Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021

Partagez
 

 Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] Empty
MessageSujet: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] EmptySam 8 Nov - 23:00



Mais quel con il pouvait être ! Il avait replongé si facilement en l'espace d'à peine quelques minutes... Cette garce... Que faisait-elle au Gouvernement d'abord ?! Ils avaient bien dit qu'aucun membre ne faisait partie du Gouvernement et voilà qu'une Elementis de foudre se retrouvait là-bas ? Quel foutage de gueule ! Et ce n'était pas une espionne.

Il était dans le QG de la Confrérie, adossé contre un mur... Si il avait été un de ses drogués, Gaara aurait sûrement explosé ses poumons avec la cigarette pour oublier la soirée en sa compagnie ; Mais sa santé mentale était déjà bien atteint pas besoin que la santé physique le soit aussi. Qu'avait-il raconté au membre qui était venu le chercher ? Qu'il était arrivé trop tard. Tout simplement. Alors l'autre avait pleuré et Gaara était remonté pour réfléchir.

Le Chef de la Confrérie n'avait que ça toute la nuit. Réfléchir. Est-ce que c'était mal ce qu'il avait fait ? Oui. Est-ce qu'il en était fier ? Oui. Est-ce qu'il s'en voulait ? Non. Des semaines et des semaines d'arrêt de meurtre pour replonger aussi facilement en l'espace de quelques secondes à cause d'une garce Elementis dans le Gouvernement. Il n'avait rien trouvé sur elle mais il finira bien... Les Elementis gardent toujours une trace de leurs membres ; Gaara a juste a fouiller.

Cette soif de sang ; Il avait l'impression que ça faisait une éternité qu'il ne l'avait pas ressentie... Entendre ces os broyer ainsi lui avait paru une mélodie à ses oreilles, le regard de pitié n'avait été que jouissif... Et pourtant. Gaara s'était battu pour faire disparaître tout ça ; Il ferma les yeux. Les voix étaient revenues et lui disaient sans cesse de recommencer, qu'il le devait pour son bien.

Il n'y avait personne dans le QG ce soir là... En même temps, qui viendrait dans un phare abandonné la nuit ? Les gens avaient autre chose à foutre que de venir ici. Et lui que faisait-il là ? Mais il vivait ici désormais... Cela devait faire au moins deux semaines qu'il n'était pas revenu dans son appartement, il vivait là à l'abris des personnes qui pourrait entrer dans son appartement... Gaara n'avait rien prit à part l'ours en peluche de son frère qu'il gardait dans un sac ; Il n'était pas un gamin, mais simplement le savoir près de lui le rassurait un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] EmptyDim 9 Nov - 1:57

Qu’est ce qu’elle faisait dehors toute seule ? Elle n’en savait rien elle-même. Pour la première fois depuis des années, son patron lui avait accordé la soirée. Elle se demandait ce qu’il avait prit pour qu’il lui fasse une telle faveur. Quelle blague ! Le jour où son patron lui laisserait sa soirée… Il l’avait tout simplement expédiée chez elle parce qu’elle s’était de nouveau battu avec un client. Heureusement il ne l’avait pas virée. Evidemment, elle avait bu. Mais quand on est Wyn Johnson, boire, c’est normal. Elle s’était battue, mais ce n’était même pas à cause du manque de discernement causé par l’alcool. Non, c’était juste parce que ce client l’avait énervée. Il n’en fallait pas grand-chose pour faire sortir la jeune femme de ses gonds.
Et maintenant quoi ? Qu’est ce qu’elle faisait à traîner dehors toute seule ? Elle n’en savait rien elle-même. N’importe qui serait rentré chez lui après une soirée comme ça. Pas elle. Wyn, elle déambulait dans les rues qu’elle connaissait par cœur, les mains dans les poches de sa veste trop grande pour elle. Ses pas la conduisaient à travers les ruelles sans qu’elle se rende vraiment compte de où elle allait. Automatiquement, ses pas la menèrent au phare.

Parfois, elle venait se réfugier ici après une violente dispute avec son oncle et sa tante avant qu’ils ne décèdent. Son oncle et sa tante… Quels souvenirs elle avait d’eux… Sa tante, une femme qui faisait son possible pour nourrir son ménage mais qui avait toujours regretté qu’il n’y ait pas d’orphelinat quand Wyn était petite, et son oncle, qui l’avait entraîné dans sa chute dans la boisson. Sacrée famille. Si elle venait au phare aussi, c’est parce que Wyn adorait la mer. Elle savait pertinemment qu’elle ne pourrait jamais quitter Quederla, mais, regarder cette étendue bleue qui s’étirait à perte de vue la faisait rêver. Cette immensité profonde au bout de laquelle se découvrait le reste du monde, de nouveaux paysages, de nouveaux horizons, de nouvelles populations. Wyn se demandait souvent à quoi pouvait bien ressembler le monde qu’elle ne connaitrait jamais. Elle était capable de rester des heures à admirer la mer, et à écouter le doux bruissement des vagues qui ne s’agitaient jamais. Juste profiter de cette vue qui paraissait certainement si banale, mais qui la faisait rêver. Elle s’interdisait de penser à ce genre de choses, mais son esprit y plongeait beaucoup trop souvent.
Même si elle ne voudra jamais l’admettre devant qui que ce soit, Wyn était et restera une grande rêveuse.
Elle ne songe pas à quitter Quederla pour de bon, de toute façon elle en est dans l’incapacité. Mais découvrir le monde, n’est ce pas ce à quoi tout le monde pense ? La jeune femme adorait sa ville. Elle y était née, et elle y mourrait. Mais il y avait encore cette guerre. Cette guerre qui gâchait tout. Qui gâchait toujours tout.

