auprès de moi-même. Pardon à cette partie tapie au fin fond de moi, qui s'était battue comme une lionne pour devenir Juge et apporter Justice aux innocents... pardon pour devenir consciemment un monstre, comme cette femme. Le bruit de la porte me sortit de mes songes, quand une fille blonde pénétra la salle avec une joie plus que visible. Elle semblait un peu jeune pour faire ce travail, mais je n'y prêtai pas énormément d'attention ; les apparences sont trompeuses... surtout qu'il me semblait la connaître. Une procureure, sans nul doute. Elle s'approcha de moi et me salua en s'inclinant, et à cela j'en fis de même, courbant légèrement l'échine par respect. Cependant, je crus à une farce lorsqu'elle vint aux côtés de Bad Wolf pour l'embrasser sur la joue, me faisant alors hausser un sourcil. Certes, j'étais mal placée pour me sentir mal à l'aise face à deux femmes, mais là, ça prenait une tournure malsaine. Embrasser sur la joue quelqu'un qu'on compte torturer... Décidément, Quederla regorgeait de personnalités étranges. Une délicate envie de vomir me prit subitement lorsque je l'entendis parler :

- Alors comme ça c'est avec toi que je vais pouvoir m'amuser.

... QUOI ?! Je m'arrêtai subitement, moi qui juste avant m'amusais à me balancer sur ma chaise. S'amuser ?... Je fronçais les sourcils d'un air réprobateur avant de finalement reprendre mon passe-temps : M'en foutais. Ou du moins, il fallait que je m'en foute, même si j'espérai que ses tortures n'en étaient pas vraiment... je ne voulais pas voir d'effusions de sang. Je soupirai puis les regardai :

- Pouvons-nous procéder à l'interrogatoire ? Mademoiselle... "Engelthal", c'est bien cela ? N'agissez que si elle refuse de parler, s'il vous plaît... Je regardai l'une puis l'autre avant de reprendre : Bad Wolf, de quoi est composé votre camp ? Y a t-il eu une quelconque alliance contre nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Théodora Fleming

Théodora FlemingMessages : 2952
Date d'inscription : 15/08/2012


Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] Empty
MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene]   Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] EmptyLun 3 Nov - 21:57





Œil pour œil, dent pour dent


- Jolies cicatrices.

Provocation... Kira avait remarqué qu'elle portait ses cicatrices comme pour dire qu'elle avait fait la guerre mais elle en avait honte, on pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert. La demoiselle aux cheveux roses savait qu'elle risquait gros, elle savait qu'elle allait torturer mais ce n'était pas cette Nemesis qui allait le faire alors autant jouer un peu avec elle non ? La Rose attendait une quelconque réaction, une claque dans la gueule, un accès de violence ou une parole déplacée mais la juge ne fit rien.

Trop faible. Tellement faible qu'elle était obligée d'appeler quelqu'un d'autre pour faire le sale boulot... Et même dans cette situation, solidement attachée à cette chaise, la demoiselle aux cheveux roses est plus forte que la membre du Gouvernement. L'As ne regrette rien et n'ira pas s'excuser alors que l'on pouvait lire du mépris et de la pitié dans le regard de la juge.

- Pardon.

Ce pardon n'était pas pour elle, la Rose le savait mais elle l'avait quand même entendue. Kira ne savait pas pour qui il était, elle n'avait pas à s'excuser, après tout, elle ne faisait que se venger. C'était dans la nature humaine de se venger et si c'était l'inverse, la demoiselle aux cheveux roses aurait sûrement fait pareil. Mais il ne fallait jamais s'excuser, jamais ; c'était un acte de faiblesse simplement, même si c'était pour soit. Mais la juge était faible de toute façon, pas étonnant qu'elle s'excuse ainsi ; elle doit déjà regretter ce qu'elle comptait faire. Lâche.

C'est alors qu'une blonde entra, pas très grande et assez souriante... Elle a l'air d'une enfant de cœur comme ça mais Kira sait qu'il ne faut jamais se fier au apparence ; la preuve, tout le monde pensait qu'elle était incapable de faire du mal à qui que ce soit et pourtant, c'était l'une des tueuses les plus importantes des Domae. Elle s'approcha de la Rose et lui déposa un baiser sur la joue ; oh quelle attention charmante.

- Vous avez beau être jolie, je ne suis pas lesbienne alors je me passerais bien de vos petits bisous.

Kira reconnaissait quand elle trouvait quelqu'un de jolie, même lorsqu'il s'agissait d'une femme mais ce n'était pas pour autant qu'elle était lesbienne... Et puis, elle était en couple maintenant, ça pouvait être un homme elle l'aurait envoyé boulet quand même. C'était donc elle le bourreau... Mouais, avec un peu de change, Bad Wolf pouvait lui déchiqueter la gorge à l'aide de son loup sans trop de problème. Juste à attendre le bon moment.

- Alors comme ça c'est avec toi que je vais pouvoir m'amuser.

- Je sens que l'on va bien rigoler.


Elle avait répondit avec un petit sourire aux lèvres, Kira ne laissait passer aucune peur ; ça leur ferait bien trop plaisir. De toute façon, rien n'avait commencé alors autant s'amuser aussi non ? Peut-être que la Rose était désarmée, mais elle pouvait encore parler et ça, elle allait leur raconter de la merde, les faire tourner en rond, leur faire péter des câbles mais ils pourront toujours courir pour avoir des informations.

- Pouvons-nous procéder à l'interrogatoire ? Mademoiselle... "Engelthal", c'est bien cela ? N'agissez que si elle refuse de parler, s'il vous plaît...

"Engelthal", un nom allemand ça non ? "Vallée des anges" normalement si la jeune femme se souvenait de ses cours d'allemand... Kira ne savait pas qu'un ange ressemblait à une petite pouffiasse blonde sur-maquillée qui tentait de paraître plus jeune qu'elle ne l'est mais pourquoi pas.

- Bad Wolf, de quoi est composé votre camp ? Y a t-il eu une quelconque alliance contre nous ?

- Vous qui critiquiez mes questions mais les vôtres ne sont pas mieux. Mon camp est composé de gens qui veulent que le pouvoir revienne de droit au Domae, comme ce qui aurait dû se produire si Eisuke n'avait pas foutue la merde. Quant aux alliances, je n'en sais foutrement rien, ils font ce qu'ils veulent à ce que je sache non ?


Elle au moins, elle répondait aux questions qu'on lui posait. Si elle voulait des réponses claires, elle n'avait qu'à être plus précis ; mais là, elle pouvait toujours aller voir ailleurs pour avoir les réponses. Kira se remit bien sur la chaise, les liens commençaient à la gêner mais ils étaient bien trop serrés pour qu'elle s'échappe.

- Maintenant que j'ai répondu à vos questions, je peux partir ou le bourreau n'a pas assez joué ?


Je m'exprime en sienna
Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] 48712_s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] Empty
MessageSujet: Œil pour œil, dent pour dent... - RP Évent Numéro 1   Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] EmptyMar 4 Nov - 13:10



Oeil pour œil, dent pour dent...


Nemesis Phidias et Kira Seryk



Lorsque la jeune femme venait de rentrer dans la pièce où les deux femmes semblaient être plutôt en froid, mais cela ne dérangeait absolument pas le procureur, oui le procureur car elle trouve toujours que le terme « La procureure » est très laid et puis après tout, ce n'est pas une féministe acharnée donc cela ne la dérange absolument pas qu'on l'appelle par le terme masculin, au contraire ça lui fait limite plaisir. La Blonde était rentrer et regardait les deux femmes, l'une très bien attachée et l'autre debout, qui semblait éviter le regard de la première. Le Procureur s'avançait vers la seconde femme, celle qui est debout pour venir se courber devant elle par respect, ce qu'elle fit également, simplement par pur respect qui sait. Cela ne dérangeait absolument pas la Blonde qui se mit directement en direction de la femme aux cheveux Rose, se rapprochant d'elle, se baissant pour être à son niveau pour ensuite lui déposer un petit bisou sur la joue avant de trouver une place raisonnable pour lui parler, mais ce fut la Rose a parler en première qui lui disait qu'elle n'était pas lesbienne, mais au moins que la femme au manteau était jolie, et ça ne pouvait pas lui faire plus plaisir, mais cela n'avait qu'un effet pervers sur elle car cela ne faisait que la motivée qu'à être encore plus sadique dans ce qu'elle allait devoir faire.

- Alors comme ça c'est avec toi que je vais pouvoir m'amuser.

- Je sens que l'on va bien rigoler.

Il faut dire que l'otage ne manquait pas de réparti, ni même de mordant et cela lui plaisait encore plus, elle adorait quand sa proie lui résiste de la sorte, qu'ils font leur fier alors qu'ils allaient souffrir dans très peu de temps, cela s'annonçait palpitant pour la Blonde, raison de son grand sourire tout en se léchant légèrement les lèvres avec son très léger goût de Rose à cause de son rouge-à-lèvre qu'elle s'était mit ce matin. La Blonde se relevait, toujours avec son sourire aux lèvres, afin de pouvoir tourner autour de la femme attachée, comme une lionne qui tourne autour de sa proie avant de lui sauter dessus, après tout elle n'a rien à faire ici tant que la Juge ne pose de question et que la Rose ne répond pas, ou du moins si elle se fiche du Gouvernement, tant que rien de dérangeant se passe, le bourreau Blond n'avait rien à faire à part attendre, regarder, analyser et encore attendre qu'elle se décide de craquer, elle n'attendait qu'une chose c'était que la femme aux cheveux Rose insulte le Juge afin de pouvoir commencer à la torturer, surtout qu'elle avait prévu quelque chose juste pour ses beaux yeux, elle espérait pouvoir les utiliser et surtout lui montrer tout l'étendu de son potentiel.

- Pouvons-nous procéder à l'interrogatoire ? Mademoiselle... "Engelthal", c'est bien cela ? N'agissez que si elle refuse de parler, s'il vous plaît...

La Blonde fit un signe de tête pendant qu'elle se trouvait juste derrière la Rose, posant également les deux mains sur les épaules de la femme assise devant elle, et commençait à lui faire un petit massage, non pas pour lui faire plaisir, mais simplement pour attendrir la chair comme on dirait, histoire de préparer la victime à se faire trancher comme il se doit et rien qu'à savoir cela, la nymphe se léchait déjà les babine à l'avance, un pur plaisir s'annonçait pour elle et cela pouvait largement se voir à ses yeux, mais heureusement il n'y avait que la juge qui pouvait la voir, et puis elle avait déjà comme réputation dans le Gouvernement, enfin dans le Tribunal pour être plus précis, d'être assez violente durant les interrogatoires si on ne fait pas ce qu'elle veut, même si ça fait depuis peu qu'elle était là, une vraie furie que cette petite femme. Mais elle devait attendre qu'elle refuse de parler, pour cela qu'elle lui faisait un massage, pour occuper ses mains en attendant qu'elle puisse les utiliser comme il faut sur le corps de la charmante otage, car malgré tout, elle restait à son goût la Rose alors ça sera un pur plaisir pour elle de la torturer comme elle en a eu envie en rentrant dans le commissariat.