Elle sembla soudainement reprendre conscience de ce qu’elle faisait et se rendit compte qu’elle était déjà à l’intérieur du phare et qu’elle était à présent sur la dernière marche. Il ne lui restait plus qu’un pas à faire pour rentrer dans la pièce et pouvoir enfin profiter de ce paysage qu’elle aimait tant.
Mais soudain elle se figea. Il y avait quelqu’un. Elle fit d’abord un pas en arrière, méfiante mais reconnu bien vite la silhouette qui se dissimulait dans l’ombre. Elle reconnaissait sa posture désinvolte et sa touffe de cheveux rouge. Cependant, elle n’arrivait pas à discerner son expression. Elle s’adossa au mur sans pour autant le quitter des yeux.

« Qu’est ce que tu fiches ici ? »

Et oui, qu’est ce que Gaara Ishikawa pouvait bien foutre dans un phare abandonné en pleine nuit ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] EmptyDim 9 Nov - 14:25



On entra. Il ne dit rien et ne fit rien ; De toute façon le phare était à tout le monde et seuls les Confrères savaient comment y entrer. Ça aurait été un bateau, Gaara l'aurait vu grâce aux lumières mais rien alors il resta adossé contre le mur à attendre tout simplement ; Si la personne voulait lui parler qu'il le fasse, déjà faudrait-il qu'il le voit.

A son grand étonnement, il s'agissait d'Elwyn Johnson ; La Confrère avec qui il avait fait sa mission d'infiltration quelques jours plus tôt... Un vrai carnage. Mais le principal c'est qu'ils s'en étaient sorties... Et en plus, les membres du Gouvernement allaient avoir un mur a réparer ; Tant mieux, ils fouteront la paix aux habitants pendant ce court laps de temps. Elle s'adossa contre le mur sans pour autant le quitter des yeux, elle l'avait remarquée mais est-ce qu'elle allait engager la conversation ?

- Qu’est ce que tu fiches ici ?

Et bien oui. Il haussa un sourcil ; Cet endroit était réservé pour qu'elle pose cette question ? N'était-ce pas l'hôpital qui se foutait de la charité ? N'avait-elle pas des amis, de la famille, des personnes avec qui discuter au lieu de venir dans ce vieux phare abandonné seule ? Ce qui n'était pas prudent non plus lorsqu'on n'avait pas de pouvoir mais après chacun ses idées ; Elle n'en voulait pas, tant pis pour elle.

- C'est le QG de la Confrérie je te rappel. Et étant un Confrère, il est de mon droit d'être ici.


Depuis quand devait-il rendre des comptes ? Il n'y avait noté nul part qu'un Confrère ne pouvait pas rester toute la nuit au QG... Et puis, il ferait mieux de rester ici dans le phare, adossé contre le mur à se lamenter de son triste sort plutôt que d'être dehors et tout détruire à cause d'un accès de colère non ? Mais bon, ça elle ne pouvait pas le savoir. Et alors ? Qu'est-ce qu'elle foutait là ? Sûrement la même chose que lui. Réfléchir.

- Mais je fais la même chose que toi... Je réfléchis.

Si elle était là pour prendre des dossiers, elle se serait directement dirigée vers la pile de dossiers qui l'intéressait ; Si elle cherchait un objet, elle se serait dirigée directement vers cet objet en question. Mais là, on avait plus l'impression qu'elle errait ; Qu'elle avait des questions sans réponses et qu'elle les trouveraient dans ce lieu calme et paisible et manque de chance, elle était tombée sur le Chef de la Confrérie.

- Ne devrais-tu pas être chez toi à cette heure-là ? Ce n'est pas prudent de venir ici la nuit et surtout rentrer aussi tard chez toi.

S'inquiétait-elle pour elle ? Bof pas vraiment, c'était une grande fille et elle faisait ce qu'elle voulait de sa vie mais c'était quand même étonnant de la voir en plein milieu de la nuit, ici dans le QG. Et puis, autant discuter maintenant qu'elle était là non ? Peut-être qu'elle pourrait l'aider. Ou peut-être pas.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] EmptyDim 9 Nov - 15:26

« C’est le QG de la Confrérie je te rappelle. Et étant un Confrère, il est de mon droit d’être ici. »

Il semblait pas mal énervé. Son but à elle n’avait pas été de le mettre en colère. Peut-être avait-elle parlé avec plus d’agressivité qu’elle ne pensait… Il fallait vraiment qu’elle apprenne à maîtriser ses émotions et à ne pas s’emballer pour le moindre truc.

« Mais je fais la même chose que toi, je réfléchis. Ne devrais-tu pas être chez toi à cette heure-là ? Ce n’est pas prudent de venir ici la nuit et surtout rentrer aussi tard chez soi. »

Il se moquait d’elle là. Non mais sérieusement, il se foutait très clairement d’elle. Et puis, qu’est ce qu’elle pouvait bien faire chez elle ? Ce vieil appart à moitié délabré dans lequel s’entassaient beaucoup trop de souvenirs. Non, elle n’avait aucune envie d’y retourner ce soir. De toute façon, elle y aurait été seule. Comme toujours. Alors à quoi bon ?