- Bad Wolf, de quoi est composé votre camp ? Y a t-il eu une quelconque alliance contre nous ?

- Vous qui critiquiez mes questions mais les vôtres ne sont pas mieux. Mon camp est composé de gens qui veulent que le pouvoir revienne de droit au Domae, comme ce qui aurait dû se produire si Eisuke n'avait pas foutue la merde. Quant aux alliances, je n'en sais foutrement rien, ils font ce qu'ils veulent à ce que je sache non ?

Réponse direct, mais plutôt marrante aux oreilles du procureur car elle n'avait pas tord, lâchant même un petit rire amusé car ce n'était pas faux ce qu'elle disait pour sa première partie de réponse, les camps sont composés de personne et ça qu'importe les camps, même le Gouvernement est composé de personne si on y regarde de plus près. Malgré tout sa deuxième partie de réponse fut moins réjouissante, beaucoup moins marrante, beaucoup plus hautaine, méritant une petite punition si le procureur aurait été la seule juge, mais là elle devait attendre les ordres du véritable juge pour pouvoir agir, sauf si elle estime devoir agir de son plein gré, mais pour le moment elle allait juste attendre et voir ce qui se passe, lâchant les épaules de la jeune femme devant elle afin de pouvoir avoir les mains libres pour agir à sa guise, car elle avait compris que la jeune femme donnerait que des réponses évasives et surtout moqueuse envers les deux femmes qui représentent l'autorité alors les punitions allaient être de mise dans cette pièce. Le procureur regardait la juge pour voir sa réaction tout en continuant d'écouter les paroles de la jeune otage.

- Maintenant que j'ai répondu à vos questions, je peux partir ou le bourreau n'a pas assez joué ?

La Domae voulait déjà partir et glisser sous les doigts de la Blonde ? Elle ne manquait pas de cran et cela plaisait beaucoup au procureur, peut-être moins à la juge qui semblait connaître la femme, peut-être même elle qui lui avait fait ses cicatrices. Sans attendre la réponse, ou même la réaction du la juge, que la Blonde se rapprochait par derrière la femme assise et attachée pour venir placer sa tête juste derrière la sienne, se penchant pour être à son niveau tout en lui soufflant à l'oreille avec une touche d'excitation dans l'oreille, non pas qu'elle l'était au niveau charnelle, mais simplement que son côté psychopathe était de plus en plus excité au vue des réactions de la Rose et de ses paroles, elle avait le don de motivé la Blonde, une proie dans son genre son assez rare et tellement intéressante, de quoi ravir le membre du Gouvernement, cette nymphe qui n'attendait que de réveiller sa partie furieuse afin de lui montrer l'étendu de ses capacités. Toujours en restant au niveau de son oreille, la Blonde se mit à lui parler, juste à elle vu que le juge n'allait sûrement pas entendre ce qu'elle allait lui dire.

- Je vais prendre plaisir à te punir. Tu es un ange qui va me donner le libre accès au paradis ma belle.

La Blonde après lui avoir fait un petit souffle au creux du cou de l'otage, elle se relevait, du moins se remettait droite pour retrouver l'autre femme, mais cette fois-ci au lieu de rester comme à son habitude depuis tout ce temps, la jeune femme ne restait pas debout afin de parler, elle en avait marre de rien faire, alors qu'elle venait à peine d'arriver dans le commissariat, elle est de nature très impatiente oui, surtout quand la proie s'amuse à jouer avec les nerfs, elle était de plus en plus excitée de pouvoir la punir comme elle le mérite. La Blonde en arrivant au niveau de la juge, elle se plaçait pas à son niveau, mais se jeta presque dans les bras de la femme, plaçant un de ses bras derrière la femme déjà assise comme une enfant qui avait l'air de bien s'amuser de la situation, sûrement la seule d'ailleurs qui devait autant s'amuser dans cette pièce, c'était comme si qu'elle était revenue à ses instincts primaires, comme à la cour de récrée de l'orphelinat où elle s'amusait à torturer les autres orphelins.

- Tu devrais poser des questions plus précises mon cœur, elle doit être plus intelligente et plus forte que tu le penses, c'est une tigresse la demoiselle. Disait elle avec un grand sourire aux lèvres qu'elle se léchait avec envie.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] Empty
MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene]   Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] EmptyJeu 6 Nov - 19:24

- Vous avez beau être jolie, je ne suis pas lesbienne alors je me passerais bien de vos petits bisous.

Un petit gloussement s'échappa de ma gorge alors que je me faisais tranquillement un avion en papier avec quelques documents inutiles qui traînaient sur le bureau. Jolie oui, elle l'était, mais ça ne semblait pas suffisant pour la jeune hétéro que devait être Bad Wolf. Dommage procureure, tu ne risquais pas de lui plaire avec un tel handicap ! Remarque, même si mes penchants se dirigeaient plus vers les femmes, moi non plus je n'aurais pas apprécié la bave non-invitée de l'une de mes congénères sur ma pauvre peau. Non seulement cela aurait souillé mon maquillage, mais aussi titillé mes nerfs. Aussi charmante pouvait-elle être, si elle me touchait, mon avion en papier allait finir dans son globe oculaire, alors je faisais preuve de prudence bien qu'affalée sur ma chaise. Mais Bad Wolf était celle qui devait être ennuyée à ce moment-là, donc je ne fis preuve d'aucune hostilité envers la procureure, lui adressant un sourire pour la consoler de son violent rejet. J'espérai juste qu'elle n'allait pas l'interpréter autrement. Cependant, je le perdis très rapidement lorsque j'entendis la suite :

- Alors comme ça c'est avec toi que je vais pouvoir m'amuser.

- Je sens que l'on va bien rigoler.

Je ne pus m'empêcher de soupirer de lassitude : Et allez, il fallait que ça tourne en délire étrange que je ne pouvais pas réellement appréhender. Franchement. FRANCHEMENT. Je n'en revenais pas... Toutes les deux, elles comptaient s'amuser comme des enfants lors de mon interrogatoire, comme si la scène ne pouvait pas être plus embarrassante ! Je regrettai d'avoir capturé Bad Wolf et d'avoir fait appel à cette procureure... Lentement, je portai mes mains à mon visage pour expirer bruyamment, afin de faire comprendre à ces deux folles qu'un peu de tenue était de mise ; le sérieux était vraiment une denrée rare chez les gens, surtout chez les jeunes... Quel âge est-ce qu'elles avaient d'ailleurs, toutes les deux ? La vingtaine ? Ou plus ? J'étais persuadée qu'elles étaient mes cadettes. Sur leurs visages se reflétaient l'innocence, parfois malsaine d'un début de vie, alors je m'arrêtai sur 20 ans et plus sans trop me plonger dans le débat philosophique. Quel intérêt pour moi, de toutes façons... C'était sûrement moi, la vieille peau de la salle.

Lentement, je me levai de mon bureau et tournai autour de mon bureau, ouvrant les tiroirs pour faire semblant d'avoir quelque chose à faire mis à part regarder leur folie. Pas que les trucs étranges me révulsaient, mais ça m'embarrassait un peu. Toujours les mains dans les papiers, je jetai néanmoins un regard vers la procureure et pressai mes paupières sous mes doigts avec exaspération : Elle se léchait les babines en massant ma détenue... Décidément, ça n'allait jamais se terminer ! Si elle avait commencé à baver, je l'aurais mise à la porte fissa. Un tic nerveux s'afficha sur mon visage en croisant son regard : Bon sang, ce que je n'aimais pas ça... J'aurais dû le faire moi-même ! Comme la grande femme que j'étais... mais bon. Au moins, il y en avait une d'heureuse dans la pièce, et c'était l'essentiel. Après avoir repris mon papier, je me mis à lui poser ENFIN les questions qui trottinaient dans mon petit crâne blond :

- Bad Wolf, de quoi est composé votre camp ? Y a t-il eu une quelconque alliance contre nous ?

Une alliance entre les clans, par exemple... Puisque tous étaient visés par notre politique, sûrement s'étaient-ils alliés pour nous contrer... Je me rasseyais sur ma chaise et croisai les jambes : Pas bon pour la cellulite, pas bon pour les veines, et je n'en avais rien à battre. J'aimais bien mes jambes, alors je n'avais pas peur de les montrer - même si à ce moment-là, les plaies étaient encore visibles... mais je n'avais pas à en avoir honte. C'était elle, le monstre qui m'avait fait ça. C'était elle qui devait rougir de honte, pas moi. Toujours très fière, je notais ma question tout en surveillant les actes de ma coéquipière... si elle s'en prenait à Bad Wolf sans mon autorisation, j'allais devoir la congédier. L'anarchie n'était pas du tout mon amante du moment, même si je ne voulais pas avoir à sermonner mes collègues : Seulement, l'âme qui se reflétait dans ses yeux ne me disaient rien de bon. Mais je me taisais, attendant patiemment ma réponse :

- Vous qui critiquiez mes questions mais les vôtres ne sont pas mieux. Mon camp est composé de gens qui veulent que le pouvoir revienne de droit au Domae, comme ce qui aurait dû se produire si Eisuke n'avait pas foutue la merde. Quant aux alliances, je n'en sais foutrement rien, ils font ce qu'ils veulent à ce que je sache non ?

Les sourcils froncés, je fis signe à ma partenaire d'agir comme bon lui semblait par un petit mouvement de main. Les bases se devaient d'être remises en place ; Elle n'était pas en position de me manquer de respect, plus maintenant. Je penchais la tête sur le côté en laissant se dessiner un petit sourire sur mes lèvres, puis réfléchissais à ce qu'elle m'avait dit. Un clan composé de gens... sans déconner. Je me doutais bien que nos ennemis n'étaient pas des lamas bondissants, ou que sais-je, des pandas sauvages jésuites ! Tout en soupirant l'air de dire "pauvre fille...", je me remis à me balancer sur ma chaise tout en triturant un bout de papier pour me relaxer - il me fallait une cigarette. Où est-ce que je pouvais trouver une cigarette ? Cigarette... cigarette... cigarette dans le soutif. Je la tirai et la portai à mes lèvres, l'allumant à l'aide d'une allumette cachée au même endroit... Dieu sait toutes les choses que je pouvais transporter dans ce bonnet. J'inspirai puis expirai avec un petit sourire : Enfin ! Zen... enfin.