« Je pourrai très justement vous retourner la remarque mon cher » fit-elle, avec une certaine ironie.

Il se prenait pour qui pour lui dire ça ? Surtout qu’il faisait exactement la même chose qu’elle. Et puis quoi ? Il s’inquiétait pour elle ou quoi ? Depuis quand il en avait quelque chose à faire ? Ou alors il disait cela pour qu’elle reparte et le laisse seul. Dans ce cas, qu’est ce qui lui était arrivé pour qu’il se retrouve dans un tel état d’esprit ?
Sans s’en rendre compte, elle lui jetait déjà son regard noir. Sauf qu’avec l’obscurité il ne devait rien voir.

Ils étaient tous les deux à crans. Ça allait donner… Elle, parce qu’elle venait de se faire dégagée de son lieu de travail et elle savait très bien que son patron lui ferait bien savoir qu’elle n’avait plus intérêt à recommencer à foutre le bordel dans son bar. Mais lui, qu’est ce qui se passait pour qu’il vienne se réfugier ici ?
Elle soupira. Calme toi bon sang Wyn, calme toi. Il ne t’a rien fait. Son regard assassin s’évapora immédiatement. Le changement d’humeur instantané, l’activité dans laquelle elle était la meilleure.

« Merci pour l’autre fois… Mais pourquoi t’étais venu ? Elle marqua une courte pause. T’as des réponses à me donner tu sais, toi et ta drôle de réputation. » finit-elle enfin par lâcher.  

Elle faisait référence au moment où il avait littéralement défoncé le mur pour venir l’aider. Mais cette action l’intriguait. Plus elle y pensait, plus elle se posait de questions. Elle aurait pu se débrouiller toute seule, elle le savait. Quelques secondes de plus et là elle aurait vraiment péter un câble contre cet Habitant, elle n’avait pas besoin de son aide. Et elle était certaine qu’il le savait. Mais il était quand même venu. Cerner les gens, c’était une des choses pour lesquelles Wyn n’avait pas de difficultés. Sauf que Gaara, elle ne le connaissait absolument pas. Et les rumeurs sur lui faussaient complètement avec son comportement. Il n’y avait que deux possibilités, soit elles étaient vraies et il avait changé, soit elles étaient complètement fausses. Logique, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] EmptyDim 9 Nov - 17:10



- Ne devrais-tu pas être chez toi à cette heure-là ? Ce n'est pas prudent de venir ici la nuit et surtout rentrer aussi tard chez toi.

- Je pourrai très justement vous retourner la remarque mon cher.

Légère touche d'ironie mais il l'avait énervé, ça s'entendait clairement dans sa voix ; Un sourire aux lèvres qu'elle ne devait sûrement pas voir. Toujours a réagir au quart de tour celle-là. Pas mal, il aimait ce genre de personnes qui ne se laissaient pas démonter ; Il en avait marre des mauviettes, qu'ils passent leur chemin. Gaara la regardait, elle devait avoir son âge environ ? Plutôt jolie, certains mecs devaient profiter pour lui tourner autour.

Elle soupira. Les deux étaient à cran... Ça allait donner de jolies choses tiens. Il lui avait promit de parler la dernière fois, de répondre à ses questions mais est-ce qu'il était vraiment prêt ce soir ? Est-ce qu'il était prêt à se confier une nouvelle fois à quelqu'un ? Peut-être pas et pourtant certains disaient que parler faisait du bien. C'est à voir encore cette histoire.

- Merci pour l’autre fois… Mais pourquoi t’étais venu ? T’as des réponses à me donner tu sais, toi et ta drôle de réputation.

Il sourit. Elle n'avait pas oublié donc... Et bien, puisqu'ils étaient là, tous les deux dans le noir comme des cons à réfléchir autant parler non ? Sa réputation le suivait toujours même si il tentait de faire des efforts, même si il tentait d'arrêter il retombait à chaque fois. C'était sûrement ça être faible, ne pas surmonter ses faiblesses et retomber toujours dans le mauvais...

- Vu comment l'autre avait gueulé, les gardes commençaient à venir dans votre direction et je n'avais pas forcément envie d'aller faire un tour en prison ; Alors j'ai préféré défoncer pour venir te chercher. Même si je ne doute pas que tu aurais pu facilement le vaincre.

Enfin, ils avaient surtout l'air de se battre comme des mioches mais l'homme de Sable n'avait pas de temps à perdre. Certes, la mission aurait dû être discrète mais ils avaient les papiers maintenant, c'était ce qu'il comptait non ? Et en plus, ils étaient sains et saufs c'était le principale, le reste n'était que des détails.

- Et je me souviens ce que je t'ai promis l'autre jour ; Alors je t'en pris, qu'est-ce que tu veux savoir de moi et ma réputation ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] EmptyLun 10 Nov - 23:27

Il lui expliqua pourquoi il était venu mais elle sentait très bien qu’il se foutait d’elle. Elle resta calme cependant. Peut-être qu’elle imaginait tout encore une fois. Peut-être pas.
Enfin bref, Wyn n’avait pas tellement envie de réfléchir ce soir.