- Maintenant que j'ai répondu à vos questions, je peux partir ou le bourreau n'a pas assez joué ?
- Non, vous ne le pouvez pas. Je m'en voudrai que ma collègue ne puisse pas profiter un peu plus de votre délicate présence...

Dans ta face. Je regardai la procureure s'approcher de nouveau de Bad Wolf pour lui susurrer quelque chose à l'oreille - que je crus un instant qu'elle allait lécher. Décidément, j'aurais mis mon bras à couper qu'elle était du côté obscur, tout comme moi... Elle lui souffla dans l'oreille tandis que je soufflai tout court en soupirant, avant de... venir vers moi ? Oh bon sang de bon dieu... Rapidement, je plaquai mes talons au sol pour reculer mon siège, mais réalisant que j'étais déjà contre le mur, la laissai s'asseoir sur moi avec une mine blasée. Elle se jeta donc dans mes bras comme une enfant, mais je ne la repoussai pas, attendant patiemment qu'elle s'en aille d'elle-même. Un peu comme les ours. Un ours blond. Winnie, en quelque sorte... Je haussai un sourcil tout en la fixant, hésitant néanmoins à me lever pour lui céder la place ; sauf que cette chaise était mienne. Donc hors de question de m'en aller... J'eus cependant envie de me donner des claques en l'entendant parler :

- Tu devrais poser des questions plus précises mon cœur, elle doit être plus intelligente et plus forte que tu le penses, c'est une tigresse la demoiselle.

MON QUOI ?! Rapidement, mes joues se tintèrent d'un rouge vif, tandis que je la repoussai brutalement, toussotant tout en révélant mon profond malaise... Ce n'était pas bon pour mon coeur ça, pas bon du tout... Je détestais les petits surnoms, et celui-là encore plus... Je ressemblais à un gros organe tout sanglant, à ses yeux ? Sympa. Je décalai ma chaise pour la caler contre le bureau histoire qu'elle ne revienne pas à la charge, avant de regarder Bad Wolf, puis ma congénère :

- Ne... ne m'appelez pas mon coeur ! Et oui, je sais... je sais. Je me remis donc à fixer la Rose tout en essayant de cacher ma gêne : Donc... Bad Wolf, question banale... Qui sont les principaux dirigeants de votre organisation ? Mademoiselle, si elle redit encore des âneries, vous avez carte blanche...
Revenir en haut Aller en bas
Théodora Fleming

Théodora FlemingMessages : 2952
Date d'inscription : 15/08/2012


Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] Empty
MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene]   Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] EmptyJeu 6 Nov - 21:27





Œil pour œil, dent pour dent


- Maintenant que j'ai répondu à vos questions, je peux partir ou le bourreau n'a pas assez joué ?

- Non, vous ne le pouvez pas. Je m'en voudrai que ma collègue ne puisse pas profiter un peu plus de votre délicate présence...


Bah tiens, ça l'aurait étonnée ; elle vient gentiment ici sans faire d'histoire, répond aux questions le plus franchement du monde et on l'empêche de partir. De toute façon, maintenant qu'elle était ici, dans ce commissariat aux mains du Gouvernement, ils ne la laisseront pas partir... Mais la Rose n'abandonnait jamais, elle voulait rentrer pour reprendre sa vie, s'occuper de sa fille, si c'est ce que voulait le Gouvernement ; pas de problème elle arrêterait de tuer. Mais laissez filer une aussi grosse prise serait dommage pour eux.

La Blonde s'approcha de la demoiselle aux cheveux roses, quoi le ton qu'elle avait employé de lui avait pas plus alors on décide de jouer un peu avec la victime ? Elle connaissait la chanson, elle avait participé à tellement d'interrogatoire et de torture qu'elle connaissait les techniques. Mais bon, l'As préfère les personnes qui répondent, même si elle a une certaine tendance à s'emballer... Mais que vous voulez-vous ? C'est ce qu'il se passe lorsqu'on a le loup pour totem. La jeune femme s'approcha pour placer son visage non loin de l'oreille de la Rose.

- Je vais prendre plaisir à te punir. Tu es un ange qui va me donner le libre accès au paradis ma belle.

- Compte sur moi pour t'envoyer au septième ciel. Ma belle.


Ce dernier mot n'était pas une marque d'affection, au contraire, on pouvait surtout entendre du dégoût dans sa voix et du mépris dans le reste de sa phrase. Psychopathe va. La jeune femme avait quand même un côté psychopathe qu'elle appréciait mais il y avait des limites, elle aimait voir le sang couler mais torturer le juge ne lui avait pas fait plaisir autant que les autres félins Domae... Eux ils adorent ça, la Rose préfère tuer simplement. C'est mieux. Et puis ces surnoms... RAAAH mais elle a horreur des surnoms ! Déjà qu'elle n'aime pas en donner mais alors en recevoir... Ce n'était même pas en rêve !

La Blonde se rapprocha de la juge pour aller s'installer sur ses genoux... "Eh ho, je suis là !" pensa la jeune femme... Pitié, elle ne voulait pas voir, c'était la pire torture à voir, voir des gens s'embrasser. Que ce soit deux hommes, deux femmes ou un homme et une femme, la Rose détestait regarder les couples s'embrasser. C'est tout simplement... Berk ! Mais sérieusement, le Gouvernement était si désespérée pour accepter ce genre de personne dans leur rang ?

- Tu devrais poser des questions plus précises mon cœur, elle doit être plus intelligente et plus forte que tu le penses, c'est une tigresse la demoiselle.