« Je me souviens que je t’ai promis la dernière fois. Alors vas y je t’en prie, qu’est ce que tu veux savoir de moi et ma réputation ? »

Tellement de choses. Elwyn prit une profonde inspiration et formula ses questions.

« J’ai cru entendre dire que… tes partenaires de mission avait pour habitude de mal finir. Alors je me demandais… pourquoi pas moi ? »

C’était étrange, non ?

« Est-ce que tout ce qui se dit sur toi est vrai ? Et ne me dis pas « de quoi tu parles ? » tu le sais très bien. »

Les « je ne vois pas ce que tu veux dire » très peu pour elle. Wyn aimait les personnes honnêtes. Tu fais quelque chose, t’assumes. Peu importe ce que c’est.
Elle ne savait pas vraiment si c’était la meilleure façon de penser, mais c’est comme ça qu’elle fonctionnait.
Elle hésitait à lui poser une autre question. Une question qui allait faire plus mal. La question que beaucoup de monde redoutait dans cette ville, la question la plus délicate. La question qu’elle-même détestait. La question sur le passé. Rien qu’en repensant au sien, elle soupirait. Jusque là, Wyn pensait que son enfance était banale, et sa vie inintéressante et ordinaire. C’est pourquoi elle n’en parlait jamais à personne, et puis elle n’en avait jamais envie. Est-ce qu’il avait eut une vie heureuse ?
Hmm… Certainement non. Personne dans cette ville n’avait eu d’enfance heureuse.

« Qu’est ce qu’il s’est passé ? Qu’est ce qui t’est arrivé ? »

Voilà merde. On parlait de Wyn Johnson là. Wyn Johnson était franche. Wyn Johnson n’avait jamais peur de poser une question. Et Wyn Johnson était curieuse.
En plus de ça, elle n’avait même pas réfléchi. La question était sortie toute seule. Parce que détail énervant chez Wyn Johnson, elle ne se maîtrise pas et dit tout ce qui lui passe par la tête. Beaucoup ne l’appréciaient pas à cause de cela. Et de ses changements radicaux et intempestifs d’humeurs rendaient les gens fous également. Certains la considéraient comme ingérable, vulgaire, agaçante, exaspérante… enfin beaucoup d’autres adjectifs.
Elle se demandait si, dans l’éventualité où Gaara n’aurait pas eu un passé très glorieux ou agréable, s’il avait réussi à se refaire, refaire sa vie etc… Est-ce qu’il était né à Quederla ? Pourquoi avait-il décidé de rejoindre les Elementis ? Tant de questions se créaient dans l’esprit de Wyn.
Si elle avait du analyser sa vie à elle, en n’aurait pas vraiment su quoi dire. Peut-être oui, peut-être non. Elle n’arrivait pas à croire que de simples questions posées à un mec la fassent autant réfléchir sur elle-même. C’était… insensé. Wyn était insensée. Sachant pertinemment que cette conversation allait durer, elle glissa le long du mur sur lequel elle était adossée jusqu’à toucher le sol et observa Gaara, attendant ses fameuses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] EmptyMar 11 Nov - 22:53



- Et je me souviens ce que je t'ai promis l'autre jour ; Alors je t'en pris, qu'est-ce que tu veux savoir de moi et ma réputation ?

Il n'aimait pas parler de lui, il avait horreur de ça surtout en ce moment ; Gaara avait besoin réfléchir à ce qu'il devait faire, devait dire, si il allait rester Chef de la Confrérie encore. Mais il voyait bien que cette Elwyn était le genre de femme à ne pas abandonner une fois l'idée en tête ; Alors il aura beau passer par tous les stratèges qu'il souhaitait, au final il se retrouvera avec la tonne de questions. Et encore plus qu'au départ.

- J’ai cru entendre dire que… tes partenaires de mission avait pour habitude de mal finir. Alors je me demandais… pourquoi pas moi ?

C'était donc ça qui intéressait la jeune femme ? Savoir pourquoi il l'avait aidé alors que tous les autres ont clamsé lorsqu'ils partaient en mission avec lui ? Une rescapée ? Une chanceuse ? Sûrement la dernière option ; Si Aoki ne lui avait pas imposé ses conditions, il l'aurait sûrement tuée sans remords mais maintenant qu'il était Chef, il ne pouvait pas se permettre ce genre de... Débordements. Enfin, ce n'était pas le discours qu'il se disait la veille en compagnie de l'autre garce.

- Est-ce que tout ce qui se dit sur toi est vrai ? Et ne me dis pas « de quoi tu parles ? » tu le sais très bien.

Oh que oui il le savait très bien, et il ne le cachait pas. Gaara n'avait pas honte de ces rumeurs, au moins les gens ne le faisaient pas chier pour avoir un renseignement ou alors les missions il les faisait et c'était beaucoup mieux ainsi. Après, il n'écoutait pas les rumeurs et encore moins les rumeurs sur lui alors comment savoir si elles étaient toutes vraies ? Fallait-il encore les connaître ces rumeurs ; Mais toute rumeur a semblant de vérité non ? Elle est simplement déformée, accentuée ou trafiquée.

Il ne répondit rien. Gaara la voyait réfléchir et il savait qu'elle voulait poser d'autres questions ou du moins une autre question, qui avait l'air bien plus compliquée à demander. Il la sentait venir la question sur son passé, pourquoi faire tout ça, pourquoi avoir changé, pourquoi être rentré dans la Confrérie, pourquoi être là en boule dans le phare au lieu d'être chez lui ? Le Chef de la Confrérie attendit patiemment qu'elle parle, de toute façon, il ne prendra pas la parole tant qu'elle ne demandera pas.

- Qu’est ce qu’il s’est passé ? Qu’est ce qui t’est arrivé ?

Il sourit. Alors c'était si compliqué de poser cette question ? Sûrement. De toute façon, dans cette ville c'était la question la plus redoutée, la plus crainte ; Celle qui obligeait les personnes à parler de leur vie, de leur traumatisme. Pourquoi ils sont ce qu'ils sont aujourd'hui, pourquoi ils sont seuls, pourquoi simplement... C'est la question la plus crainte et la plus détestée dans Quederla.

- C'était une des conditions pour que je devienne Chef de la Confrérie, que j'arrête les meurtres et que j'aide ses membres. Et puis, évitons de perdre du monde dans une guerre comme celle-là, on a besoin de tout le monde contre le Gouvernement.

Même le psychopathe en lui savait qu'il avait besoin de monde pour battre le Gouvernement, il n'y arrivera jamais et c'est d'ailleurs pour cela que les Conclaves se sont rassemblés il y a quelques jours. Pour mettre au point des tactiques et ça que ça plaise ou non à leurs membres.

- Quant aux rumeurs... Elles sont toutes vraies, même si je suis sûr que je ne connais pas la moitié et que certaines sont déformées mais en général elles le sont. J'avais l'habitude de tuer mes partenaires de mission lorsqu'ils devenaient encombrants et qu'ils mettaient en péril la mission ; Je tuais aussi les personnes qui me tapaient sur le système, quelque soit son âge et son sexe. Et je ne regrette rien.

Autant que les choses soient claires, elle voulait des réponses ? Elle les avait et qu'elle ne vienne pas se plaindre si elles sont trop horribles à entendre. Elwyn ne veut pas de mensonge ? Et bien elle a toute la vérité. Ça lui manquait de tuer, de broyer des os, de terrifier les autres d'un simple regard ; C'est sûrement pour ça qu'il a replongé la nuit précédente... Trop de manque.

- Que s'est-il passé ? Simplement une enfance dure. Des parents qui ne prêtaient pas attention à moi et qui me faisaient bien comprendre que je n'avais pas ma place sur cette terre, des frangins morts par ma faute soit-disant et le seul moyen que j'avais pour être reconnu c'est de semer le chaos. Voyant qu'on commençait enfin à me remarquer, j'ai continué et au fur et à mesure j'ai adoré ça.


C'était aussi simple que ça. Il commençait à être reconnu, à être craint à vivre au moment où il semait la mort alors pourquoi arrêter ? Si il stoppait là maintenant, plus personne ne ferait attention à lui et il replongerait dans une autre forme de folie, une folie qu'il ne veut plus jamais retrouver. Voilà pour les réponses, pas plus à rajouter et pas moins à retirer.

- Et toi alors ? Tu hais les Familles, ça se voit, qu'est-ce qu'il t'est arrivé pour en arriver là ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] EmptyMer 12 Nov - 15:52

« Qu’est ce qu’il s’est passé ? Qu’est ce qui t’est arrivé ? »

Elle le vit sourire. Du moins, elle en était presque certaine.

« C’était une des conditions pour que je devienne Chef de la Confrérie, que j’arrête les meurtres et que j’aide ses membres. Et puis, évitons de perdre du monde dans une guerre comme celle-là, on a besoin de tout le monde contre le Gouvernement. »

Ordure.

« Quand aux rumeurs… Elles sont toutes vraies, même si je suis sur que je ne connais pas la moitié et que certaines sont déformées mais en général, elles le sont. J’avais l’habitude de tuer mes partenaires de mission lorsqu’ils devenaient encombrants et qu’ils mettaient en péril la mission ; Je tuais aussi les personnes qui me tapaient sur le système, quelque soit son âge et son sexe. Et je ne regrette rien. »

C’était pire qu’une ordure là.

« Que s’est-il passé ? Simplement une enfance dure. Des parents qui ne prêtaient pas attention à moi et qui me faisaient bien comprendre que je n’avais pas ma place sur cette terre, des frangins morts par ma faute soi-disant et le seul moyen que j’avais pour être reconnu c’est de semer le chaos. Voyant qu’on commençait enfin à me remarquer, j’ai continué et au fur et à me sure j’ai adoré ça. »

Résumons la situation, elle était seule avec un psychopathe qui aimait faire du mal aux gens. Mais étonnement, elle n’avait pas peur. Et elle avait beau lui taper sur le système, comme il disait, il ne la tuerait pas. Du moins, elle en était persuadée. Après, avait-elle raison ?

« Et toi alors ? Tu haies les Familles, ça se voit, qu’est ce qu’il t’est arrivé pour en arriver là ? »

Elle ? Wyn qui haïssait les Familles ? Quelle idée. Elle leur vouait un sentiment bien pire qu’une simple haine.