- Pitié... Trouvez-vous un hôtel.


Mais apparemment ce petit "mon cœur" n'avait pas plus à Nemesis qui repoussa la Blonde brutalement. Ouf, la Rose n'était pas la seule à trouver lourde avec ses surnoms à la con. Elle décala sa chaise pour s'asseoir derrière le bureau... L'As aussi peut faire ça ? Parce que si l'autre cruche vient sur ses genoux, la demoiselle aux cheveux roses n'hésiterait pas à se jeter au sol pour la dégager. Personne ne venait sur ses genoux. Ce sont les siennes et ce n'est pas une chaise aux dernières nouvelles.

- Ne... ne m'appelez pas mon coeur ! Et oui, je sais... je sais. Donc... Bad Wolf, question banale... Qui sont les principaux dirigeants de votre organisation ? Mademoiselle, si elle redit encore des âneries, vous avez carte blanche...

La vérité en évitant la douleur ou la douleur ? La choix était assez dure mais la jeune femme n'était pas une balance, hors de question de dire les noms des principaux dirigeants des Domae... Elle était l'une d'elle et ça le Gouvernement le savait mais il savait aussi qu'il y avait d'autres noms... De toute façon, il faut bien mourir un jour non ? Et c'était soit ici, soit au bout d'une corde alors quitte à choisir, ce sera ici. La jeune femme prit un petit sourire méprisant...

- Les principaux dirigeants ? Et bien ce sont Simba et Nala. Bah oui, autant avoir les mêmes références Madame la juge.

Elle sentait la douleur arriver, elle savait que la Blonde allait se ruer sur elle pour lui faire du mal mais à quoi bon ? Autant mourir avec le secret des noms, Kira ne parlera pas. Et puis, Nemesis s'était bien foutue de sa gueule en lui disant que Timon et Pumba faisaient partie du Gouvernement, mais l'As l'avait lu aussi ce conte, elle n'était pas conne non plus. La juge n'avait pas voulu participer alors pourquoi la Domae dirait quelque chose ? C'était donnant-donnant avec elle.

J'assume tout, même si je dois souffrir, j'assume tooouuuut



Je m'exprime en sienna
Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] 48712_s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] Empty
MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene]   Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] EmptyVen 7 Nov - 22:05



Oeil pour œil, dent pour dent...


Nemesis Phidias et Kira Seryk



Tu devrais poser des questions plus précises mon cœur, elle doit être plus intelligente et plus forte que tu le penses, c'est une tigresse la demoiselle

- Pitié... Trouvez-vous un hôtel.

La Blonde qui se trouvait être assise sur les genoux du juge était entrain de bien s'amuser à faire la gamine, donner un petit surnom marrant à la jeune femme qui la portait tout en dégouttant, torturant même, la Rose qui semblait être plus effrayer par l'idée que son bourreau pourrait embrasser l'autre femme que par l'idée même de se faire torturer physiquement et cela l'amusait encore plus, raison pour laquelle elle insistait déjà sur ça, profitant par la même occasion pour draguer Madame la juge que ça lui plaise ou non, qu'elle soit du même bord ou non, dans tous les cas elle tenterai bien de la draguer pour l'avoir dans son lit ce soir. Malgré tout elle ne semblait pas être enclin à se laisser charmer car le juge se poussait pour se caler contre la table pour éviter que la blondinette se retrouve à nouveau sur ses genoux se qui la fit rire de la voir réagir ainsi, d'être aussi coincée, cela lui donnait encore plus envie de la pousser à bout elle aussi afin de pouvoir la décoincer elle même dans un lit, peut-être même dès ce soir qui sait, elle lui proposera sûrement un verre en sortant de la salle d'interrogatoire après qu'elle ait refait la peinture en rouge. Le Juge semblait être assez mal à l'aise, mais reprit ce pourquoi elle était là, l'interrogatoire, tout en regardant à tour de rôle les deux autres femmes dans la pièce.

- Ne... ne m'appelez pas mon cœur ! Et oui, je sais... je sais. Donc... Bad Wolf, question banale... Qui sont les principaux dirigeants de votre organisation ? Mademoiselle, si elle redit encore des âneries, vous avez carte blanche...

La Blonde sourit après les paroles qu'elle venait d'entendre, elle pouvait faire ce qu'elle voulait si la membre d'une des Familles se montrait à nouveau hautaine et arrogante comme à la question précédente et cela la faisait sourire, elle aimait cela et encore plus si on lui donnait carte blanche, une totale liberté dans ses agissements et surtout dans sa torture et qui plus ait elle avait déjà une idée en tête de ce qu'elle pourrait bien faire au cas où elle répondra mal, ou du moins si elle ne dira pas la vérité et vu comment la jeune femme était fier, cela risquait de se voir immédiatement si elle ne dit pas la vérité alors même la Blondinette pourrait le voir sans trop de mal. La Blonde tournait un peu autour de la table, souriant en s'imaginant ce qu'elle allait lui faire, surtout qu'elle pouvait voir un sourire se dessiner sur le visage de l'otage, un sourire qui voulait tout et qui fit sourire d'avantage le Procureur car elle avait comprit qu'elle allait dire un gros mensonge et donc qu'elle pourrait s'amuser très vite avec elle, plus vite qu'elle aurait pu le penser.

- Les principaux dirigeants ? Et bien ce sont Simba et Nala. Bah oui, autant avoir les mêmes références Madame la juge.