« Tu m’as épargnée, c’est ça que t’es en train de me dire ? Que tu t’es retenu de me tuer ? Essaie seulement. Si je hais les Familles, c’est justement à cause de gens comme… Toi. Qu’est ce que vous êtes finalement ? Hein ? De pauvres abrutis qui se battent pour deux gars qui sont morts il y a 500 ans. Des innocents meurent tous les jours à cause de cette Guerre à la con. Et les Familles n’ont pas l’air de s’en apercevoir. C’est vrai que c’est tellement plus intéressant de tuer tout le monde au lieu de faire de cette ville ce qu’elle devrait être. »

Wyn avait ignoré sa question, mais elle était énervée là. Cela faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas été à ce point. Elle se releva. Elle était à présent d’humeur exécrable. Elle venait de provoquer Gaara, il avait un élément et très certainement plus de force qu’elle. La jeune femme allait certainement le regretter, mais en cet instant elle s’en moquait pas mal, aveuglée par ses émotions. S’il n’était pas au minimum contrarié, elle aurait une chance extrême.  

« Aucun regret ? »

Wyn se rendit compte qu’au fond d’elle, elle avait toujours su que ses questions étaient inutiles et qu’il répondrait affirmativement. Elle frappa le mur, énervée comme jamais. Certes il n’avait pas eu une enfance facile, mais était-ce une raison pour se mettre à tuer des innocents ? Elle n’avait aucun problème avec le fait de tuer ceux qui avaient commis de graves fautes, ceux qui le méritaient vraiment, mais de pauvres innocents ? Certes ses parents avaient appartenus aux deux Familles et au sens de Wyn, c’était la pire erreur qu’ils aient pu commettre, mais ils ne méritaient pas de mourir comme ça. Etre jugés, aller en prison certes, mais pas mourir. Elle en voulait à ses géniteurs d’avoir pris partis, et elle en voulait aux Familles à cause de ces batailles dans une desquelles, ils avaient laissé la vie. Mais ça, l’autre roux ne pouvait pas le deviner. D’ailleurs elle n’était pas là pour parler d’elle.

Ses missions, il les avait faites avec des Elementis, certes elle leur vouait une profonde aversion, mais est ce la mort était le seul jugement possible ?

« Tu fais ce que tu veux de ta vie mec, mais t’es pas en droit de décider qui doit vivre et qui doit mourir. » fit-elle, d’un ton tranchant.

Si Wyn ne se maîtrisait pas, elle lui aurait déjà sauté dessus. C’était rare qu’elle arrive à garder son calme dans une situation pareille. Elle inspira profondément. Une dernière question. Une question qu’elle lui avait posée juste avant de commencer la mission si elle se souvenait bien. Ou peut-être qu’elle inventait, ses idées n’étaient plus très claires, étant diluées dans de la colère. Ce qui l’énervait plus que tout, c’est qu’il avait pris la vie à certainement des dizaines et des dizaines de personne sans réfléchir. Simplement parce que ça l’amusait.
Elle se retourna et se plaça devant Gaara, plongea son regard dans le sien.

« Si je résume tout ça, tu tuais pour le compte des Elementis, et maintenant tu tues pour le compte de la Confrérie. Il se passe quoi dans ta tête exactement ? »

Wyn était sarcastique à présent. Elle essayait de ne pas montrer son agacement, même si c’était peine perdue. Elle marqua une courte pause.

« Sauf que c’est pas toi, malgré ce que tu veux faire croire. Si tu avais vraiment été un tueur par nature, tu te serais fiché de savoir que t’avais besoin de membres. Tu m’aurais tuée quand même. »

Elle était presque sure de ça. Non, certaine. S’il avait vraiment été un tueur psychopathe il ne serait pas venu l’aider. A moins qu’elle se trompait… Sauf qu’elle en doutait fort. Elwyn n’avait pas conscience des risques qu’elle prenait en répondant et en le provoquant ainsi. Comme d’habitude, elle ne réfléchissait pas vraiment avant d’agir, fonçant toujours au quart de tour, fichue spontanéité.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] EmptyMer 12 Nov - 19:37



- Et toi alors ? Tu hais les Familles, ça se voit, qu'est-ce qu'il t'est arrivé pour en arriver là ?

Ses réponses ne lui avaient pas plu mais c'était elle qui lui avait demandé, c'était elle qui voulait la vérité et au moment où elle l'a, elle en est presque dégoûtée. Que pouvait-elle faire à ça ? C'était ainsi que c'était déroulé sa vie, c'était ainsi son caractère, il venait de tout lui dire. Pas besoin d'en rajouter, pas besoin d'en enlever.

- Tu m’as épargnée, c’est ça que t’es en train de me dire ? Que tu t’es retenu de me tuer ? Essaie seulement. Si je hais les Familles, c’est justement à cause de gens comme… Toi. Qu’est ce que vous êtes finalement ? Hein ? De pauvres abrutis qui se battent pour deux gars qui sont morts il y a 500 ans. Des innocents meurent tous les jours à cause de cette Guerre à la con. Et les Familles n’ont pas l’air de s’en apercevoir. C’est vrai que c’est tellement plus intéressant de tuer tout le monde au lieu de faire de cette ville ce qu’elle devrait être.

Elwyn avait dû avoir à faire aux Familles, ou à l'une d'elle voilà donc pourquoi elle les détestaient autant ; Mais en quoi c'était de sa faute ? Ce n'était pas lui qui lui avait fait du mal, ce n'était pas lui qui contrôlait cette guerre, ce n'était pas lui qui donnait les ordres ; Il les suivait simplement lorsqu'il était Elementis et maintenant qu'il est Chef de la Confrérie, il peut décider de quoi faire, quoi dire, qui attaquer et qui ne pas attaquer.

La Confrère se releva. Quel caractère de merde celle-là ; Mais est-ce que ça dérangeait Gaara ? Pas vraiment. Il avait une certaine tendance à apprécier les personnes qui osent lui répondre, qui osent s'affirmer ; Les mauviettes, il s'en fichait pas mal. Gaara la regardait simplement faire les cent pas dans la pièce, il l'avait vraiment énervée et aurait pu filer la queue entre les jambes en appelant sa mère mais malheureusement, sa mère avait disparu !

- Aucun regret ?

Il haussa les épaules tandis que la Confrère frappa le mur... Des regrets ? Bien sûr qu'il en avait ; Des regrets sur certaines de ses paroles, certains gestes qu'il n'avait pas osé faire petit... Mais les gestes qu'il avait fait ses dernières années ? C'était une question difficile à comprendre. Le meurtre était comme une drogue pour mais en même temps, devenir Chef d'une organisation qui veut la paix lui allait bien aussi... Enfin, jusqu'à hier. Et si il lui disait ce qu'il s'était passé, le frapperait-elle ? Lui en voudrait-elle ? Le dénoncerait-elle ?

- Tu fais ce que tu veux de ta vie mec, mais t’es pas en droit de décider qui doit vivre et qui doit mourir.

Ça c'était encore une question à discuter ; Mais oui, il n'avait pas à décider si oui ou non telle ou telle personne va mourir. Mais ses parents n'avaient pas à décider si oui ou non il avait sa place sur Terre. Le Chef de la Confrérie comprenait sa colère et il ne lui en voulait pas, autant qu'elle se défoule sur lui plutôt que le premier mec qui n'a rien demandé à personne ; Elwyn se rapproche de lui et plonge son regard dans le sien. L'homme de Sable ne baisse pas les yeux, il soutient le regard, il n'a pas honte de cet échange.

- Si je résume tout ça, tu tuais pour le compte des Elementis, et maintenant tu tues pour le compte de la Confrérie. Il se passe quoi dans ta tête exactement ?

- Pas vraiment.

Il avait toujours tué pour son compte sinon les Elementis n'auraient pas vu certains de leurs membres disparaitre à cause du sable du jeune homme. Et puis il ne tuait pas pour la Confrérie puisque ce n'était pas son but premier ; Elle voulait arrêter tous ces meurtres alors il n'utilisait plus ses pouvoirs normalement. C'était ce que lui avait expliqué Aoki et c'était la condition principale pour devenir le Chef.

- Sauf que c’est pas toi, malgré ce que tu veux faire croire. Si tu avais vraiment été un tueur par nature, tu te serais fiché de savoir que t’avais besoin de membres. Tu m’aurais tuée quand même.

- C'est vrai.


Sans la quitter des yeux, il se leva pour lui faire face... Est-ce qu'il allait lui faire du mal ? Ce n'était pas son intention alors elle n'avait rien à craindre.

- J'ai promit à Aoki d'arrêter mes meurtres et c'est ce que j'ai fait... Jusqu'à... Hier.

Voilà c'était dit. Il sentait sûrement le coup de poing venir dans sa figure et cette fois il ne ferait rien pour l'arrêter, Gaara l'avait bien mérité ; Mais elle allait sûrement demandé pourquoi hier, ce qu'il s'était passé... Serait-elle prête à supporter la vérité ?

- Je devais aller aider un membre de la Confrérie qui s'était fait attraper par un membre du Gouvernement ; Une femme Elementis qui maîtrisait la foudre. Et... Elle a réussit à me faire replonger dans ma folie meurtrière, c'est d'ailleurs pour cela que je suis enfermé ici dans ce phare. Pour ne pas la recroiser.

Gaara baissa les yeux... Il avait honte de cette soirée-là en fin de compte ; Il n'avait été qu'un abrutit, un faible et il s'en rendait compte maintenant, en parlant à la Confrère.

- J'ai été un parfait abrutit, je ne sais pas ce qu'il m'a prit ; J'avais l'impression d'être un autre, que quelqu'un d'autre prenait possession de mon corps et que j'étais coincé à l'intérieur sans pouvoir intervenir. Je voulais changer, j'ai changé en entrant dans cette Confrérie ; Je veux arrêter la guerre, c'est d'ailleurs pour cela que j'ai stoppé les combats il y a quelques mois... Mais j'ai l'impression qu'une partie de moi ne veut pas arrêter tout ça...

C'est comme arrêter d'exister ; Une partie de lui se disait que si il arrêtait les meurtres, on l'oublierait de nouveau.

- Je ne regrette aucun de mes gestes avant mon entrée dans la Confrérie mais hier soir c'était différent... Je n'étais pas moi-même. Et j'en ai honte.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] EmptyJeu 13 Nov - 22:57


« Sauf que c’est pas toi, malgré ce que tu veux faire croire. Si tu avais vraiment été un tueur par nature, tu te serais fiché de savoir que t’avais besoin de membres. Tu m’aurais tuée quand même.
- C’est vrai. »

La franchise de cette réponse et la banalité du ton sur lequel il venait de le dire surprirent Elwyn, mais elle n’en laissa rien paraître. Gaara se releva pour lui faire enfin face.