Oh que voilà une belle déclaration de guerre, comme si des petits lions pouvaient diriger une Famille, après tout s'il doit avoir une lionne en ville, cela ne pouvait être que la Blonde et aucun autre animal dominant en ville, et oui, elle aime lire la petite et de tout alors elle connaissait ce deux bestioles, même si elle n'a jamais pu les supporter, ayant toujours eu envie de les tuer pour enfin être en paix, mais bon ce n'était pas la vraie vie donc elle n'y pouvait rien. Le Procureur pouvait donc faire ce qu'elle veut et elle n'allait pas s'en faire prier, raison pour laquelle, sans même laisser le temps au juge de dire quoique ce soir, ou même de gesticuler qu'un peu que la blondinette se jeta sur la table afin d'être en face de la femme attachée, la femme arrogante, se penchant tout en ouvrant son manteau, laissant à la jeune femme la possibilité de voir le décolleté du procureur, une vue plongeante sur sa poitrine prisonnière de son soutien-gorge pour glisser une main à l'intérieur du manteau afin d'y retirer les lames qu'elle avait confisqué juste avant d'entrer, les dagues de la détenue justement et bien sûr elle affichait un grand sourire diabolique en montrant les armes à son prioritaire qui montrait bien déjà toute la folie de la femme en face d'elle toujours penchée.

Toujours le manteau un peu ouvert, laissant donc un décolleté visible si on la regarde, la jeune femme quitta la table afin de se rapprocher de la Domae, faisant glisser les lames de métal sur les joues de la Rose, sans pour autant forcer pour ne laisser aucune trace, mais juste pour lui montrer ce qu'elle allait recevoir sous peu. Lorsqu'elle fut derrière, le procureur commença à découper les vêtements de la jeune femme, son haut, puis son pantalon, de légère coupure qui allait laisser des petites cicatrices, qu'elle faisait tout en tournant autour d'elle pour venir se placer dans un coin de la pièce, se préparant à s'amuser d'une autre façon, elle voulait se tester au lancer de couteau, même si elle savait déjà douée dedans, les deux autres femmes ne pouvaient pas savoir qu'elle est douée alors elle allait sûrement en jouer au début pour venir lui faire mal par la suite, encore plus de souffrance à la jeune femme aux vêtements qui commençaient à être en lambeau. Le Procureur attrapa une dague dans sa main pour la lancer sur la Rose, mais bien sûr elle rata sa cible ce qui était prévu bien sûr, mais passa tout de même assez prêt d'elle, tandis que la deuxième lame n'allait pas avoir le même résultat.

- Tu es prête mon ange ? Maintenant je me concentre. Continuez à poser des questions je vous pris, moi je m'amuse comme une folle !

La Blonde prit une autre dague de la Domae et prit son temps pour viser correctement afin d'être sûr de toucher la femme attachée, cela allait être marrant. Le Blondinette prit un élan en se positionnant correctement et fit un geste magnifique pour lancer la dague en pleine direction de la jeune femme, cela allait la toucher, mais la surprise serait totale de là où elle va atterrir, mais pour le début la Blonde visait que l'épaule, la lame pénétrant l'épaule allait être un bon début de souffrance pour le début de la séance de torture de la prévenue.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] Empty
MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene]   Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] EmptyLun 10 Nov - 21:51



- Pitié... Trouvez-vous un hôtel.

En effet, que la jeune fille se trouve un hôtel quelque part, où elle veut, mais très loin de moi si possible... non pas qu'elle ne soit pas mignonne, mais elle a cette petite étincelle dans l'oeil qui ne m'inspire aucune confiance : Je l'ai vue très souvent, cette étrange lueur de malice... Je l'ai vue dans les yeux des criminels, ces mêmes que je pourchasse depuis le début de ma vie, cette espèce de sous-hommes barbares et cruels... Savoir l'un d'entre eux caché dans ma propre enveloppe me donne une forte envie de grogner contre le hasard.  Bad Wolf grimace de dégoût mais je ne sourcille guère à ce genre de réaction : Si je n'écoutais que moi, moi aussi je verrais ma lèvre inférieure pendre à même le sol tellement la situation m'embarrasse. Je n'ai rien contre elle, mais je ne l'ai jamais autorisée à me toucher. Après m'être violemment débarrassée de l'autre folichonne, je me traîne contre le bureau en évitant les regards vicelards qu'elle me lance. Sûre et certaine qu'elle me prend pour une réelle virgeotte, sûre et certaine qu'il vaut mieux pour ma santé mentale de me tasser sous le bureau avec mes mains sur la tête. Ouais, sûrement ce que je vais faire.

- Les principaux dirigeants ? Et bien ce sont Simba et Nala. Bah oui, autant avoir les mêmes références Madame la juge.


... Finalement, ma planque attendra. Plissant les yeux tout en me redressant, je lance un regard sévère à ma jeune procureure pour lui indiquer qu'elle a intérêt à lui faire regretter ses paroles. Simba et Nala... certes, mon Timon et Pumba laissait à désirer, mais tout de même ! La différence entre elle et moi, c'est que je représente la Justice. Elle... n'est que la barbarie incarnée. Alors non, elle ne peut pas se permettre la même chose que moi... Je roule des yeux en voyant miss "Particulière" se jeter sur la table - tandis que je m'éloigne rapidement- pour faire une sorte de... strip-tease improvisé à Bad Wolf. Je ne vois pas grand-chose puisqu'elle me fait dos, mais d'après ce que j'arrive à apercevoir, le pauvre morceau de jambon a une vue directe sur deux bosses de chair peu appétissantes dans sa condition. Je ne peux m'empêcher de pouffer un peu avant de pousser sur mes pieds afin de me caler, moi et ma chaise contre le mur, restant ainsi en équilibre. Finalement, je suis bien ainsi. Toujours avec le bout de papier flambant entre les lèvres, j'écoute avec un certain plaisir un bruit métallique tinter depuis la Procureure, sûrement des armes.