« J’ai promis à Aoki d’arrêter mes meurtres et c’est ce que j’ai fait… Jusqu’à… Hier. »

Elle se agrippa son manteau et le tira vers elle, presque menaçante.

« Quoi ? » fit-elle, abasourdie.

« Je devais aller aider un membre de la Confrérie qui s’était fait attraper par un membre du Gouvernement. Une femme Elementis qui maîtrisait la foudre. Et… Elle a réussit à me faire replonger dans ma folie meurtrière, c’est d’ailleurs pour cela que je suis enfermé ici dans ce phare. Pour ne pas la recroiser. »

Il baissa les yeux. Pardon ?… Pourquoi est ce qu’il lui disait tout ça ? « Lâche » ; « Faible ». Voilà ce qu’elle pensait là, maintenant, tout de suite. Qu’il était faible. Gaara Ishikawa, était faible.

« J’ai été un parfait abrutit, je ne sais pas ce qu’il m’a pris ; J’avais l’impression d’être un autre, que quelqu’un d’autre prenait possession de mon corps, et que j’étais coincé à l’intérieur sans pouvoir intervenir. Je voulais changer, j’ai changé en entrant dans cette Confrérie ; Je veux arrêter la guerre, c’est d’ailleurs pour cela que j’ai stoppé les combats il y a quelques mois… Mais j’ai l’impression qu’une partie de moi ne veut pas arrêter tout ça… »

Wyn relâcha Gaara brusquement et s’écarta de lui rapidement. Pas parce qu’elle avait peur, non, uniquement parce qu’elle se retenait de le frapper ou de faire quoique que ce soit, ne sachant pas comment réagir à tout ça. Un parfait abruti ? Pour elle, le mot était faible. Enfin, en était-elle vraiment sure ?

« Je ne regrette aucun de mes gestes avant mon entrée dans la Confrérie, mais hier soir c’était différent… Je n’étais pas moi-même. Et j’en ai honte. »

Comment devait-elle le prendre ? Un homme avec qui elle avait fait une mission d’infiltration contre le Gouvernement qu’elle considérait comme étant de la pire espèce lui annonçait qu’il tuait et qu’il avait aimé ça, et maintenant, le même homme lui disait qu’il avait recommencé et qu’il en avait honte ?

« C’est qui cette garce ? » lâcha-t-elle, une certaine noirceur commençant à teindre ses yeux bleus.

Elle le considéra de longues minutes. Que dire à cela ? Son enfance l’avait traumatisé à ce point ?…
Evidemment, elle ne pouvait supporter l’idée qu’il ne s’en voudra jamais une seule seconde d’avoir tué tous ces gens sans remords, mais pourquoi maintenant pensait-il autre chose maintenant ?

« Qu’est ce qui a changé ? »

Elle n’avait même pas réfléchi avant de prononcer cette phrase. Vu comment ça avait commencé, autant aller jusqu’au bout. Même si elle se montrerait à ce point agaçante et exaspérante que son envie de meurtre reprendrait sur le champ.

« Certes Aoki t’as demandé d’arrêter de… » Elle ne voulait même pas repenser à tous les gens qu’il avait abattu. « Mais je suis sure qu’il y a autre chose. Il ne peut pas y avoir que le bon vouloir d’Aoki qui t’a décidé. »

Elle n’aurait su dire ce qui lui faisait penser ça. Mais il y avait forcément quelque chose d’autre. Quelqu’un ? Une bonne nouvelle ?
En fait elle n’arrivait pas à comprendre ce qu’il ressentait vraiment, mais elle doutait fort qu’il y parvienne lui-même. Peut-être perdu… Ou honteux comme il l’avait dit… Mais non, autre chose. Une autre émotion, un sentiment différent.
Etait-il vraiment lâche finalement ? Les questions se bousculaient dans sa tête, elle tenta de les ordonner.
La vérité, c’est qu’elle ne savait pas quoi penser de Gaara. Un meurtrier sans pitié ayant des regrets seulement après être rentré dans la Confrérie ?
Parmi le capharnaüm de son esprit, une question revenait sans cesse. Encore.

« Pourquoi avoir rejoint la Confrérie ? « Je veux arrêter cette guerre » C’est bien ce que tu m’as dit ? Mais p*tain de pourquoi tu veux arrêter cette guerre à la con ? Où t’en tires ton compte ?»

Vulgaire. Toujours vulgaire. La d’moiselle, en plus de son caractère de merde, parlait d’une élégance à en donner mal au crâne. Passons sur ce détail.
S’il agissait toujours en fonction de lui, qu’est ce que cette guerre pouvait bien lui faire ? Il vivait sa vie, comme tout le monde, sauf que lui assassinait. Est-ce qu’elle le provoquait encore là ? Elle ne savait pas vraiment. Ses paroles sonnaient d’une certaine façon dans son esprit, par sur qu’il les entende sur le même ton. Elle savait que si elle avait été à la place de Gaara, elle se serait énervée direct, cette fille réagissant toujours au quart de tour.
Wyn attendait avec impatience les réponses de cet homme qui lui semblait si contradictoire, essayant de comprendre comment il avait pu en arriver là. Elle qui voulait juste oublier sa mauvaise soirée après s’être battue et réprimandée, elle se retrouvait face à un psychopathe meurtrier qui assurait qu’il avait changé. Pouvait-elle le croire sur parole ?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2014-