Mon regard se durcit au fur et à mesure que je le pose sur mes deux acolytes de sexe féminin, mais je me ressaisis rapidement avec un certain effroi ; Ah ! Plutôt mourir que me satisfaire de la souffrance d'une autre femme !... Ou pas, en fait. A son stade... Ce n'est plus une femme, ni un être humain envers qui je dois avoir le moindre respect.  Tandis que je sens la fumée me brûler la gorge et me donner une curieuse envie de tousser, je réalise au final qu'il ne me reste plus grand-chose à consommer de ce pauvre mégot qui aurait volontiers fini sa vie dans un cendrier... que je n'ai pas. Un petit sourire s'impose alors sur mes lèvres, accompagné d'un ricanement discret, à peine audible. Comme poussée par un esprit malin, je prends la cigarette entre mes deux doigts et me lève, m'approchant lentement de la jeune fille tout en penchant la tête sur la côté. La main sur l'épaule de ma collègue, je m'incline au dessus de la criminelle aux cheveux roses que j'inspecte d'un oeil maternel avant de finalement révéler mes véritables intentions... Non, jeune fille, je ne ferai preuve d'aucune pitié à ton égard, et ma cruauté sera égale à celle que tu m'as infligée avec un cœur de pierre... Brutalement, j'écrase la cigarette sur le dessus de la main souillée de l'accusée puis reparS à ma place, croisant les jambes d'un air tout à fait satisfait :

- A l'avenir, tu réfléchiras à deux fois avant de t'en prendre à moi, ordure.


Même si je ne suis pas familière avec le concept, cette petite va comprendre sa douleur. Dans d'autres circonstances, peut-être que je l'aurais appréciée, mais plus maintenant. D'une pichenette, je me débarrasse du mégot plié et tassé sur lui-même qui finit envoyé dans un coin de la salle, et observe sagement Larxene à son dur labeur. Elle a fini par sortir les armes finalement. Toujours avec son sadisme habituel, elle en fait glisser le tranchant sur la peau de la demoiselle sans la blesser, avant de se positionner au fond de la pièce. J'hausse un sourcil avec interrogation... Qu'est-ce qu'elle nous prépare encore ? Je garde le silence, mais demeure néanmoins vigilante. Si elle va trop loin, elle devra être stoppée ; Une cigarette n'est rien face à une lame mal plantée. Ce n'est rien contre celles qu'elle m'a enfoncée dans la chair, par exemple... Arh, quelle connasse. A chaque fois que j'y pense, une envie folle de mordre tout le monde m'envahit. Il y a des jours comme ça où je regrette de ne pas être née chienn- - ah, elle lance des lames. Elle lance des lames ? Elle les LANCE ?! Paniquée, j'ouvre de grands yeux puis les clos d'un seul coup pour ne pas voir le carnage.

- Tu es prête mon ange ? Maintenant je me concentre. Continuez à poser des questions je vous prie, moi je m'amuse comme une folle !

Timbrée, va... Je rouvre un oeil timide et inspecte avec un air inquiet encré sur le visage l'état de la pauvre fille... Elle n'a pas été blessée... Ouf. "Ouf" ? Non mais, est-ce que je m'entends, moi ? Je soupire et réalise que ses vêtements ont été abîmés pendant que je discutais avec moi-même ; espérons juste qu'elle ne la mette pas nue, sinon je hurle et la vire à coups de pompe. Un petit gémissement de surprise m'échappe lorsque je vois la seconde lame foncer droit sur Bad Wolf, suivi d'un grommellement quand mon regard s'abat sur son épaule... La main sur ma propre blessure, exactement au même endroit, je soupire tout en me mordant la lèvre... Nemesis... Qu'est-ce que tu fais ici ? Et d'ailleurs, qu'est-ce qui t'a prise de brûler une fillette ? Je dois réellement devenir folle. Mais tout en luttant contre les larmes empathiques (salope d'empathie.) envahissant mes yeux tels des Huns sur la muraille de Chine, j'avale difficilement ma salive pour reprendre l'interrogatoire :

- Tu... B-Bad Wolf... Il est dit sur vous que vous entretenez une relation assez... disons, "profonde" avec l'As Elementis, Zephyr Leindel ou plus couramment appelé "Gaea". Les Domae et les Elementis se sont-ils alliés pour que vous vous permettiez une telle relation ? Oh... et inutile de mentir, nous savons que vous êtes proches : C'est bien cet homme qui s'est interposé quand des chasseurs de tête en ont eu après vous... pour se battre contre cinq hommes avec un caractère de froussard, ce serait difficile de prétendre ne pas vous entendre avec... D'ailleurs, si vous ne parlez pas, il est fort possible que nous interrogions d'autres personnes, peut-être proches de vous, alors faites en sorte d'économiser leur salive.


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] Empty
MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene]   Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Oeil pour oeil, dent pour dent... [PV Kiki et Larxene]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2014-